Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Concordance des temps

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Accueil / France Culture

Concordance des temps    Page 8 sur 8

Bas de page ↓   

71
Répondre en citant  
Un numéro de grande qualité : « Quand s'efface le purgatoire » - le Mar 09 Jan 2018, 17:10

D'ores et déjà l'une des meilleures émissions de savoir de la station en 2018 : Quand s'efface le purgatoire*.

Émission très soignée (on entend plusieurs fois les coupes du montage), avec un invité que l'on admire tant sa maîtirse du sujet est magistrale, Guillaume Cuchet, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est**. Jean-Noël Jeanneney, lui, ne faiblit pas : superbe direction d'entretien, intelligentes relances, présentation d'extraits d'archives d'entre les années 1940 et 1980, diffusion d'une chanson aux paroles très appropriées à la fin de l'émission*** [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-06.01.2018-ITEMA_21547744-0.mp3" debut="46:10" fin="49:34"]   

Ce numéro a été évoqué lors d'une discussion sur les émissions religieuses :
Lvstvcrv(http://www.regardfc.com/t360p40-la-religion-et-les-emissions-religieuses-a-france-culture#29802) a écrit:Voici encore un exemple de ce qu'est une émission véritablement documentaire sur un sujet religieux : Quand s'efface le purgatoire (pour cette référence à une émission, je m'inspire de la syntaxe utilisée dans les messages d'autres contributeurs, j'espère que le résultat sera conforme...) (...) dans "Concordance des temps" cette croyance chrétienne du Purgatoire est traitée comme un fait culturel. Elle est envisagée dans ses différentes dimensions culturelles : religieuse, bien entendu, mais aussi et surtout historique, ethnographique, littéraire, même économique, etc... et mentionne la position des différentes églises chrétiennes.
Indépendamment de la qualité technique de cette émission, le positionnement extérieur aux Églises, assure ainsi une présentation non doctrinaire. (...)

Page de descriptif de l'émission :  exemplaire.

* Né au Moyen-âge, le purgatoire n'a jamais été aussi populaire qu'au XIXe siècle, avant de s'effacer peu à peu des consciences et des représentations. On ne peut qu’être intrigué par cette quasi-disparition qui aurait tant surpris nos ancêtres, pour qui il figurait en bonne place dans la catéchèse.

** Il travaille sur l’histoire et l’anthropologie religieuses des sociétés contemporaines

***  Chanson « Le fantôme du manoir » de Ray Ventura et ses collégiens, 1939.

Voir le profil de l'utilisateur

72
Répondre en citant  
Frankenstein, France Gall, France Culture - le Dim 15 Avr 2018, 21:51

Deux grands érudits, deux grandes intelligences pour le numéro de Concordance des temps Frankenstein et le monstre infini* du 07/04/2018 conduit par Jean-Noël Jeanneney. L'invité :  Claude Aziza, Agrégé de Lettres classiques et maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne Nouvelle.

L'émission commence en chanson. Qui peut prétendre avoir entendu souvent celle-ci composée par Serge Gainsbourg ?   Chanson « Frankenstein » interprétée par France Gall, paroles de Serge Gainsbourg, 1972** : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-07.04.2018-ITEMA_21640917-0.mp3" debut="03:14" fin="05:46"]

Le début de l'émission est un passionnant rappel  du contexte littéraire autour de Mary Shelley : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-07.04.2018-ITEMA_21640917-0.mp3" debut="07:29" fin="11:57"]

Où l'on apprend que la créature de Victor Frankenstein était un fin lettré, grand lecteur de Plutarque...[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-07.04.2018-ITEMA_21640917-0.mp3" debut="27:12" fin="29:47"]

Conclusion : la créature de Victor Frankenstein est nettement plus érudite et intelligente qu'une bonne partie des producteurs (h/f) d'une certaine station dite culturelle.

Un numéro de Concordance des temps de haute volée.

* (...) L’homme comme apprenti-sorcier, comme risquant de se trouver dépassé par ses créatures, c’est exactement le sujet du roman illustrissime de Mary Shelley, publié en anglais à Londres en 1818 et intitulé Frankenstein ou le Prométhée moderne.

L’ouvrage a connu une immense postérité, portée par la presse, les livres, le théâtre, le cinéma et même la bande-dessinée, et il est évident que ce succès, d’âge en âge, ne peut pas s’expliquer par les seuls mérites littéraires du roman. Il touche forcément à des émotions collectives qui se perpétuent quelque part entre la science et la nature, entre la raison et le sentiment, entre la singularité et le clonage. Claude Aziza, mon invité, qui a longtemps enseigné à la Sorbonne Nouvelle - Paris 3, et qui est secrétaire général du Festival International du Film d’Histoire de Pessac, vient de publier un Dictionnaire Frankenstein, à multiples facettes, qui pour nous tombe à pic. Jean-Noël Jeanneney

Bibliographie :
- Claude Aziza, Dictionnaire Frankenstein, omnibus, 2018.
- André-François Ruaud, Les Nombreuses vies de Frankenstein, Les moutons électriques, 2008.
- Mary Shelley, Frankenstein, préfacé et commenté par Claude Aziza, Pocket, 2009.


Paroles de la chanson "Frankenstein" par France Gall

Fallait un cerveau aussi grand qu'Einstein
Pour en greffer un autre à Frankenstein
Faire de plusieurs cadavres en un instant, un mort-vivant.

Rassembler, coudre ensemble les morceaux
Le nez, les yeux, les lèvres et la peau
Les connexions nerveuses fixées au cou par des écrous.

Fallait un cerveau aussi grand qu'Einstein
Pour en greffer un autre à Frankenstein
Faire de plusieurs cadavres en un instant, un mort-vivant.

Mais il fallait aussi un assistant qui ayant brisé le cœur
par accident
Lui substitua celui d'un assassin, un assassin.

Fallait un cerveau aussi grand qu'Einstein
Pour en greffer un autre à Frankenstein
Faire de plusieurs cadavres en un instant, un mort-vivant.

Après quelques décharges électriques
Il se mit à rouler des mécaniques.
Puis renversant becs Bunsen et cornues, il disparut

Fallait un cerveau aussi grand qu'Einstein
Pour en greffer un autre à Frankenstein
Faire de plusieurs cadavres en un instant, un mort-vivant.

"Je serais avec toi le jour de tes noces"
Avait promis au docteur le colosse
Et lorsque la fiancée arriva, il l'étrangla.

Voir le profil de l'utilisateur

73
Répondre en citant  
''Les médecins devant la mort'' avec l'historienne Anne Carol - le Sam 16 Juin 2018, 19:26

Sans doute l'une des meilleures émissions du premier semestre 2018 sur France Culture, grâce à Jean-Noël Jeanneney et à l'équipe dont il est entouré et qu'il remercie chaleureusement à chaque fin d'émission : Les médecins devant la mort, le 09/06/2018, avec la magistrale Anne Carol, professeur des universités à l’université d’Aix-Marseille.  

Une émission qui retient l'attention de bout en bout, servie par les réflexions et le savoir érudit de l'historienne creusant depuis longtemps son sillon*. Une remarque  : JNJ tente une question personnelle (on est sur France Culture...) sur la raison d'étudier ce domaine (pas avec la question attendue chez d'autres producteurs h/f, "Qu'est-ce que ça dit de vous cet intérêt pour la mort ?"...), à quoi Anne Carol répond en appuyant sur la nécessité d'élargir le savoir et de le diffuser. JNJ, avec tact, n'insistera pas (où l'on reconnaît son intelligence de l'entretien).

Le texte écrit par Jean-Noël Jeanneney :

On ne peut pas être primesautier tous les jours. Ni tous les samedis. Rien de joyeux ni de coruscant dans notre sujet de ce matin, mais rien de plus essentiel puisqu’il va s’agir de considérer, sur plus de deux siècles, la situation des médecins devant la mort. La Rochefoucauld, dans une maxime célèbre, observait déjà : « ni le soleil, ni la mort ne se peuvent regarder fixement ». C’est pourtant ce que s’efforcent aujourd’hui de faire, parmi beaucoup d’autres, les militants de l’Association pour mourir dans la dignité, l’APMD. Tout comme le professeur Jean-Louis Touraine, député de La République En Marche, qui vient d’entrainer 156 de ses collègues du Parlement, issus d’horizons différents, à appeler à mieux préciser et encadrer dans la loi les droits et la liberté de mourir des personnes en fin de vie. Tout comme le Conseil économique, social et environnemental qui propose de légaliser, en France comme c’est le cas déjà dans des pays voisins, euthanasie et suicide assisté. Chacun mesure la dimension de cet enjeu, en termes civiques, moraux, religieux et presque métaphysiques. Or le corps médical est ici évidemment en première ligne. Même s’il peut y avoir quelque chose de paradoxal à parler d’une médicalisation de la mort, la médecine s’appropriant ce qui signe son inévitable échec, autrement dit justement, les limites de son rôle. Il n’empêche qu’elle est forcément concernée au premier chef, autrement dit que son regard sur la fin de la vie, dont les circonstances peuvent dépendre de son pouvoir ou de son impuissance, est essentiel pour aborder cette question primordiale. L’œuvre d’Anne Carol, professeur à l’université d’Aix Marseille, le démontre de la façon la plus pertinente et la plus informée possible. Cette œuvre est originale et forte et je me devais donc de la convier devant vous. Jean-Noël Jeanneney

Très pertinente programmation sonore (archives, dont des lectures littéraires) listée sur la page de l'émission.

* Bibliographie :
- Anne Carol, Les médecins et la mort, Aubier, 2004.
- Anne Carol, Physiologie de la veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Champ Vallon, 2015.
- Anne Carol, L’embaumement. Une passion romantique, Champ Vallon, 2015.
- Anne Carol,  Au pied de l’échafaud, Belin, 2017.
- Régis Bertrand, Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains, PUP, 2016.
- Régis Bertrand, Anne Carol, Jean-Noël Pelen (dir.), Les narrations de la mort, PUP, 2005.

Voir le profil de l'utilisateur

74
Répondre en citant  
Universelle bêtise - le Dim 30 Sep 2018, 11:44

Le dernier numéro de "Concordance des temps" du 29/09 Nouvelle-Calédonie : vivre ensemble aborde la problématique de la Nouvelle-Calédonie à l'approche du référendum sur son indépendance.

L'émission commence par la lecture d'extraits du préambule de l'"accord de Nouméa" de 1998, affirmant explicitement les civilisation et culture indigènes, face au droit international "reconnu par les nations d'Europe et d'Amérique" (c'est-à-dire "universel" selon l'usage courant), dénonçant une appropriation en dehors des relations de droits, et soulignant le traumatisme durable causé par le choc de la colonisation sur cette société ancrée sur ce territoire depuis 3000 ans [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="04:00" fin="05:16"].

Extraordinaire originalité de ce texte de 1998, selon J-N Jeanneney et son invité M. Naepels. Pourtant ce texte ne dit rien que d'évident : c'est assez souligner le refus occidental, persistant encore aujourd'hui, de reconnaître que la colonisation fut une aberration culturelle, humaine, fondée sur des valeurs occidentales telles que l'universalisme.

La suite de l'émission adopte un ton plus universitaire, aseptisé. On ne saura malheureusement strictement rien de cette civilisation, de cette culture kanak. L'émission ne peut qu'égrener les conséquences dramatique de la colonisation en Nouvelle-Calédonie. Il faut écouter l'ensemble, mais citons quelques exemples :

- Terre de mission : on apprend ainsi que les kanak convertis se partagent entre catholiques et protestants, opposés comme il se doit. C'est clair : les valeurs chrétiennes sont bien universelles.
- Exploitation économique, disputée entre les français et les anglais.
- Chute de la population indigène : entre -70% et -80%. Mais c'est seulement la faute aux maladies, comme d'ailleurs pour les indiens en Amérique du Nord ainsi que le souligne aimablement JN Jeanneney.

Mais l'acmé de l'émission est atteint avec le discours de 1953 du ministre de la France d'Outre-Mer, Jacquinod par ailleurs président du conseil général de la Meuse (donc parfaitement compétent pour la Nouvelle-Calédonie) : "sollicitude de la France à travers le temps et l'espace"  enfin, le temps pas trop : cela ne fait que 100 ans... mais qu'importe, "La pensée de la France, selon les lois de l'esprit, défie le temps et l'espace". Mais il faut écouter l'ensemble de ce discours pour prendre conscience de l'aberration intellectuelle qu'est l'universalisme : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="39:50" fin="42:00"].

Voir le profil de l'utilisateur

75
Répondre en citant  
Ce qu'il ne faut pas lire ! - le Dim 30 Sep 2018, 13:25

Lvstvcrv(http://www.regardfc.com/t101p70-concordance-des-temps#31380) a écrit:Le dernier numéro de "Concordance des temps" du 29/09 Nouvelle-Calédonie : vivre ensemble aborde la problématique de la Nouvelle-Calédonie à l'approche du référendum sur son indépendance.

(...) Mais il faut écouter l'ensemble de ce discours pour prendre conscience de l'aberration intellectuelle qu'est l'universalisme : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="39:50" fin="42:00"].
On voit que vous labourez votre champ avec constance...

Votre dernière assertion est celle du merveilleux système chinois. Je me souviens de la réponse faite à Jacques Chirac qui tançait mollement les autorités de Pékin sur leur bilan en matière de droits de l'homme. Réponse  : il n'y a pas de droits de l'homme universels, Les droits de l'homme en Chine commencent par le droit à manger correctement (qui le niera ?), votre conception européenne n'est pas la nôtre. Ainsi peuvent répondre toutes les cultures qui oppriment les femmes, les minorités ethniques, etc. D'ailleurs, le sujet est aussi européen : certains Britanniques espèrent quitter la Convention européenne des droits de l'homme qui prévoit dans son article 3 l'interdiction de renvoyer des personnes  dans un pays où ils pourraient être soumis à la torture.

Ainsi parlent tous les rétrogrades qui se croient éclairés : pas de morale commune, de vie locale, nationale ou internationale régie par des règles de droit. On peut alors tout justifier (exécutions, tortures, mutilations sexuelles, mariages d'enfants, reniement des femmes, etc.) en raison de coutumes "culturelles", n'est-ce pas ?

C'est dans un pays comme la France qui est un État de droit en constante évolution que l'on peut proclamer que l'universalisme est une "aberration intellectuelle". C'est vrai quoi, Malte a une tradition de chasse qui décime tous les oiseaux migrant vers le nord de l'Europe. C'est leur coutume, il ne faudrait pas leur imposer des règles européennes. Et que fait la France à interdire l'excision, l'infibulation, etc, et à la criminaliser même quand elle est pratiquée dans un pays étranger ? De quoi nous mêlons-nous au nom des droits de l'homme (universels)...

Voir le profil de l'utilisateur

76
Répondre en citant  
kanaks et barisiens - le Dim 30 Sep 2018, 17:50

Pendant 3000 ans, les kanaks ont vécu sans rien demander à personne, en tout cas rien aux français, c'est le préambule de l'accord de Nouméa qui le rappelle  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="04:00" fin="05:16"].

Et voilà que Jacquinod en 1953 prétend comme tous ses prédécesseurs pendant 100 ans, aligner tous les humains sur les mœurs de la bonne société de Bar-le-Duc (Préfecture de la Meuse) [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="39:50" fin="42:00"]. Depuis c'est clair : les kanak (enfin, ceux qui ont survécu à cette générosité : 20%) vivent dans le bonheur.

Je vous invite tout de même à écouter Concordance des temps, vous pourrez (peut-être) prendre conscience du problème : imaginez que les chinois (par exemple) se mêlent d'expliquer aux barisiens (habitants de Bar-le-Duc) comment ils doivent organiser la vie dans leur belle ville, comme à Pékin ? quelle pagaïe ce serait !

Mais il y a malheureusement des nations et des gens qui pensent savoir mieux que les kanaks ou les chinois comment les chinois et la kanaks doivent organiser leur société : comme les français de Bar-le-Duc bien sûr !

Voir le profil de l'utilisateur

77
Répondre en citant  
Re: Concordance des temps - le Dim 30 Sep 2018, 18:55

Lvstvcrv(http://www.regardfc.com/t101p70-concordance-des-temps#31383) a écrit:Pendant 3000 ans, les kanaks ont vécu sans rien demander à personne, en tout cas rien aux français, c'est le préambule de l'accord de Nouméa qui le rappelle  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="04:00" fin="05:16"].
Majuscules aux noms de nationaux.

J'ai écouté cette pastille qui est la "- Lecture d’extraits du préambule de l’Accord de Nouméa du 5 mai 1998, diffusée dans l’émission « Grandes traversées » consacrée à la Nouvelle-Calédonie, diffusée sur France culture le 22 août 2008."
Et voilà que Jacquinod en 1953 prétend comme tous ses prédécesseurs pendant 100 ans, aligner tous les humains sur les mœurs de la bonne société de Bar-le-Duc (Préfecture de la Meuse) [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-29.09.2018-ITEMA_21829928-0.mp3" debut="39:50" fin="42:00"]. Depuis c'est clair : les kanak (enfin, ceux qui ont survécu à cette générosité : 20%) vivent dans le bonheur.
Écouté cette 2e pastille qui est la "- Lecture d’un discours du Ministre de la France d’Outre-Mer Louis Jacquinot, extraite d’une émission de Jean Le Glevel, consacrée au centenaire de la présence française en Nouvelle-Calédonie, diffusée le 24 septembre 1953."
Je vous invite tout de même à écouter Concordance des temps, vous pourrez (peut-être) prendre conscience du problème : imaginez que les chinois (par exemple) se mêlent d'expliquer aux barisiens (habitants de Bar-le-Duc) comment ils doivent organiser la vie dans leur belle ville, comme à Pékin ? quelle pagaïe ce serait !

Mais il y a malheureusement des nations et des gens qui pensent savoir mieux que les kanaks ou les chinois comment les chinois et la kanaks doivent organiser leur société : comme les français de Bar-le-Duc bien sûr !
Si un des fondateurs de ce forum n'était pas en congé sabbatique prolongé, il vous répondrait sur 3 pages A4. Je laisse de mon côté le soin à des volontaires de réagir si l'envie leur en vient. Je m'intéresse à la radio culturelle et comment elle traite des sujets, ou comment elle ne traite jamais de sujets (langues, sciences de la terre, sciences naturelles, architecture, etc).

Pour ne pas y passer trop de temps, je dirais donc que ces salauds de Romains ont désorganisé les tribus gauloises (desquelles on n'a plus qu'une demi-douzaine de mots, véritable linguicide) et leur ont apporté les aqueducs alors qu'elles s'en passaient. Le reste des "chocs de civilisation" avant et après à l'avenant. C'est l'histoire des hommes. Il n'y a rien d'idéal. Mais libre à vous de cultiver une vision strictement victimaire et négative de toute évolution historique et de la trouver, assez facilement, puisque c'est son fond de commerce, dans nombre d'émissions de France Culture. Je finis quelques posts et passe le relais pour quelque temps aux commentateurs motivés.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


78
Répondre en citant  
Re: Concordance des temps -

Concordance des temps     Page 8 sur 8

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum