Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour    Page 14 sur 18

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Jeu 12 Nov 2009, 17:00

Rappel du premier message :

Ouvrons ce fil sur une double question, et tant pis pour le risque de confusion entre le sujet de fond et l'incident polémique de ces jours-ci (patience, j’y viens...).

L'Esprit Public, c’est une des émissions à la fois les mieux faites de toute la grille, et une des moins culturelles. Celle pour laquelle un ratio qualité radiophonique/contenu culturel serait le plus costaud. L’émission-type comme j’en cherchais sur BFM il y a 15 ans de ça, quand j’étais lecteur du Nouvel Escronomiste. Depuis, mes goûts ont changé : à ma radio je demande de la culture, et dans l’Esprit public, de la culture ben j’en entends pas lourd. Pourtant elle est là, ça ne fait pas de doute : dans l’art radiophonique de Philippe Meyer et dans le ciboulot des participants, et puis parfois quand même dans l’ultime séquence des brèves, mais c’est bien le seul moment où on l’entend, la culture. Pour le reste, c’est la version radio des discutes de jadis entre Ockrent, July, Alexandre. Et d’ailleurs pourquoi pas ? Si la formule est bonne, autant la reprendre. C’est ce qu’a fait récemment l’Economie en question : 4 invités, 2 sujets, une séquence de brèves. Ca nous fait maintenant 2 émissions instructives et ... aussi peu culturelles que possible.

C’est bien dommage, car Philippe Meyer est certainement une des meilleures pointures de toute la chaine. En témoignent son expérience de sociologue devenu journaliste, sa vaste culture, son souci de la langue sans jamais la moindre trace de purisme lourdaud (ça c’est vraiment rare), son recul et son humour vialatto-british, son art de maintenir le débat dans un cadre audible en réglant les tours de parole et en évitant ces chevauchements et interruptions qui à FC caviardent toutes les émissions de débat avec des passages plus ou moins longs de bouillie radio. Toutes choses en quoi nombre de producteurs de la station gagneraient à lorgner un peu du côté du dimanche à 11h et à s’inspirer de l’esprit de l’Esprit public.

Mais du côté des débatteurs invités, franchement, ça marque le pas. Les capacités d’analyse de Jean-François Revel et de Jean Claude Casanova n’ont pas été remplacées. Certes, Bruno Frappat vient de temps à autres jouer le rôle du sage, mais c’est pas bien souvent et ça aussi c’est dommage. Certes chacune des synthèses lues par Meyer (lecture intelligente, au fait, on n’est pas à la limite du déchiffrage comme chez Goumarre ou chez Baddou hein) est un modèle, comme le montre la réaction des intervenants ponctuels, ceux qu’on invite pour une émission thématique sur leur spécialité : pour la plupart ils saluent la justesse de l’analyse. Pour le reste, hormis les commentaires du même, mon impression générale est que les participants sont franchement usés. On se souvient qu’Emmanuel Todd n’était pas resté longtemps dans l’émission. Dans ses réponses à la question « Peut-on encore débattre en France », il avait dit sa difficulté d’avoir des opinions sur tout. Les actuels réguliers de l’Esprit Public ne semblent pas avoir sa réserve.
- Max Gallo tartine ses banalités comme si c’étaient des découvertes inédites et des vérités profondes.
- Michaud ricane tant qu’il peut. Il faut mettre à son crédit qu’il est aussi imprévisible que démagogique, ce qui est en soi un exploit. Enfin il est... I Mean : « il était » (cf plus loin, j’explique)
- Labarde et Olivennes font leurs petits effets de manche pour balancer des mini-coups de gueule et des paradoxes un peu faciles. On se dit qu’ils doivent être assez bons dans une discute de café ou dans une réunion de cadres. Seulement leur habileté d’orateurs n’est jamais bien relayée par quelque référence à la réalité empirique (sauciale). Quand on vérifie on se rend compte qu’ils fantasment du sophisme plutôt qu’ils n’étayent leur baratin pour marcher avec l’auditeur vers un peu plus de vérité et de clarté
- Bourlanges quant à lui il bourlangise tout-le-temps, c’est à dire que chaque semaine il nous fait 2 ou 3 fois un petit grand oral, en commençant par une belle astuce finement préparée et en achevant par une formule bien trouvée. Il cite Durkheim ou mieux Tonnies ou mieux Le Play ou mieux Saint-Simon à chaque fois on se demande jusqu’où il va remonter comme ça.

Le hic, c’est que le programme n’est toujours pas culturel. Ca serait d’ailleurs idiot de le réclamer tel : de même qu’on ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif, on n’entendra jamais beaucoup de culture dans une émission d’actu politique. Oui tout ça c’est bien dommage pour Philippe Meyer, que j’aurais bien vu et qu'encore je verrais bien en directeur des programmes, mais enfin son émission aurait plus sa place sur France info, comme ça j'écouterais France Info.

./...
* * *

131
Répondre en citant  
Walser - le Ven 20 Avr 2012, 19:15

@leniax a écrit:
Un certain esprit de sérieux m'empeche souvent de gouter à l'art romanesque- à l'exception de Kafka et Walser - et de lui préférer Homère, la philosophie et la poesie.

Si vous mettez Walser à côté de Kafka, ce ne peut être que Robert, n'est-ce pas ?

132
Répondre en citant  
Robert pour les intimes - le Ven 20 Avr 2012, 19:42

..l'inénarrable auteur du Commis, de l'Institut Benjamenta, de Morceaux de prose ainsi que des Enfants Tanner que je n'ai pas encore lu, délice futur.

"Les personnages de Walser partagent cette noblesse enfantine avec ceux des contes qui, eux aussi émergent de la nuit et de la folie, plus précisement de celle du mythe" W.Benjamin

133
Répondre en citant  
Robert Walser - le Ven 20 Avr 2012, 21:17

@leniax a écrit:.."Les personnages de Walser partagent cette noblesse enfantine avec ceux des contes qui, eux aussi émergent de la nuit et de la folie, plus précisement de celle du mythe" W.Benjamin

Pour aller plus loin, voici du France Culture de la plus belle eau :

"Pour Robert Walser" Walser forte, Walser piano : http://www.franceculture.fr/emission-surpris-par-la-nuit-06-07-walser-forte-walser-piano-15-2007-01-01.html

On ne sera jamais assez reconnaissant à Alain Veinstein d'avoir produit ces cinq riches émissions d'une heure quinze en janvier 2007 sur l'oeuvre de cet immense écrivain qu'est Robert Walser dont Kafka enviait le style.

Et puis ceci, du théâtre, en 1993, rediffusé le dimanche 31 décembre 2006 : http://www.franceculture.fr/emission-pour-robert-walser-2006-12-31.html (voix, entre autres, d'Alain Cuny, de Pierre Descargues et interventions de Marthe Robert et de Catherine Sauvat)

Sans oublier, pour notre très grand plaisir, une production de Françoise Estèbe du 15 septembre 2002 : "Une vie, une oeuvre" de Robert Walser (lien de France Culture non trouvé, mais mentions dans blogs oui), format d'une heure trente.

On trouve aussi un très beau numéro de "Ça rime à quoi" du 25 janvier 2009 avec une lecture mémorable en allemand et en français du grand Georges Claisse : http://www.franceculture.fr/emission-robert-walser-marion-graf-2009-01-25.html

Et un très bel entretien le 30 novembre 2010 entre Alain Veinstein et Philippe Lacadée qui connait très bien son Robert Walser bien que ne possédant pas l'allemand, ce qui l'empêche d'entrer totalement dans l'oeuvre, étant donné l'importance donnée à la langue par l'écrivain suisse (néologismes, jeux sur les mots et sur les niveaux de langue, développements narratifs par métonymie, etc) : http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-philippe-lacadee-2010-11-30.html

Si vous pratiquez l'allemand, je vous fournis volontiers d'autres références radiophoniques.

Cordialement

PS. d'accord pour éventuellement envoyer ce message vers un fil dédié à la littérature



134
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Ven 20 Avr 2012, 22:34

Merci infiniment pour ce charmant bouquet, j'en suis tout ému.
Hélas je ne connais pour ainsi dire rien de l'allemand.
Merci encore.

135
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Sam 21 Avr 2012, 15:43

@ Leniax : si vous ne trouvez pas ces émissions d'une manière ou d'une autre (via l'ANPR, par exemple), et que vous souhaitez recevoir l'une ou l'autre d'entre elles, utilisez la messagerie privée pour me faire signe.
Pour la lecture : plutôt les récits courts que les romans. L'écriture des premiers était son domaine d'excellence (par exemple, les recueils "La Rose", "La Promenade", "Vie de Poète").

136
Répondre en citant  
neutralité - le Jeu 21 Juin 2012, 10:19

Je voulais ici faire remarquer l'indélicatesse de Mr Bourlanges qui le jour du second tour des législatives a encore déroulé un long plaidoyer en faveur de l'austérité, de Mme Wiegel, qui en toute "parallèlité" homothétique, a de nouveau chanté les louanges infinies du modèle rhénan , là où Mr Gallo se contentait de poser des questions.

137
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Jeu 21 Juin 2012, 16:07

Entièrement d'accord avec vous, quoique ces propos m'aient semblé à la fois fort justes et exceptionnels sur cette antenne où la violation inverse aura été la règle dans la plupart des émissions y compris dans les culturelles, ceci sous toutes les formes imaginables et à toutes les périodes électorales ou non depuis des années jusqu'à la veille de chaque scrutin. Il est donc à craindre que les développements de Jean-Louis Bourlange, n'aient été bien insuffisants pour compenser la façon dont France Culture fait défaut à sa mission et s'emploie à endoctriner les auditeurs.

138
Répondre en citant  
Eh Manu !! - le Lun 25 Juin 2012, 08:51

Voici une curiosité ou une anecdote pour ceux qui aiment l'Esprit Public, ceux qui ne l'aiment pas, ceux qui n'apprécient guère le gros phi-phi et ceux qui le vénèrent mais se demandent ce qu'il fricote avec les matineux de FC : hier le numéro de la semaine était présenté par Emmanuel Laurentin qui a suivi au mot près le rôle écrit par Philippe Meyer, tout en exploitant les zones laissées à l'improvisation , entendez sa part dans la clarification du débat.

Au programme ? Là, pas de surprise : 100% de commentaire politique, sur deux sujets qui n'avaient pas été annoncés à l'avance mais qui étaient parfaitement prévisibles : les résultats des scrutins législatifs du dimanche précédent, en France et en Grèce. Zéro culture, comme d'habitude. 100% actualité, et plus que jamais avec le nez dans le guidon.

Heureusement qu'on avait eu deux numéros de bonne facture et de quelque recul dans les semaines précédentes. C'était dû au scrutin, remarquez. Sur FC les journées d'élections ça fait un peu comme les amphètes : le jour du scrutin la radio est meilleure, mais à peine bouclé aïe aïe c'est la redescente sévère qui nous laisse avec le moral encore plus massacré qu'avant.

139
Répondre en citant  
L'Esprit public ou le remake du Masque et la Plume de la grande époque - le Lun 10 Déc 2012, 11:32

C'était hier, dimanche 9 décembre, une émission consacrée au récent pataquès gouvernemental sur la fermeture-nationalisation-reprise-continuation comme avant des hauts fourneaux de Florange. Nos intervenants habituels, doctes et proprets, ont laissé se déchaîner les passions. C'est peut-être Max Gallo qui a déclenché malgré lui le phénomène, en basant comme d'habitude toute sa réflexion sur le Parisien du jour même, ou en répétant Grandange au lieu de Gandrange. Personne n'a rien dit, mais ça a pu énerver Jean-Louis Bourlanges ou Michaela Wiegel qui se veulent des gens sérieux. Thierry Pech, lui, avait fait provision de zenitude en pensant bien qu'il en aurait besoin pour défendre le gouvernement dans cette mauvaise passe. Mais c'est quand même lui qui a fait sauter la bombe, en disant après l'intervention de Jean-Louis que c'était bien beau de donner des leçons mais qu'il fallait aussi penser aux dégâts sociaux et économiques que causerait la fermeture du site industriel. Alors on a vu que M. Bourlanges énervé est aussi brillant que M. Bourlanges tranquille, mais on a senti à quel point ça l'avait vexé qu'on puisse soupçonner qu'il n'avait peut-être pas un point de vue si équilibré que ça. La tension est montée, Max n'a plus rien dit, craignant de prendre des coups, Michaela a voulu expliquer une nouvelle fois que les Français ne savent pas y faire et qu'ils feraient bien de regarder l'Allemagne pour apprendre. Philippe Meyer a alors parlé d'une "jolie fille dans une peau de vache", et Michaela a demandé s'il fallait qu'elle le prenne pour elle ou s'il pensait à Mme Merkel. Resserrant les rangs après cette attaque de l'ennemi héréditaire, Thierry Pech a voulu tranquilliser Jean-Louis Bourlanges en l'assurant qu'il était d'accord avec tout ce qu'il avait dit... C'était ça d'ailleurs qu'on pouvait retenir: ils étaient tous d'accord, en fait. Mittal a un comportement de prédateur (sauf en Allemagne, où ils savent lui parler), Montebourg est un Don Quichotte sponsorisé par l'aile gauche du PS, et la Lorraine n'est pas le bon endroit pour produire de l'acier. D'après ce qu'on a pu lire dans la presse ces jours-ci, il semble pourtant que la piste du repreneur n'était pas si farfelue que ça, et qu'il pouvait y avoir un intérêt à remettre un peu de concurrence face à Mittal... Mais, au moins cette fois-ci, les acteurs de l'Esprit Public pensaient plus à ne pas se (laisser) froisser le masque et la plume, qu'à explorer véritablement la question.

140
Répondre en citant  
Moment de lucidité - le Lun 10 Déc 2012, 20:45

Pour les raisons mentionnées plus haut par Nessie ou Vincent, j' écoute cette émission de plus en plus rarement et lorsque je le fais, ce n'est qu'avec une attention trés "flottante".
Ayant lu le commentaire de Vincent, je viens d'écouter le podcast de l'émission du 9 Décembre pour me donner du grain à moudre.
J'écoutais donc les 45 premières minutes avec cette attention sus-mentionnée, lorsque, vers la 45ième minute donc, un moment de lucidité de Thierry Pech m'a "réveillé" car il me semble trés révélateur de cette émission: "sur ce sujet de la sidérurgie, nous sommes tous ignorants et incompétents."
Mais rassurons-nous, la semaine prochaine, notre fine équipe, probablement toujours aussi ignorante et incompétente, sera bien fidèle au rendez-vous. Mais probablement sans moi, cette fois.

141
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Mer 12 Déc 2012, 21:44

Apprend-t-on encore quelque chose en écoutant l'Esprit Public ? Non. Ce n'est pas nouveau mais la dégénérescence de ce programme atteint sa phase terminale.

Apprend-t-on encore quelque chose en écoutant France dite "Culture" ? Pas plus, ou à peine. L'antenne produit juste un effet galvanique : de temps en temps, une énormité plus saillante, une bouffée d'auto-satisfaction provoque un réflexe musculaire.

Les webradios permettent de choisir et Channel 4 reste d'un niveau convenable. La solution, on peut le craindre, c'est désormais la migration.

L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour     Page 14 sur 18

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum