Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour    Page 17 sur 18

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Jeu 12 Nov 2009, 17:00

Rappel du premier message :

Ouvrons ce fil sur une double question, et tant pis pour le risque de confusion entre le sujet de fond et l'incident polémique de ces jours-ci (patience, j’y viens...).

L'Esprit Public, c’est une des émissions à la fois les mieux faites de toute la grille, et une des moins culturelles. Celle pour laquelle un ratio qualité radiophonique/contenu culturel serait le plus costaud. L’émission-type comme j’en cherchais sur BFM il y a 15 ans de ça, quand j’étais lecteur du Nouvel Escronomiste. Depuis, mes goûts ont changé : à ma radio je demande de la culture, et dans l’Esprit public, de la culture ben j’en entends pas lourd. Pourtant elle est là, ça ne fait pas de doute : dans l’art radiophonique de Philippe Meyer et dans le ciboulot des participants, et puis parfois quand même dans l’ultime séquence des brèves, mais c’est bien le seul moment où on l’entend, la culture. Pour le reste, c’est la version radio des discutes de jadis entre Ockrent, July, Alexandre. Et d’ailleurs pourquoi pas ? Si la formule est bonne, autant la reprendre. C’est ce qu’a fait récemment l’Economie en question : 4 invités, 2 sujets, une séquence de brèves. Ca nous fait maintenant 2 émissions instructives et ... aussi peu culturelles que possible.

C’est bien dommage, car Philippe Meyer est certainement une des meilleures pointures de toute la chaine. En témoignent son expérience de sociologue devenu journaliste, sa vaste culture, son souci de la langue sans jamais la moindre trace de purisme lourdaud (ça c’est vraiment rare), son recul et son humour vialatto-british, son art de maintenir le débat dans un cadre audible en réglant les tours de parole et en évitant ces chevauchements et interruptions qui à FC caviardent toutes les émissions de débat avec des passages plus ou moins longs de bouillie radio. Toutes choses en quoi nombre de producteurs de la station gagneraient à lorgner un peu du côté du dimanche à 11h et à s’inspirer de l’esprit de l’Esprit public.

Mais du côté des débatteurs invités, franchement, ça marque le pas. Les capacités d’analyse de Jean-François Revel et de Jean Claude Casanova n’ont pas été remplacées. Certes, Bruno Frappat vient de temps à autres jouer le rôle du sage, mais c’est pas bien souvent et ça aussi c’est dommage. Certes chacune des synthèses lues par Meyer (lecture intelligente, au fait, on n’est pas à la limite du déchiffrage comme chez Goumarre ou chez Baddou hein) est un modèle, comme le montre la réaction des intervenants ponctuels, ceux qu’on invite pour une émission thématique sur leur spécialité : pour la plupart ils saluent la justesse de l’analyse. Pour le reste, hormis les commentaires du même, mon impression générale est que les participants sont franchement usés. On se souvient qu’Emmanuel Todd n’était pas resté longtemps dans l’émission. Dans ses réponses à la question « Peut-on encore débattre en France », il avait dit sa difficulté d’avoir des opinions sur tout. Les actuels réguliers de l’Esprit Public ne semblent pas avoir sa réserve.
- Max Gallo tartine ses banalités comme si c’étaient des découvertes inédites et des vérités profondes.
- Michaud ricane tant qu’il peut. Il faut mettre à son crédit qu’il est aussi imprévisible que démagogique, ce qui est en soi un exploit. Enfin il est... I Mean : « il était » (cf plus loin, j’explique)
- Labarde et Olivennes font leurs petits effets de manche pour balancer des mini-coups de gueule et des paradoxes un peu faciles. On se dit qu’ils doivent être assez bons dans une discute de café ou dans une réunion de cadres. Seulement leur habileté d’orateurs n’est jamais bien relayée par quelque référence à la réalité empirique (sauciale). Quand on vérifie on se rend compte qu’ils fantasment du sophisme plutôt qu’ils n’étayent leur baratin pour marcher avec l’auditeur vers un peu plus de vérité et de clarté
- Bourlanges quant à lui il bourlangise tout-le-temps, c’est à dire que chaque semaine il nous fait 2 ou 3 fois un petit grand oral, en commençant par une belle astuce finement préparée et en achevant par une formule bien trouvée. Il cite Durkheim ou mieux Tonnies ou mieux Le Play ou mieux Saint-Simon à chaque fois on se demande jusqu’où il va remonter comme ça.

Le hic, c’est que le programme n’est toujours pas culturel. Ca serait d’ailleurs idiot de le réclamer tel : de même qu’on ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif, on n’entendra jamais beaucoup de culture dans une émission d’actu politique. Oui tout ça c’est bien dommage pour Philippe Meyer, que j’aurais bien vu et qu'encore je verrais bien en directeur des programmes, mais enfin son émission aurait plus sa place sur France info, comme ça j'écouterais France Info.

./...
* * *

161
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Dim 28 Sep 2014, 22:40

Suite à excès de vénerie et de quenelles de brochets (sauce Nantua) à notre table, Monsieur Max est actuellement en cure à La Bourboule.
Le matin, il joue au bridge, en paire avec Monsieur Phiphi (d’où la disparition de la chronique matinale). L’après-midi, la dextre glissée dans
l’échancrure du peignoir, il savoure l’été indien en baguenaudant d’une fontaine à l’autre. Après le diner, il arrive que Monsieur Phiphi lui
fasse discrètement passer une bouteille de Gentiane qu’il sirote avec Monsieur Clovis, jardinier en chef avec lequel il a noué une franche
et érudite amitié, scellée à la trinquette sur les concordances entre la potée et le bonapartisme.
Vous espérant rassuré,
Henri Racouchot.

162
Répondre en citant  
Pierre Ryckmans - le Ven 02 Jan 2015, 00:57

Dimanche dernier, la première des deux thématiques de la fin d'année était consacrée à Pierre Ryckmans, qui signait Simon Leys.

Invité principal : François Boncenne.
J'attendais René Viénet, mais il n'est pas venu.

L'émission vaut quasi un 'Une vie une oeuvre'.
http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-pierre-ryckmans-simon-leys-avec-pierre-boncenne-2014-12-28

163
Répondre en citant  
Simon ou Pierre ? - le Ven 02 Jan 2015, 12:16

@Nessie a écrit:Dimanche dernier, la première des deux thématiques de la fin d'année était consacrée à Pierre Ryckmans, qui signait Simon Leys.

Invité principal : François Boncenne.
J'attendais René Viénet, mais il n'est pas venu.

L'émission vaut quasi un 'Une vie une oeuvre'.
http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-pierre-ryckmans-simon-leys-avec-pierre-boncenne-2014-12-28

Un appel du pied pour tenir la promesse faite à la fin de ce post du 29 12 avec mon  on y reviendra ?

On y revient donc : ce numéro est vraiment digne d'écoute. La vie et l'oeuvre de Simon Leys sont bien mis en lumière par Pierre Boncenne à partir des questions et remarques de l'équipe de L'esprit public.  Philippe Meyer, que je n'avais pas entendu depuis longtemps, a la bonne distance et n'accapare pas la parole avec de longs développements comme j'ai pu l'entendre le faire il y a des années. Mais, bien qu'ayant rappelé plusieurs fois aux débatteurs que le sujet ne devait pas se limiter à la Chine, il n'a pu empêcher que les quatre cinquièmes de l'émission y soient consacrés. Dommage, le travail de critique littéraire et de traducteur de Simon Leys aurait valu un véritable éclairage.

Cette émission est donc restée dans son cadre, un commentaire politique et historique élaboré (avec désignation des bons et des mauvais, surtout de ces derniers) agrémenté de traits d'humour et de piques.  Un deuxième volet, littéraire, reste donc à faire dans un Une vie une oeuvre ou dans une émission littéraire. Mais laquelle ? Je n'en vois pas à FC qui ait pour but d'analyser une oeuvre, depuis le départ de Pascale Casanova !  Petite remarque finale : il aurait été pertinent de s'accorder avant l'émission sur le nom à utiliser : Simon Leys ou Pierre Ryckmans ? On (Pierre Boncenne surtout, qui ne sait pas sur quel pied danser, parler de  l'écrivain ou de l'ami ?) passe de l'un à l'autre (oeuvre/vie ?).

J'ai noté avec plaisir la présence de François Bujon de l'Estang dont le solide propos détonne avec le ton général de la chaîne devenu un cirque de djeunes. Cet ancien ambassadeur qui, forcément, ne parle pas pour ne rien dire (promotion Montesquieu de l'ENA en 1966), avait été l'invité de François Castang le 1er novembre 2007 à France Musique dans « À portée de mots » où il évoquait sa vie à travers ses goûts musicaux. Des paroles comme on aimerait en entendre plus souvent.

164
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Dim 17 Mai 2015, 17:53

Philippe Meyer a-t-il voulu seulement provoquer, ou bien tester l'indépendance de France culture ?

A l'issue d'une émission qui sanctifiait la politique étrangère de François Hollande, Meyer s'est permis une rafale de brèves (3 si j'ai bien compté) qui s'est achevée par une mise en boite du Secrétaire du PS : Jean-Christophe Cambadélis.

Et que croyez-vous qu'il advint ? Oh trois fois rien : alors que l'émission est enregistrée depuis vendredi, et diffusée ce jour de 11h à midi, six heures plus tard elle n'est toujours pas disponible sur le site de FC, ni livrée en podcast, alors que les autres émissions de ce dimanche le sont et notamment celles qui ont été diffusées après : Tire ta langue, Secret professionnel.
Le tandem PS/France Culture serait-il tombé dans le piège ? A-t-il montré que tout ce qui n'est pas censuré avant diffusion court le risque de l'être après ? L'émission sera-t-elle livrée intégralement ? Philippe Meyer sera-t-il une fois de plus viré de l'audiovisuel public pour cause d'abus de sa liberté de parole, comme il le fut déjà deux fois (+ une fois viré du Nouvel Obs).

Demain Radio-Solférino reçoit Manuel Valls chose qu'il est impossible d'ignorer vu que l'annonce en est faite  dans chaque bouquet d'entractes promotionnelles.  Quelle est donc cette conception de l'indépendance à France Culture si déjà 9 producteurs sur 10 roulent pour le PS et sur les 10% qui n'en sont pas, encore 9 sur 10 roulent un peu plus à gauche ? Et quelle réelle liberté d'expression si ceux qui échappent au mot d'ordre sont... inquiétés ? Contrôlés ? Censurés ? Ejectés ?

Depuis 4 mois on veut nous faire croire que l'assassinat quasi entier de la rédaction d'un hebdomadaire satirique est une affaire qui ressortit à la liberté d'expression. Rien n'est plus faux : la problématique de la liberté d'expression ne se joue pas entre la presse et des mouvements séditieux ou terroristes, mais entre la presse et le pouvoir politique. Les gouvernants de ce pays, depuis plusieurs mandatures, sont passés maîtres dans l'art de dire quelque chose tout en faisant le contraire : à peine montés au créneau de la liberté d'expression, ils montraient en quelle estime ils la tenaient, en interdisant les spectacles d'un humoriste coupable de provoquer les valeurs dans un sens non conforme à ce qu'ils disent être la liberté d'expression.
Et je n'écarte pas l'hypothèse que l'Esprit public de ce dimanche en fasse les frais à son tour.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

165
Répondre en citant  
Petite erreur de Nessie... - le Lun 18 Mai 2015, 11:59

@Nessie a écrit:Philippe Meyer a-t-il voulu seulement provoquer, ou bien tester l'indépendance de France culture ?

A l'issue d'une émission qui sanctifiait la politique étrangère de François Hollande, Meyer s'est permis une rafale de brèves (3 si j'ai bien compté) qui s'est achevée par une mise en boite du Secrétaire du PS : Jean-Christophe Cambadélis.

Et que croyez-vous qu'il advint ? Oh trois fois rien : alors que l'émission est enregistrée depuis vendredi, et diffusée ce jour de 11h à midi, six heures plus tard elle n'est toujours pas disponible sur le site de FC, ni livrée en podcast, alors que les autres émissions de ce dimanche le sont et notamment celles qui ont été diffusées après : Tire ta langue, Secret professionnel.

Petite erreur de votre part, Nessie : l'émission d'hier (très intéressante) était en direct ! Ce qui nous a évité, vers 11 h 30, l'audition d'un de ces affreux "jingles" que la direction de France Culture croit nécessaire de nous imposer depuis septembre dernier.

166
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Lun 18 Mai 2015, 12:21

Honte à moi -

Et merci de l'information
qui me fait redescendre au niveau inférieur
sur mon échelle "radio-parano" Wink

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

167
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Lun 18 Mai 2015, 12:28

Côté radio parano, on peut se dire que Finkie n'a plus grand chose à craindre car Manolo a affirmé avoir lu et apprécié le Coeur Intelligent.

168
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Lun 18 Mai 2015, 12:38

Oui, là c'est le grand soulagement de la matinale.
Certes, tous les deux ont déclaré à leur façon un désir d'en finir avec le PS.

Mais enfin avec le 1er Ministre en protecteur, Finkie vient de gagner son billet pour au moins une saison supplémentaire, peut-être deux. Ensuite, il faudra changer le dirlo pour qu'en 2017 on retrouve une radio réellement indépendante et culturelle, où Finkie ne serait plis considéré comme la brebis galeuse.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

169
Répondre en citant  
Détails de la carrière de Thierry Pech - le Dim 24 Mai 2015, 12:06

Nous avions aujourd'hui un Thierry Pech des grands jours : d'entrée de jeu il s'insurge après que Meyer a mentionné dans sa présentation l'agrèg' de lettres de Bruno Lemaire et pas celle de Thierry. Amusant : Lemaire est un politicien caricatural accessoirement normalien mais surtout Enarque tandis que Pech est un intellectuel normalien caricatural, c'est-à-dire un type qui une fois gagné ses sacrements, choisit la carrière du militant au lieu de faire ce pour quoi on l'avait engagé. Mais on remarquera que jamais une idée originale n'est sortie de la bouche de Thierry Pech : Pech est un homme d'appareil, dont le job est de jouer dans le milieu des idées au service d'un des deux camps de la politique. Après un passage dans l'édition (idéologiquement placée), il exerce maintenant cet apostolat dans L'Esprit public, en y diffusant la synthèse des réflexions du think tank au service de son camp. L'autre camp n'est pas dans le studio, Meyer n'ayant rappelé le titre de Bruno Lemaire que dans le cadre de son billet de présentation. Il faut dire que Pech était sorti quelque peu écrabouillé de ce débat alors qu'il jouait à la maison, avantage redoublé par l'arbitrage partisan de Louise Tourret.

Oui un Pech des grands jours qui place toutes les 3 phrases "La vérité c'est que....", "La vérité c'est que ...". Qui s'inquiète de ce que devient à droite le sens des libertés. Et quant à la gauche, il lâche à l'instant : "Quand on est de gauche on doit se préoccuper des victimes". Oh la belle prérogative, et certainement exclusive ness pas. Cela dit, la rhétorique de Thierry Pech est moins verbale que mentale. C'est une frime composée à 80% d'idéologie et à 20% de tours rhétoriques verbaux. Dont ce dernier que j'allais oublier : nous avons eu droit au sempiternel "le diable est dans les détails" que tout un chacun place maintenant dans son baratin comme on pousse dans sa viande une pointe d'ail pour donner de la saveur à un propos insipide mais il faudrait parfois flairer la gousse avant de l'utiliser parce qu'un truc aussi usé n'a plus aucun goût, aucun parfum, et ne fait en fin de compte que rappeler à l'auditeur que Thierry Pech abuse des procédés rhétoriques.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

170
Répondre en citant  
Un auteur considérable - le Ven 13 Nov 2015, 14:23

Ce matin au micro de Guillaume Erner, Alain Finkielkraut a réagi au petit seau de merde que Thierry Pech lui avait symboliquement versé sur la tête dans le dernier numéro de l'esprit public. Ce jour à 7h45 on pouvait donc entendre ceci : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/11/s46/NET_FC_17bfa19e-17b9-4c5b-aff1-73ede5468ac3.mp3" debut="75:45" fin="76:15"] qui faisait réponse à cela (entendu dimanche dernier à 11h22) : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/11/s45/NET_FC_ad6e85aa-4645-4ccf-973f-b2680ae52a39.mp3" debut="22:08" fin="23:01"]

On retrouve ici le style de Thierry Pech qui est comme l'art d'un Tullius Detritus qui passerait des cases de la BD aux micros de L'esprit public : insinuations méprisantes et méprisables balancées sur un ton de petit prof qui sait tout et juge de tout. Quel dommage qu'en dehors de cet art filandreux, Thierry Pech n'existe pas : n'étant que le porte parole d'un brain-trust, il bénéficie de l'intelligence collective d'un collège d'idéologues dont l'honnêteté intellectuelle n'est pas la qualité première.


./....

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

171
Répondre en citant  
Re: L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour - le Jeu 19 Nov 2015, 00:10

./...

Ah tiens en cherchant -et en trouvant- une référence Onfray, je trouve le même jour la réponse de Bourlange furibard : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/11/s45/NET_FC_ad6e85aa-4645-4ccf-973f-b2680ae52a39.mp3" debut="27:05" fin="27:54"]

Il est clair pour moi que l'entente entre ces deux idéologues que sont Bourly et Thierryus Pechtritus est bien trop lourdement affichée pour ne pas être parfaitement factice.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

L'esprit public - Philippe Meyer - Bonjour     Page 17 sur 18

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum