Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)    Page 21 sur 22

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Jeu 12 Nov 2009, 17:00

Rappel du premier message :

Ouvrons ce fil sur une double question, et tant pis pour le risque de confusion entre le sujet de fond et l'incident polémique de ces jours-ci (patience, j’y viens...).

L'Esprit Public, c’est une des émissions à la fois les mieux faites de toute la grille, et une des moins culturelles. Celle pour laquelle un ratio qualité radiophonique/contenu culturel serait le plus costaud. L’émission-type comme j’en cherchais sur BFM il y a 15 ans de ça, quand j’étais lecteur du Nouvel Escronomiste. Depuis, mes goûts ont changé : à ma radio je demande de la culture, et dans l’Esprit public, de la culture ben j’en entends pas lourd. Pourtant elle est là, ça ne fait pas de doute : dans l’art radiophonique de Philippe Meyer et dans le ciboulot des participants, et puis parfois quand même dans l’ultime séquence des brèves, mais c’est bien le seul moment où on l’entend, la culture. Pour le reste, c’est la version radio des discutes de jadis entre Ockrent, July, Alexandre. Et d’ailleurs pourquoi pas ? Si la formule est bonne, autant la reprendre. C’est ce qu’a fait récemment l’Economie en question : 4 invités, 2 sujets, une séquence de brèves. Ca nous fait maintenant 2 émissions instructives et ... aussi peu culturelles que possible.

C’est bien dommage, car Philippe Meyer est certainement une des meilleures pointures de toute la chaine. En témoignent son expérience de sociologue devenu  journaliste, sa vaste culture, son souci de la langue sans jamais la moindre trace de purisme lourdaud (ça c’est vraiment rare), son recul et son humour vialatto-british, son art de maintenir le débat dans un cadre audible en réglant les tours de parole et en évitant ces chevauchements et interruptions qui à FC caviardent toutes les  émissions de débat avec des passages plus ou moins longs de bouillie radio. Toutes choses en quoi nombre de producteurs de la station gagneraient à lorgner un peu du côté du dimanche à 11h et à s’inspirer de l’esprit de l’Esprit public.

Mais du côté des débatteurs invités, franchement, ça marque le pas. Les capacités d’analyse de Jean-François Revel et de Jean Claude Casanova n’ont pas été remplacées. Certes, Bruno Frappat vient de temps à autres jouer le rôle du sage, mais c’est pas bien souvent et ça aussi c’est dommage. Certes chacune des synthèses lues par Meyer (lecture intelligente, au fait, on n’est pas à la limite du déchiffrage comme chez Goumarre ou chez Baddou hein) est un modèle, comme le montre la réaction des intervenants ponctuels, ceux qu’on invite pour une émission thématique sur leur spécialité : pour la plupart ils saluent la justesse de l’analyse. Pour le reste, hormis les commentaires du même, mon impression générale est que les participants sont franchement usés. On se souvient qu’Emmanuel Todd n’était pas resté longtemps dans l’émission. Dans ses réponses à la question « Peut-on encore débattre en France », il avait dit sa difficulté d’avoir des opinions sur tout. Les actuels réguliers de l’Esprit Public ne semblent pas avoir sa réserve.
- Max Gallo tartine ses banalités comme si c’étaient des découvertes inédites et des vérités profondes.
- Michaud ricane tant qu’il peut. Il faut mettre à son crédit qu’il est aussi imprévisible que démagogique, ce qui est en soi un exploit. Enfin il est... I Mean : « il était » (cf plus loin, j’explique)
- Labarde et Olivennes font leurs petits effets de manche pour balancer des mini-coups de gueule et des paradoxes un peu faciles. On se dit qu’ils doivent être assez bons dans une discute de café ou dans une réunion de cadres. Seulement leur habileté d’orateurs n’est jamais bien relayée par quelque référence à la réalité empirique (sauciale). Quand on vérifie on se rend compte qu’ils fantasment du sophisme plutôt qu’ils n’étayent leur baratin pour marcher avec l’auditeur vers un peu plus de vérité et de clarté
- Bourlanges quant à lui il bourlangise tout-le-temps, c’est à dire que chaque semaine il nous fait 2 ou 3 fois un petit grand oral, en commençant par une belle astuce finement préparée et en achevant par une formule bien trouvée. Il cite Durkheim ou mieux Tonnies ou mieux Le Play ou mieux Saint-Simon à chaque fois on se demande jusqu’où il va remonter comme ça.  

Le hic, c’est que le programme n’est toujours pas culturel. Ca serait d’ailleurs idiot de le réclamer tel : de même qu’on ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif, on n’entendra jamais beaucoup de culture dans une émission d’actu politique. Oui tout ça c’est bien dommage pour Philippe Meyer, que j’aurais bien vu et qu'encore je verrais bien en directeur des programmes, mais enfin son émission aurait plus sa place sur France info, comme ça j'écouterais France Info.

./...
* * *

201
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 12 Sep 2017, 11:44

Pour discuter du Nouvel Esprit Public, le vrai, celui de Philippe Meyer, c'est là : Le Nouvel Esprit Public (en peau de caste).

Pour commenter la nouvelle émission de France Culture qui a emprunté son titre à la précédente, ça reste ici.

202
Répondre en citant  
L'Esprit public, rénové - le Ven 15 Sep 2017, 14:39

La nouvelle formule de l'"Esprit public" paraît prometteuse.

Dans la première émission du 10/09, Emilie Aubry a présenté et réuni presque l'ensemble des (10 je crois) intervenants titulaires. Il me semble que seuls 2 d'entre eux faisaient partie de l'ancienne équipe (Thierry Pech et Sylvie Kauffmann). L'ensemble paraît représenter la plus grande partie du spectre politique, même la France Insoumise (ou du moins cette sensibilité) à travers Marie Desplechin (EELV je crois).

Cela donne des échanges plus dynamiques, plus pointus, plus précis. Ce n'est pas un débat, mais les points de vue successivement présentés sont suffisamment diversifiés pour faire réfléchir. Seul Th. Pech reste sur le mode ancien et n'exprime finalement rien dans son intervention, comme d'habitude. D. Cohen, M. Desplechin, en particulier, font entendre des points de vue qui n'auraient jamais été exprimés dans la version Meyer de cette émission.

Bien entendu, Emilie Aubry n'a pas l'humour de Ph. Meyer, mais ce n'est pas le point central de l'émission. Elle s'en sort malgré tout très bien pour ce premier numéro, dans son introduction et ses présentations successives.

Finalement, cette version "modernisée" met en évidence ce que Ph Meyer n'a pas su réaliser : une émission diverse et nerveuse, représentant l'ensemble ou presque de l'éventail politique. Il ne servait plus qu'un sirop insipide, l'ensemble des intervenants se congratulant d'être tellement spirituels, et lui venant apporter la touche intéressante - mais la seule - de l'émission. C'était devenu une tisane d'extrême centre, efficace seulement pour assoupir les neurones critiques et terminer un WE peinard sans se poser de questions. Je me rends compte maintenant que je ne n'écoutais plus l'Esprit public que pour Ph. Meyer...

A suivre et confirmer cependant.

203
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Ven 15 Sep 2017, 18:28

Il faudra cependant se poser la question de l'utilité d'une émission si elle ne fait que nous proposer un collage des opinions que nous entendons toute la semaine dans les innombrables émissions d'actualité. Emilie Aubry vient de la télé et ça se sent : on croirait voir ces écrans avec 12 petites boîtes où attendent les "talking heads" qui vont s'exprimer tour à tour et débiter leur petit catéchisme. Et c'est sûr que la tendance Marie Desplechin est absolument inaudible, inouïe, unique à cette émission, nous n'entendons jamais sa tendance à longueur d'antenne, du matin au soir. Et je remarque que vous saluez un genre de pluralisme dans l'émission, c'est à dire... toutes les tendances de gauche bien sûr?

Donc, effectivement, cette émission est efficace si par miracle vous avez réussi à passer entre les gouttes (que dis-je), à travers le torrent d'opinions des émissions d'actualité politique de la semaine, et que vous souhaitez avoir un résumé des épisodes précédents. Si vous souhaitez entendre une parole développée, structurée, avec un certain esprit, un humour (qualité absente de la nouvelle génération, à part la beaufitude de personnalités du type Xavier De La Porte,  enfin parti ailleurs), une mémoire historique, alors bien sûr, l'émission va manquer de substance. Mais comme dit Sandrine Treiner pour dissimuler ses échecs et son manque d'imagination : "laissez-lui un peu de temps".

204
Répondre en citant  
Bon vent - le Ven 15 Sep 2017, 20:32

Au début de chaque émission, Ph. Meyer prétendait "illustrer l'actualité politique" (de mémoire). Mensonge hebdomadaire.

Son cercle réunissait entre autres un ancien ambassadeur s'exprimant façon Giscard, Th. Pech qui n'a pas pas grand chose à dire sur tout, et Bourlanges monopolisant la parole et s'écoutant parler dans sa propagande idéologique personnelle, etc... Bref, le centre-droit, le centre gauche, le centre-centre, ronronnant et ronflant dans l'alibi de la "culture historique". Bourlanges et compagnie ont disparu (sauf Pech, probablement en CDI à FC ?) dans un naufrage existentiel, dans le même temps que Bayrou.

Bon vent.

Il faut encourager E. Aubry dans son honnêteté éditoriale lorsqu'elle réunit pour "illustrer l'actualité politique" depuis la droite d'opposition jusqu'à la gauche d'opposition. Si on prétend commenter l'actualité politique, on se doit de réunir l'ensemble des composantes, y compris l'opposition. Eh oui ! l'opposition, cela existe encore, et même de plus en plus si on en croit les sondages.

Il ne tenait qu'à Ph. Meyer de réaliser lui-même cette réunion de voix diverses, pour être en cohérence avec les objectifs annoncés pour cette émission.

Aucun regret.

205
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Ven 15 Sep 2017, 21:31

Oui, bien sûr, tout est question de savoir si la vocation de France Culture est d'ajouter une couche au mille-feuilles des émissions politiques qui existent partout ailleurs. L'Esprit Public que France Culture a "volé" à Philippe Meyer pour le donner à quelqu'un d'autre n'est à présent qu'une émission politique de plus, un "Sunday Talk Show" qui pourrait avoir lieu sur n'importe quelle chaîne d'info, du câble, généraliste, de radio, de télé... Il n'y avait pas d'Esprit Public version Philippe Meyer où que ce soit dans le PAF. J'ai beaucoup de mal avec cette logique de suppression-uniformisation. A force de créer des rendez-vous qui sont des clones qui se font ailleurs, la direction de France Culture se rend petit à petit responsable d'une suppression ou d'une fusion de la station, à terme, par un politique qui se demandera pourquoi la redevance sert à subventionner la copie conforme d'une dizaine d'émissions déjà existantes. Mais bon, on peut très bien ne pas regretter la normalisation de France Culture. Il se trouve qu'elle est souvent souhaitée par les gens qui écoutent France Culture pour des raisons exclusivement politiques, comme vous. Voilà pourquoi il faut dépolitiser la station et la refonder entièrement. C'est un projet culturel qu'il lui faut, soutenu par une direction, par la présidence de RF et par le ministère de la culture. Mais personne ne semble plus s'y intéresser aujourd'hui. Demain, ce sont les journées du patrimoine. Que fait France Culture? Un weekend en musées, en sites historiques, avec de l'archéologie? De l'histoire de l'art. Non, rien du tout. Le patrimoine intéresse les Français, c'est leur grande porte d'entrée dans le monde culturel, mais France Culture ne fait rien. La station n'est même pas au courant. Le patrimoine, la transmission c'est ringard. Il vaut mieux créer une autre émission de table ronde avec des débiteurs d'opinion professionnels. C'est ça la priorité, en effet. France Culture ne fait rien pour les Journées du Patrimoine, mais par contre, elle propose un jeu pour gagner des DVD à l'occasion de la Fête de l'Huma. Il y en a qui ne regrettent rien.

206
Répondre en citant  
La ''fonction mièvrerie'' comme indice de la vertu moderniste. - le Lun 18 Sep 2017, 10:42

Quand l'idéologie l'emporte sur l'intelligence, c'est la liberté de ton et d'esprit qui s'en va. Le rassemblement de personnalités dont la vocation première est de montrer leur inaliénable amour de la justice sociale , de l'égalité forcenée, de l'altruisme labellisé ne peut que déboucher sur une fashion week de la pensée: d'abord se plaire entre soi, pour faire du regard de l'autre une injure à la vertu.
La rhétorique moderniste en vigueur chez nos élites télé-radio-médiatiques consiste aujourd'hui mieux qu'hier et moins que demain, à se déclarer pétries d'humanité. Le mascara lacanien, sartrien, deleuzien, est du dernier chic chez le bobo parisien en peine de sainteté breveté avec garantie du gouvernement, sans cette garantie en cas d'alternance.
Mais à quelque chose tout malheur est bon. Une Emilie Aubry formatée, contrairement à Philippe Meyer, étant substituable à foison, ce ne sont pas les Patrick Cohen, les Élizabeth Martichoux, voire même les Rokhaya Diallo en cas d'urgence absolue, qui manquent.
Emilie Aubry peut bien sûr apprendre à ne pas rester soi-même, mais a-t-elle les moyens de sa mue?
Voilà tout l'intérêt de cette nouvelle formule, une  expérience in vivo: un clone peut-il diverger de l'algorithme qui le gère? La créature du système qui l'a produite?

207
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Lun 18 Sep 2017, 11:00

Entendu pour la première fois l'Esprit public nouvelle manière. Mais que vient faire là Marie Desplechin. Ne lui-a-t-on pas dit qu'une émission de ce genre, face à Védrine, se prépare un peu? Qualifiée d'"intellectuelle de Gauche" par EA,  elle a d'ailleurs à peine pris la parole sauf sur l'Europe où elle est partie en vrille filandreuse sur le sentiment européen, il ne lui manquait plus que de citer Erasmus. Si c'est la seule représentante de gauche que FC ait trouvée, le niveau baisse…

208
Répondre en citant  
Changement pour rien ? - le Lun 18 Sep 2017, 17:56

Déception pour ce deuxième numéro de l'Esprit public, qu'on ne peut malheureusement qualifier de "nouvelle manière" : l'émission semble s'orienter vers un retour à la version Meyer, retrouvant le ton ronronnant de consensus mou centro-centriste.

Marie Déplechin est la seule du groupe pouvant apporter une liberté d'opinion, un éclairage différent, pour réanimer la réflexion, mais E. Aubry lui donne rarement la parole, et toujours en soulignant qu'elle est engagée à gauche. Pire : elle va jusqu'à lui demander d'oublier cet engagement, pratique étonnante de la part de l'animatrice.... Aucun des trois autres invités ne subit ce traitement partial, Hubert Védrine ou Thierry Pech ne se privant pourtant pas pour évoquer le leur.

Visiblement, inclure une voix d'opposition de gauche est tellement incongru dans cette émission que E. Aubry semble s'excuser de ce sacrilège.

Et Hubert Védrine prend le même chemin que JL Bourlanges pour monopoliser avec suffisance la parole.

Un changement pour rien ? peut-être la troisième semaine ramènera un peu d'espoir pour aérer enfin cette émission moribonde.

209
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Lun 18 Sep 2017, 19:21

Un grand éclat de rire à la lecture de votre contribution, que l'on pourrait intituler "les sanglots du partisan déçu". Comme dans la logique de votre groupe (car vous ne faites rien pour vous distinguer du groupe de militants auquel vous appartenez), on observe le syndrôme du "Pahassédgoche", qui est "toujours un scandale", qui bafoue les libertés fondamentales de notre humanité profonde généreuse et sincère. Et vous choisissez, bien évidemment, Marie Desplechin, comme la figure du martyre dans ce lent virage centristo-libéral que subit (déjà!) l'émission (la main invisible de Brice Couturier, sans doute). Je ne sais pas si vous "suivez" Marie Desplechin, par les articles qu'elle écrit, par ses nombreuses interventions médiatiques, mais comme vous, elle souffre d'un "one track mind", toujours la même voie de la rancoeur sociale, les vieilles haines de classes recuites, avec un argumentaire qui finit toujours par la même conclusion : le communisme, quand même, c'est pas si mal. Voilà pourquoi les médias de gauche l'utilisent souvent comme experte en tout, et notamment pour les questions d'éducation : le Monde la met régulièrement en selle pour râler contre les classes prépas, la cible parfaite et idéale pour défouler ces pulsions d'un autre âge. Et comme toujours, il y a ce double standard : "ce qui représente mes idées" -> noble, indispensable, juste, salutaire. "Tout ce qui ne représente pas mes idées -> "une décevante et insupportable confiscation de la parole, une atteinte épouvantable à la liberté d'expression du peuple."

Enfin, vos contributions sont, il est vrai, désespérantes, mais aussi très utiles : elles permettent aux lecteurs de ce forum de mesurer à quel point on peut tolérer la confiscation d'un service public culturel si celui-ci a le bon goût d'exprimer des idées politiques que l'on veut entendre. Dès qu'il y a dissonance cependant, que ses propres idées sont moins représentées, alors c'est un scandale et il faut faire quelque chose. Pas un moment, chez ces auditeurs politisés, ne se pose la question du projet culturel. Seule compte la représentativité. Et pour se défendre, on relativise en parlant des goûts : "tout le monde n'aime pas forcément ce que vous aimez, tolérez donc quel l'antenne se politise". Et en général, on complète en disant : "mais voyons, avec tout ce qui se passe dans le monde, on n'imagine pas que France Culture n'en parle pas!". Et voilà comment un service public culturel pour tous devient un service politique pour quelques uns. Plus que jamais, il est urgent de défendre la neutralité du service public contre ceux qui veulent en faire un reflet de leur propre petit monde étriqué et politisé. SamVa nous montre que ces auditeurs existent, et que s'ils étaient entendus, nous n'aurions plus de station. Comme un conservateur de bibliothèque qui choisi de bazarder son fond et de ne plus accepter que des magazines politiques dans les salles de lecture.

210
Répondre en citant  
Mise au point - le Mar 19 Sep 2017, 11:16

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...)Comme dans la logique de votre groupe (car vous ne faites rien pour vous distinguer du groupe de militants auquel vous appartenez)(...)
Une mise au point s'impose.

Dans le premier paragraphe d'une longue diatribe, vous commencez par fantasmer à mon propos, comme souvent dans vos contributions : "car vous ne faites rien pour vous distinguer du groupe de militants auquel vous appartenez" (!!!).

Vos opinions et suppositions, répétées, à propos d'autres contributeurs n'ont aucun intérêt pour ce Forum, mais ce délire systématisé et cohérent, à prédominance interprétative, dans vos interventions, est préoccupant.

Ensuite, long développement sur la personnalité et les positions politiques (qui visiblement ne vous plaisent pas) cette fois de l'une des intervenantes à l'émission en question, pas sur ses interventions dans cette émission.

La fonction de ce forum n'est sûrement pas de tenter de stigmatiser les autres contributeurs. Et la critique doit porter sur le contenu des émissions, éventuellement sur la compétence des intervenants, le contenu de leur intervention.

Je ne retiens de votre message que ceci :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...) Et comme toujours, il y a ce double standard : "ce qui représente mes idées" -> noble, indispensable, juste, salutaire. "Tout ce qui ne représente pas mes idées -> "une décevante et insupportable confiscation de la parole, une atteinte épouvantable à la liberté d'expression du peuple."
que l'on pourra proposer à la réflexion de certains contributeurs qui sursautent dès qu'une remarque d'un journaliste politique ne leur convient pas.

211
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 19 Sep 2017, 11:54

SamVa(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28901) a écrit:
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...)Comme dans la logique de votre groupe (car vous ne faites rien pour vous distinguer du groupe de militants auquel vous appartenez)(...)

Je ne retiens de votre message que ceci :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...) Et comme toujours, il y a ce double standard : "ce qui représente mes idées" -> noble, indispensable, juste, salutaire. "Tout ce qui ne représente pas mes idées -> "une décevante et insupportable confiscation de la parole, une atteinte épouvantable à la liberté d'expression du peuple."
Samva, vous ne voulez décidément pas comprendre. Ce dont certains, ici, se plaignent, ce n'est pas d'entendre des représentants de la gauche ou de l'extrême-gauche intellectuelle, c'est de n'entendre pratiquement qu'eux, systématiquement invités dans la plupart des journaux et débats politiques. D'autre part c'est que les journalistes en charge des journaux de FC affichent à tel point leurs sympathies politiques, au mépris de la neutralité du service public de l'information. C'est simple, clair, difficilement contestable. Oui, je sais vous allez nous parler de Brice Couturier…

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)     Page 21 sur 22

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum