Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)    Page 22 sur 22

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Jeu 12 Nov 2009, 17:00

Rappel du premier message :

Ouvrons ce fil sur une double question, et tant pis pour le risque de confusion entre le sujet de fond et l'incident polémique de ces jours-ci (patience, j’y viens...).

L'Esprit Public, c’est une des émissions à la fois les mieux faites de toute la grille, et une des moins culturelles. Celle pour laquelle un ratio qualité radiophonique/contenu culturel serait le plus costaud. L’émission-type comme j’en cherchais sur BFM il y a 15 ans de ça, quand j’étais lecteur du Nouvel Escronomiste. Depuis, mes goûts ont changé : à ma radio je demande de la culture, et dans l’Esprit public, de la culture ben j’en entends pas lourd. Pourtant elle est là, ça ne fait pas de doute : dans l’art radiophonique de Philippe Meyer et dans le ciboulot des participants, et puis parfois quand même dans l’ultime séquence des brèves, mais c’est bien le seul moment où on l’entend, la culture. Pour le reste, c’est la version radio des discutes de jadis entre Ockrent, July, Alexandre. Et d’ailleurs pourquoi pas ? Si la formule est bonne, autant la reprendre. C’est ce qu’a fait récemment l’Economie en question : 4 invités, 2 sujets, une séquence de brèves. Ca nous fait maintenant 2 émissions instructives et ... aussi peu culturelles que possible.

C’est bien dommage, car Philippe Meyer est certainement une des meilleures pointures de toute la chaine. En témoignent son expérience de sociologue devenu  journaliste, sa vaste culture, son souci de la langue sans jamais la moindre trace de purisme lourdaud (ça c’est vraiment rare), son recul et son humour vialatto-british, son art de maintenir le débat dans un cadre audible en réglant les tours de parole et en évitant ces chevauchements et interruptions qui à FC caviardent toutes les  émissions de débat avec des passages plus ou moins longs de bouillie radio. Toutes choses en quoi nombre de producteurs de la station gagneraient à lorgner un peu du côté du dimanche à 11h et à s’inspirer de l’esprit de l’Esprit public.

Mais du côté des débatteurs invités, franchement, ça marque le pas. Les capacités d’analyse de Jean-François Revel et de Jean Claude Casanova n’ont pas été remplacées. Certes, Bruno Frappat vient de temps à autres jouer le rôle du sage, mais c’est pas bien souvent et ça aussi c’est dommage. Certes chacune des synthèses lues par Meyer (lecture intelligente, au fait, on n’est pas à la limite du déchiffrage comme chez Goumarre ou chez Baddou hein) est un modèle, comme le montre la réaction des intervenants ponctuels, ceux qu’on invite pour une émission thématique sur leur spécialité : pour la plupart ils saluent la justesse de l’analyse. Pour le reste, hormis les commentaires du même, mon impression générale est que les participants sont franchement usés. On se souvient qu’Emmanuel Todd n’était pas resté longtemps dans l’émission. Dans ses réponses à la question « Peut-on encore débattre en France », il avait dit sa difficulté d’avoir des opinions sur tout. Les actuels réguliers de l’Esprit Public ne semblent pas avoir sa réserve.
- Max Gallo tartine ses banalités comme si c’étaient des découvertes inédites et des vérités profondes.
- Michaud ricane tant qu’il peut. Il faut mettre à son crédit qu’il est aussi imprévisible que démagogique, ce qui est en soi un exploit. Enfin il est... I Mean : « il était » (cf plus loin, j’explique)
- Labarde et Olivennes font leurs petits effets de manche pour balancer des mini-coups de gueule et des paradoxes un peu faciles. On se dit qu’ils doivent être assez bons dans une discute de café ou dans une réunion de cadres. Seulement leur habileté d’orateurs n’est jamais bien relayée par quelque référence à la réalité empirique (sauciale). Quand on vérifie on se rend compte qu’ils fantasment du sophisme plutôt qu’ils n’étayent leur baratin pour marcher avec l’auditeur vers un peu plus de vérité et de clarté
- Bourlanges quant à lui il bourlangise tout-le-temps, c’est à dire que chaque semaine il nous fait 2 ou 3 fois un petit grand oral, en commençant par une belle astuce finement préparée et en achevant par une formule bien trouvée. Il cite Durkheim ou mieux Tonnies ou mieux Le Play ou mieux Saint-Simon à chaque fois on se demande jusqu’où il va remonter comme ça.  

Le hic, c’est que le programme n’est toujours pas culturel. Ca serait d’ailleurs idiot de le réclamer tel : de même qu’on ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif, on n’entendra jamais beaucoup de culture dans une émission d’actu politique. Oui tout ça c’est bien dommage pour Philippe Meyer, que j’aurais bien vu et qu'encore je verrais bien en directeur des programmes, mais enfin son émission aurait plus sa place sur France info, comme ça j'écouterais France Info.

./...
* * *

211
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 19 Sep 2017, 11:54

SamVa(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28901) a écrit:
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...)Comme dans la logique de votre groupe (car vous ne faites rien pour vous distinguer du groupe de militants auquel vous appartenez)(...)

Je ne retiens de votre message que ceci :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28897) a écrit:(...) Et comme toujours, il y a ce double standard : "ce qui représente mes idées" -> noble, indispensable, juste, salutaire. "Tout ce qui ne représente pas mes idées -> "une décevante et insupportable confiscation de la parole, une atteinte épouvantable à la liberté d'expression du peuple."
Samva, vous ne voulez décidément pas comprendre. Ce dont certains, ici, se plaignent, ce n'est pas d'entendre des représentants de la gauche ou de l'extrême-gauche intellectuelle, c'est de n'entendre pratiquement qu'eux, systématiquement invités dans la plupart des journaux et débats politiques. D'autre part c'est que les journalistes en charge des journaux de FC affichent à tel point leurs sympathies politiques, au mépris de la neutralité du service public de l'information. C'est simple, clair, difficilement contestable. Oui, je sais vous allez nous parler de Brice Couturier…

212
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 19 Sep 2017, 17:51

Encore une fois, contrairement à vous je me contrefiche de savoir si les intervenants sont de droite ou de gauche. Qu'ils soient de Nuits debout, de la Manif pour tous ou chinois, ce qui m'intéresse c'est qu'ils expriment une connaissance sur le monde, ou simplement un point de vue sur le monde, que j'ignorais, pourvu que cela soit sincère et réfléchi, intelligent. C'est cela qui accroît ma culture.

Tout le contraire de l'Esprit public version Meyer, où tout le monde exprimait les mêmes banalités déjà largement rabâchées, à l'intention d'auditeurs qui ne souhaitaient que d'entendre ce qu'ils pensent déjà, pour confirmer à quel point ils sont cultivés. Historiquement cultivés, même. Et tellement finement spirituels.

munstead(http://www.regardfc.com/t126p200-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#28903) a écrit:Samva, vous ne voulez décidément pas comprendre. (...)
Dès la première ligne, vous décourageriez la lecture...

213
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 19 Sep 2017, 18:07

Et pourtant, la nouvelle forme de l'Esprit Public ressemble au Grain à Moudre, à la Grande Table, à un peu de Culture-Monde, avec un soupçon de Matins, une pincée de Suite dans les Idées... C'est en effet une fashion week (merci Gecko, excellente contribe) de la pensée france-culturienne exprimée pendant la semaine. Et bien sûr, on peut ajouter 28 minutes, l'émission d'Arte, d'autres tables rondes de France Inter, et quelques émissions de la Chaîne Parlementaire aussi. C'est ce qu'on appelle un lissage, une normalisation, qui permet facilement d'opérer toutes sortes de substitutions au bon vouloir du prince (la direction, la présidence de RF : une émission neutre et interchangeable, sans caractère ni personnalité est facilement modifiable, supprimable, détournable). A quoi ressemblait L'Esprit Public version Philippe Meyer ? Peut-on trouver d'autres émissions qui lui ressemblaient ? Je ne comprends pas cette insistance sur le fait de vouloir à tout prix stériliser et normaliser une grille culturelle, détruire ce qui lui est unique. Enfin si, je pense que je la comprends, elle vient de vos convictions politiques, et votre ton de prédication très "thierrypéchien" et un peu cauteleux ne font que renforcer cette impression. Ce nouvel esprit public, on pourrait le surnommer "L'Esprit Ctrl+C Ctrl+V", en attendant l'inévitable suppression (L'Esprit Ctrl+Alt+Suppr), ça ferait tendance. Je soupçonne même que le choix de convier Marie Desplechin est fait pour mimer la présence de Christine Angot chez Ruquier.

214
Répondre en citant  
Sur l'Esprit public - le Lun 20 Nov 2017, 21:59

Après le pénible feuilleton qui a conduit à l'éviction de Philippe Meyer des ondes de FC (je me souviens de ses prises de position à l'égard de la revue littéraire où avait contribué Mme Fillon, et j'avais pressenti alors qu'elles lui seraient fatales... ), on pouvait espérer un renouveau de cette tranche horaire qui succède à une matinée où défilent bondieuseries et arrière-mondes en tous genres. L'Esprit Public est pour moi le fond sonore de mon grand oeuvre culinaire dominical. Belle lurette que je n'écoute plus se décliner ces litanies de truismes péremptoires, de regards avisés sur l'époque, émanant de représentants d'une intelligentsia parisienne hors-sol dont le babil, à nous provinciaux des montagnes confrontés aux âpretés du monde réel, nous soutire au mieux un sourire compassé, au pire des ricanements de cancres blasés.
Et voilà que l'on troque le bon Meyer contre une Emilie sans relief. Et que l'on retrouve l'indéboulonnable Ockrent, et que pour faire bon poids bonne mesure, on ajoute au casting une Despleschin manifestement déplacée en pareil salon, qui ne sait trop que dire qui n'ait déjà été mille fois rabâché. Despleschin qui disparaît des épisodes suivants, avait-elle consumé son stock de répliques ? Pas Ockrent, qui s'écoute parler depuis les années 80, et ça continue sur le registre propagandstaffel, le libéralisme vu par un aréopage de bobos qui a tout lieu d'en vanter les vertus, pour n'avoir pas à en subir ces légers inconvénients que sont le chômage, le mal-logement, les retraites à moins de 1000 € et un accès aux soins devenu problématique, bref ! après la messe proprement dite, c'est la liturgie propagandiste qui se décline jusqu'à l'heure des hors-d'oeuvre, et ça aussi c'est de la culture, c'est une marque de l'époque que nous traversons, et ça restera dans les archives de ce que fut cette époque lorsqu'elle sera enfin devenue du passé, comme on réécoute des enregistrements d'émissions de radio datant des Trente glorieuses et d'avant, le "journal parlé" déclamé d'un ton théâtral, les interviewes qui avaient l'air d'avoir été écrites avant d'être dites, les voix académiques du France-Culture de notre enfance propageant le savoir comme les débatteurs de l'Esprit Public se font les relais de BFMTV et consorts pour propager la bonne parole made in Bruxelles, dûment européiste et coupée des réalités gênantes du terrain.

215
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 21 Nov 2017, 11:55

Alceste(http://www.regardfc.com/t126p210-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#29474) a écrit:(...) Belle lurette que je n'écoute plus se décliner ces litanies de truismes péremptoires, de regards avisés sur l'époque, émanant de représentants d'une intelligentsia parisienne hors-sol dont le babil, à nous provinciaux des montagnes confrontés aux âpretés du monde réel, nous soutire au mieux un sourire compassé, au pire des ricanements de cancres blasés.
Et voilà que l'on troque le bon Meyer contre une Emilie sans relief. (...) Despleschin qui disparaît des épisodes suivants, avait-elle consumé son stock de répliques ? (...) après la messe proprement dite, c'est la liturgie propagandiste qui se décline jusqu'à l'heure des hors-d'oeuvre, et ça aussi c'est de la culture, c'est une marque de l'époque que nous traversons, et ça restera dans les archives de ce que fut cette époque lorsqu'elle sera enfin devenue du passé, comme on réécoute des enregistrements d'émissions de radio datant des Trente glorieuses et d'avant, le "journal parlé" déclamé d'un ton théâtral, les interviewes qui avaient l'air d'avoir été écrites avant d'être dites, les voix académiques du France-Culture de notre enfance propageant le savoir comme les débatteurs de l'Esprit Public (...)
Finalement, le seul regret que laisse l'ancienne version, c'est de ne plus entendre l'humour et l'esprit de de Ph. Meyer. Pour une émission de commentaire politique, c'est peu, finalement...

La nouvelle version a donné un peu d'espoir par ses premiers numéros. Si Marie Despleschin a paru effectivement un peu "faible", elle apportait par contre ce côté "provinciaux des montagnes confrontés aux âpretés du monde réel" qui manquait totalement à la version Meyer. Mais nous sommes maintenant revenus à la version initiale, avec Hubert Védrine qui pontifie aussi bien que le faisait JL Bourlanges.

Ainsi E. Aubry n'a pas su (ou pas pu) faire évoluer l'émission : elle aurait pu réunir des personnalités de l'ensemble du paysage politique mais ne prétendant pas à l'expertise, telle que Marie Desplechin. En mettant celle-ci au milieu d'un aréopage de même nature que dans la version précédente (l'aréopage a certainement fait jouer tout son réseau auprès de la direction pour être maintenu dans son rôle de vigile idéologique), il était fatal que l'on revienne à cette torpeur érudite.

Exit Deplechin et les " âpretés du monde réel".

216
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 21 Nov 2017, 13:12

Vous êtes surpris que cette direction soit incapable de concevoir un projet radiophonique original?

Et rassurez-vous, tous les clichés du style Desplechin peuvent être retrouvés partout où elle est invitée. C'est une créature médiatique qui est tout à fait conforme à ce que souhaite entendre une certaine classe journalistique. Ecoutez son passage chez Elsa Boublil, sur France Musique, et vous verrez que c'est bien une usine à clichés, pas une seule expression originale, pas une seule expérience intéressante, tout est "en boîte". Du cliché à la tonne. C'est assez révélateur que cette créature médiatique, qui pense bien, qui se bat courageusement pour tous les combats déjà gagnés, ou portés par la classe médiatique, remporte votre adhésion. Ce doit être étouffant de vivre dans la confirmation et la conformité, de tout faire passer par le filtre de ses petites convictions politiques. Aucune surprise, aucune ouverture, simplement une recherche de ce qui vous ressemble.

Ce forum prouve quotidiennement qu'un esprit d'ouverture est encore possible, contre tous ceux qui réclament un conformisme politique à la station, bref, la fin de sa mission culturelle.

217
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 21 Nov 2017, 14:36

SamVa(http://www.regardfc.com/t126p210-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#29483) a écrit:La nouvelle version a donné un peu d'espoir par ses premiers numéros. Si Marie Despleschin a paru effectivement un peu "faible", elle apportait par contre ce côté "provinciaux des montagnes confrontés aux âpretés du monde réel" qui manquait totalement à la version Meyer. Mais nous sommes maintenant revenus à la version initiale, avec Hubert Védrine qui pontifie aussi bien que le faisait JL Bourlanges.
Je suis certain que Despléchin va beaucoup apprécier le "côté pâtre des montagnes" que vous lui attribuez. Pour l'équivalent d'une salonnarde à l'ancien terriblement à la mode, toujours dans le bon train, celui que Libé ou l'Obs lui ont demandé de prendre, c'est un peu violent. Et faux. Elle illustre totalement l'incroyable faiblesse intellectuelle et absence de curiosité d'un petit milieu littéraro-cinémato-médiatique ultra-parisien. Samva, vous vous étiez fait discret récemment, mais vous revenez en force…

218
Répondre en citant  
Despleschin - le Mar 21 Nov 2017, 14:59

... ne me convainc pas plus qu'Ockrent et Védrine et la crispante Canto-Sperber dans leur rôle respectif. Elle m'ennuie comme m'ennuient prodigieusement les gens de sa caste, les Guédiguian, Aubenas, Bacri & Jaoui, Djamel and co, auteurs, cinéastes, artistes polyvalents qui se veulent les portes-parole de classes populaires dont ils ne connaissent que par ouï-dire les conditions de vie. Hier certains d'entre eux s'affirmaient communistes dans la lignée de leurs ancêtres Montand, Signoret et Renaud, aujourd'hui ils s'étiquettent écolos vu que ça passe mieux - écolos en France c'est un fourre-tout sans autre idéal ni projet que perso et temporaire.
Disons que Despleschin était la "caution" de gogauche parmi un casting de têtes d'affiches qui depuis lure ont reçu l'onction de "la main invisible du marché" et les honneurs qui vont avec. Rien de glorieux ni de transcendant. A part le générique, que j'ai pris pour du Phil Glass avant de partir aux renseignements.

219
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 21 Nov 2017, 17:26

munstead(http://www.regardfc.com/t126p210-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#29486) a écrit:(...) Elle illustre totalement l'incroyable faiblesse intellectuelle et absence de curiosité d'un petit milieu littéraro-cinémato-médiatique ultra-parisien
Ouf ! Pourquoi tant d'agressivité envers Depleschin ? et dans une prose assez lourde.
Je vous invite à méditer cette remarque :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t701p30-pourquoi-encore-ecouter-france-culture#29488) a écrit:(...) Soit dit en passant, les discussions lues ici ou là ces derniers temps sur le forum ne montrent pas un grand intérêt pour la culture. En revanche quand il s'agit d'exprimer ses détestations pour telle ou telle figure médiatique, ça carbure.
Et si vous tenez vraiment à exprimer votre détestation, méditez celle-ci :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p610-au-fil-de-l-ecoute#29009) a écrit:Tenez-vous en aux faits pour étayer un point de vue.
... avec des "faits" entendus sur FC.

220
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Mar 21 Nov 2017, 17:48

SamVa(http://www.regardfc.com/t126p210-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#29498) a écrit:
munstead(http://www.regardfc.com/t126p210-l-esprit-public-depuis-septembre-2017-emilie-aubry#29486) a écrit:(...) Elle illustre totalement l'incroyable faiblesse intellectuelle et absence de curiosité d'un petit milieu littéraro-cinémato-médiatique ultra-parisien
Ouf ! Pourquoi tant d'agressivité envers Depleschin ? et dans une prose assez lourde.
Je vous invite à méditer cette remarque :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t701p30-pourquoi-encore-ecouter-france-culture#29488) a écrit:(...) Soit dit en passant, les discussions lues ici ou là ces derniers temps sur le forum ne montrent pas un grand intérêt pour la culture. En revanche quand il s'agit d'exprimer ses détestations pour telle ou telle figure médiatique, ça carbure.
Et si vous tenez vraiment à exprimer votre détestation, méditez celle-ci :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p610-au-fil-de-l-ecoute#29009) a écrit:Tenez-vous en aux faits pour étayer un point de vue.
... avec des "faits" entendus sur FC.

Des faits? J'ai entendu deux fois l'Esprit public avec Despléchin. J'ai non seulement trouvé ses interventions médiocres, sans le moindre intérêt, mais on avait même l'impression que l'animatrice du débat devait la pousser pour qu'elle s'exprime. Elle n'était visiblement pas à sa place. Bien évidemment c'est un jugement, qui vaut le vôtre, qui ne nous donnez d'ailleurs pas le moindre exemple du brio d'expression et de l'intelligence conceptuelle de cette dame.

221
Répondre en citant  
Temps libre - le Dim 03 Déc 2017, 11:02

E. Aubry n'est tout simplement pas à la hauteur de sa mission d'effacer la mémoire de Ph. Meyer.
Ses introductions scolaires et laborieuses sont à des années-lumières de la capacité synthétique de son prédécesseur, de son talent à mettre en perspective deux idées appartenant à des registres différents (politique et historique par exemple) pour faire le lien avec une question d'actualité révélatrice de l'Histoire qui s'écrit.

Notre présentatrice elle, se contente du picorage dans les informations de la semaine de celle qui va lui permettre de teinter son propos d'indignation devant une injustice, de dénonciation d'une inégalité, d'un coup de griffe féministe. Comme si l'auditeur benêt avait besoin de ses états d'âme pour orienter les siens. Ils ne font que révéler son profil de carrière, situé à mi-chemin entre l'onction idéologique de sa communauté et l'attribution égolâtrique d'un prix de mérite humaniste.

E. Aubry appartient à cette modalité intellectuelle désignée par JP Le Goff par le terme de « gauchisme culturel » se trahissant par le prédicat devenu hégémonique dans les médias nationaux, de l'appartenance au camp d'une vertu désormais activiste. En effet, la posture altruiste fait figure d'impératif de visibilité médiatique, politique et culturelle, en dehors de laquelle, il n'existe nulle survie événementielle.

Les causes à défendre sont donc à inventer chaque jour, quitte à user de l'injonction performative outrancière ou du recyclage de poncifs sous le masque d'un décryptage des faits permettant la « révélation ». Mais encore faut-il disposer du talent de tailler dans la gangue des apparences à coups de serpe révélateurs des turpitudes universelles, et non pas celui d'une dame patronnesse médiatique distribuant avec une voix de petite fille modèle, punitions et bons points, selon sa grille discriminative et actualisée.

E. Aubry est pénible à écouter (d'ailleurs je consacre désormais cette tranche horaire à d'autres bénéfices culturels, merci donc Émilie) comme tout présentateur/animateur médiatique, ignorant d'être au service d'un auditoire avide de comprendre et non pas d'être accablé par son objectif militant présenté comme une solution, à laquelle il n'est pas envisagé qu'il n'adhère pas.

Contenu sponsorisé 

222
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) -

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)     Page 22 sur 22

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum