Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)    Page 24 sur 24

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Jeu 12 Nov 2009, 17:00

Rappel du premier message :

Ouvrons ce fil sur une double question, et tant pis pour le risque de confusion entre le sujet de fond et l'incident polémique de ces jours-ci (patience, j’y viens...).

L'Esprit Public, c’est une des émissions à la fois les mieux faites de toute la grille, et une des moins culturelles. Celle pour laquelle un ratio qualité radiophonique/contenu culturel serait le plus costaud. L’émission-type comme j’en cherchais sur BFM il y a 15 ans de ça, quand j’étais lecteur du Nouvel Escronomiste. Depuis, mes goûts ont changé : à ma radio je demande de la culture, et dans l’Esprit public, de la culture ben j’en entends pas lourd. Pourtant elle est là, ça ne fait pas de doute : dans l’art radiophonique de Philippe Meyer et dans le ciboulot des participants, et puis parfois quand même dans l’ultime séquence des brèves, mais c’est bien le seul moment où on l’entend, la culture. Pour le reste, c’est la version radio des discutes de jadis entre Ockrent, July, Alexandre. Et d’ailleurs pourquoi pas ? Si la formule est bonne, autant la reprendre. C’est ce qu’a fait récemment l’Economie en question : 4 invités, 2 sujets, une séquence de brèves. Ca nous fait maintenant 2 émissions instructives et ... aussi peu culturelles que possible.

C’est bien dommage, car Philippe Meyer est certainement une des meilleures pointures de toute la chaine. En témoignent son expérience de sociologue devenu  journaliste, sa vaste culture, son souci de la langue sans jamais la moindre trace de purisme lourdaud (ça c’est vraiment rare), son recul et son humour vialatto-british, son art de maintenir le débat dans un cadre audible en réglant les tours de parole et en évitant ces chevauchements et interruptions qui à FC caviardent toutes les  émissions de débat avec des passages plus ou moins longs de bouillie radio. Toutes choses en quoi nombre de producteurs de la station gagneraient à lorgner un peu du côté du dimanche à 11h et à s’inspirer de l’esprit de l’Esprit public.

Mais du côté des débatteurs invités, franchement, ça marque le pas. Les capacités d’analyse de Jean-François Revel et de Jean Claude Casanova n’ont pas été remplacées. Certes, Bruno Frappat vient de temps à autres jouer le rôle du sage, mais c’est pas bien souvent et ça aussi c’est dommage. Certes chacune des synthèses lues par Meyer (lecture intelligente, au fait, on n’est pas à la limite du déchiffrage comme chez Goumarre ou chez Baddou hein) est un modèle, comme le montre la réaction des intervenants ponctuels, ceux qu’on invite pour une émission thématique sur leur spécialité : pour la plupart ils saluent la justesse de l’analyse. Pour le reste, hormis les commentaires du même, mon impression générale est que les participants sont franchement usés. On se souvient qu’Emmanuel Todd n’était pas resté longtemps dans l’émission. Dans ses réponses à la question « Peut-on encore débattre en France », il avait dit sa difficulté d’avoir des opinions sur tout. Les actuels réguliers de l’Esprit Public ne semblent pas avoir sa réserve.
- Max Gallo tartine ses banalités comme si c’étaient des découvertes inédites et des vérités profondes.
- Michaud ricane tant qu’il peut. Il faut mettre à son crédit qu’il est aussi imprévisible que démagogique, ce qui est en soi un exploit. Enfin il est... I Mean : « il était » (cf plus loin, j’explique)
- Labarde et Olivennes font leurs petits effets de manche pour balancer des mini-coups de gueule et des paradoxes un peu faciles. On se dit qu’ils doivent être assez bons dans une discute de café ou dans une réunion de cadres. Seulement leur habileté d’orateurs n’est jamais bien relayée par quelque référence à la réalité empirique (sauciale). Quand on vérifie on se rend compte qu’ils fantasment du sophisme plutôt qu’ils n’étayent leur baratin pour marcher avec l’auditeur vers un peu plus de vérité et de clarté
- Bourlanges quant à lui il bourlangise tout-le-temps, c’est à dire que chaque semaine il nous fait 2 ou 3 fois un petit grand oral, en commençant par une belle astuce finement préparée et en achevant par une formule bien trouvée. Il cite Durkheim ou mieux Tonnies ou mieux Le Play ou mieux Saint-Simon à chaque fois on se demande jusqu’où il va remonter comme ça.  

Le hic, c’est que le programme n’est toujours pas culturel. Ca serait d’ailleurs idiot de le réclamer tel : de même qu’on ne fera pas boire un âne qui n’a pas soif, on n’entendra jamais beaucoup de culture dans une émission d’actu politique. Oui tout ça c’est bien dommage pour Philippe Meyer, que j’aurais bien vu et qu'encore je verrais bien en directeur des programmes, mais enfin son émission aurait plus sa place sur France info, comme ça j'écouterais France Info.

./...
* * *

231
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) - le Dim 08 Avr 2018, 11:18

Le choix des intervenants n est pas judicieux, il y a des personnalités que l on a plus envie d entendre vu le rôle qui a été le leur dans la politique à des postes ministériels notamment. Il est nécessaire de varier les intervenants pour être plus crédible et inspirer une meilleure confiance dans les médias.

pierre bourduge 

232
Répondre en citant  
esprit public du 8/4 - le Dim 08 Avr 2018, 13:41

Bien triste d'entendre tous les participants donner un point de vue unanime sur la grève actuelle. Nous serions dans la nostalgie des chemins de fer, la CGT défendrait avant tout son pouvoir (je ne suis pas cégétiste, mais quelle organisation ne défend pas son pouvoir, son influence qui est d'abord faite de ceux et celles qui la suivent ?), et en résumé : la privatisation (sans d'ailleurs que le mot ait vraiment été prononcé) faut y aller! Ce qui est triste aussi c'est que les personnes qui ont la parole dans l'émission (parmi lesquels certains que j'apprécie beaucoup, Mr Hubert Vedrine entre autres) donnent forcément à ce qu'ils disent avec de beaux mots et des phrases bien construites une forme d'autorité qui s'impose d'elle-même comme une vérité. Enfin il y avait un ton de conviction générale partagée très désagréable.   Les problèmes des trains en Angleterre ? On ne pense qu'à nous et qu'on est les meilleurs. Pas un mot sur l'unité syndicale et politique qui s'amorce (...sans qu'on sache ce que ça donnera encore), sur la suppression des petites lignes, sur les responsables de la dette (c'est pas les cheminots, il me semble), etc... et aucun regard bien-sûr (non, pas bien-sûr, car je m'attendais à autre chose de cette émission que j'apprécie et qui s'est beaucoup améliorée), aucun regard du côté des orientations libérales et essentiellement tournées vers une gestion économique du pays par le pouvoir. Un pouvoir, oui, bien plus fort que celui d'un syndicat, qui "ordonnance" à son gré, face à la vilaine CGT, qui peut avoir ses défauts (quelle organisation ou association n'en a pas ?), face  aux grévistes cheminots, mais aussi face aux personnels des Ehpad, des hopitaux, d'Air France, aux éboueurs, aux étudiants, aux avocats, face enfin à une unité retrouvée, même fragile,  des syndicats et partis "de gauche"... un pouvoir, enfin, soutenu comme par hasard par un Medef qui sait étrangement se faire discret (un rien à dire !  satisfait). La grève des cheminots est l'arbre qui cache la forêt de tous ceux et celles qui souffrent de ce productivisme financier dans leurs conditions de travail, de salaires et de vie. Mais elle existe cette forêt et la gueguerre CGT/CFDT (qui n'ont pas la même vision des choses, ce qui est la moindre des choses dans une démocratie) présentée par Mr Vedrine comme expliquant ce qui se passe actuellement est un peu simpliste. J' aurais aimé sur France Culture que toutes ces choses soient un peu abordées et que le débat soit  un peu plus contradictoire (il l'était d'ailleurs du temps de Philippe Meyer, de façon inégale il est vrai, avec la présence du journaliste du Monde dont je n'ai pas le nom en tête). Monsieur Wajdi Mouawad était là, c'est vrai, mais même si ce monsieur est plus que concerné par les choses du monde - son dernier spectacle "Notre innocence" est absolument magnifique, fait d'intelligence et de coeur et donnant lieu de bout en bout à une beauté et à une force artistiques, que je n'avais personnellement pas rencontrées, dans un tout autre univers imaginaire, depuis "la Dame aux Camélias" mis en scène par Frank Castorf - donc ce grand artiste parlait lui, comme par hasard de la souffrance des gens, des enfants assassinés, et n'étant pas débatteur de profession, ne pouvait pas bien sûr être le contradicteur politique (et heureusement). Donc tous dans le même sens. C'est joué. On doit aller dans ce sens-là. Y  en a pas d'autres. On connait la chanson depuis un moment. Et ceux et celles qui sont au premier rang de ce mouvement ou qui l'accompagnent du mieux qu'ils peuvent n'ont rien compris. Alors France Culture, qui êtes une station formidable, qui donne la parole à des gens formidables, où on se sent être encore intelligent et le devenir un peu plus, ouvrez un peu plus la parole politique à de tels débats (en fait ce n'en était pas un, on nous faisait la leçon), ce que vous faites d'ailleurs très bien dans beaucoup d'autres émissions. Et puis quand même, vous vous appelez "L'esprit public"...vous savez bien que le mouvement actuel veut défendre "le service public". Cordialement. Je continuerai à me nourrir le plus souvent possible sur votre antenne. Promis.

233
Répondre en citant  
RFC différent de FC - le Dim 08 Avr 2018, 14:04

Bonjour Pierre Bourduge ci-dessus. Vous vous êtes trompé de canal. Ce n'est pas France Culture ici, mais une plateforme privée de discussion sur la mission de France Culture, ses qualités et ses défauts. Le forum donne aussi la place aux commentaires sur les autres radios culturelles, francophones ou non.

Le médiateur recevrait certainement avec plaisir votre point de vue dans sa rubrique courrier ici : http://mediateur.radiofrance.fr/messages/

Vous êtes évidemment le bienvenu sur ce forum. Il est possible que vous y trouviez contradiction, vu votre analyse globale.

Vous trouverez, entre autres, dans ce post (de ce même fil) un avis sur le dramaturge commentateur de l'actualité Wajdi Mouawad dans la matinale comme un coucou dans un igloo à phoques en alaska le samedi 15 Avr 2017.
Nessie(http://www.regardfc.com/t609p400-l-anerie-du-jour#28231)(http://www.regardfc.com/t609p400-l-anerie-du-jour#28231) a écrit: (...) J'essayais d'écouter ce que Pascal Ory pouvait bien avoir à dire sur l'identité, ce sujet si rarement traité dans les émissions de France Ex-Culture. La présence de Wajdi Mouawad, enfant chéri de la chaine sur-présent dans les émissions de poésie théâtreuse (engagée) et de théâtre poétique (engagé), me faisait redouter le pire. A l'écoute de sa sortie sur la représentation sociale du québecois -la langue comme la personne- chez le français social-raciste, force m'est de reconnaître que je n'ai pas été déçu. (...) A l'écoute d'une théorie aussi décoiffante que celle de Wajdi Mouawad -et surtout envoyée sur un ton aussi affirmé- quand on se respecte en tant que sociologue la moindre des réactions est de réclamer quelque étayage.  (...) Mais le plus sûr est qu'en général, la plupart des français s'en soucient autant que de leur premier Larousse du débutant et ont autre chose à penser que la place de leur langue dans les élites de la francophonie, chose dont Wajdi Mouawad en bon enfant chéri de France Culture, devrait aller s'enquérir in situ dans les pays du maghreb. Anattendant ce jour, formulons une hypothèse pour dégager en touche : peut-être Wajdi Mouawad, homme dont les voyages intercontinentaux sont payés par les subventions à la culture, a-t-il réellement observé cette aversion .... chez les français expatriés au Québec, dont il est à redouter que leur arrogance (sans parler de leur accent français à la con) leur attire quelque animosité symétrique en provenance des cousins de la Belle province. Dès lors, soyons résolument Weberiens plutôt que Bourdieusiens, mettons nous un peu à la place des gens et ne multiplions point les hypothèses au-delà du nécessaire, au risque certes de ne plus avoir grand chose à dire qui fasse ronronner d'aise le producteur de France In-Culture et son auditeur imaginaire.
Enfin, la présence de Monsieur Wajdi Mouawad chez Marie Richeux pour la promotion du spectacle "Notre innocence" s'est attiré ce commentaire, bien gentillet à la relecture, vu le tissu d'âneries que constitue l'ensemble des citations du metteur en scène : Par les temps qui courent du 28 mars 2018.

Contenu sponsorisé 

234
Répondre en citant  
Re: L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry) -

L'esprit public (depuis septembre 2017 : Emilie Aubry)     Page 24 sur 24

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum