Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

Radio Suisse Romande    Page 4 sur 5

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Radio Suisse Romande - le Ven 28 Aoû 2009, 17:46

Rappel du premier message :

Nombre d'entre nous la connaissent déjà : elle offre une alternative à France Culture, tout en étant plutôt un mélange de cette dernière et de France Musique. Le ton y est Suisse, c'est à dire (comme dirait Georges Poulet) solide, réfléchi, moralisant, productif, indépendant dans ses opinions, et mesuré dans ses expressions. Le dosage entre Culture/Musique/Actu est plutôt équilibré. Notez que l'info en provenance de France, qu'elle soit artistique, littéraire, ou même politique, y occupe environ un tiers comme il est d'usage dans  l'espace  média suisse francophone. Donc vous n'échapperez ni à Sarkozy, ni au Sarkobashing, ni à des potins ou tics de l'intelligentsia parisienne hélas. Pas si Suisse que ça, la RSR ? Reposante quand même, malgré cela.

Donc on y retrouvera nos intellectuels phares qui après tout semblent avoir leur place, mais aussi des séries hebdomadaires comme le faisait jadis "Les chemins de la connaissance" ou "les chemins de la musique" sur FC : il y a notamment une musicale (Musique en mémoire) et une série spirituelle/religieuse (A vue d'esprit).
A part ça, ne rêvons pas trop : le train budgétaire étant passé par là, il y a finalement très peu de documentaires (mais il faut dire que le direct est moins blablatant que sur FC), et quasi pas de fiction. En effet, la dernière heure de fiction hebdomadaire ayant été supprimée en 2006, il ne reste plus qu'une demi-heure de lecture quotidienne, à 11h30 : Méridienne, et c'est très minimal : une lecture à peine illustrée de musique, voire carrément de la diffusion de CD de livres lus.  

Espace 2 rediffuse en outre des émissions de France-Culture. Dimanche dernier le journal intime sonore de Laurie Anderson, commande de l'ACR en 2006 :
http://www.rsr.ch/espace-2/musique-aujourd-hui/selectedDate/23/08/2009#dimanche

Parmi les avantages très très Suisse :  ils répondent impeccablement et rapidement au courrier, les plantages et foirages sont rarissimes, tout est précis et calibré.

Du côté des podcasts : l'offre est moins large que celle de FC, mais les émissions restent disponibles pendant un mois, c'est-à-dire  aussi longtemps  qu'en réécoute (il me semble par ailleurs que le Real Player offre un son moins métallisé là bas, peut-être que c'est à moi seul que l'herbe semble plus verte outre-Léman).

La grille des programmes et l'accès direct à l'écoute sont ici :
http://www.rsr.ch/espace-2/les-emissions
(pour info, le bandeau tout en haut d'écran donne les accès aux autres chaines ainsi qu'au canal info, qui offre  dispo en permanence un journal de 10' après lequel on a bien du mal à endurer ceux de FC car c'est réfléchi, solide, indépendant, mesuré etc etc) :
* * *

31
Répondre en citant  
Érasme et Luther, l'humanisme, la pré-Réforme - le Ven 17 Juin 2016, 09:44

Comme écrit dans le billet précédent cette série d'À vue d'esprit, La Réforme vue de Suisse, brille par ses qualités. On repense à la meilleure époque des Chemins de la Connaissance, avant 1999, quand des chercheurs avaient toute latitude pour donner à entendre leur savoir, quand France Culture était l'université populaire qui instruisait à distance toutes sortes d'auditeurs. Ce temps-là est révolu. On en trouve des traces dans les archives de nuit et on en retrouve la forme sur d'autres radios culturelles ou dans les mises en ligne de captations de conférences d'institutions culturelles : musées qui offrent l'écoute de causeries, écoles qui retransmettent des débats, etc.

Le quatrième numéro de La Réforme vue de Suisse présente les relations entre Érasme et Luther et leur duel théologique. Une évocation érudite et accessible. Les deux producteurs donnent la parole aux trois professeurs avec finesse et sobriété.


La Réforme vue de Suisse (4/20)
Il n’y aurait pas eu de Réforme sans l’humanisme. Si Erasme n’avait pas fait publier le nouveau testament en grec, ni Zwingli, ni Luther n’auraient pu réaliser leur traduction de la Bible en langue vernaculaire. Erasme et Luther étaient également très proches dans leur critique de l’Eglise de leur époque. Pourtant, ils vont finir par se brouiller. Erasme, contrairement à Luther, luttera pour maintenir l’unité de l’Eglise.

Avec Michel Grandjean, Karine Crousaz et Mathieu Arnold.

32
Répondre en citant  
Bâle et Genève au XVIe siècle - le Dim 26 Juin 2016, 13:12

Après l'excellent 5e numéro* de La Réforme vue de Suisse , voici le 6e qui offre un grand plaisir intellectuel par le contenu (l'invention de l'imprimerie, la lecture à haute voix ou non, l'histoire de l'Angleterre, l'objet livre, sa diffusion, etc) et par sa construction harmonieuse (transitions sonores, voix posées et qualité des questions des deux présentateurs, cohérence des extraits d'entretiens, etc).  Du travail soigné.

La Réforme vue de Suisse (6/20) :
"Sans l’imprimerie le mouvement de la Réforme de Luther n’aurait certainement pas eu un tel impact sur l’Europe. Les villes suisses vont jouer un rôle particulièrement important dans la diffusion des ouvrages de la nouvelle foi. D’abord Bâle, puis Neuchâtel et Genève seront des centres d’impression au rayonnement européen.

Avec Karine Crousaz, Michel Grandjean, Nicole Lemaître, Jean-François Gilmont, Francis Higman et Geneviève Gross
."

************************

* (5/20) Pourquoi certains cantons vont-ils passer à la Réforme et d’autres non? Plusieurs parmi eux sont, à la veille de la Réforme, déjà très autonomes par rapport aux pouvoirs des évêques. Si la question du commerce des indulgences est prépondérante en Allemagne, la critique du service mercenaire va jouer un rôle essentiel dans le passage ou non à la nouvelle foi.

Avec Fabrice Flueckiger et François Walter
.

33
Répondre en citant  
Re: Radio Suisse Romande - le Dim 26 Juin 2016, 20:04

@Philaunet a écrit:Du travail soigné.
Oui, et en plus, nous avons plus de 9 heures sur ce sujet passionnant.
Vraiment une trés belle série.

34
Répondre en citant  
La Réforme vue de Suisse (9/20) - le Sam 02 Juil 2016, 19:22

Poursuivons l'écoute d'À vue d'esprit, émission qui disparaît de la RTS à la rentrée et dont la page listant les séries d'émissions passées (en réécoute) est drôlement alléchante : A vue d'esprit.

Le numéro 9 de La Réforme vue de Suisse traite de Guillaume Farrel et de l'iconoclasme*. Et c'est vraiment passionnant.

La nature de la radio culturelle ? Vous attirer vers un sujet qui ne vous intéresse pas plus que ça grâce à une approche intelligente, une limpidité du propos et un montage technique respectant le rythme de l'assimilation du savoir (pas d'émiettement frénétique à la Une vie une oeuvre de FC)).

Pourquoi s'intéresser au Neuchâtel de 1530 ? Pour comprendre les moteurs du changement d'une société, pour le meilleur et pour le pire.


* Neuchâtel va adopter la Réforme en 1530 à 18 voix près. Quelques semaines avant ce vote serré, le réformateur Guillaume Farel, lors d’un prêche musclé à la collégiale de Neuchâtel, a lancé un mouvement de destruction des statues et des symboles de l’ancienne foi. Retour sur la personnalité haute en couleur de Guillaume Farel, sur la question de l’iconoclasme qui accompagne l’avancée de la Réforme et sur le rôle de l’imprimeur Pierre de Vingle installé à Neuchâtel. Avec Béatrice Perregaux-Allison, Olivier Christin, Pierre-Oliver Léchot et Olivier Labarthe.

35
Répondre en citant  
La Réforme vue de Suisse (10/20) - le Mer 06 Juil 2016, 21:54

Tout simplement passionnant : La Réforme vue de Suisse (10/20)*

Où l'on apprend, entre autres, (si on l'ignorait) ce qu'est la damnatio memoriae et pourquoi la bataille de Marignan a été si importante pour les Suisses.

*Alors que le mouvement de la Réforme se répand comme une traînée de poudre en Suisse, le canton de Fribourg choisit de rester fidèle à l’ancienne foi. Son lien diplomatique fort avec la France, de même que sa participation importante à la garde pontificale créée par le pape Jules II en 1506 explique en partie ce choix.

Rapidement le canton va se retrouver isolé, les accords de combourgeoisies avec les cantons réformés étant dénoncés les uns après les autres.

36
Répondre en citant  
Tous en Suisse ! - le Sam 09 Juil 2016, 13:55

La très bonne émission quotidienne d'Espace 2, "À vue d'esprit" va faire les frais de mesures d'économie de la RTS et ne reprendra pas à la rentrée (j'y pense, France Culture qui dilapide ses généreuses ressources pourrait se montrer solidaire et financer sa collègue...).

Suite à une recommandation de Fred de Rouen que j'ai d'abord relayée ici, j'en suis venu à explorer le site à la recherche des semaines thématiques (5 X 30 minutes) élaborées par l'équipe de l'émission "À vue d'esprit". On trouve des séries appétissantes qu'il est encore possible de télécharger. La patience est néanmoins de mise avec un site qui mériterait une mise à jour, mais qui reste, pour la recherche par date, largement, très largement au-dessus de France Culture (les fameuses "équipes" qui travaillent (?) sur le site de France Culture  sont sans doute à la plage en ce moment, comme toute la France, n'est-ce pas munstead ? Smile)

Parmi les bonnes séries, voici Préhistoire et sacré (1/5) du 28.12.2015* avec "Avec Marcel Otte, Docteur en histoire de l’art et archéologie, paléoanthropologue, professeur de préhistoire à l'Université de Liège".

Ses titres et fonction parlent pour lui : on est en très bonne compagnie avec Marcel Otte. Catherine Erard qui l'accompagne et suscite sa parole savante est un nom qui inspire désormais une confiance immédiate.

*Chauvet: la grotte cathédrale (1/2).
Entrer dans une grotte ornée, c’est pénétrer au cœur de la terre, dans l’âme des hommes qui l’ont peinte. C’est entrer dans un espace sacré.
Près de Vallon Pont d’Arc (Ardèche) s’est ouverte récemment la reconstitution de la grotte ornée de Chauvet, une véritable cathédrale de l’aurignacien.
Entre des figurations d’animaux dangereux – symboles de force, de violence – des traces de mains posées sur les murs, des esquisses de chamanes et des dessins schématiques dont le sens nous échappe, une histoire se dessine, celle de la mythologie de cette tribu d’homo sapiens qui vivait il y a environ 36'000 ans.
Avec Marcel Otte, Docteur en histoire de l’art et archéologie, paléoanthropologue, professeur de préhistoire à l'Université de Liège.

(Nouvelle diffusion de la série d'émissions du 24 au 28 août 2015)

37
Répondre en citant  
La Réforme vue de Suisse (16/20) : les anabaptistes - le Ven 15 Juil 2016, 15:02

Le 6 juillet dernier je poursuivais ma promotion de la série en 20 épisodes de 30 minutes, La Réforme vue de Suisse avec le 10e numéro. Tout le monde n'aura pas le temps ou l'envie d'écouter un sujet qui concerne la religion en Suisse au XVIe siècle, et pourtant... Chaque numéro est réalisé avec intelligence et monté avec grande compétence. Mais surtout la série brille par les réflexions sur l'histoire et le droit qui éclairent plus généralement l'évolution des sociétés. Le numéro 16* présente le développement du mouvement anabaptiste (= baptisé de nouveau), notamment à Münster en 1527. Il se termine sur une "concordance des temps" qu'apprécieront ceux qui souhaitent lier directement  histoire ancienne et histoire présente.

Après ce numéro qui a lancé le thème des conflits religieux, le numéro 17 s'annonce comme celui des quatre guerres de religion en Suisse au XVIe siècle.

* La Réforme vue de Suisse (16/20)

La Réforme radicale: les anabaptistes Le grand mouvement de Réforme religieuse du XVIe voit émerger des mouvements radicaux. Certains souhaitent une séparation totale entre le religieux et le temporel. Ils militent pour l’abolition du baptême des enfants et défendent une approche littérale des textes bibliques. Ce sont les anabaptistes. Ils subiront de violentes persécutions. Certains se réfugieront sur les terres alors peu fertiles de l’actuel Jura bernois. Avec Michel Hummel et Christian Grosse.

38
Répondre en citant  
Olivier Baumont et Gilles Cantagrel : Le petit livre dʹAnna Magdalena - le Mer 27 Juil 2016, 22:40

Explorer le programme d'Espace 2 (Radio suisse romande) de l'année écoulée offre bien des surprises et des raisons de se réjouir.

Le 14 mars dernier, Musique en mémoire proposait le premier numéro d'une semaine consacrée au Petit livre dʹAnna Magdalena*. Pour les amateurs, ça vaut le déplacement et le téléchargement est toujours possible.

Le journaliste qui interroge le claveciniste Olivier Baumont est bien informé et offre au musicien érudit des ouvertures qui nous amènent à de hauts niveaux d'étude musicale (illustrée en direct ou par des pièces tirée de la discographie du musicien) que le France Musique d'aujourd'hui, même sous de meilleures couleurs cette année grâce à Marc Voinchet, ne nous offre plus (autrefois dans le Matin des musiciens, oui).

Hasard des rencontres entre voix, les deux interlocuteurs ont le même timbre et le même débit, ce qui fait de l'écoute un bel exercice d'attention pour savoir qui parle à certains moments.

Inestimable apport dans les deux premières émissions (3e en cours d'écoute), la présence du très cher conteur, conférencier, historien, musicologue, homme de radio, ancien directeur de France Musique, Gilles Cantagrel (ses Contes du jeudi entre 2004 et 2008 ont laissé leur empreinte sur la chaîne musicale) qui s'entretient avec Olivier Baumont. Quand deux savants et passionnés se rencontrent...

Une série à conserver dans un coffre... en Suisse !

*Dans " Musique en mémoire " cette semaine, nous entrons dans lʹintimité de la famille Bach à Leipzig, avec le claveciniste Olivier Baumont pour guide.

Livre dʹor et cahier dʹétudes à la fois, le " Notenbüchlein " dʹAnna Magdalena Bach révèle la musique jouée dans ce foyer animé aussi bien par la ribambelle de gamins et de visiteurs que par le génie des petits et des grands...

39
Répondre en citant  
« Ayla, laisse parler la dame ! » - le Mar 09 Aoû 2016, 18:50

"C'est ça qui est magique à Istanbul, c'est que... tout est vraiment superbe, quoi ! Y a vraiment cette émotion basique", Antoine Harari, pour Détours Une Istanbul qui n’existe plus (La Première).

Vous voyez, Jean-Luuc (24) et Yann Sancatorze (25) qui critiquez Villes-Mondes (à raison), il y a toujours pire quand on cherche un peu (à peine).

D'abord la présentatrice qui lance l'émission, discutant avec le producteur, dézingue allègrement la femme qui va servir de guide au jeune homme qui a l'ignorance complète de l'enfance et l'arrogance du jeune adulte. La violoniste internationale de 82 ans (entre 1000 et 2000 concerts dans le monde entier, congénère de Menuhin) a le mauvais goût d'être volubile, d'aimer la beauté et de venir d'une famille riche où l'on a cultivé les arts et les langues (dont le français).

On s'attendait à une émission du genre "Un homme, une ville" de France Culture des années 1970-80 (cela rappellera quelque chose aux amateurs) et l'on tombe sur le pire des reportages, superficiel et infantilisant : « Ayla, laisse parler la dame ! », lance le producteur à la violoniste qui parle en même temps que l'habitante de son ancien appartement (qu'elle découvre après environ 70 ans...). Le tutoiement de ce garçon de 25-30 ans fait mal et son ton également.

Au milieu du reportage, on a le droit aux informations sur la circulation routière du jour en Suisse romande, c'est charmant.

Pourquoi confie-t-on à des blancs-becs des reportages sur des villes comportant des  rencontres avec des témoins expérimentés (exemples à Odessa et à La Valettte) ?
Réponse :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t770p20-grille-et-emissions-de-l-ete-2016#26467) a écrit:Il y a une telle volonté de se couper du passé, un tel repli sur le présent (l'histoire des villes en question n'est jamais explorée à proprement parler) qu'on a du mal à ne pas s'ennuyer à l'écoute de ces juxtapositions et ces vignettes sans fil conducteur. (...)
Ca meuble, ça remplit, ça traîne, ça déambule et ça n'approfondit rien. C'est du tourisme sociologico-culturel.
L'impression de ce reportage, et il semble que la nature des autres "Détours" ne soit pas différente, est désastreuse. Mais, par chance, surnage la très belle langue turque parlée par les personnes rencontrées, par Ayla Erduran et ses amis, dont "Tchyat Aksim" (nom absent du médiocre descriptif et reproduit phonétiquement) qui rend un bel hommage à sa collègue violoniste de 82 ans, Ayla Erduran. Enfin...

Hommage à madame Erduran :
Ayla Erduran - F.Kreisler - Praeludium and Allegro
Ayla Erduran plays A.Dvorak Violin Concerto - 1st Mouvement

40
Répondre en citant  
La beauté sort des urnes - et ça nous change - le Lun 29 Aoû 2016, 19:11

Les voix qui sortent de ces urnes ne sont pas de celles que l'on dépouille dans la fébrilité d'un dimanche de mai. Non.

Elles constituent la première tentative d'un musée de la voix. C'est en 1907 qu' Alfred Clark, président de la compagnie française du Gramophone, fait don de vingt-quatre disques à l'opéra Garnier - disques déposés dans des urnes de plomb. La consigne est stricte, ces urnes ne devront pas être ouvertes avant cent ans. Un second don est effectué en 1912. Confiées à la Bibliothèque nationale à la suite de travaux en 1989, deux de ces urnes seront ouvertes en 2008 au terme d'une opération délicate.

En janvier 2016, Musique en mémoire proposait en nouvelle diffusion une série de 5 épisodes, intitulée Les urnes de l'Opéra de Paris. Série passionnante qui mêle à l'exposé des motivations scientifiques, commerciales et esthétiques du projet, des considérations sur la vie musicale et les artistes lyriques du début du siècle. On apprécie la rigueur avec laquelle Elizabeth Giuliani, directrice du département de la Musique à la Bibliothèque Nationale de France, retrace le contexte historique et artistique, ainsi que la richesse de ses commentaires.

Les épisodes sont jalonnés d'extraits musicaux sortis, entre autres, de ces urnes. C'est bien à l'émouvante naissance des "collectionneurs de voix" que nous assistons au fil de cette série.

Si l'on souhaite poursuivre l'exploration ou réécouter les disques centenaires, on peut cheminer à son rythme sur le site de la BnF consacré à ces voix ensevelies.

41
Répondre en citant  
Les voix ensevelies - le Dim 04 Sep 2016, 08:48

fred de rouen(http://www.regardfc.com/t12p30-radio-suisse-romande#26669) a écrit:Les voix qui sortent de ces urnes ne sont pas de celles que l'on dépouille dans la fébrilité d'un dimanche de mai. Non.

Elles constituent la première tentative d'un musée de la voix. C'est en 1907 qu' Alfred Clark, président de la compagnie française du Gramophone, fait don de vingt-quatre disques à l'opéra Garnier - disques déposés dans des urnes de plomb. La consigne est stricte, ces urnes ne devront pas être ouvertes avant cent ans. Un second don est effectué en 1912. Confiées à la Bibliothèque nationale à la suite de travaux en 1989, deux de ces urnes seront ouvertes en 2008 au terme d'une opération délicate.

En janvier 2016, Musique en mémoire proposait en nouvelle diffusion une série de 5 épisodes, intitulée Les urnes de l'Opéra de Paris. Série passionnante qui mêle à l'exposé des motivations scientifiques, commerciales et esthétiques du projet, des considérations sur la vie musicale et les artistes lyriques du début du siècle. On apprécie la rigueur avec laquelle Elizabeth Giuliani, directrice du département de la Musique à la Bibliothèque Nationale de France, retrace le contexte historique et artistique, ainsi que la richesse de ses commentaires.

Les épisodes sont jalonnés d'extraits musicaux sortis, entre autres, de ces urnes. C'est bien à l'émouvante naissance des "collectionneurs de voix" que nous assistons au fil de cette série.

Si l'on souhaite poursuivre l'exploration ou réécouter les disques centenaires, on peut cheminer à son rythme sur le site de la BnF consacré à ces voix ensevelies.
Grand merci pour ce texte d'introduction à la série, téléchargeable sur le site. Musique en mémoire est une de ces émissions de qualité qui permettent de patienter jusqu'à ce que France Culture soit réformée de fond en comble...

Radio Suisse Romande     Page 4 sur 5

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum