Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 51 ... 99  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture    Page 3 sur 99

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Sam 29 Aoû 2009, 13:05

Rappel du premier message :

Rubrique créée à la rentrée de septembre 2009, selon une formule qui s'était montrée utile aux auditeurs de la nuit depuis quelques années. Le post d'introduction que vous lisez en ce moment est périodiquement remis à jour.

Résumons les épisodes précédents : les Nuits de France Culture, jadis voulues par Jacques Fayet puis organisées avec soin par Geneviève Ladouès, furent  le lieu d'un savant équilibre entre les émissions d'archives (puisées dans le fonds jusqu'à l'année 1944 !!) et les rediffusions récentes (par exemple les Bon Plaisir y étaient systématiquement re-proposés à quelques semaines d'écart). Les émissions des 40's aux 60's, et dans une moindre mesure celles des 70's, ont souvent quelque chose de suranné, d'historique, de passionnant, d'instructif, bref c'est de la mémoire sonore, et leur écoute est une activité intellectuelle comparable à une promenade dans une bibliothèque pleine de volumes inconnus ou connus seulement de nom : on y retrouve Alain Trutat, Jean Amrouche, Roger Grenier, Pierre Schaeffer, José Pivin, Robert Mallet, Pierre Sipriot, Georges Charbonnier, Paul Guimard, Roger Pillaudin et nombre d'autres. Ces noms peut-être ne vous disent rien, mais ils apparaitront çà et là  sur ce forum et surtout  dans ce fil.  

Parmi ces émissions anciennes, on trouve aussi des séries initiées dans les dernières décennies (disons de 1975 à 1999), qui sont pour beaucoup d'entre nous des exemples de l'art radiophonique idéal. Elles sont soigneusement captées et stockées par des passionnés qui veillent ou disposent d'un bon équipement, puis refilées à d'autres passionnés qui ont été trahis par leur timer ou se sont endormis trop tôt. Pour la piste des échanges, je signale cette ressource  : La liste ANPR (clickez ici pour lire la description - et pour l'accès direct, voir notre menu de Liens en haut d'écran)

Pendant un intermède qui dura de 1999 à 2011, dans nos Nuits de FC les émissions anciennes et les rediffusions des meilleures années se sont retrouvées progressivement cantonnées à la portion congrue, de 90' en semaine et 5h en week-end. Le reste de la nuit était dévolu aux multidiffusions, càd des émissions de la semaine en cours. Ce principe a été abandonné à la rentrée de septembre 2011, au grand soulagement des auditeurs de la Nuit (public exigeant, à en croire Philippe Garbit himself) qui sont reconnaissants et heureux de retrouver le principe initial des Nuits de France Culture, telles qu'elles étaient voulues par Jacques Fayet et Geneviève Ladouès : représenter la mémoire de France Culture.

Jusqu'au printemps 2015 j'ai donné chaque vendredi dans le présent fil le programme des 8 nuits à venir. Ce programme était donc publié ici fréquemment avant celui que France Culture met à disposition sur son site avec quelques jours de retard dans la plupart des cas. En outre, ce programme était accessible directement en un seul click, alors que celui de France Culture demande autant de changements de page qu'il y a de journées à consulter. On dit couramment que des professionnels non motivés font moins bien que les amateurs motivés même médiocres. Mais quand les professionnels sont eux-mêmes aussi médiocres que des fonctionnaires calquant leur conduite sur le théâtre de Nicolas Gogol, alors on ne se demande même plus si  les amateurs sont médiocres, inspirés, obsédés, passionnés ou affairés. Le résultat parle de lui-même.

Nessie


PS  : Depuis la rentrée de septembre 2014 le programme des Nuits de FC  est disponible en podcast & écoute à la demande, selon les mêmes modalités que le programme de jour. Cette nouveauté rend moins utile la parution du programme, qui jusque là permettait aux auditeurs de planifier leurs enregistrements. On peut donc réorienter ce fil vers une critique du programme des nuits. Par ailleurs, étant donné la quantité d'erreurs ou de disparitions dans la livraison podcast, on y assure maintenant comme service minimum la fourniture des liens vers les émissions qui, non accessibles en podcast, demandent une longue recherche sur le site de France Culture dont l'ergonomie est un peu plus malcommode à chaque nouvelle refonte.

Quant à l'organisation du programme de nuit, en janvier 2015 elle est la suivante :
- pour les 4 premiers soirs de la semaine, la tranche d'archives s'étend de 0h à 4h, suivie d'un "Sur les docks" en multidiffusion, et de L'Eloge du savoir.
- de vendredi à samedi, la tranche de nuit entièrement nourrie d'archives dure de 0h à 6h15, pour laisser la place au Magazine de la rédaction traitant d'un sujet toujours très judicieusement choisi.
- dans la nuit de samedi à dimanche, le programme de 0h à 6h30 intitulé "Nuit rêvée de ..."  est composé sur les suggestions d'un invité qui co-présente ou accompagne, commente, et dialogue avec un des producteurs de la nuit.
- la nuit de dimanche à lundi s'étend de 0h à 5h.

****************************
NOTA BENE : Fils de commentaires en lien avec le présent fil : Matinée des autres ; Nuits magnétiques ; Pour saluer Pierre Descargues.
* * *

21
Répondre en citant  
Peter Stampfli dans Nouvelle figuration par JF Bory - Nocturne Indien (Alain Corneau) - le Lun 21 Sep 2009, 15:04

Un post pour les rediffs de la nuit prochaine. 2 émissions de grande qualité.

D'abord la fin : en seconde partie soit à 1h, un Mardi du Cinéma signé Renée Elkaïm-Bollinger et réalisé par Jean Couturier, à signaler parce qu'on pourra apprécier en passant la réalisation et le mixage. REB comme on dit, c'est une productrice bien connue des auditeurs de FC depuis 1985. Avant d'avoir créé et fait vivre pendant 10 ans Bouche à oreille, on lui doit quantité de numéros réussis dans les séries de FC où elle a été présente : Rétro, Une vie une oeuvre, Bon plaisir, Matinée des autres ; ici un Mardi du cinéma, en 1996. 90 minutes non pour traiter de l'actualité culturelle, mais autour d'un objet artistique, en l'occurrence un film de Corneau adapté d'un roman de Tabucchi et qui à l'époque, était déjà vieux de 8 ans. On retrouvera l'ambiance de documentaire de FC, loin des reportages hystériques de la période actuelle. C'est calme, réfléchi sinon méditatif, on analyse et on raconte. Et encore plus on revient sur les lieux, non du crime, mais du film. Attendez vous à entendre Tabucchi et Corneau, toujours volubile et passionnant, et puis quelques cinéastes apprentis, et puis Alain Marchal, ingénieur son (mais pas celui du film). Comme c'est un voyage en Inde, dans un esprit peut-être proche du Carnet Nomade de Colette Fellous, l'auditeur qui est devenu auditeur de nuit, est convié à son propre nocturne indien.

Avant le Nocturne Indien, soit de 0h30 à 1h, de nouveau un numéro de la série de Jean-François Bory "Nouvelle figuration, nouvelles tendances". C'est une franchement belle série de 10 numéros seulement, datée de janvier 1977. Des entretiens de 25' avec des artistes apparentés à la Nouvelle figuration, rebaptisée Figuration narrative. Ces entretiens sont des merveilles de calme radiophonique. Le principe est simplissime, montrant que la radio de qualité ne passe pas nécessairement par des chichis de "plateau" : on y entend exclusivement la voix de l'artiste, qui répond selon son rythme à des questions standard, sans se voir interrompu par un interviewer soucieux de placer un bon mot ou de jouer la complicité. Les questions elles-mêmes sont gommées pour la plupart et même toutes, dans certains épisodes. Et puisqu'il s'agit du questionnaire dit de Proust, signalons aussi que l'utilisation qui en est faite ici est un peu plus fute-fute que par d'autres, avant ou après. Finalement on n'entendra que la parole de l'artiste, ponctuée d'un peu de musique. Le producteur et/ou l'interviewer s'effacent derrière le sujet. L'auditeur est tout proche de l'artiste.

De cette série, depuis décembre dernier les Nuits de FC nous ont proposé Emmanuel Proweller, Peter Klasen, Gilles Ghez, Jean-Pierre le Boulc'h, Colette Deblé. Ce soir Peter Stampfli. Ces noms ne me disent rien. Je ne crois pas vivre avec leur oeuvre, et guère plus après qu'avant d'avoir entendu l'émission. Mais leur parole, envoyée pendant la nuit, c'est encore un voyage. Ces entretiens donnent à entendre la vision de l'artiste, et son vagabondage tour à tour réfléchi et profond, mais aussi technique, errant, joueur, questionneur, amusé. La création se raconte ou plutôt se prolonge par la radio. Selon le souhait de JF Bory, l'artiste est pris ici en tant qu'entité langagière (dixit).

Espérons que ce numéro sera aussi réussi que les précédents. Espérons aussi que les Nuits de FC iront jusqu'au bout de la série. Un mot pour les archiveurs : attention le numéro de ce soir est certes une première rediff, mais il n'est pas du tout certain qu'on le verra revenir, car les 5 épisodes déjà proposés n'ont pas encore donné lieu à double rediff.

Mardi 22 septembre
00h30 – 01h01 :
Nouvelle figuration, nouvelles tendances - Peter Stampfli (annoncé 22 avr 72, plus vraisemblable janv 77) Par J-François Bory
01h01 – 02h26 :
Mardis du cinéma – Nocturne indien (16 juil. 96) Prod Renée Elkaïm Bollinger

22
Répondre en citant  
Sipriot : Parler en prose / Un livre des voix - Cendrars, Satie et les cornichons - le Mar 22 Sep 2009, 13:51

On a eu plusieurs rediffs d’émissions de Pierre Sipriot ces derniers temps. Profitons-en pour recycler ici quelques notices publiées ailleurs et écrabouillées dans l’intervalle.

Pierre Sipriot : est un nom important dans l'histoire de la radio peut-être, dans celle de France Culture certainement. On lui doit plusieurs séries de grande qualité, dont "Thèmes et controverses", "Lundis de l'histoire"", "Parler en prose et le savoir", "Un livre des voix". Né en 1921, en dehors des studios Pierre Sipriot aura été homme d'édition, directeur littéraire chez Plon et directeur de la revue de la Table ronde, biographe officiel de Montherlant qu'il recevra à plusieurs reprises à la radio notamment dans "Thèmes et controverses", qui était présentée comme une revue radiophonique des idées et des lettres. Par ailleurs fortement présent dans "Connaissance de l’homme", puis dans  l'Analyse spectrale de l'occident (57-68), Sipriot comme les Nuits nous l’ont rappelé depuis 2 semaines produit « Parler en prose et le savoir » où il reçoit entre autres Claudel Bernanos Supervielle Jouhandeau Caillois Guéhenno et Albert Béghin. Il y a un art du dialogue chez Sipriot. On a pu entendre ces derniers jours que ça sonne assez vieillot mais pas tant que ça, et du coup c'est même assez intemporel. La parole de Sipriot donne immédiatement une grande impression d'intelligence et de maitrise du sujet. Par exemple les dialogues avec Albert Béghin alors directeur de la revue Esprit, font preuve d'une profondeur qu'on trouve rarement dans les actuelles émissions littéraires de FC. Après 1968, Sipriot est directeur des émissions littéraires et artistiques à FC, il fondera le Répertoire Dramatique Contemporain qui sera confié par lui à Lucien Attoun. Noter qu'en 1996 on l'entendait encore dans les Lundis de l'histoire.

Sipriot a donc été le producteur de la quotidienne Un livre des voix (ULDV) qui après avoir été initiée sur Inter, était passée sur France Culture pour y devenir un rendez-vous régulier des Après-midis pendant les 70’s. Ensuite de quoi elle survivra aux successifs changements pendant les deux décennies suivantes. Comparées aux émissions des années 50, celles-là sont tout autant luisantes de finesse et d'acuité intellectuelle. Entre temps l'homme a allégé son style personnel de ce ton IVe République qui rend quelque peu désuètes les séries anciennes. A l'art du dialogue Sipriot joint l'art de la présentation : à la fois courte, synthétique, profonde, sa présentation livrée en début d'émission projette directement l'auditeur au coeur de l'ouvrage. La formule mixe présentation, interview, lecture. La réalisation est impeccable de correction. "Un livre des voix" tiendra le coup jusqu'à la grande destruction du programme culturel en septembre 1999. Sipriot n'aura pas vu cela, disparu en 1998. Les dernières années, Un livre des voix était produit par des Jean Couturier, Marguerite Gateau, Claude Mourthé, et même Sidoroff et Christine Bernard-Sugy qui sont depuis passés à la réalisation de fictions. 30 ans après, le programme nocturne en propose régulièrement quelque bon numéro : Roussel, Japrisot, Nabokov, Guimard, au point que ça a fini par devenir une référence familière à l’auditeur des Nuits. ULDV n’a pas trop vieilli ou alors plutôt bien, comme le bon vin. Certes, ça dépend du texte présenté ou bien de l'auteur invité. Demain c’est Daninos, on verra bien. [/color]

Hormis cet ULDV Daninos, toutes les rediffs de la semaine sont déjà connues et on les sait appréciables, notamment les 2 numéros de Lieux de mémoire dont un Jeanne d’Arc en diptyque par François Angelier, et Le Félibrige par Paule Chavasse. En fait sur toutes les archives offertes cette semaine, l’auditeur nocturne déjà au parfum et même le débutant peuvent se fier aux dates et aux noms selon qu’ils veulent entendre du désuet ou du pêchu, de l’histoire ou de la géographie. S’il y a un vrai document à signaler, c’est sans doute, dans la nuit de jeudi à vendredi, la voix de Blaise Cendrars qui parlera d’Erik Satie. Conseil : ne pas se laisser désarçonner par la voix Bassompierre en intro, car très vite le naturel de Cendrars va prendre le dessus au micro de Georges Beaume. Ca commence avec le Groupe des 6 mais on passera vite des salons au Chat Noir. L’entretien est entrecoupé de documents d’époque assez lointaine : enregistrements de Darius Milhaud, Georges Auric, Francis Poulenc bref il y a la moitié du club des cinq plus les autres noms connus de la mouvance sauf que contrairement à l’usage du name dropping si courant aujourd’hui sur FC avec Laurentin ou Munier, chaque nom sert ici à introduire une histoire ou une idée. Bref le contenu y est, certes le plus souvent c’est anecdotique mais pas toujours (le portrait psychologique recèle une ou deux surprises), en fait il y aurait presque trop de musique une bonne moitié de l’émission peut-être bien mais on va me dire que je suis jamais content. Les suédois non plus ne seront pas contents car on y apprend que ce sont des cornichons.

./...

23
Répondre en citant  
Programme 3 nuits à venir - le Mar 22 Sep 2009, 13:52

Mercredi 23 septembre
00h31 – 01h11 :
Un livre des voix – Pierre Daninos (8 sept. 77) Par Pierre Sipriot
01h11 – 02h11 :
Lieux de mémoire – Jeanne d’Arc 1ère partie (6 juin 96) François Angelier

Jeudi 24 septembre
00h31 – 01h11 :
Ainsi va le monde – Voyage à la Martinique (6 févr. 48) Par Sami Simon
01h11 – 02h11 :
Lieux de mémoire – Jeanne d’Arc 2ère partie (13 juin 96) François Angelier

Vendredi 25 septembre
00h31 – 01h36 :
Lieux de mémoire - Le Félibrige (7 nov 96) Prod Paule Chavasse
01h36 – 02h11 :
Affinités électives – Blaise Cendrars & Erik Satie (3 juil 50) par Georges Beaume

24
Répondre en citant  
Claude Mettra - Daniel Caux - Renée Elkaïm-Bollinger - le Ven 25 Sep 2009, 12:08

Demain et ce week-end, des livraisons de nuit comme on les aime, avec de la radio d’avant l'ère du tout-direct, de quoi satisfaire des goûts variés :

- ce soir une Nuit Magnétique de 1996. En ces temps là l’émission était coordonnée par Colette Fellous. Pour le sujet et le thème ça pourrait aussi bien avoir été fait aujourd’hui, c’est un peu toujours les mêmes mythologies sur France Culture, les mêmes icônes et les mêmes célébrations. Cette fois, les derniers jours de Lorca. 60 ans après c’était un peu tard pour avoir des témoins ou des acteurs du drame, mais on a des témoins de témoins càd ceux qui les ont connus. Quoiqu’il en soit, on est encore assez près pour que la photo ne soit pas floue : le documentaire est soigné as usual.
- dans la foulée, un « Connaissance de l’homme » du début des années 50, c’est la période où y on entendait pas mal Michel Tournier, avec un sujet mythologique ça peut donc être intéressant même si probablement ça va sonner ancien.

Dans les deux nuits du week-end, en désordre pour qui s’en tient à la programmation, mais dans un ordre chronologique pour qui se réfère aux strates identifiables dans l’histoire de la maison :
- de la radio des late 70’s : une lecture de Claude Mettra dans la série Face cachée du ciel (il y en aura une autre mardi, qui sera signalée ici) ; un Présence des arts : échanges autour d’un tableau et évocation du peintre, peut-être entre le conservateur et le producteur (François Le Targat) c’est difficile à prévoir car la forme est quand même un peu variable dans cette série ; et puis dans l’esprit déjà bien installé depuis pas mal d’années à ce moment là, un Atelier de création radiophonique de 1987. Signé Daniel Caux, un ancien de l’ORTF mais aussi de Combat, de Jazz Hot et de L’Art vivant, passé des Zarza’ et de la peinture à l’ACR, aux musiques modernes devenu un compagnon de route d’Alain Trutat et un musicologue de toutes les musiques, fort présent sur France Musique et dans les émissions de création de FC (Nuits magnétiques, ACR, Surpris par la nuit). A Daniel Caux disparu en juillet 2008 l’ACR avait rendu hommage quelques mois plus tard. Au vu ou plutôt à l’entendu de cet hommage, on peut s’attendre avec confiance à un ACR plutôt sonore que verbeux et plutôt musical que bruité.
- de la radio époque Borzeix ou de sa rémanence : plusieurs documentaires de Renée Elkaïm-Bollinger ce qui ne sera pas pour notre déplaisir : un Lieux de Mémoire et une Matinée des autres. Et mieux que tout, encore une autre Matinée des Autres (par Lydia Ben Ytzhak, en seconde rediff), enfin un Bon plaisir de 1989 durée 3 heures. En ces temps là sur FC on prenait son temps. Aujourd’hui aucune émission ne dépasse les 90’, aïe aïe.
- un peu plus récent quoique intemporel : une fiction de Pierre Bourgeade, homme qui n'avait pas froid aux yeux et pas non plus aux oreilles. Diffusée en 2000 dans la série Fiction 30 en mai 2000. Au générique, entre autres il y a Michael Lonsdale mais pas dans le rôle d’Erzebeth car il n’est pas costaud à ce point là.

Sans l'insérer dans l’agenda d’audiograbbing des nazdebocoles, je signale une rediff de récent : dimanche de 2h10 à 3h10, troisième livraison de la série d’été de 2008 « Un été en tandem » qui a été livrée en podcast et se retrouvera aisément pour peu qu’on cherche du bon côté (ANPR par exemple). Enfin que ce soit de samedi à dimanche ou de dimanche à lundi, ça vaut le coup de lancer l’enregistrement pour toute la nocturne.

./...

25
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Ven 25 Sep 2009, 12:12

./..

Samedi 26 septembre
00h30 – 01h51 :
Nuits Magnétiques – Les 3 derniers mois de Federico Garcia Lorca (04 juin 96) Charles Gonzalès
01h51 – 02h11 :
Connaissance de l’homme – Les grands mythes, la magie (19 sept 51)

Dimanche 27 septembre
01h00 – 02h00 :
Lieux de mémoire - La Khâgne (19 déc 96) Prod. Renée Elkaim-Bollinger
02h00 - 02h10 :
La face cachée du ciel - Le Mantra (23 mars 78) par Claude Mettra
03h10 - 03h40 :
Présence des arts - Un évènement, un peintre, La prise de la Bastille (11 juil 77) par François Le Targat
03h40 – 04h10 :
Erzebet, fiction de Pierre Bourgeade (17 mai 00) Réal. Myron Meerson
04h10 – 06h10 :
A.C.R. - Greenaways' way (22 nov 87 ) par Daniel Caux

Lundi 28 septembre
00h20 – 01h40 :
La matinée des autres – Angoisse et divination (11 oct 88) Prod. Renée Elkaim-Bollinger
01h40 – 04h40 :
Le bon plaisir de Bertrand Tavernier (8 juil 89) par Noël Simsolo
04h40 – 06h00 :
La matinée des autres - Voyage dans l'Androy, au pays des épices (16 mai 00) Prod. Lydia ben Ytzhak

26
Répondre en citant  
Semaine light - Ce soir Claude Mettra - le Lun 28 Sep 2009, 13:53

La semaine sera light pour les amateurs de la radio ni trop récente ni trop ancienne. Les archives proposées dans les Nuits de FC viennent des années d’après-guerre jusqu’au début des 70’s. Je déposerai demain le programme détaillé de ce qui peut intéresser le collectionneur. Il y aura malgré tout de quoi se promener dans les sons et les idées.

Ce soir notamment, de nouveau une lecture par Claude Mettra et on ne s’en plaindra pas. Autant saisir l’occasion pour dire quelques mots de cet écrivain, poète, producteur radio, dont certainement le nom est, parmi tous ceux que connaissent bien les auditeurs, celui qui éveille le plus de souvenirs et de reconnaissance. Quelques mots c’est à la fois le minimum et ça sera toujours trop peu car on en oubliera en route : historien, écrivain, pétri du fonds anthropologique européen, explorateur de l’imaginaire et des mythes, pour beaucoup d’entre nous c’est à la fois le fondateur des Chemins de la connaissance, et un créateur constant dans les grandes séries documentaires de la chaine : nombre de numéros réussis des Chemins, mais aussi de Une vie une oeuvre (Chrétien de Troyes, H-D Thoreau, Paracelse, Gustave Moreau), sans oublier les entretiens (avec Denis de Rougemont, Jean Leclant, et combien d’autres ?).

Ce qu’on sait, grâce aux programmes des Nuits de FC, c’est que Mettra fut aussi le fondateur, avec Philippe Nemo, de ce qui allait devenir "Les vivants et les Dieux" : avec à la fin des 70’s, l’émission "L’autre scène" sur des sujets bibliques et mythologiques, dont les Nuits nous proposent périodiquement quelque numéro enthousiasmant comme ce « Système religieux de la Georgie païenne » avec le fameux Georges Charachidzé qui faisait jubiler Antoine Perraud ce dimanche midi dans « Tire ta langue ». C’est à Claude Mettra qu’on doit tout ça, non pas les recherches bien sûr, mais les heures de radio qui nous donnaient accès à ces travaux passionnants, sous une forme moins aride que la publication érudite, charge aux plus passionnés de franchir ensuite l’étape de la lecture. C’est que Mettra était un formidable passeur (qu’on me pardonne ce cliché), comme le montre aussi son oeuvre de préfacier (notamment Michelet), qui reste à rassembler, et dont je cite quelques uns des exemples qui m’ont accroché l’oeil au fil de années, préface des Dialogues avec l’ange ; préface du premier volume du Folklore de France de Sébillot : La terre et le monde souterrain (Imago). Cet homme était, mieux que quiconque, à sa place sur France Culture.

En tous cas pour les amateurs, il reste à signaler un autre corpus Mettra, dormant et peu visible : celui des émissions télé, produites pour la 2 dans la série « Fenêtre sur... », stockées à l’INA, seront-elles un jour accessibles au public ? "Fenetre sur..." était une série quotidienne de documentaires très variés, diffusés en fin d‘après-midi. Un peu comme avec Océaniques 10 ans plus tard sur Arte, « Fenêtre sur » est un des moments où la télé ressemblait à ce France Culture idéal et regretté qui, comme nous dit Jean Lebrun, n’a jamais existé. Créée par Marcel Jullian à l’automne 1975, la série "Fenêtre sur" vécut jusqu’au début 1982. Mettra y produisit nombre d’émissions dans un esprit proche de celui de "L’autre scène" qu’on nous propose parfois dans les Nuits de FC : sur des sujets parfois identiques et avec le même titre (exemple : "sous le signe du scorpion" , "la mandragore"), ou sur les mêmes thèmes tirés du symbolisme ou du fonds européen : bougies, clés, géants, lycanthropes, et avec les mêmes invités du monde des folkloristes (plusieurs apparitions du si fameux Gaignebet). Au total, peut-être une vingtaine ou une trentaine qui restent à redécouvrir : ces émissions télé avaient le charme de la radio et les avantages du livre.

Enfin pour beaucoup, Mettra c’est une voix, celle du lecteur de récits & contes au fil de nombreuses séries : Dits et récits, L’arche de la nuit, La face cachée du ciel. Depuis sa disparition en 2004, les Nuits de FC continuent à en proposer régulièrement. Notamment ces derniers temps, dont un pendant le dernier week-end, et un autre ce soir : "Le soldat et la fille" d’Erich Fried (émission La face cachée du ciel, du 14 mars 78)
./...

27
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Lun 28 Sep 2009, 14:03

./...

Donc cette nuit, après la rediff (00h30 - 01h30) d'une Une vie une oeuvre "Clara Malraux" de durée courte (car datant de fin 2007) mais tout de même de facture ancienne car dû à Françoise Estèbe, les Nuits nous offrent un peu du Festival de Cannes 1964, puis à 2h16 la lecture de Claude Mettra annoncée dans le post précédent.

Mardi 29 septembre
01h31 - 02h16 :
Cinéma vérité - Le Festival de Cannes 1964 (23 mai 64) par Roger Régent et Jacqueline Adler
02h16 - 02h26 :
La face cachée du ciel - "Le soldat et la fille" d'Eric Fried (14 mars 78) par Claude Mettra

28
Répondre en citant  
Lieux de mémoire - le guide Michelin - le Mar 29 Sep 2009, 14:11

Voici l'agenda des gazières & des gaziniers.
On y remarque très peu d'émissions de la période bénie : en seconde rediff un Lieu de mémoire signé Munier, et c'est tout. Et donc quoi de neuf (si on peut dire) dans tout ça ?
- Demain un Vocations, série de Robert Mallet dont on a eu Gallimard récemment. C'est de l'entretien soigné.
- L'Inde en 49 par le globe-trotter radiophonique Samy Simon
- Jeudi rien : A voix nue récent (Youssef Chahine, ça plaira à ceux qui l'ont loupé), et de nouveau le Obaldia proposé il y a 2 semaines
- En fin de semaine, Suzy Solidor en 78 et Jean Cayrol en 54. Il semble que les sondeurs ont opéré une fructueuse requête sur Cayrol. Ca donne à ces nuits une allure de feuilleton Cayrol. On ne s'en plaint pas.

En tous cas, une fois passé le Lieux de Mémoire et hormis le bref Gilles Lapouge de 78, jusqu'à la fin de la semaine notre radio de Nuit a toutes les chances d'être assez désuète dans la forme, aussi bien pour les nouvelles rediffs que pour les anciennes, avec la palme pour Merleau-Ponty, cela dit avec sa causerie on n'est pas si loin de l'Eloge du savoir.

Mercredi 30 septembre
00h31 – 01h31 :
Lieux de mémoire - Le guide Michelin (30 avril 98) prod Jacques Munier
01h31 – 02h01 :
Vocations - Julien Quint, La Bibliothèque Nationale (12 avr 60) par Robert Mallet
02h01 – 02h11 :
En étrange pays - Le personnage du chat dans la littérature (2 nov 76) par Gilles Lapouge

Jeudi 01 octobre
01h51 – 02h01 :
Causerie de Merleau-Ponty dans l’Heure de culture française - Culture classique, culture moderne (2 oct 48).
02h01 – 02h11 :
Un an après l’assassinat de Gandhi (30 janv 49) Par Samy Simon

Vendredi 2 octobre
01h26 – 02h11 :
Anthologie insolite, René de Obaldia, Jacqueline Harpet (24 janv 64) Réal. Arlette
Dave

Samedi 03 octobre
00h31 - 01h46 :
La mémoire de Susy Solidor (15 aout 78) par Nadine Nimier
01h46 - 02h12 :
Le goût des livres – Jean Cayrol, L’espace d’une nuit (6 sept. 54) par E. Lalou

29
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Mar 29 Sep 2009, 16:21

Merleau-P / Gandhi / Obaldia, encore des archives qu'on a pu gazinier n'a guère, c'est de la redite tout ça...
Quant aux livraisons de mercredi et samedi, là, c'est du tout bon !

30
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Mer 30 Sep 2009, 12:45

@Nazdeb a écrit:Merleau-P / Gandhi / Obaldia, encore des archives qu'on a pu gazinier n'a guère, c'est de la redite tout ça...
Quant aux livraisons de mercredi et samedi, là, c'est du tout bon !
Salute,
Ah tiens ? On n'avait pas du gazinier exactly les mêmes jours : j'avais déjà le Munier (excellent documentariste, Munier, quel dommage qu'il fasse aussi du direct) mais pas l'Inde en 49.

Sinon je m'interroge sur le meilleur moyen (et même sur l'utilité) de distinguer entre les premières rediffs et les autres. Là j'avais signalé que tout était déjà passé sauf le Vocations & le programme du vendredi. Est-ce que ça vaut bien le coup de faire le distingo. Je suis pas très partisan de l'utilisation de couleurs ni de soulignure. Une astérisque peut-être, avec renvoi de bout de ligne jusqu'en fin de post, comme ça : (*)

Quant à Obaldia remis après à peine 15 jours, ça ça sent la rediff pour une région où il y a eu maintenance d'émetteur ;-)

L.

(*) sauf erreur, les émissions signalées par une astérisque sont en première rediffusion dans les Nuits

31
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture - le Mer 30 Sep 2009, 12:57

Non, pas vraiment la peine de distinguer en ce qui nous concerne, pour ma part c'est surtout pour pointer la tendance chez les responsables des nuits à recycler des archives qu'ils ont déjà sous la main, par flemme ou facilité.
J'aimerais tellement qu'ils diffusent des BAO et des PSP ! et plus de CC, et plus de UVUO, etc.
Je ne consomme quasi plus FQ que par ces archives nocturnes...

Le programme de nuit, îlot de culture dans France (in)Culture     Page 3 sur 99

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 51 ... 99  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum