Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'art de l'entretien radiophonique    Page 14 sur 14

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'art de l'entretien radiophonique - le Mer 10 Mar 2010, 14:32

Rappel du premier message :

En matière d'entretien radio, on trouve de tout sur France Culture : des entretiens à mi-voix en tête à tête (Alain Veinstein,), des gueularderies claironnées en public (Ali Baddou), des discussions à 2, 3 ou 4 et à fins pédagogiques ou même philosophiques. Il y a des as de la question allusive qui va en profondeur, surtout autour de minuit ; et parfois à peine plus d'une heure avant, il y a les rois et au moins une reine de la question con. Souvent on oublie l'auditeur mais dans certains cas, c'est pour mieux l'enrichir tandis que dans d'autres cas on l'oublie pour ne penser qu'à son propre plaisir de petit animal médiatique ou pour faire son petit cinéma perso, ce qui revient au même.

Bref il y a de quoi en parler entre auditeurs contents et mécontents (ce sont les mêmes, parfois) ...
* * *

131
Répondre en citant  
S'imposer et non écouter - le Dim 20 Mar 2016, 22:51

On connaît le hennissement bruyant de Caroline Broué pour combler le vide de la discussion ou la gêne, on connaît sa manière de parler fort ou plutôt de crier, ici l'on a un nouvel exemple de cette absence de tact qui touche les personnes qui ont la grosse tête, et à France Culture elle n'est pas la seule en son genre.

Dans l'émission exemplaire de la mauvaise manière d'arbitrer un débat à propos de La réforme de l’orthographe : un enjeu national ?, Jacques Drillon ne goûte pas le plaisir qu'a Caroline Broué à répéter le mot "verbicruciste" pour le qualifier (mot relevé par Rowan dans son  post Un grand jour pour Caroline Broué... et précisé plus loin suite à la discussion en forum dans le  post 205) :
[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-18.02.2016-ITEMA_20916309-1.mp3" debut="18:19" fin="18:41"]
On retrouve cette agressivité couverte par un rire et une logorrhée chez Laure Adler, Adèle van Reeth et quelques autres productrices de France Culture.

La productrice à France Culture a toujours raison : elle n'est pas au service d'autrui pour accueillir sa parole, elle est là pour imposer ses idées et le cas échéant pour se battre. Où sont les Francesca Piolot et Isidori, Colette Fellous, Renée Elkaïm-Bollinger, Catherine Soullard ?

132
Répondre en citant  
« En lisant sur vous pour préparer cette émission » (J. Clément) - le Mar 17 Mai 2016, 13:48

Lire que Jérôme Clément allait s'entretenir avec la pianiste Anne Queffelec dans la série À voix nue, "sobrement" intitulée Anne Queffelec ou l'âme de la musique incarnée par une femme, était un motif d'inquiétude : allait-on de nouveau entendre les questions creuses, interrompant l'interlocuteur et mâtinées de flatteries du type de celles déjà entendues dans d'autres entretiens* réalisés par le non-intervieweur mais ex-président d'Arte ?

Oui.

* Voir en 2014 Au Fil de l'écoute, posts 269 et 270

133
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Mar 07 Juin 2016, 09:00

Dans un autre fil où l'on commente les nouvelles de la maison-mère, Philaunet(http://www.regardfc.com/t73p50-la-direction-de-radio-france-quelle-ligne-quels-choix#25991) a écrit:
Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t73p50-la-direction-de-radio-france-quelle-ligne-quels-choix#25988) a écrit:Laure Adler a été sommée de faire un choix. Ci-dessous, l'article de telerama.fr : Entre France Inter et France Culture a choisi... :

(...) La première a choisi : elle délaisse Culture et son Hors Champs (du lundi au vendredi à 22h15), pour se consacrer à France Inter où elle anime Permis de penser depuis septembre, le samedi à 13h20. A la rentrée, on devrait l'entendre les soirs de semaine à 20 heures, en lieu et place de Kathleen Evin.
Merci de nous annoncer cette bonne nouvelle ! Enfin ! Enfin !

"On" devrait l'entendre ? Qui "on", pas nous en tous les cas. "Permis de penser", une des antiphrases les plus appropriées pour définir cette émission où Laure Adler nourrit une impitoyable et caricaturale bienpensance (voir les réactions d'auditeurs sur le site de France Inter). Voir aussi un billet du 15 12 2015 Le cri du coeur de Laure Adler.

Je partage aussi bien la joie de la délivrance ci-dessous que l'inquiétude concernant le remplacement (mais qui peut faire pire, peut-être une assistante des Nouveaux Chemins ?)
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t73p50-la-direction-de-radio-france-quelle-ligne-quels-choix#25990) a écrit:Laure Adler quittant FC, voilà qui est assez historique pour exhumer les meilleures bouteilles de champagne et improviser un tir de feux d'artifice depuis la Tour Eiffel accompagné par l'orchestre national de Radio France. Elle pourrait aussi faire preuve de dignité et cesser d'occuper les ondes du groupe. J'allais dire "laisser la place à une jeune personne de talent", mais elle s'est assurée, à France Culture, en son temps que la relève serait inculte, non formée et militante. (...)
Moins optimiste que vous deux. Certes nous n'aurons plus à endurer l'animation bas-de-gamme de celle qui passe régulièrement de la passionaria à la zombifiée pien-pensante, certes le projet de l'émission hors-champs était piétiné dans les grandes largeurs depuis quasi le début -disons depuis la deuxième saison- toutefois, je crains que ne disparaisse avec elle le concept même de l'émission d'entretien quotidien doté d'une ampleur respectable.

On constate maintenant qu'un entretien de 5 à 10 minutes inséré dans le journal est qualifié par Caroline Broué de 'Grand entretien' c'est à dire qu'une telle durée suffit à saturer les capacités de concentration du public et les capacités de travail du journaliste . Il y a encore 10 ans, l'expression de 'Grand entretien'  était utilisée par Veinstein pour signaler un numéro de 'Surpris par la nuit', pensez : 88 minutes jusqu'à septembre 2006, puis 73  minutes. On s'achemine maintenant vers une position d'éminence attribuée à un Tewfik Hakem, ce qui nous aurait fait hurler de rire il y a 10 ans et qu'on va bientôt juger mérité en 2017, vu les bonnes surprises qu'il nous réserve de temps à autres dans "Un autre jour est possible".

A moins qu'à son tour, cette émission en tant que tranche culturelle quotidienne ne se retrouve dans le colimateur de Sandrine Treiner qui la jugera trop élitiste ? J'ai l'air de déconner comme ça et effectivement je déconne, mais serait-ce tellement plus aberrant que ce à quoi on assiste depuis 15 ans sur la grille de France Culture ?

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

134
Répondre en citant  
Couper la parole aux érudits, grande spécialité de France Culture - le Dim 26 Juin 2016, 10:48

L'art de couper la parole du savant Denis Morrier par Tewfik Hakem. Ce dernier, pour assurer une transition avec le sujet "Léo Ferré" qui suit, lance le musicologue et l'interrompt immédiatement [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11971-23.06.2016-ITEMA_21017272-0.mp3" debut="13:33" fin="13:58"]

Quand se débarrassera-t-on de tous ces grossiers personnages de la station qui prennent leurs airs de faux-cul pour faire taire les personnes intelligentes, lesquelles sont uniquement invitées pour que leurs noms apparaissent dans le bilan "culturel" annuel ?

Que Jean-Luuc "se rassure", l'entretien avec la directrice de France Culture (elle est reconduite ? C'est "incroyable" !), qu'il nous propose de lire aujourd'hui, ne signe pas la fin des deux fois 12 minutes de l'enrhumé permanent qui halète au micro comme un coureur épuisé.

135
Répondre en citant  
Être avant tout au service de l'auditeur et le montrer - le Lun 05 Sep 2016, 19:10

masterkey(http://www.regardfc.com/t163p560-au-fil-de-l-ecoute#26701) a écrit: (...) J'ai aussi écouté Les discussions du Soir de René Frydman sur le transhumanisme avec Luc Ferry qui suinte toujours autant l'autosatisfaction, mais RF a nettement mieux conduit l'entretien que ne l'avait fait Finkielkraut il y a quelque temps, équilibrant l'ego surenflé de son invité avec le sien propre et au passage une meilleure connaissance de la chose. (...)
Merci pour cette première impression ( un fil pour "Les Discussions du soir" ?) sur La révolution transhumaniste est-elle réellement en marche ? (1).

Je ne l'ai pas écoutée en entier, le propos de Luc Ferry a déjà été  diffusé sur l'antenne. J'ai écouté le début par curiosité et n'ai pas été surpris de retrouver René Frydman fidèle à lui-même (pourquoi changer, n'est-ce pas ?).

Parler devant un micro avec un interlocuteur poursuit, je crois, un objectif : parler à un public invisible, pris dans sa globalité, ou mieux pris comme de multiples individus attentifs.

Ce n'est pas évident pour tout le monde, notamment pour les néo-producteurs, mais pas seulement pour eux, remarquez.

À preuve ces remarques en passant de René Frydman : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16274-30.08.2016-ITEMA_21061856-0.mp3" debut="00:40" fin="00:49"] "Tous les deux" ? Et où est l'auditeur dans ce "Tous les deux"  ? Il ne lui viendrait pas à l'esprit de dire "Nous allons nous entretenir pour éclairer nos auditeurs sur..."

[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16274-30.08.2016-ITEMA_21061856-0.mp3" debut="05:55" fin="06:03"] "tellement nous avons de choses à nous dire" ? Très bien, restez donc en petit comité à discuter ! Non, pas "à nous dire", mais "à évoquer pour l'auditeur" (par exemple).

C'est à ce genre de détails involontaires que l'on voit comment un "producteur" envisage un entretien radiophonique, notamment René Frydman (on l'a vu dans nombre de ses "Révolutions médicales") : une discussion à son propre profit. S'effacer et se faire le serviteur de l'auditeur n'est pas exactement sa manière d'envisager son rôle. Mais peut-être ne lui a-t-on rien dit à ce sujet ?

Producteur de radio est un métier. Un minimum de formation initiale et permanente devrait être requis pour l'exercer. Qu'en est-il de cette formation à France Culture ?  

136
Répondre en citant  
On a découvert la nouvelle analyste de la politique américaine... - le Ven 09 Sep 2016, 21:38

L'art de s'adresser à un étranger avec une question tarabiscotée qui laisse l'interlocuteur coi. Combien de langues étrangères Marie Richeux parle-t-elle couramment ? Que sait-elle de la réception d'un énoncé long et tortueux dans une langue étrangère ?  Ici, je parie qu'Abha Dawesar n'a pas compris le mot "coulisses" (elle utilise le mot "complot" en pensant qu'il correspond à "plot" en anglais alors qu'elle veut parler d'intrigue, ce qui signe un niveau de langue intermédiaire). Parler à une personne de langue maternelle non-française est un art (parmi d'autres) que ne possède pas Marie Richeux. [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13954-09.09.2016-ITEMA_21071464-1.mp3" debut="41:31" fin="42:54"]

Les Nouvelles vagues du 09 septembre 2016 "Carte blanche cinéma à Abha Dawesar : les élections américaines".

137
Répondre en citant  
Bonjour, Bonjour, Bonjour, Bonjour - le Jeu 06 Oct 2016, 22:00

Dans un débat à la BBC ou sur ARD, la technique est simple : le présentateur annonce le sujet, indique l'identité et la fonction du premier intervenant et lui pose une question claire et nette. Après une première réponse, il donne la parole à un second intervenant (après l'avoir brièvement présenté (maximum 3 débatteurs).

À France Culture on a une autre idée du temps et de l'attention des auditeurs. On s'étale et l'on se congratule avant toute chose, si bien que l'émission commence vraiment entre la 6 et la 8e minute. À In our Time, après 1'30 on est dans le vif du sujet

J'y repensais en écoutant ceci : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16410-02.10.2016-ITEMA_21092843-0.mp3" debut="00:02" fin="03:12"] qui est suivi (on est déjà à 3'15'' du début) de l'extrait d'un reportage sur l'accident de Three Mile Island (dont on ne voit pas l'immédiate  pertinence vu que le sujet porte sur les déchets de l'industrie nucléaire et non sur la sûreté des centrales, et pourtant c'est sur cela que démarre la discussion), et puis aussi ceci, une minute après (on est à 4'17'' du lancement du générique)  : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16410-02.10.2016-ITEMA_21092843-0.mp3" debut="04:17" fin="05:05"] (la première intervenante prend donc la parole à 5'05'').

"Alors, peut-être d'abord une réaction à ce document ?". Le type de lancement de l'échange qu'on ne peut appeler "une question".  Sans doute parce que la présentatrice n'en a pas préparé, faute d'avoir réfléchi au scénario de son émission d'une heure et à son rôle dans la conduite de l'entretien avec quatre personnes.

"Quelle est votre réaction à...", pour les micro-trottoirs des stations périphériques (ou de France Culture) ça va de soi, mais pour une émission à vocation scientifique avec des invités spécialisés ?

Nucléaire : cachez ces déchets que je ne saurais voir !

Le descriptif ne manque pas de sel (langue française fautive, citations).

138
Répondre en citant  
2 exemples typiques des vices de la maison - le Ven 07 Oct 2016, 10:58

D'un post signé du Masterkey, post nullement incendiaire pour Nicolas Martin, j'isole ces deux paragraphes sur la façon dont était mené ce jour-là l'entretien, car on y trouve quelques éléments essentiels du manque de maturité ou de professionnalisme (ou des deux) qui rend(ent) si pénible l'écoute de France Culture même quand on nous y offre une occasion rare d'entendre un invité donné, rare ou même unique car c'est peut-être bien le cas ici  :

masterkey(http://www.regardfc.com/t789-la-methode-scientifique#27021) a écrit:Ce jeudi, Nicolas Martin signait à mon oreille sa plus mauvaise prestation depuis le démarrage, avec pourtant au micro sa plus intéressante invitée : Yvonne Choquet-Bruhat, mathématicienne [...] en face d'elle, Nicolas Martin a eu l'air d'être un journaliste débutant. Une personnalité telle que son invitée, maîtrisant sa parole de façon cristalline, sachant tacitement manier le silence autant que les mots, a eu l'effet d'un révélateur sur les défauts du producteur qui grèvent cette quotidienne scientifique. Multipliant les tics journalistiques à l'envi : citation du nom de l'interlocuteur 5 fois par phrase - c'est atroce à écouter, merci Philaunet d'avoir créé la rubrique nom, nom et nom! pour s'en plaindre spécifiquement -, incapable de redescendre la voix sur la tonale, rire con post-adolescent hors de propos au rebond de la parole de l'invitée, colmatage lourdingue du moindre silence qu'on aurait pu laisser naître pour donner de l'épaisseur à l'émission, et c'aurait été facile avec la matière donnée par YCB, interludes musicaux à côté de la plaque (il n'y avait rien de mieux à caler qu'un trip hop branchouille ?), etc.

Dans cet exercice, Nicolas Martin m'a furieusement rappelé Aurélie Luneau. C'est loin d'être une insulte, AL ne déméritait pas, mais enfin on les croirait sortis du même moule, mêmes relances, mêmes entretiens sans grand savoir-faire, sans grande saveur, même travail laborieux de la voix...

Et dans la même revue pour rattraper mon retard de lecture après plusieurs semaines d'absence, j'isole également ces remarques laconiques de Philaunet sur l'art de l'interview de Jean de Loisy, qui parachuté sur France Culture depuis son nuage de haut-fonctionnaire, n'a visiblement (audiblement ?) pas même commencé à s'interroger sur les usages du média que son excelllllence personnelle (et sa position dans les réseaux) lui permettent d'investir tout en gardant les mains dans les poches :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t629p20-les-regardeurs-par-jean-de-loisy#27034) a écrit:
[...] Les Regardeurs du 25 09 2016,  La Déposition (1528) de Jacopo Pontormo.

Dans le premier quart d'heure (après je ne sais pas, j'ai coupé), il n'est évidemment pas question du sujet. On assiste à un échange entre l'invité et Jean de Loisy. Une intervention sur deux de ce dernier est une interruption suivie d'une parole simultanée avec Philippe Costamagna. Chaque prise de parole de cet invité dure entre dix et vingt secondes, au-delà de quoi Jean de Loisy saute dans un micro-silence pour reprendre la parole.

Voilà.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

L'art de l'entretien radiophonique     Page 14 sur 14

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum