Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'art de l'entretien radiophonique    Page 15 sur 15

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'art de l'entretien radiophonique - le Mer 10 Mar 2010, 14:32

Rappel du premier message :

En matière d'entretien radio, on trouve de tout sur France Culture : des entretiens à mi-voix en tête à tête (Alain Veinstein,), des gueularderies claironnées en public (Ali Baddou), des discussions à 2, 3 ou 4 et à fins pédagogiques ou même philosophiques. Il y a des as de la question allusive qui va en profondeur, surtout autour de minuit ; et parfois à peine plus d'une heure avant, il y a les rois et au moins une reine de la question con. Souvent on oublie l'auditeur mais dans certains cas, c'est pour mieux l'enrichir tandis que dans d'autres cas on l'oublie pour ne penser qu'à son propre plaisir de petit animal médiatique ou pour faire son petit cinéma perso, ce qui revient au même.

Bref il y a de quoi en parler entre auditeurs contents et mécontents (ce sont les mêmes, parfois) ...
* * *

141
Répondre en citant  
Sandrine Treiner, directrice de France Culture, auteur du récit « L'idée d'une tombe sans nom » - le Dim 29 Oct 2017, 20:07

Sandrine Treiner actuelle directrice de France Culture, était encore adjointe d'Oliver Poivre d'Arvor quand elle a donné à la RTS cet entretien de très bonne qualité en décembre 2013 (rediffusion le 02 01 2014), Sandrine Treiner: "L'idée d'une tombe sans nom", avec ce médiocre descriptif qui jure avec la richesse de l'heure d'émission et le soin qui y a été apporté : "Sandrine Treiner, une historienne sur les pas d’une disparue. En 1926, la jeune Manya Schwartzman a quitté la Bessarabie pour vivre en Union soviétique. Nul ne sait ce qu’elle est devenue".

Après l'écoute de cet entretien intelligent où Sandrine Treiner, modeste, montre d'indéniables qualités d'historienne et de littératrice, on se demande vraiment pourquoi elle n'a pas inclus dans la grille une émission littéraire hebdomadaire sur ce modèle depuis qu'elle est directrice de l'antenne ! Il y eut longtemps l'émission Agora à France Culture durant 30 minutes à 19h30 (avec alternativement Olivier Germain-Thomas et Gilles Lapouge + André Velter parfois). Et maintenant ? J'espère que personne ne pense que l'actuel créneau 21h-22h s'en approche de près ou de loin !

L'entretien est également intéressant  pour savoir "d'où" l'actuelle directrice de France Culture parle. Elle évoque en effet son intérêt pour les révolutions et les utopies politiques (en étant aucunement admirative des système totalitaires soviétiques et chinois, au contraire), le communisme, la libération des femmes, la radicalité, l'engagement politique, les grands traumatismes  du XXe siècle, la peur de la disparition.  On retiendra surtout ses mots d'historienne sur l'Ukraine, la Roumanie et la Transnistrie, et surtout ses réflexions d'écrivain sur la création littéraire et plus généralement sur le destin des êtres entre fatalisme et résistance.

Il y a plus d'une Sandrine Treiner et c'est vraiment dommage que l'on ait d'elle, d'un côté l'expérience d'une directrice maladroite dans l'expression et dans les choix pour l'antenne (mais est-elle si libre que cela ?) et de l'autre, paru dans la presse, un portrait superficiel et grossièrement flatteur de la femme.

Peut-être a-t-on ici de nouveau le phénomène (vu dans une certaine mesure avec Jean Lebrun) d'une personne ayant des qualités dans son domaine (grande lectrice) et qui a été promue à un poste pour lequel elle n'a ni la sensibilité, ni les compétences, celui de gestionnaire administrant une station de radio publique.

Bravo à la RTS pour cette émission bien construite, ponctuée de musiques et de résumés faits par le responsable de l'émission et l'intervieweuse (sous le charme du livre et de son auteur).

Sur la page de l'émission, aucune référence bibliographique pour  L'idée d'une tombe sans nom*,  ni aucune notice biographique de l'auteur : Qui est Sandrine Treiner ?


*  L'idée d'une tombe sans nom
Nos héroïnes, collection dirigée par Caroline Fourest et Fiammetta Venner
Sandrine Treiner
« Ne venez pas. Nous nous sommes trompés ». Manya Schwartzman, jeune révolutionnaire, quitte sa terre natale, la Bessarabie, pour construire le socialisme en Union soviétique et disparaît en 1937 dans les grandes purges staliniennes après ce dernier message aux siens. Pour traverser le fleuve, elle s'est émancipée des archaïsmes du monde juif, de son pays, de sa condition sociale. La Révolution n'était pas une pensée pour elle, mais une nécessité vitale.

Parce que l'idée d'une tombe sans nom lui déplaît, Sandrine Treiner mène l'enquête pour arracher son héroïne à l'anonymat des fosses communes. Voyage dans des territoires et des idées perdues, au cœur des steppes ensoleillées baignées par la mer Noire, ce récit est d'abord une réparation. Et une rencontre avec Manya S., héroïne déterminée et trahie, rendue à la vie et, par ces lignes, à son engagement et à sa lucidité.

142
Répondre en citant  
''Vous la préférez sale'' - le Lun 20 Nov 2017, 12:35

Un grand Persan, écrivain, philosophe, poète est interrogé par une jeune femme française "moderne"... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14487-03.11.2017-ITEMA_21483512-0.mp3" debut="11:14" fin="12:20"]

Poésie et nuit persane avec Daryush Shayegan (prénom mal orthographié sur la page de l'émission). Voir aussi : Daryush Shayegan pour « L'âme poétique persane »

À part donner d'une voix forte la parole aux intervenants, qu'a apporté Manou Farine ? Tout le drame de France Culture est là. Il faut imaginer ce trio invité par l'érudit Olivier Germain-Thomas (autrefois à Agora et à For intérieur) !

De la musique pour se consoler, et puis "le propre et le sale" (rien à voir avec Georges Vigarello) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14487-03.11.2017-ITEMA_21483512-0.mp3" debut="25:53" fin="28:26"]

143
Répondre en citant  
Un éléphant dans un magasin de porcelaine - le Dim 26 Nov 2017, 16:05

Un autre exemple de "l'art de l'entretien" selon France Culture 2017, à savoir un art maltraité.

Soit un sujet, Blaise Cendrars, Ecrire la guerre déjà mentionné ici ; une  émission dite littéraire La Compagnie des auteurs et son présentateur, Matthieu Garrigou-Lagrange, comment accueillir la parole de l'invitée, romancière sensible et intelligente ? S'est-on posé la question avant de produire l'émission ? A-t-on réfléchi à la manière de se mettre au diapason pour faire naître et recevoir une parole poétique ?  Voyons la manière dont l'évocation de la découverte de la Prose du Transsibérien par Gisèle Bienne est traitée et "admirons" les relances de MGL : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15537-22.11.2017-ITEMA_21502449-1.mp3" debut="06:50" fin="09:55"]

À suivre dans le fil "La Compagnie des auteurs".

Contenu sponsorisé 

144
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique -

L'art de l'entretien radiophonique     Page 15 sur 15

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum