Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » L'art de l'entretien radiophonique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Accueil / France Culture

L'art de l'entretien radiophonique    Page 5 sur 15

Bas de page ↓   

41
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Dim 16 Déc 2012, 23:23

@stein a écrit:Je m'interroge simplement sur 2 écoutes très différentes concernant SLeymonie

Peut-être écouter au casque pour percevoir l'impatience de S. Nauleau dont le ton doucereux dissimule un manque certain de talent dans l'exercice de l'entretien (ici et dans d'autres interviews), sans parler de son français incorrect et de sa faiblesse d'expres​sion(puisqu'il faut charger la barque et dire ce que l'on pense, allons-y), voir ses présentations orales, ainsi que celles écrites sur le site, et ses désannonces. C'est faible.

La délicatesse est du côté de Sylvie Leymonie, pas de l'intervieweuse. Allez comparer avec l'empathie et "l'intelligence émotionnelle" d'une Catherine Soullard, par exemple ici : "Souvenirs de cantonnier. France Culture, 22h40, Nuits magnétiques, «Monsieur Escarelle de Tourtour» Documentaire de Catherine Soullard, novembre 1995" (merci à Radio Fanch d'avoir fait cette recherche de références pour son billet du 05 mars 2012).

Sylvie Leymonie aurait justement, à une autre époque de France Culture, eu le droit à 1h d'émission (et non 15 minutes) car on soupçonne une vie intérieure très riche à travers le peu qu'elle dit. Oui, Sylvie Leymonie est un être dont on aurait pu avoir un portrait émouvant et portant à réflexion. Au lieu de cela, on a une sorte d'interrogatoire au ton hautain, avec un net déséquilibre de sensibilités (tout ça se sent, mais on pourrait faire une analyse mot à mot, ton à ton). Tiens, en parlant de sensibilité, on se dit qu'une qui aurait fait des merveilles avec Sylvie Leymonie, c'est la très regrettée Kriss, dont les portraits sensibles restent dans les mémoires de ceux qui les ont entendus sur France Inter.

Sinon, la seconde partie de l'émission a été la rediffusion d'une émission avec André Velter interviewant Robert Sabatier en 2005. Injustement considéré, ce dernier. Prolifique auteur de romans et de poèmes, grand mélomane, il dit : "Mozart disait "Je cherche des notes qui s'aiment", moi, je cherche des mots qui s'aiment (...) je cherche à allier des mots où le son donné par le mot et celui qui l'accompagne vont donner un nouveau sens au mot, c'est-à-dire que le mot (...) renouvelle son sens selon la musique que je lui donne".

Et au détour d'une anecdote, il cite jean Orizet, comme un de ses amis, lequel "à moi qui n'aime pas la poésie" (la compréhension des antiphrases se perd...), m'a fait découvrir de nombreux poètes grâce à ses anthologies (voir sa riche bibliographie de poète et d'anthologiste). De la bonne compagnie, really.



Voir le profil de l'utilisateur

42
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 10:15

vous chargez la barque ,écrivez vous Philaunet , n'est ce pas ce que vous reprochez à Madame Nauleau ?
Vos remarques ne sont pas justes .D' abord le premier mérite de Madame Nauleau est d'avoir invité cette personne , qui ce serait risqué de le faire ?
Il ne m'a pas semblé que la voix de Madame Nauleau ait été méprisante (contrairement à la vôtre envers Madame Nauleau ) envers son invitée.
Je n'ai décidément pas la même écoute que vous . Le portrait était là court et émouvant . Madame Nauleau a su révéler la personnalité si fragile de son invitée .
Et comparez ,svp,ce qui est comparable: des présences comme celle de Kriss ou Veinstein ne sont pas légion... et se comptent avec les doigts d'une main...sur une génération..

De plus je trouve la voix de Sophie Nauleau très radiophonique .
Ai- je mauvais goût ? Suis- je le bienvenu sur ce site ?
PS un seul point d'accord :nous avons sans doute acheté l'anthologie poétique de Robert Sabatier ,au même moment ,ce qui nous rapproche ,rien n'est perdu.

Voir le profil de l'utilisateur

43
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 11:01

@ Stein

Il ne s'agit pas tant du site, que des opinions.
Chacun est invité à les exprimer ici. Alors pourquoi vous moins que les autres ?
Quant aux gouts, au contraire nous sommes ici pour en discuter.
Parmi les débats les plus riches, on trouve ceux qui naissent d'un désaccord.
J'apprécie Sophie Nauleau et son émission, sans plus, sans excès de groupisme. Mais solidement, cela depuis l'époque de ses 'Surpris par la nuit'
J'apprécie les contributions de Philaunet, aussi.

J'ai lu de la poésie très tôt. Dans ma bibliothèque de cambrousse J'ai possédé plus de 100 monographies et anthologies de chez Seghers : c'était une excellente réserve en des temps où sortant tout juste de notre Lagarde & Michard, la collection "Poésie-Gallimard" nous proposait encore moins de 40 titres.

Cette émission me va, même si je trouve la poésie plus aisément ailleurs et à d'autres moments sur France Culture, et de toutes façons ailleurs que dans des textes estampillés poésie. J'arrête là cette digression.

Je vais donc réécouter un peu plus précisément quelques uns des 30 ou 40 Ca rime à quoi (oui le titre est une fausse bonne trouvaille) que j'ai archivés. Je n'écarte pas l'hypothèse que Nauleau soit elle-même inégale au plan de la qualité de l'écoute et même de la qualité tout court. De toutes façons, ma méfiance pouvait s'éveiller au seul fait de la voir accorder sa confiance à Michel Onfray venu présenter deux semaines consécutives des fadaises qui sont à la poésie et à la pensée ce que les tunnels de Max Gallo sont à l'analyse politique. Mais ça n'a pas réussi à la disqualifier à mes yeux, enfin je veux dire à mes oreilles.

Et si je devais me poser une question radiophonique, ça serait : pourquoi suis-je si sévère à l'encontre de certains producteurs et si peu envers d'autres ?

Voir le profil de l'utilisateur

44
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 12:33

@stein a écrit: D' abord le premier mérite de Madame Nauleau est d'avoir invité cette personne , qui ce serait risqué de le faire ?
Elle ne l'a pas invitée, elle est allée la voir (ça s'entend, il me semble). Sur quelle intitiative s'est faite cette rencontre, on ne le sait.
@stein a écrit: Je n'ai décidément pas la même écoute que vous .
C'est justement ce qui est intéressant, cela permet de s'interroger sur sa (= ma) propre écoute et de la reprendre à travers votre perspective.
@stein a écrit: Et comparez ,svp,ce qui est comparable: des présences comme celle de Kriss ou Veinstein ne sont pas légion... et se comptent avec les doigts d'une main...sur une génération..
Qu'en savez-vous ? Il faut qu'une direction donne sa chance à quelqu'un pour savoir s'il est exceptionnel. Rentre-t-on actuellement à France Culture, et surtout y reste-t-on, parce qu'on a du talent ? Question.
@stein a écrit:De plus je trouve la voix de Sophie Nauleau très radiophonique .
Je n'ai pas parlé de sa voix qui a des qualités innées, mais de son ton. À propos de voix, connaissez-vous celle de Caroline Bourgine de France Musique ? Ou celle d'Axelle Thiry de RTBF/ Musiq3 ? Elles devraient vous plaire. J'écoute tout ce qu'elles font.
@stein a écrit:PS un seul point d'accord :nous avons sans doute acheté l'anthologie poétique de Robert Sabatier ,au même moment ,ce qui nous rapproche ,rien n'est perdu.
J'avoue ne pas (encore) avoir ses 9 volumes, mais j'ai fait connaître par l'étude un de ses romans à un groupe de nonagénaires allemandes francophiles. Un franc succès.

Au plaisir de vous lire et RDV sur le fil Ça rime à quoi

Voir le profil de l'utilisateur

45
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 17:43

simplement quelques remarques ,Philaunet*
"Elle ne l'a pas invitée, elle est allée la voir (ça s'entend, il me semble). Sur quelle intitiative s'est faite cette rencontre, on ne le sait."
j'avoue ne pas avoir une si bonne oreille que vous ,mais on peut inviter une personne au micro , tout allant chez elle l'interviewer ?
"Qu'en savez-vous ? Il faut qu'une direction donne sa chance à quelqu'un pour savoir s'il est exceptionnel. "
désolé je ne peux juger que l'existant.
remarque subsidiaire : je me suis laissé emporter sur le nombre d'intervieweurs -euses hors norme: les doigts d'une main c'est peu ,en plus sur une génération..
mais pour bien les compter il faut du recul . Peut être que madame Nauleau les rejoindra (elle est toute jeune , quelle chance ! allez la voir sur son site) quoi qu'il en soit il y a aussi de bons(nes )chanteurs (ses) qui ne s'appelle pas Edith Piaf ou Charles Trenet.

Voir le profil de l'utilisateur

46
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 20:29

04:55 Mauvais genres

Entretien avec Francis Lacassin
Par François Angelier
1ère diffusion : 06/01/07

c'était dans la nuit du 16 au 17 déc 2012 et là c'était catégorie GRAND ART
on va même dire Laughing TRES GRAND ART !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Voir le profil de l'utilisateur

47
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Lun 17 Déc 2012, 22:51

@Fontaine a écrit:04:55 Mauvais genres Entretien avec Francis Lacassin
Par François Angelier 1ère diffusion : 06/01/07 c'était dans la nuit du 16 au 17 déc 2012 et là c'était catégorie GRAND ART
En quelques mots, qu'est-ce qui caractérisait ce grand art, selon vous ? On ne peut plus écouter l'émission, sauf recherche ANPR, alors voulez-vous nous faire partager quelques éléments qui caractérisent cet art et qui pourraient être utiles pour juger d'autres entretiens ? Merci d'avance.

Voir le profil de l'utilisateur

48
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Mar 18 Déc 2012, 18:40

En quelques mots qui n'ajouteront rien à ce qui a été développé dans ce fil
- l'invité : Lacassin brillant explorateur de la littérature à 360° , un puits sans fond doté d'une voix ,d'un débit de mots , bref plaisir des oreilles et de ce qu'il y a entre.
- "l'entrevoyeur" : Angelier connaissant plus que son sujet ( Tarzan au cinéma par exemple qui a donné lieu à un développement précis et ... j u b i l a t o i r e - adjectif à éviter ) , parole de l ' invité jamais coupée, ne sursignifiant jamais.
Pour tout cela : respect et écoute.


Voir le profil de l'utilisateur

49
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Mar 18 Déc 2012, 21:12

tout à fait d'accord ,F Angelier , la passion et l'intelligence le guident , de plus c'est un grand érudit .

Voir le profil de l'utilisateur

50
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Jeu 11 Avr 2013, 23:57

Il y a parfois ce tic horripilant dans les entretiens zet interviews : glisser le nom de l'interlocuteur systématiquement dans chacune des questions qu'on lui pose. Quand il n'y a pas de vrai dialogue mais une succession de questions, ça fait au moins une fois par minute. C'était le cas chez Laure Adler notamment hier soir interviewant Won Kar Waï. Ca sonne terriblement faux et c'est bien lourdaud de solennité cire-pompes. Dans le même temps c'est un message implicite adressé au bon con d'auditeur :
<< on sait que tu vas pas tenir une minute alors attends un peu, attends de savoir qui est l'invité, des fois que ça te donnerait envie de rester, attends rien qu'un peu quoi allez sois chou, je vais bientôt dire son nom ah ça y est tu vois, alors t'as bien fait de rester non ? Allo... Allo ? Ah zut il a déjà filé le salopiot ... >>



Dernière édition par Nessie le Ven 12 Avr 2013, 00:02, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

51
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique - le Ven 12 Avr 2013, 00:02

./...

Et puis il y a la variante Finkielkraut-Voinchet : jamais en cours de question mais à la fin, ou après.

Finkie : juste à la fin de sa question, après les derniers mots et non sans une brève hésitation, tout juste avant que l'autre prenne la parole finement glisser son nom comme on glisserait une photo porno dans une pile d'images pieuses au moment où le supérieur fait irruption dans la salle du séminaire.

Voinchet : après la prise de parole, toujours ou presque : une fois que l'invité a commencé à répondre Voinchet beugle son nom dans le micro, au risque de jeter chez lui un doute certain sur la santé psychique de l'apostropheeur.



Dernière édition par Nessie le Mer 07 Mai 2014, 13:07, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


52
Répondre en citant  
Re: L'art de l'entretien radiophonique -

L'art de l'entretien radiophonique     Page 5 sur 15

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum