Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 56, 57, 58 ... 62 ... 67  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Au fil de l'écoute    Page 57 sur 67

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Au fil de l'écoute - le Mer 21 Avr 2010, 20:53

Rappel du premier message :

Ouf, il fallait l'ouvrir celui-là...

Il y a des émissions qu'on aime bien mais pour lesquelles on n'ouvre jamais un fil, allez savoir pourquoi. N'empêche qu'on s'en veut régulièrement de pas signaler tel ou tel bon numéro, qu'il soit débordant d'intelligence ou de charme radiophonique. Là je pense en particulier au Carnet Nomade, inégal non en qualité mais en contenu ; sur le précédent forum on n’en parlait presque pas c’est bizarre quand même, pourtant (ou serait-ce 'parce que' ?) la qualité radio y est constante et comme irréprochable.
Lointain post-scriptum - entre temps le fil Carnet nomade est apparu dans notre menu.

Et il y a aussi des coups de gueule sur sujet isolé mais on hésite quand même à ouvrir un fil pour une brêle qui n'en vaut fichtre pas la peine. Je parle pas d'un Martel ou d'un Baddou qui ont et auront toujours droit à leur Fil esspécial d'entartage, ni même à un Raphy Enthoven, qui est condamné à réunir une belle collection de claques zet de compliments jusqu'à ce qu'il parvienne à l'âge adulte (pour le raphe y’a plus que 50 ans à attendre, courage les amis !). Mais en dehors de ces cas extrêmes où le skhandääälll radiophonique est par trop patent, il y a donc des gens qui sont comme qui dirait prédestinés à ne pas l’avoir, leur fil perso.

Alors toutes ces merveilles et toutes ces daubes, tous ces moments de radio isolés, c’est pour un fil "au fil de l’écoute".
J’ai déjà quelques sous-rubriques récurrentes en prévision pour ce fil (« chroniques du parsiflage », ou bien « l’alarmisme esspliqué à ma grand-mère  »). Le hic : je tenais à l'ouvrir sur une remarque positive, car m'est avis qu'elles seront un peu minoritaires dans l'ensemble. C'est chose faite et, chance, c'est chez Munier que ça s'est passé.

./...
* * *

561
Répondre en citant  
Pas Mach 1 - le Dim 04 Sep 2016, 23:21

Merci pour ci-dessus masterkey, j'espère qu'il y aura des réactions à votre billet sur les nouvelles émissions de la rentrée 2016, les créneaux scientifiques et les Discussions du soir. De mon côté, c'est "on y reviendra" (on ne peut être au four et au moulin...).

Le four (au sens propre et au figuré), c'est le premier Supersonic de la rentrée dont le titre promet beaucoup mais que le contenu...  Rendre compte des oiseaux : la performeuse Violaine Lochu + le bioacousticien Bernie Krause. Quand on a un fil Les Oiseaux dans ce forum, on est tout de suite prêt à tenter l'écoute d'une émission qui veut justement "rendre compte des oiseaux".

Jusqu'à 34'50, c'est Violaine Lochu, 29 ans de Montreuil. Femme, moins de 30 ans, Seine-Saint-Denis. Je me demande s'il existe à Angers, Mulhouse, Poitiers, Annecy, Rouen, des artistes de plus de 30 ans, hommes ou femmes. Au cas où ils existeraient, France Culture ne nous les fait pas connaître. Je n'ai rien contre la Seine-Saint-Denis que je connais très bien, mais Bobigny, Montreuil ou Saint-Denis sont-elles représentatives de la culture se pratiquant en France ? Je pose la question comme ça.  

En tous les cas, après plusieurs coups de sonde, je suis passé assez vite à la minute 34'50 pour écouter Bernie Krause, homme, 77 ans, Michigan. C'est Scylla après Charybde...  Il est assez amusant d'entendre cet homme débiter des banalités avec de grands mots et un sérieux de pape. Moins amusant est de constater que Thomas Baumgartner  semble trouver très crédible cet enregistreur de sons de la nature, dont on ne peut pas dire qu'il souffre d'un excès de modestie.

En tous les cas, France Culture le prend très au sérieux, c'est dire si j'ai tort de le brocarder. En effet Hélène Combis-Schlumberger a fait un très long papier louangeur sur le bioacousticien* qui fustige l'action de l'homme, ce destructeur et acteur de l'apocalypse écologique à venir ou déjà advenue. Aurélie Luneau, quant à elle, lui a consacré une émission d'une heure dans La marche des sciences**.

Les deux descriptifs sont en lien. Pour connaître quelqu'un qui remplit le cahier des charges de France Culture.

* Avec cet extrait transcrit : "On n’a pas créé la musique, au Conservatoire ici, à Paris, ou à la Juillard School de New York. Quand on vivait connectés à la nature, on imitait les sons des oiseaux, les percussions des chimpanzés et des gorilles des montagnes. C’est comme ça qu’on a appris à faire du rythme. On a regardé les lémuriens de Madagascar sauter d’arbre en arbre et c’est comme ça qu’on a appris à danser. On a écouté les sons de la forêt, la nuit, qui étaient structurés comme un orchestre. On a appris à structurer les sons en écoutant ceux de la forêt. On n’a pas appris tout ça à la Sorbonne. Vous me dites que la musique est plus sophistiquée ? Bullshit !" [En passant, Juillard, c'est Juilliard]

562
Répondre en citant  
Des sujets tout à fait nouveaux et jamais traités à l'antenne... - le Jeu 08 Sep 2016, 19:28

Tiens, un sujet qui change de l'ordinaire... un collectif de sans-papiers*

Ça se passe à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Et (Île-de-)France Culture se devait d'en rendre compte dans Ping Pong. Quenehen ironise sur le fait qu'il faudrait 10 ans pour avoir un permis de séjour d'un an. Bizarre des Syriens de ma connaissance ont mis un an pour avoir un permis de 10 ans, mais il doit mieux savoir, Quenehen, il parle sur une antenne nationale.

Quant à Emmanuel Laurentin dans La Fabrique de l'histoire, il s'est creusé les neurones pour lancer une semaine originale sur Histoire des migrants - Migrer, migrants, à chacun sa migration.

Allergiques aux leçons de morale s'abstenir.

*>>> T H E A T R E : "81, avenue Victor Hugo (pièce d’actualité)" d' Olivier Coulon-Jablonka dans le cadre du Festival d'Automne à Paris.

L'avenue Victor Hugo est une des plus chics et des plus prestigieuses avenues parisiennes. À Aubervilliers, l'avenue Victor Hugo abrite des entrepôts de commerce en gros, des boutiques d'import-export de textiles asiatiques, quelques magasins d'alimentation, un restaurant aveyronnais, un café-tabac-pmu et, au 81, face à un centre commercial chinois en construction, un ancien Pôle Emploi. C'est ici que vit, depuis août 2014, un collectif de sans-papiers qui a décidé, après 4 mois passés à la rue, de réquisitionner ce bâtiment. Sur scène, c'est l'histoire de huit d'entre eux qui se déploie, nous conduisant des faubourgs d'Abidjan, de Ouagadougou ou de Dhaka, à ce présent de la lutte des sans-toits à Aubervilliers. Chacun nous donne à entendre et à voir un fragment de son destin si singulier où la solidarité côtoie la violence, où la ruse répond à l'injustice, où une même nécessité de survivre fait face aux épreuves rencontrées. Leurs parcours d'exil et de migration se dessinent et s'étirent sur des continents et des années posant la question de l'hospitalité et du droit absolu à l'accueil qui excède la loi. Quelle place accordons-nous à l'Étranger ? À quelles conditions ? Et pour quelles conditions de vie et de travail ? - Présentation du Festival-

563
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Dim 11 Sep 2016, 22:01

Allumé FC plusieurs fois entre 21h et 22h et ai entendu à chaque fois un prêche, voyons le site...  Corps de Bataille de Valérie Lang Fictions / Théâtre et Cie.

Stanislas Nordey : "Puisse la lecture de ces textes créer du désir chez de jeunes gens et leur donner assez de force et de courage pour que leur engagement dans le théâtre soit un engagement de combat."

Frédéric Vossier : "L'écriture comme un moyen d'examiner inlassablement l'exercice de la bataille qu'elle menait sur plusieurs fronts : l'incarnation généreuse de l'actrice sur un plateau, le travail en institution comme co-directrice soucieuse des publics, le combat politique et civique pour la défense d'une humanité qu'on prive de ses besoins essentiels comme les sans-papiers et les sans-logements."

Plus tard, Josiane Balasko interviewée par Blandine Masson : la femme de théâtre à l'honneur ce soir sur l'antenne a laissé un bon souvenir à Saint-Denis.
Saint-Denis ? La capitale d'(Île-de)France Culture, sans doute.

564
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Jeu 15 Sep 2016, 19:56

Pendant qu'Alain Mabanckou, "l'écrivain migrateur" (dixit Quenehen) raconte que le Canada et notamment le Québec accueillent formidablement ceux qui leur apportent quelque chose (parle-t-il de la musique qui suit ?) contrairement à la France qui, comme chacun sait, est un pays cumulant toutes les tares, et où seul le petit village de la Maison Ronde dans le 16e arrondissement de Paris résiste, pendant ce temps-là, donc, France Musique diffuse une bande-son de grève, car les techniciens préfèrent apparemment arrêter la radio culturelle plutôt que la radio de propagande.

Pendant que Serrell,  l'ex de Radio Nova, criaille des références pour faire cultivé tout en se bidonnant avec Quénéhen et qu'on nous assène des citations de le Clézio (celui qui veut quitter la France, tout en n'y habitant pas), la radio frontalière diffuse un entretien sur le thème "Communication entre médecin et patient" Der Allgemeinmediziner und Psychotherapeut Dr. Lutz Wesel.

Tiens, Mabanckou a jeté le mot d'humanisme dans la conversation qui se veut rigolote de Ping Pong. Mais d'évidence, ce n'est pas sur France Culture qu'il faut aller chercher une réflexion sur l'humanisme.  

565
Répondre en citant  
Epuisement des sujets - le Mer 21 Sep 2016, 16:08

A France Culture, mesure d'économie probablement, on repassera avec systématique sur tous les sujets deux ou trois fois a minima.

Romain, au sujet d'un numéro de l'émission La Dispute, a écrit:A propos de la dernière oeuvre d’un groupe de peura répondant à l’acronyme PNL:

Olivier Lamm (Libé, Chronic’art) :
« ... un travail sur la langue, sur la mise en abyme, sur l’esprit d’escalier, sur la … qui est absolument … si vous passez du temps, vous pouvez passer du temps sur certaines phrases, j’vous jure que c’est absolument vertigineux. Ya un travail sur une espèce de jubilation de la langue, qui est … »

Arnaud Laporte (France Culture): « par exemple ? »

Olivier Lamm : « ben j’ai une phrase là … on disait que le groupe était non politique et qu’ il parlait dans le vide, et en fait …

L’époque est lourde, aussi lourde que le poids de mes paupières
J’ouvre la porte de l’Audi ou de l’enfer
[...] »
Même groupe, même extrait ce matin choisi par Matthieu Conquet dans sa chronique musicale pour enlaidir (un peu plus) cette émission. L'auditeur fera l'effort nécessaire pour redescendre au niveau requis pour apprécier ces vers.

Autres émissions, autre trafic d'invités, c'est en ce moment la Méthode Scientifique qui est au centre du mercato des sujets pour producteurs en mal d'inspiration : Axel Kahn avait été rendre visite chez Nicolas Martin avant de se rendre aux Discussions du soir de René Frydman pour y raconter peu ou prou la même chose, hier le Grain à Moudre traitait des( )espoirs  quant aux traitements de la maladie d'Alzheimer, la Méthode Scientifique s'engouffre dans le même sujet aujourd'hui...

Je regrette d'avoir relativisé la remarque d'Anselme sur la présence cumulée de Trinh Xuan Thuan à France Interculture (tout un programme, non?), la tendance au service des mêmes plats à tous les repas est bien lourde.

Anton Aetolyce 

566
Répondre en citant  
« Semper ego auditor tantum ? » - le Jeu 29 Sep 2016, 14:36

Le gars Nicolas Martin, il* emploie drôlement le verbe « enjoindre ».
Premier coup de canon : « (…) quant aux accusations de simplisme eh bien eh bien j'enjoins Daniel [un auditeur] à aller j'ter une oreille euh à nos émissions (...) » (30'57-31'03).
Second coup de canon : « Alors Gérard [autre auditeur] je vais l'enjoindre aussi à écouter un peu plus attentivement l'émission (...) » (32'35-32'41).
D'une part, M. Nicolas Martin ne sait manifestement pas la manière dont le verbe « enjoindre » régit ses compléments : on enjoint quelque chose (accusatif) à quelqu'un (datif) - on enjoint à quelqu'un de faire quelque chose. D'autre part, M. Martin ne paraît pas connaître avec précision le sens que revêt ce verbe. M. Nicolas Martin, en tant que simple intermittent du spectacle, oserait-il vraiment « intimer un ordre » à un auditeur (fût-ce à un auditeur ayant eu le front caïnique de ne pas juger tout à fait favorablement l'émission qu'il produit) ?    
http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/que-reste-t-il-de-lideal-revolutionnaire
*On est prié de considérer cette « dislocation à gauche » comme un vibrant hommage au président de la République française. Peut-être son sanglant quinquennat sera-t-il un jour appelé (eu égard à ses seules prouesses grammaticales évidemment) « la présidence de la dislocation ».

567
Répondre en citant  
Le quiz d'automne - le Ven 30 Sep 2016, 06:47

Saurez-vous trouver la voix de notre joueuse de marelle parmi ces jeunes admirateurs du Centre Pompidou? Le Centre Pompidou, machin-machine : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15659-17.07.2016-ITEMA_21033530-0.mp3" debut="09:52" fin="11:32"]

L'émission du 17 juillet Le Génie des lieux de Camille Juza n'est pas inintéressante, bien sûr la langue boursouflée et l'esprit habituel (abolir les frontières/ horizontalité/ non-hiérarchisation/ égalité, etc), mais le profane apprend comment le projet a été conçu.

Il est assez plaisant d'entendre dire par Françoise Fromonot, critique et professeur d'architecture, entre deux envolées lyriques sur le bâtiment, que la conception architecturale de Renzo Piano et de Richard Rogers (vivant aux États-Unis durant les années 60) était déjà dépassée au moment où la construction a pris fin.

568
Répondre en citant  
Le social matin, midi et soir - le Dim 02 Oct 2016, 19:56

France Culture met le paquet en cette rentrée, on ne peut ouvrir la chaîne sans tomber sur une de ses causes favorites. Non qu'elles soient illégitimes, mais tous les jours et  plusieurs fois par jour, est-ce bien "raisonnable" pour une antenne dont la mission est la transmission des savoirs et non la résolution des problèmes sociaux ?

Bref, en lieu et place des arts, lettres et sciences, c'est ce dimanche soir à l'heure de grande écoute Un autre regard sur les quartiers : "Bien trop souvent, on entend parler des quartiers en termes péjoratifs. Dans cette émission nous nous attacherons à voir ce qui fonctionne sur ces territoires, que ce soit [sic] des entreprises, des initiatives etc... "

Avec quatre invités dont la directrice du Bondy Blog, qui a tout notre respect, mais hors de la Seine-Saint-Denis, rien n'existe-t-il ?

La radio nationale, toujours plus Île-de-France "Culture" et relais associatif. À quoi sert France Bleu Paris Région ?

569
Répondre en citant  
''La nocivité de la radioactivité, elle n'est pas niée'' (Aurélie Luneau) - le Jeu 06 Oct 2016, 22:55

Clic de fin et désabonnement du podcast après l'écoute du quart de l'émission "De cause à effets, le magazine de l'environnement" d'Aurélie Luneau, dont le dernier numéro avait pour titre Nucléaire : cachez ces déchets que je ne saurais voir !

Le décor a été planté en un quart d'heure (cf. Bonjour X 4), le débat est improvisé et biaisé, les interventions brouillonnes et interrompues.

Mon dernier extrait : Francis Sorin, conseiller de la Société Française d’Energie Nucléaire,  et l'animatrice qui se croit autorisée à lui faire la leçon : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16410-02.10.2016-ITEMA_21092843-0.mp3" debut="13:06" fin="14:15"]

Il faut espérer que la nocivité des mauvais présentateurs ne sera pas aussi longue que celle des déchets radioactifs. Contre la seconde, il y a l'Andra qui tente de faire quelque chose ; contre la première il y a les archives de France Culture, France Musique et les radios étrangères, les fichiers audio des musées, instituts culturels et autres médias.

570
Répondre en citant  
''Orly : la modernité obsolète'' - le Ven 14 Oct 2016, 20:38

On ne s'ennuie pas une seconde dans cette émission de 30 minutes où l'on est à Orly en compagnie de Camille Juza qui discute agréablement avec une architecte urbaniste, un cuisinier et une hôtesse au sol.  Retour sur 1961, la conception de l'aéroport, sa fréquentation d'alors et son évolution aujourd'hui. On apprend également que les voix suaves annonçant les vols ont été à l'origine du style FIP créé en 1971. Orly : la modernité obsolète* (Le Génie des lieux du 31 juillet 2016).

Il faut aussi détromper quiconque penserait à Orly comme le lieu exclusif d'un aéroport et non comme une ville qui par certains côtés a gardé des allures de village, eh oui !

Le cuisinier qui se rappelle le bon vieux temps des années 60 : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15659-31.07.2016-ITEMA_21042059-0.mp3" debut="10:30" fin="14:15"]

* (...) qui se souviendra, dans de telles conditions, que les hôtesses d'Air France étaient habillées de Dior, ce 24 février 1961 lors de l'inauguration de la somptueuse aérogare d'Orly ? Que l'aérogare, Versailles des temps modernes, faisait étale de matériaux luxueux, acier, verre, marbre, serpentine, aluminium doré estampillé "blond Orly", qu'on y inventait le système qui allait révolutionner le transport aérien, celui de l'enregistrement des bagages à des comptoirs prévus à cet effet ?
L'aéroport Orly, à l'avant-garde du progrès, annonçait le futur, le futur radieux de ces Trente Glorieuses gonflées d'elles-mêmes, persuadées que la modernité libérerait l'homme. L'aéroport, immense halle à la sobriété et l'élégance moderne, incarnait même la ville du futur, celle qui offrirait tout sous un même toit et d'ailleurs, c'est toute une ville qu'on trouvait, au début des années 60, à Orly.

571
Répondre en citant  
« La Grande-Motte : cité des vacances » par Camille Juza - le Sam 15 Oct 2016, 21:14

Poursuivons l'écoute de l'émission d'architecture de l'été 2016, Le Génie des lieux, par Camille Juza qui mérite une mention ici. Le numéro du 7 août nous emmenait dans le Languedoc pour étudier La Grande-Motte : cité des vacances. C'est bien, même très bien pour le format proposé de 30 minutes. La parole est donnée  ici à Gilles Ragot, historien de l'art, Pierre Pillet, paysagiste et Evelyne Sebti, habitante. On découvre la genèse du projet et ses objectifs esthétiques et urbanistiques. La productrice ne juge pas*, elle fait entendre des spécialistes de la question, non dans un énième débat, mais dans une émission montée avec intelligence.

Et puis quel repos : pas de considération sur de potentiels conflits sociaux, sur l'injustice, l'inégalité, le malheur, les victimes et les coupables (on en trouve toujours), etc. Ce n'est pas une émission accusatoire et prônant l'indignation et la révolte (grande mode à France Culture ces dernières années), mais une explication des circonstances et une brève observation des conditions de vie du lieu à travers des témoignages. À chacun ensuite d'en penser ce qu'il veut.
 
* Sur l'habitude qu'a France Culture d'imposer le prêt-à-penser via ses producteurs, dans le fil "La méthode scientifique"
RandomWalks(http://www.regardfc.com/t789-la-methode-scientifique#27207) a écrit: (...) Nous ne venons pas sur cette chaîne pour nous entendre dire ce qu'il est bon de penser ou pas. Ce que nous voulons c'est qu'on nous explique les termes du débat, qu'on mette à notre portée des disciplines hautement spécialisées au point d'être hermétiques aux gens ordinaires que nous sommes, fussions-nous éduqués. En aucun cas nous ne souhaitons qu'on pense à notre place ou qu'on nous force à croire que la pensée se résume à être pour ou contre quelque chose. C'est ce qu'on entend à longueur de journées dans de trop nombreux médias et c'est l'inverse que nous recherchons sur France Culture : un espace de liberté où l'on peut comprendre et s'éduquer plutôt que juger. (...)

Contenu sponsorisé 

572
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute -

Au fil de l'écoute     Page 57 sur 67

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 56, 57, 58 ... 62 ... 67  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum