Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 57, 58, 59  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Au fil de l'écoute    Page 58 sur 59

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Au fil de l'écoute - le Mer 21 Avr 2010, 20:53

Rappel du premier message :

Ouf, il fallait l'ouvrir celui-là...

Il y a des émissions qu'on aime bien mais pour lesquelles on n'ouvre jamais un fil, allez savoir pourquoi. N'empêche qu'on s'en veut régulièrement de pas signaler tel ou tel bon numéro, qu'il soit débordant d'intelligence ou de charme radiophonique. Là je pense en particulier au Carnet Nomade, inégal non en qualité mais en contenu ; sur le précédent forum on n’en parlait presque pas c’est bizarre quand même, pourtant (ou serait-ce 'parce que' ?) la qualité radio y est constante et comme irréprochable.
Lointain post-scriptum - entre temps le fil Carnet nomade est apparu dans notre menu.

Et il y a aussi des coups de gueule sur sujet isolé mais on hésite quand même à ouvrir un fil pour une brêle qui n'en vaut fichtre pas la peine. Je parle pas d'un Martel ou d'un Baddou qui ont et auront toujours droit à leur Fil esspécial d'entartage, ni même à un Raphy Enthoven, qui est condamné à réunir une belle collection de claques zet de compliments jusqu'à ce qu'il parvienne à l'âge adulte (pour le raphe y’a plus que 50 ans à attendre, courage les amis !). Mais en dehors de ces cas extrêmes où le skhandääälll radiophonique est par trop patent, il y a donc des gens qui sont comme qui dirait prédestinés à ne pas l’avoir, leur fil perso.

Alors toutes ces merveilles et toutes ces daubes, tous ces moments de radio isolés, c’est pour un fil "au fil de l’écoute".
J’ai déjà quelques sous-rubriques récurrentes en prévision pour ce fil (« chroniques du parsiflage », ou bien « l’alarmisme esspliqué à ma grand-mère  »). Le hic : je tenais à l'ouvrir sur une remarque positive, car m'est avis qu'elles seront un peu minoritaires dans l'ensemble. C'est chose faite et, chance, c'est chez Munier que ça s'est passé.

./...
* * *

571
Répondre en citant  
Le social matin, midi et soir - le Dim 02 Oct 2016, 19:56

France Culture met le paquet en cette rentrée, on ne peut ouvrir la chaîne sans tomber sur une de ses causes favorites. Non qu'elles soient illégitimes, mais tous les jours et  plusieurs fois par jour, est-ce bien "raisonnable" pour une antenne dont la mission est la transmission des savoirs et non la résolution des problèmes sociaux ?

Bref, en lieu et place des arts, lettres et sciences, c'est ce dimanche soir à l'heure de grande écoute Un autre regard sur les quartiers : "Bien trop souvent, on entend parler des quartiers en termes péjoratifs. Dans cette émission nous nous attacherons à voir ce qui fonctionne sur ces territoires, que ce soit [sic] des entreprises, des initiatives etc... "

Avec quatre invités dont la directrice du Bondy Blog, qui a tout notre respect, mais hors de la Seine-Saint-Denis, rien n'existe-t-il ?

La radio nationale, toujours plus Île-de-France "Culture" et relais associatif. À quoi sert France Bleu Paris Région ?

572
Répondre en citant  
''La nocivité de la radioactivité, elle n'est pas niée'' (Aurélie Luneau) - le Jeu 06 Oct 2016, 22:55

Clic de fin et désabonnement du podcast après l'écoute du quart de l'émission "De cause à effets, le magazine de l'environnement" d'Aurélie Luneau, dont le dernier numéro avait pour titre Nucléaire : cachez ces déchets que je ne saurais voir !

Le décor a été planté en un quart d'heure (cf. Bonjour X 4), le débat est improvisé et biaisé, les interventions brouillonnes et interrompues.

Mon dernier extrait : Francis Sorin, conseiller de la Société Française d’Energie Nucléaire,  et l'animatrice qui se croit autorisée à lui faire la leçon : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16410-02.10.2016-ITEMA_21092843-0.mp3" debut="13:06" fin="14:15"]

Il faut espérer que la nocivité des mauvais présentateurs ne sera pas aussi longue que celle des déchets radioactifs. Contre la seconde, il y a l'Andra qui tente de faire quelque chose ; contre la première il y a les archives de France Culture, France Musique et les radios étrangères, les fichiers audio des musées, instituts culturels et autres médias.

573
Répondre en citant  
''Orly : la modernité obsolète'' - le Ven 14 Oct 2016, 20:38

On ne s'ennuie pas une seconde dans cette émission de 30 minutes où l'on est à Orly en compagnie de Camille Juza qui discute agréablement avec une architecte urbaniste, un cuisinier et une hôtesse au sol.  Retour sur 1961, la conception de l'aéroport, sa fréquentation d'alors et son évolution aujourd'hui. On apprend également que les voix suaves annonçant les vols ont été à l'origine du style FIP créé en 1971. Orly : la modernité obsolète* (Le Génie des lieux du 31 juillet 2016).

Il faut aussi détromper quiconque penserait à Orly comme le lieu exclusif d'un aéroport et non comme une ville qui par certains côtés a gardé des allures de village, eh oui !

Le cuisinier qui se rappelle le bon vieux temps des années 60 : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15659-31.07.2016-ITEMA_21042059-0.mp3" debut="10:30" fin="14:15"]

* (...) qui se souviendra, dans de telles conditions, que les hôtesses d'Air France étaient habillées de Dior, ce 24 février 1961 lors de l'inauguration de la somptueuse aérogare d'Orly ? Que l'aérogare, Versailles des temps modernes, faisait étale de matériaux luxueux, acier, verre, marbre, serpentine, aluminium doré estampillé "blond Orly", qu'on y inventait le système qui allait révolutionner le transport aérien, celui de l'enregistrement des bagages à des comptoirs prévus à cet effet ?
L'aéroport Orly, à l'avant-garde du progrès, annonçait le futur, le futur radieux de ces Trente Glorieuses gonflées d'elles-mêmes, persuadées que la modernité libérerait l'homme. L'aéroport, immense halle à la sobriété et l'élégance moderne, incarnait même la ville du futur, celle qui offrirait tout sous un même toit et d'ailleurs, c'est toute une ville qu'on trouvait, au début des années 60, à Orly.

574
Répondre en citant  
« La Grande-Motte : cité des vacances » par Camille Juza - le Sam 15 Oct 2016, 21:14

Poursuivons l'écoute de l'émission d'architecture de l'été 2016, Le Génie des lieux, par Camille Juza qui mérite une mention ici. Le numéro du 7 août nous emmenait dans le Languedoc pour étudier La Grande-Motte : cité des vacances. C'est bien, même très bien pour le format proposé de 30 minutes. La parole est donnée  ici à Gilles Ragot, historien de l'art, Pierre Pillet, paysagiste et Evelyne Sebti, habitante. On découvre la genèse du projet et ses objectifs esthétiques et urbanistiques. La productrice ne juge pas*, elle fait entendre des spécialistes de la question, non dans un énième débat, mais dans une émission montée avec intelligence.

Et puis quel repos : pas de considération sur de potentiels conflits sociaux, sur l'injustice, l'inégalité, le malheur, les victimes et les coupables (on en trouve toujours), etc. Ce n'est pas une émission accusatoire et prônant l'indignation et la révolte (grande mode à France Culture ces dernières années), mais une explication des circonstances et une brève observation des conditions de vie du lieu à travers des témoignages. À chacun ensuite d'en penser ce qu'il veut.
 
* Sur l'habitude qu'a France Culture d'imposer le prêt-à-penser via ses producteurs, dans le fil "La méthode scientifique"
RandomWalks(http://www.regardfc.com/t789-la-methode-scientifique#27207) a écrit: (...) Nous ne venons pas sur cette chaîne pour nous entendre dire ce qu'il est bon de penser ou pas. Ce que nous voulons c'est qu'on nous explique les termes du débat, qu'on mette à notre portée des disciplines hautement spécialisées au point d'être hermétiques aux gens ordinaires que nous sommes, fussions-nous éduqués. En aucun cas nous ne souhaitons qu'on pense à notre place ou qu'on nous force à croire que la pensée se résume à être pour ou contre quelque chose. C'est ce qu'on entend à longueur de journées dans de trop nombreux médias et c'est l'inverse que nous recherchons sur France Culture : un espace de liberté où l'on peut comprendre et s'éduquer plutôt que juger. (...)

575
Répondre en citant  
''La singularité technologique'' - le Ven 21 Oct 2016, 17:04

Une émission à signaler dans le fil généreusement nourri par Masterkey, La méthode scientifique ? Ce numéro du jour pris au fil de l'écoute m'a semblé intéressant : Skynet : l'éveil de l'intelligence artifcielle [sic].

Le panel d'intervenants est prometteur :

   Jean-Michel Truong : Psychologue, philosophe et écrivain
   Jacques Pitrat : Ingénieur, spécialiste de l’intelligence artificielle, directeur de recherche émérite au CNRS
   Blaise Mao : Rédacteur en chef adjoint du magazine Usbek & Rica


et Nicolas Martin particulièrement vif.

Qui s'y colle ?

576
Répondre en citant  
Prieur de la Marne - le Dim 23 Oct 2016, 13:12

Beau nom emprunté, ce qui est normal pour un DJ, technicien de l'emprunt, du sample, adepte de l'art du coucou. À ce Prieur là FC confie quelques minutes intitulées "Message personnel de Prieur de la Marne". C'est un des objets radiophoniques les plus étranges, les plus prétentieux et les plus inutiles jamais entendus sur cette antenne. Montage sonore à partir de réinterprétations de chansonnes des Beatles ou autres (tout en anglais bien sûr, les mots n'ont pas à être compris, ce ne sont que des mots, du bruit), avec une vague trame supposée politique, liée au livre de confidences de Hollande et du problème "Mais où trouve-t-il le temps de recevoir tous ces journalistes"? Le mot "fascinant" revient en boucle. Le thème a été labouré dans tous les sens par tous les médias depuis dix jours, mais on n'avait pas la version de ce Prieur là. Aucun intérêt. Du vent. Du bruit. Le vide intersidéral de la pensée dite artistique contemporaine.

577
Répondre en citant  
Légende : pisseur de la Marne - le Lun 24 Oct 2016, 09:20

munstead(http://www.regardfc.com/t163p570-au-fil-de-l-ecoute#27303) a écrit:Beau nom emprunté, ce qui est normal pour un DJ, technicien de l'emprunt, du sample, adepte de l'art du coucou. À ce Prieur là  FC confie quelques minutes intitulées "Message personnel de Prieur de la Marne". C'est un des objets radiophoniques les plus étranges, les plus  prétentieux et les plus inutiles jamais entendus sur cette antenne. Montage sonore à partir de réinterprétations de chansonnes des Beatles ou autres (tout en anglais bien sûr, les mots n'ont pas à être compris, ce ne sont que des mots, du bruit), avec une vague trame supposée politique, liée au livre de confidences de Hollande et du problème "Mais où trouve-t-il le temps de recevoir tous ces journalistes"?  Le mot "fascinant" revient en boucle. Le thème a été labouré dans tous les sens par tous les médias depuis dix jours, mais on n'avait pas la version de ce Prieur là. Aucun intérêt. Du vent. Du bruit. Le vide intersidéral de la pensée dite artistique contemporaine.

Merci pour cette bien belle découverte qui mérite d'être resituée dans la grille des programmes : le dimanche à 12h45 (durée 5 minutes). La page du mix politique est ici. Et une partie de son descriptif ci-dessous :

Prieur de la Marne est un créateur d'objets sonores et l'un des DJ's les plus originaux que compte le territoire. Ce jeune homme à la barbe fleurie a, en quelques mixtapes senties et une série d'édits, réinventé le concept de "DJ populaire" tout en (re)donnant à cette notion un éclat mérité. Pour France Culture, il propose chaque dimanche un feuilleton radiophonique sur le thème de la Campagne Présidentielle 2017 intitulé "Candidats".

Dans "Les Visiteurs du Soir, ou le Syndrome de Sainte-Hélène", un huitième épisode aux accents mélancoliques, de la Marne met en musique l'humeur du Président Hollande (le confident de la République) au terme d'une semaine compliquée. Dans cet épisode il est question de Nuits, de rêves un peu morose, de malchance, de bavardages et de confidences, de dissections sur un quinquennat déroutant, et de la co-existence entre journalistes et responsables politiques…


Serait-ce du français ?

Le chic du chic ? Les photos des descriptifs mettant en scène le créateur d'objets sonores. Enfin un peu de bon goût :



N'est-ce pas Fontaine ?

578
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Lun 24 Oct 2016, 11:07

En dehors de ce charabia, de nuits écrits avec une majuscule (il s'agit sans doute des Nuits homologuées par le ministère de la Culture et la Ville de Paris réunis), notez le "de la Marne", alors que l'on devrait dire ici Prieur , ou Prieur de la Marne, ou encore, si l'auteur de ce texte pense que Prieur de la Marne était un aristocrate, "La Marne". Je sais, je sais, c'est trop demander des rédacteurs de FC.

Merci à Wikipédia:
Pierre-Louis Prieur, dit Prieur de la Marne, né le 1er août 1756 à Sommesous (Marne), mort le 31 mai 1827 rue de Namur, à Bruxelles, était un avocat et un homme politique français. Député de la Marne à l'Assemblée constituante de 1789 puis à la Convention nationale, il fut l'un de ses principaux représentants en mission et membre du Comité de salut public. Il était surnommé « Crieur de la Marne » à cause de son éloquence1,2. De même, à l'Assemblée constituante, on disait d'une personne qu'elle était « probe comme Prieur » pour signifier qu'elle était désintéressée3.

579
Répondre en citant  
Le plus vide et le plus prétentieux n'est pas celui qu'on croit - - le Mer 26 Oct 2016, 20:50

munstead(http://www.regardfc.com/t163p570-au-fil-de-l-ecoute#27303) a écrit:Beau nom emprunté, ce qui est normal pour un DJ, technicien de l'emprunt, du sample, adepte de l'art du coucou. À ce Prieur là  FC confie quelques minutes intitulées "Message personnel de Prieur de la Marne". C'est un des objets radiophoniques les plus étranges, les plus  prétentieux et les plus inutiles jamais entendus sur cette antenne. Montage sonore à partir de réinterprétations de chansonnes des Beatles ou autres (tout en anglais bien sûr, les mots n'ont pas à être compris, ce ne sont que des mots, du bruit), avec une vague trame supposée politique, liée au livre de confidences de Hollande et du problème "Mais où trouve-t-il le temps de recevoir tous ces journalistes"?  Le mot "fascinant" revient en boucle. Le thème a été labouré dans tous les sens par tous les médias depuis dix jours, mais on n'avait pas la version de ce Prieur là. Aucun intérêt. Du vent. Du bruit. Le vide intersidéral de la pensée dite artistique contemporaine.
En matière d'objet "étrange, prétentieux et inutile", j'ai trouvé pire.  C'est une séquence de 5 minutes après les NCC du vendredi , intitulée "Petit précis de philosophie à l'usage des candidats " :  Manuel Valls vs Jankélévitch : l'art de saisir l'occasion du 21.10.2016.

Géraldine Mosna-Savoye est donc rémunérée (combien ?) pour donner un conseil au premier ministre français. Elle a posé son doudou, interrompu sa marelle avec Richeux et bavarde autour de trois extraits de discours de Manuel Valls. Adèle van Reeth lance la séquence avant de conclure en disant espérer que Manuel Valls aura écouté les conseils de la voix  lycéenne.  "C'est un conseil aujourd'hui pour Manuel Valls... qui, certes, n'est pas candidat, mais qui pourrait remplacer un autre non-candidat, François Hollande, au poste si convoité de candidat, donc, pour le PS".

Le "conseil" :  "Mon conseil vient de la « kaïrologie », selon Jankélévitch encore, ou la manière de saisir le kairos, le bon moment donc, pour devenir et faire coïncider son dessein et le destin : et il ne s'agit plus alors de faire semblant, mais de sembler ce que l'on est vraiment, potentiel candidat à la candidature ou potentiel président.".  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-21.10.2016-ITEMA_21111145-0.mp3" debut="00:00" fin="00:19"]. On goûte ce ton et ces deux voix...

Quelle que soit la somme payée à Mosna-Savoye, c'est vraiment cher, on serait même en droit d'exiger des dédommagements en tant qu'auditeur.

Aussi je reprends volontiers, pour juger cette prestation qui dépasse le ridicule, la fin de la citation plus haut  en remplaçant "artistique" par "philosophique" : "Aucun intérêt. Du vent. Du bruit. Le vide intersidéral de la pensée dite ''philosophique'' contemporaine".

Dans un post à suivre, je dirai pourquoi j'ai trouvé un intérêt particulier à la séquence du Marnais, ce pour quoi je vous remercie, Munstead, de l'avoir mentionnée, même en mal ce qui est d'ailleurs tout à fait mérité (voir aussi le post plus haut Légende : pisseur de la Marne ).

580
Répondre en citant  
Microparticules. - le Jeu 27 Oct 2016, 15:39

A propos des bidouillages de Prieur de la Marne,
munstead(http://www.regardfc.com/t163p570-au-fil-de-l-ecoute#27303) a écrit:C'est un des objets radiophoniques les plus étranges, les plus  prétentieux et les plus inutiles jamais entendus sur cette antenne.
Oui, à ranger aux oubliettes radiophoniques avec les Actualités chantées de Cécile de Kervasdoué.
Qui s'en souviendra, à part un futur Philippe Meyer, amateur facétieux de radio hôn ?

581
Répondre en citant  
For whom the bell tolls - le Ven 11 Nov 2016, 14:29

Hier vers une heure et demie de l'après-midi, M. Bruno Denaes posait à deux membres (éminents) de la rédaction de France Inculture des questions relatives à la manière dont ladite rédaction avait rendu compte de la campagne électorale usonienne. Voici un échange suggestif.
Le (soi-disant) médiateur : « Et en même temps parce que par exemple y a Jean qui dit : que [dans le sens d'exclusivement] des reportages et des invités anti-Trump et pro-Clinton. »
M. Frédéric Barreyre : « On est allé le magazine de la rédaction de la s'maine dernière c'était ''Trump peut-il être élu ?'' euh dans ''La grande table'' c'est pareil Olivia [Gesbert] en dira peut-être un mot les manifestations anti-Trump de cette nuit forcément on en parle mais c'est pas nous qui sommes anti-Trump c'est les milliers de personnes qui défilent à Chicago, à à à Philadelphie euh ou à New York (...) » (29'35-30'00).
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/du-charisme-en-democratie
Il me semble que l'on pourrait établir la fausseté générale de cette réponse (un peu) embarrassée.  Le désir ou la patience me fait défaut (ou me font défaut (car l'un et l'autre se dit ou se disent (fatale allusion littéraire))). Je me bornerai à relever les propos par lesquels à midi M. Raphaël Bourgois inaugura l'émission « La grande table » (il suppléait Mme Gesbert qui ce matin suppléait M. Erner qui lui voyage « aux frais de la princesse ») : « On n'pensait pas dire ''Hallelujah'' on n'pensait pas que cette semaine pouvait être encore plus sombre coincée entreuh l'élection de Donald Trump et les commémorations du 13 novembre la mort cette nuit du chanteur poète et écrivain canadien nous a plongés un peu plus dans le blues (…) » (vingt-trois premières secondes).
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/laurent-mauvignier-reduit-le-reel-des-questions-de-faits
Quelle douloureuse semaine pour M. Raphaël Bourgois ! Compatissons à sa peine inhumaine tout en remarquant combien il veille à ne pas porter de jugements tendancieux. « (…) c'est pas nous qui sommes anti-Trump (...) », disait M. Barreyre (qui, non sans mauvaise foi, nous objecterait peut-être que la personne de quatrième rang par lui employée ne s'appliquait qu'à la rédaction).      

Au fil de l'écoute     Page 58 sur 59

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 57, 58, 59  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum