Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 60, 61, 62  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Au fil de l'écoute    Page 61 sur 62

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Au fil de l'écoute - le Mer 21 Avr 2010, 20:53

Rappel du premier message :

Ouf, il fallait l'ouvrir celui-là...

Il y a des émissions qu'on aime bien mais pour lesquelles on n'ouvre jamais un fil, allez savoir pourquoi. N'empêche qu'on s'en veut régulièrement de pas signaler tel ou tel bon numéro, qu'il soit débordant d'intelligence ou de charme radiophonique. Là je pense en particulier au Carnet Nomade, inégal non en qualité mais en contenu ; sur le précédent forum on n’en parlait presque pas c’est bizarre quand même, pourtant (ou serait-ce 'parce que' ?) la qualité radio y est constante et comme irréprochable.
Lointain post-scriptum - entre temps le fil Carnet nomade est apparu dans notre menu.

Et il y a aussi des coups de gueule sur sujet isolé mais on hésite quand même à ouvrir un fil pour une brêle qui n'en vaut fichtre pas la peine. Je parle pas d'un Martel ou d'un Baddou qui ont et auront toujours droit à leur Fil esspécial d'entartage, ni même à un Raphy Enthoven, qui est condamné à réunir une belle collection de claques zet de compliments jusqu'à ce qu'il parvienne à l'âge adulte (pour le raphe y’a plus que 50 ans à attendre, courage les amis !). Mais en dehors de ces cas extrêmes où le skhandääälll radiophonique est par trop patent, il y a donc des gens qui sont comme qui dirait prédestinés à ne pas l’avoir, leur fil perso.

Alors toutes ces merveilles et toutes ces daubes, tous ces moments de radio isolés, c’est pour un fil "au fil de l’écoute".
J’ai déjà quelques sous-rubriques récurrentes en prévision pour ce fil (« chroniques du parsiflage », ou bien « l’alarmisme esspliqué à ma grand-mère  »). Le hic : je tenais à l'ouvrir sur une remarque positive, car m'est avis qu'elles seront un peu minoritaires dans l'ensemble. C'est chose faite et, chance, c'est chez Munier que ça s'est passé.

./...
* * *

601
Répondre en citant  
Approfondissement culturel - le Mer 06 Sep 2017, 17:20

Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p590-au-fil-de-l-ecoute#28794) a écrit:Qui, si ce n'est vous, présente son champ idéologique à travers ses jugements dans ses posts ? Prenez-vous les lecteurs pour des imbéciles ? Et puis les simagrées de vierge effarouchée, pitié ! Vous vous présentez sous un pseudonyme, comme tout le monde ici, alors on se calme.
Je vous le redis, vos interventions sont précieuses, et offrent des pistes d'écoute intéressantes. Vos contributions sont fouillées, comme celle ci-dessus, c'est stimulant, même si, ou surtout si, l'on est en désaccord.
En l'absence apparemment de modérateur sur ce Forum, j'ai dû vous rappeler une règle élémentaire pour permettre un dialogue et un échange corrects, et courtois.
Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p590-au-fil-de-l-ecoute#28794) a écrit:Enfin, sur le sujet du progrès, du bien-être, etc, j'ai quand même une question : la prochaine fois que vous irez chez votre dentiste, demandez-vous (ou lui) si vous auriez eu les mêmes soins en 1950, au début du siècle au XIXe ou avant (pour le savoir je vous conseille le beau livre L'ogre et la dent). Le reste à l'avenant.
Pour votre image du dentiste :
Il est probable que je ne survivrais pas sans dentiste dans un environnement paléolithique, de même d'ailleurs qu'un homme du paléolithique ne survivrait pas longtemps dans notre monde actuel, avec sa pollution, ses nouveaux virus... et l'obligation d'un permis de chasse.

Mais ce n'est pas la question qui est posée. En fait, il s'agit de savoir (si on pense que l'humanité progresse ou décline) si un homme du paléolithique, avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc...de l'époque, éprouvait un bien être plus faible ou plus fort que l'homme actuel avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc... actuels.

Le même raisonnement peut être fait à propos du Moyen-âge etc...

Cette question me semble indécidable (sans compter que la notion de bien-être a dû évoluer entre le paléolithique, le Moyen-âge et aujourd'hui), mais je m'interroge surtout sur sa validité épistémologique.  Je vous suggère de lire à ce sujet : "Néandertal, mon frère" de Silvana Condemi, directeur de recherche au CNRS.

Vous voyez : quand on ne se contente pas des assertions simplistes de Brice Couturier, les questions obligent à approfondir la réflexion. C'est cela, la culture.

602
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mer 06 Sep 2017, 18:48

Bien sûr que ce n'est pas une notion indécidable. Il faut bien être un sociologue amateur de déconstruction relativiste à tout bout de champ pour dire des âneries pareilles. Ce n'est que depuis assez récemment, dans notre histoire, que nous pouvons dépenser notre énergie autrement que vers des questions de survie propre : se soucier du toit au dessus de nos tête, du chauffage, d'une nourriture équilibrée, en quantité suffisante, qui ne nous empoisonnera pas, d'une eau qui ne nous tuera pas, du risque permanent d'instabilité politique, du règne de l'arbitraire, d'un accident médical qui vous condamne à vie. On peut même cotiser pour sa retraite, vous vous rendez compte. Au delà des doctes et savantes sources, il suffit d'interroger ses grands-parents, ses arrière grands-parents, qui ont traversé divers conflits mondiaux, qui ont connu la vie dans les campagnes avant les années 50 (ce n'est pas si loin). Il faut écouter, il faut lire, et surtout, il faut cesser d'entretenir toutes ces petites haines militantes perpétuellement recuites qui finissent pas faire dire des absurdités de ce niveau. Et on s'étonne que les intellectuels français soient la risée du monde entier (hormis dans les universités américaines, où on semble révérer l'imposture). On pourrait croire à une vaste blague. Ou à quelqu'un qui n'a jamais ouvert un livre d'histoire. Le relativisme bon chic bon genre fait des dégâts. A mind is a terrible thing to waste, comme aurait dit l'autre.

603
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mer 06 Sep 2017, 19:13

SamVa(http://www.regardfc.com/t163p590-au-fil-de-l-ecoute#28797) a écrit:Mais ce n'est pas la question qui est posée. En fait, il s'agit de savoir (si on pense que l'humanité progresse ou décline) si un homme du paléolithique, avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc...de l'époque, éprouvait un bien être plus faible ou plus fort que l'homme actuel avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc... actuels."
À votre avis pourquoi l'homme a-t-il inventé la roue, l'arc, le dressage des animaux, le travail du métal, les canaux, la médecine, la chirurgie, le téléphone, la machine-à-laver, etc. Just for the fun? Ou plutôt parce qu'il pensait que ces inventions, ces découvertes pouvaient améliorer ce que vous appelez son bien-être. L'être humain se différencie aussi de l'animal sur ce plan, il a envie de progresser. Que ce progrès lui apporte à chaque fois le bonheur est un autre problème. Mais il vit aujourd'hui plus longtemps, il ne meurt plus de froid ni de faim ni de  blessures ou de maladies bénignes. La différence est peut-être qu'avant il se posait la question du bonheur pour lui, pour sa famille, ou au sein de son petit clan et qu'aujourd'hui d'autres se sont arrogés le droit de poser la question pour lui: sociologues, intellectuels, journalistes et autres.

604
Répondre en citant  
Merci pour votre remarque - le Mer 06 Sep 2017, 20:56

munstead(http://www.regardfc.com/t163p600-au-fil-de-l-ecoute#28799) a écrit:
SamVa(http://www.regardfc.com/t163p590-au-fil-de-l-ecoute#28797) a écrit:Mais ce n'est pas la question qui est posée. En fait, il s'agit de savoir (si on pense que l'humanité progresse ou décline) si un homme du paléolithique, avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc...de l'époque, éprouvait un bien être plus faible ou plus fort que l'homme actuel avec sa physiologie, son métabolisme, sa culture, la société dans laquelle il évolue, le climat etc... actuels."
(...) La différence est peut-être qu'avant il se posait la question du bonheur pour lui, pour sa famille, ou au sein de son petit clan et qu'aujourd'hui d'autres se sont arrogés le droit de poser la question pour lui: sociologues, intellectuels, journalistes et autres.
Je vous remercie pour votre réponse, constructive en cela qu'elle me permet d'approfondir mon propre questionnement.

Effectivement, le nœud du problème est peut-être là : comme vous le dites, d'autres se sont arrogés le droit de poser la question (ces "autres", ce sont par exemple les New Optimists). Alors que cette question est tellement personnelle. Je suis tenté de vous rejoindre, et cela implique que toute statistique (sur des indicateurs sélectionnés par d'autres  simplement parce qu'ils sont quantifiables) n'a aucun sens.

Mais au-delà de notre réflexion, de notre controverse, je voulais surtout souligner, à travers nos réactions, le questionnement qu'aurait dû proposer une émission de 5x6 mn sur ce thème, sur une radio culturelle.

605
Répondre en citant  
Bouffée d'air pur - le Jeu 07 Sep 2017, 18:51

Pour tous ceux qui auraient l'impression que la finance (rothschildienne mais pas seulement) a définitivement pris le pouvoir et absorbé l'entreprise aux dépens des salariés, je conseille l'écoute de "LSD la série documentaire" de ce jour jeudi 07/09, présentant quelques entreprises qui ont fait un pas de côté par rapport à ce contexte oppressant (et opprimant).

Une PME où tout le monde gagne le même salaire.

Surtout, le dernier cas présenté est celui d'une coopérative opérant complétement à l'opposé de la tendance actuelle à transformer le salariat en entreprenariat (genre uber ou autoentrepeneurs forcés) : cette coopérative, elle fait l'inverse, et transforme des petits entrepreneurs en salariés. C'est pas beau çà ?

Voilà la vocation d'une radio culturelle : ouvrir l'esprit en présentant des situations inhabituelles, sortir de la situation dominante.

Une bouffée d'air pur. Je réécoute.

606
Répondre en citant  
France Culture toujours à l'avant-garde de l'arrière-garde - le Jeu 07 Sep 2017, 19:29

Très brièvement : je crois que je vais parler de cette initiative originale à mes connaissances d'Europe centrale et orientale, notamment  à ceux qui ont vécu directement ou comme enfants sous la glorieuse époque de l'Union Soviétique. Autant que je me souvienne (et ce, très bien), ils ne semblent pas avoir respiré cet air (cette ère) avec un excessif plaisir. Incidemment, ce sont des Russes ayant vécu à cette époque et qui travaillent en France actuellement qui trouvent que notre pays est le plus socialiste (lire "communiste") de toute l'Europe. Décaler son regard et parler avec ceux qui ont de l'expérience n'est jamais mauvais.

607
Répondre en citant  
Stimulation neuronale - le Jeu 07 Sep 2017, 20:22

Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p600-au-fil-de-l-ecoute#28805) a écrit:Très brièvement : je crois que je vais parler de cette initiative originale à mes connaissances d'Europe centrale et orientale, notamment  à ceux qui ont vécu directement ou comme enfants sous la glorieuse époque de l'Union Soviétique.
Inutile de déranger vos amis d'Europe centrale, ils sont d'ailleurs probablement fossilisés depuis longtemps. Et puis cela n'a rien à voir avec le sujet.

Lorsque FC présente dans un documentaire une initiative originale (60 coopérateurs tout de même, et cela fonctionne à la satisfaction de tous), elle ne prétend pas proposer une solution générale : ce ne serait vraiment pas son rôle.

Dans ce documentaire, FC cherche à stimuler les neurones des auditeurs (enfin, de ceux qui ne sont pas déjà fossilisés), et cela me fait  à moi du bien "par où ça passe". Peu importe que cet exemple soit généralisable ou non : il fait réfléchir. Et que cela nous plaise ou non, que cela corresponde ou non à nos préférences personnelles, cet exemple a une valeur humaine.

Du moins pour ceux qui savent écouter autre chose que le ressassement perpétuel de leurs propres goûts et opinions. La culture nécessite un minimum d'ouverture d'esprit, et d'empathie intellectuelle.

Merci à France-Culture de nous ouvrir l'esprit, même et surtout à des idées qui nous dérangent.

608
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Jeu 07 Sep 2017, 20:27

En effet, et comme ce cheminement retrograde dure depuis quelques années, peut-être que France Culture va devenir tsariste à force de remonter les années dans sa fascination pour les modèles inspirés de la Russie soviétique. Ce communisme bon teint, terriblement chic, est absolument consternant. La Fabrique de l'histoire regagne en qualité depuis que Perrine Kervran n'y sévit plus (sa patte omnimilitante était très reconnaissable et elle avait presque réussi à faire de l'émission une grande recension mythologique du peuple de gauche depuis les années 70 à nos jours, avant c'est plus embarrassant disons), mais ce sont les "documentaires" (en réalité des informercials pour le radicalisme chic et obsolète d'une certaine catégorie d'intellectuels déconnectés) de "La Série Documentaire" qui récupèrent le poids de ce militantisme étouffant. Les déguisements sont toujours variés, le vocabulaire change toujours un peu, mais les conclusions sont toujours les mêmes, et nous ramènent toujours, sempiternellement, sans surprise, vers les vieux modèles soviétiques, vers l'est. Le paradis sur terre, c'est bien connu.

Quant à la "stimulation" et "les idées qui nous dérangent", ces idées sont majoritaires parmi les milieux intellectuels français. Cela fait partie des astuces de ce type de militance : faire croire qu'on est insoumis, dans les marges, qu'on est courageux, qu'on se tient droit et solitaire dans la justice et la vérité, alors qu'on ne fait que copier/coller un discours répété partout. France Culture n'a aucun courage de militer à l'antenne, surtout quand on ne risque de pas de se faire licencier pour faute grave, comme ce serait le cas dans n'importe quel autre média de service public chez nos voisins. Militer ne prête pas à conséquence à France Culture, c'est même encouragé. Quel courage y a-t-il à confisquer une radio pour y étaler ses opinions politiques, tout en y étant salarié? C'est plutôt de la lâcheté et de la facilité.

609
Répondre en citant  
L'esprit d'ouverture - le Sam 09 Sep 2017, 12:42

Philaunet(http://www.regardfc.com/t163p590-au-fil-de-l-ecoute#28788) a écrit:(...) Vous terminez votre contribution avec "Sa présence [celle de Brice Couturier] persistante sur France-Culture constitue une énigme.".
Non, pas plus que celle d'Alain Finkielkraut (...).
Suite à la controverse récente ci-dessus, j'ai voulu réentendre Finkielkraut pour vérifier mon jugement de sa prestation radiophonique. Le thème ce matin était le football, AF se présentant de manière inattendue (au moins pour moi) comme un grand amateur de ce sport.

Voilà quelqu'un qui affiche ses opinions (dans le sport comme dans d'autres domaines plus "sociétaux"), que je ne partage généralement pas. Il avait invité deux intervenants d'opinions opposées l'un de l'autre. J'apprécie qu'il sache présenter son propre point de vue, et surtout la problématique en cause, en introduction d'un débat contradictoire, dans lequel il peut intervenir pour développer son point de vue sans pour autant prétendre avoir raison. Trois opinions se confrontent ainsi, donnant du relief, du contraste, à ce domaine (le football professionnel) qui m'est assez étranger.

Cela ouvre l'esprit, la culture. Au contraire, prétendre voir raison ferme le dialogue, enferme la pensée. Mon expérience est que ceux qui prétendent avoir raison sont généralement assez pauvres culturellement. Finkielkraut, d'une culture visiblement plus étendue, est capable d'échanger des idées sans renier ses opinions. Il a cependant d'autres défauts comme par exemple de monter en épingle un fait divers pour illustrer son point de vue et justifier le thème du débat.

Dans le même ordre d'idées, Hervé Gardette prenant également l'émission "Politique", c'est une bonne chose. Lui n'affiche aucune opinion personnelle et sait comme Finkielkraut animer un débat contradictoire ("Grain à Moudre") ou faire développer les divers aspects qu'une question par son invité ("Politique").

C'est bien cela, l'esprit d'ouverture.

610
Répondre en citant  
Dimanche, et après ? - le Lun 18 Sep 2017, 05:19

Numéro très intéressant hier 17/09 de l'émission "Dimanche, et après ?", sur le thème "Baisser les loyers, à quel prix ?"

Le titre de l'émission n'annonce malheureusement pas vraiment le contenu, il s'agit en fait de la gestion de l'habitat social, dans la perspective des mesures gouvernementales récentes (APL) ou à venir.

L'émission réunit non pas les éternels experts de think-tanks mais des responsables impliqués dans cette gestion. Cela permet de comprendre les réalités du terrain, et les arcanes de la gestion ministérielle de ce secteur.

45 minutes d'information roborative, d'explications, claires, au-delà de la communication formatée des ministres, permettant une remise en cause de leurs éléments de langage, des idées reçues, au-delà des disputes des prétendus experts.

611
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Lun 18 Sep 2017, 07:30

SamVa(http://www.regardfc.com/t163p600-au-fil-de-l-ecoute#28881) a écrit: (...) 45 minutes d'information roborative, d'explications, claires, au-delà de la communication formatée des ministres, permettant une remise en cause de leurs éléments de langage, des idées reçues, au-delà des disputes des prétendus experts.
Il faut demander à France Culture de vous engager, si ce n'est déjà fait, sa direction a sans doute encore de l'argent à gaspiller. Ou bien écrire des commentaires sur le site des mélenchonistes ou de Mediapart. Là, vous réjouirez les militants par votre prose répétitive non exempte des "éléments de langage" entendus partout, comme "communication formatée".

Il faut être singulièrement peu informé ou dur de la comprenette pour ne pas savoir ce qu'est une communication politique professionnelle telle qu'elle a été mise en place par le nouvel exécutif.

Au fil de l'écoute     Page 61 sur 62

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 60, 61, 62  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum