Annonce : Un défaut a eu lieu récemment sur le système de vérification des messages, empêchant les utilisateurs non-inscrits de contribuer. Ce défaut est maintenant corrigé, il n'est plus nécessaire d'être inscrit pour participer.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Au fil de l'écoute    Page 65 sur 67

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Au fil de l'écoute - le Mer 21 Avr 2010, 20:53

Rappel du premier message :

Ouf, il fallait l'ouvrir celui-là...

Il y a des émissions qu'on aime bien mais pour lesquelles on n'ouvre jamais un fil, allez savoir pourquoi. N'empêche qu'on s'en veut régulièrement de pas signaler tel ou tel bon numéro, qu'il soit débordant d'intelligence ou de charme radiophonique. Là je pense en particulier au Carnet Nomade, inégal non en qualité mais en contenu ; sur le précédent forum on n’en parlait presque pas c’est bizarre quand même, pourtant (ou serait-ce 'parce que' ?) la qualité radio y est constante et comme irréprochable.
Lointain post-scriptum - entre temps le fil Carnet nomade est apparu dans notre menu.

Et il y a aussi des coups de gueule sur sujet isolé mais on hésite quand même à ouvrir un fil pour une brêle qui n'en vaut fichtre pas la peine. Je parle pas d'un Martel ou d'un Baddou qui ont et auront toujours droit à leur Fil esspécial d'entartage, ni même à un Raphy Enthoven, qui est condamné à réunir une belle collection de claques zet de compliments jusqu'à ce qu'il parvienne à l'âge adulte (pour le raphe y’a plus que 50 ans à attendre, courage les amis !). Mais en dehors de ces cas extrêmes où le skhandääälll radiophonique est par trop patent, il y a donc des gens qui sont comme qui dirait prédestinés à ne pas l’avoir, leur fil perso.

Alors toutes ces merveilles et toutes ces daubes, tous ces moments de radio isolés, c’est pour un fil "au fil de l’écoute".
J’ai déjà quelques sous-rubriques récurrentes en prévision pour ce fil (« chroniques du parsiflage », ou bien « l’alarmisme esspliqué à ma grand-mère  »). Le hic : je tenais à l'ouvrir sur une remarque positive, car m'est avis qu'elles seront un peu minoritaires dans l'ensemble. C'est chose faite et, chance, c'est chez Munier que ça s'est passé.

./...
* * *

641
Répondre en citant  
... sont les meilleures. - le Sam 21 Oct 2017, 18:09

Réponse à la remarque de Samva :   "je suis ainsi persuadé que le maire de Sevran a été plus ''culturel'' sur FC".

Vous avez été  recruté pour être la première star d'une forme inédite de divertissement avec son énorme bêtisier, non?

Gageons qu'interviewé sur le Mouv', le maire de Sevran nous l'eût fait en rappant, entre deux dabs, qu'interrogé sur France Musique, il nous eût gratifié d'une aria tire-larmes, et qu'il eût porté une chemise hawaïenne en intervenant sur RFI?

Vous êtes très fort Samva. Vraiment très fort...

642
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Sam 21 Oct 2017, 18:23

fred de rouen(http://www.regardfc.com/t163p630-au-fil-de-l-ecoute#29183) a écrit:(...)vous savez ce truc qui permet d'enrichir son regard sur le présent, de mettre en perspective, de comparer, bref de réfléchir...
J'ai apprécié trois émissions de cette matinée, parce qu'elles m'ont enrichi en me faisant connaître, ou approfondir, des points de vue actuels que je connaissais pas ou mal, et permis de mieux appréhender les mentalités de la fin du 19°s. Et j'y ai gagné une suggestion de lecture.

Cela fait évidemment partie de ce que l'on peut attendre d'une station culturelle. vous savez ce truc qui permet d'enrichir son regard sur le présent, de mettre en perspective, de comparer, bref de réfléchir...

Votre point de vue m'est donc incompréhensible, si on peut appeler point de vue ceci :

fred de rouen(http://www.regardfc.com/t163p630-au-fil-de-l-ecoute#29183) a écrit:(...) applaudir des deux mains tout en allumant un cierge parce que le capitaine a réussi à verser son Dom Pérignon Vintage 1990 sans trop tacher la grande table?
Comprends pas : allusions trop fines et subtiles, sans doute ? trop culturelles, probablement.
Comme vous dites : J'apprécie d'ordinaire les plaisanteries, mais lorsqu'elles repoussent comme du chiendent rampant, cela me fatigue.

643
Répondre en citant  
Moi je - le Sam 21 Oct 2017, 18:28

SamVa(http://www.regardfc.com/t163p640-au-fil-de-l-ecoute#29185) a écrit:J'ai apprécié /elles m'ont enrichi /en me faisant connaître/  je connaissais pas ou mal / j'y ai gagné
Trop de "je" et trop de "me". Ressaisissez-vous !

644
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Sam 21 Oct 2017, 20:28

SamVa(http://www.regardfc.com/t163p630-au-fil-de-l-ecoute#29182) a écrit:
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t163p630-au-fil-de-l-ecoute#29180) a écrit:C'est curieux, ce qui vous paraît "bon" pour France Culture, France Inter le fait déjà, et ces compétences sont dans le cahier des charges de cette station. A vous lire, on croirait presque qu'il y a une volonté assumée de voir le programme culturel disparaître. (...) Pourriez-vous nous expliquer pourquoi France Inter devrait annexer France Culture ? Et pourquoi vous l'appelez de vos vœux ?
Je ne pense pas que la différence des cahier des charges de France Culture et de France Inter porte sur les domaines ou les thèmes traités : après tout, FI fait aussi des émissions sur le théâtre, les sciences, la littérature, la musique...

La différence entre ces deux stations porte, à mon sens, sur la façon dont les thèmes sont traités, et l'approfondissement attendu. Il suffit d'écouter par exemple les émissions scientifiques de FI et de FC pour "entendre" la différence, mais c'est vrai (et cela devrait le rester) pour tous les domaines de connaissance.

Je regrette ainsi la tendance de FC à adopter parfois des formes proches de FI : chroniqueurs (qui réduisent le temps utile), extraits de films "illustratifs", interruption des invités après quelques secondes (pour "dynamiser" !) etc... Et l'appellation "Invité Actu" dénote cette tendance.

Cependant la distance entre les deux stations reste significative : le problème ce matin des "travailleurs détachés" aurait été moins approfondi sur FI ; le livre sur la pédagogie du 19°s (Concordance des temps) n'aurait pas fait 1 heure sur FI, qui se serait probablement contenté de commenter quelques pages d'accroche, mentionnées dans le dossier de presse par l'éditeur, sans la contextualisation historique et culturelle qu'en a fait FC ; quant à FKT, je ne l'imagine simplement pas sur FI.

J'ai remarqué, ayant entendu à plusieurs reprises des hommes politiques, ou des écrivains, intervenir sur les deux stations pour un même sujet, que les invités ne disent pas les choses de la même manière, et utilisent spontanément des registres différents pour s'exprimer selon l'une ou l'autre. C'est normal et finalement rassurant, et je suis ainsi persuadé que le maire de Sevran a été plus "culturel" sur FC.


On ne sait jamais trop par où commencer lorsqu'il faut vous répondre car vos contributions vont vraiment dans tous les sens, avec cet aspect frustrant qui consiste à ne jamais préciser ce que vos généralités veulent dire (l'internet, la mondialisation et l'embourgeoisement resteront un mystère tant que vous ne m'aurez pas confié ce que vous vouliez dire).

Vous dites que le rôle de France Culture est de proposer ce que fait France Inter, mais avec un côté un peu plus intello. C'est la stratégie des années Kessler (disons, fin Adler, et reprise et développée par David Kessler). C'est l'idée de remplacer un projet culturel radiophonique riche et diversifié par du contenu d'info, d'actu économique, sociale et politique tels que traités par la presse généraliste dans ses grandes largeurs, mais attention : *avec un angle*. L'angle intello et distancié qui est aussi flou que vos contributions. Le but avoué de ce remplacement de programmation est double :

- faire de l'audience
- coûter moins cher

C'est ce qui m'étonne chez vous. Si encore vous étiez un ultralibéral capitaliste embourgeoisé, un telle détestation du service public se comprendrait : vous accepteriez qu'un service public culturel fonctionne avec moins de moyens. Et les taux d'audience, les parts de marché, c'est terriblement libéral, non ? Je ne vous suis pas, pourriez-vous préciser votre pensée, car votre insoumission prend l'eau !

Et vous prônez donc un modèle où des stations de radio de service public se feraient concurrence l'une l'autre : France Inter et France Culture, et même France Culture et France Musique (cette dernière palliant au renoncement culturel de sa voisine). A l'heure où les budgets de l'audiovisuel sont réduits, pourquoi voudriez-vous que des stations consacrent des budgets à couvrir les mêmes champs d'action? Vous ne voyez pas le gaspillage? Je suis étonné que vous soyez en faveur d'une paupérisation de notre service public. Ce n'est pas très citoyen de votre part.

Comme nous parlons de la programmation du samedi, prenez la tranche de 18h-19h. France Culture propose une émission politique sur les populismes (Trump et Lénine). France Inter diffuse "Ca ne peut pas faire de  mal", l'émission littéraire de la station, qui a bien des égards est plus substantielle littérairement que bien des rendez-vous de France Culture sur le même champ. Vous trouvez cela normal? Une gestion raisonnée et intelligente consisterait à renforcer l'identité de France Inter comme radio de l'actualité politique, sociale, économique et culturelle (pour les sorties du moment, les tournées promotionnelles) et renforcer l'identité de France Culture comme radio libre, culturelle, diverse et ouverte à tous les champs culturels, sans pollution présentiste, sans morale, sans angle politique, sans complaisances idéologiques. Non seulement le succès serait garanti, mais on ferait des économies, pour satisfaire vos lubies ultralibérales.

Et vous parlez du maire de Sevran, en tournée (entendu un peu partout, pourquoi donc souhaiter à ce point le radotement et la répétition?). Il n'est pas "culturel", ce n'est pas ce qu'on lui demande. Il est "politique et social". Et un des problèmes actuels de France Culture, c'est que non content de concentrer l'essentiel des ressources de la station sur des sujet socio-politiques, on le fait mal car on ne se prépare pas assez, et on ne veut pas porter la contradiction à des invités qui sont sympathiques politiquement. Par exemple (vous voyez, on peut être précis) : on entend parler de politique de la ville, avec "1 million versé sous Hollande"). On n'en saura guère plus : combien en tout, pour quoi faire? Est-ce que ce gouffre financier a pu servir à quelque chose? Est-il justifié de dépenser des fortunes en argent public si on ne sait pas si ces programmes marchent réellement? Ces dépenses peuvent-elles être faites de façon plus raisonnée? On ne le saura pas car Caroline Broué ne posera aucune question en ce sens. Vous trouvez cela normal?

Si cela vous satisfait, tant mieux. D'autres auditeurs à plus longues mémoires et à des horizons un peu plus étendus se disent qu'on peut mieux faire, avec autant de moyens. Si vous n'êtes pas très attaché à la qualité et à la diversité de notre service public, c'est votre droit, mais comprenez tout de même ceux qui trouvent que votre vision des choses est bien limitée, dispendieuse et étriquée.  Mais le fond du fond, c'est que vous acceptez cela car ces émissions d'actualité ont le grand, l'immense mérite de relayer vos idées politiques, et cela, c'est bien ce qui est le plus important, n'est-ce pas? Que notre service public culturel pour tous devienne votre service politique privé. Pour un apôtre de la redistribution généreuse, insoumise et solidaire, je vous trouve bien égoïste. Le service public nous appartient à tous vous savez. L'avantage de vos contributions qui n'ont ni queue ni tête, c'est que les têtes pensantes de Radio France nous lisent et peut-être, espérons-le, comprennent qu'un service public peut encore faire de grandes choses pour ses usagers. Il n'est pas trop tard pour qu'ils se ressaisissent!

645
Répondre en citant  
La suite dans les idées - le Dim 29 Oct 2017, 14:05

"La suite dans les idées" du 28/10 : Face aux investisseurs, les investis

Le sujet de l'émission est beaucoup plus passionnant que son titre (difficilement compréhensible, même après avoir écouté) ne le laisse penser. Et Michel Feher réussit l'exploit de présenter en 20 minutes l'évolution, dans le monde occidental, depuis les années 1950 jusqu'à aujourd'hui, du capitalisme vers le libéralisme, puis le néo-libéralisme et enfin l'"uberisation". Cette évolution a généralisé la domination de la finance et de la "loi du marché", dans la religion de l'"entreprenariat", mais individuel et non plus industriel.

Cette évolution aboutit à la culture dominante actuelle, dans laquelle chaque individu "ubérisé" sera amené à se positionner lui-même dans la société comme entrepreneur de sa vie, ayant pour vivre un projet qu'il doit gérer selon la loi du marché.

Sujet donc parfaitement culturel, s'il en est.

L'exposé tout à fait éclairant de Michel Feher est malheureusement trop concis : comme bien trop souvent, l'émission de 44 mn est consacrée à deux thèmes, celui-ci est donc traité en 20 mn... Cela conduit à des raccourcis trop raccourcis, ainsi les syndicats sont réduits à une assemblée d'individus réunis pour maximiser le prix de leur temps de travail... Un peu court.

Voilà un sujet qui pourrait tout à fait s'inscrire dans une université "populaire", ou de "tous les savoirs", à condition de pouvoir le développer comme il le mérite. En particulier sur les liens entre les mondes de la politique et de la finance (juste esquissés), ou sur les conséquences ravageuses pour les autres civilisations de l'extension de cette idéologie à tous les continents.

646
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Dim 29 Oct 2017, 14:13

@SamVa a écrit:Voilà un sujet qui pourrait tout à fait s'inscrire dans une université "populaire", ou de "tous les savoirs", à condition de pouvoir le développer comme il le mérite. En particulier sur les liens entre les mondes de la politique et de la finance (juste esquissés), ou sur les conséquences ravageuses pour les autres civilisations de l'extension de cette idéologie à tous les continents.

Un discours de Mélenchon est donc un évènement culturel ? Souhaiteriez-vous que celui-ci soit subventionné par le Ministère de la Culture ?

Vous devez être très déçu au concert, au spectacle vivant ou au musée, de n'y trouver aucun commentaire sur la finance mondialisée qui ubérise les individus. Vous devez vivre de déception en déception...

647
Répondre en citant  
La culture des idées - le Lun 30 Oct 2017, 08:22

On peut être d'accord ou non avec les idées présentées dans une émission culturelle proposant des d'idées (encore faut-il l'avoir écoutée), mais la culture des idées ne consiste sûrement pas à chasser les idées contraires aux siennes, à tenter d'enfermer le monde dans sa vision du monde, au contraire.
Alors :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t163p640-au-fil-de-l-ecoute#29262) a écrit:Un discours de Mélenchon est donc un évènement culturel ? (...)
Que vient faire ici JL Mélenchon, à propos d'une émission de FC ? comprends pas.
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t163p640-au-fil-de-l-ecoute#29262) a écrit:Souhaiteriez-vous (...)
Vous devez être (...)
Vous devez vivre (...)
Uniquement des remarques relatives au contributeur fantasmé, rien sur les idées présentées ou le déroulement de l'émission...

648
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Lun 30 Oct 2017, 09:06

@SamVa a écrit:la culture des idées ne consiste sûrement pas à chasser les idées contraires aux siennes, à tenter d'enfermer le monde dans sa vision du monde, au contraire.

Si je vous suis, vous êtes donc beaucoup plus finkielkrautien que bourmellien, parce que le premier reçoit régulièrement des personnalités éloignées de ses convictions, afin de se sortir de soi-même, alors que le second n'invite que des amis qui illustrent ses propres idées politiques et sa programmation n'est qu'une longue litanie de complaintes politisées. Vous voyez, c'est difficile de vous suivre.

Les lecteurs habitués de ce forum, souvent sceptiques quant à la ligne directoriale de la station, savent très bien ce que veulent dire ces mots-clés "la culture des idées", c'est une façon déguisée de faire passer une programmation politisée pour un projet culturel, pour limiter les coûts et entretenir un climat d'appartenance à un milieu. Je suis donc étonné de lire que votre définition d'un projet culture peut inclure des personnalités telles que Laurent Ruquier, Jean-Jacques Bourdin, Patrick Sébastien (lorsqu'il parle de politique), Christine Angot (quand elle essaie mais qu'elle se ridiculise) etc. etc.

Pourquoi ne pas tenter l'expérience et écouter ce qui se fait ailleurs ? Vous devriez parcourir les nombreux fils de ce forum consacrés aux radios culturelles d'autres pays. Pourquoi ne pas revenir ensuite de ce petit tour et nous proposer vos propres recommandations ? Cela vous permettra de sortir de ce petit cercle des commentateurs intra-périphériques franciliens. Craignez-vous à ce point de prendre plaisir à l'écoute de sujets libres et désintéressés ? Je n'ose le croire.

649
Répondre en citant  
Tous auto-entrepreneurs - le Mer 01 Nov 2017, 11:40

Hier 31/10, dans "Entendez-vous l'éco", il était question de la "débrouille", du "bricolage" comme une version finalement ancienne de l'entreprenariat, confirmant l'intérêt de l'entreprise individuelle. Cela complète malheureusement les réflexions déjà relevées dans une émission précédente (La suite dans les idées du 28/10), commentée dans ce message (sur l'évolution du capitalisme vers le libéralisme).

Maylis Besserie, enthousiaste, souligne ce côté "petite entreprise personnelle" de l'économie souterraine et, pour prouver l'intérêt, la modernité, de cette forme d'économie, cite une statistique indiquant qu'aux USA, 1/3 des MBA (je cite de mémoire) pensent devenir entrepreneurs. Un intervenant fait tout de même remarquer (timidement, en passant) que cette économie souterraine, c'est surtout les enfants de Colombie utilisés dans des mines, au noir, ou, en France, la prostitution, etc...

Mais cela ne refroidit pas l'enthousiasme de M. Besserie qui reste sur son idée. Chacun auto-entrepreneur pour gérer sa vie : MBA, enfants, prostituées. C'est ainsi que le libéralisme est grand et moderne.

650
Répondre en citant  
On passe - le Mer 01 Nov 2017, 13:33

Un mauvais jour pour SmV : faire coïncider l'entreprise individuelle/l'auto-entreprenariat et la prostitution + le travail des enfants.

Ça ne vaut pas plus d'une demi-ligne de réaction. Mais quand même, ressaisissez-vous !

651
Répondre en citant  
Nouvelle Calédonie : suite - le Jeu 02 Nov 2017, 11:50

Ce matin, au Journal de 7h, nouvelles informations relatives au référendum sur l'indépendance de la Nouvelle Calédonie  : nous apprenons qu'elle a déjà choisi un drapeau, une devise et un hymne. Cela s'ajoute à la deuxième usine de nickel. Pas de doute, tout est fin prêt, sauf évidemment la "décolonisation des esprits" évoquée, certes timidement et sans écho, lors d'un Grain à Moudre récent, comme souligné dans un précédent message : Décolonisation des esprits

Contenu sponsorisé 

652
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute -

Au fil de l'écoute     Page 65 sur 67

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum