Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Au fil de l'écoute

Aller à la page : Précédent  1 ... 35 ... 67, 68, 69, 70, 71, 72  Suivant

Accueil / France Culture

Au fil de l'écoute    Page 68 sur 72

Bas de page ↓   

671
Répondre en citant  
Je le sais parce que je l'enseigne - le Mar 13 Fév 2018, 08:42

Carlo Strenger est philosophe, psychanalyste, professeur à l’université de Tel-Aviv, "membre du comité d’observation du terrorisme au sein de la Fédération mondiale des scientifiques" : l'exemple de l'intellectuel tout désigné pour dire des choses profondes et cultivées dans une station culturelle. France Culture est donc allée le chercher à Tel-Aviv pour cogiter sur la "liberté disciplinée" dans la Grande Table. Les thèses audacieuses et creuses ne font pas peur à cet universitaire-analyste-observateur et sa cogitation produit par exemple ceci [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-12.02.2018-ITEMA_21584833-1.mp3" debut="27:23" fin="27:31"]. Rousseau père des totalitarismes. Pourquoi pas ? pourquoi pas le contraire ?
De telles élucubrations peuvent faire sourire, ou alimenter les Chemins matinaux, de philosophie ou de la connaissance, forcément cultivés. Pour les sceptiques, l'universitaire-analyste-observateur a de toutes façons un argument d'autorité tout prêt [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-12.02.2018-ITEMA_21584833-1.mp3" debut="31:52" fin="31:57"] : il "le sait parce qu'il l'enseigne depuis beaucoup d'années" qui dit mieux ? on mesure toute l'inanité de cette cogitation "culturelle" qui tourne en rond entre université, comité d'observation, analyses et émissions cultivées.

Comme le disait O. Gesbert quelques minutes auparavant : "Nos sociétés ne doutent pas suffisamment".

Après cette cette séquence de culture hors-sol tellement vaine, la même station culturelle propose heureusement de remettre les pieds sur terre. Quelques minutes après, dans l'émission suivante à propos de "faits divers", on aborde l'autre versant de la culture, non pas une construction intellectuelle creuse mais ancrée dans la vie réelle où elle s'alimente. Sonia Kronlund rappelle quelques principes élémentaires qui fondent la culture [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10078-12.02.2018-ITEMA_21584856-0.mp3" debut="01:20" fin="01:45"]. Elle  rappelle que "Il n'y a pas de bons ou mauvais sujets, pas d'histoires qui vaillent plus que d'autres, pas de vie qui aient plus de sens que d'autres, mais que tout est dans le style, le traitement, le soin, le choix, l'écriture aussi modeste et simple soit elle."
Pour tous ceux que cette approche culturelle intéresse, on doit recommander le film documentaire "Ni juge ni soumise" actuellement sur nos écrans : une réalité vue aux côté d'une juge d'instruction. Approfondissement et enrichissement de notre connaissance de notre société, de notre humanité.



Dernière édition par Lvstvcrv le Mar 13 Fév 2018, 08:56, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

672
Répondre en citant  
''J'l'ai senti comme ça'' (une analyse cinématographique) - le Mar 13 Fév 2018, 08:53

En passant, un exemple de vide critique à entendre le soir. Ici sur le sujet Cinéma : "Jusqu'à la garde" Xavier Legrand (avec ambiance bruits de fond, type foire) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11981-09.02.2018-ITEMA_21582518-0.mp3" debut="18:20" fin="21:58"]

À destination du public recherché par la direction, ces fameux 13-18 ans d'Île-de-France ?

La Dispute par Arnaud Laporte le 09/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Lumière Noire 


Invité

673
Répondre en citant  
Je le saigne parceque je le sais - le Mar 13 Fév 2018, 13:14

Luslvstutvcrurcv, j'espère que votre post 671 n'est pas teinté d'antisémitisme ( blague).
Rousseau est le père du totalitarisme et même Michel Onfray le dandy des média le dit ce qui je vous le concède n'est pas une preuve mais il l'a exprimé avant son léger AVC.

Rousseau est croyant, il croit en lui et prétendant  qu'un État peut être légitime seulement s'il est guidé par la volonté générale de ses concitoyens il est aussi le père du communisme.
Communisme et totalitarisme, je ne vois pas le rapport...

Y'a de la joie.

674
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Mar 13 Fév 2018, 15:12

Fallus(http://www.regardfc.com/t163p660-au-fil-de-l-ecoute#30080) a écrit:LSD, La série documentaire , Perrine Kervran.
lundi 12 fév 2018 à 17h02mn
Podastez, écoutez et jouissez...

Enfin du vrai France Cul. Hum, c'est bon.
ne serait-ce pas épatant si l'on faisait ce type d'émissions sur les sons et le ressenti des situations suivantes(exemples):
petit séjour aux WC,
dans la salle de bains pendant le brossage des dents,
à la fin d'un repas de chasseurs avinés,
au réveil d'un nourrisson à qui l'on dit des tas de bêtises affectueuses,
dans une chambre d'hôpital d'une personne en très mauvais point,
etc
Ecrasons l'infâme, écrasons l'intimité!
(c'est fasciste, l'intimité?)

Voir le profil de l'utilisateur

675
Répondre en citant  
Le cercle infernal - le Mar 13 Fév 2018, 17:25

Lumière Noire(http://www.regardfc.com/t163p670-au-fil-de-l-ecoute#30084) a écrit:Luslvstutvcrurcv, j'espère que votre post 671 n'est pas teinté d'antisémitisme ( blague).
Rousseau est le père du totalitarisme et même Michel Onfray le dandy des média le dit ce qui je vous le concède n'est pas une preuve mais il l'a exprimé avant son léger AVC.

Rousseau est croyant, il croit en lui et prétendant  qu'un État peut être légitime seulement s'il est guidé par la volonté générale de ses concitoyens il est aussi le père du communisme.
Communisme et totalitarisme, je ne vois pas le rapport...

Y'a de la joie.
Communisme, fascisme et totalitarisme sont des concepts créés environ 150 ans après les œuvres de Rousseau. Dire qu'il en est le père n'est donc ni vrai ni faux mais simplement n'a aucun sens. C'est l'exemple même d'élucubration intellectuelle "hors sol" puisque totalement anachronique et créée dans une autre culture (université israélienne).
Quel intérêt ? nourrir la confrérie des philosophes-analystes-universitaires-observateurs par l'édition de livres, puis la réalisation d'émissions radiophoniques qui feront vendre les livres, ces ventes légitimant les intellectuels qui enseigneront, et pourront ainsi répéter :  Je le sais parce que je l'enseigne etc.
Rajoutez Onfray (pour faire totalement "branché") et Godwin (soupçon suggestif d'antisémitisme glissé mine de rien, je plaisante bien sûr) et voilà la vie intellectuelle.
Le cercle infernal de la pseudo-culture s'alimente ainsi. Remettons les pieds sur terre.

Voir le profil de l'utilisateur

676
Répondre en citant  
''Vous m'impressionnez beaucoup'' (J.-C. Rufin) - le Ven 16 Fév 2018, 08:17

Un second et ultime coup de sonde dans un numéro de J'ai déjà connu le bonheur (par Jean-Christophe Rufin 44 min) Rémi Bordes, un ethnologue au Népal

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18148-28.01.2018-ITEMA_21570011-0.mp3" debut="00:25" fin="03:05"]

Langue relâchée, grossière flatterie de l'invité, fausse modestie, impréparation, l'intervieweur (Académicien, paraît-il) ne donne vraiment pas envie de le suivre et du coup on se prive de son invité qui avait sans doute des choses intéressantes à transmettre.

On aime la séquence "vous m'impressionnez beaucoup" et les louanges adressées à l'invité alors que Jean-Christophe Rufin dit lui-même qu'il est le directeur de la collection Terre Humaine où vient de paraître le livre discuté avec l'invité. Invité qui joue le jeu quand, après une flatterie, il répond "Je suis ravi que ça vous ait plu". Forcément puisqu'ils en ont parlé dans le bureau de Plon...

Présenter un auteur qui a un lien professionnel direct avec l'intervieweur, peut-être (quoiqu'un autre producteur aurait pu s'en charger), mais en ce cas sans ânonner des louanges à tout bout de champ.

* Rémi Bordes est maître de conférences à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), où il enseigne le népalais et l'anthropologie.  (...) Il s'agit encore et toujours de se mettre à l'épreuve de ce que l'on vit, comme en témoigne Le Chemin des humbles, récemment paru dans la collection Terre humaine des éditions Plon.

Voir le profil de l'utilisateur

677
Répondre en citant  
''C'était les années 60 : 3ème émission de la série consacrée à 1968 (Janvier/Avril)'' - le Mar 06 Mar 2018, 08:15

N'est-elle pas belle cette page de description de l'émission Les années 60 par Philippe Garbit le samedi et le dimanche de 23h à minuit 59 min ?  "C'ETAIT LES ANNEES 60 du samedi 03 mars 2018 03/03/2018 : 3ème émission de la série consacrée à 1968 (Janvier/Avril)".

C'est sûr qu'avec ça le passant a vraiment envie de jeter une oreille, vu la pléthore d'émissions de FC aux titres et photos aguichants...

Aussi voici pour les curieux le contenu de l'émission constituée de trois archives radiophoniques du début de l'année 1968 :

1/ Michel Lancelot pour son livre, "Je veux regarder Dieu en face" ("aspects de la philosophie hippie : sociaux, politiques, sexuels, artistiques, mais aussi et surtout ceux fondés sur la mystique de la drogue"). On notera la clarté de l'exposé et l'atmosphère "reposée" de l'entretien.

2/ à 14'00 Recherche de notre temps, les universités nouvelles : "Nanterre". On note l'introduction musicale, autre chose que le France Culture pop de ces dernières années...  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-03.03.2018-ITEMA_21605436-0.mp3" debut="14:29" fin="15:16"]
Un ton, une forme, une culture, pour comparer avec les paroles et le type d'entretien actuels.

Intermède musical à 33'45 Jean Francois Michael - Adieu Jolie Candy : "C’est à Orly que finissent Les vacances à Paris..." (envoyez les auto-tamponneuses...).

3/ à 36'45 Recherche de notre temps La gare, rencontres (parole de voyageurs). Un reportage "inouï" d'Harold Portnoy et de Robert Valette interrogeant des voyageuses au buffet de la gare de Lyon. Presque du Duras... Suggéré aux féministes. Effet garanti de dépaysement temporel.

Conclusion musicale Serge Lama - D'aventure en aventure (1968)

Voir le profil de l'utilisateur

678
Répondre en citant  
''La carte fessière'' (au Masque et la Plume) - le Dim 11 Mar 2018, 21:21

Dans la série Les années 60 par Philippe Garbit, le premier numéro de l'année 1968 intitulé 1968 de Janvier à Avril 1/4* du 17/02/2018 n'a aucun descriptif, comme tous les numéros précédents.

Comme dans le post ci-dessus, on va le donner partiellement ou intégralement.

1/ Un sketch sur le lait en poudre
2/ Une séquence du Masque et la Plume sur le situationnisme (vaut le coup d'oreille)
3/ Une chanson de Jacques Dutronc, Fais Pas Ci Fais Pas Ça
4/ Une séquence du Masque et la Plume sur un film suédois que voici (la fin est savoureuse) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-17.02.2018-ITEMA_21591193-0.mp3" debut="15:14" fin="18:25"]

Oui, à France Culture, maintenant, on a La Dispute, soupir...

La chanson de Jacques Dutronc (qui a un peu un plus de pêche que les Delerm et Biolay...) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-17.02.2018-ITEMA_21591193-0.mp3" debut="13:34" fin="15:11"]

5/ à suivre à 18'30, Claude François

* Le descriptif de la 3e émission est dans le post 677

Voir le profil de l'utilisateur

Cul Cul 


Invité

679
Répondre en citant  
Il ne faut pas laisser les fesses faire. - le Lun 12 Mar 2018, 09:05

Dans le post précédant est signalé avec extrait sonore :
4/ Une séquence du Masque et la Plume sur un film suédois que voici (la fin est savoureuse).

Le film : "je suis curieuse" (il existe deux versions, la bleue et la jaune)
Le réalisateur : Vilgot Sjöman ayant débuté avec Bergman et avec qui il a entretenu une relation amicale jusqu'à la mort de ce dernier.
Sjöman était politique au sens large, sans dogmatisme , il ne pouvait pas plaire à Charensol et son intervention pourrait figurer dans l'encyclopédie de la bêtise humaine. Bory a compris le film ce qui lui vaut le qualificatif imbécile de stalinien qu'il trouve bien sûr démodé quoique les totalitarisme ne le sont toujours pas.

Sjöman parlait un impeccable français et voulait écrire un livre sur Flaubert, il n'a pas eu le temps de le terminer. Je l'ai filmé à 80 ans debout sur une chaise en plastique devant la statue de Flaubert et lui disant : "je te dois tout." Nous sommes allé prendre un pot à Ry.

"Critiquant les idées reçues, Flaubert montre que, contrairement à ce que pense Hegel, l'Histoire n'a pas de fin, elle est un éternel recommencement". Ainsi va la sottise des hommes et des femmes.

680
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Lun 12 Mar 2018, 19:08

Fontaine (http://www.regardfc.com/t163p670-au-fil-de-l-ecoute#30327) a écrit:Dans le post précédant est signalé avec extrait sonore :
4/ Une séquence du Masque et la Plume sur un film suédois que voici (la fin est savoureuse).

Le film : "je suis curieuse" (il existe deux versions, la bleue et la jaune)
Le réalisateur : Vilgot Sjöman ayant débuté avec Bergman et avec qui il a entretenu une relation amicale jusqu'à la mort de ce dernier.
Sjöman était politique au sens large, sans dogmatisme , il ne pouvait pas plaire à Charensol et son intervention pourrait figurer dans l'encyclopédie de la bêtise humaine. Bory a compris le film ce qui lui vaut le qualificatif imbécile de stalinien qu'il trouve bien sûr démodé quoique les totalitarisme ne le sont toujours pas.
Tout le monde a compris que le qualificatif était du second degré et que la réponse était humoristique. On a aussi immédiatement entendu le fond intelligent de la critique de Jean-Louis Bory et les paroles "amuse-galerie" de Charansol. La pastille a été donnée pour justement se faire une idée des interventions respectives.

Par ailleurs, la différence entre 1968 et les 20 dernières années au moins, c'est que l'esprit, l'humour, le second degré ont laissé en grande partie la place à une lecture au pied de la lettre (n'importe quel fil de commentaires des journaux en ligne le montre) et à la condamnation vindicative dans les débats. Le journal le Monde au tournant des années 1980 avait écrit un éditorial pour annoncer que l'ironie étant de moins en moins comprise, cette forme d'expression était abandonnée  pour exprimer le point de vue du journal.


Voir le profil de l'utilisateur

La Praline 


Invité

681
Répondre en citant  
second degré en dessous de zéro - le Lun 12 Mar 2018, 21:35

J'avais également compris que le qualificatif de stalinien était du second degré sauf que c'est pas drôle, inapproprié presque, c'est sans doute surréaliste puisque Charensol les a fréquentés les surréalistes. De part et d'autre il n'y a aucun second degré pendant l'analyse du film mais on "reproche" à Bory d'avoir perçu "je suis curieuse" au quatrième degré.

L' Ambassadeur de France au Danemark corrige  Bory sur la prononciation du nom Sjöman

Les rapports Bory/Charensol ont lancé à la radio l'esprit déconnade entre soi pour attirer l'auditeur.
L'esprit déconnade est sur france inter à 17h00, il arrive parfois que j'y prenne mon pied mais globalement ce son me soûle.

Des yeux pour voir l'écran fertile             (2 titres assemblés de JL Bory)            
Des oreilles pour écouter les ondes stériles           (rien du tout)

Contenu sponsorisé 


682
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute -

Au fil de l'écoute     Page 68 sur 72

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 35 ... 67, 68, 69, 70, 71, 72  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum