Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Au fil de l'écoute

Aller à la page : Précédent  1 ... 36 ... 69, 70, 71, 72, 73  Suivant

Accueil / France Culture

Au fil de l'écoute    Page 70 sur 73

Bas de page ↓   

691
Répondre en citant  
C'était les années 1960 ''de Nanterre à la Sorbonne (3-11 mai)'' - le Sam 31 Mar 2018, 09:49

Philaunet (http://www.regardfc.com/t163p680-au-fil-de-l-ecoute#30396) a écrit:Recommandable : C'ETAIT LES ANNEES 60 du samedi 17 mars 2018. (...)
Toujours aussi recommandable C'ETAIT LES ANNEES 60 du samedi 24 mars 2018.

La conclusion du 2e numéro, après une heure de reportages dans les rues de Paris, témoignages d'époque et de 1988 (date de diffusion de l'émission sur France Culture) :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-24.03.2018-ITEMA_21626978-0.mp3" debut="56:50" fin="59:32"]

de Nanterre à la Sorbonne (3-11 mai) Chronique de mai

Jean Jacques Vierne, réalisateur
Anna Siebert, réalisatrice
Dominique Chagnollaud, producteur

Voir le profil de l'utilisateur

692
Répondre en citant  
''You better free you mind'' (The Beatles) - le Lun 02 Avr 2018, 14:18

Tiens ! Pour le 3e numéro de la série de 1988 de Dominique Chagnollaud, Chronique de mai, l'équipe de C'ETAIT LES ANNEES 60 du samedi 31 mars 2018 a donné des informations sur l'émission et a laissé le générique original indiquant les noms (pour plus d'informations voir Etudiants et ouvriers (13-18 mai)).

Avant l'émission même, le tandem Philippe Garbit-Virginie Mourthé a choisi de diffuser intégralement la chanson des Beatles "Revolution". Il est loisible de se demander si à France Culture on comprend les paroles de cette chanson et si  la personne qui a choisi la chanson pense que les auditeurs les connaissent, en dehors de "Revolution" et "All right, all right, all right".

Aussi les plus curieux écouteront ces premières minutes avec le texte :

''You say you want a revolution
Well, you know
We all want to change the world
You tell me that it's evolution
Well, you know
We all want to change the world
But when you talk about destruction
Don't you know that you can count me out
Don't you know it's gonna be
All right, all right, all right
You say you got a real solution
Well, you know
We'd all love to see the plan
You ask me for a contribution
Well, you know
We're doing what we can
But if you want money for people with minds that hate
All I can tell is brother you have to wait
Don't you know it's gonna be
All right, all right, all right
You say you'll change the constitution
Well, you know
We all want to change your head
You tell me it's the institution
Well, you know
You better free you mind instead
But if you go carrying pictures of chairman Mao
You ain't going to make it with anyone anyhow
Don't you know it's gonna be
All right, all right, all right
All right, all right, all right
All right, all right, all right
All right, all right''

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-31.03.2018-ITEMA_21634137-0.mp3" debut="00:46" fin="08:30"]

Une traduction  

Tu dis que tu veux une révolution
bon, tu sais
nous voulons tous changer le monde
tu me dis que c’est le progrès
bon, tu sais
nous voulons tous changer le monde
mais quand tu parles de la destruction
ne crois-tu pas que tu peux te passer de moi ?
Ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien
tu dis que tu as une bonne solution
bon, tu sais
que nous aimerions tous voir le plan
tu me demandes une contribution
bon, tu sais
nous faisons tous tout
ce que nous pouvons
mais si tu veux de l’argent pour des gens
pleins de haine
tout ce que je peux te dire, mon frère, c’est que tu devras patienter
ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien
tu dis que tu vas changer la constitution
bon, tu sais
on aimerait tous changer ton esprit
tu me dis que c’est une institution
bon, tu sais
tu devrais plutôt libérer ton esprit
Mais si tu continues à apporter des portraits
du Président Mao
il est sûr que tu n’obtiendras rien de personne
ne sais-tu pas que tout ira bien, bien, bien ...

Voir le profil de l'utilisateur

693
Répondre en citant  
''Fils de bourgeois'' (J-P. S.) - le Mer 04 Avr 2018, 07:36

Difficile de ne pas sourire (au mieux) en écoutant Jean Sol Partre à la Sorbonne en mai 1968 dans C'ETAIT LES ANNEES 60 du dimanche 01 avril 2018, Chronique de Mai 4ème émission d'une série de 7, par Dominique Chagnollaud.

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-01.04.2018-ITEMA_21634705-0.mp3" debut="51:16" fin="58:20"]

Pour un descriptif  très détaillé* : un mouvement éclaté (18 - 24 mai) - Chronique de mai.

Descriptif qui indique :  "- à 52'12, Voix Jean Paul SARTRE tente de répondre aux questions des étudiants à la Sorbonne : thèmes : la révolution culturelle et la tradition, la société récupératrice, une des thèses de MARCUSE brouhaha, cris...(5'54)"

Voir le profil de l'utilisateur

694
Répondre en citant  
Jean Lebrun et les archives - le Ven 06 Avr 2018, 23:06

Jean Lebrun se tient au courant de France Culture et de ses programmes (lui) dans Jean Lebrun, de l’autre côté du poste  Philosophie du son (3/4) dans Les Chemins de la philosophie.

Il évoque la série d'archives* sur 1968 de Philippe Garbit et Virginie Mourthé, actuellement diffusée chaque week-end, au détour du nom du réalisateur Jean-Jacques Vierne**  :     [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-04.04.2018-ITEMA_21637320-1.mp3" debut="40:04" fin="40:48"]


*  13 billets y ont été consacrés dans ce fil depuis le 6 mars
** Voir le premier numéro des émissions de 1988 signalé ici

Voir le profil de l'utilisateur

695
Répondre en citant  
Chronique de mai ''Une fin provisoire (le 30 mai et après)'' - le Lun 16 Avr 2018, 19:59

Dernier épisode de la très instructive série Chronique de mai, intitulé "Une fin provisoire (le 30 mai et après)" et diffusé dans le cadre de C'était Les années 60 du 15/04/2018.

Un travail rigoureux fait en 1988 qui donne un grand recul, comme tout retour historique, sur la situation politique et sociale contemporaine.

Le montage sonore est d'un professionnalisme hors pair. Le descriptif (ci-dessous pour le début marquant de l'épisode), minute par minute est très précieux et l'on rêve de trouver la même chose de nos jours pour un documentaire de France Culture. Une série à écouter et faire écouter.

Pour quelques retours sur la série complète de C'était les années 60, remonter au post 677 de ce fil.

- à 3'07, Roland CASTRO, architecte (en 1988) : leur réaction au discours du Général de Gaulle. La spontanéité et la brièveté du mouvement de mai. L'impact des idées sur ce mouvement. L'influence des Situationnistes. (2'14, au total)
- à 3'39, Pierre CHAUNU, historien (en 1988) : imite le Général (0'04) et commente son discours. Le raz-le-bol général. (0'23)
- à 4'29, Michel JOBERT, ancien ministre : ce que voulait faire de GAULLE, sa divergence avec POMPIDOU. Le contenu du discours du Général. Les raisons de la fin du mouvement de grève. (2'06, au total)
- à 6'27, Georges SEGUY, ancien responsable CGT : de GAULLE et la CGT. Leur connaissance mutuelle. L'esprit de responsabilité de la CGT. (0'50)
- à 7'38, Jacques SAUVAGEOT, ancien vice-président de l'UNEF : Les raisons de la marginalisation du PCF. Ses objectifs relayés par la CGT. La peur du PCF. Leur réaction au discours de de GAULLE. (2'16, au total)
- à 8'33, Henri WEBER, maître de conférences en sciences politiques (aujourd'hui) : les comportements de la CGT et du PCF à l'égard du mouvement. Leurs souhaits. La faiblesse de l'extrême-gauche et des étudiants organisés. Conséquences. La jeunesse, véritable acteur social de 68. Son jugement sur mai 68 . Les conséquences. (6'50, en partie sur musique, au total)
- à 9'41, Alain KRIVINE, actuel porte parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire : l'impossibilité de comploter. La paralysie des deux camps et l'intervention de de GAULLE. L'absence de perspective politique des organisations de gauche. Son jugement sur le mouvement de mai 68. L'absence du mouvement de libération des femmes. Le problème de l'immigration mal posé par les maoïstes. Les problèmes d'après-68 : l'homosexualité, la vie quotidienne... Conséquences de mai 68 sur les organisations syndicales. Ce à quoi on réduit 1968, aujourd'hui. Des leaders inactifs, dont Bernard-Henri LEVY. (5'27, sur musique au total).
- à 12'38, Jacques REMY, chercheur à l'INRA (en 1988) : le ton et la force du discours de de GAULLE. Leurs réactions. (0'26)
- à 15'45, Pierre LEFRANC, actuel Secrétaire général de l'Institut de GAULLE : la foule rassemblée place de la Concorde. L'ambiance. (0'48, sur musique)

Voir le profil de l'utilisateur

Vazy Piano 


Invité

696
Répondre en citant  
Le palais des pianos volés - le Sam 21 Avr 2018, 23:12

Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties

Partie 1 : Le Piano du Juif inconnu diffusée à 13h30 le samedi 21 avril 2018 sur france culture.
Sur la page de l'émission une photo du palais de Tokyo dont le crédit est attribué à  Prod. Business of Dreams, quel drôle de nom.
                                                    une autre photo sur le stockage des pianos
                                                     une autre encore sur les camions français des vols que l'on nomme déménagements.

Il est maintenant à Paris un palais que j'appelle le palais des pianos volés.

Les voleurs brûlaient les photos trouvées dans les appartements afin de détruire la mémoire de leurs victimes.

Demain : la mélodie du retour...

697
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute - le Dim 22 Avr 2018, 10:07

Vazy Piano(http://www.regardfc.com/t163p690-au-fil-de-l-ecoute#30474) a écrit:Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties

Partie 1 : Le Piano du Juif inconnu diffusée à 13h30 le samedi 21 avril 2018 sur france culture.
Sur la page de l'émission une photo du palais de Tokyo dont le crédit est attribué à  Prod. Business of Dreams, quel drôle de nom.
                                                    une autre photo sur le stockage des pianos
                                                     une autre encore sur les camions français des vols que l'on nomme déménagements.

Il est maintenant à Paris un palais que j'appelle le palais des pianos volés.

Les voleurs brûlaient les photos trouvées dans les appartements afin de détruire la mémoire de leurs victimes.

Demain : la mélodie du retour...
Page du descriptif soignée et instructive : Les Pianos orphelins (1/2)

Pour mémoire, grâce à Fred de Rouen : Terezin 1942 - 1944 (mai 2016) le 07 février 2018.

J'y mentionnais le documentaire proprement sidérant Prisoner of Paradise*. Il faut absolument, vraiment absolument, voir ça.

* Prisoner of Paradise is a 2003 Canadian documentary film directed by Malcolm Clarke and Stuart Sender. The film tells the true story of Kurt Gerron, a German-Jewish cabaret and film actor in the 1920s and 1930s who was sent to the Theresienstadt concentration camp where he was commanded to write and direct a Nazi propaganda film.

Voir le profil de l'utilisateur

698
Répondre en citant  
L'Autre 68 : Printemps de Prague - le Dim 29 Avr 2018, 14:48

Une émission d'histoire politique datant de 1988  devenue une archive précieuse. Quelles seront les émissions de 2018 à avoir ce statut en 2048 ? Il faut dire que pour L'Autre 68 : Printemps de Prague (1/3)  du samedi 21 avril 2018 , il y avait une fameuse équipe aux manettes  : Antoine Spire (voir ce nom à France Culture,  et dans le fenêtre de Recherche du forum où l'on trouve l'hommage exemplaire ci-dessous), Anne Kobylak, qui a longtemps fait tandem avec Spire dans "Les Voix du silence", émission qui avait le mérite de se revendiquer ouvertement de l'engagement politique en faveur des droits de l'homme, et enfin Blandine Masson qui est toujours présente sur la chaîne, pour les fictions, 30 ans plus tard.

Une réalisation de grande qualité (sans l'aide du numérique) que ce documentaire de 1988 qui interroge de nombreux témoins qui s'expriment pour la plupart dans un français de qualité (serait-ce le cas de nos jours, on en doute, vu la domination de l'anglais en Europe centrale). Seul le poète Jaroslav Seifert (1901-1986) s'exprime en allemand.

Le début (pas "le débit" comme disent les Tchèques) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-21.04.2018-ITEMA_21655761-0.mp3" debut="01:07" fin="05:22"]

Et d'éclairantes considérations sur le rôle des Slovaques dans le mécontentement qui aboutira au Printemps de Prague : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-21.04.2018-ITEMA_21655761-0.mp3" debut="34:35" fin="36:08"]

Virginie Mourthé et Philippe Garbit réalisent chaque week-end deux numéros de "C'ETAIT LES ANNEES 60". Plus haut dans ce fil, j'ai dit combien cette série composée d'archives était instructive et aussi combien il était incompréhensible de n'avoir aucun descriptif de chacun des numéros. La même équipe des archives des  Nuits nous a habitués à mieux.

Nessie(http://www.regardfc.com/t131p290-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-i#7437) de 2011 a écrit: (...) Cette nuit de programme spécial nous donnera à de nouveau à entendre un 3h de Patrice Galbeau qui avait été diffusé dans les nuits cet automne. Ca sera aussi l'occasion retrouver quelqu'un qui nous manque depuis 10 ans, Antoine Spire dans un numéro des Voix du silence enregistré en 1994. L'année suivante pour la même émission Spire avait reçu le prix annuel de l'Association des Auditeurs de France Culture, le félicitant pour son honnêteté intellectuelle.

Parmi mes meilleurs souvenirs d'Antoine Spire, après ses brillantes participations au Panorama dont il était un invité récurrent, il y eut notamment des Bon plaisir dont il a fait une bonne quantité notamment celui d'Edgar Morin qui fut une merveille et pourrait être rediffusé dans 10 ans ou plus quand Edgar mourra largement centenaire. Il y eut des séries A voix nue (Tabucchi, Georges Steiner à comparer avec son affligeant remake par Laure Adler 10 ans plus tard) et de Chemins de la connaissance (L'Ecole de Francfort et celle de Chicago). Et puis des documentaires dans Profils Perdus (Michel de Certeau), Mémoires du siècle, même quelques Lieux de mémoire (Le mur des fédérés). On l'entendait aussi parfois dans Agora. Et j'ai encore dans mes VHS du bon vieux temps un "Droit de réponse" sur TF1 où Polac consacre 2h au même Edgar Morin, avec 3 invités en plateau : Jean-Louis Vuillerme, Antoine Spire, et Laure Adler jeune c'était il y a longtemps.

En 1997 Antoine créait Staccato et introduisait Julie Clarini à France Culture, ce que certains ne lui ont toujours pas pardonné, qui continuent à réclamer qu'on multiplie par 12 son temps de purgatoire. La punition du destin fut bien plus terrible pour Antoine et en fait de purgatoire c'est le nôtre qui commença en septembre 1999 quand fut liquidé le Panorama et son intelligence en mouvement : depuis ce temps on n'a plus entendu Antoine Spire ni d'ailleurs Serge Koster sur FC, sinon comme invités. Lors de cette même rentrée 1999, sur FC dans la tranche 12h/13h30 le Panorama fut remplacé par "la suite dans les idées", et l'intelligence en mouvement laissa la place à de la bétise en vitrine avec en vedettes le duo de clowns radiophoniques Bourmi et Clarino. Ils avaient tout à apprendre. L'un des deux a fait quelque progrès. Quant à l'autre, on en débat encore, ici même.

(...)  tous ceux qui préfèrent la couleur actuelle de FC ont gagné le droit de perdre sa trace mais ceux qui ne peuvent pas l'oublier après un tel compagnonnage radiophonique (je pense qu'on doit tous quelque chose à Antoine Spire) savent qu'ils peuvent le retrouver sur son site web personnel et aussi sur Cinaps TV. Et puis on l'entend parfois encore quand les Nuits de FC nous rendent l'un ou l'autre de ses documentaires culturels. Ca permet de constater que si le genre documentaire est envahi -et ces temps-ci de plus en plus- par les militants bornés, il peut aussi ouvrir le champ à de très belles productions de militants évolués (...).

Voir le profil de l'utilisateur

699
Répondre en citant  
L'Autre 68 : Printemps de Prague (suite) - le Lun 30 Avr 2018, 09:30

Dans le cadre de la série "Les années 60 par Philippe Garbit" : L'Autre 68 : Printemps de Prague (2/3) et L'Autre 68 : Printemps de Prague (3/3) par Antoine Spire et Blandine Masson [et Anne Kobylak] du samedi 28 avril 2018

Deux extraits :
Présentation [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-28.04.2018-ITEMA_21662987-0.mp3" debut="00:59" fin="06:08"]

La morale [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-28.04.2018-ITEMA_21662987-0.mp3" debut="12:45" fin="17:30"]

Alain Finkielkraut nous avait fait découvrir le journal exceptionnel du traducteur Jan Zabrana (1931-1984) dans une émission de Répliques signalée dans le post Le nouveau visage de l'Europe centrale - le 06 avril 2016. Un journal à lire et relire.

Il faut remercier Philippe Garbit et Virginie Mourthé d'avoir permis la rediffusion de ces trois heures éclairantes datant de 1988. Antoine Spire (voir post précédent) est un journaliste/enquêteur comme on n'en trouve plus à l'antenne.

Voir le profil de l'utilisateur

700
Répondre en citant  
Mary Hopkin - Those Were The Days - 1968 - le Mar 01 Mai 2018, 14:32

Dans le numéro C'ETAIT LES ANNEES 60 du dimanche 29 avril 2018, de 8'45 à 13'32, cette chanson Mary Hopkin - Those Were The Days - 1968 qui rappelle sans doute quelque chose aux auditeurs français (DALIDA, LE TEMPS DES FLEURS, et pour la version d'Ivan Rebroff, c'est ici Smile)

Il faut féliciter une nouvelle fois le tandem Mourthé/Garbit ici d'avoir choisi cette chanson, vu ses paroles, pour "commenter" les déclarations optimistes d'habitants tchécoslovaques se disant confiants dans les réactions internationales qui permettraient de renvoyer les chars soviétiques ayant envahi le pays le jour même, le 21 août 1968. On connaît la suite.

Origines de la chanson selon Wiki.

Paroles et traduction de «Those Were The Days»

Those Were The Days (Ainsi Étaient Les Jours)

Once upon a time there was a tavern...
Il était une fois une taverne
Where we used to raise a glass or two
Où nous avions coutume de boire un verre ou deux
Remember how we laughed away the hours...
Te rappelles-tu comment nos rires faisaient oublier les heures
And dreamed of all the great things we would do ?
Et comment nous rêvions à toutes les grandes choses que nous ferions ( plus tard ) ?

[Chorus]
[Refrain]
Those were the days my friend
Ainsi étaient les jours mon ami
We thought they'd never end
Nous les croyions éternels
We'd sing and dance forever and a day
Nous pensions chanter et danser pour l'éternité et même davantage,
We'd live the life we choose
Mener la vie de notre choix,
We'd fight and never lose
Nous battre sans jamais perdre
For we were young and sure to have our way.
Car nous étions jeunes et sûrs que tout marcherait comme nous le voulions
La la la la...
La la la la
Those were the days, oh yes those were the days
Ainsi étaient les jours, oh oui ainsi étaient les jours

Then the busy years went rushing by us
Puis les années actives ont passé à toute vitesse
We lost our starry notions on the way
Nous avons perdu nos brillantes illusions en chemin
If by chance I'd see you in the tavern
Si par hasard je te rencontrais dans la taverne
We'd smile at one another and we'd say... .
Nous nous souririons et nous dirions...

[Chorus]
[Refrain]

Just tonight I stood before the tavern
Ce soir même je me tenais devant la taverne
Nothing seemed the way it used to be
Rien ne semblait plus être comme avant
In the glass I saw a strange reflection
Dans la vitre je vis un étrange reflet
Was that lonely woman really me ?
Cette femme solitaire était-ce vraiment moi ?

[Chorus]
[Refrain]

Through the door there came familiar laughter
A travers la porte me parvint un rire familier
I saw your face and heard you call my name
J'ai vu ton visage et t'ai entendu prononcer mon nom
Oh my friend were older but no wiser
Oh mon ami nous sommes plus vieux mais pas plus raisonnables
For in our hearts the dreams are still the same... .
Car dans nos coeurs les rêves n'ont pas changé

[Chorus].
[Refrain]

Voir le profil de l'utilisateur

701
Répondre en citant  
Intox, mensonges, fausses nouvelles (par Jean Vilar en 1968) - le Mer 02 Mai 2018, 13:05


C'ETAIT LES ANNEES 60
du dimanche 29 avril 2018

Descriptif de l'heure d'émission... : "1968 (Septembre Décembre) 1/3"

Jean Vilar sur la contestation du Festival d'Avignon en 1968 :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17417-29.04.2018-ITEMA_21663579-0.mp3" debut="41:10" fin="45:21"]

En 2018, il faut supporter un Olivier Py, on mesure le temps qui passe, la différence de ton, de langue, d'esprit, d'intelligence.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


702
Répondre en citant  
Re: Au fil de l'écoute -

Au fil de l'écoute     Page 70 sur 73

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 36 ... 69, 70, 71, 72, 73  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum