Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 55, 56, 57

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Répliques, dernier refuge ?    Page 57 sur 57

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Répliques, dernier refuge ? - le Sam 24 Avr 2010 - 8:10

Rappel du premier message :

En ce  moment, magnifique  dialogue  de  grincheux: l'excellent  Finkielkraut  et  le  non moins  excellent  Lucchini. Il  est de  bon ton de  souligner  les  outrances  et  le supposé  histrionisme  de ce  dernier, mais  on lui   doit  de transmettre  sa  passion de la  lecture  avec  fougue.  Et  ses  choix  de  textes  sont  toujours  formidables. Son franc-parler  et  sa  verve  sont  absolument  toniques.  Rien  d'un consensuel  mou  sur les  bienfaits de  la  Culture, dont  se  gargarisent  nos  faux  cultureux.  


La question du jour, c'est Muray.  À  ceux  qui se  lancent  inconsidérément  dans des lectures  trapues, je  déconseille  fortement Muray :   aux  timorés, aux  bien-pensants,  aux  moutons de  Panurge,  aux parvenus de  l'Aculture, aux  brutes  épaisses,  aux  hypocrites,  aux  pisse-vinaigre, aux  sainte-nitouche,  aux  faux  cœurs  purs,  aux  bas-bleus  de  sous-préfecture, aux  retourneurs de veste,  aux  aigris, aux  Judas, aux  vaniteux  impénitents, Muray  est  interdit.

Remarque de Finkie : "France  Culture, c'est  une instance,  et  ça  peut devenir  aussi une  "agence  du  Culturel"  ?  Oui, Alain Finkielkraut,  vous  avez mille  fois   raison  d'avoir des  craintes, mais   vous  êtes  bien trop  gentil  vis-à-vis de  vos  compagnons  de  chaine  qui  ne  partagent  sans  doute  pas   vos  craintes,  trop  timidement   exprimées.  Allez-y  franco  par  pitié !   Écoutez-vous  certaine  émission de fin d'après-midi ?  Écoutez-vous  certaine  émission de  midi  ? Vous   croyez  vraiment  que  vous  n'y  êtes  pas  dans le  "festivus, festivus"  et  dans le grand  tout  Culturel  auto-célébrant  ?  FC  est  bien une  agence  d'événementiel   culturel, et  plus cette  chaîne de  transmission  qu'elle  fut  il  n'y a  guère, et  dans laquelle  vous  croyez  encore  travailler. La  bien-pensance  y  est  partout  installée, et  pour  la  trouver, nul  besoin de  se  rendre  sur  les  chaînes  voisines. Il  suffit  d'écouter.  Écoutez-vous assez  France  Culture  M. Finkielkraut ?


Ah la la  la  suite de l'émission....  Aïe  aïe aïe ...    Antibioc, CAmenbert, Madame  Collet,  bouchez  vos  chastes   oreiiles, cela  n'est  pas  pour  vous  !!
Et  alors, la  fin,  l'apothéose  !! Rien  n'y  manque, pas  même  l'insulte  suprême, "élitiste", mais  quelle horreur.... !!!!  

Un délice. Un immense merci  à  eux  deux.
* * *

561
Répondre en citant  
« Sur la Révolution française » - le Lun 31 Oct 2016 - 22:15

Un numéro instructif sur l'histoire politique et l'histoire du droit qui mérite l'écoute : Sur la révolution française. La discussion est bien menée et l'on a affaire à deux spécialistes qui rivalisent de savoir, le moindre érudit n'étant pas Patrice Gueniffey, directeur d'études à l'école des hautes études en sciences sociales (tiens, L'EHESS version différente de ce que l'on entend habituellement venant de cette école jumelée avec France Culture).

Jean-Claude Milner, linguiste, philosophe et essayiste français né en 1941 à Paris (quel intérêt ici de donner sa date et son lieu de naissance ?) est sur la défensive, discret et reconnaissant volontiers une autre vision que la sienne. Alain Finkielkraut ne s'est pas trop visiblement associé à Patrice Gueniffey.

* Descriptif (extrait) :  Jean-Claude Milner nous invite, dans son dernier livre, à relire la Révolution. Cette invitation, je voudrais y répondre en compagnie de Jean-Claude Milner et de Patrice Gueniffey qui, avant de se lancer dans une monumentale biographie de Napoléon Bonaparte, a écrit plusieurs livre sur la Révolution française, notamment la politique et la terreur.

562
Répondre en citant  
Une samba présidentielle - le Lun 14 Nov 2016 - 21:47

Écouté le tout début du dernier numéro Le peuple et les élites* avec comme invités Patrick Buisson et Alain Minc :   [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13397-12.11.2016-ITEMA_21133812-0.mp3" debut="00:29" fin="01:19"] et ai à 1'19''.

Passé sur France Musique pour le dernier numéro d'Un air d'histoire de la chère Karine Le Bail,  Les Présidentielles : en avant la musique ! par Jean Ruhlmann (I), le générique est suivi immédiatement de [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16308-13.11.2016-ITEMA_21134604-0.mp3" debut="00:14" fin="02:07"]  
Envie d'écouter la suite.

Nota : France Musique vient d'inaugurer son nouveau site. Tout est opérationnel le premier jour. Un travail professionnel.

* La page de l'émission a été exceptionnellement ouverte aux commentaires, 13 à cette heure.

563
Répondre en citant  
Le ''système économique et social sous lequel nous vivons'', encore un sujet culturel... - le Dim 15 Jan 2017 - 8:01

Un énième brassage de vent en lieu et place de la culture :  Y-a-t-il une alternative à la société libérale ?* (après le /y/ pas de tiret, mais bon...).

Alain Finkielkraut : "J'imagine [il l'espère !] que la discussion sera vivve [sic] entre mes deux invités et, pour commencer, je leur demanderai de donner leur définition du système économique et social sous lequel nous vivons aujourd'hui".. Ma parole, c'est vraiment la thématique obsessionnelle de la station ! Pour les passionnés du sujet, un long commentaire d'auditeur est publié sur la page de l'émission.

En passant, ce que le CNRTL appelle "langue relâchée" (que France Culture et apparemment l'Académicien considèrent comme la langue normale de l'antenne culturelle), l'emploi du mot "une alternative" :  Usuel, dans la lang. relâchée. Chacune des deux options d'une alternative. Choisir entre deux alternatives la moins mauvaise (suit une citation de Proust qui emploie le mot dans ce sens).

* Définition du projet intellectuel de l'émission d'Alain Finkielkraut "Pour saisir les enjeux, pour savoir quoi penser, pour se faire une opinion personnelle, on a besoin d'être éclairé par d'autres et d'écouter silencieusement des conversations qui prennent leur temps et qui problématisent le monde."

Derniers sujets :
07.01.2017
Le terrorisme en face
31.12.2016
Histoires de couples
24.12.2016 52 min
Le phénomène Trump
17.12.2016
Comprendre la crise de la gauche
10.12.2016 51 min
Laïcité et tolérance

564
Répondre en citant  
Re: Répliques, dernier refuge ? - le Sam 21 Jan 2017 - 13:10

Qui donc retranscrit l'introduction d'Alain Finkielkraut ? Descriptif du samedi 21 janvier 2017 : Détrompez-moi : conversation sur la bande-dessinée :

Parmi les raisons qui me valent d'être traité de passéiste , de réactionnaire ou de vieil académicien rance, il y a le fait que j'ai parlé de la bande dessinée comme un air mineur. Dans ma bouche pourtant ce n'est pas une insulte car je dis la même chose de la chanson alors que j'aime beaucoup Léo Ferré , Georges Brassens ou Pink Martini, le mélancolique Leonard Cohen, et le mélodieux Paul Mac Cartney.

Reste qu'on pouvait justement me reprocher de parler sans savoir et de ne pas me confronter aux meilleurs représentant du 9° art.

J'ai voulu remédier à cette coupable désinvolture en invitant le dessinateur Blutch , auteur de nombreux albums, et le critique d'art Hector Obalk.


Dans cette émission naturellement décevante - naturellement car Finkielkraut ne connaît rien à la bande-dessinée et, à l'instar d'une Caroline Broué qui invite des auteurs sans rien savoir de leur oeuvre, il convie Blutch à qui il ne pose aucune question substantielle (album, technique, influences*) mais seulement de vagues interrogations (La beauté, c'est quoi pour vous ? (17') ou Que reste t-il de la beauté à l'âge de la caricature quasi universelle ? (24'30'') ou La bande-dessinée est-elle libre ? (32') ou Le Monde annonce la création des grands classiques de la littérature en bande-dessinée (...) Que pensez-vous de cette entreprise ? (48'08'')) - dans cette émission décevante donc, le producteur met sur le même plan un dessinateur et un critique d'art (Hector Obalk) qui déclare avoir mis en bande-dessinée les oeuvres de Michel-Ange de la chapelle Sixtine. À cet endroit de votre lecture, accordez-vous 1 minute 36 secondes pour découvrir à quoi ressemble le livre en question et juger par vous-même s'il s'agit de bande-dessinée. De mon point de vue, en aucun cas. Il a tout l'air de s'agir d'un exercice critique - sans doute digne d'intérêt - qui découpe et juxtapose des photographies des oeuvres (fresque et sculptures) de Michel-Ange, mais de dessins, point. Or, voyez vous-même la filouterie de l'éditeur Hazan. Obalk a correctement intitulé son livre : Michel-Ange. Tout Michel-Ange en un seul texte et en mille images. Mais un bandeau plus vendeur sur-ajoute à la couverture : Le premier livre d'art en « BD » et en mille images. Non, messieurs-dames, pas de bande-dessinée ici, au mieux, une bande-photographiée.

On peut d'ores et déjà penser que Finkielkraut a voulu mettre un peu de « fond » dans cette confrontation en trouvant la parade à parler de bande-dessinée, sans en parler du tout. C'est un problème, car la moitié de la discussion est consacrée aux oeuvres de la Sixtine, qui jusqu'à preuve du contraire ne relèvent pas encore du 9e art. Ajoutez à cela que Finkielkraut confond 1/ pastels et peinture et 2/ bande-dessinée et caricature, un cousin certes pas si éloigné de la B-D.

1/ À Blutch qui est l'auteur des dernières affiches des films d'Alain Resnais,  il demande, considérant l'affiche des herbes folles (réalisée aux pastels) s'il n'aurait pas voulu être peintre... 2/ Puis, on frise le n'importe quoi quand le producteur dit à 22'42'' :

Il est vrai que beaucoup d'auteurs de bande-dessinée sont des caricaturistes - on emploie le mot pour les désigner quelquefois - c'étaient les caricaturistes de Charlie Hebdo - que j'aimais beaucoup, Wolinski, Cabu, Charb - et je continue à dire : « je suis Charlie », mais j'ai un problème avec la caricature, c'est pour ça qu'aujourd'hui, je n'achète que très sporadiquement Charlie.

Pour ceux qui souhaitent connaître le contexte de l'émission et comprendre le sens de l'introduction recopiée ci-dessus (il y a le fait que j'ai parlé de la bande dessinée comme un air mineur), à laquelle aucune allusion claire n'a été faite (encore moins des polémiques qui ont suivi), vous pouvez vous reporter à l'émission du 3 mai 2014 : La démocratie a-t-elle besoin de limites ? et à la rigueur à ce post.

* Exception faite à partir de 30' quand des questions sur les références cinématographiques sont posées à propos de son autobiographie Le petit Christian.

Répliques, dernier refuge ?     Page 57 sur 57

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 55, 56, 57

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum