Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Sur le site de France Culture -    Page 6 sur 21

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Sur le site de France Culture - - le Mer 12 Mai 2010, 18:43

Rappel du premier message :

Bonjour à tous ceux qui n'y trouvent pas encore leur compte :
le nouveau site de France Culture est en démarrage, il faut prévoir un peu de tirage technique.

Dans ce fil, merci à tous ceux qui voudront déposer quelques infos utiles
en attendant que tout soit plus clair.
* * *

51
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Jeu 08 Juil 2010, 21:47

C’est vrai que c’est assez déroutant.
De mon coté, je me demandais comment écouter le 3ème volet de la « Rediffusion d'A Voix nue : Laurent Terzieff avec Bernard Bonaldi (3/5) » diffusée sur la plage horaire de « Fictions / Le Feuilleton »…
Bizarrement, je venais de réussir à attraper le 4ème volet sur la page d’ « A voix nue » !!
Et comme j’ai de la suite dans les idées, je tente le podcast d’ « A voix nue » et je trouve enfin le 3ème volet…
C’est sportif, je me demande par où le 5ème volet va sortir…

52
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Ven 09 Juil 2010, 21:28

Basil a écrit:… C’est sportif, je me demande
par où le 5ème volet va sortir…
Sportif, aneffet !
Il faudra penser à remercier FC pour ce jeu de piste tout à fait excitant !!
Pour ceux qui se désoleront de ne pas trouver l'un ou l'autre épisode de cet A voix nue Terzieff, on peut signaler la piste ANPR.

A la radio Suisse, en cas d'émissions spéciales qui bouleversent la grille pour quelques heures ou un peu plus (la Schubertiade par exemple) on installe une voie podcast particulière, qui vivra pendant un mois ou deux. On constate que sur FC, ont déjà été installés les podcasts de certaines émissions de l'été. Par conséquent, qu'on ne nous dise pas que le podcast sur l'hommage Terzieff n'est pas possible, que le site ne le permet pas, ou autres foutaises. Non, si on ne le fait pas, soit c'est qu'on ne le VEUT pas, soit (pire) c'est qu'on n'y pense même pas. Mais qu'y aurait-il d'étonnant à ce qu'on ne pense pas à l'auditeur dans cette radio qui, comme nombre de médias du service public, est faite en premier lieu pour l'auto-satisfaction de ceux qui la font et secondairement pour le bénéfice du public.

53
Répondre en citant  
Ceux qui fabriquent la "marque" FC et s'en servent - le Ven 09 Juil 2010, 21:54

Pour se rendre compte de la quantité de "spécialistes" qui ont bossé sur le nouveau site.

Voilà ce que claironnait le 3 juin l'agence Netscouade :
http://www.lanetscouade.com/content/red-couvrez-france-culture-sur-le-web
"…..après de longs mois de développement par les équipes techniques de Radio France et de délicats réglages de dernière minute, le premier des sites de nouvelle génération des chaînes de Radio France est en piste"
La Netscouade a préparé la refonte ergonomique et graphique de franceculture.com de mars à août 2009, les développements étant réalisés par Radio France sur la base de la plate-forme Drupal qui propulse les nouveaux sites du groupe….. L'équipe projet* a réinterrogé de fond en comble le design, l'ergonomie et les services accessibles sur le site de la chaîne culturelle de Radio France …."

Voilà ce que va claironner à un congrès à Copenhague fin août 2010 un vendeur de Drupal (Open Web Solutions) en prenant le site de FC comme exemple !
http://cph2010.drupal.org/sessions/creating-generic-platform-huge-media-company-showcase

Qui pourrait aller à Copenhague pour donner l'avis des auditeurs-utilisateurs ?

54
Répondre en citant  
Questions et proposition de résumé - le Sam 10 Juil 2010, 01:35

- Comment faire la part entre la malfaçon technique (les bugs) et la bétise psychologique de l'ergonomie foireuse (quoique tellement vantée) ??
- Quelle part de ce naufrage revient à Netscouade, à Drupal, aux pros de FC qui ne connaissent même pas leurs auditeurs ?
- Peut-être on en saura plus quand on va voir le même naufrage (ou pire, ou mieux) sur le tout proche nouveau site de France Inter ??? Et de toutes façons, le site de la radio Suisse Espace2 ne sort-il pas de la même usine à cafards ?
- Idée : le mieux n'est-il pas tout simplement de s'adresser aux concurrents de ceux qui iront plastronner à Copenhague ?

En attendant, voila un résumé que finalement je n'ai pas posté chez Netscouade parce que leur antispam est incompréhensible avec ses caractères illisibles (chapeau !)

====================================================================================================
Bonjour.

Le progrès ça ne consiste pas à bombarder d'automatismes et de gadgets inutiles des auditeurs adultes qui s'en passaient très bien jusque là. Maintenant ils ont les gadgets, mais ils ont surtout un site qui ne marche pas, bravo ! Ce site est une catastrophe où les erreurs techniques de programmation voisinent avec d'effarantes erreurs d'ergonomie.

Sur le nouveau site de FC les pages sont ouvertes aux commentaires, oui mais le dépôt de commentaires il marche de travers. Comment expliquez vous qu'en deux mois il y en ait eu si peu de déposés, et seulement sur quelques unes des pages où on en offre la possibilité ? A combien se monte le recul, si on compare au nombre que recevait l'ancien site ? Un coup ils passent à la trappe, un coup ils apparaissent dans un classement erratique, de toutes façons on n'a même pas jugé utile de les doter d'un repère chronologique efficace ou d'un référencement pour la réponse. Résultat les rares dialogues entre producteur et auditeurs sont illisibles c'est une honte. Comme le site marche mal, nombre d'auditeurs déposent des commentaires de mécontentement mais comme de juste, ils ne sont pas publiés. On ne trouve que des commentaires élogieux qui sentent à des kilomètres le bidonnage ou le billet de complaisance. On se souvient qu'après deux jours de (dys)fonctionnement et un déluge de récriminations, la critique a été muselée ; comme toujours, d'ailleurs, à France Culture qui est un petit royaume soit bananier soit autistique, où l'on ne supporte aucune remarque critique même mesurée, même polie.

Sur ce nouveau site il y a des tas de choses qui ne marchent pas. Il y a encore une semaine ou deux on trouvait cà et là des tas de bugs qui donnent des pages du programme radio emplies de signes cabalistiques. Je ne sais pas si elles y sont encore car, écoeuré, je n'y vais plus. Faire fuir l'auditeur en le décourageant, ah bravo quel exploit ! Et il n'y a pas que les bugs qui produisent de l'illisible : la plupart du temps il faut tâtonner pour trouver le chemin d'une info sur les programmes, info qui de toutes façons sera absente de la page-destination, parce que le programme radio les responsables s'en foutent ils ne pensent qu'à l'actu. Résultat ça déborde de gadgets dont on n'a que faire comme "que lisent-ils ?" ou "trouvez une page au hasard". Remarquez pour l'auditeur qui cherche un info-programme ça ira peut-être plus vite en passant par le hasard, vu que l'ergonomie est pleine de trous. Il y a des commandes élémentaires comme "aller à la dernière page" qui ne sont pas présentes (comment peut-on oublier un truc aussi nécessaire je vous le demande ?). Dans certains cas on n'a même pas prévu la glissière (ascenseur ou horizontale) pour se déplacer dans un tableau excédant la taille de l'écran. Pour scroller horizontal il faut jouer de la molette de souris qui tourne sur un axe orthogonal, et encore ça il faut le deviner car c'est écrit nulle part. De façon générale, avec le nouveau site l'usager a vu augmenter en proportion effarante le nombre de clicks nécessaires (à croire que l'équipe technique est rémunérée au nombre de clicks) pour parvenir à un endroit voulu dans le site, et quand ça marche donc pas toujours, on arrive en fin de compte à des pages vides. Chapeau ! Pendant des semaines il y a eu des programmes absents du site, impossible à réécouter en différé ; et des podcasts qui sont passés à la trappe (et il y en a encore). Les auditeurs remercient l'équipe projet, ah ça oui !

Et parlons donc de l'interactivité, tiens. Il n'y a pas que les commentaires (voir plus haut) : les blogs ne sont toujours pas en service après 2 mois de mise en route. Les profils individuels d'auditeurs ne sont même pas sécurisés ce qui fait que plusieurs personnes différentes peuvent s'abonner sous la même signature et ainsi se faire des crasses en signant un post sous le nom (oui, même un nom civil) d'un autre qu'ils ont identifié et qu'ils veulent empoisonner. Dans le site précédent, on avait vu débarquer un ou deux posteurs qui signaient avec les noms des autres histoire de bien brouiller le débat, et pour finir le webmestre d'un site altermondialiste, débordant de haine aussi bien contre France Culture que contre ceux qui le critiquent autrement que lui, et qui a balancé leurs identités civiles pour plomber ceux qui déposaient des messages qui ne lui plaisent pas. Car voyez-vous, le précédent site avait eu à souffrir de quelques délirantes cabales contre les auditeurs critiques, ceux qui râlent quand ils endurent des émissions médiocres mais ce sont ceux qui réfléchissent, et qui se sont fait agresser par une poignée de querelleurs qui ne savent que déposer des insultes et attaques perso et ont eu les coudées franches pour brouiller les débats. Et pensez-vous qu'on en a tiré des leçons pour sécuriser ce champ de bataille ? Mais non ! Avec le nouveau site ils les ont encore plus franches, les coudées, les semeurs d'agressivité : est-ce pour cela que rien ne se passe dans les blogs, et qu'on préfère les garder verrouillés ?

Une des plus grosses bourdes : la nouvelle présentation a fait disparaitre du site de FC de milliers de pages d'archives qui renseignaient sur les émissions passées. Or ces pages étaient fort utiles aux auditeurs qui réécoutent des émissions stockées. Pages bourrées de références biblio et de liens à clicker, représentant des milliers d'heures de boulot, et pas seulement ça : c'est comme si on avait foutu au feu des bibliothèques entières. Des bibliothèques, vous savez ce que c'est ? Vous en avez déjà entendu parler, peut-être même que vous en avez déjà vu en passant devant ? Après tout des fois on peut s'y connecter sur Internet, ou y emprunter aussi des films. Ces pages d'archives étaient utiles, indispensables à certains, mais on les a jetées. Voyez-vous la culture c'est pas de l'actu à jeter aussitôt consommée ; c'est pas du produit frais : c'est du produit pérenne. Et ça on ne s'en est pas rendu compte, parce qu'on n'a pas su ou pas voulu étudier les usages dans l'ancien site. Figurez vous qu'on n'avait même pas pensé à repérer les émissions par leur date (!). Génial, pour rechercher une émission précise, datant de quelques jours ou de quelques semaines. Pour les plus anciennes de toutes façons on a foutu les pages à la poubelle, parce que les concepteurs du site n'ont pas compris ce qu'était la culture.

Je m'arrête ici car on peut remplir des pages de récriminations, ce qui se fait d'ailleurs sur Facebook et sur les forums d'auditeurs. Renseignez vous !

Mais le mieux : cette refonte a été balancée à l'auditeur sur un fond de com' pétrie d'autosatisfaction. Alors que les critiques montrent que les "concepteurs" n'ont pas pris en compte les auditeurs de France Culture, population qui ressortit à la sociologie élémentaire : celle de la clientèle. Ce site est une cata frimeuse, branchy, flashy, mais une cata quand même !

55
Répondre en citant  
Pendant ce temps-là. - le Sam 10 Juil 2010, 11:42

"France Culture est aussi un site Internet qui, au-delà du prolongement de l’antenne et des émissions, s’avère être une véritable bibliothèque des savoirs et des connaissances. franceculture.com, site de référence pour les iCSP+, a une véritable valeur pédagogique, critique, esthétique et politique.
Devenu au fil des ans un outil indispensable aux auditeurs, le site contribue fortement à la création et au renforcement du lien de la radio avec son public".

C'est ici qu'on nous explique ça.

56
Répondre en citant  
La faute à Drupal ? - le Sam 10 Juil 2010, 21:54

Mon opinion sur l'origine des pb du site

Tout vient du choix techno de Drupal comme plate-forme du site (au lieu de Wordpress par ex). Et Drupal est le chou-chou chéri de la Netscouade.
Sans entrer dans les détails, Drupal est réputé pour sa faible ergonomie par défaut et propose peu de choses prêtes à l'emploi. Il est capable de supporter de nombreuses fonctionnalités à condition de développer et d'adapter beaucoup, d'apprendre et faire apprendre aux utilisateurs en interne, donc d'investir beaucoup.
"Le manque de temps (et sûrement de poste budgétaire), et/ou de connaissance de certains modules sur ces sites font qu'un super site en Drupal se transforme en cauchemar à administrer pour le client, avec une interface soviétique à faire pâlir d'envie Youri Gagarine" dixit un vendeur de Drupal.
Voilà du boulot à vie pour la fabuleuse équipe projet de France Culture qui, n'étant pas à la hauteur, va aussi fournir du boulot à plein d'autres copains se faisant passer comme spécialistes ou se spécialisant sur le dos de Radio France. Car si FC essuie les plâtres (Patino oblige), toutes les autres stations de RF vont y passer et le gâteau est énorme.

Et les utilisateurs-auditeurs ? Personne n'en a rien à cirer. Quand certains osent avouer leur incompétence et demandent simplement comment podcaster une émission, Antoine Perraud s'est hier dévoué : " Pour écouter l'émission, il faut donc cliquer sur la flèche rouge, à la gauche du nom de l'invitée (Hélène Cixous). Pour télécharger l'émission, il vous faut cliquer sur le visuel représentant un livre entrouvert avec le logotype de France Culture et celui de Tire ta langue, qui figure à droite du bandeau (au-dessus du nom de l'invitée) représentant une jeune femme de dos portant béret...". Trop drôle !

PS – Nouvel arrivant sur RFC, j'ai ouvert hier un fil, alors qu'il est dans la continuité d'un fil déjà existant sur le nouveau site de FC. Si le responsable du site juge bon de fusionner les 2 fils, je le laisse opérer. [Ok - fusion réalisée ce jour jeudi 15 - Nessie]

57
Répondre en citant  
Des clics (et des claques). - le Dim 11 Juil 2010, 01:42

Portrait de l’auditeur-internaute en cachalot avec tendinite de l’index droit,
(ou la tentative d’éluciditation du phénomène de surclickation)


« Pendant les 50 minutes de plongée, les cachalots émettent de longues séries de clics, à un rythme régulier, appelés clics d’écholocalisation. Ils utilisent ces clics comme un sonar pour repérer le fond et ses proies. Ces séries de clics sont détectable par l’hydrophone dans un rayon de 5 à 8 km, ce qui permet de détecter la présence des cachalots dans une zone donnée, sans observation directe des animaux, et d’établir ainsi des comparaisons régionales d’abondance.
De plus, le clic émi par le cachalot est formé d’une série d’impulsions, provenant de la réflexion du son initial à l’intérieur de la tête de l’animal ».

Les émissions de clics sont regroupées en 6 catégories :
1 - Les « clics d’écholocalisation » (voir description ci-dessus) : en quelque sorte la vitesse de croisière d’émission de clics dans les eaux troubles de franceculture.com.
2 – Les « creaks » : accélération des clicks suivi d’un silence. Une émission liée à la prédation, comme par exemple la recherche d’un podcast ou d’un lien bibliographique. Le silence qui s’ensuit est soit signe de réussite, soit d’abandon.
3 – Les « trumpets » : « Parfois, en début de sonde, les cachalots produisent une vocalise appelée « trumpet », juste avant de commencer à émettre les clics d’écholocalisation. La fonction de cette vocalise est encore inconnue ; certains pensent que le cachalot se purge les conduits respiratoires ». D’autres y entendent le gémissement de désespoir de l’internaute en plongée.
4 - Les « codas » : « séquences de 3 à 12 clics émis suivant un motif constant, répétés comme un code. Ils sont considérés comme une forme de communication entre membres d’un même groupe, mais leur signification est encore inconnue ». L’hypothèse d’émissions de SOS par des internautes égarés n’est pas exclue.
5 – Les « chirrups » : « rafales de clics de quelques secondes. Leur fonction est encore inconnue ». Une probable manifestation du stress de l’auditeur-internaute.
6 – Les « squeals » : « Nos enregistrements ont également permis de décrire des sons continus appelés « squeals », rarement décrits pour cette espèce, connue comme ne produisant que des clics. Bien que ces vocalises sonnent, à l’oreille humaine comme un son continu, il se pourrait qu’elles soient formées de clics émis à un rythme très rapide ». La phase « squeal » est symptomatique du disjonctage de l’auditeur-internaute, souvent identifiée comme une sorte de chant du cygne avant échouage.


Donc, pour le Terzieff de Basil, la séquence sera la suivante :
Tapis de clics d’écholocalisation avec lâcher de trumpets, salves de creaks agrémentées de codas en base 4 (quelques chirrups t’échapperont), en éspérant que tu ne finisses pas en squeal. N’oublies pas : 50 minutes d’autonomie.


Les citations sont extraites des travaux du GREC/Groupe de REcherche sur les Cétacés.


58
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Dim 11 Juil 2010, 11:48

Très beau portrait, François, merci !
La prédation des émissions culturelles a bien changé depuis quelques temps… Et je ne sais si l’on peut se fier aux supputations de ce groupe de geec.
J’ai ouï dire que le cachalot ne parvenait plus trouver sa pitance seul. Fini la chasse tranquille et solitaire en culture profonde. Aujourd’hui, les cachalots organisent collectivement leur prédation de surface.
Bien obligé de s’accommoder avec les produits culturels qui surnagent, certains vont même jusqu’à maitriser le triple clic retourné arrière. Cela impressionne beaucoup les baleiniers qui continuent stoïquement leurs travaux !

But you know,
The world however did not wait.
But soon observed what followed on.
Our culture that had brought us to that state.
How fortunate the man with none

59
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Dim 11 Juil 2010, 12:21

Merci pour cette ironie à usage thérapeutique. Pour ma part, je n'apprécie pas Terzieff (RIP), donc le dernier épisode peut arriver par où ça leur chante ....
FC est-elle encore une radio culturelle ? J'en doute. Une vaine tentative de théorisation des soubressauts de l'actualité, à grands coups de formules toute faites et superlatives . Ce n'est pas la même chose. A combien de "mises en abîmes" et de "décryptage" avons nous le droit chaque jour ?

60
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Lun 12 Juil 2010, 15:11

@ Basil : je ne sais si c'est voulu, mais le chant de Brendan Perry
est extrait de l'album Into the labyrinth...

"Le triple clic retourné arrière" : La fréquence de répétition peut aller
de 1 à 40 clicks par seconde selon le degré de vigilance de l'animal.
La durée d'un click est d'environ 24 millisecondes, chaque click étant typiquement
composé de 6 impulsions de 2 millisecondes chacune ../..
On ne connait à peu près rien de l'utilisation des clicks pour la communication,
mais on sait qu'ils peuvent servir de signaux d'alerte et, probablement, de détresse.

(Backus et Schevill/Norris, 1966)

61
Répondre en citant  
Re: Sur le site de France Culture - - le Lun 12 Juil 2010, 18:44

@Gustave
Avez-vous écouté les textes lus (joués) par Terzieff, à la fin de chaque émission d’« A voix nue » ? Si vous ne l'appréciez pas, je serais curieux de savoir pourquoi…

@Francois
Ce fut bien malgré moi. Mais peut être était ce un effet de synchronicité ? Ou bien tout simplement une famille de pensées cohérentes, si bien que cela sonne harmoniquement juste ? Des effets bien visibles dans le sillage des cachalots, produits par des invariants de leurs conditions de cétacé.

Mais la rationalité n’aurait elle pas tendance à réduire la poésie et l’émotion des chants de clicks que les cachalots s’échangent, à des ratios par seconde pour l’analyse d’obscures fonctions stratégiques ? Que disent Backus et Schevill/Norris au sujet de la poésie des cétacés ?

Quelques clicks d’écholocalisation, me permettent de vous livrer ici, les dires fraichement péchés d’internet de Pierre Dupont, Le chant des transportés (1848) :
Pendant que sous la mer profonde
Les cachalots et les requins
Ces écumeurs géants de l'onde
Libres dévorent le fretin
Nous autres cloués à la rive
Où la bourrasque a rejeté
Notre barque un instant rétive
Nous pleurons notre liberté.


Sur le site de France Culture -     Page 6 sur 21

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum