Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 20 ... 34  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La chronique des chroniques    Page 6 sur 34

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
la moraline de Cécile Ladjali - le Lun 07 Sep 2009, 07:40

Rappel du premier message :

La chronique de Cécile Ladjali, c'est tout ce qu'il faudrait éviter: de la moraline, des amalgames, des choses mille fois entendues, "la culture n'a pas empêché la barbarie nazie, les gardiens des camps de concentration écoutaient de la musique", des choses fausses, "qu'on aurait protesté contre la sentence à l'encontre de Fofana".Elle mélange tout, la pauvre chérie. Epargnez-nous de type de baratin convenu qui fait changer de chaîne.
Henry
* * *

51
Répondre en citant  
Danièle Sallenave ou : chaque vendredi l'épreuve de 8h45 - le Ven 11 Fév 2011, 08:56

Elle n’a jamais rien à dire Danièle Sallenave, et toujours elle le dit sur un ton de concierge donneuse de leçon. Mi plaintif et chouinard, mi institutrice pète-sec un peu à la manière de Catherine Clément. La plupart du temps c’est de l’injonction morale au ras des pâquerettes. Ce matin elle tartine 4 minutes un billet d’humeur sur le remplacement du mot "problème" par le mot "souci". Voila un fort grave problème (souci ?) de sauciété : quand vous allez acheter des chaussures la vendeuse vous demande si vous avez un souciiiii. Ecoutez la chronique je n’invente rien.

On aurait pu lui répondre que le mot "problème est déjà un hyperonyme beaucoup trop présent.
On aurait pu lui répondre qu’elle nous fatigue avec ce ton de donneuse de leçon.
On aurait pu lui répondre qu’elle regarde la sauciété par le petit bout de sa petite lorgnette.
Ah là, pourtant c’est souvent ce que fait un Philippe Meyer et on en redemande. Alors quelle différence ? Le style, le talent, l’humour, le brio, le charme, le travail ? Danièle Sallenave est le type même de la personne qui n’a rien à faire à la radio. Agrégée de lettres, écrivain (si vous ne connaissez pas son Renaudot de 1980 vous pouvez y aller c’est du diamant noir), elle manque tout à la fois de métier radio et de métier de chroniqueuse. Sa chronique est affreuse à entendre. Non seulement Danièle Sallenave n’a rien à nous dire, mais en plus elle le dit mal.

52
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Ven 11 Fév 2011, 09:37

Du recyclage à la manière de …
Sauf que Pierre-Marc de Biasi l'avait déjà traité. La chronique c'est comme la salade faut savoir la mélanger. Quant à la salenave…
(http://www.pierre-marc-debiasi.com/media/radio.php)

53
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Ven 11 Fév 2011, 10:13

Très juste : Pierre-Marc de Biasi est bien meilleur à tous points de vue : par la présence vocale, la finesse de l'observation, le recul ironique. J'en viens à regretter ses brèves. Pourtant il lui arrivait de se planter dans les grandes largeurs. J'en cite une : il avait complètement loupé son étude sur "Voila". Mais des étés jusqu'à 2008 ou 2009 je me souviens d'en avoir conservé une bonne partie tant ça touchait juste. Pour ceux qui ont du mal à raviver le souvenir : c'était un peu comme du Philippe Meyer avec en moins la fibre satirique, et en plus une certaine tendance à l'agacement. Et là encore on peut comparer avec Danièle Sallenave : à en faire ainsi des tonnes dans l'exaspération et sur un ton surjoué, elle saborde sa propre chronique. L'agacement un peu lassé mais aussi un peu amusé de Biasi était de meilleure facture. Finalement c'est un service à lui rendre à cette dame qui après tout connait les questions du langage : lui écrire pour lui rappeler que c'est pas une agrèg' de radio qu'elle a passé, et que si besoin de progrès il lui arrivait de ressentir à chaque mardi-gras ou à chaque éclipse de Saturne par Titan, eh bien qu'elle aille potasser les brèves du confrère avec autant d'ardeur que jadis le programme du concours et ensuite celui de l'agrègue.

54
Répondre en citant  
la grincheuse a des soucis - le Ven 11 Fév 2011, 23:11



Je vois qu'en réagissant à la chronique de Danièle Sallenave, Nessie m'a doublé, je vais donc en rajouter une petite couche.

Danièle Sallenave, en l'écoutant, on croirait être sur radio-courtoisie, la radio libre du pays réel et de la francophonie que voulez vous, chère Madame Bouzigue, tout fout le camp ou encore à la quarante et une ième minute d'une émission d'Alain Finkielkraut. La grincheuse et ratiocineuse chroniqueuse qui va peut-être postuler le poste de Jean Dutourd qui vient de mourir à l'Académie française déplore qu'on dise souci à la place de problème, gros souci, effectivement. Moi je trouve ça très bien et j'y vois même un inattendu progrès linguistique, ce n'est pas tous les jours que ça arrive. Pas de problème est un décalque grossier de no problem. Vous voulez une glace aux marrons? Pas de problème. Danièle Sallenave, estime que problème c'est une fenêtre vers l'avenir, parce qu'un problème, c'est fait pour être résolu, alors que souci, c'est un état d'âme auquel on se laisse aller complaisamment (et pourquoi pas?). Mais ce que Danièle Sallenave, n'a pas l'air d'avoir vu, c'est que souci la plupart du temps est employé dans l'expression pas de souci donc sous la forme négative. Pas de souci, ne vous en faites pas. N'y pensez plus, ce n'est rien. C'est aussi une manière aimable de dire oui. C'est optimiste et charmant, et je crois que c'est plutôt féminin comme manière de s'exprimer, c'est un équivalent nettement amélioré de "pas de quoi". Par ailleurs, on dit souvent petit souci pour bien montrer qu'on en est pas trop affligé et souci est un beau mot de la langue française, mon beau souci. C'est aussi une fleur.

Dans le cadre de la lutte contre la morosité et pour l'embellissement de notre langue, je recommande chaleureusement l'expression: "pas de souci" tout en bannissant avec la plus ferme énergie l'expression atroce qu'est "pas de problème".

55
Répondre en citant  
Quand Phil' Meyer vous parle en direct de la ruche - le Mer 23 Fév 2011, 18:11

Heureux habitants de la Forêt de Tronçais et des autres régions de chasse à courre dans notre beau pays, surtout ne manquez pas la chronique de Philippe Meyer ce matin dans les Matins, car à condition de remplacer le dégoût du chroniqueur par l’agacement de l’auditeur, on pourrait appliquer à toute une partie de France Culture le schéma général de la critique entendue ce matin de la bouche de Meyer : le toutologue fustige dans son style habituel les auteurs de la campagne de communication pour une noble cause (il vous dira lui-même laquelle), campagne qui rapporte énormément aux dits auteurs bien plus qu’à ladite cause, puisqu’on parle davantage de ces auteurs et de leur campagne de com’, que de la cause qu’elle était sensée soutenir.

Meyer comprend et explique que le meilleur produit que vend la pub, c’est la pub elle-même, et même mieux : ses auteurs. Ce mal est endémique dans les métiers de la communication : on se vend soi-même en feignant de vendre le produit. Et les métiers de la communication, eh bien figurez-vous qu’avec les médias français de l’audiovisuel, là on y est en plein, y compris avec ceux du service public qui n’échappent pas à cette inversion des buts. Depuis longtemps déjà on a pu voir comment les plateaux télé sont faits davantage pour servir ceux qui les font, que pour la satisfaction du public. France Culture est de cette eau, et dans ce forum comme ailleurs on n’a cessé de signaler chaque fois qu’on le pouvait, que cette radio auto-centrée qui respire l’auto-satisfaction, la vanité, et la petite promo par tout un chacun de ses intérêts ou de ses valeurs perso, cette radio dis-je, est visiblement (audiblement ?) faite pour l’ego de ceux qui la font avant de l’être pour le plaisir et le bénéfice de ceux qui l’écoutent.

Mais cela, Philippe Meyer ne peut pas le dire, et probablement même il doit s’interdire de le penser, déjà il faudrait qu’il l’écoute autant que nous, cette radio, ensuite le mal n’y est pas (pas encore ?) généralisé. N’empêche qu’il est endémique, et déjà bien trop présent pour que l’auditeur laisse passer sans réagir ce qui a eu lieu ce matin : on fustige une fois de plus la pub aux motifs de détournement d’objectifs, de vanité narcissique, et tous se rengorgent en applaudissant, sans voir un instant que la critique vaut pour l’émission où elle est insérée.

De même dans l’édition d’hier matin aux Matins, quand on y fustige la surconsommation des sondages par le médiatique, mais sans s’interroger un instant sur le fait qu’à la Rédaction de France Culture, on est justiciable exactement du même reproche. Tout comme de ceux qu’on ne se fait pas faute d’adresser aux collègues : excès de sensationnalisme, alarmisme, copinages et réseautages, conflits d’intérêts. Tout ce que l’auditeur respire à plein nez dans l’actu que nous tambouille FC, ceux de là-bas ne sauront le voir qu’ailleurs et pas chez eux. La paille et la poutre, donc, rien de bien neuf me direz-vous.

L’auto-critique, aux Matins et à la Rédac’, il y a gros à parier qu’on ne sait pas ce que c’est.

56
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Mer 23 Fév 2011, 19:54

Pas osé vous déranger tous, dans vos libations de bière (moi, c’est la Leffe), mais j’ai énormément aimé cette chronique de Philippe Meyer : il me semble qu’il devient de plus en plus incisif et c’est réjouissant parce que les autres , à côté, ils sont pas incisifs du tout.
De toutes façons, je n’écoute plus le matin que Thierry garcin et lui, sauf que, parfois, je ne résiste pas à écouter 1/4 d’heure l’invité. j’écoute Alex Taylor le reste du temps. En dépit des critiques acerbes que j’ai faites sur Julie Clarini, je pense comme Frédéric qu’elle est victime de cette accumulation de chroniques : ils nous rendent cinglés, imitons les Tunisiens et les Egyptiens !

57
Répondre en citant  
Chronique d'Alain Gérard Slama - le Jeu 24 Fév 2011, 13:23

Bonjour à tous, je pensais pouvoir trouver un forum officiel de France Culture, eh bien non, je devrais faire ma critique dans ces lieux qui finalement semblent fait pour ça.

Le sujet de ce post concerne la chronique matinale d’Alain Gérard Slama aux alentours de 8h15. J’aurais souhaité m’exprimer directement au responsable de la programmation pour lui dire que cette chronique n’est pas à sa place.
- Avant tout : sa voix, qui certes nous rappel les dangers du tabacs est insupportable moins d’une heure apres le réveil (chacun ses horaires j’en convient)
- La chronique en elle même, ce jugement est personnel : sans caractère, sur les sujets d’actus que l’on nous ressasse ensuite toute la journée, superficielle et frigide.

Après l’avoir écoutée une vingtaine de fois entre décembre et février, mon opinion est maintenant arrêtée, je passe sur France Inter pour mon trajet du matin.

Alors suis-je seul à déserter France Culture à cause de cette chronique qui me semble t’il n’est pas à sa place à 8h15 (ou même sur France Culture) ?


Vos avis, auditeurs

58
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Jeu 24 Fév 2011, 14:49

Puisqu’on en a parlé dans d’autres fils, je raccorde ici une remarque générale : il y a parfois des critiques contre toutes les chroniques quelles qu’elles soient, mais franchement je ne comprends pas cette sévérité teintée d’ironie contre le genre en général, genre peut-être noble et utile, en tous cas usuel dans toutes les formes de média : écrit, sonore, audiovisuel, et quel que soit le secteur d’intérêt : culture, actu, technique, sport. Des chroniques il en est des bonnes et il en est des terriblement nulles. Sur FC il y en a maintenant une méga-floppée donc peut-être de trop, mais enfin si la chronique est une croquette, alors que dire du documentaire misérabiliste à fins d’édification morale du brave con d’auditeur : de la purge absolue ? Non, le problème n’est pas le genre mais la façon dont c’est fait.

J’apprécie plutôt celles de Slama, mieux faites et mieux dites que la plupart des autres, et à mon sens mieux étayées, mieux problématisées et nourries de respect de la réalité empirique. Cela dit, Slama ça fait 15 ans que j’entends râler ceux qu’il fait bondir, déjà aux temps du Panorama il agaçait plus d’un auditeur donc ça doit être constitutif de son style, que de susciter des allergies ...

59
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Jeu 24 Fév 2011, 16:18

Il a en plus la correction de faire sa chronique avec le sujet du jour (il est quasiment le seul à le faire), ce qui ne donne pas l’impression, comme certains, de parachuter un papier écrit pour autre chose. Certains chroniqueurs ont quelquefois l’air d’être tellement parachuté qu’on croirait un représentant de collectif venu lire un papier revendicatif à l’antenne. L’art de la chronique est décrédibilisé par l’émission des Matins, car les chroniqueurs sont utilisés de façon affichée comme des représentants de quotas. On attend d’eux un certain comportement et une certaine ligne, qu’ils suivent tous de façon plutôt prévisible, et je crois qu’AGS fait (un peu) preuve d’indépendance dans ce qu’on attend de lui. On peut s’amuser à faire un jeu et imaginer ce que donnerait une émission d’une heure produite par tel ou tel chroniqueur : je ferai confiance à AGS, qui donne l’impression d’une grande ouverture d’esprit et une d’un certain agilité intellectuelle, mais alors imaginons un rendez-vous d’une heure par Clémentine Autain, Flore Vasseur, Cécile de Kervasdoué... Ou plutôt non, ne l’imaginons pas.

60
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Jeu 24 Fév 2011, 16:55

Slama il est génétiquement Figariste période moderne (Hersant, Dassault), et pour la période où il m’était imposé de subir sa pensée (7h55) je trouvais qu’il faisait toujours ce qu’il fallait pour que la pensée Figariste s’intercale. Mais sa pensée ne m’accrochant pas je ne suis pas du tout objectif.

61
Répondre en citant  
Re: La chronique des chroniques - le Jeu 24 Fév 2011, 19:02

C’est le seul chroniqueur que je garderais sur l’ensemble de la tranche de la matinale. Il a tellement de qualités (à commencer par l’élégance de l’expression) que je préfère lister ce que je lui reproche :

-Parfois son papier fait un peu corrigé de disserte de culturé gé à Sciences-po. Ou pour le dire autrement, le côté : "sur n’importe quel sujet je me fais fort de vous pondre une problématique, de vous citer 1 ou 2 bons auteurs, et de finir par une conclusion ferme mais nuancée"
-une fois son numéro terminé et le débat lancé, il fait vraiment le minimum syndical. A cet égard, Clarini est peut-être un meilleur atout pour l’animateur. Sa chronique est souvent consternante (encore ce matin) mais elle met plus d’engagement dans la discussion avec l’invité, tout en évitant de se transformer en roquet.
-les chroniques par téléphone. Il faut que Slama et Adler arrêtent de croire que l’auditeur ne peut pas vivre sans eux. Surtout Slama, vu son positionnement dans la matinale : s’il n’a pas envie de venir, Voinchet doit tout de même être capable de rallonger l’entretien de quelques minutes!

La chronique des chroniques     Page 6 sur 34

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 20 ... 34  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum