Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Programmes de l'été 2010    Page 3 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Programmes de l'été 2010 - le Jeu 08 Juil 2010, 18:38

Rappel du premier message :

Ils sont là :

Pour le lénifiant baratin de Caroline Cesbron :
http://www.franceculture.com/blog-l-ete-2010-sur-france-culture-2010-07-05-quand-l-039-ete-arrive-sur-france-culture-programmes-i

Mais il y a aussi des auditeurs adultes qui n'ont pas besoin d'être pris par la main par quelqu'un qui a suffisamment montré qu'elle ne savait pas lire ce qu'on lui envoie. Ces auditeurs là il préfèreraient s'inquiéter ou s'impatienter en lisant la grille elle-même, mais l'ergonomie d'une part, et d'autre part la connaissance de l'auditeur étant ce qu'elles sont à FC, on n'a pas encore en dispo le tableau des journées. Il faut donc découvrir dans un ordre aléatoire (et variable, quel progrès) quelques-unes des différentes émissions. Ne vous fiez pas trop aux liens qui vous promettent qui la grille, qui le programme, sinon vous allez tourner en rond dans une boucle qui vous promène (peut-être histoire de faire tourner le compteur des pubs ?). De toutes façons, dans l'état actuel de ce petit bordel journalistique, la grille d'été vous ne l'aurez pas, et le mieux que vous pourrez trouver, ça sera ici

Bref le seul tableau qui avance c'est celui de l'incompétence in FC. C'est une incompétence ludique et fun.

Et la page est titrée (sans rire) : toute l'actualité des programmes d'été. Ouais, ben alors c'est à-peu-près aussi fiable que l'actualité tout court sur FC,leur truc. Déjà qu'il y a de moins en moins de culture sur France Culture pour laisser la place à l'actu, si en plus l'actu c'est soit bancal, soit bidonné, on se demande même si on va pas finir par en arriver à regretter l'époque Laure Adler (c'est dire ... !)
* * *

21
Répondre en citant  
Basil a écrit - le Mer 28 Juil 2010, 09:15

Basil a écrit: [...] J’ai personnellement beaucoup de mal à savoir quoi conclure avec le ton d’une émission. Je ne vois pas où cela nous mène de ne pas être d’accord avec le sentiment que dégage une émission. De mon coté, je m’efforce justement de ne rien conclure, dans la mesure où le ton lui même ne fait pas partie du sujet traité. Je fais de même avec les messages de ce forum.
Je comprends, enfin il me semble que je comprends. Et si je suis d'accord pour distinguer entre le ton et le contenu, ça ne m'emmène pas du tout à liquider la question du premier. Mais je vois bien que c'est là, en grande partie sinon en totalité, une question de sensibilité.

Peut-être encore sous l'influence de Roellinger, j'essaierai de répondre par une analogie : si la radio est un art comme l'est la cuisine, alors le ton radiophonique et la mise en ondes jouent le même rôle que l'élaboration des plats et leur présentation. Réduire l'apport d'une émission radio à son contenu ? Eh bien... pourquoi pas en effet. C'est un point de vue respectable. Mais pour certaines oreilles d'amateurs radio, ça revient à oublier la cuisine et le goût, pour ne penser qu'à l'alimentation et aux apports nutritifs. Mais n'est-ce pas un utilitarisme un peu desséchant ?

Surtout qu'en radio, si message il y a, il ne faut pas oublier qu'il est présent dans la forme en plus de l'être dans le contenu. Donc, distinguer les deux : oui. Négliger l'un ou l'autre : libre à chacun de faire comme il veut. Méfiance tout de même, au retour du manipulé.

22
Répondre en citant  
Re: Programmes de l'été 2010 - le Mer 28 Juil 2010, 12:25

@Nessie a écrit:Mais n'est-ce pas un utilitarisme un peu desséchant ?
Je ne crois pas cela. Ne rien conclure ce n’est pas être insensible. Je dirais même que je fuis tout ce qui dessèche le vivant dans la pensée. Mais si une parole veut s’exprimer, je me ferme le plus possible au ton, surtout celui que peut rajouter le montage et la musique, pour me concentrer sur celui qui parle. Le ton ajoute du sens à la parole et non l’inverse. Ce n’est pas le ton de l’émission qui va guider mon écoute d’une émission et me distraire complètement de ce qui est réellement exprimé verbalement.

Un reportage ou un entretien (Racine du ciel, For intérieur ou aussi Les pieds sur terre) est une fenêtre sur le monde. Discuter du montage, c’est discuter du cadre de la fenêtre, alors qu’il devrait se faire oublier (ce n’est pas toujours le cas, vous serez d’accord). Mais une fenêtre donne rarement sur toutes les rues.

De même, une œuvre artistique est aussi une fenêtre sur le monde, même si elle n’est pas une parole, elle ouvre la sensibilité et invite à la parole. Cependant, le mélange du genre reportage et du genre œuvre artistique, sans dire que c’est de l’art, c’est de la manipulation. Comme dans toute tromperie, la distinction du vrai et du faux ne saute pas aux yeux. Est ce qu’on est dans la tromperie sur France Culture ? Je ne le pense pas.

23
Répondre en citant  
Re: Programmes de l'été 2010 - le Mer 28 Juil 2010, 15:39

Si vous n’avez pas écouté la diffusion de «La parole ouvrière » d’hier, qui était musicalement meilleure, je vous recommande d’écouter 10 minutes à partir de 1h24 (un sociologue Oliver Schwarz interrompu par une parole ouvrière).

24
Répondre en citant  
La bétise consiste à vouloir conclure - le Mer 28 Juil 2010, 16:25

Je vois que vous connaissez votre Flaubert.
Mais en l'occurrence il ne s'agit pas tant de conclure, que d'évaluer en temps réel ce que nous propose ou nous impose un media, lui-même soumis à évolution.

Je ne vois guère de rapport entre la nécessité ou l'erreur de conclure, et l'utilitarisme dont je parlais ; celui qui préconiserait de négliger la forme pour se focaliser sur le sens. J'essaierai de montrer, notes d'écoute à l'appui pour les 4h d'émission de 1991, pourquoi dans cette série de parole ouvrière, le ton et la mise en ondes produisent précisément le mélange dont vous parlez. A mon sens ignorer ce mélange, c'est se soumettre à l'effet de ce qui serait pure manipulation de l'auditeur, s'il n'y avait la responsabilité du producteur (en l'occurrence c'est une productrice) qui s'exprime et propose un point de vue orienté, de la même façon qu'un essayiste. Le reconnaitre, ce point de vue, n'est aucunement lui en dénier le droit, mais c'est aussi le moment de s'interroger sur ce que nous font les médias.

D'ailleurs, et pour ces mêmes raisons, c'est moins aux producteurs que j'en veux, et plutôt à l'orientation générale du programme. Et il est fort possible que de cette orientation, personne n'en porte la responsabilité.

25
Répondre en citant  
Re: Programmes de l'été 2010 - le Mer 28 Juil 2010, 17:39

Disons que pour moi l’utilité, c’est une propriété que les hommes attachent à un objet. En aucun cas, je n’utiliserais ce terme pour designer des relations humaines ou le sens d’une parole vraie.

Pour corriger légèrement ma phrase quand je parlais de manipulation, je précise que je ne doute pas que l’on puisse assimiler le montage d’un reportage à un art qui sait se faire oublier. Mais dans ce cas, une manipulation (toujours artistique) consisterait à effectuer un trucage, à couper abusivement ou à falsifier « la parole ouvrière » sans le dire. Le point de vue de la parole ouvrière doit forcement être orienté vers la parole ouvrière avec le minimum de déformation possible.

Cela étant dit, si vous faites ce démontage du cadre déformant, je vous lirais avec beaucoup d’attention. Ensuite, pour l’orientation du programme, je vous laisse aussi la parole et cela m’intéresse également.

26
Répondre en citant  
Re: Programmes de l'été 2010 - le Mer 28 Juil 2010, 20:59

Basil a écrit:[...] démontage du cadre déformant [...]
Alors je vais m'y attacher, cela nourrira l'échange mieux que je ne saurais le faire sur René Girard.

En attendant, voici quelques précisions : l'utilité évoquée plus haut et aussi l'utilitarisme, n'ont guère à voir avec les relations humaines ou avec la parole. Ce dont je parle c'est l'utilité documentaire, quand je dis que la dissocier de la forme, si c'est utile pour l'analyse et ici on ne s'en prive guère, ça ne peut être fait qu'à la condition de ne pas oublier le poids de la forme ni ses effets.

Enorme est la richesse documentaire de ce qu'a produit France Culture en 50 ans d'existence. Colossale est la richesse documentaire des interviews et des reportages, encore aujourd'hui. De fait, nos revendications viennent aussi de ce que l'accès aux archives soit impossible. Alors quand je parle de forme, je ne parle pas toujours ou pas seulement de celle qu'on donne à la parole mais de la forme radiophonique dans son ensemble. En dehors des spécialistes càd des professionnels (en partie journalistes, en partie des créatifs de la radio), et peut-être aussi des amateurs qui interviennent dans des forums et des blogs, l'objet radiophonique est mal connu. Il est pourtant digne d'étude en tant que langage, comme l'est le cinéma. Rattaché à la littérature, comme le théâtre pourquoi pas.

Notre dialogue vient aussi de ce que je m'étonne qu'on ne tienne pas compte de certain aspects du message. Parmi les objectifs de ce forum, nous avons placé (évidemment sans obligation pour quiconque) la discussion sur le message radio selon tous ses aspects : fond, forme etc. Ceci de façon comparable à ce que faisait il y a 12 ans Daniel Schneiderman avec "Arrêts sur image", mais en moins orienté politiquement car son émission après quelques années, a eu vite fait de dériver en tribunal idéologique et moral, où l'on cherchait la faute pour mettre les coupables sur le grill, sans toujours tenir compte des conditions, des raisons, ou des effets réels de la distorsion. Contrairement à Schneiderman, ceux qui critiquent ici France Culture ne sont là pour piéger personne : ils militent pour une conception de la qualité. Vous verrez que presque tout ce qu'écrivent les habitués de ce forum a trait à la qualité radio.

27
Répondre en citant  
Alain Veinstein ! - le Dim 01 Aoû 2010, 19:29


C'est toujours un plaisir d'écouter les émissions de Alain Veinstein, durant tout l'été il rediffuse son émission raison de plus, ce dimanche un enchantement avec le philosophe Marcel Conche !

28
Répondre en citant  
Un peu de calme radiophonique - le Dim 08 Aoû 2010, 20:28

La création radio dans la grille d'été. C'est en grande partie des quotidiennes. La semaine ne nous sature pas en rediff. Le week-end c'est l'inverse : beaucoup de rediffusions de l'année, et tout de même un peu de neuf.

Exemple : samedi et dimanche vers midi, une forme un peu réduite du Carnet nomade, avec "24h dans la vie de..." C'est toujours un homme dans une ville. On retrouve les thèmes et les villes préférés de Colette Fellous. Par exemple hier et aujourd'hui, Buenos-Aires avec Damian Tabarovski et Alan Pauls. Et à venir : Modiano à Paris. C'est une radio toute de charme et de sensibilité. De la parole claire, un ton doux, sans éclat. Des transitions musicales sans concession aux modes sonores qui pompent l'air pendant tout l'été où, comme chacun sait, la radio doit saturer les esgourdes. Ici non c'est tout le contraire : on flâne on prend son temps, on parle de la ville dans sa réalité, sans intoxiquer l'auditeur avec les salades cueillies sous le banc ou dans l'hystérie de l'arrière-banc fut-il celui d'un transsibérien.

Et puis tiens encore, à l'instant, des paroles belles et nobles, dans le sens des choses. Les invités de ce jour : Gilles Bernheim et Jean-Michel Delacomptée. Je n'ai entendu que les dernières minutes, sur le kaddish. C'était profond. Il n'y a pas de podcast, tant pis, ça se récupèrera par le player ou dans la multidiff de nuit.

Et dans les deux cas, c'est un bol de calme radiophonique dans le bain dominant de cette grille, saturée de voix immatures, tour à tour mollassonnes ou surexcitées, mais toujours si mal dosées.

29
Répondre en citant  
Avec un tire-bouchon et une baguette de sourcier on le trouve - le Lun 09 Aoû 2010, 17:00

@Nessie a écrit:[...]des paroles belles et nobles, dans le sens des choses. Il n'y a pas de podcast, tant pis etc
Mais si voyons, mais si !! Il suffisait de chercher : dans "Informations" (classement loufoque une fois de plus : je défie quiconque de placer logiquement cette émission aileurs qu'en rubrique "Idées" ; et en plus, comme de juste, entre "Le rendez-vous des politiques" et "Les enjeux internationaux". Very logic izenottite ?

Bref : ajoutez un classement sans jugeotte + le déclassement grace à la lumineuse idée de trier par l'article (mais seulement pour la moitié des émissions, histoire d'égarer l'auditeur dans un merdier bien raffiné), et vous aboutissez à des podcasts introuvables. J'ai trouvé celui-la par erreur, en cherchant autre chose (que je n'ai pas trouvé)

30
Répondre en citant  
Le sens des choses - le Lun 09 Aoû 2010, 17:58

Je profite du message de Nessie pour placer mon petit grain sur le sens des choses… Avec Jacques Attali et Stéphanie Bonvicini.

Comme le vocabulaire de ces deux derniers est bien maladroit en comparaison de leurs invités. Avec quelle finesse Boris Cyrulnik, mais presque tous les autres aussi, leur fait entendre que le terme de « consolation » est complètement déplacé et grossier. Et avec quelle insouciance et rudesse les deux présentateurs n’entendent rien, y revenant encore et toujours. Il faudrait quand même que quelqu’un à France Culture leurs disent que l’on peut consoler un enfant qui vient de se faire un bobo ou bien gagner un prix de consolation, mais que parler « technique de consolation » face au deuil, c’est déjà amputer de tout le sens de la chose… On peut à la limite, SE consoler ou mieux NOUS consoler (dans le sens de la réciprocité).

C’est vraiment dommage pour ce beau titre d’émission que d’avoir des « présentateurs » avec aussi peu de poésie et d’empathie pour traiter le sujet. Ils m’écorchent les oreilles presque à chaque fois qu’ils prennent la parole.

L’émission de samedi est vraiment à entendre et à garder pour, tout à la fois, la justesse de Boris Cyrulnik, et l’anthologie des gros sabots de Jacques Attali et de sa productrice.

31
Répondre en citant  
le sens des choses - le Jeu 12 Aoû 2010, 08:37

Basil dit; "les présentateurs manquent d'empathie et sont là avec leurs gros sabots"
C'est un peu vrai surtout pour la présentatrice qui ne semble pas vraiment à sa place, gênée, mais on a tout de même la chance de pouvoir écouter une émission comme celle-ci, tout à fait originale et qui n'est pas sur le mode d'émissions psychologiques : "faites ceci, faites cela, pour vous guérir d'un deuil, d'une séparation" et qui ne servent finalement pas à grand chose. On nous offre un déroulé d'expériences fortes, vraiment vécues, avec des invités passionnants et donc l'occasion de réfléchir sur ce sujet. L'émission du 07/08 était particulièrement émouvante (d'ailleurs, j'ai pu podcaster celle du dimanche mais pas celle du samedi 07/08 malgré mes multiples essais, je ne comprends pas pourquoi).
Boris Cyrulnik nous invite à réinventer des nouveaux rituels mais encore faut-il que ces nouveaux rituels aient un sens pour nous en tant qu'individu qui souffre et comme il a été dit, qui est totalement seul dans sa souffrance.
Il faut tellement de finesse pour présenter un tel sujet.....

Programmes de l'été 2010     Page 3 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum