Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34, 35  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La Direction de France Culture et son projet culturel    Page 32 sur 35

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Direction de France Culture et son projet culturel - le Mer 18 Aoû 2010, 13:21

Rappel du premier message :

Bonjour,

l'article est ici :
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/08/18/les-remaniements-a-france-televisions-chamboulent-france-culture_1400012_3236.html#ens_id=1271929&xtor=RSS-3208

Je ne sais pas, j'ai l'impression que tout le monde a toujours su que Bruno Patino était là en attendant de se propulser ailleurs (peut-être qu'il me fera mentir en refusant finalement la proposition!)
J'ai l'impression qu'il n'a pas laissé une empreinte énorme sur cette radio, ni en bien ni en mal.
* * *

311
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Jeu 02 Juil 2015, 06:45

Après Anselme je plussoie, et je remarque en particulier ceci :
@Jean-Luuc a écrit:
S'accompagner d'une marque est la preuve que FC n'est plus capable de subvenir seule à la production de ses émissions. Et si les dotations de l'Etat pour Radio France diminuent, comment expliquer ces publications papier ("FC Papier" (à combien cette revue s'écoule t-elle ?), la future collection "Les racines du ciel" (pour quoi faire ?)) et autres projets inutilement coûteux, entrevus dans ces mots ? :

j'ai proposé un projet que j'ai présenté au 1er ministre, aux ministres de la Culture et de l'Education qui s'appelle "A l'école des créateurs" et qui devrait être lancé en septembre. Il s'agira de permettre à 50 grandes figures de la culture d'aller, à raison de quatre fois par an, dans une classe de collège, dits prioritaires ou pas, pour fabriquer une oeuvre, un film avec un cinéaste, un livre avec un écrivain, etc. en partenariat avec France Culture.

Le pire des partenariats étant celui-ci à mon sens, parce qu'il dissimule sous le service public un rapprochement de plus avec le politique, ou plutôt avec l'une des deux ailes du monde politique. Avec l'autre aile c'eût été tout aussi dommageable quoique furieusement improbable. Avec OPA le fauteuil directorial de FC est plus que jamais celui d'un candidat à la lieutenance politique. On le savait de Laure Adler, on le savait de Kessler. C'est encore plus évident maintenant et en un sens c'est mieux comme ça : au moins les choses sont de plus en plus claires. Et l'inquiétant serait que tout le monde trouve ça normal. Après la séparation de l'église et de l'Etat, on avait réussi à séparer l'Etat et l'audiovisuel public. Cette indépendance n'est plus qu'un souvenir et c'est une catastrophe autant pour l'information que pour la culture. Or les deux sont des parts essentielles de la démocratie. C'est dire que la nôtre se porte de plus en plus mal.

312
Répondre en citant  
Museler les critiques en offrant des collaborations - le Jeu 02 Juil 2015, 07:45

@Jean-Luuc a écrit:Sur la page des émissions de FC, on peut noter l’apparition des émissions d’été 2015. Parmi les 33 nouvelles disponibles, on peut noter que 19 sont produites en partenariat avec un institut culturel ou un journal. (...)
(...)
J'ai conscience que les partenariats sont tout aussi présents dans l'année, et je ne me suis pas penché sur la totalité des émissions pour en évaluer le pourcentage. On peut cependant se demander quel impact ont ces partenariats sur le contenu des émissions. Quelle est la nature de l'échange proposé entre le "partenaire" et FC, a fortiori, les producteurs concernés ? Comment ces partenariats se sont-ils imposés ? Pourquoi sont-ils si nombreux (parfois jusqu'à deux par émission) ? Qu'y gagne l'auditeur, mis à part de la pub inappropriée (au moins sur le site, avec la présence des bandeaux) ? (...)

Je surplussoie Anselme pour trouver très méritant le relevé fait par Jean-Luuc.

Ce n'est pas principalement la question d'augmenter les fonds propres de FC, c'est très certainement le moyen, signalé dans le post 311 ci-dessus par Nessie, de fournir une vitrine dont pourra se targuer le candidat Olivier Poivre d'Arvor à un poste ministériel dans un gouvernement remanié (il ne faut pas non plus exclure une belle sinécure pour qui s'est fâché tout rouge quand la Villa Médicis lui est passée sous le nez).  

Last but not least : les partenariats avec la presse et d'autres médias, l'emploi de collaborateurs de ces organes à l'antenne, musèlent d'emblée toute critique de la station. On le voit bien : un journal aussi critique que le Figaro à l'égard de toute initiative de la gauche n'a que des mots doux pour le directeur de la station. Combien de collaborateurs du journal  de droite sont inscrits au budget de France Culture ?

313
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Jeu 02 Juil 2015, 08:46

@Philaunet a écrit:[...] un journal aussi critique que le Figaro à l'égard de toute initiative de la gauche n'a que des mots doux pour le directeur de la station. Combien de collaborateurs du journal  de droite sont inscrits au budget de France Culture ?

C'est là un des plus fascinants mystères de la droite journalistique, qui est la frange progressiste du bloc des droites : au Figaro personne ne semble avoir remarqué le déni de culture dont cette radio s'est rendue coupable depuis 15 ans, et encore plus depuis 5 ans. Après avoir expédié la musique par dessus-bord, on annonce à coup de trompes qu'on va la réintégrer dans le programme. Quand fera-t-on de même pour la culture ?

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

314
Répondre en citant  
Bonnes vacances en Grèce ! - le Ven 10 Juil 2015, 07:49

Il n'en avait pas. Il n'en a plus :

«  RADIO -  Olivier Poivre d’Arvor annonce avoir été "limogé" de son poste de directeur de France Culture par Mathieu Gallet

Olivier Poivre d’Arvor a annoncé à l’AFP avoir été "limogé" de son poste de directeur de France Culture par le PDG de Radio France, Mathieu Gallet qui lui reproche de "s’être exprimé sans son visa" sur son projet pour le groupe public.

"Mathieu Gallet m’a reproché lors d’un entretien jeudi soir de m’être exprimé sans son visa dans deux interviews sur son projet pour Radio France que je qualifiais «d’uniquement construit sur une logique budgétaire et comptable»", a déclaré Olivier Poivre d’Arvor, qui était en poste depuis septembre 2010.

"Nous nous sommes aussi opposés récemment sur sa demande d’éviction de producteurs * qui se sont manifestés de manière critique pendant la grève de Radio France", a-t-il ajouté. "Je trouve cette décision incompréhensible et irrespectueuse de la liberté éditoriale", a-t-il jugé, précisant qu’il quitterait effectivement son poste fin août.
»

* Par exemple Marie Richeux, Gavrochette ? Ou Aline Pailler (Kronlund puissance n) ?

Olivier Poivre d’Arvor "limogé"

315
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 10 Juil 2015, 08:06

Jusqu'au dernier moment , il nous fera part de son narcissisme exacerbé: il est "limogé"et non pas licencié comme tout un chacun, non.Il fait sous-entendre qu'on est dans un régime dictatorial et qu'on renvoie les gens uniquement parce que leur tête ne plait plus.

316
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 10 Juil 2015, 08:23

Peut-être aussi paie-t-il l'ambiance générale de la chaine pendant la grève. Toute cette bande de post-soixante-huitards attardés en train de faire des feux de joie radiophonique dans une ambiance de Commune fonctionnarisée, on se doute bien que ça ne lui a pas spécialement plu.

Marie Richeux paiera-t-elle sa comédie d'avoir mené la manif radiophonique ? En tous cas elle perd un soutien. Si seulement toute la rédaction pouvait être renouvelée...
Mais rien ne dit non plus que la suite ne sera pas pour nous une nouvel épisode de la fable "Les grenouilles qui demandent un roi" (angoisse, angoisse).

Ma prescription : qu'on rappelle Jeanne-Martine Vacher pour diriger la baraque ...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

317
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 10 Juil 2015, 08:43

@Nessie a écrit:Peut-être aussi paie-t-il l'ambiance générale de la chaine pendant la grève. Toute cette bande de post-soixante-huitards attardés en train de faire des feux de joie radiophonique dans une ambiance de Commune fonctionnarisée, on se doute bien que ça ne lui a pas spécialement plu.  

Marie Richeux paiera-t-elle sa comédie d'avoir mené la manif radiophonique ? En tous cas elle perd un soutien. Si seulement toute la rédaction pouvait être renouvelée...
Mais rien ne dit non plus que la suite ne sera pas pour nous une nouvel épisode de la fable "Les grenouilles qui demandent un roi" (angoisse, angoisse).

Ma prescription : qu'on rappelle Jeanne-Martine Vacher pour diriger la baraque ...

Mathieu Gallet n'a pas appelé une mélomane à la tête de France Musique et encore moins une femme du monde de la radio. La transformation de la station musicale érudite en robinet à CD sous Surville à la demande, paraît-il, de M. Gallet devrait inciter à un optimisme... (très) relatif.

Ne boudons quand même pas le plaisir de ce 10 juillet 2015 !

318
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 10 Juil 2015, 08:51

@ Philaunet

Très relatif l'optimisme, oh que oui...

Par exemple une refonte générale de la grille intervenant à la mi-automne (on a déjà vu ça) pourrait voir liquider aussi bien un Bourmeau qu'un Philippe Meyer (qui au nom du service public, avait eu des mots très durs contre le plan budgétaire). Mais si c'est pour faire de la culture à la place de l'Esprit public, je n'en serais pas chagriné. Et si c'est pour faire une émission de sciences sociales à la place de La suite dans les idées (fixes) de Sylvain Bourmeau, j'en serais fort joyeux.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

319
Répondre en citant  
Pendant ce temps-là, à Vitry-le-François - le Ven 10 Juil 2015, 09:07

@Philaunet a écrit:Mathieu Gallet n'a pas appelé une mélomane à la tête de France Musique et encore moins une femme du monde de la radio.  La transformation de la station musicale érudite  en robinet à CD sous Surville à la demande, paraît-il,  de M. Gallet devrait inciter à un optimisme... (très) relatif.

Concernant France Musique, un twitt d'Aude Dassonville à 8h30 dit : Selon @O_Poivre_dArvor Marc Voinchet pourrait être le prochain directeur de France Musique #radiofrance #FranceCulture


_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

320
Répondre en citant  
L'alternative (ou la compensation) - le Ven 10 Juil 2015, 09:45

@Nessie a écrit:
@Philaunet a écrit:Mathieu Gallet n'a pas appelé une mélomane à la tête de France Musique et encore moins une femme du monde de la radio.  La transformation de la station musicale érudite  en robinet à CD sous Surville à la demande, paraît-il,  de M. Gallet devrait inciter à un optimisme... (très) relatif.
Concernant France Musique, un twitt d'Aude Dassonville à 8h30 dit : Selon @O_Poivre_dArvor Marc Voinchet pourrait être le prochain directeur de France Musique #radiofrance #FranceCulture
Is it a joke ? If not : « Every thing has two sides, a good and an evil. Every advantage has its tax (...). » (This would be a heavy tax.)

Jean-Luuc 

321
Répondre en citant  
Ca se déguste - le Ven 10 Juil 2015, 09:53

On peut dire que ça ne traîne pas, 09h40, esclu Télérama :

http://www.telerama.fr/radio/olivier-poivre-d-arvor-limoge-de-france-culture,129122.php

Mathieu Gallet, le patron de Radio France, lui reproche ses propos lors de deux interviews, et a décidé de le limoger de la direction de France Culture. Olivier Poivre d’Arvor donne sa version des faits à Télérama.

« Moi, je suis très légitimiste, je ne suis pas très “1793”. [Mathieu Gallet] est là et nous avons tous tiré les leçons des événements récents. Aujourd’hui, Radio France a besoin d’un projet, d’une vision. (…) Car on ne peut entraîner personne avec un projet construit uniquement sur une logique budgétaire et comptable. » Le 16 mai dernier, à l’occasion d’une interview accordée à L’Obs, Olivier Poivre d’Arvor n’économisait pas sa liberté de parole. L’addition lui est parvenue jeudi soir : au cours d’un entretien en tête à tête, le président de Radio France lui a demandé de quitter la direction de France Culture, qu’il occupait (avec de certains succès d’audience) depuis 5 ans. Il explique à Télérama les conditions de son limogeage.

Que vous reproche Mathieu Gallet ?

Il y a cette interview à L’Obs, dans laquelle je disais qu’il fallait un souffle pour Radio France, et une autre que j’ai accordée, fin juin, à l’AFP. A mes yeux, elle me semble très anodine, mais j’y explique mon attachement au projet A l’école des créateurs – qui a pour ambition d’emmener des grands créateurs dans des établissements de zones prioritaires – et ajoute que je l’ai présenté au président de la République. Mathieu Gallet a découvert à cette occasion que j’en avais parlé à Fleur Pellerin, la ministre de la Culture et de la Communication ; effectivement, sans être particulièrement intime avec elle, j’étais allé plaider un quart d’heure pour obtenir une subvention… Pour lui, c’est une preuve de déloyauté. Bon. De son côté, il n’est pas venu accueillir Manuel Valls lorsque le chef du gouvernement est venu à la matinale de France Culture ; il a préféré rester au Festival de Cannes... Si, après la grève que l’on a connue au printemps, on n’a pas cette liberté d’une autocritique minimum… Je comprends qu’il soit effectivement mieux, pour Mathieu Gallet, de se séparer de ceux qui s’expriment.

Vos rapports étaient tendus depuis longtemps ?

En novembre, alors que nous faisions un pot pour nos bonnes audiences, il avait dit devant mes équipes qu’il avait, à son arrivée, « choisi de ne pas me couper la tête ». C’est vrai qu’il ne m’avait pas choisi – je ne sais d’ailleurs pas pourquoi il m’a gardé ! Mais ma méthode était peut-être déconcertante. Quand on a commencé à travailler sur son projet stratégique, j’étais très surpris qu’il imagine pouvoir, en quelques semaines, passer France Musique entièrement sur le web, lui retirer ses fréquences et en enlever à Culture pour les donner au Mouv’, céder un orchestre, mener la réforme des modes de production pour la rentrée 2015 sur la base d’un document établi par un cabinet d’audit… J’étais stupéfait de ça, et je lui ai demandé : « est-ce que, politiquement, tu as un soutien ? » Mais l’unanimité du CSA à son élection (dont on sait qu’elle est sujette à quelques interrogations) faisait qu’il se sentait tout puissant.

Comment s’est passée la grève ?

Nous ne pouvions pas exprimer une opinion, ou une critique, et ceux qui le faisaient quand même se le voyait reprocher. Mais nos différends de ces dernières semaines étaient bien plus compliqués.

C’est-à-dire ?

Alors que l’on élabore les grilles de rentrée, on m’a demandé de laisser des espaces vacants. Je ne pouvais pas disposer du 19-20, libre depuis que Laurent Goumarre a été recruté par France Inter. L’idée, semble-t-il, était de proposer cette tranche à un producteur, dont on pensait qu’il allait la refuser, afin de le faire partir. Je peux décider de demander à des producteurs de partir, mais on ne peut pas m’obliger à leur proposer des schémas impossibles dans le but de se séparer d’eux…

L’arrêt des émissions de Colette Fellous, ou Sophie Nauleau relèvent-elles vraiment de votre décision ?

Oui. Les raisons de ces départs sont purement éditoriales. D’ailleurs Manou Farine présentera une émission d’une heure sur la poésie à la rentrée, alors que Sophie Nauleau n’avait qu’une demi-heure.

Vous n’étiez pas déterminé par les raisons économiques ?

Ah oui, bien sûr : quand on vous dit « il faut faire avec moins tant », vous n’avez d’autre choix que de supprimer des émissions. Celle d’Alain Veinstein l’année dernière, parce qu’il s’agissait de ne plus proposer de production fraîche après minuit. Et puis un certain nombre d’émissions cette année. La saison dernière, je l’ai élaborée avec un budget en baisse de 200 000 euros. La prochaine, je devais la faire avec 250 000 euros de moins. Et la saison 2016-2017 devra, elle aussi, s’élaborer avec un budget encore en baisse.

Vous avez confirmé Marc Voinchet à la matinale…

Oui mais j’ai appris qu’il allait être nommé à la direction de France Musique, tandis que Marie-Pierre de Surville pourrait récupérer une mission sur la programmation culturelle ? Je suis vraiment content pour Marc, mais c’est vrai qu’il faut trouver à le remplacer, maintenant. Ce n’est pas moi qui le ferai, même si je ne quitterai France Culture qu’à la fin du mois d’août. Je ne me plains pas de mon sort, et je n’ai pas de compte à régler avec Mathieu Gallet. J’ai eu la chance de rencontrer une maison vivante, avec des métiers passionnants, des gens braves (même si, parfois, ils vous rentrent dedans !), une liberté de parole… Une maison exceptionnelle. Ça a été un privilège et, modestement, je remercie mes collaborateurs.

La Direction de France Culture et son projet culturel     Page 32 sur 35

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34, 35  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum