-->
Forumactif
Annonce : Le forum change d'adresse. Désormais, elle devient http://regardfc.fr
L'adresse regardfc.com sera indisponible sous peu et ne fonctionnera peut-être plus à l'avenir.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La Direction de France Culture et son projet culturel

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37  Suivant

Accueil / France Culture

La Direction de France Culture et son projet culturel    Page 36 sur 37

Bas de page ↓   

351
Répondre en citant  
''Madame Pompadour – Protectrice des beaux-arts'' - le Ven 27 Oct 2017, 09:22

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t194p340-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#29134) a écrit:
@SamVa a écrit:La culture est ainsi devenue un lieu de luttes, parce que c'est la culture elle-même qui est ainsi menacée. Cet état de fait est tout à fait regrettable, et pas seulement pour son impact sur les programmes de FC et notre plaisir d'écoute, mais surtout pour l'évolution (pardon : Transformation) qu'elle accompagne dans nos sociétés.
(...) Comme toujours, avec ce raisonnement de politisation à outrance de la culture (c'est à dire exclure ceux qui ne pensent pas comme vous, discriminer contre ceux qui ne partagent pas votre projet "culturel"), on répond qu'il suffit d'imaginer une bibliothèque où l'on envoie tous les fonds au pilon pour les remplacer par des rayonnages de magazines et de revues. On vide les musées pour n'installer que de l'art à message. On impose aux cinémas une programmation de documentaires engagés. C'est cela, pour vous, la vie culturelle d'un pays ? C'est votre vaste horizon culturel ? Quelle drôle d'époque où les militants essaient de confisquer le terrain culturel pour le transformer de l'intérieur et en faire un outil de conquête électorale. (...)
Ah les journées spéciales ! Invention de Poivre d'Arvor, reprise par Sandrine Treiner et importée sur France Musique par Marc Voinchet.

Aujourd'hui c'est "Journée spéciale : # Violencessexistes : et maintenant ?"

Et maintenant que vais-je faire ? Écouter SWR2 Alte Musik Madame Pompadour – Förderin der schönen Künste [''Madame Pompadour – Protectrice des beaux-arts'']

Voir le profil de l'utilisateur

352
Répondre en citant  
La Réforme (de 1517) non, mais la Révolution (de 1917) alors ça oui ! - le Mer 01 Nov 2017, 18:39

Comment France Culture traite-t-elle le 500e anniversaire de la Réforme ? Un événement dont le musicologue Gilles Cantagrel disait le 26 octobre 2006 "Indépendamment de tout aspect confessionnel, il est difficile d'imaginer un demi-millénaire plus tard, à quel point cette révolte du moine [Luther], sa volonté de réforme, allaient avoir de conséquences sur la politique, l'économie, les mentalités et la société européennes". [in Les Contes du jeudi, "L'anniversaire de la Réforme", France Musique]

Par une interview brute de décoffrage sur le site (pénible à lire) avec ce titre : Comment Martin Luther a inventé le buzz, 500 ans avant Internet.

Pour entrer dans le sujet : "Luther, premier héros médiatique ? On démonte les mécanismes de ce premier buzz de l'Histoire (...)"

Puis "Martin Luther, père du premier buzz ? Nous avons posé la question à son biographe, Matthieu Arnold (Luther, Fayard, 2017), professeur d'histoire moderne et contemporaine à la faculté de théologie protestante de l'Université de Strasbourg." (en Alsace, une université très locale pour certains...).

Parmi les questions : "Pourquoi ces thèses ont-elles fait un tel buzz ? C'était pourtant de la théologie pointue !"

"Est-ce que c'est la première fois qu’on assiste dans l’Histoire à une telle viralité pour un texte écrit"

"Alors, Luther... inventeur du buzz ?"

À ce moment, la fin de l'entretien, l'impression est donnée que la moutarde commence à monter au nez de Matthieu Arnold qui répond : "Alors ça c’est une question difficile, moi je ne suis pas un spécialiste des moyens techniques de communication moderne… et vous savez que l’historien est toujours réticent à comparer des phénomènes de son époque avec ceux du passé."

Sinon dans la transcription de l'entretien : "n’importe quel croyant qui se repend sincèrement" [il est rare de se rependre, moins de se repentir... on suppose donc qu'il se "repent"].

Donc, qu'a fait France Culture à part cet entretien sur le site ? Rien à la radio le 31 octobre (car il faut du temps pour parler de manifestantes devant la cinémathèque de Paris...).

Elle s'est contentée de signaler trois émissions, dont une archive (heureusement que l'on a fait de la radio autrefois) : Les lundis de l'histoire, Le livre et les réformes religieuses au XVIe siècle, 14 mai 1990 et deux émissions plus récentes, dont une liée de loin au sujet (2016 et 2017).

Service minimum, sinon inexistant. Forcément, le temps manque pour la culture... À suivre (sur d'autres radios).

Voir le profil de l'utilisateur

353
Répondre en citant  
La création radiophonique tuée à petits feux - le Sam 01 Sep 2018, 22:10

Encore un chant du cygne : voici les premiers paragraphes de la pétition lancée par le groupe de soutien à la création radiophonique à la ministre de la culture Françoise Nyssen :

En cette rentrée 2018 une heure de création radiophonique supprimée de l’antenne, diminuant de moitié le peu de création qui persistait !

Du « Club d’essai » de Jean Tardieu en passant par le Groupe de Recherches Musicales de Pierre Schaeffer, l’ « Atelier de Création Radiophonique » d’Alain Trutat, les « Nuits Magnétiques » et « Surpris par la nuit » d’Alain Veinstein, « Les passagers de la nuit » de Thomas Baumgartner,  jusqu’à « Création On Air » d’Irène Omélianenko, l’espace de création a toujours été un lieu privilégié pour l’innovation, la recherche et le développement de nouvelles formes.

Cette tradition innovante se voit réduite à une seule et unique heure, là où on comptait au minimum 5 heures d’œuvres sonores élaborées diffusées sur l’antenne de France Culture il y a 10 ans.


La suite et la pétition sont à lire ici.

D'autres informations très intéressantes qui m'ont permis d'accéder à cette pétition sont disponibles sur le site de Télérama (Élise Racque) avec des éléments de réponse de Sandrine Treiner (préparez-vous à rire).

Voir le profil de l'utilisateur

354
Répondre en citant  
Le cénobite et l'ORTF - le Mar 04 Sep 2018, 11:24

Dans ce poème de Théophile Gautier, le burg pourrait bien figurer la Maison Ronde de l'antique ORTF ; mais Biorn, le cénobite ?

Biorn, étrange cénobite,
Sur le plateau d'un roc pelé,
Hors du temps et du monde, habite
La tour d'un burg démantelé.

De sa porte l'esprit moderne
En vain soulève le marteau.
Biorn verrouille sa poterne
Et barricade son château.

Quand tous ont les yeux vers l'aurore,
Biorn, sur son donjon perché,
A l'horizon contemple encore
La place du soleil couché.

Âme rétrospective, il loge
Dans son burg et dans le passé ;
Le pendule de son horloge
Depuis des siècles est cassé.

Sous ses ogives féodales
Il erre, éveillant les échos,
Et ses pas, sonnant sur les dalles,
Semblent suivis de pas égaux.

Et certains soirs, pour se distraire,
Trouvant manger seul ennuyeux,
Biorn, caprice funéraire,
Invite à souper ses aïeux.

Extrait de Le souper des armures
in Emeaux et Camées - Poésie / Gallimard - p. 97

Voir le profil de l'utilisateur

355
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Mar 25 Sep 2018, 09:32

Philaunet(http://www.regardfc.com/t94p730-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#31298) a écrit: (...) Après la sexualité (dysfonctionnelle) tous les soirs à 22h15 et la pauvreté (exponentielle) tous les après-midis à 17h, que  nous réserve la semaine prochaine ? Les paris sont à prendre dans le fil Des idées pour France Culture (70 posts).

Il est rigoureusement interdit de consulter le fil Les sujets obsessionnels de France Culture (et ses icônes) (153 posts) pour trouver de l'inspiration.
Semaines thématiques :
"La république et les croyants" ("En gros, les discriminations augmentent à mesure que l’intégration augmente. Hicham Benaïssa") 24 09 2018

"Relire la Révolution française"  ("Pierre Schoeller : Je voulais montrer un temps où la politique et la notion de peuple marchaient ensemble. Je voulais aussi partir de l’idée que les femmes étaient importantes dans les événements révolutionnaires.") 24 09 2018

"Retraites : des réformes à haut risques" ("pas un pays européen n’a pas réformé son modèle des retraites") 24 09 2018

"Notre besoin d'histoire" semaine par Patrick Boucheron (il professe au Collège de France, à ne pas confondre avec l'Académie franaçise) qui écrit : "Pour cette première semaine où l’histoire est donnée comme une matière à penser, on a voulu composer un ensemble de portraits de voix. Notre besoin d'histoire, beaucoup le proclament de manière véhémente ou revendicatrice, d’autres y voient un refuge douillet pour se consoler du dégoût que leur inspire le temps présent. Mais le passé n’est pas seulement derrière nous : c’est le cadeau que l’on peut, aujourd’hui, offrir à notre futur.  Chacune est singulière : historiennes et historiens, mais aussi écrivains, artistes ou chercheur : il y a bien des manières d’avoir affaire à l’histoire. Mais tous ont en commun de faire de leur besoin d’histoire un appel au calme. Mais c’est un calme entraînant et passionné." 24 09 2018

Tous les autres sujets habituels de la station sont représentés (= labourés). Pour les surprises culturelles, attendons le week-end ou une révolution.

Voir le profil de l'utilisateur

356
Répondre en citant  
Léonard mérite mieux - le Ven 02 Nov 2018, 11:49

L'émission "L'Anachronique culturelle" créée pour le téléchargement et non diffusée dans le programme du jour, exemple : 1503 : pourquoi faire de "La Joconde" de Léonard de Vinci un mystère ? Durée 8 minutes.

Mme Serrell, ex de radio Nova, itinérante de la grille FC (personne ne se décide à lui dire de retourner à radio-bébés), commence avec ces premiers mots "Atterrissage réussi en 1503". 1503 prononcé "mille cink cent trois", ça va sans dire.

La séquence est un montage de propos pas inintéressants de Patrick Boucheron (l'indispensable de FC apparemment), de transitions de Mme Serrell et d'extraits de chansons, de films, de séries, de paroles non identifiées en anglais, de références au Da Vinci Code, tout cela en huit minutes, générique débile compris.

La conclusion revient à la présentatrice : "Là où Leonard de Vinci développait des systèmes de pensée multimédia pour comprendre le monde, la légende toujours plus feuilletée qui recouvre son œuvre trahit un malaise. Celui d’une époque, la nôtre, obscurcie par le complot." [soupir].

Cela n'intéressera sans doute personne, mais je recommande une émission de haute tenue culturelle et scientifique produite par nos voisins d'outre-Rhin Leonardo da Vincis Naturphilosophie SWR 2 Wissen 08 12 2017.

Voir le profil de l'utilisateur

357
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 02 Nov 2018, 17:40

@Philaunet a écrit:L'émission "L'Anachronique culturelle" créée pour le téléchargement et non diffusée dans le programme du jour, exemple : 1503 : pourquoi faire de "La Joconde" de Léonard de Vinci un mystère ? Durée 8 minutes.

Comme beaucoup d'initiatives de la direction, ce podcast natif, l' "Anachronique culturelle" n'est pas une idée ou une production originales, mais une "remorque" suite à observation de ce qui se fait ailleurs. A l'écoute du ton serrellien, perpétuellement enjoué, toujours soucieux de paraître jeune, pas guindé, engagé, au courant, dans l'air du temps, on ne peut que penser à la mode des youtubeurs culturels, dont les chaînes se multiplient, et qui remportent un succès colossal auprès d'un public, disons, jeune (du collège à la fac). Effets de manche, présentations rapides, vulgarisations au carré (c'est quelquefois très simpliste, comme si les spectacteurs n'avaient jamais suivi de cours en primaire ou au collège sur les sujets traités), vocabulaire et expressions faites pour coller à celui des cours de récré etc. Certaines sont excellentes et très inventives, mais en majorité, on voit tout de suite qu'il s'agit de s'adresser à un public très ciblé et de profiter de sa relative ignorance en lui re-digérant un contenu culturel de la façon la plus enjouée possible. On peut se dire que Mathilde Serrell essaie de surfer sur cette vague (rajeunissement de l'antenne), mais là encore, on ne peut que déplorer la quasi absence de créativité de la direction (imiter des formats et des tons existants parce que ça marche ailleurs), et surtout la vision segmentée de son auditorat (tranches d'âge, sexe). La direction parle de Netflix des savoirs, ce qui ferait rire quand on pense que le programme de jour ne nous offre qu'une soupe uniforme (politique et sociologie, quasiment pas de culture) et les podcasts natifs (2?) nous offrent un format narquois, nihiliste et dépassé (le superfail de Guillaume Erner) et un format "culture pour la génération youtube" avec l'Anachronique Culturelle. Nous vivons l'âge d'or du podcast, du contenu hors actualité mis en forme sur la longueur, produit avec inventivité, ambition et savoir-faire, mais la direction de FC ne semble pas tout à fait au courant.

La station bute sans arrêt contre ces deux obstacles systémiques : une direction qui imite mais ne crée rien, et un petit nombre de producteurs titulaires qui tournent en boucle autour de leurs entichements. Parler de Netflix des savoirs, en toute sincérité, nécessiterait de revoir de fond en comble le fonctionnement de la station, et de l'ouvrir à des producteurs tournants. Ouvrir les fenêtres et s'adresser à tous...

Voir le profil de l'utilisateur

358
Répondre en citant  
Refonder France Culture, c'est possible - le Dim 04 Nov 2018, 19:43

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t194p350-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#31570) a écrit: (...) Comme beaucoup d'initiatives de la direction, ce podcast natif, l' "Anachronique culturelle" n'est pas une idée ou une production originales, mais une "remorque" suite à observation de ce qui se fait ailleurs (...)
Je me demande qui peut avoir envie de télécharger ce genre de produit, malgré la publicité faite sur la chaîne. Pour fédérer des auditeurs, il faut une tête d'affiche bien identifiée, et Serrell n'en est pas une.
A l'écoute du ton serrellien, perpétuellement enjoué, toujours soucieux de paraître jeune, pas guindé, engagé, au courant, dans l'air du temps, on ne peut que penser à la mode des youtubeurs culturels, dont les chaînes se multiplient, et qui remportent un succès colossal auprès d'un public, disons, jeune (du collège à la fac). Effets de manche, présentations rapides, vulgarisations au carré (c'est quelquefois très simpliste, comme si les spectacteurs n'avaient jamais suivi de cours en primaire ou au collège sur les sujets traités), vocabulaire et expressions faites pour coller à celui des cours de récré etc. Certaines sont excellentes et très inventives, mais en majorité, on voit tout de suite qu'il s'agit de s'adresser à un public très ciblé et de profiter de sa relative ignorance en lui re-digérant un contenu culturel de la façon la plus enjouée possible (...)
Ce qui marche avec tous les effets spéciaux de la vidéo prend un aspect ridicule à l'audio, un peu comme quand Laporte diffuse des bandes-annonces qui sont faites pour êtres vues et non pour être entendues.
On peut se dire que Mathilde Serrell essaie de surfer sur cette vague (rajeunissement de l'antenne), mais là encore, on ne peut que déplorer la quasi absence de créativité de la direction (imiter des formats et des tons existants parce que ça marche ailleurs), et surtout la vision segmentée de son auditorat (tranches d'âge, sexe)
Et pourtant les moyens techniques de qualité de Radio France sont mis au service de cette séquence. Mais encore une fois, l'audio solo est un média différent de l'audiovisuel et en singeant le second, il est dans une impasse.
La direction parle de Netflix des savoirs, ce qui ferait rire quand on pense que le programme de jour ne nous offre qu'une soupe uniforme (politique et sociologie, quasiment pas de culture) et les podcasts natifs (2?) nous offrent un format narquois, nihiliste et dépassé (le superfail de Guillaume Erner) et un format "culture pour la génération youtube" avec l'Anachronique Culturelle
Dans quelques mois ces expériences seront arrêtées, à moins qu'il n'y ait personne qui contrôle le coût de fabrication de ces objets sans intérêt et probablement sans auditeurs, mais cela la station ne l'avouera jamais.
Nous vivons l'âge d'or du podcast, du contenu hors actualité mis en forme sur la longueur, produit avec inventivité, ambition et savoir-faire, mais la direction de FC ne semble pas tout à fait au courant.
Moi non plus, remarquez. En dehors des émissions produites par des services publics audiovisuels, je ne vois pas beaucoup de podcasts réalisés avec des moyens assurant une qualité de son et de mise en forme. Et pour ce qui concerne les sujets... Brise-glace, journal "Le Temps" : Dans la peau de David, une drag queen nommée Nancy / Boris, autiste Asperger dans un monde si «normal»/ Dans la vie d'Olivier, cadre et fétichiste du latex / Sandrine, vingt ans de management et un burn out / De l'angoisse d'être parent / La vie en «trouple»: difficultés et joies du couple à trois; etc.
La station bute sans arrêt contre ces deux obstacles systémiques : une direction qui imite mais ne crée rien, et un petit nombre de producteurs titulaires qui tournent en boucle autour de leurs entichements. Parler de Netflix des savoirs, en toute sincérité, nécessiterait de revoir de fond en comble le fonctionnement de la station, et de l'ouvrir à des producteurs tournants. Ouvrir les fenêtres et s'adresser à tous...
La station a lancé une consultation sur les programmes. On imagine que les cercles plus ou moins élargis des producteurs actuels s'y expriment pour trouver formidables les Richeux, Kronlund, Gesbert, Weitzmann, Bourmeau et tous ceux qui s'accrochent à leur place.

Comment revoir le fonctionnement de la station ? Non en en confiant la tâche à son éphémère directrice, mais en lançant un audit externe s'attachant à contrôler les missions dévolues à la chaîne par son cahier des charges. Et en chargeant un groupe de réflexion indépendant d'actualiser ce cahier des charges en visant le pluralisme des domaines et des formes.

Mais puisque la station plaide chaque jour pour la refondation, la table rase, etc, je suggère de fusionner France Culture et France Musique pour ne faire qu'une seule station culturelle. Tous les bavardages sur l'actualité politique et sociale qui minent FC étant dévolus à France Inter et la majorité de l'information à France Info.

Voir le profil de l'utilisateur

359
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Dim 04 Nov 2018, 21:15

@Philaunet a écrit:La station a lancé une consultation sur les programmes. On imagine que les cercles plus ou moins élargis des producteurs actuels s’y expriment pour trouver formidables les Richeux, Kronlund, Gesbert, Weitzmann, Bourmeau et tous ceux qui s’accrochent à leur place.

Au vu du spot de publicité qui accompagne cette opération Ma Radio Demain, on peut se poser quelques questions sur sa validité, et même sur la vision que ses commanditaires entretiennent sur les usagers du service public :



C'est un clip imbécile qui singe l'humour Canal + des années 90, avec un clone d'Edouard Baer, et ce ton qui se croit irrésistible alors que le contenu est absolument crétin. C'est une parodie de parodie de pub des années 90. Quelqu'un, quelque part, a validé ce clip. On peut même imaginer qu'on s'est réuni à plusieurs pour le voir, et qu'on l'a trouvé irrésistible, approprié, efficace, et tout à fait pertinent pour accompagner l'évolution du service public radiophonique vers le XXIe siècle. Nous finançons cela ? Nous payons les salaires des gens qui valident cela ? Est-ce vraiment comme cela qu'ils nous voient ? Nous devrions rire d'un tel clip et immédiatement participer à l'opération ?

Ce crétinisme assumé n'est pas très loin de ce que la ville de Paris avait fait produire pour décourager les passants d'uriner sur la voie publique :



Et on s'étonne qu'un certain populisme gagne les foules. On nous prend pour des demeurés.

Voir le profil de l'utilisateur

360
Répondre en citant  
Sidération - le Lun 05 Nov 2018, 12:05

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t194p350-la-direction-de-france-culture-et-son-projet-culturel#31587) a écrit: (...) Au vu du spot de publicité qui accompagne cette opération Ma Radio Demain, on peut se poser quelques questions sur sa validité, et même sur la vision que ses commanditaires entretiennent sur les usagers du service public :



C'est un clip imbécile qui singe l'humour Canal + des années 90, avec un clone d'Edouard Baer, et ce ton qui se croit irrésistible alors que le contenu est absolument crétin. C'est une parodie de parodie de pub des années 90. Quelqu'un, quelque part, a validé ce clip. On peut même imaginer qu'on s'est réuni à plusieurs pour le voir, et qu'on l'a trouvé irrésistible, approprié, efficace, et tout à fait pertinent pour accompagner l'évolution du service public radiophonique vers le XXIe siècle. Nous finançons cela ? Nous payons les salaires des gens qui valident cela ? Est-ce vraiment comme cela qu'ils nous voient ? Nous devrions rire d'un tel clip et immédiatement participer à l'opération ? (...)
On reste sidéré devant une telle bêtise. Du niveau des jeux de fin d'année de Marie Richeux. Les faux jeunes qui dirigent la station, et Radio France en général, prennent leur humour vulgaire et leur grosse connerie pour ce qui plaît aux auditeurs du service public. La grande misère intellectuelle, sans parler du goût et du tact inexistants. Pas étonnant de voir des choses pareilles et un France Culture voué à la superficialité du bavardage quotidien, avec 300 mots de vocabulaire et de grosses blagues vaseuses (à la Dispute, par exemple).

Rappel "L'ensemble des contributions hebdomadaires au forum France Culture" : Semaine 44, du lundi 29 10 au dimanche 04 11 2018

Voir le profil de l'utilisateur

361
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 30 Nov 2018, 13:46

De qui cette déclaration ? Indice : elle fait partie d'un long entretien reproduit sur huit contributions dans un fil de ce forum... Mais lequel ? Smile
(...) il faut résister à bien des tentations. A commencer par la plus redoutable qui serait de subir le diktat de l'audimat. Je suis ravi d'apprendre que nous avons gagné des auditeurs, mais je peux témoigner de ceci : nous n'avons jamais décidé de programmer telle ou telle émission pour gagner du public, nous n'avons jamais renoncé à une émission au motif qu'elle n'aurait pas de public. Il faut préserver cette chance exceptionnelle dont nous sommes redevables à notre statut de service public. Rien ne serait plus dangereux de faire croire qu'on peut connaître les désirs supposés des auditeurs auxquels il faudrait servir ce qu'ils sont supposés attendre.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


362
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel -

La Direction de France Culture et son projet culturel     Page 36 sur 37

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum