Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 20 ... 35  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La Direction de France Culture et son projet culturel    Page 6 sur 35

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Direction de France Culture et son projet culturel - le Mer 18 Aoû 2010, 13:21

Rappel du premier message :

Bonjour,

l'article est ici :
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/08/18/les-remaniements-a-france-televisions-chamboulent-france-culture_1400012_3236.html#ens_id=1271929&xtor=RSS-3208

Je ne sais pas, j'ai l'impression que tout le monde a toujours su que Bruno Patino était là en attendant de se propulser ailleurs (peut-être qu'il me fera mentir en refusant finalement la proposition!)
J'ai l'impression qu'il n'a pas laissé une empreinte énorme sur cette radio, ni en bien ni en mal.
* * *

51
Répondre en citant  
Jean Lebrun dans les abysses - le Jeu 23 Sep 2010, 13:20

./...

Pour couronner ces années de dégringolade, Lebrun créa 3 chefs d'oeuvre de baratin outrageant : 2 méchants petits bouquins d'auto-célébration où Jean développait sa vision du journalisme d'arrières-cuisines et de chiottes ; et surtout le blog "Quai de Seine" sur le site de France Culture. Dans ce blog maintenant mis au moratorium, certains d'entre nous eurent la mauvaise idée d'aller y déposer de la critique radio. L'idée était légitime, un peu entriste certes, mais les réponses que nous y avons reçues furent tellement à-rebours de tout esprit de dialogue, que la discussion y devint vite impossible : il n'était plus possible d'y parler radio, ni des sujets d'émissions, ni de leur style, ni de rien. D'une part ceux qui maintenant trollisent le présent forum, installèrent sur "Quai de Seine" une ambiance de baston qui eut pour effet de tuer les débats. D'autre part les réponses de Jean Lebrun, si on peut appeler ça des réponses, allaient toujours dans le sens de l'obstruction, et peuvent se résumer à 2 ou 3 items :
a) mais voyons France Culture est toujours là !
b) la radio que vous regrettez n'a jamais existé ...
c) il est temps de lui dire adieu
Après avoir enduré le double langage de Laure Adler qui disait en substance "de la culleture on vous en donne toujours plus" tout en démolissant progressivement les séries culturelles, il fallait donc avaler le mépris de Lebrun pour les auditeurs, figurés par lui en clubs de vieilles dames qui voudraient que rien ne change. Non sans noter la contradiction tri-polaire (bravo Jeannot !) que recèle son arsenal argumentaire : il faut dire adieu à ce qui n'existait pas et d'ailleurs c'est toujours là. Ce que nous avons compris alors, et bien tardivement pour ma part, c'est qu'il est fort difficile de dialoguer avec Jean Lebrun, qu'on ne reconnait plus. On pourrait conjecturer longuement sur les raisons de cette déception : une caricature du breton de naissance donc buté de chez buté (sorry et excuses à l'ami fanch') ; ou bien sa vraie nature a fini par apparaître ; ou bien sa gloire radiophonique l'a envoyé sur une orbite d'où il ne redescend plus ; ou bien il a perdu sa jugeotte avec ses derniers cheveux ? Peu importe : en 10 ans notre préféré radiophonique était devenu le symbole même de la catastrophe radiophonique.

Un premier résultat en fut la création du forum où nous sommes maintenant.
Un autre résultat fut l'évolution (si on peut dire) du blog de Lebrun, ou après un temps d'agressivité, se trouva mise en oeuvre une régulation loufoque, qui virait les posts à moitié au hasard ou alors en visant avec les yeux fermés : parfois les posts agressifs et orduriers subsistaient tandis que des posts corrects sautaient. Des règlements de compte y furent sacqués et d'autres maintenus. Et l'explication plus ou moins mollement avancée, celle du souci juridique, y était totalement loufoque car si des attaques nominatives disparaissaient, d'autres subsistaient ; pour info je signale que mes nom et adresse personnels déposés par un troll y furent les premières lisibles en clair et y restèrent jusqu'à liquidation intégrale du blog un dimanche soir. Après cet intermède désastreux qui en dit long sur la conception de Jean Lebrun et sa conscience d'homme de communication, il en vint donc à effacer définitivement l'intégralité de Quai de Seine, ce blog initialement prévu pour établir sa gloire dans un troisième petit bouquin qui aurait du se trouver nourri d'extraits, comme le second volume de la série. Làs, le blog était définitivement changé en égout par ceux-là mêmes qui ne supportaient pas d'y lire des posts critiques, même corrects, et par la régulation aberrante du patron. On voit où mène l'intolérance à la critique. Lors du changement de système pour le site FC, Quai de Seine n'y réapparut que de façon factice : aujourd'hui encore y demeure pour seul message un signé de "Nessie", mais selon la tactique usuelle de nos trolls ce message n'est pas de moi. Pour info, j'ai conservé en docs persos l'exhaustivité des débats de Quai de Seine. Dans ces différents billets+commentaires, on voit très bien qui joue le jeu du dialogue et qui le sabote - avis aux amateurs. Nos trolls de l'époque font encore quelques incursions ici en s'imaginant nous y coller une claque, mais c'est plutôt eux qui reçoivent alors un coup de pied au cul dans le sens de la sortie, et leur traces sont virées au jet. Fermons là ce dossier qui ne mérite guère de commentaire mais nous instruit sur ce que peut faire Lebrun. Et revenons donc au sujet radio :

./...

52
Répondre en citant  
Jean Lebrun dans l'organigramme (danger !) - le Jeu 23 Sep 2010, 13:24

./...

Cela dit, pour en revenir à la dégradation radiophonique, dans les débats entre auditeurs auxquels j'ai assisté entre 1999 et 2005, les choses n'étaient pas aussi claires. Contre ceux qui dénonçaient un virage vers une radio au service de la droite pro-mondialisation (?), nous avons pu répondre que la question n'était pas là, mais dans la qualité radio. Que le France Culture de la période Adler n'était pas si mauvais et que celui de la période précédente n'était pas si bon. Que la cassure entre les deux périodes n'était pas si nette. D'ailleurs avant septembre 1999 il y en avait eu, des matinales qui étaient des coups à la fois en direct et en multiplex, par exemple début 99 dans un numéro éblouissant inspiré à la fois de "La vie mode d'emploi" et par le recensement qui commençait ce jour là, Lebrun d'une part tout en interviewant Louis Chauvel, et Frédéric Lavignette qui faisait dans l'autre sens la revue de l'immeuble de Georges Perec rue de Quatrefages, entraient dans les appartements et interrogeant les habitants, les deux équipes avec les commentaires de Chauvel, examinant les changements du mode de vie des français depuis le milieu des années 60, quand dans ce même immeuble Perec écrivait "Les choses", revue du quotidien et chronique des 60's. Cette sociologie inopinée était plaisante, instructive, au service d'une radio inspirée, virtuose. Et surtout, ça n'avait rien du grand événement obligé. C'était un choix de terrain original, et c'est tout.

Mais ça suffit, je crois : je pourrais en parler pendant 20 pages et finalement fatiguer à chaque ligne autant de lecteurs, du moins si on en avait assez pour ça. Je finirai en résumant la mutation de Jean Lebrun :
a) nous avions un producteur de grande culture et de grand recul, capable de dialoguer intelligemment avec à-peu-près tout le monde, dans une ambiance de réflexion posée et sans se laisser embrouiller (ni nous embrouiller) avec l'actu chaude, celle qui abolit le recul, précisément.
Tandis que maintenant :
b) nous avons un bateleur qui use des plus médiocres effets à l'oral, dans un style hâché et beuglé ; un producteur qui ne s'intéresse plus qu'aux sujets de type "les pieds sur terre" propre à ravir les pleureuses de la victimophilie ambiante : la fermeture de l'entreprise X, la pollution à Y, la mini-communauté d'opprimés qui tente de survivre à Z. Tout ça assaisonné d'un gros plotch de manichéïsme pisque cé forsémant la fote au méchan pattron. Quelque part entre le fait divers, la série belge Strip-tease, et les Pieds sur terre : ah pour sûr c'est du local, et il s'agit de porter la leçon dans les coeurs. La leçon morale, la leçon sociale, mais de culture point. Et pire : comme il est maintenant responsable d'une partie du programme, dans le même temps nous n'avons plus de documentaire culturels à France Culture.

Je clôture là cette longue revue de l'art radiophonique de Jean Lebrun, devenu anti-culturel, et qui n'est pas vraiment le sujet de ce fil, sauf par la place qu'il occupe maintenant dans l'organigramme, et qui fait frémir. Si France Culture continue ainsi sa marche vers la France profonde pour le plus grand plaisir de ceux qui ne veulent plus nous y offrir de la culture, alors cette radio perdra définitivement son identité et la part qui, dans le programme actuel, demeure en phase avec sa vocation initiale.

53
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 24 Sep 2010, 08:26

J'avis cru lire :"la fermeture de l'entreprise de strip-tease" ! Je ne sais trop que répondre ou penser. Je vous livre donc une triste réflexion psychologisante : comme c'est curieux, ces gens qui ont pu faire des choses bien et qui tournent casaque. Dommage.

54
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 15 Oct 2010, 20:33

Une courte interview d'OPDA dans Marianne 2, on comprend un peu mieux - hélas - pourquoi ils nous ont fait un tel cirque avec le top 50 des intellectuels.
http://www.marianne2.fr/Olivier-Poivre-d-Arvror-oui,-l-intellectuel-francais-s-exporte-!_a198458.html?com

55
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Ven 15 Oct 2010, 21:31

quelle misère, c'est lamentable, comme si les gens les connaissaient à part les premiers de la liste.
Cela n'a rien à voir mais
Je n'arrive pas à poster ce message sur le sous-forum : "regards sur l'univers, etc" puisqu'il n'y a pas de pastille "envoyer" , une fois le message écrit?


pour les parisiens
dimanche 17/10 au Local à 17h
18 rue de l'orillon-Paris 11ème www.le-local.net
"cinq auteurs dévoilent leurs inédits" dont Colette Fellous
entrèe libre
le Monde du 15/10

56
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Sam 16 Oct 2010, 13:15

L’un des préalables, pour France Culture, c’est de s’assurer que les intellectuels dont nous relayons les travaux et la voix ne sont pas simplement des « produits » éditoriaux, aussi artificiels que fugaces. A l’évidence, votre sondage va nous y aider. Contrairement à ce que certains ont pu suggérer, l’audience de personnalités comme Elisabeth Badinter ou Bernard-Henri Lévy prouve qu’ils parviennent à penser leur époque « en profondeur », dans toutes ses dimensions essentielles. Bernard-Henri Lévy a raison de persister à aborder le monde de façon globale, et il est d’ailleurs récompensé de cette persistance : aux États-Unis, notamment, il a réalisé une percée de notoriété absolument inédite, après celles, déjà notables, de René Girard et de Michel Serres. Quant à Elisabeth Badinter, si son influence traverse toute la société française, c’est évidemment parce qu’elle a su faire bouger les lignes idéologiques

Extrait des propos d'OPA tenus pour "Marianne".
Faut le rentabiliser le sondage !

Comment peut-on tenir de tels discours ? Le sondage montre a contrario que ces ont des "produits" éditoriaux comme il y en a toujours eu. De plus, parler d'ouverture et de curiosité pour ensuite annoncer que FC va relayer la "parole" ce personnes que tout le monde connaît vaguement, c'est curieux.
"Les lignes idéologiques" que Badinter a fait bouger ? Mais lesquelles ?

A part ça, OPA aime les débats, il va en organiser avec des Anglais, c'est très bien.

Sérieusement, tout cela n'a aucune importance. OPA relance son réseau du quai d'Orsay. Tant mieux ou tant pis. Il abonde dans l'idée que l'intellectuel français va aller porter la bonne parole française aux peuples étrangers qui n'attendent que ça. Et d'ailleurs, même, hein, les Yankees, BHL, y z'en reviennent pas ! Trop fort !

C'est amusant mais logique qu'OPA sorte ce discours d'une grande nation intellectuelle porteuse des Lumières.
Enfin, ce philosophe (comme il aime à s'auto-proclamer) devrait ouvrir un livre d'histoire et essayer d'étudier comment les idées se sont propagées en Europe au fil des XVIIIe et XIXe.

57
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Sam 16 Oct 2010, 14:32

Et parlant de percée fulgurant de BHL aux States, let me laugh! Son remake à la Tocqueville, toute la presse américaine en rit encore tant il n'a fait que sortir des banalités digérées et réfléchies par les Américains depuis bien longtemps. Au demeurant, ils ont vu dans le personnage ce qu'il est convenu d'appeler un faisan et un faiseur.

58
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Dim 17 Oct 2010, 14:18

Chère Lilas, Cher Nessie,

Disons qu'à la question posée sur ce fil, et à laquelle beaucoup d'hypothèses supputatives ont déjà été émise, le Directeur de FC a répondu d'une façon claire nette et définitive, qui, ce me semble, clôt définitivement le débat (ça sert à ça, un Directeur, à donner la direction):


Cf dans les premières lignes la citation précédemment citée:
"La vocation de notre station est d’interroger et de décrypter toutes les mythologies de notre époque. "

Voilà. A votre service.
Gaspard1

59
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Dim 17 Oct 2010, 14:23

C'est quoi la mythologie de Laporte, Martel, Goumarre ??

60
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Dim 17 Oct 2010, 14:38

@fanch a écrit:C'est quoi la mythologie de Laporte, Martel, Goumarre ??
Mythologie de Laporte/Martel/Goumarre, je ne sais pas, mais leur type intellectuel, c'est le Branchysme.

Cela dit, France Culture a ses propres mythologies : des émissions et des grands noms. Pour cette fois je me limite aux premières et j'en cite 5 : Nuits magnétiques, Chemins de la connaissance, Une vie une oeuvre, Atelier de création radiophonique, Le bon plaisir. Sauf la première, elles survivent mais dans un état dégradé sinon falsifié.
- Nuits magnétiques : a survécu dans Surpris par la nuit. Puis liquidé.
- Chemins de la connaissance : documentaires encyclopédiques remplacés par direct sous main-mise "Chemins de la philo"
- Une vie une oeuvre : sauvé mais réduit à 57 minutes. Bientôt 1/4 d'heure ?
- ACR : sauvé mais réduit à 1h. Bientôt 1/2 heure ?
- Bon plaisir : le portrait sous forme de documentaire long et lent, intimiste élaboré a laissé sa place à une rafale au lance-pierres en direct et en public, où l'on envoie grosses vannes et capsules de pommade. Beurk. "La joie de vivre" en 1957 faisait mieux.
Voila qui fait réfléchir.

Quant aux mythologies de notre époque, elles sont visitées en effet, mais à rebours du style satirique de Roland Barthes. Si on appliquait sa méthode à ce que nous livre aujourd'hui l'intelligentsia qui s'exprime sur France Culture, on en viendrait assez vite au ricanement Bourdieusien qui serait orienté.... contre l'idéologie des intellos, c'est-à-dire celle-la même qui ricane à longueur de colonnes et à longueur de temps d'antenne. La facilité anti-pouvoir, anti-fric, anti-bourgeoisisme, par ceux-là même qui vivent du pouvoir intellectuel, dans le meilleur confort et le bourgeoisisme des idées, devrait faire l'objet d'une émission dans la grille du programme. Cette critique de l'intelligentsia elle affleure parfois chez Finkielkraut et Philippe Meyer, ou bien quand Brice Couturier craque et se met à savater brièvement parce qu'il n'en peut plus des caricatures qu'on balance dans son émission. Mais ça ne dure pas.

61
Répondre en citant  
Re: La Direction de France Culture et son projet culturel - le Dim 17 Oct 2010, 15:07

Cher Gaspard,

Certes, nous avons lu cette remarque à propos du décryptage des mythologies de notre époque.
Simplement, on peut aussi lire à la suite d'autres propos du directeur qui sont un immédiat démenti à cette prise de position ou à cette proposition intellectuelle.

En effet, si on en revient à ce que Barthes entendait par ses mythologies, il s'agissait d'analyser ce qui ressort de l'idéologie, de la mystification dans notre vie quotidienne.

Or, il me semble que lorsque OPA chante les louanges du sondage "les intellos préférés" et, dans la foulée, fait l'éloge de BHL comme bon produit d'exportation, on est englué dans la "mythologie".

C'est même rigolo la façon dont la culture, telle que traitée, utilisée, instrumentalisée, par bien des émissions de FC participe à la constitution de mythologies de notre époque. Ou les convoient béatement.

La Direction de France Culture et son projet culturel     Page 6 sur 35

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 20 ... 35  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum