Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 27 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 3 sur 52

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009 - 8:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

21
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 16 Oct 2014 - 6:04

Je n'ai pas dit que le traducteur était mauvais, mais qu'il abrégeait. A l'oreille vous avez Anne Apelbaum parlant sans arrêt, et le traducteur intervenant en phrases courtes bien constituées , nettement séparées les unes des autres par des blancs (occupés par AA dans le lointain). C'est une approche de la traduction simultanée qui peut être fiable avec un interprète de talent mais gomme nécessairement les nuances de l'expression et de la pensée. Il y en a d'autres. Désolé que je comprenne plutôt bien l'anglais et que cette bouillie sonore me soit difficile à écouter, surtout quand la régie s'y met et que le sujet est intéressant.

22
Répondre en citant  
bouillie - le Ven 17 Oct 2014 - 12:35

Marc Voinchet est de plus en plus inaudible et plat : un grand conformiste et politiquement correct se devrait au moins d'articuler...

23
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 17 Oct 2014 - 13:33

Ce matin, fade numéro de Voinchet. Face à Arfi, Lhomme et Saviano, il ne faisait evidemment pas le poids. Ce qu'ils disaient était intelligent, passionnant, témoignant d'un engagement courageux, deux d'entre eux sont d'ailleurs sous protection de la police, le troisième étant sans doute suivi par quelque officine. Alors Voinchet leur pose des questions du genre "Mais ces gens que vous poursuivez, vous les aimez en quelque sorte, hein?", tentant à plusieurs reprises, sans qu'il s'en rende compte probablement, de les mettre en cause. Couturier s'y mettant lui aussi du fond de son confortable fauteuil. Puis final ridicule sur Bono de U2, dont on n'a pas grand chose à faire, extrait de 12 " de U2, puis un vieux Bill Evans, avec blancs d'antenne et "Qu'est ce que c'est bien quand même". J'ai décroché.

24
Répondre en citant  
Le syndrôme du garde-champêtre à France Culture - le Mar 21 Oct 2014 - 6:36

Il est marrant quand même Voinchet. Surexcité par le sujet de sa matinale : les camps. Il faut dire que pour lui c'est le sujet en or, où il trouvera de quoi agiter un fameux bouquet d'images dans une grande salade : l'humanitaire, la coercition, le totalitaire, les réfugiés & pauv'travailleurs mal-logés quand ils ne sont pas carrément parqués ou esclavagisés houlla, atassion faut pas tout mélanger !  

Eh non faut pas tout mélanger. Ca, Voinchet le sait bien, en journaliste de haut niveau. Vers 8h28 il remet de l'ordre dans la maison : "Il y a 3 typologies", dit-il. Mais non mon pauvre bonhomme ! Il y a une, et dans cette typologie il y a 3 types si c'est ça que tu voulais dire. Enfin 3 ou peut-être 4, ou 5 ou 8 si on décompte les sous-types, à toi de voir.

Au lieu de passer son temps à faire le malin, à prendre les tics de Jean Lebrun sans en avoir ni le niveau de savoir, ni le niveau intellectuel, pourquoi ne pas user, d'abord et avant tout, du mot juste ? Oui pourquoi, sinon parce que Marc Voinchet, un peu comme Marie Richeux, est  infecté par le "syndrôme du garde-champêtre" : un ignorant vaniteux ne loupe jamais une occasion d'employer -à tort- le mot compliqué là où le mot simple eut été requis. Comme Richeux dira toujours "épiderme" pour "peau", Marc Voinchet dira "une problématique" pour "un problème" et "trois typologies" pour "trois types".

25
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 22 Oct 2014 - 18:49

Ce matin, 8h12 : "...les viols perpétués par des chercheurs d'or...". Lapsus ? Non, on récidive immédiatement après :  "...les viols perpétués par des groupes rebelles..." .

Quel cancre a perpétré  cette paronymie ? Pierre Jacquemot,  ancien Ambassadeur de France en République Démocratique du Congo (2008-2011), au Ghana (2005-2008) et au Kenya (2000-2003). Diplômé de Sciences Po Paris et docteur es sciences économiques et économie appliquée.

Son intervention étant pré-enregistrée, on est en droit de postuler que personne à FC n'y a décelé de problème.

26
Répondre en citant  
De la place des alloques dans la motivation des géniteurs - le Ven 24 Oct 2014 - 14:26

Ce vendredi 24, une matinale consacrée à la famille. Le sujet est choisi sous l'influence de l'actualité : la politique familiale du gouvernement, mise à l'épreuve de l'austérité.

De là, parmi d'autres on trouvera ce qui pourrait être une question-clé ou bien une fausse question, et pour le savoir encore faudrait-il la poser. Elle sortira donc comme sujet incident dans la partie débat : la modulation des allocations familiales pourrait-elle avoir un effet négatif sur la natalité ? On pense à la place de l'enfant dans le budget des ménages, on pense à la procréation intéressée chez les fabricants professionnels de familles nombreuses, surtout qu'il y a là une belle réserve de rumeurs. En fait on pense à tout ce qu'on veut et comme on le verra, les géniteurs aussi penseront à ce qu'ils voudront .

C'est bien un des angles pour ce sujet d'actu politique. Pas le meilleur mais il pourrait avoir sa place sur France culture après que l'animateur de la matinale l'aura reformulé dans des termes usuels des études économiques et sociales. Discipline composite dont le B-A-BA ou plutôt les différents et multiples B-A-BA en sciences humaines et sociales, économie etc, sont de la formation de base du journalisme généraliste.
Mais Marc Voinchet n'en est pas. C'est un décrypteur ; la preuve il ne se passe pas une matinale sans qu'il annonce que l'on va décrypter : décrypter une question, décrypter un problème (pompeusement repabtisé "une problématique"). Décrypter, décrypter pour ce faire en l'occurrence quoi de mieux que d'inviter  un démographe officiel et de lui poser la question en termes choisis. Mais choisis par qui ? Et comment? Réponse : dans le style du bistrot. Voici les termes les mieux choisis qui soient pour poser la question : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/10/s43/NET_FC_ac5254d2-8119-4252-b634-93bd2ca0797a.mp3" debut="115:20" fin="117:20"]

Vous étiez sur France Culture. Il était 8h25

./...

27
Répondre en citant  
Ce type est un drame - le Ven 24 Oct 2014 - 14:32

./...

Notons bien que le débat était engagé... dans un autre sens. Mais Voinchet interrompt la discussion pour relayer une question qui lui arrive dans un de ces traits de génie journalistique dont il a le secret, et comme souvent ça se fait sous l'influence de la lecture d'un tweet. C'est sans l'ombre d'une gêne qu'il nous livre sa méthode de travail, en nous lisant le tweet, qui d'ailleurs ne contenait pas la question mais une réponse négative à la question : une auditrice dit en termes moins lourdauds qu'on ne pense pas tellement budget au moment où on fait des enfants.

Réduction du sujet.
Présentation infantile.
Voinchet a eu la flemme de seulement feuilleter le dictionnaire de démographie de son invité. Il a préféré son Titeuf sur le zizi sexuel. D'où le style donné à la question.

La suite : le démographe écarte la question avec gentillesse, tandis que le Dechavanne de France Culture insiste, revient à la charge plusieurs fois et dans les mêmes termes, se payant le luxe de rembarrer une invitée qui tentait de recadrer le débat "Là on parle de la famille, hein..." . Qu'il lui dit. Le mec. Eh oui voila comment Voinchet parle de la famille et c'est bien le drame.  Fin de la parenthèse à 8h28, Voinchet semble avoir compris qu'il a fait un faux pas. Le démographe reviendra aux questions posées par la chronique de Couturier.

Couturier, s'il avait quelque amitié pour Voinchet, pourrait le prendre à l'heure du café pour un debriefing personnalisé : non écoute quoi, faut pas faire ça...  Mais non. Et ça fait des années que ça dure maintenant : il n'y a donc personne personne dans cette taule pour faire comprendre à ce type, à ce brave type même dirons-nous, qui n'est pas une terreur comme l'était John le Brain (lequel, dans son créneau de Culture-matin, ne fut jamais un tel robinet à conneries) lui faire comprendre qu'à force de jouer à faire le malin et à traiter ses questions par-dessous la jambe, il s'enfonce chaque jour un peu plus dans la bêtise vulgaire qui rend encore plus insupportable ses récurrentes ponctuation sur la culture et le sérieux comme fonds de commerce de la chaine.

28
Répondre en citant  
Marc Voinchet et Léo Scheer - le Lun 3 Nov 2014 - 13:38

Lundi 3 novembre - 2e moitié de la matinale - Sujet : Où en est Canal+ qui fut le phare de l'audiovisuel français ?
Réponse : je ne sais pas. Mais je sais où est Marc Voinchet : aux fraises.

Tellement brillant et calé comme journaliste, qu'il a pu lire les épreuves du livre de Léo Scheer, sans juger bon de le transmettre à son chroniqueur de 8h16 pourtant chargé de le commenter. Remarquez, on comprend que Voinchet ait eu à coeur de s'informer, vu son niveau d'ignorance en la matière : Il faut l'entendre dire "Rousselet a dévoilé le secret il y a un an dans l'express". Mais quel secret, se demande l'auditeur. Eh bien le secret sur la paternité de Canal+, ROusselet dans l'Express d'il y a un an : "Canal+ c'était pas moi c'était Léo Scheer".

Ah oui tu parles d'un secret ! L'histoire a été racontée en détails en 1992 dans le "Havas" d'Antoine Lefébure aux chapitres XX & XXI. Il n'y avait donc aucun secret, seulement l'ignorance de Voinchet. C'était d'ailleurs de notoriété publique, car Léo Scheer n'ayant jamais véritablement guéri de sa mégalomanie ordinaire, chacun des ses passages à la télé était l'occasion de signaler qu'il avait créé cette chaine : aussi bien dans les émissions populaires comme Des racines et des ailes, que dans des émissions d'information sérieuses comme le Décryptages de Christian Dauriac.

Et puis il l'a aussi raconté au micro de Philippe Garbit en 2000 sur une chaine de radio qui s'appelle France Culture, où Scheer était passé 5 matinées de suite, exactement comme actuellement dans la formule des "Têtes chercheuses" qui ouvre "Un autre jour est possible". Ce matin même Léo n'a pas voulu lâcher un pouce de responsabilité "Mais si mais si, les programmes aussi c'est moi !". Evidemment pas un mot sur l'équipe qui travaillait avec lui : Lefébure, Driancourt, les autres. Comme quoi il n'y a pas que Voinchet qui soit aveuglé par la vanité..

Il est vrai que la crédibilité de Léo Scheer est sujette à caution : ainsi ce matin il a réussi à placer dans la même phrase qu'aux temps de sa direction secrète de Havas il avait plus de pouvoir que les dirigeants du pays, qu'il faisait et défaisait leur réussite, et moins de 5 secondes plus tard il explique qu'il se faisait engueuler par le secrétaire de l'Elysée. Très cohérent.

A part ça il a pris un coup de vieux, Léo Scheer. La voix n'est plus la même. Il radote un peu. Je parierais qu'il ne se souvient même plus d'avoir écrit "La démocratie virtuelle" en 1994 (déjà 6 ans plus tard au micro de Garbit, il disait ne plus se souvenir de ce qu'il avait voulu dire dans ce bouquin, c'est dire....)

29
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Lun 3 Nov 2014 - 13:50

"Et puis kamême, vous avez fait double jeu! Alors que les intentions d'origine étaient nobles et socialistes! Et nous voilà aujourd'hui avec une machine à fric!"
Eh oui, comme votre directeur qui a appelé à voter pour l'actuel président, qui parle de culture et ne fait que de la politique, qui s'amuse de ses courses à l'audience et trahit la vocation de la station qu'il dirige. Eh oui... Il doit y avoir dans le cirage des chaussures d'OPA un élément chimique qui a comme effet secondaire d'abolir le sens critique.

30
Répondre en citant  
« La contestation écologique est-elle, etc. » titre orienté - le Mer 5 Nov 2014 - 8:14

Ce mercredi matin, une discussion de bonne tenue entre 8h15 et 8h50. Une distribution de la parole équilibrée, pas de bêtise, pas de blague de potache de Marc Voinchet (cela viendra après Joe Dassin à 8h50). J'écoutais pour la première fois Brice Couturier. Chronique pas inintéressante du tout (quoique plutôt de l'ordre de l'écrit que de l'oral), mais (très) brèves interventions spontanées discutables. J'ai le sentiment que comme personne apportant une réflexion, il peut nourrir utilement le débat ; comme intervenant, par sa manière de prendre et d'utiliser la parole, il crée une tension susceptible de radicaliser et cliver les positions.

Les Matins du 05 11 2014

31
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 5 Nov 2014 - 10:29

Il y avait un défaut dans l'organisation même de cette matinale : l'absence d'un acteur essentiel dans cette crise, celui que pointent les doigts accusateurs : c'est le rapport qui a emporté la décision de 43 sur 46 des décideurs (sur les 3 autres, un contre et deux abstentions). Car ce rapport est incriminé par un des militants présents, un homme qui joue la carte du calme mais qui ne se prive pas de faire exactement ce qu'il reproche à ses adversaires dans ce conflit, jouant du "je connais la réalité et j'ai raison", "c'est pas nous m'sieu eh, c'est l'autre" (sous-entendu : la violence c'est eux) et le fameux "non mais rendez vous compte qu'on se fait traiter de djihadiste par ces miliciens" (la perle du jour) ce qui prouve bien que c'est les partisans du barrage qui sont les méchants. Eh non, pas l'ombre d'un argument concret. Tout reste dans la surface du conflit.

En fin de compte on aura à peine progressé, et en s'arrêtant au noeud de l'affaire. C'est déjà pas mal, me direz-vous. Ca permettra même de livrer ultérieurement un nouvel épisode.

Pourtant Voinchet avait tenté le coup du débat contradictoire. Oh mollement : en mettant face aux militants non pas un partisan du barrage, mais au moins un bon connaisseur des rouages de l'Institution. Le contradictoire en radio, d'autres savent le faire et bien mieux : en tant que principe d'organisation du débat, il est la règle évidemment dans "Répliques", quoi qu'on puisse en dire par ailleurs. Et tout autant dans l'Economie en questions ainsi que dans l'Esprit public. Il est la règle encore dans "Science publique". Il a toujours été la règle dans Du grain à moudre, repris à Couturier par Gardette qui hélas présente son émission comme une buse et anime le débat comme une bûche mais au moins ses tables sont habituellement bien équilibrées. Ca lui évite d'ailleurs la moitié du boulot et aussi de dire trop d'âneries.

Mais ce matin c'est loupé : on nous dit que ce rapport est une manipulation. Et il n'y a personne pour en parler ? Personne pour le présenter ou le défendre ? Quand on a entendu depuis 20 minutes les deux militants écologistes eux-même manipuler le débat, en rejetant comme à leur habitude l'intégralité de la responsabilité sur l'adversaire, en montrant qu'ils ne sont pas plus des partisans de la négociation ou du dialogue social que ne le sont les élus, on aimerait bien en savoir plus. Rapport biaisé ? Rapport tendancieux ? Rapport mensonger ? Va-t-on nous ressortir cette fois encore le trick passe-partout du "conflit d'intérêt" qui est l'alpha et l'oméga de l'analyse de l'aménagement public telle qu'on la pratique à France Culture ? On ne saura pas.

Il faut dire que l'erreur n'est pas exclusive de Voinchet : aussi bien Garapon que Marie-Hélène Fraïssé et à l'occasion Laure Adler invitent des invités pour un face-à-face en fait un exercice de parole sans contradicteur. Là ils peuvent déblatérer tant qu'ils veulent sur un absent, qu'ils peuvent dénigrer et diffamer. Ils ont antenne libre pour diffuser une thèse à sens unique et sans l'ombre d'une nuance, sans la moindre opposition. C'était une habitude régulière des émissions militantes de Philippe Petit, et quand on entend chez Adèle van Reeth des propos polémiques, c'est toujours à sens unique, sans aucune possibilité laissée à l'auditeur de se faire un avis informé, plural.  Un des exemples les plus choquants en a été donné dans Continent Sciences du lundi 27 octobre. Ce jour là Stéphane Deligeorges a produit une émission abjecte que j'espère pouvoir commenter largement ce jour même si j'en trouve le temps.

Enfin après 25 minutes de débat alors que s'approche l'heure fatidique où vont retentir pour la 356e fois depuis sa mort les premières notes de Frank Sinatra, voila la surprise : Joe Dassin ? Et dans la foulée, une autre surprise : Voinchet ne force aucun de ses invités à pousser la chansonnette (la semaine dernière il a essayé sur 4 ou 5 victimes potentielles). Décidément c'est la matinale de toutes les surprises ! Aurait-il reçu des touittes d'engueulade ?

Les matins de France Culture     Page 3 sur 52

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 27 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum