Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 28 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 5 sur 52

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009, 10:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

41
Répondre en citant  
Mieux que l'ânerie du jour - le Mer 19 Nov 2014, 08:40

Toutes affaires cessantes, interrompant le programme (très confus sur la tour Triangle), Poivre d'Arvor vient triomphalement annoncer (manquent que les roulements de tambour) que l'audience de FC a encore augmenté, et il part en faisant "un bisou" à Amélie Périer (à moins que ce ne soit Voinchet, on ne sait plus-, entre les rires de la journaliste, les mouvements de chaises…). Le mot grotesque a-t-il encore un sens, se demandent certains atrabilaires? Oui, Le petit Poivre vient de nous le montrer.

42
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 19 Nov 2014, 08:51

Le bisou à Amélie c'était Voinchet. Voinchet le seul homme dont la langue à la fois démesurée et bifide rend possible cet exploit de lécher le boss et dans le même temps de bisouiller sa fiancée enfin je dis sa fiancée si on veut car Amélie Perrier semble être à Voinchet ce que Victoria Principal était à Anthony Perkins.

Les derniers mots de cette hallucinante séquence : maintenant on va s'attacher à faire encore mieux. Oui encore mieux, mais comment faire ? Bah, pas difficile : suffirait de donner les résultats du championnat de foot, du loto, et d'embaucher un imitateur. Objectif les 2,5 d'audience, pour voir revenir le boss à la gorge nouée d'émotion "fantastique-nouvelle-noussommetrèzeureuxpournozoditeur" dit le Tartuffe qui dirige cette taule.

Anyway, quelle conscience professionnelle et quelle conscience tout court du problème : faire toujours mieux oui mais tout de même, les tricks lourdingues de Marc Voinchet finiront par épuiser leur potentiel d'audience : sa mauvaise comédie avec ses airs mi effaré mi-super-impliqué chaque jour sur un sujet différent qu'il aura oublié le lendemain, les "ladies-first", les "la fenêtre est ouverte", les bisouillages d'Amélie Perrier, les private joke cucul-la praline avec les chroniqueurs, et le meilleur : les généreuses pipes à chaque visite d'un patron.

Le nouveau pic d'audience serait-ce le prochain des travaux d'Hercule comme le dit finement Voinchet ? Ou bien le véritable travail d'Hercule serait de nettoyer cette écurie d'oh chiasse radiophonique. A 8h17 Poivre se taille car il y a quand même un sujet du jour à massacrer, mais il y aura un second service : à 8h58 visite du président de Radio France. Poivre d'Arvor revient pour assumer à son tour son rôle de lèche-cul du boss. Il parle de radio durable : il faut remercier les auditeurs c'est eux qui font le boulot de nous écouter. Ah oui, tu parles d'un travail : se farcir la beaufferie auto-satisfaite  d'une telle bande de bavards, mais venez donc nous remercier en forum, bande de branleurs, vous allez voir comment on sait recevoir les connards.

A 8h59 très ému Voinchet envoie des bisous à tout le monde. Heureusement que le journal va remettre un peu d'ambiance sur les ondes, tiens pourquoi pas en donnant quelque nouvelles des derniers exploits du gouvernement que cette radio a si énergiquement contribué à porter au pouvoir ?

43
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 19 Nov 2014, 10:54

France Culture est décidément la radio des cruelles juxtapositions... Les Matins recevaient Chaslin, qui ne doit pas regretter d'avoir quitté la station. Voinchet à toujours deux ou trois crans (minimum) au dessous du niveau de l'auditeur, Nicolas Martin et sa chroniquette neuneu-beauf (merci pour la définition de la croûte terrestre...) et l'arrivée dans la classe du directeur et du président, le directeur félicitant le président, le président remerciant le directeur, puis nous avons une petite conférence sur le sujet, anciennement tabou, des chiffres d'audience, qui ne servent ici qu'à mesurer la valeur de l'action directoriale devant le président. Et le tout dans les Matins, l'émission qui symbolise le mieux l'esprit OPA : peu de culture, beaucoup de politique, un peu de tout sans profondeur, du ricanement, de l'image, de l'opération, de l'acharnement thématique, des portes ouvertes enfoncées en permanence, un esprit de promiscuité lourdingue... Une opération qui laisse un fort sentiment de malaise.

44
Répondre en citant  
Et puis il y avait un tiercé... - le Mer 19 Nov 2014, 11:02

Malgré tout il y avait une matinale qui aurait pu être réussie avec un invité de moins, par exemple François Chaslin, et en remplaçant l'animateur Voinchet par un vrai connaisseur, disons François Chaslin puisqu'il était là. La matinale serait certainement meilleure si au lieu d'un meneur de jeu omniprésent pendant la semaine, une poignée de spécialistes modérés et même pourquoi pas en tandem, présentait à leur tour chaque matinale selon le sujet. Evidemment le risque serait encore que pour les matinales portant sur quelque question urbaine, France Culture nous impose le pauvre Matthieu Garrigou-Lagrange plutôt que des François Chaslin. Quant à Marc Voinchet on n'a qu'à lui confier les annonces de pub ou bien la toque de cuistot pour ce petit monde.

Il y avait donc 4 invités auxquels en deuxième partie s'ajoutait Couturier. Voinchet n'est pas trop intervenu enfin façon de parler car il intervient toujours trop puisque c'est dans sa nature et ce matin les interventions idiotes et surjouées n'ont pas manqué, mais enfin elles étaient brèves et en fin de compte, elles ont coûté peu de temps de parole.

Qu'avons-nous entendu ?
- un éloge du XIIIe arrondissement populaire, non par un résident de Neuilly ou par un ex-maire de Paris en fuite à l'étranger, mais par un résident d'Ivry
- par le même, un éloge du spectacle urbain qu'est cette métropole qu'il observe depuis son balcon : le périphérique est un spectacle magnifique
- Monique Eleb rappellera que règlements aidant, les tours offrent une densité inférieure à celle des voies dites haussmaniennes
- et par l'obsession réglementaire qui bride la construction, le politique a longtemps asséché la créativité des architectes là dessus les 4 invités sont d'accord, quoique selon Eleb, la profession semble reprendre progressivement les commandes (on espère qu'elle ne parle pas de la vingtaine d'agences qui vendent leur production aux grands passeurs de commandes)

Dans ce débat, Monique Eleb qui fut une invitée régulière de Métropolitains, s'intéresse aux représentations : la France est un pays qui fait exception sur la planète, en ceci que les tours y sont peu aimées. Peut-être dit-elle parce que ni leur entretien, ni le traitement des abords n'est à la hauteur de l'ambition qui est celle de ces projets. Ce que l'architecte presque centenaire Holley confirme, en signalant que les habitants des tours eux y sont bien (enfin sauf quand ce sont des HLM impossibles à maintenir). Comme Chaslin donc, on devine que Holley n'est pas partisan des destructions.

./...

45
Répondre en citant  
Ça chauffe - le Mer 19 Nov 2014, 11:11

@Nessie a écrit:(...) La matinale serait certainement meilleure si au lieu d'un meneur de jeu omniprésent pendant la semaine, une poignée de spécialistes modérés et même pourquoi pas en tandem, présentait à leur tour chaque matinale selon le sujet.
(...) ./...

C'est l'évidence même !

Idem pour Adèle van Reeth qui s'épuise, dont la langue fourche en permanence, car elle n'est pas imprégnée du sujet (dont elle ne connaît rien, elle le découvre avant l'émission - la veille ? - via les fiches de synthèse de ses collaboratrices).

Producteurs tournants de qualité, c'est une nécessité. On voit bien que les quotidiens de Voinchet à Adler en passant par van Reeth sont à bout de souffle et nécessairement finissent par dire n'importe quoi (pour combler).

46
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 19 Nov 2014, 11:25

./...

Est-ce bonne ou mauvaise chose on ne sait, mais enfin après les rappels historiques et les généralités, l'émission aborde tout de même l'événement qui lui a servi de prétexte : le bâtiment triangle d'Herzog & De Meuron, un peu absurdement qualifié de "tour". Prétexte tout autant à un sketch politique : Monique Eleb parle de prise d'otage de la construction par le politique ; Chaslin rappelle que l'île Seguin est toujours en chantier depuis plus de 20 ans alors que Renault a quitté le site en 1992. François Pinault a tenté d'y implanter le plus grand musée du monde, puis a renoncé au bout de 10 ans, découragé par l'opposition or cette opposition n'est pas que politique : ce qui bloque de grands projets, c'est une ambiance générale où l'on voit des associations, des groupements d'intérêt, des responsables politiques "mus par des ambitions diverses" qui se battent entre eux.

Après le journal, on en viendra vite (entre deux singeries de Voinchet) au problème de la stérilisation de l'architecture par les activistes de tout poil, et pas seulement les politiques. Chaslin encourage Eleb à faire la sociologie de "ces gens là" dont on ne sait pas bien qui ils sont : comment peuvent-ils prétendre à la fois remplacer les décideurs, contrôler les bâtisseurs, et représenter les habitants ? Ce que lui Chaslin leur conteste, tandis que Monique Eleb parle de déni de compétence.

Holley tente brièvement de donner son avis sur le projet Triangle : légitime au plan urbanistique selon lui, plutôt bien conçu en tous cas projet ingénieux dit-il, et mieux : novateur. D'ailleurs il ne s'agit pas d'une tour. Son conseil, plutôt que de lire les journaux, est d'aller voir les maquettes quand elles sont exposées au pavillon de l'Arsenal. Couturier argue qu'on n'a pas besoin de créer des bureaux à Paris. On lui répond que les bureaux présents sont dépassés et en cours de reconversion ; que l'immeuble moderne sera mixte, et qu'en plus celui-la a été empêtré par un excès de réglementation, problème français dont on entend parler depuis environ 40 ans. Olivier Palatre rappelle que l'immeuble moderne est dores et déjà évolutif, polyfonctionnel dès la conception.

A part ça, en plus des 4 invités, Marc Voinchet qui se prend plus que jamais pour Jean Lebrun avait une série de bobineaux à caser : des archives (Houellebecq, Candilis) mais aussi des reportages terrain. ce qui réduit encore la parole de chacun des invités. Parole atomisée, mal régulée, frustrante pour eux probablement autant que pour l'auditeur. Et une fois que la discussion aura bien dérivé sur la volonté des habitants, confirmant par l'exemple la critique de Chaslin 20 minutes plus tôt  Michel Holley signale qu'on a perdu le sujet, et il argue que la mission de l'architecte dans ce type de projets, est de l'ordre du collectif et qu'il serait un luxe de descendre au niveau du citoyen. Si vous voulez discuter avec les habitants, construisez plutôt des villas. En plaçant un cliché inutile sur les maisons Phénix qui sont tout juste le contraire, Voinchet prouve qu'il ne comprend rien à la discussion, puis il fait brièvement mu-muse en torpillant (de très loin) Sarkozy,  enfin il rend la parole à ceux qui ont quelque chose à dire. Mais on a bien senti sous le désaccord, un autre débat a tout juste été abordé, controverse de fond entre le vieux maître et le jeunot que séparent un génération et même plusieurs : quelle part de la conception doit-on confier aux résidents ? Le souci est certainement compréhensible mais peut-être aussi impossible à satisfaire au-delà d'une certaine complexité du projet ? Monique Eleb a encore le temps de poser la question du devenir des lieux ainsi conçus, tandis que Chaslin ne prétend pas en tant que résident, participer de façon interminable et coûteuse à des réunions avant de s'installer dans un logement.

Dans une dernière volée précipitée parce qu'il faut tendre le micro aux private jokes de Nicolas Martin, Chaslin a encore le temps d'aligner quelques remarques, quasi en rafale : il évoque le dommage causé par le recours aux architectes-stars, il conseille la visite de l'exposition à l'Arsenal, puis sans qu'on puisse y discerner la part d'ironie, il recommande la dissolution de Paris ; Paris entité close étouffant entre ses murailles.

A ce moment il nous reste à regretter la disparition de Métropolitains.
La palinodie Garrigou-Lagangeuse du lundi à 15h ambitionne de combler ce vide mais en est loin.
Une matinale ou deux par an peuvent nous faire déplorer ce coup merdique mais encore faudrait-il qu'elles soient animées avec un peu plus de compétence.

47
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 19 Nov 2014, 11:50

C'était en effet une émission passionnante qui abordait quelques vrais sujets mais était mal dirigée par des gens fonctionnant sur des clichés. Et il était difficile d'écouter Holley, monsieur âgé, posé, au rythme lent bousculé par le rythme des Matins . Une fois de plus, on constate que les inserts (archives, mini-entretiens, micro-trottoirs) préparés ne s'intègrent généralement pas dans une discussion intéressante entre spécialistes, mais au contraire la désarticulent, deviennent une contrainte, un objet encombrant qui souvent éloigne du sujet. On le constate ici (avec Candilis par exemple) et chaque jour dans le 28 ' d'Arte ou Quin impose ses inserts en rompant la dynamique de son émission, ce qu'elle n'a pas encore compris au bout de deux ans. Ces inserts répondent à une mode stupide. Comme si il y avait deux émissions. L'une préparée par on ne sait qui, l'autre le débat et qu'on essaye de les fusionner de force. C'est trop souvent le problème de la télévision, mais parfois aussi, comme ce matin,celui de la radio.

48
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 19 Nov 2014, 12:49

@Yann Sancatorze a écrit: du ricanement, de l'image, de l'opération, de l'acharnement thématique, des portes ouvertes enfoncées en permanence, un esprit de promiscuité lourdingue...
Le modèle n'est plus France Inter mais Canal+

49
Répondre en citant  
Précipitation - le Mer 19 Nov 2014, 15:35

@Yann Sancatorze a écrit:France Culture est décidément la radio des cruelles juxtapositions... Les Matins recevaient Chaslin, qui ne doit pas regretter d'avoir quitté la station. Voinchet à toujours deux ou trois crans (minimum) au dessous du niveau de l'auditeur, Nicolas Martin et sa chroniquette neuneu-beauf (merci pour la définition de la croûte terrestre...) et l'arrivée dans la classe du directeur et du président, le directeur félicitant le président, le président remerciant le directeur, puis nous avons une petite conférence sur le sujet, anciennement tabou, des chiffres d'audience, qui ne servent ici qu'à mesurer la valeur de l'action directoriale devant le président. Et le tout dans les Matins, l'émission qui symbolise le mieux l'esprit OPA : peu de culture, beaucoup de politique, un peu de tout sans profondeur, du ricanement, de l'image, de l'opération, de l'acharnement thématique, des portes ouvertes enfoncées en permanence, un esprit de promiscuité lourdingue... Une opération qui laisse un fort sentiment de malaise.

Où est l'icône «J'approuve » ?

On a peine à croire ce qu'on entend entre 6h30 et 7h. Hier par exemple. 30 minutes où tout le monde se précipite, avale ses mots (pas Munier), parle sans respirer. Voinchet gère le journal, enchaîne les conneries avec sa consoeur Périer sur le décalage horaire avec la Nouvelle-Calédonie avant de lancer Jacques Munier sur une très sérieuse chronique à propos d'inceste**, lue à grande vitesse, et vite fait envoyée aux oubliettes (qu'importe, le boulot est fait et les honoraires sont dans la poche) pour laisser place au Venezuela de l'épuisé Garcin. Enchaînement, vite, vite (rappelle ces messes basses de Daudet lues par Fernandel, drelin, drelin) et annonces et journal, et description d'égorgements. Tout ça, comme le rappelait munstead « sur le ton d'une liseuse du XVIIIe siècle annonçant à Madame la marquise que le Roi avait bien dormi quinze jours plus tôt à Marly » .

Qui veut écouter cela ?

** Voici pour votre  6h45 du matin : « Et pourtant, tout le monde savait », ajoute le sous titre du livre, un effet de rumeur qui a paradoxalement beaucoup joué pour banaliser le fait dans ce petit village d’Île-de-France. Pendant vingt-huit ans, depuis l’âge de huit ans, elle est violée, battue, torturée par son père qui lui fait six enfants.(...) » (l'état du monde selon Poivre d'Arvor)

Et la fin de la chronique (fautes de grammaire comprises) : « Cette chronique locale d’un inceste « ordinaire » dans un village bien de chez nous a relégué dans le non-dit, le mépris de certains, voire la calomnie, les souffrances d’une jeune femme et des enfants issus du crime perpétré contre elle. L’approche de la sociologue, « objective » et même bienveillante par souci de comprendre, ne les oublie pas mais son enquête ne leur laisse que peu de place, à l’image de ces hommes et femmes qu’elle a écouté avec patience, qui lui ont opposé, chacun à sa manière, une dénégation répétée de l’événement « ordinaire » qu’elle était venue étudier. »

50
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 26 Nov 2014, 10:09

Mais pourquoi donc reconduire, régulièrement, ces pathétiques interviews de personnalités du FN par Voinchet ?

Certes, il manque désormais A. Bénassy-Quéré et il ne peut à lui seul atteindre le degré de stupide agressivité et de maladresse bornée de l'an passé. Mais une fois encore, en croisade contre les méchants, Voinchet a réussi le tour de force d'alimenter l'habituel laïus du FN sur son traitement médiatique, son discours censuré, victime du barrage des élites parisiennes. Philippot n'était d'ailleurs pas bien efficace dans l'exercice, Marine Le Pen se serait certainement engouffrée directement et uniquement dans une si facile brèche.

51
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 26 Nov 2014, 12:28

Côté photo, il n'ont pas raté son côté obscur :
http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-l%E2%80%99invite-politique-de-la-semaine-florian-philippot-2014-11-26
"Marc, I am ... your father"
"Noooooooooooooo!"

Et on apprend que Dominique Reynié a écrit un ouvrage intitulé : "L'antisémistisme dans l'opinion publique française." L'antiséismysticisme?

Les matins de France Culture     Page 5 sur 52

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 28 ... 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum