Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 48, 49, 50, 51, 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 49 sur 52

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009, 10:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

481
Répondre en citant  
Un de plus - le Lun 18 Avr 2016, 07:23

Une fois de plus, le portrait du jour est celui d'un syndicaliste qui enfin, pour la première fois de sa vie, se rend au congrès de la CGT où il pourra retrouver ses camarades, "les anciens toujours de bon conseil", etc. Ce syndicaliste doctorant a un parcours intéressant et son combat contre MAcDonald semble juste, mais cela justifie-t-il une fois de plus un portrait aussi hagiographique? Ce jeune homme n'a aucun défaut, aucune faiblesse, c'est un modèle de moralité civique et syndicale, un exemple de plus dans cette vie des saints syndicalistes que FC égrène de semaine en semaine sans le moindre recul. Annabelle Greliier est-elle journaliste ou militante?

482
Répondre en citant  
Blablabla matinal - le Lun 18 Avr 2016, 09:04

La tranche 8h20-8h45 de cette matinale vaut son pesant de... bâillements. Avec un Pierre Rosanvallon qui enfile phrase creuse après phrase creuse ("la démocratie anémiée", etc.), qui vient aussi de rendre hommage à l'émission les Pieds sur terre et puis un Alain Finkielkraut au large temps de parole au téléphone qui bégaie, bégaie et archi-bégaie.

France Culture s'honorerait en arrêtant de diffuser ces discussions oiseuses et interminables où chacun se met en valeur (tout en jouant au modeste) et en diffusant à la place des émissions culturelles.

Mais voilà, le bavardage sur la politique est l'activité préférée d'une majorité de Français et sans doute des auditeurs de France Culture qui se réveillent quand il s'agit du manque d'objectivité de la station ou des intervenants (voir les commentaires chez le médiateur) mais qu'on n'entend jamais, mais vraiment jamais lorsqu'il s'agit d'émissions médicales, d'esthétique, de sciences, de littérature, de théâtre ou de création radiophonique. Là, il faudrait avoir plus qu'une opinion générale copiée-collée d'un de ses journaux ou sites favoris.

Sur la partialité de France Culture qui n'est plus à démontrer, voir le post précédent de Munstead, Un de plus

483
Répondre en citant  
Leçons de morale à tous les étages - le Mar 19 Avr 2016, 10:40

Pas de billet de Guillaume Erner ce matin ? Peut-être est-il gêné aux entournures après son billet du 15.04. et le sujet d'aujourd'hui : Peut-on prôner la transparence et le droit au secret dans le même temps ?

Sa leçon de morale particulièrement mal venue sur la violation du devoir de réserve : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-15.04.2016-ITEMA_20962190-0.mp3" debut="00:00" fin="01:45"]
L'humeur du matin par Guillaume Erner : Vendredi 15 avril 2016

En contrepoint, sur le site, un papier assez bien fait : D'Einstein aux Panama papers, une brève histoire du mot "lanceur d'alerte", dont ce passage pourrait inspirer un autre billet à Erner ?

"Les lanceurs d'alerte ont en commun d'avoir eu accès à quelque chose que les autres ignorent. Ont-ils en commun de dénoncer la fraude, la dissimulation, l'illégalité ou le silence ? Pour Francis Chateauraynaud, leur premier ennemi serait plutôt “le déni” :
L’alerte consiste à révéler le fonctionnement d’un système. Elle implique un mécanisme de prise de parole, donc un accès soit aux militants soit au médias, mais ce qui est au coeur, c’est de briser le silence. D’ouvrir un espace. Les lanceurs d’alerte luttent d’abord contre le fait qu’on ne fait pas attention aux choses. Contre la négligence, l’inattention collective qui produit des catastrophes, réelles ou potentielles. L’alerte répond à la nécessité de briser le silence. En cela, ce n’est pas la dénonciation.
"

* Avec la belle langue habituelle au site :
La phénomène
D’abord pour parce que
le terme fait lentement tâche d’huile
bysphénol
un interview
un accès soit aux militants soit au médias
les lanceurs d’alerte ont gagné d’autre champs


484
Répondre en citant  
Du devoir de réserve au devoir de neutralité - le Mar 19 Avr 2016, 16:44

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p475-les-matins-de-france-culture#25543) a écrit:Pas de billet de Guillaume Erner ce matin ? Peut-être est-il gêné aux entournures après son billet du 15.04. et le sujet d'aujourd'hui : Peut-on prôner la transparence et le droit au secret dans le même temps ?

Sa leçon de morale particulièrement mal venue sur la violation du devoir de réserve : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-15.04.2016-ITEMA_20962190-0.mp3" debut="00:00" fin="01:45"]

Très intéressant. On remarque la mise en avant de l'intérêt général, qui au Hit-parade France (ex)Culture des déclarations d'intention, fait jeu égal avec le "bien commun".

Chronique particulièrement mal venue aneffet. Jean-Louis Debré pourrait se fendre d'un droit de réponse, sans trop de fatigue en récupérant à son avantage la plupart des saillies argumentaires qui garnissent le persiflage d'Erner, car elles peuvent lui être renvoyées dans les gencives en ce qui concerne sa production, vu ses manquements quotidiens au devoir de neutralité du service public.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

485
Répondre en citant  
Auto-critique décalée - le Mer 27 Avr 2016, 10:11

Brice Couturier aux Matins du 26 avril, s'adressant à Raymond (pas Roger...) Depardon (l'idéal du paradigme de la station) : minute 16'35'' [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-27.04.2016-ITEMA_20971522-2.mp3" debut="16:35" fin="18:09"]

Rassurez-vous pour France Culture, Raymond Depardon finira sa tirade (laborieuse et plutôt incompréhensible) en disant "Vous faites bien de parler politique"...

486
Répondre en citant  
Gênant - le Ven 29 Avr 2016, 07:52

Y-a-t-il un rédacteur-en-chef à FC. Frédéric Barreyre? Comment peut-il laisser passer jour après jour le billet d'humeur de Guillaume Erner? Ce matin rapprochement absurde autour d'un "demi-libéralisme à la française", entre Uber et AirBnB. Rien de commun entre les deux dispositifs, le second permettant à de petits malins d'éviter de payer des impôts et de gagner le maximum d'argent dans des conditions plus que discutables, souvent à la limite de l'escroquerie. Les villes qui ont commencé à prendre des mesures contre AirBnB, c'est San Francisco, Londres, Berlin, pas encore Paris… Mais de la réalité Erner se moque, l'essentiel est pour lui de faire des jeux de mots, de briller (à ses yeux), de ricaner, de prendre la position du moraliste, du sage. Pitoyable.
Entendu chez Olivier Denrey: "la totalité des syndicats et des organisations de jeunesse… a appelé à la grève". C'est évidemment totalement faux, puisque, par exemple, la CFDT (2ème syndicat français et bientôt le premier) n'y participait pas. C'est donc soit une erreur regrettable, soit un enfumage de l'opinion.

487
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Sam 30 Avr 2016, 15:44

munstead(http://www.regardfc.com/t19p475-les-matins-de-france-culture#25637) a écrit:[...] Entendu chez Olivier Denrey: "la totalité des syndicats et des organisations de jeunesse… a appelé à la grève". C'est évidemment totalement faux, puisque, par exemple, la CFDT (2ème syndicat français et bientôt le premier) n'y participait pas. C'est donc soit une erreur regrettable, soit un enfumage de l'opinion.
C'est un symptôme parmi d'autres de l'hystérie médiatique, dont France (in)Culture est atteint depuis 15 ans. Mais cette surchauffe est-elle mise au service  de l'intoxication, ou bien de la comédie de l'info ? Eh bien probablement, ça dépend des cas.

Venant d'un Danrey on peut parier sans risquer gros que l'erreur trouve sa source dans le forçage idéologique. Avec d'autres tâcherons, comme justement Erner, de telles âneries fleurent surtout le boulot fait à la va-vite, c'est-à-dire la parole automatique sans réflexion avant et sans contrôle après. Par exemple en abusant des clichés, formules usées et recrutées en dépit du bon sens ("les américains n'ont pas hésité à envoyer la bombe atomique sur le Japon" - ah bon, pas hésité vraiment ? comme c'est plausible - et vous y étiez, donc si j'ai bien compris..). Ou bien des superlatifs et autres formules de l'absolu ("toutes les organisations syndicales") qui peuvent prouver soit l'intoxication, soit le raccourci dans le boulot de vérification, soit le gonflage à fins d'impressionner le public, un peu comme ces publicitaires qui gavent leurs accroches de "tous les..." et de "le plus...".

Un tic voisin, qui sent bon le remplissage hystérique et sans l'amorce d'une vérification : Erner ne dédaigne pas d'asséner par ci par là quelque jugement catégorique autorisé, en Homme qui Sait. Mais qui ne sait pas que ce faisant il masque tout au plus son ignorance. Par exemple lors de son numéro d'hommage à Umberto Eco, le voila qui place en énormité du mois un compliment aussi bien troussé que "Son livre 'Les limites de l'interprétation' est certainement  la meilleure introduction à la sémiologie". Une telle remarque montre surtout qu'Erner n'a ouvert ni l'un ni les autres, car d'excellents livres certes plus humbles offrent de très bonnes introductions à la sémiologie (Mounin, Guiraud, Martinet) valant un bon semestre de cours théorique et même deux ; tandis que le bouquin d'Eco est un pavé de considérations personnelles dévidées sans souci d'étayage ni de méthodologie. Comme hommage de l'ignorant, Umberto Eco méritait mieux, tout de même.

Mais voila, la plupart des commentateurs sur FC se soucient peu de vérité, d'exactitude ou de précision dans leur baratin, puisque l'important est tout au plus de produire.... du baratin. Ainsi va la comédie de la culture sur France (ex)Culture, et Guillaume Erner en est le fier soldat, lui qui achève cette année de vider la matinale du peu de contenu qui lui restait.

Et justement, munstead(http://www.regardfc.com/t19p475-les-matins-de-france-culture#25637) a écrit:Y-a-t-il un rédacteur-en-chef à FC. Frédéric Barreyre? Comment peut-il laisser passer jour après jour le billet d'humeur de Guillaume Erner? Ce matin rapprochement absurde autour d'un "demi-libéralisme à la française", entre Uber et AirBnB. Rien de commun entre les deux dispositifs, le second permettant à de petits malins d'éviter de payer des impôts et de gagner le maximum d'argent dans des conditions plus que discutables, souvent à la limite de l'escroquerie. Les villes qui ont commencé à prendre des mesures contre AirBnB, c'est San Francisco, Londres, Berlin, pas encore Paris… Mais de la réalité Erner se moque, l'essentiel est pour lui de faire des jeux de mots, de briller (à ses yeux), de ricaner, de prendre la position du moraliste, du sage. Pitoyable.
On se souvient (ou non) que dans son récent passage chez le Médiateur, Erner avait justifié de quelques dérives dans la matinale et notamment de la saturation en sujets politiques, qu'il fallait le faire pour ne pas déplaire à la R2daction. Voila qui est surprenant, soit comme vérité soit comme prétexte de petit garçon pris en défaut "c'est pas de ma faute Msieu c'est la Rédaxion qu'il l'a dit". Après les derniers incidents notamment le refus en direct par Brice Couturier de participer à une AG de ZAD, on pourra creuser quelque piste en direction d'une complicité bien établie et d'un échange de bons procédés : le territoire de la matinale est occupé à 50/50 par Erner et la Rédac comme jadis la Pologne le fut par l'Allemagne et l'URSS, avec cette différence que cette fois il y a deux URSS.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

488
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Sam 30 Avr 2016, 16:22

On a appris hier que Paris commençait à réagir: taxe, numéro d'appel pour dénonciation par les voisins (sympa), amendes, poursuites, bref AiBnB, bonne idée de départ mais dévoyée, aboutit à la mise en place d'un système supplémentaire de contrôles. Ce pourrait être un bon sujet de billet pour Erner…

489
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Lun 02 Mai 2016, 07:46

7H. Comme d'habitude Erner est enjoué. Très enjoué. La journée va être belle. Ohé les gars, réveillez-vous, le soleil brille, etc; Il salue Danrey, qu'il a déjà salué une demi heure plus tard et qu'il resaluera à 7 H 30, et le journal est lancé. Sur la manifestation du 1er mai, rien, me semble-t-il, sur la faiblesse notable de la participation notée par toute la presse (17 000/700000 marcheurs à Paris seulement), mais long développement sur les violences policières avec dame pas contente venue avec son fils de 6 ans (excellente initiative en période d'état d'urgence et de violences quotidiennes des casseurs) et conclusion aimablement fournie par un "vieux" militant déclarant: "Je n'ai jamais vu ça en vingt ans!". Puis portrait de Neyret le policier ripoux dont le procès débute. Est appelé à la rescousse le correspondant lyonnais de FC, tout fiérot d'avoir été le premier à recevoir la bonne parole de Neyret à sa sortie de prison. On a droit à une déclinaison d'identité et deux ou trois banalités, mais le journaliste a pu repasser son misérable scoop, c'est l'essentiel. Pour le reste portrait assez complaisant du "premier flic de France " (qui en avait entendu parler en dehors de Lyon et de Nice avant qu'il ne soit alpagué, ce qui cette fois, lui a assuré une vraie notoriété?). Il faut aller dans le Monde ou l'Obs pour comprendre la dérive de cet homme. Ainsi va l'information sur FC, un petit jeu entre copains. On remplit la case du matin avec ses propres opinions, ses fixations, ses obsessions personnelles, en se moquant des faits et, bien sûr des auditeurs.

490
Répondre en citant  
''Le jour de la marmotte'' - le Mer 04 Mai 2016, 11:08

Chers membres du forum, je me permets pour la première fois de troubler vos débats, que je suis de longue date avec une assiduité remarquable, quoique jusqu'à présent parfaitement silencieuse. J'espère que vous ne m'en voudrez pas.

J'ai été patient depuis des mois, je l'avais été avec le prédécesseur de M. Erner, mais je crois que c'est fini, je ne peux plus supporter cette matinale. Le sociologue bourdieusien Jean-Louis Fabiani vient de la qualifier, avec justesse, d'émission digne d'un "RMC de gauche", sur un mur facebook ami. C'est la définition que mérite en effet ce bavardage répétitif, délayé, sans idée et sans souffle : c'est du RMC, voire du sous-RMC. Il ne manque que les interventions téléphoniques des auditeurs... Bien sûr, en transposant RMC sur FC, il faut imaginer l'appel d'un militant associatif radical et non celui d'un chauffeur de taxi ulcéré par ses rappels de charges.

On a longtemps reproché à la matinale de ne pas être suffisamment culturelle ; depuis l'arrivée de M. Erner, cette critique est dépassée, l'émission n'est plus guère qu'un long rabâchage autour de deux ou trois sujets à la mode (au hasard migrants, islam et nuit debout, qui doivent, en comptant tous les angles d'approche choisis, constituer 80% des émissions depuis août). Ce ne sont que des "Matins de la sociologie", des "Matins de la mauvaise sociologie" même, à côté desquels les textes de Didier Eribon les plus bornés passent pour des modèles de tolérance et d'ouverture intellectuelle (je précise que je n'ai rien contre M. Eribon, mais ce dernier a dit, avec sa finesse et sa tolérance si caractéristiques de la pensée des Matinales de M. Erner : " il est sans doute infiniment plus facile de correspondre à sa propre pensée politique lorsqu'on est conservateur et qu'on adhère à l'ordre des choses – il suffit d'être bête et content de l'être", in La Société comme verdict ; c'est bien digne des Matinales de M. Erner, dans la phase où les invités s'insurgent contre l'intervention (parfois discutable) de M. Couturier)

Cette semaine, à me faire réveiller chaque jour par cette matinale sinistre (et senestre), j'en viens à me prendre pour Bill Murray dans la comédie américaine "Un jour sans fin".  M. Besancenot le lundi, Achille Mbembe et de longs passages de Frantz Fanon le mardi, Mlle Bantigny et la Nuit Debout, avec Hervé Le Bras comme "contradicteur", le mercredi... Tous les jours, c'est la même chose, avec les mêmes faux débats (domination ou violence, qui vient en premier ? Et entre l'œuf et la poule ?), fondés sur des présupposés aux allures de préjugés, nourris d'arguments de premier cycle de sociologie. Et puis, quel ennui : M. Erner et son équipe invitent en boucle les mêmes invités, enseignants, militants, fonctionnaires de la pensée bien installés dans le petit confort de leurs idées étroites et radicales. Qu'ils soient invités, bien évidemment, je n'y vois aucun inconvénient... mais qu'on n'invite qu'eux...
Je suis favorable au pluralisme, mais un vrai pluralisme, pas le pluralisme des Matinales de M. Erner, ce pluralisme qui ne tolère que des nuances doctrinales infimes dans un espace politique confiné entre gauche, extrême gauche et gauche extrême.

Modeste auditeur, lecteur assidu (mais silencieux) du forum, je voulais simplement dire quelque part, une bonne fois pour toutes, que je n'en peux plus. J'avais du mal avec les clowneries de Marc Voinchet, ses goûts musicaux discutables et ses petites blagues, ses matinales d'information politique, où les chansons d'Annie Cordy ou de Shakira encadraient les copeaux de langue de bois d'un Wauquiez, mais j'aurais mieux fait de m'en contenter, car ce n'était rien à côté de l'infernale tambouille qu'inflige depuis des mois le sieur Erner aux auditeurs de FC. Le pluralisme s'y limite à panacher les différents courants de la gauche radicale, tout en adoptant une posture dogmatique de "sachant" faisant face à des benêts.

Qu'on consacre une demi-matinale, voire une matinale entière, au microscopique "Nuit Debout", regroupement informel et sans intérêt de 300 pelés qui n'intéresse que les journalistes (je schématise à outrance), je veux bien. Mais que chaque jour, le petit Erner rejoue la même partition, mauvais mélange de mauvais journalisme et de mauvaise sociologie, bref, nous serve du mauvais bavardage, ça me donne vraiment, véritablement, chaque matin l'impression d'être Bill Murray dans "Un Jour sans fin".

[HIM:] I got you to hold my hand
[HER:] I got you to understand
[HIM:] I got you to walk with me
[HER:] I got you to talk with me
[HIM:] Igot you to kiss goodnight
[HER:] I got you to hold me tight
[HIM:] I got you, I won't let go
[HER:] I got you to love me so


[BOTH:] I got you babe
I got you babe
I got you babe
I got you babe
I got you babe

491
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 04 Mai 2016, 19:46

@Eric Terranulla a écrit: ça me donne vraiment, véritablement, chaque matin l'impression d'être Bill Murray dans "Un Jour sans fin".
Bien vu.
Mais qui va être notre Andy MacDowell pour nous sortir de ce jour sans fin? Caroline Broué? Smile

Les matins de France Culture     Page 49 sur 52

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 26 ... 48, 49, 50, 51, 52  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum