Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 54, 55, 56, 57  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 55 sur 57

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009, 10:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

541
Répondre en citant  
Irrécupérable? - le Mer 15 Fév 2017, 07:44

Erner sur l'assassinat du frère du dictateur nord-coréen: il plaisante, il ricane même.
Marie Viennot se joint aux attaques contre le CETA, elle n'allait quand même pas manquer ça. Pour elle, le Canada est un paradis fiscal et nous n'avons pas les mêmes valeurs. Paradis fiscal: pas plus que le Luxembourg, les Pays-Bas, la City. Pas les mêmes valeurs? Et pourtant Viennot a travaillé , pas très longtemps certes, pour Radio Canada il y a vingt ans. N'aurait-elle rien compris à ce pays? En fait pour elle, le Canada, pays tranquillement capitaliste, plutôt heureux, très démocratique, et accessoirement notre allié fidèle dans l'OTAN, est un modèle dangereux. En plus, il se permet d'avoir une politique d'accueil des migrants plus généreuse que la nôtre. Un comble! Il y a essentiellement un point très critiquable dans le CETA, c'est l'arbitrage privé, l'objet des justes réactions wallonnes (dont Erner se gaussait il y a quelques mois) mais ça Viennot n'en parle plus, nous n'en saurons rien. En fait, il a été réglé avec la création d'un tribunal indépendant.
Cette grande spécialiste de l'économie a fait quelques études dans une école de commerce de Toulouse et à Londres, mais pour y étudier la "psychologique des médias". Dans les Matins, on fait appel à un spécialiste pour tout et pour rien (universitaire ou intellectuel labellisé dans 80% des cas), mais la formation des journalistes ne semble pas un problème. C'est sur le tas. On en voit souvent le résultat.

542
Répondre en citant  
les matins du samedi (C.Broué) - le Sam 18 Fév 2017, 09:02

Caroline Broué invite aujourd'hui un spécialiste — intéressant, clair  — de l'intelligence artificielle , Jean-Gabriel Ganascia. Elle l'accueille en plantant le décor et les limites (dans son esprit) du débat: l'intelligence artificielle fait peur. Ganascia s'efforcera de désarmer cette bombe artificielle, Broué n'en restera pas moins dans son ornière, contestant le spécialiste en lui jetant Hawkins au visage, dont il se débarrassera très bien. Quand il lui montre que telle loi citée par les apeurés de l'IA n'est pas universelle, elle lui répond: on verra si cette loi est universelle ou non.
Comme d'habitude elle ne connait rien au sujet. Heureusement qu'elle a été repoussée aux samedis.
Petites absurdités brouétiennes (?): elle demande à l'invité quelle œuvre il a apportée, selon la "tradition" de l'émission. Celui ci propose Einstein on the Beach dont il dit que c'est un très long opéra, plus de 5 heures. "Mais c'est la durée normale des opéras!", intervient Broué d'un ton autoritaire. Et bien non Caroline, à part certains Wagner, 5 heures est une exception. Mais le plus drôle est qu'à la place de l'extrait annoncé de Phil Glass, nous avons droit à Ornette Coleman, comprenne qui pourra. Ganascia, qui a beaucoup de choses à nous dire est enfin coupé sans transition par une longue intervention de Luc Ferry faisant la promotion flatteuse du dernier livre de sa copine Yasmina Reza, puis par un chroniqueur parlant de la forme des tomates et des potirons. Et si on implantait un peu d'intelligence artificielle dans le cerveau de Caroline Broué?

543
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 22 Fév 2017, 08:26

Marie Viennot est chroniqueuse économique, chaque matin. Ses connaissances en économie sont réduites et elle nous le montre, chaque matin. Aujourd'hui, elle se penche sur un classement anglais portant sur la distribution des dividendes. La France en a plus distribué cette année que l'année précédente et est "championne d'Europe" dans ce domaine. Peut-on rappeler que seconde puissance économique de l'UE elle doit être normalement seconde ou première. Ensuite qu'elle possède plus de grandes entreprises internationales que l'Allemagne, ce que Viennot rappelle sans citer de chiffres de CA, point fondamental. La différence de 7 entreprises de cette catégorie de plus que l'Allemagne n'a de sens ici pour ce qui est des dividendes que par rapport au CA. Ensuite, Viennot dénonce que l'on puisse acheter une action la veille de la distribution des dividendes et les toucher le lendemain. Ben oui. À partir du moment où le dividende est voté par l'AG, secours de l'action varie. Il monte à la veille de la distribution, baisse après. On voit mal où est le problème. Verser le dividende en fonction de la durée de détention de l'action, alors que jusqu'à l'AG on ne sait pas quel sera son montant ( en tout cas pas précisément) serait d'une complexité sans nom. Et les versements trimestriels? Bref, l'analyse manque pour le moins de précision. Nous avons droit ensuite à une supputation: le CICE étant d'un montant équivalent aux dividendes… n'est-il pas directement parti dans la poche des actionnaires? Puis, elle évoque certains qui ne veulent pas percevoir de dividendes pour ne pas payer d'impôts et ont trouvé quelques biais. C'est ce que l'on appelle l'optimisation fiscale, de plus en plus délictueuse, mais ce n'est pas la règle. Pourquoi, parce que, comme Viennot semble vouloir l'ignorer, les actionnaires ne sont plus des rentiers oisifs, fumeurs de cigares, mais majoritairement des fonds de pension, des sociétés d'assurance, des fonds de placement, voire l'Etat, bref tous ceux qui sont chargés de nos retraites, de nos assurances.
Toute cette chronique était marquée par un jugement a priori de Viennot: le dividende, ce n'est pas bien, c'est capitaliste, etc. Faut-il lui rappeler que les dividendes rapportent énormément à 'Etat. D'une part le bénéfice de l'entreprise est fortement taxé et ensuite, le dividende est taxé aux environs de 50% chez celui qui les reçoit. Le dividende est en général le signe d'une bonne santé de l'entreprise, il rémunère une prise de risque, il permet de réinvestir (et non pas de passer chez Hermès ou d'aller jouer à Monaco). Bref ce sont des notions que l'on apprend maintenant au collège. Viennot voudrait une économie sans dividendes, pourquoi pas, mais alors ses interventions devraient alterner avec celles d'économistes (sérieux si possible) qui ne partagent pas son idéologie. C'est tout ce que l'on demande.

544
Répondre en citant  
Fillette ou Juppon that is the question, la poser Aboyer, ouha ouha. - le Mer 22 Fév 2017, 09:22

Le poste précédent précédant  dont les chiffres sont une suite inversée d'après le premier principe de Srinivasa Ramanujan est du même tonneau que les idées déployées par Marie V. : celles de l'une sont lévogyres, celles de l'autre dextrogyres.

Permettez-moi d'ajouter que l'invité des matins de ce matin était dans sa Superbe
et qu'il va vraiment au fond de tout l'enjeu de ces élections.
Je conseille à tout les auditeurs d'Inculture de s'abonner à la revue Pais Match pour analyser à tête reposée
tous les concepts abordés car je pense que même Antoine  A. y a perdu pied.
Il faut cependant regretter que le problème des besoins naturels des candidats n'ait pas été abordé mais pour ce seul bémol je laisse pisser.

Ps : pour qui allez-vous urner ?                                        urne règlementaire      

Le détestable

545
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 22 Fév 2017, 10:08

Fontaine(http://www.regardfc.com/t19p540-les-matins-de-france-culture#28136) a écrit:Le poste précédent précédant  dont les chiffres sont une suite inversée d'après le premier principe de Srinivasa Ramanujan est du même tonneau que les idées déployées par Marie V. : celles de l'une sont lévogyres, celles de l'autre dextrogyres.

Je ne sais pas si ce billet répond vraiment au mien, et j'avoue ne pas connaître le premier principe de Srinivasa Ramanujan, ni le second d'ailleurs. Les mathématiques n'ont jamais été mon fort. Mais peut-être pourriez-vous nous expliquer ce principe (nous, pour sans doute une grande partie des lecteurs de ce site)?  Par ailleurs,  je ne cite qu'un seul chiffre, le 7, certes chiffre chargé de mystère comme on sait. "Dextrogyre, "en revanche m'interpelle. Mon commentaire sur les dividendes ne reprend que des notions de l'économie de marché de base, que semble ignorer Viennot, et tous les partisans de l'économie de marché de sont pas de droite. Mais serait-il plus commode de classer toute intervention en dextrgyre ou  lévogyre? Cette catégorisation essentialisante n'est-elle pas par trop systématique, pour ne pas dire simpliste au XXIe siècle? Comme quoi, même une chronique de Viennot peut ouvrir sur des interrogations utiles.

546
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 23 Fév 2017, 09:35

ce matin échange intéressant entre Erner et son invité Christiane Taubira. Je ne reviens pas sur l'essentiel de l’émission à part à la fin de l'interview ou Erner a pour évoquer un antisémitisme qui existerait dans certaine catégories d'habitants dans les banlieue à brandit le totem quasi officiel quant il s'agit de ce sujet , c'est à dire l'ouvrage " les territoires perdus de la république". Ouvrage cité de manière pavlovienne par les médias paresseux ou militante par les sites d’extrême droite qui ont en fait un étendard. Rappelons que cet ouvrage fut écrit sous le pseudonyme d'Emmanuel Brenner , en réalité Georges Bensoussan. En dehors du fait que ce dernier fut convoqué devant le tribunal correctionnel pour des propos tenu dans l’émission "Répliques" ( voir les articles dans la presse). Des propos comme : "Aujourd'hui effectivement nous sommes en présence d'un autre peuple qui se constitue au sein de la nation française, qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés.."  .."Il n'y aura pas d'intégration tant qu'on ne se sera pas débarrassé de cet antisémitisme atavique qui est tu, comme un secret. "

Il serait temps d'examiner précisément de manière scientifique comment cet ouvrage " les territoires perdus de la république" fut construit. Sur quelle enquête sociologique, il repose, le nombre de professeurs interrogés, la méthode qui fut adoptée, etc. Par exemple selon le philosophe Ivan Segré :
" Mon approche sociologique a été la suivante : s’en tenir aux documents dont Georges Bensoussan a fait lui-même état, à savoir les témoignages des enseignants qui ont été publiés sous sa direction et une étude statistique sur les préjugés anti-juifs chez les jeunes, qui est parue dans le livre « Les Anti-feujs », publié à l’initiative de l’UEJF. Ce sont en effet les deux seuls documents sur lesquels il s’appuie pour fonder sa thèse « ethno-culturelle » d’un antisémitisme d’origine principalement maghrébine… Or une analyse un tant soit peu critique de ces documents, et j’entends par critique un minimum de rigueur intellectuelle, met en évidence que rien, absolument rien ne justifie d’imputer aux jeunes d’origine maghrébine une résurgence de l’antisémitisme dans les Collèges et les Lycées..."

Bien sûr que l’antisémitisme est une abjection et qu'il traverse toutes les couches de la société. Comme le racisme et l''essentialisme en général.

Mais il serait temps de passer au crible de la rigueur intellectuel cet ouvrage qui sert trop souvent depuis des décennies d’étendard pour stigmatiser en globalité des millions de gens dans notre pays.

547
Répondre en citant  
Drame en direct - le Ven 24 Fév 2017, 13:57

Ce matin, Erner reçoit Annette Messager, artiste intéressante, "officielle" (pas de sa faute), une des rares artistes françaises à être célèbre à l'étranger. Erner ne connait sans doute rien de son travail (ou alors ce serait encore pire). Parce que AM a déclaré quelque part qu'elle aimait bien La Règle du jeu, de Renoir, nous avons droit à un extrait des dialogues (avec Carette bien sûr), puis d'un entretien avec Jean Renoir. Tout cela n'a qu'un rapport ténu avec l'artiste, mais voilà déjà 4 minutes de passées. Puis une question trop longue, compliquée, filandreuse, à laquelle AM répond par un NON libérateur et sonore. La plupart des questions seront ainsi rejetées par l'artiste pour être soit inintéressantes, soit à côté du sujet, soit… pfff! "Vous avez beaucoup travaillé sur les poupées". "Non, sur les peluches" En fait AM a créé ce qu'elle appelle des effigies pas des poupées, mais ce n'était sur la fiche d'Erner. Puis, il essaye de l'amener sur le chemin de la politique, son interlocutrice en ricane presque et se débarrasse de la question "à quoi sert une artiste?" pa run "À rien, ou à tout. C'est la même chose" qui aurait pour le moins demandé une relance que l'on attend encore. On la sent de plus en plus exaspérée d'avoir dû venir si tôt dans un studio pour répondre à ce journaliste infichu de préparer un entretien.
Tout le problème est là, Erner a beau être docteur en sociologie, il n'est pas un grand journaliste et cela se sent dès qu'il sort de ses petits domaines de compétence. En revanche il est très gênant que sur FC, on ne trouve personne pour recevoir une grande artiste, alors qu'on en reçoit peu à l'antenne. Et l'on en revient à cette prétention absurde, sur une chaine culturelle, de croire qu'un présentateur ou présentatrice soit capable de parler de tout, de recevoir tout le monde, d'être compétent en tout. C'est un grave problème de légitimité, particulièrement audible lorsqu'il ne s'agit pas d'un sujet d'actualité labouré dans tous les sens par les autres médias, (dont on peut s'inspirer, merci Libé, Télérama, Inrocks). Au fait, pourquoi avoir reçu AM? Parce qu'elle a une exposition à la Villa Médicis. Elle est exposée régulièrement dans une excellente galerie du Marais, encore en décembre, en régions, mais là, on n'en parle jamais.
Idem vers 12 H45, Olivia Gesbert ânonne un texte sur la prise de Mossoul. Est-ce vraiment son rôle? Quelle est sa compétence? Quelle est sa légitimité en politique étrangère, en polémologie? Ne ferait-elle pas mieux de se concentrer sur sa grande table ce qui lui éviterait, à elle aussi, certains désagréments?
En fait, l'impression croissante que l'équipe des matinales est extrêmement réduite et joue aux grandes rédactions à moindres frais en tirant la couverture à elle par rapport aux correspondants de Radio France par exemple, que l'on présente comme des correspondants de FC. Bref, on aurait besoin du'n peu plus d'imagination pour créer le journal d'un chaine culturelle.
Dans le genre tirage de couverture: tous ces films que l'on nous présente comme "un film France-Culture" sont généralement de simples opérations de communication, c'est-à-dire de pub plus ou moins déguisée, échange de temps d'antenne contre présence du logo FC etc. On imagine mal FC financer des films et s'il s'agit simplement d'un film choisi par FC (et par qui d'ailleurs) pour ses qualités, autant le dire clairement, honnêtement.

548
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Dim 26 Fév 2017, 15:47

En effet, et quelques minutes après, Zoé Sfez qui évoque la situation florissante de la vie culturelle en Grèce , "alors que pourtant c'est financé par le privé!" Quand on est chroniqueur à France Culture, il s'agit surtout de faire chambre d'écho, d'illustrer un paradigme et de rester dans la description d'un système perçu comme tellement évident qu'il semble impossible d'en sortir intellectuellement. Aujourd'hui, quels sont les chroniqueurs qui prennent des risques, surprennent par leur originalité, leur irrespect de l'orthodoxie ? Il n'y a guère que Bertrand de St-Vincent, de temps en temps, lorsqu'il oublie de pousser ses longs soupirs exténués.

549
Répondre en citant  
Brexit - le Jeu 09 Mar 2017, 08:49

Hier, une représentante de Macron, totalement inconnue, s'exprime sur son engagement. Elle le fait avec des mots pas encore formatés, limés, vidés de leur sens, mais elle s'exprime assez bien et parle de sa passion pour la politique, de sa foi dans le futur, de son optimisme sur le rôle de la politique. Antoine Mercier et son acolyte, qui la laissent s'exprimer, lui posent deux question, une sur la composition des listes pour les législatives, l'autre sur… un vague conflit d'intérêt chez une des 400 conseillers techniques bénévoles de l'équipe d'En Marche.
Et c'est à ces questions purement politiciennes que l'on se rend compte de la médiocrité de cette rédaction de FC. On trouve beaucoup de jeunes très engagés chez Mélenchon, Hamon et Macron. Contrairement à ce qu'il est de bon ton de  ressasser, beaucoup de jeunes ne se désintéressent pas de ces élections, s'engagent, s'inscrivent sur les listes électorales. Des parallèles aurait pu être tracés, des questions posées sur ce qu'est faire de la politique à 20/30 ans, sur la manière voir l'avenir en CDD, sur ce que ces militants attendent, sur leur rôle perçu et réel. Et bien non, la question sera: et sur cet hypertenseur des laboratoires Servier, pensez vous que Macron… etc.

550
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Lun 13 Mar 2017, 09:15

Ce matin, entretien-débat entre Alain Minc et la rédaction. Quoi que l'on pense de Minc, il s'en est remarquablement sorti et les Erner et autres qui voulaient le prendre en défaut de contradiction ou de complaisance sont repartis dans leur niche Fascinant de constater comme s'impose dans ce débat, à travers la plupart des questions, l'ancrage idéologique de FC. Un peu surréaliste le retour/recours à Bourdieu (son maitre) d'Erner, à l'occasion du débat sur le "système", voulant absolument plaquer la grille du sociologue combattant sur la situation actuelle. Excellentes réponses de Minc sur les préférences économiques dangereuses et datées de la grande figure tutélaire de FC, et, au passage sérieux coup de patte à Piketty. Bref  un débat vivifiant, et j'insiste quoi que l'on pense de Minc, comme on en a trop peu sur FC.
On aura noté aussi que FC est un des très rares grands médias à ressortir une affaire confuse contre Macron. D'ailleurs le journaliste qui pose la question n'insiste pas tant cette anecdote semble peu étayée. Il se contente juste de déposer une petite boule puante dans le débat. Minc, directement concerné, botte en touche, non sans un coup d'épieu contre les journalistes du Monde qui auraient préféré des avantages financiers à l'indépendance, lors de la reprise du journal par le trio BNP.

551
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 16 Mar 2017, 10:27

Ce matin, Jacques Généreux, l'économiste de Mélenchon et Gérard Miller, l'admirateur de Mélenchon. On sent que FC doit redonner du temps de parole au chef de la France insoumise, CSA oblige. Résultat, Erner abandonne les deux intervenants à leur logorrhée, les interrompant à peine et laissant même Miller dépasser la limite sacrée de 8 H 00. Ceci dit, cette technique du tapis de paroles semble de nos jours de plus en plus répandue et finalement assez improductive. L'auditeur, en général, ne peut accueillir autant d'idées, de propositions, de remarques, de critiques à ce rythme fou. On se dit qu'un bon animateur (?), journaliste (?) devrait pouvoir contrôler ce flux débordant. C'est particulièrement vrai chez Généreux qui se croit obligé de faire défiler la totalité du programme économique et fiscal de son parti en accéléré. Quelques bonnes idées sont noyées dans une masse informe. Miller, supposé brillant intellectuel engagé, nous inflige un long discours enflammé et, au passage, enfile un raisonnement hâtif sur Cuba et  Poutine en laissant de côté les arguments de la démocratie. Il annonce calmement que, en cas de second tour Fillon/Le Pen, il ne votera sans doute pas.  Lui l'homme de la gauche psy/bobo/caviar/cachemire/talk shows et tout ce que vous voudrez, favorisera donc l'arrivée au pouvoir de l'extrême-droite, et cela ne semble pas le gêner. Erner laisse une fois de plus filer. Circulons, il n'y a rien à commenter. La gauche engagée aime danser au-dessous du volcan devant les micros de FC.

Les matins de France Culture     Page 55 sur 57

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 54, 55, 56, 57  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum