Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 55, 56, 57  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 56 sur 57

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009, 10:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

551
Répondre en citant  
Déliquescence - le Lun 10 Avr 2017, 08:18

Trois remarques sur le journal de 7H qui montrent à quel point cette rédaction s'enfonce dans sa vision idéologique aux dépens de son professionnalisme.
- Statistiques ethniques. La plupart des chercheurs, en particulier en éducation, souhaitent ces statistiques, un des outils essentiels pour favoriser l'intégration et lutter contre les discriminations. Erner, y voit d'abord la difficulté de les établir puisque, dit-il quasiment, "les ethnies n'existent pas". Les races n'existent pas, mais donc les ethnies non plus maintenant: le docteur en sociologie Erner va se faire remonter les belles par ses pairs sociologues, anthropologues et ethnologues, qui vont se retrouver bien embarrassés sur le terrain. Ensuite, il demande froidement à son invité, partisan de ces statistiques: "Quelles sont vos arrière-pensées?". L'invité se rebiffe. Incroyable de voir un Erner idéologisé, dont la structure intellectuelle ne tient que par ses arrière-pensées, poser ce genre de question presque insultante.
- Sur la Syrie. On nous ressort un entretien "rare" avec un Syrien qui a échappé aux bombardements chimiques de … 2013, mais qui surtout critique Obama, sous-entendu  alors que Trump, lui, a réagi.
D'ailleurs la revue de la presse  internationale se terminera en se demandant si Trump n'a pas exécuté là un coup de maître… Un coup de billard multi-bandes, ce que réfute la presse américaine, quand même mieux placée que des journaux de Bruxelles, Amsterdam ou Cracovie pour comprendre les faits et geste du président peroxydé. L'essentiel semble de dire que Trump a mieux réagi qu'Obama. Obama a mal réagi sur la Syrie, l'histoire le lui reprochera, mais de là à faire de Trump un super stratège! Trump a réagi avec ses émotions, son écoute de ses médias favoris et exclusifs et on peut faire confiance à certains de ses conseillers des avantages multiples de ce bombardement. La question est plutôt, le président américain peut-il changer de doctrine en deux jours, sans avertissement? C'est celle que doivent se poser ses alliés, en particulier européens.
- Enfin, long reportage sur la montée triomphale de Mélenchon sur les sondages et annonce avec trémolos dans la voix d'un meeting national via hologrammes (merci Orwell). On notera en particulier cette perle, pieusement collectée par la journaliste auprès d'un manifestant "ancien électeur Modem", oui Modem, qui dégoise son amour tout neuf pour le tribun populaire, preuve que les indécis prennent maintenant position. On aimerait en savoir plus sur ce Modem-là qui, tout d'un coup, découvre les joies de la sortie de l'Europe, de l'Euro, du refus de rembourser la dette, d'une réforme fiscale s'appuyant sur des chiffres différents de ceux du MdF, etc. Sans doute un hologramme qui a échappé à tout contrôle.

552
Répondre en citant  
Homophobie, islamophobie? - le Jeu 13 Avr 2017, 07:59

Ce matin , un doctorant de l'EHESS nous explique la situation des homosexuels en Tchétchénie. Il bafouille, hésite, cherche ses mots — heureusement il est chercheur et non pas enseignant—, mais le plus fort est qu'en plusieurs minutes d'entretien avec Erner qui essaye de l'aider, il ne prononce pas une seule fois les mots de musulman, religion musulmane, islamisme. Comme si l'Islam radical pratiqué, imposé par le dictateur inculte, sanglant et corrompu n'était pas une explication supplémentaire, une cause aggravante à l'homophobie qui règne en Russie et dans ses anciens satellites. À Grozny, les femmes doivent porter le voile et les homosexuels réels ou supposés sont arrêtés, torturés, jetés dans des camps. À Grozny, Kadyrov a fait élever à son père, le dictateur-ex bandit de grand chemin, une des plus grandes mosquées du monde (par une entreprise turque). Est-ce être islamophobe de citer le facteur religieux dans cette chasse à la différence? Et que fait Erner? Rien. Comment réagit Erner le sociologue devenu journaliste. Il ne réagit pas. Une fois de plus, nous avons-là l'illustration de l'aveuglement d'une gauche dont la condamnation du religieux dans la sphère publique semble bloquée sur une lecture formelle de la loi de 1905.

553
Répondre en citant  
Le selfie du jour - le Mar 18 Avr 2017, 10:27

La curiosité radiophonique du jour c'est vers 7h39 soit quelques instants avant les premiers mots de Finkie, aujourd'hui invité de la matinale. Erner visiblement très satisfait présente le choix quotidien intitulé "le son du jour". On ne sait pas s'il faut le prendre aujourd'hui au premier degré ou non, si c'est un petit canular ou une réalité dont Erner ne perçoit pas ce qu'elle contient d'insultant. Faut-il chercher à interpréter ce qu'on entend ou seulement le déplorer ? On ne sait mais effectivement c'est déplorable : les grognements de deux cochons que l'éleveur a (aurait ?) baptisés respectivement 'France' et 'Culture'.
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10075-18.04.2017-ITEMA_21295926-0.mp3" debut="40:43" fin="41:35"]
Alors qu'en penser : mélange d'inconscience, de mauvais goût, d'absence de dignité ? Vulgarité et manque de réserve dans l'auto-dérision ce genre complexe de la vanité chez les ricaneurs des médias dont Erner est un exemplaire en pleine croissance ? Ou plus simplement, était-ce un simple exercice de provocation à l'adresse de Finkielkraut ?

Quoi qu'il en soit, on peut proposer pour ce gag foireux une lecture fort simple : Guillaume Erner a parachevé la mutation de la matinale en porcherie radiophonique.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

554
Répondre en citant  
Dévalorisation - le Mer 19 Avr 2017, 07:42

Ce matin, Erner interroge Dominique Snapper sur l'annonce d'élections législatives en GB. Il lui pose des questions basiques, naïves, qui montrent sa méconnaissance de la vie politique britannique. Il demande, par exemple, si ces élections ne vont pas permettre de revenir sur le Brexit ou de l'oublier… Il ne sait pas non plus qu'au Royaume-Uni, un premier ministre n'annonce généralement la tenue d' élections que lorsqu'il est certain de les remporter, ce qui est le cas de May aujourd'hui. Mais donc, pour répondre à ces interrogations basiques, il fait appel à une spécialiste universitaire . Conséquence, celle-ci s'ennuie, se demande pourquoi elle est venue à 7 H du matin pour sortir des notes de cours, n'a pas l'occasion de développer une pensée intéressante, sur les Libéraux par exemple. Erner dévalorise ainsi à la fois la parole de la spécialiste, et celle du journaliste puisqu'il fait tire de Dominique Snapper des banalités qu'il aurait dû intégrer dans ses questions ou présenter rapidement aux auditeurs… le journaliste n'est plus que le porte-parole de l'auditeur de base pris pour un ignare auquel il faut sans cesse redonner les fondamentaux. Or on est sur FC, où, en principe, les chers auditeurs sont un peu mieux informés, cherchent des éléments de réflexion, mais cela est toujours oublié par Erner et sa petite bande.

En passant, et dans le même esprit: je ne sais plus qui, peut-être Adèle van Reeth, nous a présenté récemment César Franck comme "un compositeur franco-belge connu au XIX e siècle". Même confiance dans les connaissances de l'auditeur.

555
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 20 Avr 2017, 15:30

Ce matin,  Guillaume Erner  recevait Jacques-Alain Miller, le deuxième psychanalyste de la semaine censée être celle des grandes  voix (jusqu'où  va-t-on descendre ?) Je m'étais demandé si j'allais écouter; mais, comme je n'avais rien d'autre à faire à cette heure, j'ai toléré la chose. Eh bien c'était assez instructif. Le personnage avait beau faire la promo de sa secte, il faut reconnaître qu'il était décoiffant. C'est au point où le pauvre petit Erner se sentait obligé de le reprendre en contestant qu'on puisse s'exprimer comme ça au nom d'une idéologie psychanalytique dont il attendait tant, lui qui s'était léché les babines de l'aubaine, en ayant annoncé la veille la chose avec entrain, jusqu'à  prévoir une psychanalyse drolatique de son chroniquer vedette Xavier de La Porte. Mais patatras ! Voici que le Miller en question (à ne pas confondre avec son frère finalement plus pénible, qui était intervenu récemment en bénéficiant de moult courbettes) se met à traiter tous les politiciens de nuls, à descendre les candidats de gauche autant que ceux de droite, à mettre le nez dans leur caca aux journalistes qui avaient tendu à discréditer Fillon au-delà de ce qu'il méritait, et même à reconnaître, je ne sais plus au sujet de quoi, que Zemmour avait vu juste ! Non, c'était trop. Alors plus question de psychanalyse amusante de La Porte. Le gêneur semble avoir été congédié. Je me demande même si l'intervention longuette de Sandrine Treiner, la présidente de France Culture qui s'est illustrée récemment en faisant partir Jean-Louis Bourlanges de L'Esprit Public, avait été prévue ou si elle n'a pas été rallongée pour qu'on empêche de parler l'intrus. Mais j'ai  peut-être mauvais esprit. Tout au moins, la glorification de l'esprit d'ouverture de la station, à l'aide d'un clip particulièrement niais, et le ton trop enjoué des chroniqueurs qui ont suivi, m'ont paru en complet décalage avec l'esprit de fermeture qui s'était manifesté avant.

556
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 20 Avr 2017, 16:33

Trois jours avant, nous avions eu comme invitée Sylvie Brunel. Elle était présentée comme "une grande voix" du moment. Sylvie Brunel est intéressante, a tendance a sortir un peu trop souvent de sa spécialisation — la géographie étirée vers la géopolitique — comme on le lui demande au 28' d'Arte, ce qui interroge sur sa légitimité, mais "une grande voix" , non. Mais cela fait partie de l'emphase ernerienne, qui remercie "infiniment"' ses invités…

557
Répondre en citant  
Tensions dans la matinale - le Jeu 20 Avr 2017, 17:37

Matinale savoureuse comme on aimerait en entendre plus souvent, ou plutôt comme il serait logique d'en entendre plus souvent afin que la nécessaire purge de la chaine finisse par avoir lieu. Il fallait une sacrée impréparation à Guillaume Erner pour ignorer qu'il accueillerait ce matin dans le studio un vieillard monomaniaque et incontrôlable, habitué à imiter son maître à la mentalité autoritaire et champion du monologue sans trop se soucier d'être compris. Mais Jacques-Alain Miller n'est pas tout à fait comme Lacan, aussi n'a-t-il pas osé administrer à Erner l'engueulade que ce dernier méritait.

Il y a peu encore, Lacan était une des idoles de la chaine. Ca n'est plus vrai qu'auprès des producteurs au moins quinquagénaires et encore à condition qu'ils soient en retard de quelques modes intellectuelles. C'était le cas de Laure Adler et de Colette Fellous, ça doit l'être tout autant de Munier, Laurentin, Ciment, Jeanneney Fraïssé et peut-être de Broué. En deça de la quadragériature, quand ils entendent prononcer le nom de Lacan les producteurs branchés qui officient sur FC sortent instantanément leur smartphone et interrogent wikipedia pour savoir de quelle série télé sort ce Lacan ou bien de quelle année date sa troisième étoile au Michelin. Mais Erner est entre les deux, c'est un ignorant ordinaire et en plus diplômé (pfuiiii Docteur, qu'il est !) pour qui Lacan est un nom dans une vaste bibliographie des ouvrages jamais ouverts, rien de plus. Alors pensez, son gendre, hein !

Mal préparée aussi cette matinale parce que Miller n'était pas prévenu qu'il devrait dialoguer. Du coup, Erner n'a pas réussi à l'interrompre sans  le froisser, et encore ça ne marchait pas vraiment aussi a-t-il cru bon de s'essayer à la leçon méthodologique ("Pourquoi vous me parlez de sexualité alors que je vous parle politique ?" - preuve s'il en fallait qu'il ne sait pas qui est son invité) avant de passer à la leçon de morale : "Hé là, M'sieu !! Faut pas dire 'les pédés' dans le micro de France (in)Culture hein, 'tassion !". C'est là qu'on voit que Miller est gâteux, sinon au lieu de faire amende honorable il aurait donné à Erner la leçon méritée : "Ben alors mon coco, t'as pas l'oreille assez fine pour comprendre que c'est du discours rapporté ?". Bref ça s'est mal fini ; la deuxième partie "invité" a été un naufrage radiophonique. Un de plus.

Ce matin Erner a raté à la fois son interview, son émission et son duel avec Miller dont il n'est sorti vainqueur que par la crise d'autorité. Une matinale révélatrice comme il devrait y en avoir plus souvent s'il n'y avait un dieu radiophonique (ou un surmoi des invités) pour protéger le producteur des coups de pied au cul qu'il mérite si pleinement.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

558
Répondre en citant  
Elections - le Lun 24 Avr 2017, 07:45

En cette matinée de résultats électoraux, il fallait entendre le billet d'humeur d'Erner, tout juste sorti du Belushi's, le troquet de Mélenchon. Un concentré d'inconscience politique. Ensuite nous avons eu droit à un argument qui expliquerait le succès de Macron: "il parle anglais" et à plusieurs petits reportages sur de vagues échauffourées du côté de la Bastille ou des jeunes gens nous expliquent que Macron et Le Pen c'est le même fascisme. 40 millions de Français ont voté, mais l'éclairage est mis sur trois cents personnes, (selon les organisateurs). À 7H30 rien encore sur l'échec amer de Mélenchon, ses mauvaises réactions, son absence de consigne de vote au prétexte qu'il n'a pas de mandat de ses soutiens pour ça (comme s'il se préoccupait de leur opinion). Imaginons le pire pour dans deux semaines, qu'en diraient Erner, les mélenchonistes et la fine équipe de FC clairement dévoilée ce matin ?

559
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 26 Avr 2017, 07:34

L'affaire Lafarge… ce matin longues minutes d'entretien, évidemment à charge, avec une responsable volubile d'une ONG qui poursuit Lafarge., face à une Erner qui approuve. La position de Lafarge? On n'en entendra pas parler. Enquête sur le terrain? Vous rigolez? Chez Lafarge? Et pourquoi? Bref du grand journalisme à la FC.
Or cette affaire n'est pas si simple. Dire que Lafarge finançait l'EI est sans doute abusif (aucun chiffre publié d'ailleurs), qu'il a laissé tombé ses employés syriens (dont certains le poursuivent maintenant, il y a de l'argent à se faire); devait-il fermer sa cimenterie (l'une des premières du pays) dès 2012? Le lui a-t-on demandé? Combien d'employés? Quelle chiffre d'affaires? Quels bénéfices? Où en est la cimenterie aujourd'hui? reconstruit-on déjà en Syrie? Qui a besoin de ciment en Syrie? Rien n'est simple et rien ne mérite des attaques aussi bâclées (pour participation à crimes de guerre et crimes contre l'humanité), ni une telle absence de travail journalistique.

560
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mer 26 Avr 2017, 13:05

Avant 13 H, Christine Monclar interroge un représentant FN (transfuge des LR ou RPR) et lui demande: "Vous nous parlez de peuple, Macron, lui, parle de population, quelque chose qui achète, consomme."
Comment peut-on poser une question aussi vile? (et dénuée du moindre fondement)
Et nous allons pendant dix jours encore, entendre, grâce à l'égalité de temps de parole, ces journalistes engagés démolir Macron, c'est-à-dire consciemment faire élire l'autre? Et sur une radio de service public. Si par malheur la Le Pen était élue, on imagine les charrettes à Radio France et France Télévision. Monclar sera peut-être alors pardonnée?

561
Répondre en citant  
Comme disait Claude Villers le 2 avril 1974 : Pas de panique ! - le Jeu 04 Mai 2017, 16:24

munstead(http://www.regardfc.com/t19p560-les-matins-de-france-culture#28253) a écrit:Avant 13 H, Christine Monclar interroge un représentant FN (transfuge des LR ou RPR) et lui demande: "Vous nous parlez de peuple, Macron, lui, parle de population, quelque chose qui achète, consomme."
Comment peut-on poser une question aussi vile? (et dénuée du moindre fondement)
Et nous allons pendant dix jours encore, entendre, grâce à l'égalité de temps de parole, ces journalistes engagés démolir Macron, c'est-à-dire consciemment faire élire l'autre? Et sur une radio de service public. Si par malheur la Le Pen était élue, on imagine les charrettes à Radio France et France Télévision. Monclar sera peut-être alors pardonnée?

De cette inquiétude de Munstead, j'isole ce qui suit :
Et nous allons pendant dix jours encore, entendre, grâce à l'égalité de temps de parole, ces journalistes engagés démolir Macron, c'est-à-dire consciemment faire élire l'autre? Et sur une radio de service public. Si par malheur la Le Pen était élue, on imagine les charrettes à Radio France et France Télévision.


Il aurait été tout de même ironique et même plus, que ce soit précisément dans ce cas exceptionnel où les journalistes de Radio France sont contraints de respecter non plus la norme de neutralité dans le service public -cette dernière ils la violent  allègrement 365 jours par an-  mais cette fois la règle, sommés qu'ils sont de s'y plier, il aurait été ironique que cela eut quelque effet sur le scrutin, et finalement que ça justifie a posteriori la prise de pouvoir sur la chaine tout entière depuis septembre 99, par deux sections (proches entre elles) du panorama idéologique du pays.

Mais France Culture peut-il peser dans l'élection ? Et si non, quels autres médias ? Voila une question qu'on aurait aimé entendre traiter sur France In-Culture pendant cette campagne. Pour une fois, la chaîne aurait oeuvré à élever le niveau de savoir dans son public potentiel, et un peu moins contribué à flatter son public présumé. Mais peut-être une telle question est elle taboue ? En la matière, la sociologie des médias nous permet de croire un peu tout et n'importe quoi. Différents paradigmes co-existent. Différentes théories permettent aux lecteurs cultivés de piétiner les idées reçues et les croyances de la méprisable populace, parfois à coup d'idées pas beaucoup plus étayées et parfois encore plus simplement avec les croyances inverses. La vérité si tant est qu'il y en ait une, est probablement quelque part entre les deux. Nous voila bien avancés. Wink

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Les matins de France Culture     Page 56 sur 57

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 55, 56, 57  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum