Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 57, 58, 59, 60  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les matins de France Culture    Page 58 sur 60

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les matins de France Culture - le Dim 30 Aoû 2009, 10:03

Rappel du premier message :

Ce fil, le plus volumineux de notre forum, a été victime de son succès : ayant atteint les limites fixées par l'hébergeur il a été scindé en deux parties. Dans le premier commentaire après cette introduction, nous redémarrons à la rentrée de septembre 2014.

Nos lecteurs trouveront les 5 premières années (2009-2014) de commentaires sur la matinale de FC dans ce fil d'archives.
* * *

571
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mar 25 Juil 2017, 18:38

Soupir... Il vous faut un Verbatim pour bien comprendre ce qui a été dit et non ce que vous prêtez à autrui ? Misère du dogmatisme borné face à l'intelligence et l'ouverture à la complexité qu'illustre Gilles Boeuf. À moins que ce ne soit un énième exemple de trollisme délibéré.

Votre niveau d'écoute est le même que celui de ce Lucas Menget, l'Erner de l'été, qui n'est là que pour idéologiser le propos du scientifique, en bref lui faire réciter un discours formaté "Halte au profit", "tous responsables", "les politiques ne font rien", etc.

Je comprends l'énervement du médiateur face à des auditeurs qui entendent le contraire de ce qui est diffusé. Il faut avoir une sacrée patience avec certains énergumènes.

572
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mar 25 Juil 2017, 22:01

Philaunet a écrit:PS. Help, Yann Sancatorze, la voix de Gilles Boeuf rappelle l’acteur à la voix pointue qui a doublé un célèbre héros de série américaine dans les années 60-70, qui était-ce donc ?

Oulà, je tourne et retourne cette voix, mais ne trouve que le fameux Guy Piérauld comme point de comparaison...

573
Répondre en citant  
Entreprendre la création d'une pastille - le Mer 26 Juil 2017, 09:19

SamVa(http://www.regardfc.com/t19p560-les-matins-de-france-culture#28528) a écrit: (...) Je vous remercie d'avoir inséré cet extrait sonore (ce que je ne sais pas faire) (...)
Voir ici : Mode d'emploi de ce forum
SamVa(http://www.regardfc.com/t19p560-les-matins-de-france-culture#28528) a écrit:(...) J'admire l'astuce de Yann Sancatorze qui suggère que ce mot français, "entreprise", utilisé par un francophone sur une radio de langue française et qui ne ressemble au mot anglais que dans sa version écrite, pourrait ici et maintenant avoir un sens anglais.(...)
Il faut ne pas avoir une grande culture, c'est-à-dire ne pas avoir lu de littérature ou d'histoire, pour ne pas connaître le sens du mot entreprise tel qu'il est utilisé par Gilles Boeuf et rappelé par Y.S. En trente secondes, il est possible de se renseigner, mais ça va au-delà du temps qu'a à consacrer qui ne veut pas quitter ses préjugés (tiens pourquoi FC ne programme-t-elle pas une émission hebdomadaire Montaigne durant l'année, ça ferait beaucoup de bien aux dogmatiques). Donc, Larousse Entreprise, premier item ; Reverso, synonymes Entreprise, voir aussi le CNRTL.

Gilles Boeuf est un homme cultivé, disposant d'un large éventail lexical, cela s'entend. Un des problèmes actuels est l'ignorance de la langue par des esprits qui ne savent dès lors plus comprendre un discours un tant soit peu élaboré.

574
Répondre en citant  
Lucas Menget voit des pauvres partout - le Lun 31 Juil 2017, 08:43

Suite et fin du regard sur le dialogue Lucas Menget/Gilles Boeuf déjà évoqué dans le post Gilles Boeuf, un scientifique pédagogue et passionné .

Le remplaçant d'Erner, à force de formules alarmistes, a réussi à la fin du 2e entretien Sixième extinction massive des espèces : que reste-t-il à sauver ? (2ème partie), à obtenir ce qu'il voulait de son invité. Efforts payés en retour donc : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-25.07.2017-ITEMA_21393367-1.mp3" debut="08:15" fin="09:01"]

On est loin, très loin, de l'accusation d'un contributeur reprochant à Gilles Boeuf d'avoir absorbé le vocabulaire de "l'entreprise"...

"Alors que les gens voient l’urgence de la fin du mois sans argent" dit Lucas Menget d'un ton grave. À mettre en parallèle avec Vacances d'été : les Français vont partir plus et plus loin ou la circulation actuelle dans les gares parisiennes, ou encore ce matin Aviation bursting at seams in busiest-ever summer, article à la suite duquel un commentateur écrit : ''How does this fit in with Corbyn's claim of millions suffering poverty, middle class incomes having dropped, millions on low wages and many millions of children living in poverty without a decent meal a day? All those people off on holiday by air, car, coach and ferries, wherever you look it is crammed with travellers''.

575
Répondre en citant  
Pour une fois, pas d'appel à monter sur les barricades... - le Ven 11 Aoû 2017, 07:42

Dans le numéro si apprécié d'un auditeur de France Culture (voir Le fil où l'on ne dit que du bien) qui donnait la parole à principalement deux intervenants, Temir Porras, entre autres, Directeur de Cabinet au ministère des Affaires étrangères sous Maduro (voir bio dans lien ci-dessus) et Thomas Posado, Docteur en Sciences politiques (Paris VIII)*, dans cette discussion en deux parties, donc, la parole était très assagie. On a entendu d'un côté qu'il fallait s'en remettre à l'ordre constitutionnel actuel et avoir confiance dans les élections, passées et à venir (les régionales en novembre), de l'autre qu'il fallait engager un processus  de désescalade et que les sanctions internationales jetaient de l'huile sur le feu.

Pas d'appel à l'insurrection, à la révolution, au renversement de l'Etat, mais de sages considérations sur le respect de l'ordre établi.

Le contradictoire a été assuré de manière, dira-t-on, très sobre par Lucas Menget qui a géré correctement la parole de chacun des intervenants en duplex.

Dernière remarque : il a été question du pétrole, de la baisse de son prix, tout le monde s'accordant sur le fait que cette ressource finance l'État vénézuélien. Il est "étrange" que, tout soudain, le pétrole ne soit plus "l'ennemi de la planète", ce fléau qui provoque le réchauffement climatique (avec ou sans guillemets) et qui est à remplacer par d'autres sources d'énergie, dites propres.  Le pétrole, si possible à un prix élevé, c'est  apparemment l'avenir pour les deux intervenants.


*Biographie
Diplômé de l’IEP d’Aix en Provence, Thomas Posado est politologue, titulaire d’un Master 2 Recherche de Sciences Po Paris. Il est membre du Centre cultures et sociétés urbaines (UMR 7217) et prépare une thèse à l’Université de Paris 8 – Saint-Denis. Ses recherches sont consacrées aux évolutions de la politique du gouvernement d’Hugo Chávez dans les relations au travail en général et le monde syndical en particulier. Il a été lauréat du prix Luis Castro Leiva en 2009.

Engagement relayé par Mediapart Votons Poutou pour changer!

576
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 11 Aoû 2017, 08:10

J'ai écouté cette émission. Conclusion moins positive que la vôtre puisque, concrètement, tout le monde s'entendait pour dire qu'il fallait laisser faire les choses, et Maduro en particulier et que les réactions internationales ne pouvaient qu'attiser le conflit entre le dictateur et son opposition. Etonnant que l'ex dircab de Maduro, rejette les réactions internationales. Pour un représentant de l'extrême-gauche sud-américaine d'habitude internationaliste, ce doit être difficile à  expliquer. Il contestait le droit au Brésil et à l'Argentine de s'exprimer pour ne pas avoir à répondre à leurs interrogations, vieille technique enseignée dans les officines trotskystes et se targuait de l'appui de l'Alliance bolivarienne, invraisemblable machin réunissant Cuba, quelques affidés nostalgiques et des micro paradis fiscaux des Caraïbes, cet organisme auquel Mélenchon voulait que la France participe. Et surtout manquait dans ce débat un représentant de l'opposition. J'oubliais, comme l'expliquait l'Humanité hier, ce ne sont que grands bourgeois corrompus, payés par la CIA etc. donc on ne les invite pas.

577
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 11 Aoû 2017, 15:27

munstead(http://www.regardfc.com/t19p570-les-matins-de-france-culture#28625) a écrit:J'ai écouté cette émission. Conclusion moins positive que la vôtre puisque, concrètement, tout le monde s'entendait pour dire qu'il fallait laisser faire les choses, et Maduro en particulier et que les réactions internationales ne pouvaient qu'attiser le conflit entre le dictateur et son opposition. Etonnant que l'ex dircab de Maduro, rejette les réactions internationales. Pour un représentant de l'extrême-gauche sud-américaine d'habitude internationaliste, ce doit être difficile à  expliquer. Il contestait le droit au Brésil et à l'Argentine de s'exprimer pour ne pas avoir à répondre à leurs interrogations, vieille technique enseignée dans les officines trotskystes et se targuait de l'appui de l'Alliance bolivarienne, invraisemblable machin réunissant Cuba, quelques affidés nostalgiques et des micro paradis fiscaux des Caraïbes, cet organisme auquel Mélenchon voulait que la France participe. Et surtout manquait dans ce débat un représentant de l'opposition. J'oubliais, comme l'expliquait l'Humanité hier, ce ne sont que grands bourgeois corrompus, payés par la CIA etc. donc on ne les invite pas.
Il n'y a pas de vision "positive" dans le post que vous citez, si vous lisez les informations données et en tirez les conclusions qui en découlent. Vous le faites d'ailleurs dans le post ci-dessus.

Comme complément Crise au Venezuela : un nombre record de Vénézuéliens demandant l'asile en Europe.

578
Répondre en citant  
Les pauvres et les sociologues de France Culture - le Mer 20 Sep 2017, 11:09

L'Invité des Matins par Guillaume Erner : "Nantis/Social : qui perd son sang froid ? 20/09/2017".

"Alors que le gouvernement annonce suppression de contrats aidés, la baisse des APL, et que additionné le Président de la République promet de supprimer l’ISF, le Secours Populaire a publié jeudi dernier son baromètre des inégalités faisant état de 9 millions de pauvres en France. "

À quoi le  Président de la République est-il "additionné" ?

9 millions de pauvres ? Ce ne seraient pas 65 millions et quelques ultra-riches ? La louche ne sert pas qu'à servir la soupe populaire apparemment.  Mais que viennent donc chercher tous les gens émigrant en France ? Personne ne leur dit que la pauvreté y touche près de 15% de la population (sinon 90%) ?

"Alors qu’Emmanuel Macron déclarait également « ne rien vouloir céder aux fainéants », et que plus de deux tiers des français estiment que la lutte contre l’assistanat est une priorité, la représentation des pauvres dans la société française a-t-elle changée ?" L'accord du participe passé a-t-il changé ? El les Français n'ont-ils pas droit à la majuscule (la majuscule, c'est un peu comme la particule, un signe de distinction, sans doute...).

À France Culture, la pensée binaire s'incarne du matin au soir par la locution d'opposition "Alors que", qui est aussi temporelle ("dans le même temps que") .

Et la photo tout aussi binaire, légendée ainsi  : "Un SDF dort sur une bouche d'aération de métro pour se tenir chaud devant une boutique d'achat et de vente d'or, à Paris le 29 janvier 2017• Crédits : OLIVIER MORIN - AFP"

Citation : .@serge_paugam : "on est pas pauvre à un moment donné. La question, c'est comment on arrive dans le processus de discrimination sociale".

France Culture a bien lancé la matinée...

579
Répondre en citant  
« Référendum en Catalogne », un auditeur - le Mer 20 Sep 2017, 22:30

Référendum en Catalogne

Jean CAREL 18/09/2017 12:34 France Culture
Bonjour,
J'écoute, avec plaisir, les matins de Guillaume Erner.
Depuis plusieurs jours, on nous parle du référendum "interdit" en Catalogne prévu ce 1er Octobre.
Cela laisse supposer que le gouvernement central s'oppose de manière arbitraire et autoritaire à la libre expression du peuple catalan.
Or ce référendum n'est "interdit" que dans la mesure où il est à la fois illégal et anticonstitutionnel et où les personnes qui l'organisent, en refusant les règles l'état de droit, s'apparentent plutôt aux promoteurs d'un coup d'état.
Comment présenteriez vous la chose si des indépendantistes des Pyrénées Orientales voulaient organiser un référendum ? Nul doute que l'état français s'y opposerait sans être, pour autant, taxé d'antidémocratisme, voire de totalitarisme, comme le font les indépendantistes catalans à l'égard du gouvernement de Mariano Rajoy.
Je ne préjuge pas ici du bien fondé des revendications des indépendantistes catalans ; je regrette simplement que l'emploi du terme "interdit" ne soit pas plus prudent et mieux explicité.
L'invité de ce matin était assez clair à ce sujet mais sa venue était ponctuelle et je pense que la distinction entre "interdit" et "illégal" devrait être faite au quotidien.
Je vous remercie pour l'attention que vous porterez à mon message dont le seul but est de maintenir (dans sa faible mesure) l'excellence, à tout niveau, de France culture.
Bien cordialement,
Jean Carel


Service de Radio France : Votre message a bien été transmis à l’équipe des Matins et à la rédaction de France Culture.
Merci pour écoute attentive et fidèle

**********

Transmis à la rédaction de France Culture qui fait certes attention aux mots employés, mais dans sa manière de rapporter les événements laisse transparaître ses choix, comme au cours du Journal de 22h : Mercredi 20 septembre 2017.

S'il est parfaitement légitime d'interroger des maires catalans favorables à l'organisation d'un référendum, on peut se demander s'il n'existe pas de Catalans, politiciens ou non, la désapprouvant. On ne le sait pas, car le journaliste n'en dit rien. En revanche, il donne à entendre des personnes s'estimant victimes d'une "répression" comparable à celle vécue sous le régime de Franco (pas moins). L'impression laissée par ce reportage à Gérone, c'est que L'État représente l'oppression quand les particularismes locaux ou régionaux incarnent, eux, la liberté. Quand on connaît le degré d'autonomie dont jouissent les régions en Espagne...

580
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 21 Sep 2017, 07:29

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p570-les-matins-de-france-culture#28922) a écrit:
Référendum en Catalogne

Jean CAREL 18/09/2017 12:34 France Culture
Bonjour,
J'écoute, avec plaisir, les matins de Guillaume Erner.
Depuis plusieurs jours, on nous parle du référendum "interdit" en Catalogne prévu ce 1er Octobre.
Cela laisse supposer que le gouvernement central s'oppose de manière arbitraire et autoritaire à la libre expression du peuple catalan.
Or ce référendum n'est "interdit" que dans la mesure où il est à la fois illégal et anticonstitutionnel et où les personnes qui l'organisent, en refusant les règles l'état de droit, s'apparentent plutôt aux promoteurs d'un coup d'état.
Comment présenteriez vous la chose si des indépendantistes des Pyrénées Orientales voulaient organiser un référendum ? Nul doute que l'état français s'y opposerait sans être, pour autant, taxé d'antidémocratisme, voire de totalitarisme, comme le font les indépendantistes catalans à l'égard du gouvernement de Mariano Rajoy.
Je ne préjuge pas ici du bien fondé des revendications des indépendantistes catalans ; je regrette simplement que l'emploi du terme "interdit" ne soit pas plus prudent et mieux explicité.
L'invité de ce matin était assez clair à ce sujet mais sa venue était ponctuelle et je pense que la distinction entre "interdit" et "illégal" devrait être faite au quotidien.
Je vous remercie pour l'attention que vous porterez à mon message dont le seul but est de maintenir (dans sa faible mesure) l'excellence, à tout niveau, de France culture.
Bien cordialement,
Jean Carel


Service de Radio France : Votre message a bien été transmis à l’équipe des Matins et à la rédaction de France Culture.
Merci pour écoute attentive et fidèle

**********

Transmis à la rédaction de France Culture qui fait certes attention aux mots employés, mais dans sa manière de rapporter les événements laisse transparaître ses choix, comme au cours du Journal de 22h : Mercredi 20 septembre 2017.

S'il est parfaitement légitime d'interroger des maires catalans favorables à l'organisation d'un référendum, on peut se demander s'il n'existe pas de Catalans, politiciens ou non, la désapprouvant. On ne le sait pas, car le journaliste n'en dit rien. En revanche, il donne à entendre des personnes s'estimant victimes d'une "répression" comparable à celle vécue sous le régime de Franco (pas moins). L'impression laissée par ce reportage à Gérone, c'est que L'État représente l'oppression quand les particularismes locaux ou régionaux incarnent, eux, la liberté. Quand on connaît le degré d'autonomie dont jouissent les régions en Espagne...

L'affaire catalane est un bon exemple de l'aveuglement volontaire de la Rédaction de FC. On n'interroge que les indépendantistes, pas ceux qui sont opposés à ce coup de force. À cet égard, il faudrait parler des insultes, menaces, dénonciations des maires opposés à l'indépendance. Sur Arte, la présentation de la situation était plus objective, mais les reportages allaient tous dans le même sens: attaques contre l'État espagnol, allusions au franquisme, etc. Et personne ne pense à nous donner une analyse sérieuse du conglomérat indépendantiste : extrême-gauche totalement divisée, une partie de Podemos, et les groupes indépendantistes historiques, réunion de politiciens affairistes, corrompus (beaucoup sont poursuivis pour corruption), grande bourgeoisie locale qui, historiquement, a toujours fait passer ses intérêts avant ceux des Catalans. Elle voit ici l'occasion de créer une petite enclave prospère et rentable  (pense-t-elle) au sein de l'Europe méditerranéenne sur un mode mercantile voire de paradis fiscal. Les perspectives économiques de cette indépendance seront catastrophiques, mais on le tait à Barcelone. L'Europe lui sera fermée pour des années, mais on prétend encore jouer cette carte. ET on se garde bien de mentionner ou de développer l'opposition à cette folie de la maire de Barcelone, élue avec les voix de Podemos et présentée l'an dernier comme la nouvelle voix de la démocratie en Espagne.
Pour ce qui est de FC, il sera intéressant de voir si, par malheur, l'indépendance se produit, la réaction de la Rédaction quand l'une des premières revendications catalanes sera de réclamer le retour de la Catalogne du Nord, c'est à dire une partie de la Région de l'Occitane, à la nouvelle mère-patrie. Ce pourrait d'ailleurs être l'objet d'un reportage. Vous n'y pensez pas? Non ils n'y pensent pas.

581
Répondre en citant  
Pourquoi êtes-vous pauvres ? - le Jeu 21 Sep 2017, 10:58

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p570-les-matins-de-france-culture#28916) a écrit:L'Invité des Matins par Guillaume Erner : "Nantis/Social : qui perd son sang froid ? 20/09/2017".
"Alors que le gouvernement annonce suppression de contrats aidés, la baisse des APL, et que additionné le Président de la République promet de supprimer l’ISF, le Secours Populaire a publié jeudi dernier son baromètre des inégalités faisant état de 9 millions de pauvres en France. " (...)
Cette émission, sur un thème a priori difficile, a été sauvée par les différents intervenants qui se sont exprimés intelligiblement et raisonnablement, faisant ressortir tous les aspects culturels d'une notion en fait complexe : la pauvreté. Au contraire, G. Erner risquait à tous moments de faire déraper les échanges, par des points de vue et des interventions souvent navrantes par leur simplisme, par exemple lorsqu'il a évoqué l'épisode du centre d'hébergement installé dans le 16° arrondissement, énumérant tous les aspects polémiques, sans réflexion. Heureusement, les intervenants ont su rester un niveau au-dessus.

Depuis la rentrée, G. Erner semble s'être assigné l'obligation d'une attitude provocatrice, voire agressive, avec ses "invités". La semaine dernière, au cours d'une émission consacrée à la suppression partielle de la taxe d'habitation, il a ainsi interpellé à trois reprises ses invités, des maires, en leur demandant s'ils n'étaient pas simplement attachés à leurs prérogatives et peu disposés à travailler l'été. Heureusement, là encore, les invités sont restés courtois.

Il ne faudrait pas que ce comportement regrettable éloigne les auditeurs d'un thème évidemment très important : la pauvreté. Au cours de cette émission, les intervenants ont repris en particulier des éléments de réflexion que l'on retrouve dans un ouvrage d'ailleurs cité à l'antenne : "Pourquoi êtes-vous pauvres", de William T. Vollmann (Actes Sud, 2007) dont la lecture est à recommander. Il aborde en particulier cette question, reprise à l'antenne : qu'est-ce qui fait que l'on peut mettre dans la même "communauté des pauvres" les indiens les plus démunis et des américains US disposant de deux voitures ? Organisation de la société, regard social, contexte spirituel ou religieux... la pauvreté est une question culturelle par essence bien avant d'être économique. Cette problématique est finalement proche de celle à propos de laquelle nous échangions récemment, la notion de progrès.

Les matins de France Culture     Page 58 sur 60

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 30 ... 57, 58, 59, 60  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum