Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les matins de France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 63, 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Les matins de France Culture    Page 64 sur 67

Bas de page ↓   

631
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Lun 30 Avr 2018, 19:22

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p620-les-matins-de-france-culture#30506) a écrit: (...) Plus récemment, France Culture a déplié le tapis rouge, il y a un mois, le 10 mars 2018, chez Caroline Broué pour célébrer l'anniversaire du journal en prétextant le sujet suivant :  Le métier de journaliste est-il menacé ?*

Entre France Culture et Médiapart, c'est une belle histoire d'amour, l'entreprise commerciale d'Edwy Plenel (qui s'applique lui-même un taux de TVA réduit, suivons tous son exemple !) a trouvé son prestataire de publicité gratuite à Radio France.  N'y a-t-il pas d'autres organes de presse privés qui aimeraient avoir le même privilège ? (...)

Sans vouloir être méchant (un peu quand même) Caroline Broué a-t-elle précisé que son père était un des fondateurs-associés de Médiapart?…

Voir le profil de l'utilisateur

632
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Lun 30 Avr 2018, 19:47

munstead(http://www.regardfc.com/t19p620-les-matins-de-france-culture#30507) a écrit:
Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p620-les-matins-de-france-culture#30506) a écrit: (...) Plus récemment, France Culture a déplié le tapis rouge, il y a un mois, le 10 mars 2018, chez Caroline Broué pour célébrer l'anniversaire du journal en prétextant le sujet suivant :  Le métier de journaliste est-il menacé ?*

Entre France Culture et Médiapart, c'est une belle histoire d'amour, l'entreprise commerciale d'Edwy Plenel (qui s'applique lui-même un taux de TVA réduit, suivons tous son exemple !) a trouvé son prestataire de publicité gratuite à Radio France.  N'y a-t-il pas d'autres organes de presse privés qui aimeraient avoir le même privilège ? (...)
Sans vouloir être méchant (un peu quand même) Caroline Broué a-t-elle précisé que son père était un des fondateurs-associés de Médiapart?…
Tout s'explique. Inviter ses amis, ça va de soi. La déontologie et la morale, c'est bon pour les autres. En tous les cas, une coterie parisienne qui sait s'entraider... Michel Broué* soutient Caroline De Haas.

Faut-il s'étonner de la visibilité qui est donnée à ladite De Haas à France Culture depuis au moins deux ans ?

*Michel Broué, mathématicien, président de la Société des amis de Mediapart et président du comité de soutien de Caroline De Haas, candidate citoyenne aux élections législatives dans la 18ème circonscription de Paris

Voir le profil de l'utilisateur

633
Répondre en citant  
Une belle journée de luttes sociales - le Mar 01 Mai 2018, 09:00

Delorme présente le contenu du journal de 7 H/ 1: "le pays s'apprête à vivre une journée d'action sociale"; 2/ un point sur les inégalités sociales et de revenus grandissantes. 3/ l'anniversaire de Karl Marx .On est prévenu.
Et en effet rien ne nous sera caché des 240 manifestations de la CGT alors que Laurent Berger, ce social-traître, se contentera d'aller regarder un film avec quelques amis (?). Besancenot est interrogé et nous assure que la grève à la SNCF va repartir, que la convergence des luttes va se produire, que les sondages, sont faux. Pourquoi ils sont faux lui demande-t-on? "Parce qu'on le sait!". Argument d'autorité s'il en est. Lui , Besancenot converge avec toute la gauche qui se rassemble avec enthousiasme ( sauf LFI, le PS et ce qui reste des RdG bien sûr).  Résultat: 2 à 300 manifestants hier, 1 200 à la même heure contre la réintroduction de deux ours dans les Pyrénées…
Vers 7 h 38, Annabelle Grellier nous dit tout le mal qu'elle pense du dialogue social à la Macron: amateurisme, manque d'expérience, autoritarisme, absence d'écoute. Des syndicalistes très remontés confirment. Conclusion, Macron est vraiment mauvais, très mauvais. Après les merveilleuses années que nous avons connues de réformes intelligentes, de situation sociale enviable, de gestion financière brillante des déficits structurels et de la dette, Macron mène une politique antisociale épouvantable qui nous mène à la catastrophe. Il était temps qu'Annabelle Grellier tire le signal d'alarme, nous décille les yeux.
7 h42, hommage à Karl Marx. On ressort les saints ossements. Comme le marxisme tel que nous l'avons connu n'est quand même plus défendable, on se contente maintenant de porter aux nues  les brillantes analyses de Karl. Que les faits sur lesquels elles se basent datent de 175 ans n'a guère d'importance . Delorme interroge une économiste atterré, certain de ne pas avoir de contradiction. En fait, il développe son propre discours dont il attend une approbation par son invité (par exemple, sur la courbe de Kuznets). Il affirme, coupe la parole, contredit sans développer de façon assez grossière (sur le ruissellement , par exemple, contradiction ridicule)… Étrange.
Concrètement, l'économiste atterré, Thomas Coutreau, était intéressant, précis et avait l'intelligence de rester dans son rôle d'économiste. Sa critique, fondée sur des faits et non pas des espérances, de l'analyse marxiste de la baisse du taux de profit est ponctuée de "hum", "hmmm" dubitatifs de Delorme.
Bref l'impression très forte que celui-ci avait (bien) préparé son petit show et espéré qu'un compère atterré allait lui donner un coup de main, mais s'est aperçu un peu tard que ce n'était pas le cas. Amusant.

En deuxième partie, Delorme revient sur un article du Monde sur un retour de Marx aux États-Unis. Cet article était une plaisanterie. Déjà Marx n'est jamais "entré" aux USA et ne peut donc y revenir, ensuite quelques centaines d'étudiants de la côte Est ne font pas un mouvement. Très peu d'intérêt. Coutreau confirme la mort du marxisme intellectuel des années 70-80 à l'Université, Delorme fait alors virer le débat vers la politique et la révolution (à l'ancienne).
Au passage: Delorme félicite Marx d'avoir prévu que "le capitalisme menaçait la terre"… personne ne lui fait remarquer que les régimes marxistes ont particulièrement brillé dans les atteintes à l'environnement, URSS, Cambodge, Chine, etc…
Puis le débat s'enlise quand on essaye de trouver chez Marx une réponse à toute la problématique actuelle (robots etc.) en interprétant des bribes de citations.  Comment Marx analyserait la crise des subprimes? On fait parler le grand mort.

Au total, un débat néanmoins intéressant, grâce à Thomas Coutreau et Isabelle Garraud, mais où manquait la présence d'un participant "indifférent" à l'image de Marx. Delorme, en bon marxiste (intellectuel ou militant), n'a pas joué le jeu, puisque se prenant pour un participant et non un animateur ou modérateur (que modérer quand tout le monde pense à peu près la même chose?).


Perle : aux USA après la guerre impôt sur le revenu à 94% pour la tranche supérieure "pour lutter contre les inégalités"! Bien évidemment, c'était parce que l'Amérique très endettée au sortir de la guerre devait prendre en charge le retour des GISs et désireuse d'alimenter la politique d'aide à l'Europe avait besoin d'argent.

Voir le profil de l'utilisateur

634
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mar 01 Mai 2018, 21:54

munstead(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30511) a écrit:Delorme présente le contenu du journal de 7 H/ 1: "le pays s'apprête à vivre une journée d'action sociale"; 2/ un point sur les inégalités sociales et de revenus grandissantes. 3/ l'anniversaire de Karl Marx .On est prévenu.
Et en effet rien ne nous sera caché des 240 manifestations de la CGT alors que Laurent Berger, ce social-traître, se contentera d'aller regarder un film avec quelques amis (?). Besancenot est interrogé et nous assure que la grève à la SNCF va repartir, que la convergence des luttes va se produire, que les sondages, sont faux. Pourquoi ils sont faux lui demande-t-on? "Parce qu'on le sait!". Argument d'autorité s'il en est. Lui , Besancenot converge avec toute la gauche qui se rassemble avec enthousiasme ( sauf LFI, le PS et ce qui reste des RdG bien sûr).  Résultat: 2 à 300 manifestants hier, 1 200 à la même heure contre la réintroduction de deux ours dans les Pyrénées…
La veille, plus de 35 000 personnes s'étaient déplacées pour PSG-Guingamp (2-2, bravo les Bretons !)... Quant à aujourd'hui tandis que 150 000 manifestants à tout casser (c'est le cas de le dire) sont répertoriés en France, des centaines de milliers, voire des millions, ont voté marche ou vélo dans les parcs et forêts, c'est dire la représentativité des banderollés parisiens et des cortèges dans les autres régions.

Mais c'est Florian Delorme, le pourfendeur des fausses nouvelles et des informations fantaisistes qui va vous assurer du succès des "C'est la lutte finale" et autres faucilles et marteaux (marteaux, ils le sont totalement aux yeux des gens qui ont connu le joug soviétique).

La séquence Besancenot est celle de la veille à 22h recyclée le matin. Le gars doit porter plainte contre sa voyante, car il assure quasiment que la révolution est pour demain. En tous les cas, ça réjouit bien la cellule LFI de la rédaction de France Culture. Demain matin, ça promet ! Munstead sur le pont à l'aube, svp !

Voir le profil de l'utilisateur

635
Répondre en citant  
Interrogations journalistiques - le Ven 04 Mai 2018, 07:42

1er sujet traité à 7h01, donc en principe le plus important :ce matin, pour FC, c'est la restauration et la diffusion en DVD d'un film prémonitoire autrichien de 1922 imaginant un dictateur éliminant la collectivité juive. Quelques détails sont donnés et on nous rappelle que l'Autriche est actuellement dirigée par un gouvernement d'extrême-droite (ce n'est pas si simple, mais bref). La journaliste ne se pose pas les questions qui semblent au moins aussi intéressantes: comment ce film a-t-il été reçu à l'époque? Quelle a été sa carrière? Celle de son auteur? Que la seule remarque porte sur le fait que ce film est rediffusé sous un "gouvernement d'extrême-droite" semble même prouver le contraire de ce que cette information voudrait laisser entendre…

Second sujet. La France vient d'atteindre en mai le jour du dépassement, ce qui veut dire qu'elle ne produit plus ce qu'elle consomme à partir de ce jour et jusqu'au 31 décembre. L'an dernier ce jour était en août. Tout individu normalement constitué devrait se demander pourquoi ce jour s'est avancé de plus de 3 mois en un an. Quelle drame s'est produit? A-t-on changé les critères d'évaluation? Personne ne se pose ce genre de question à FC, et le président (ancien politicien) de WWF pas davantage. Par ailleurs à quelle période lointaine la France pouvait-elle vivre en autarcie?

Troisième sujet: des députés LREM envoient une lettre au MEDEF au nom du "progrès". C'est à peu près incompréhensible. L'intervention d'un député reprend la présentation du sujet, et on n'interroge évidemment pas le MEDEF.

Ensuite, nous aurons droit à Clémentine Autain, suivie d'Edouard Balladur.
Demain sans doute Ruffin, vs. Giscard d'Estaing?

Perle: reportage sympathique sur le tourisme en banlieue. Une dame de Versailles reçue chez l'habitant: "Malika a été très heureuse de nous recevoir, n'est-ce pas Malika?"

Voir le profil de l'utilisateur

636
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 04 Mai 2018, 07:58

Merci pour vos comptes rendus réguliers des journaux, dont  celui ci-dessus duquel j'extrais ce passage
munstead(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30526) a écrit: (...) Second sujet. La France vient d'atteindre en mai le jour du dépassement, ce qui veut dire qu'elle ne produit plus ce qu'elle consomme à partir de ce jour et jusqu'au 31 décembre. L'an dernier ce jour était en août. Tout individu normalement constitué devrait se demander pourquoi ce jour s'est avancé de plus de 3 mois en un an. Quelle drame s'est produit? A-t-on changé les critères d'évaluation? Personne ne se pose ce genre de question à FC, et le président (ancien politicien) de WWF pas davantage. Par ailleurs à quelle période lointaine la France pouvait-elle vivre en autarcie? (...)
Concernant "le jour du dépassement" de l'an dernier, (quelle pertinence a cette statistique ? Est-elle validée par d'autres organismes ?), Le Figaro écrit "En avance sur l'annonce du «jour du dépassement» pour 2018 où la population mondiale aura consommé toutes les ressources naturelles créées en une année sur la planète (et où les écosystèmes auront atteint leur capacité maximale d'absorption des émissions humaines de CO2), qui devrait se situer vers le début août, l'organisation non-gouvernementale WWF-France a indiqué que le jour du dépassement est atteint en France le 5 mai, un jour plus tôt qu'en 2017. Elle relaie en cela les travaux du «think-tank» Global Footprint Network qui a proposé en mars dernier de lancer une étude par pays et par ville. C'est un moyen de marquer encore plus sûrement les esprits et de s'adresser plus directement à chaque personne."

Trois mois ou un jour ?* De toute façon, ces chiffres n'ont aucun sens, mais la quantification permet de lancer des discours utiles à ceux qui les tiennent (ONG, journalistes, etc).

Et que vient faire le WWF dans cette galère ?Je croyais que le domaine de cette ONG était la préservation de la faune sauvage.

* Le Figaro avait publié en 2017 un texte alarmiste titré "Le 2 août, le jour où une seule Terre ne suffit plus à l'humanité".  "Terre"; "l'humanité" (manque  "apocalypse"...) : on croirait être sur France Culture.



Dernière édition par Philaunet le Ven 04 Mai 2018, 08:12, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

637
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 04 Mai 2018, 08:11

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30527) a écrit:
Merci pour vos comptes rendus réguliers des journaux, dont  celui ci-dessus duquel j'extrais ce passage
munstead(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30526) a écrit: (...) Second sujet. La France vient d'atteindre en mai le jour du dépassement, ce qui veut dire qu'elle ne produit plus ce qu'elle consomme à partir de ce jour et jusqu'au 31 décembre. L'an dernier ce jour était en août. Tout individu normalement constitué devrait se demander pourquoi ce jour s'est avancé de plus de 3 mois en un an. Quelle drame s'est produit? A-t-on changé les critères d'évaluation? Personne ne se pose ce genre de question à FC, et le président (ancien politicien) de WWF pas davantage. Par ailleurs à quelle période lointaine la France pouvait-elle vivre en autarcie? (...)
Concernant "le jour du dépassement" de l'an dernier, (quelle pertinence a cette statistique ? Est-elle validée par d'autres organismes ?), Le Figaro écrit :  "En avance sur l'annonce du «jour du dépassement» pour 2018 où la population mondiale aura consommé toutes les ressources naturelles créées en une année sur la planète (et où les écosystèmes auront atteint leur capacité maximale d'absorption des émissions humaines de CO2), qui devrait se situer vers le début août, l'organisation non-gouvernementale WWF-France a indiqué que le jour du dépassement est atteint en France le 5 mai, un jour plus tôt qu'en 2017. Elle relaie en cela les travaux du «think-tank» Global Footprint Network qui a proposé en mars dernier de lancer une étude par pays et par ville. C'est un moyen de marquer encore plus sûrement les esprits et de s'adresser plus directement à chaque personne."

Trois mois ou un jour ?* De toute façon, ces chiffres n'ont aucun sens, mais la quantification permet de lancer des discours utiles à ceux qui les tiennent (ONG, journalistes, etc).

Et que vient faire le WWF dans cette galère ?Je croyais que le domaine de cette ONG était la préservation de la faune sauvage.

* Le Figaro avait publié en 2017 un texte alarmiste titré "Le 2 août, le jour où une seule Terre ne suffit plus à l'humanité".  "Terre"; "l'humanité" (manque  "apocalypse"...) : on croirait être sur France Culture.
Je citais ce que j'avais entendu à l'antenne (ou cru comprendre?). En effet ce que vous précisez annule une de mes critiques D'accord avec vous pour le reste. Ce chiffre est en effet bien mystérieux dans son établissement comme dans les conséquences à en tirer.

Voir le profil de l'utilisateur

638
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 04 Mai 2018, 08:30

munstead(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30526) a écrit: (...) Second sujet. La France vient d'atteindre en mai le jour du dépassement, ce qui veut dire qu'elle ne produit plus ce qu'elle consomme à partir de ce jour et jusqu'au 31 décembre. L'an dernier ce jour était en août. Tout individu normalement constitué devrait se demander pourquoi ce jour s'est avancé de plus de 3 mois en un an. Quelle drame s'est produit? A-t-on changé les critères d'évaluation? Personne ne se pose ce genre de question à FC, et le président (ancien politicien) de WWF pas davantage. Par ailleurs à quelle période lointaine la France pouvait-elle vivre en autarcie?

Troisième sujet: des députés LREM envoient une lettre au MEDEF au nom du "progrès". C'est à peu près incompréhensible. L'intervention d'un député reprend la présentation du sujet, et on n'interroge évidemment pas le MEDEF.

Ensuite, nous aurons droit à Clémentine Autain, suivie d'Edouard Balladur.
Demain sans doute Ruffin, vs. Giscard d'Estaing? (...)
et
munstead(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30528) a écrit: (...) Je citais ce que j'avais entendu à l'antenne (ou cru comprendre?). En effet ce que vous précisez annule une de mes critiques D'accord avec vous pour le reste. Ce chiffre est en effet bien mystérieux dans son établissement comme dans les conséquences à en tirer.
Présentation [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10055-04.05.2018-ITEMA_21668618-0.mp3" debut="00:31" fin="00:57"] JOURNAL DE 7H du vendredi 04 mai 2018
On note le ton badin de Guillaume Erner le scootériste parisien (faire du vélo ne lui viendrait pas à l'idée, mais chacun a ses raisons de se déplacer comme il l'entend) et la très mauvaise syntaxe de la présentatrice qui dit le contraire de ce qu'elle veut signifier : "Une centaine de parlementaires LaREM interpelle le Medef pour cesser, je cite, ''de résister encore et toujours au progrès''". Les parlementaires n'interpellent pas le Medef  pour cesser quoi que ce ce soit, mais pour que le Medef cesse de...

On est bien sur France Culture, et l'on y est mal.

Voir le profil de l'utilisateur

639
Répondre en citant  
''Le boulechite'' (auditeur) - le Mer 09 Mai 2018, 14:28

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p620-les-matins-de-france-culture#30501) a écrit:Vocabulaire assez limité...

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-30.04.2018-ITEMA_21663862-2.mp3" debut="09:33" fin="11:46"]

Bravo d'être allé jusqu'au bout de ces deux minutes. En passant "le tact, la politesse ne sont pas soucieux de la vérité". Quel psychologue...

France Culture dans toute sa splendeur. Même un auditeur scandalisé au moment de la casse de France Culture en 1999 n'aurait pu imaginer ce type de dialogue (quand même presque 20 minutes de répétition du même mot).

L'Invité des Matins par Florian Delorme le 30 04 2018

Sur Florian Delorme, voir aussi le post de munstead de 7h59 Guillaume est à la plage
Cet auditeur l'exprime mieux que ci-dessus (on prend trop de gants sur ce forum) :

Au courrier de Radio France : à l’équipe de L’invité des matins
JEAN-LOUIS LE GUAY 07/05/2018 11:12 France Culture

Ce matin, lundi 30 avril, j’allume la radio sur France Culture vers 8h40. J’écoute l’entretien de Sebastian Dieguez par Florian Delorme sur le boulechite. Boulechite… qu’est-ce que c’est que ce truc ? S’agit-il d’un petit amas de résine de cannabis ? Je n’ai pas de compte sur Facebook ni sur Twitter, bref, sur aucun réseau social. Je n’ai jamais eu l’attention attiré par ce mot – boulechite -, néanmoins, je le suppose anglais et devant s’écrire bullshit. Dans mon ignorance crasse, je compte sur France Culture pour acquérir les idées claires. J’écoute donc attentivement ma radio préférée… Imaginez ma frustration, au bout des dix-huit minutes d’entretien, ma connaissance de l’anglais n’a pas été enrichie de ce mot – bullshit – dont la consonance à mes oreilles sonne plutôt dans la vulgarité. À bien y réfléchir, qu’est-ce que c’est qu’un bullshitter ? (d’ailleurs mon correcteur d’orthographe de Windows me souligne le mot en rouge.) La redondance des mots utilisés m’a fait comprendre que cela avait à voir avec le mensonge, les fausses nouvelles et avec un concept dont les locuteurs ne m’ont pas fourni la définition : la post-vérité. Ils parlent de toutes ces nouvelles propagées sur les réseaux sociaux. Je prends la plume car je suis irrité. J’ai cru entendre un débat de BFMTV. Permettez-moi cette remarque : les idées claires, ça commence par définir ce dont on veut parler et ça passe par l’utilisation de la langue française. Paraîtrais-je plus intelligent si je disais à mon enfant « prends ton messer pour couper ta viande » ? Ou bien « un vaso de jus d’orange te ferait-il plaisir ? » ? Même si je suis persuadé que ça ne sert strictement à rien, cette brève note me fait du bien.

Voir le profil de l'utilisateur

640
Répondre en citant  
Ne pas fâcher un ami éditeur... - le Ven 25 Mai 2018, 14:51

Avec ce titre-élément de langage niais Tome Wolfe, Philip Roth... ce que nous fait la littérature américaine France Culture, via Guillaume Erner, fait la nécrologie de deux de ses icônes.

Concernant Philip Roth, l'un des invités a cette phrase (reproduite sur la page de l'émission) : « Roth était investi subjectivement dans ce qu’il écrivait : ça veut dire se compromettre soi-même dans ses sujets et prendre des risques. C’est une liberté qui est une liberté d’expérimentation individuelle ». Une citation qui illustre la misère de la critique littéraire, bien sûr mise en exergue à France Culture.

J'ai signalé un article du Point sur Philip Roth (voir Unanimisme suspect). Il est resté en accès libre durant trois heures, il est désormais en accès restreint.

Le 3e § se lisait ainsi : "Rinaldi n'aime pas le style rothien (« Les phrases s'empressent l'une derrière l'autre dans un piétinement de troupeau de moutons au milieu de la chaussée »), ni même son univers (« variations autobiographiques, truffées d'adverbes en ment ») et encore moins sa « vulgarité ». Ce qui lui fait dire que Roth se lit « dans les couloirs des trains du dimanche soir [...], une canette de bière à la main ». Il peste contre « la recette de l'onanisme qui se pratique à l'aide d'une tranche de bifteck » lue dans Portnoy et son complexe. Il s'indigne que l'auteur nous vende toujours la même salade : « La sexualité et la condition juive dans une société anglo-saxonne et protestante. »". Le Point se singularise joliment dans le paysage médiatique qui doit sans doute avoir, comme France Culture,  quelques intérêts partagés avec un certain éditeur parisien qui publie tout Roth et  dont le décès doit être transformé en jackpot (vu qu'il n'a pu enrichir la maison par manque de Nobel paraît-il). Comment comprendre cet unanimisme, sinon ?

Tom Wolfe a, lui aussi, été largement acclamé par France Culture à sa disparition il y a quelques jours. Hasard, l'auteur américain est principalement édité par la même maison parisienne, laquelle économise encore en frais de communication et de publicité via France Culture et les autres (qu'en dira de dithyrambique Télérama ? Smile)

La page de France Culture cite un critique invité (et non l'inverse) :  « Chez Tom Wolfe, il y avait un ton, une insolence, qui ne sont pas forcément recherchés dans le journalisme sérieux. »

Le critique Renaud Matignon, le 29 mai 1997 dans Le Figaro Littéraire, donnait un ton moins complaisant à un billet sur l'écrivain intitulé " Tom Wolfe : un moraliste de latrines". Cette chronique n'est pas en ligne. Un extrait donc (pp. 599 à 601) du recueil "La liberté de blâmer" chez Bartillat en 1998 : "Il y a autant de crédulité, et pour tout dire autant de niaiserie à voir dans l’ignominie le moteur constant de l'humanité qu'à mettre partout de l'innocence. Cette convention de la laideur universelle fournit à Tom Wolfe son procédé le plus répétitif et le plus voyant. Ce procédé c'est le coup de poing. (...) Ce petit roman ["Embuscade à Fort Bragg", chez Laffont] paraît interminable tant on y ronronne dans l’immonde et tant on s'y ennuie. Sans doute M Tom Wolfe y trouve t-il quelque agrément. On peut dire qu'un rien l'amuse".

Voir le profil de l'utilisateur

641
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 01 Juin 2018, 21:50

Pour les Matins, le vendredi est le jour de la semaine où l'on peut traiter de sujets mineurs, accessoires, divertissants, car la semaine est quasiment terminée, les sujets "importants" (politique, politique, politique et social) ont été traités les jours précédents, et il faut se préparer mentalement pour le weekend. Et pour une station anciennement culturelle qui a choisi de remplacer ses émissions de transmission par du commentaire politique et de l'activisme déguisé en expertise, quoi de plus accessoire, de plus mineur et de plus divertissant qu'un sujet culturel ? Alors pour les Matins, la culture, quand il reste de la place, c'est le vendredi. On passera l'interview floue et officielle d'Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture pour s'intéresser à l'entretien suivant, celui d'Alexandre Gady, président de l'association Sites et Monuments, ancienne Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de France (nom réac!). C'est une invitation pour le moins surprenante de la part d'une radio qui ne parle quasiment jamais de patrimoine, et fait encore moins intervenir les associations de défense de celui-ci. Lorsqu'elles sont citées, c'est quand elles peuvent servir un propos anticapitaliste (actions anti-pub, opposition au bétonnage des littoraux, des grandes tours etc.), mais jamais au titre de la préservation du patrimoine architectural, de la réflexion autour des pratiques et techniques de restauration, du classement et des inscriptions de monuments etc. Ces questions ne les intéressent pas car le patrimoine est le parent pauvre et réac du champ culturel parisien : Pouah ! La transmission ! L'héritage ! La compréhension d'un passé qui ne peut pas être récupéré politiquement ! Quelle horreur ! On lui préfère le spectacle vivant et l'art contemporain, infiniment plus compatibles avec un catéchisme politique qui constitue désormais la colonne vertébrale de la station.

On ne pouvait donc que se réjouir à l'écoute d'un trop bref entretien sans doute organisé en raison de l'implication d'une célébrité, de Stéphane Bern, l'initiateur du loto patrimonial, et qui donne ainsi au sujet un vernis divertissant que les journalistes adorent. On peut parier que sans ce loto patrimonial et sans Stéphane Bern, France Culture aurait continué à ignorer superbement les enjeux de ce secteur culturel pourtant plébiscité par les Français. Au contraire des invités sociologues, politologues etc. de l'émission, Alexandre Gady a la parole claire, précise et documentée. Pas une trace d'hésitation feinte. On a pu profiter, au vol de cet entretien mené en quatrième vitesse, de réflexions sur la restauration à l'ancienne/contemporaine de monuments, de la perception des paysages, des questions de classements, de la fréquentation touristique des sites patrimoniaux... Toutes choses qui mériteraient une émission (au moins) hebdomadaire dans la grille de France Culture, mais qui n'occuperont vraisemblablement qu'une petite demie-heure cette année.

Et quand on se rend sur la page de l'émission, quelle citation a-t-on choisi pour illustrer l'entretien ?

Alexandre Gady, historien, président de " Sites et Monuments" : " La question des paysages m'inquiète. L'éolienne est une machine qui ne sert à rien, elle banalise les paysages français alors que cela ne fonctionne que 30 % du temps. C'est une escroquerie intellectuelle !"


De la petite controverse à deux sous, taillée pour faire réagir. Rien sur le reste. Ca ne les intéresse pas. On ne les changera plus. Et ils n'en reparleront sans doute plus cette année.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


642
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture -

Les matins de France Culture     Page 64 sur 67

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 63, 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum