Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les matins de France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Les matins de France Culture    Page 65 sur 67

Bas de page ↓   

641
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Ven 01 Juin 2018, 21:50

Pour les Matins, le vendredi est le jour de la semaine où l'on peut traiter de sujets mineurs, accessoires, divertissants, car la semaine est quasiment terminée, les sujets "importants" (politique, politique, politique et social) ont été traités les jours précédents, et il faut se préparer mentalement pour le weekend. Et pour une station anciennement culturelle qui a choisi de remplacer ses émissions de transmission par du commentaire politique et de l'activisme déguisé en expertise, quoi de plus accessoire, de plus mineur et de plus divertissant qu'un sujet culturel ? Alors pour les Matins, la culture, quand il reste de la place, c'est le vendredi. On passera l'interview floue et officielle d'Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture pour s'intéresser à l'entretien suivant, celui d'Alexandre Gady, président de l'association Sites et Monuments, ancienne Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de France (nom réac!). C'est une invitation pour le moins surprenante de la part d'une radio qui ne parle quasiment jamais de patrimoine, et fait encore moins intervenir les associations de défense de celui-ci. Lorsqu'elles sont citées, c'est quand elles peuvent servir un propos anticapitaliste (actions anti-pub, opposition au bétonnage des littoraux, des grandes tours etc.), mais jamais au titre de la préservation du patrimoine architectural, de la réflexion autour des pratiques et techniques de restauration, du classement et des inscriptions de monuments etc. Ces questions ne les intéressent pas car le patrimoine est le parent pauvre et réac du champ culturel parisien : Pouah ! La transmission ! L'héritage ! La compréhension d'un passé qui ne peut pas être récupéré politiquement ! Quelle horreur ! On lui préfère le spectacle vivant et l'art contemporain, infiniment plus compatibles avec un catéchisme politique qui constitue désormais la colonne vertébrale de la station.

On ne pouvait donc que se réjouir à l'écoute d'un trop bref entretien sans doute organisé en raison de l'implication d'une célébrité, de Stéphane Bern, l'initiateur du loto patrimonial, et qui donne ainsi au sujet un vernis divertissant que les journalistes adorent. On peut parier que sans ce loto patrimonial et sans Stéphane Bern, France Culture aurait continué à ignorer superbement les enjeux de ce secteur culturel pourtant plébiscité par les Français. Au contraire des invités sociologues, politologues etc. de l'émission, Alexandre Gady a la parole claire, précise et documentée. Pas une trace d'hésitation feinte. On a pu profiter, au vol de cet entretien mené en quatrième vitesse, de réflexions sur la restauration à l'ancienne/contemporaine de monuments, de la perception des paysages, des questions de classements, de la fréquentation touristique des sites patrimoniaux... Toutes choses qui mériteraient une émission (au moins) hebdomadaire dans la grille de France Culture, mais qui n'occuperont vraisemblablement qu'une petite demie-heure cette année.

Et quand on se rend sur la page de l'émission, quelle citation a-t-on choisi pour illustrer l'entretien ?

Alexandre Gady, historien, président de " Sites et Monuments" : " La question des paysages m'inquiète. L'éolienne est une machine qui ne sert à rien, elle banalise les paysages français alors que cela ne fonctionne que 30 % du temps. C'est une escroquerie intellectuelle !"


De la petite controverse à deux sous, taillée pour faire réagir. Rien sur le reste. Ca ne les intéresse pas. On ne les changera plus. Et ils n'en reparleront sans doute plus cette année.

Voir le profil de l'utilisateur

642
Répondre en citant  
Alexandre Gady, historien de l'architecture - le Sam 02 Juin 2018, 09:48

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t19p630-les-matins-de-france-culture#30678) a écrit:Pour les Matins, le vendredi est le jour de la semaine où l'on peut traiter de sujets mineurs, accessoires, divertissants, car la semaine est quasiment terminée, les sujets "importants" (politique, politique, politique et social) ont été traités les jours précédents, et il faut se préparer mentalement pour le weekend
Ou laisser la place aux Matin du samedi, qui ont pour sujet(s) : "politique, politique, politique et social". Voir ce samedi 02 juin avec le "collectif 'Roya Citoyenne' qui [porte] secours aux migrants." et "la question des logements sociaux". La matinée se poursuivant avec Répliques "Mai 1968 dans le texte" ; Concordance des temps, "L'homme de Neanderthal : primitif, vraiment ?" ; Affaires étrangères, "Les relations transatlantiques" ; Politique !, "Le roi dollar".

Au fait, comment expliquer la passion de ces derniers mois pour "L'homme de Neanderthal ", invité de nombre d'émissions ? Est-il victime de discriminations ? Faut-il le "réhabiliter" ? Le titre semble le laisser penser...
Et pour une station anciennement culturelle qui a choisi de remplacer ses émissions de transmission par du commentaire politique et de l'activisme déguisé en expertise, quoi de plus accessoire, de plus mineur et de plus divertissant qu'un sujet culturel ? Alors pour les Matins, la culture, quand il reste de la place, c'est le vendredi. On passera l'interview floue et officielle d'Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture
Et depuis 2017 directrice générale de l'UNESCO, dont le siège est à Paris et qui a publié son rapport 2017
pour s'intéresser à l'entretien suivant, celui d'Alexandre Gady, président de l'association Sites et Monuments, ancienne Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de France (nom réac!). C'est une invitation pour le moins surprenante de la part d'une radio qui ne parle quasiment jamais de patrimoine, et fait encore moins intervenir les associations de défense de celui-ci. Lorsqu'elles sont citées, c'est quand elles peuvent servir un propos anticapitaliste (actions anti-pub, opposition au bétonnage des littoraux, des grandes tours etc.), mais jamais au titre de la préservation du patrimoine architectural, de la réflexion autour des pratiques et techniques de restauration, du classement et des inscriptions de monuments etc.
Les trois combats mentionnés ci-dessus sont liés à la préservation du patrimoine architectural qui s'inscrit dans un paysage (cf. post ''Paysages de France''). Et si certains donnent un ton idéologique à leur engagement, la mobilisation autour de ces causes (la préservation de la loi littoral, par exemple) est le fait d'associations qui ne remettent pas en cause le système économique dans son ensemble.
Ces questions ne les intéressent pas car le patrimoine est le parent pauvre et réac du champ culturel parisien : Pouah ! La transmission ! L'héritage ! La compréhension d'un passé qui ne peut pas être récupéré politiquement ! Quelle horreur ! On lui préfère le spectacle vivant et l'art contemporain, infiniment plus compatibles avec un catéchisme politique qui constitue désormais la colonne vertébrale de la station.
J'ai l'impression que l'art contemporain est en recul sur l'antenne. Pour le spectacle vivant, attendons la déferlante Py d'Avignon, le thème de l'été va faire jubiler la station.
On ne pouvait donc que se réjouir à l'écoute d'un trop bref entretien sans doute organisé en raison de l'implication d'une célébrité, de Stéphane Bern, l'initiateur du loto patrimonial, et qui donne ainsi au sujet un vernis divertissant que les journalistes adorent. On peut parier que sans ce loto patrimonial et sans Stéphane Bern, France Culture aurait continué à ignorer superbement les enjeux de ce secteur culturel pourtant plébiscité par les Français.
Avoir mis l'icône Bern à la tête de ce projet est un coup de maître : ceux qui l'apprécient tout comme ceux qui le raillent font parler du patrimoine. Personne en revanche ne semble s'émouvoir de l'introduction d'un nouveau jeu d'argent officiel. Promouvoir la loterie, c'est ancrer la superstition et décrédibiliser la relation "effort + intelligence = récompense". Les jeux d'argent sont un des poisons (et tranquillisants) du monde moderne.
Au contraire des invités sociologues, politologues etc. de l'émission, Alexandre Gady a la parole claire, précise et documentée. Pas une trace d'hésitation feinte. On a pu profiter, au vol de cet entretien mené en quatrième vitesse, de réflexions sur la restauration à l'ancienne/contemporaine de monuments, de la perception des paysages, des questions de classements, de la fréquentation touristique des sites patrimoniaux... Toutes choses qui mériteraient une émission (au moins) hebdomadaire dans la grille de France Culture, mais qui n'occuperont vraisemblablement qu'une petite demie-heure cette année.
Il n'est pas interdit aux auditeurs (h/f) de demander la création d'une émission hebdomadaire spécialement dédiée à un objet du patrimoine architectural. En s'adressant directement à la station, à Radio France, aux députés, au ministère, individuellement ou via une association.
Et quand on se rend sur la page de l'émission, quelle citation a-t-on choisi pour illustrer l'entretien ?

Alexandre Gady, historien, président de " Sites et Monuments" : " La question des paysages m'inquiète. L'éolienne est une machine qui ne sert à rien, elle banalise les paysages français alors que cela ne fonctionne que 30 % du temps. C'est une escroquerie intellectuelle !"


De la petite controverse à deux sous, taillée pour faire réagir. Rien sur le reste. Ca ne les intéresse pas. On ne les changera plus. Et ils n'en reparleront sans doute plus cette année.
Comme beaucoup de médias, France Culture est une radio de combat qui met en avant les désaccords, les affrontements, parce que cela attire l'attention et suscite l'émotion. La direction dira sans doute que c'est un moyen d'amener l'auditeur à des contenus de réflexion.  Pour faire venir le chaland dans un contexte de saturation d'informations, il faut frapper toujours plus fort, d'où les sujets et photos à caractère sexuel quotidiennement présents sur la page d'accueil de la station.

Sur l'éolien, j'ai beaucoup apprécié les propos d'Alexandre Gady* [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-01.06.2018-ITEMA_21698070-3.mp3" debut="11:53" fin="13:25"]

Sur la publicité également [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-01.06.2018-ITEMA_21698070-3.mp3" debut="14:37" fin="15:29"]

En revanche, je remarque que la manière de parler de Guillaume Erner est de plus en plus affectée, ponctuée de gloussements et de grognements. On ne pourrait pas lui demander de quitter cette prosodie niaise et de parler normalement ?

* historien de l'architecture français, spécialiste de l'architecture de l'époque moderne, membre du Centre André-Chastel1, professeur de l'Université Paris-Sorbonne.

Voir le profil de l'utilisateur

643
Répondre en citant  
La parole de Stephen SMITH, professeur d’études africaines - le Jeu 05 Juil 2018, 13:47

Merci Yann Sancatorze d'avoir signalé ces deux fort intéressantes séquences (respectivement 19' et 13') : Migrants, un consensus européen incertain ? (1) et Migrants, un consensus européen incertain ? (2) du  02/07/2018.

On y entend Stephen Smith, professeur d’études africaines*, exposer le sujet de la migration africaine vers l'Europe.  En face de lui, Mme Gesbert, non en journaliste, mais en porte-parole engagée de "la bonne cause", multiplie les interventions (appelées "questions") d'une singulière naïveté. Stephen Smith s'en étonne (pas l'auditeur h/f...).

On ne saurait trop conseiller l'écoute de ces deux séquences qui tranchent avec les idées toutes faites entendues à longueur de journée sur l'antenne. Plusieurs passages méritent d'être relevés et médités.


* Professeur d'études africaines, journaliste spécialisé sur l'Afrique. publie “La ruée vers l’Europe : la jeune Afrique en route vers le vieux continent” (Grasset)

Voir le profil de l'utilisateur

644
Répondre en citant  
Stephen Smith et madame Ôjordui - le Jeu 05 Juil 2018, 17:11

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p640-les-matins-de-france-culture#30816) a écrit:Merci Yann Sancatorze d'avoir signalé ces deux fort intéressantes séquences (respectivement 19' et 13') : Migrants, un consensus européen incertain ? (1) et Migrants, un consensus européen incertain ? (2) du  02/07/2018.

On y entend Stephen Smith, professeur d’études africaines*, exposer le sujet de la migration africaine vers l'Europe.  En face de lui, Mme Gesbert, non en journaliste, mais en porte-parole engagée de "la bonne cause", multiplie les interventions (appelées "questions") d'une singulière naïveté. Stephen Smith s'en étonne (pas l'auditeur h/f...).

On ne saurait trop conseiller l'écoute de ces deux séquences qui tranchent avec les idées toutes faites entendues à longueur de journée sur l'antenne. Plusieurs passages méritent d'être relevés et médités.


* Professeur d'études africaines, journaliste spécialisé sur l'Afrique. publie “La ruée vers l’Europe : la jeune Afrique en route vers le vieux continent” (Grasset)

Par exemple, émission 1 : après une question/affirmation d'un kilomètre de long de la part d'O. Gesbert : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-0.mp3" debut="08:34" fin="10:13"]

Le regard d'Emmanuel Macron sur l'Afrique [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-0.mp3" debut="10:48" fin="12:12"]

Émission 2 :

"Il ne faut pas aider alors ?" (O. Gesbert)  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-1.mp3" debut="01:01" fin="02:38"]

Vous reprendrez bien une affirmation de Mme Gesbert ?  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-1.mp3" debut="03:58" fin="06:02"]

Stephen Smith : "Comment vous transformez quelqu'un qui vient d'une autre culture en concitoyen ? Ça ne se fait pas sans difficulté. (...) Qui va faire ce travail ?"

Sur l'hospitalité : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-1.mp3" debut="07:33" fin="08:54"]

Sur l'homophobie en Afrique : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-02.07.2018-ITEMA_21731013-1.mp3" debut="10:53" fin="11:39"]

Le comble : la langue française de l'Américain Stephen Smith est plus riche, plus articulée, plus claire que celle d'Olivia Gesbert...



Dernière édition par Philaunet le Jeu 05 Juil 2018, 20:25, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

645
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Jeu 05 Juil 2018, 19:41

Merci pour tout ce travail de relevé, cher Philaunet. Quelquefois, on trouve une émission, un entretien qui synthétise admirablement tout ce qui ne va pas chez un producteur, un véritable concentré de défauts où tout est joué cartes sur tables. Olivia Gesbert représente le paradigme directorial avec une précision redoutable : langue floue, causes à défendre sans même montrer un quelconque effort de neutralité, obsessions thématiques, vernis sociologique, voix mélodieuse... Et c'est en face d'un Stephen Smith qu'on aperçoit que son système de pensée est totalement fossilisé, figé, et surtout indéfendable.  En terme de foot (c'est à la mode en ce moment), cet entretien ressemble à ce schéma : attaque, contre attaque -> but (répéter l'opération une bonne vingtaine de fois). C'est tout de même gênant, de la part d'une productrice de France Culture, qu'elle ne puisse même pas défendre un corpus d'idées qu'elle ressasse et défend tous les jours. La cause, bien sûr, c'est l'effet de bulle d'information : à force de lire la presse amie, d'inviter des gens qui vont compléter vos propres opinions et de refuser d'entendre toute idée contraire (car diabolisée, entendue sans chercher à en comprendre les fondements), on se constitue un faisceau d'idées totalement inopérantes en situation de débat. Et ça n'aide pas, en effet, que Stephen Smith, dont le français n'est pas la première langue, s'exprime sans quasiment aucune hésitation, avec un vocabulaire précis, des phrases construites et sans aucune ambiguïté verbeuse. En comparaison, les croyances d'Olivia Gesbert, qui transparaissent dans ses longues questions et ses réactions, paraissent ne se fonder sur rien d'autre qu'un vague catéchisme mal maîtrisé. On l'entend lorsqu'elle fait des sorties anti-démocratiques sur les questions migratoires. On croit rêver. Nous avons une productrice de France Culture qui milite ouvertement contre la démocratie, il faut le faire.

Stephen Smith n'a sans doute pas été invité pour ses idées, mais probablement parce qu'il a été cité au cours du fameux pugilat présidentiel avec Bourdin et Plenel, et que c'est médiatique. Et ce qui est médiatique, c'est bon ça coco. Vous ne verrez jamais Olivia Gesbert inviter une personnalité qui pense contre elle et n'est pas médiatique. Ce serait trop aventureux pour elle, et inutile en terme de renommée. Espérons au moins que son interview avec Stephen Smith ait pu ébranler un peu son édifice fossilisé de certitudes moralisatrices, et qu'à défaut de faire notre éducation (le grand public est connecté et curieux), elle ait pu contribuer à faire la sienne, petit à petit...

Voir le profil de l'utilisateur

646
Répondre en citant  
Maquillage - le Ven 06 Juil 2018, 00:13

Sur l'intervieweuse politique des Matins en été et des Grandes tables du midi le reste de l'année,
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t19p640-les-matins-de-france-culture#30818) a écrit: (...) Quelquefois, on trouve une émission, un entretien qui synthétise admirablement tout ce qui ne va pas chez un producteur, un véritable concentré de défauts où tout est joué cartes sur tables. Olivia Gesbert représente le paradigme directorial avec une précision redoutable : langue floue, causes à défendre sans même montrer un quelconque effort de neutralité, obsessions thématiques, vernis sociologique, voix mélodieuse... (...)
Sur la voix de Mme Gesbert, voir Un effacement factice.

Voir le profil de l'utilisateur

647
Répondre en citant  
Michel Winock, magistral - le Ven 06 Juil 2018, 14:06

Dans le second volet de La République à la première personne, grand entretien avec Michel Winock, ce dernier inflige tranquillement, intelligemment, leçon sur leçon à l'idéologue de service, Mme Gesbert (voir par ailleurs Olivia Gesbert, un effacement factice).

Cela commence ainsi (il est question de la construction européenne) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="00:45" fin="02:10"]

À suivre (retour sur le 1er volet et suite du second).

Voir le profil de l'utilisateur

648
Répondre en citant  
Une ignorance flagrante des sciences poiltiques et de l'histoire - le Ven 06 Juil 2018, 15:13

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t19p640-les-matins-de-france-culture#30818) a écrit: (...) Olivia Gesbert représente le paradigme directorial avec une précision redoutable : langue floue, causes à défendre sans même montrer un quelconque effort de neutralité, obsessions thématiques, vernis sociologique, voix mélodieuse... Et c'est en face d'un Stephen Smith qu'on aperçoit que son système de pensée est totalement fossilisé, figé, et surtout indéfendable (...)
Pas seulement en face du professeur d'études africaines Stephen Smith, mais également devant cette autre pointure intellectuelle qu'est l'historien Michel Winock (voir les références aux deux entretiens du 3 juillet dans le post ci-dessus Michel Winock, magistral)
(...) les croyances d'Olivia Gesbert, qui transparaissent dans ses longues questions et ses réactions, paraissent ne se fonder sur rien d'autre qu'un vague catéchisme mal maîtrisé. On l'entend lorsqu'elle fait des sorties anti-démocratiques sur les questions migratoires. On croit rêver. Nous avons une productrice de France Culture qui milite ouvertement contre la démocratie, il faut le faire (...).
En effet, suggérer que le législateur et l'exécutif soient dessaisis de certaines attributions constitutionnelles dénote non seulement une ignorance complète des sciences politiques mais aussi un fantasme anti-démocratique dangereux.
Espérons au moins que son interview avec Stephen Smith ait pu ébranler un peu son édifice fossilisé de certitudes moralisatrices, et qu'à défaut de faire notre éducation (le grand public est connecté et curieux), elle ait pu contribuer à faire la sienne, petit à petit...
Espérons, oui, sans se faire d'illusion, vu ce que l'on entend face à Michel Winock.

Jamais la novlangue n'a paru aussi flagrante : "France Culture, l'esprit d'ouverture"... Chaque jour, on entend et lit les mêmes clichés, le même catéchisme étroit, ressassé depuis des années.

L'ouverture, ce n'est pas sur l'ex station culturelle qu'on doit la chercher, mais dans les archives, sur d'autres chaînes, dans des podcasts indépendants. Il est néanmoins légitime de s'indigner devant la captation de ressources publiques pour nourrir un objectif partisan.

Voir le profil de l'utilisateur

649
Répondre en citant  
Michel Winock, magistral historien : « je m'intéresse à la culture » - le Dim 08 Juil 2018, 13:00

Qu'Olivia Gesbert cite Le Figaro pour donner vent à son anti-macronisme est "amusant", puis qu'elle fasse référence à LFI est dans l'ordre des choses (faire croire à un équilibre...). Elle est magistralement recadrée par Michel Winock avec une belle leçon d'histoire et une présentation de la complexité des choses : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-0.mp3" debut="13:25" fin="15:49"]

Olivia Gesbert n'obtient pas de Michel Winock ce qu'elle souhaite, par ailleurs ce dernier laisse entendre qu'il est un peu las de devoir répondre sur la politique quand son journal traite de bien d'autres choses (mais on ne change pas une Gesbert obnubilée par la politique -d'opposition- à la petite semaine) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-0.mp3" debut="16:45" fin="20:39"]

Le mot fétiche de Mme Gesbert ? "Ôjordui"

Deuxième entretien à suivre, il ne manque pas de sel.

Voir le profil de l'utilisateur

650
Répondre en citant  
En finir avec les guerres en Europe (Michel Winock) - le Lun 09 Juil 2018, 20:56

Suite du post 649 ci-dessus avec le 2e volet de La République à la première personne, grand entretien avec Michel Winock (voir aussi le post 647 avec pastille sur ce 2e volet).

Une leçon d'histoire de Michel Winock à Mme Gesbert (qui prononce plusieurs fois "Mastritche") [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="07:03" fin="08:54"]

Une question de grande hauteur géopolitique de Mme Gesbert... L'audience internationale d'Emmanuel Macron / "Je ne suis pas parmi les pleureurs" (allusion à son interlocutrice ?)  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="09:33" fin="10:46"]

Ensuite un petit point sur "les études abstraites" (on relèvera que le faire montre à quel point le sens des réalités échappe à beaucoup de monde) ;  "la sélection" ;  le manichéisme "sélection"/"liberté". On relèvera le rire étouffé de Mme Gesbert quand Michel Winock dit "en même temps" (quelle bêtise !) et enfin la conclusion météorologique qui fait lever les yeux au ciel... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="11:40" fin="14:18"]

Au fait, Mme Gesbert n'oublie pas de ponctuer quasiment chacune de ses affirmations questionnantes du mot "Ôjordui". Le problème n'est pas que phonétique...

**************

Sur Michel Winock dans ce forum : Michel Winock et Gilles Candar - le Mer 08 Jan 2014 ; ''Portrait de Madame de Staël'' par Michel Winock - le Sam 22 Juil 2017, et le suivant qui contient un extrait à méditer, notamment en fin de pastille.

Voir le profil de l'utilisateur

651
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture - le Mar 10 Juil 2018, 09:32

Philaunet(http://www.regardfc.com/t19p640-les-matins-de-france-culture#30838) a écrit:
Suite du post 649 ci-dessus avec le 2e volet de La République à la première personne, grand entretien avec Michel Winock (voir aussi le post 647 avec pastille sur ce 2e volet).

Une leçon d'histoire de Michel Winock à Mme Gesbert (qui prononce plusieurs fois "Mastritche") [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="07:03" fin="08:54"]

Une question de grande hauteur géopolitique de Mme Gesbert... L'audience internationale d'Emmanuel Macron / "Je ne suis pas parmi les pleureurs" (allusion à son interlocutrice ?)  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="09:33" fin="10:46"]

Ensuite un petit point sur "les études abstraites" (on relèvera que le faire montre à quel point le sens des réalités échappe à beaucoup de monde) ;  "la sélection" ;  le manichéisme "sélection"/"liberté". On relèvera le rire étouffé de Mme Gesbert quand Michel Winock dit "en même temps" (quelle bêtise !) et enfin la conclusion météorologique qui fait lever les yeux au ciel... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-04.07.2018-ITEMA_21733128-1.mp3" debut="11:40" fin="14:18"]

Au fait, Mme Gesbert n'oublie pas de ponctuer quasiment chacune de ses affirmations questionnantes du mot "Ôjordui". Le problème n'est pas que phonétique...

**************

Le petit rire étouffé à la radio, le clin d'œil ou les yeux au ciel (à la télévision), des excuses même, dès que quelqu'un dit "en même temps", est devenu le signe de ralliement de l'opposition macronienne. Cette locution on ne peut plus banale et usitée est devenue un signe de résistance sur le thème de "on ne me la fait pas, à moi". Ce qui a pu amuser pendant quelques jours il y a un an devient un signe d'insoumission ou de lourdeur d'esprit, au choix. Amusant.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


652
Répondre en citant  
Re: Les matins de France Culture -

Les matins de France Culture     Page 65 sur 67

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 64, 65, 66, 67  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum