Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre.    Page 3 sur 10

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Mer 01 Sep 2010, 19:45

Rappel du premier message :

"Le rendez-vous" est une émission intéressante. Non pas pour son contenu, pour sa forme.

Sa forme est un simulacre de mutation et d'hybridation, prise dans la plus totale paralysie.

En ceci, elle nous montre comment des recettes emprisonnent la réflexion.

Quel est le projet des "Rendez-vous" ? Offrir un "Direct Culture Media Musique - soit une heure d'actualité culturelle en trois temps". Je cite ici la présentation de l'émission sur sa page FC.
C'est bien du temps qu'il est question, d'ailleurs, dans "Le rendez-vous". Du temps même qui sera dévolu à nier la réflexion, à nier la pause nécessaire à la réflexion. En ceci, le "Journal de la culture" de Raphaël Bourgois est symptomatique. Toujours sur le site, on nous précise qu'en sept minutes, l'essentiel de l'actualité culturelle nous est offert.

"Le journal de la culture" n'est pas une invention radiophonique. C'est même l'anti-forme radiophonique, par excellence. C'est un truc journalistique qui traîne dans la presse écrite. Quiconque a lu "Le Monde" a constaté que dans les pages de ce journal, on trouve des entrefilets : nombre d'ouvrages vendus grâce au prix Goncourt, rachat de telle maison d'édition, absence de tel cinéaste à une remise de prix ...
Sur la page du journal, ces brèves prennent leur sens, elles divertissent, elles donnent une information brute, elles délassent le regard du lecteur.

Autre exercice formel du "Rendez-vous" : l'invité du jour pose une question à l'invité du lendemain.
Nouvel exercice formel : le questionnaire de Manou Farine. Celle-ci reprend le principe du questionnaire de Proust et l'applique à un invité.
A savoir, ce truc a été trouvé par les "Inrocks". La question qui débutait leur questionnaire était "Qu'est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ?"

Un journal, un magazine se lisent. C'est un truisme ! Une radio s'écoute. Autre truisme ! Néanmoins, la lecture peut être linéaire, elle peut aussi se faire en diagonale, dans le va et vient.

C'est là l'impuissance et la limite radiophonique du "Rendez-vous". Cette émission n'a pas de forme radiophonique. Elle est calquée sur des formes de la presse écrite. J'insiste sur le terme de formes parce que la presse écrite a recours à ces formes comme à des diversions.
Elles servent à mettre de la respiration, à aérer le texte.

La question du temps, maintenant.
"Le rendez-vous" fonctionne comme un collage. C'est là que sa tentation ou tentative formelle d'hybridation connaît de nouvelles limites et un nouvel échec.
Il est d'ailleurs intéressant de noter que sur la page Fc dédiée à l'émission, on trouve une galerie de portraits des invités sous forme de collage de micro-photos comme une volonté de donner de l'instantané, de l'immédiat, du direct (une fois encore), une volonté de coller au momment, à sa soi-disant vérité.

"Le rendez-vous" fonctionne comme un dispositif (mot cher à Laurent Goumarre, d'ailleurs) qui cherche à mimer le temps, qui cherche à mimer le temps qui s'écoule, qui voudrait se couler dans ce temps, cette actualité mais qui, paradoxalement, le sclérose en recettes journalistiques.

On a, du coup, une sorte de séries de discours formels qui, en fait de dynamisme, propose à entendre le discours redondant d'une actualité qui mimerait sa propre représentation.

Il y a une impasse formelle. Le malheur de cette impasse formelle est qu'elle débouche sur une impasse intellectuelle.
"Le rendez-vous" n'a rien à dire. Il bégaie des échos journalistiques et sa forme parfaitement opérationnelle coupe court aux idées, s'oppose à leur développement.

Explique peut-être pourquoi elles sont singulièrement absentes d'un magazine à vocation "culturelle".

A cela, on reviendra ...
* * *

21
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Mer 03 Nov 2010, 16:14

Je vois vraiment cette émission comme un écho faiblard à "La grande table". Dans les deux cas, on a une présentation de l'actualité culturelle et un ou deux invités. Je ne suis pas un fan total de "La grande table" mais j'y trouve souvent mon compte grâce à certaines interventions critiques. Caroline Broué n'est sans doute pas d'une grande finesse mais elle me semble sérieuse dans la préparation de son émission. Du coup et en comparaison, je trouve que les collaborateurs du "Rdv" sont d'une platitude totale, ont des analyses parfaitement superficielles en comparaison.

22
Répondre en citant  
schtroumpf à lunettes (chais pas coller l'image) - le Mer 03 Nov 2010, 22:41

D'abord, le Grand Schtroumpf, il dit que c'est pas bien de dire du mal des gens...

Alors, moi je veux dire à Lola qu'elle est assez intelligente pour, en relisant son post à tête reposée, voir ce qui ne va pas (en gros, je suis d'accord avec Reminder ou Invité).
Cancoillotte vise sans doute plus juste en parlant de télé, mais je ne suis même pas sûr. Yann, et ce n'est pas la première fois (je le dirai au Grand Schtroumpf), a mal saisi une nuance: dans le spot promotionnel où on entend "l'avenir de la radio passe par la télé?", il faut aussi entendre le point d'interrogation, et comprendre que la réponse n'est sans doute pas affirmative pour M. Goumarre (même s'il pose la question, effectivement.)

Pour dire ce que j'en pense: je ne suis pas "fan", j'écoute assez rarement, mais, je trouve que c'est une bonne émission, totalement radiophonique. Il y a une mise en scène "pseudo-visuelle", qui oblige à imaginer 2 plateaux, ce qui peut sembler assez gratuit, mais qui joue sur le fait qu'un auditeur imagine toujours le studio. Je trouve que l'animateur intervient peu, même quand l'invité cafouille. Ca rigole, mais c'est sobre. Les sujets sont bien préparés (les fois où j'ai écouté). La musique en direct, ça passe bien à la radio, etc, etc.
J'ai entendu 2 fois une chronique cinéma, et là j'avoue que j'ai du mal avec le style vocal, j'ai décroché et je ne peux pas dire si le fond est intéressant.

Bref, les gens qui pensent qu'il y a trop de direct et d'infos culturelles, ou de promotionnel, sur FC, ont pris l'habitude de taper sur cette émission, qui est pourtant bien faite et qui a son utilité.

23
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Mer 03 Nov 2010, 23:09

Ca ricane, les sessions ont leur place sur France Culture, c'est construit, et il faut imaginer que Goumarre hausse la voix en fin de phrase en disant "L'avenir de la radio passe par la télévision?" Et Reminder ne nous laissé des messages développés et puissamment argumentés (perso, je ne sais pas ce qu'elle veut nous dire, hein).
Voyons, Vincent, un petit effort! Very Happy

24
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Jeu 04 Nov 2010, 09:34

vincent a écrit:
Il y a une mise en scène "pseudo-visuelle", qui oblige à imaginer 2 plateaux, ce qui peut sembler assez gratuit, mais qui joue sur le fait qu'un auditeur imagine toujours le studio.
Ah bon ? C'est quand même invraisemblable que la télé après avoir ruiné l'imaginaire soit en train d'envahir (par ses codes, ses tics, son jargon, ses paillettes) la radio ! Vous pourrez aller vérifier par vous même dans le studio où officie Goumarre il n'y a pas de plateau mais une table, des chaises quelques fauteuils sur les pourtours et dans un coin un peu de place pour les invités musique. Goumarre avec ce tic prétentieux se la joue. Ya pas loin à penser qu'il va proposer à OPA de filmer chaque jour sa petite mise en scène. Dommage qu'il ne se soit pas concentré sur la mise en ondes.

Alors pour vous c'est ça l'imaginaire de la radio visualiser un studio ? Quand Alain Veinstein reçoit un invité vous imaginez le studio ? Vous n'êtes pas transporté sur le "lieu" de son récit ? Quand MH Frayssé est chez les indiens vous imaginez un studio avec des plumes ? Quand C Fellous arpente Buenos Aires vous pensez à quoi ?

La voix, les sons sont là pour nous propulser dans l'imaginaire de notre propre création et le GRAND ART JUSTEMENT SERAIT DE NOUS FAIRE OUBLIER LE STUDIO. S'il fallait enfoncer le clou je dirai "on voit bien le faiseur" qui a besoin d'images pour se situer ou pour animer son émission. Et totalement "à la mode" il joue sur l'effet ! Mais qui trompe t-il ? Pas les auditeurs qui ont une culture radiophonique. Pas les auditeurs qui attachent de l'importance au fond et à la forme radiophonique, pas à la forme jingle.

Puisque vous semblez bien en phase avec sa posture télévisuelle dites-nous ce que vous imaginez quand vous lisez le journal ? Vous voyez le studio des 20h ou des 13h ? Et que vous lisiez de la politique, de la culture ou du sport c'est toujours le même studio ? Renversant !

Que votre imaginaire personnel vous confine dans un studio c'est votre plein choix mais n'en faites pas une généralité. Savez vous les heures que consacrent les radios (Hors RF) à cirer les pompes de la télé ?
Savez-vous les heures que passe la télé à parler de la radio ? Zéro heure !
Alors que l'impérialisme de ce média ravisse, sclérose, annihile, les possibilités de création d'un Goumarre c'est déjà bien triste, mais que par une pirouette on puisse le justifier, n'est pas admissible.

Orson Welles dans sa fantastique émission où il jouait plusieurs personnages de "la guerre des mondes de Wells" et qui a mis l'Amérique en émoi (et quelquefois sur les routes) était en studio. Il y a fort à parier qu'aucun auditeur n'imaginait le studio de CBS mais était totalement captivé par l'acteur Welles
au point de s'imaginer un reportage en direct… C'était en 1938 l'imaginaire n'avait pas été perverti par les images…

25
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Jeu 04 Nov 2010, 15:10

Mais décidément, Vincent, je serais tellement contente si vous expliquiez de façon précise "ce qui ne va pas ,en gros" et même en détails ! J'insiste ! Faites-moi ce plaisir.

Mais si l'émission de Goumarre vous va, mais tant mieux ! Vous avez bien de la chance. Simplement, à l'écouter assez souvent, on peut considérer que la forme choisie en dit long (je ne répéterai pas ce que vient d'écrire Fanch mais ça me semble juste) et ne reviendrai pas sur ce qui me semble une curieuse fascination pour le moment, l'actuel qui débouche sur une vague agitation.
Et puis, et puis ... l'autre problème de ce magazine d'actualité culturelle, c'est qu'aucune place n'y est faite pour la critique. En revanche, là aussi, on nous gave de commentaire sur la bio, les anecdotes ... Tout pour ne rien dire des oeuvres. Le seul justement qui, une fois par semaine, fait office de critique, c'est justement la personne qui s'occupe du cinéma et qui vient des "Inrocks", Lalanne - j'ai oublié son prénom.

C'est quand même un peu short !

26
Répondre en citant  
à Fanch - le Jeu 04 Nov 2010, 16:19

Fanch, il y a chez vous quelque chose de Don Quichotte...!

Pour résumer: la question revient me semble-t-il à “M. Goumarre singe-t-il la télé, ou joue-t-il simplement avec ses codes?”
Quand vous dites que son studio est bien plus misérable que ce qu'il essaie de nous faire croire, vous avez l'air de penser qu'il est jaloux et qu'il veut à toute force se donner un peu de prestige. Ce n'est pas une caricature, ça? Pour moi, il est plus probable que M. Goumarre joue avec la magie de la radio, et avec l'image de la télé, s'amuse, pastiche...

Ensuite, la télé a “ruiné l'imaginaire”! Vous y allez un peu fort. On entendait beaucoup ça dans les années 80, c'est un peu passé de mode j'ai l'impression. La télé s'est imposée partout, sauf dans les foyers de plusieurs des participants de ce forum (y compris moi, sauf pour quelques matchs...), elle est souvent médiocre, on le sait bien, mais pour ruiner l'imaginaire il en faudrait sans doute un peu plus. Aujourd'hui, il y a le même débat autour de la profusion de la pornographie (ou “sexe explicite” pour faire plus neutre). Cela va-t-il faire disparaître toute émotion, tout sentiment amoureux, tout respect humain? Ceux qui penseraient ça ne seraient pas bien loin du catastrophisme moralisateur dénoncé par certains ici. Cela dit, c'est vrai que l'imaginaire a ses parties fragiles, qui se démodent, se détruisent et se recomposent autrement. Le Chevalier à la Triste Figure ne voulait pas l'admettre...

Et puis, pourquoi vous acharnez-vous à ce point contre l'image? En quoi doit-elle s'opposer à l'imaginaire? Je suis d'accord avec vous: la radio vaut par son pouvoir d'évocation, décuplé par l'absence d'image. Mais, l'image aussi a ses pouvoirs. Par exemple, je trouve que Le Monde a bien raison d'inclure des photos. Tout est question de choix, de mise en page, de contextualisation...

Pour en revenir au RenDez-VouS (ReNdez-Vous?), il y a une mise en scène un peu branchée-décontractée, comme à la télé. On pourrait trouver ça narcissique si tout n'avait vraiment pour but que de faire imaginer ce fameux studio et les beautiful people qui ont la chance et l'honneur de s'y trouver. C'est peut-être l'impression que vous avez, mais ce n'est pas la mienne. Pour moi, c'est une mise en forme assez légère, et on peut y entendre des choses assez intéressantes.

Et puis, dans une attaque très hardie (je ne suis pourtant pas un moulin à vent), vous m'accusez d'avoir le cerveau aussi sec qu'un prompteur de i-télé, alors il faut que je vous détrompe. Je suis tout à fait pour qu'on me transporte ou m'émerveille... Il y a eu quelques Sur les docks pour faire ça, de mémoire et par exemple: un accident d'avion dans les Alpes, à l'origine des services de secours en montagne, ou des inondations aux Pays-Bas... Il y en a qui diront “encore des catastrophes!”, il n'empêche: j'étais scotché. Il y a aussi les diapos de Marie Richeux, pour moi ça marche! En fait, je suis très crédule. Je vais vous dire: j'ai longtemps cru à Monsieur X, vous savez, sur France Inter! C'est sûr qu'avec Welles, j'aurais fait comme les autres, vert de trouille!

27
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Jeu 04 Nov 2010, 16:25

vincent a écrit:Fanch, il y a chez vous quelque chose de Don Quichotte...!
Il en faut, j'en suis (avec le costume mexicain Razz )

28
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Jeu 04 Nov 2010, 16:35

vincent a écrit:Fanch, il y a chez vous quelque chose de Don Quichotte...!
Quand vous dites que son studio est bien plus misérable que ce qu'il essaie de nous faire croire, vous avez l'air de penser qu'il est jaloux et qu'il veut à toute force se donner un peu de prestige. Ce n'est pas une caricature, ça? Pour moi, il est plus probable que M. Goumarre joue avec la magie de la radio, et avec l'image de la télé, s'amuse, pastiche...

Franchement comment peut-on quand on a la chance de travailler sur un média s'amuser à en copier un autre ? Surtout si la copie apparaît juste comme une posture, ou une singerie ! S'il veut singer la télé qu'il aille sur europin avec morrandini et il pourra tous les jours faire du direct 8 sur europin et de l'europin sur direct 8. Je ne pense qu'il n'est ni jaloux, ni cherche le prestige, il manque juste de talent radiophonique. Juste de talent ! Si vous me lisez un peu vous connaissez mes références. Je veux bien avec vous participer à une séance d'écoute. Goumarre ne tiendra pas 10mn face à ceux qui ont su capter, captiver leur auditoire. Et Goumarre NE CONNAIT PAS LA RADIO NI SA MAGIE. Preuve il la méprise en l'ignorant et en faisant croire qu'il est le chef op' sur un plateau. Pas de plateau dans les studios de FC ! Donc il se la joue (redite) et ça ne sert en rien ses invités, ou ses auditeurs. C'est un faux-nez et c'est vraiment un très mauvais clown, je m'exclame.

29
Répondre en citant  
à Lola - le Jeu 04 Nov 2010, 16:36

Ce qui ne va pas?
Vous essayez de formaliser sur cette émission en choisissant un biais pas très adéquat: l'imitation de la presse écrite. Comme si le fait qu'on puisse lire un journal dans plusieurs sens et pas une émission de radio posait un problème... Ensuite, la "mise en forme du temps", ça me paraît assez creux et vague. N'importe quelle représentation a à voir avec le temps.
Plus généralement, je trouve que c'est injuste de critiquer une émission pour des raisons qui échappent à son propos. En l'occurrence, il s'agit d'une émission qui se veut légère, qui parle d'actualité et laisse s'exprimer des artistes, des auteurs, des visiteurs d'expo... Il s'agit de conversation, avec ce que ça a de superficiel et parfois de gracieux, d'amusant (je me souviens d'Arno qui n'arrêtait pas de s'exclamer: c'est le bazar!). L'autre soir, j'ai entendu Tavernier pour son dernier film, c'était intéressant. Hier ou avant-hier, il y avait l'écrivain auteur du dernier Lucky Luke, il ne s'exprimait pas très bien... Je trouve que L. Goumarre connaît son affaire, ça roule.
Sans rancune?

30
Répondre en citant  
Re: Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre. - le Jeu 04 Nov 2010, 16:43

vincent a écrit:
Et puis, pourquoi vous acharnez-vous à ce point contre l'image? En quoi doit-elle s'opposer à l'imaginaire? Je suis d'accord avec vous: la radio vaut par son pouvoir d'évocation, décuplé par l'absence d'image. Mais, l'image aussi a ses pouvoirs. Par exemple, je trouve que Le Monde a bien raison d'inclure des photos. Tout est question de choix, de mise en page, de contextualisation...

Je ne m'acharne pas contre l'image. Je m'acharne contre la suprématie de l'image sur le texte, sur la voix. Avant de démarrer les illus photo Le Monde et Colombani (le fossoyeur du journal) nous ont annoncé qu'ils ne publieraient pas de photo qui n'aient de sens en rapport avec le sujet et qu'elles seraient le plus souvent possible originales (sic). Je me marre et avec moi les lecteurs vigilants. Quelques mois plus tard une photo de Chirac en pied sur toute une page de gauche… qui n'apportait rien mais vraiment rien au sujet. Facilité éditoriale. Et suivisme tendance !! (XXI et Muse enfoncent tous les pronostics et habitudes de lecture sur les longs récits…

31
Répondre en citant  
pas d'avion. - le Jeu 04 Nov 2010, 16:49

Je me relis et je crois que je me trompe: c'était pas un accident d'avion, c'était des alpinistes. Ensuite, un hélicoptère est venu pour les récupérer, mais les sauveteurs sont morts aussi.

Le rendez-vous, un dispositif sur deux plateaux de Laurent Goumarre.     Page 3 sur 10

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum