Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Quelle est la vocation de France Culture ?    Page 17 sur 19

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 05 Sep 2010, 15:12

Rappel du premier message :

La vocation de France Culture, là est la question de fond qu'on traite dans ce forum.
La culture en ce sens n'est pas facile à définir : ni ceux qui la défendent ni ceux qui la dénigrent, ne la définissent très précisément. On peut imaginer qu'il y a plusieurs façons de juger qu'un programme est culturel ou qu'il ne l'est pas.

Certains déplorent la part envahissante de l'actualité dans le programme de la chaine.
D'autres jugent que l'actu de la culture est un abaissement commercial.
D'autres encore demandent du documentaire culturel au lieu des reportages sociaux.
D'autres pensent que le France Culture regretté par ceux qui l'ont écouté dans les 90's, était (ou bien serait aujourd'hui ?) une radio vieillote et élitiste.

Tout ça vient d'être évoqué dans un autre fil. Avec des idées à rapatrier dans celui-ci.

Alors, qu'en pensez-vous ?

* * *

161
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Sam 31 Mai 2014, 19:50

très relevé comme feuilleton. Des sacrés sujets de société: le porno-réalité, ça fait comprendre son corps, on s'identifie aux protagonistes qui se sont filmés.On s'aime mieux après.
A se demander qui peut écouter ce genre d'inepties.

162
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 02 Juin 2014, 22:56

@antonia a écrit:très relevé comme feuilleton. Des sacrés sujets de société: le porno-réalité, ça fait comprendre son corps, on s'identifie aux protagonistes qui se sont filmés.On s'aime mieux après.
A se demander qui peut écouter ce genre d'inepties.

« inepties » n'est pas exactement le mot que j'aurais choisi pour la description graphique d'actes pornographiques. Il est vrai que sous la direction d'Olivier Poivre d'Arvor, qui ne s'est pas fait faute de parler, devant la caméra, de sa vie sexuelle, on ne doit pas s'attendre à un minimum de pudeur à France Culture. La bride avait déjà été lâchée avec Enthoven, puis récemment avec Van Reeth lisant à plusieurs reprises des obscénités, sous couvert de littérature et d'art bien sûr et évidemment de liberté d'expression.

Tout ceci mériterait débat, mais le temps ne le permet pas. Il est quand même intéressant de noter que BBC Radio 3, la radio culturelle de la Corporation, fait passer trois fenêtres avant qu'on puisse entendre l'émission ci-dessous (série de 5 épisodes sur l'évocation de la sexualité dans la littérature), émission qui est pourtant très très loin des obscénités entendues dans le dialogue signalé plus haut. Ci-dessous la deuxième fenêtre. La troisième demande :

Parental guidance lock
Turn on the Parental guidance lock?
Please enter a four-digit PIN
You will need your PIN to play Guidance-labelled content


Poivre d'Arvor & co : c'est la liberté qu'on assassine !  C'est le retour de Pinard (pas "du pinard")!  Halte à la censure !

Le sens des responsabilités est à la BBC (il faut dire que ses dirigeants ont été échaudés récemment), quant à France Culture, le capitaine est dans son musée (pour les non informés, Poivre d'Arvor cumule la direction de France Culture et celle du Musée de la Marine) et en partance pour le Brésil pour la Coupe du Monde de football avec d'autres producteurs méritants (l'argent coule à flots à France Culture quand il s'agit de voyager, du Vietnam au Brésil en passant par le Cap). On ne peut pas s'occuper de bateaux et de foot et en même temps savoir ce qui se passe dans la radio qu'on dirige, que voulez-vous !

163
Répondre en citant  
De l'écrit soigné pour une radio soignée - le Mer 04 Juin 2014, 13:40

Dans les posts 41 et 42 de la rubrique Edwy Plenel en ses oeuvres, ce 04 juin 2014

@Nessie a écrit: (...) Il devrait écrire sa chronique Edwy Plenel, plutôt que de l'improviser. (...)

@Nessie a écrit: (...) Je pense que Plenel est un type intelligent, quelles que soient ses tendances d'intellectuel attiseur de haines de toutes sortes, et par là responsable de crimes à venir.  Et quelles que soient ses tendances au délire idéologique, et sa mégalomanie. Aussi ai-je du mal à penser que de telles âneries auraient été assumées dans un papier écrit. (...)

« Écrire une chronique » ; « publier une chronique écrite ».

À France Culture, station de radio culturelle, l’écrit est devenu un moyen majeur d’information sur les programmes, mais aussi d’information tout court, voir les reportages multimédias ou les papiers d’actualité (souvent de la recopie d’agence de presse).

L’écrit, c’est non seulement des descriptifs d’émission, mais aussi le texte original lu à l’antenne, c’est rare et souvent risible par le manque de soin de la forme, voir les rubriques Errare ou La chronique des chroniques pour lire ce qui y est dit des papiers de Xavier de la Porte, par exemple.

Oui, l’écrit engage normalement son auteur à quelque soin et, pour l’auditeur, pouvoir lire à loisir une chronique ou un commentaire de 3 minutes permet d’observer le fond du propos.  Alors que dire de la possibilité de prendre connaissance par écrit de l’intégralité de propos tenus dans une émission de 30 minutes, voire d’une heure ? C’est possible, c’est sur SWR 2 et je l’ai déjà signalé plus haut dans le lien vers le documentaire multimédia (fin de billet).

SWR 2 est une radio culturelle « régionale » allemande qui couvre grosso modo quatre régions françaises actuelles. Ses ressources ne sont sans doute pas illimitées. Mais que note-t-on comme service à l’auditeur sur la page d’accueil ? Un lien intitulé Manuskript qui renvoie à cette page Sendungen zum Nachlesen (Émissions à lire)

Qu’y apprend-on ? Que chaque semaine environ vingt heures d’émission sont transcrites, mot pour mot et disponibles en format PDF. Ce sont des présentations sur tous sujets, des commentaires, des interviews, des émissions contenant des témoignages, etc. Donc pas seulement des écrits lus, mais de l’oral retranscrit (ce que certains des contributeurs font sur ce forum). Vingt heures hebdomadaires d’émissions de haute tenue...

Vous imaginez pouvoir disposer des Regardeurs à l’écrit ? Des Pieds sur Terre ? D’Orthodoxie, de Répliques ou de Pas la peine de crier (hum, hum). ? L’avantage pour l’auditeur (pour le rédacteur : ne pas dire n’importe quoi) ?  Avoir une idée rapide de l’émission et permettre d’y réfléchir (ouh là, réfléchir à France Culture ? !). C’est aussi un service permettant de profiter de la radio si l’on est malentendant et last but not least de donner à des étrangers le moyen d’apprendre la langue en ayant en parallèle l’oral et l’écrit (RFI a une transcription de son journal en français facile, parsemé de fautes, cela dit).  Feuilleter la radio ? Une idée pour France Culture ? Au lieu d’images et de vidéos associées (qui existent néanmoins secondairement), ARD, dont SWR 2 fait partie, mise sur de l’écrit associé. Parce que la culture passe par l’écrit élaboré, et non par les visages figés des invités (et du producteur, cf. René Frydman). Quant aux textes publiés sur le site de France Culture, ils sont, à quelques exceptions près, indigents et preuve est faite (dans Errare et ailleurs dans le forum) qu'on peut largement s'en passer .

Il y a là un chantier à ouvrir, monsieur Gallet.  

[

164
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mer 04 Juin 2014, 16:18

@Philaunet a écrit: SWR2 [...] chaque semaine environ vingt heures d’émission sont transcrites, mot pour mot et disponibles en format PDF. Ce sont des présentations sur tous sujets, des commentaires, des interviews, des émissions contenant des témoignages, etc. Donc pas seulement des écrits lus, mais de l’oral retranscrit (ce que certains des contributeurs font sur ce forum). Vingt heures hebdomadaires d’émissions de haute tenue...

Vous imaginez pouvoir disposer des Regardeurs à l’écrit ? Des Pieds sur Terre ? D’Orthodoxie, de Répliques ou de Pas la peine de crier (hum, hum). ? [...]

Il y a là un chantier à ouvrir, monsieur Gallet.  

Eh bien ça existe déjà, en prémisses, et sans qu'on sache à quel avenir c'est promis : le "France Culture papiers" dont se goberge Voinchet à chaque numéro, offre cela pour quelques émissions retranscrites. Pour que ça prospère, il faudrait donc que le nouveau patron :
a) le sache
b) prenne la peine de consulter les auditeurs-lecteurs
c) dans le cas où il y a une demande, se soucier de la satisfaire.

Cela dit, nous sommes ici dans une tension contradictoire : d'un côté on aimerait que les chroniques bâclées soit pré-rédigées, de l'autre on aimerait avoir de la radio vivante et non de la parlotte pré-digérée et pré-écrite comme aux temps où tout tout tout et le reste était écrit à l'avance et lu ensuite au micro, eh oui même les dialogues d'interviews. Ca c'est la situation de l'après-guerre.

Et les contradictions sont multiples : on aimerait pouvoir lire... encore faudrait-il que la parole se prête à la transcription. Pour avoir tenté jadis de transcrire deux émissions différentes de la même série, je peux dire que la tâche est imprévisiblement difficile : il y avait Edgar Morin et René Dumont, invités de la même série "Histoire du futur" aux premières semaines de 1985, ont donné 2 résultats différents. J'ai transcrit Morin à la virgule près et le résultat est lisible même mieux que ça : c'est de la parole spontanée plus claire et plus agréable à lire, non seulement que la prose de plus d'un mais pis encore : plus que celle de Morin lui-même. En revanche ou plutôt par contre, l'émission Dumont est rigoureusement illisible à la transcription. Il faudrait la réécrire, compléter les phrases, modifier les tournures allusives, bref c'est pas exploitable en l'état.

De là la question : transcrire Xavier Delaporte, vraiment ? Bon courage les amis. Et comment transcrire sans l'épurer l'interview matinale saturée de Voinchismes c'est-à-dire de phrases tortillées, de répétitions inutiles, d'interruptions mal venues, de paroles simultanées (de plus en plus fréquent) sans compter la quantité de scies dont Voinchet truffe la moindre question (kamème / offon / aneffet / silonpeutdire / pourraittondir' / faute-île-l'heure-à-peler etc etc). Et sa façon de beugler le nom de l'invité sabrant ainsi toute réponse spontanéel'empêche de répondre spontanément, de plus en plus fréquemment.  

Et d'un autre côté, quand on en a un qui écrit une chronique aussi soignée que possible, il la lit à fond la caisse et on n'en capte rien. Enfin ça c'était le cas avec Jacques Munier jusqu'à la rentrée dernière. Bref c'est pas simple.

165
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Jeu 05 Juin 2014, 19:54

France Culture est une radio du Groupe Radio France. Dirigée par Olivier Poivre d'Arvor, France Culture est la radio de toutes les connaissances. A l'antenne s'ajoutent  le site franceculture.fr, la revue trimestrielle France Culture Papiers, France Culture Plus (francecultureplus.fr),  le webmédia étudiant, et le site franceculture.fictions.fr

« Dirigée », il ne faut quand même pas exagérer ! Quant à « toutes les connaissances », là aussi... Cela fait un moment que je n'ai pas entendu un assyriologue, tiens !

Au fil des ondes. Quel programme ! En temps de guerre, on appelle ça du "carpet bombing", du bombardement intensif, quoi ! Tout ça pour permettre à une poignée de personnes de FC de faire du tourisme au Brésil sur le budget de la radio de service publique. Se servir et non servir...

166
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Jeu 05 Juin 2014, 20:40

C'est une honte ces déplacements: y a t-il un endroit où on pourrait en connaître le coût? le budget de RadioFrance devrait être accessible à tous .Un journaliste là-bas serait amplement suffisant.

167
Répondre en citant  
Mauvais souvenir(s) - le Jeu 05 Juin 2014, 21:37

@Philaunet a écrit:France Culture est une radio du Groupe Radio France. Dirigée par Olivier Poivre d'Arvor, France Culture est la radio de toutes les connaissances. A l'antenne s'ajoutent  le site franceculture.fr, la revue trimestrielle France Culture Papiers, France Culture Plus (francecultureplus.fr),  le webmédia étudiant, et le site franceculture.fictions.fr

« Dirigée », il ne faut quand même pas exagérer ! Quant à « toutes les connaissances », là aussi... Cela fait un moment que je n'ai pas entendu un assyriologue, tiens !

Au fil des ondes. Quel programme ! En temps de guerre, on appelle ça du "carpet bombing", du bombardement intensif, quoi ! Tout ça pour permettre à une poignée de personnes de FC de faire du tourisme au Brésil sur le budget de la radio de service publique. Se servir et non servir...

La Mésopotamie n'est en effet pas traitée avec de grands égards. Durant l'été de 2012, M. Luc Ferry entretenait l'auditeur de « la révolution de l'amour ». L'une des émissions portait sur L'épopée de Gilgamesh. A cette occasion l'ancien ministre de l'Education nationale manifesta une connaissance bien approximative de l'assyriologie.  Les erreurs ne manquaient point : « (…) il faut la [L'épopée de Gilgamesh] lire dans la version de Jean Baubérot qui en a fait une traduction en langue moderne (...). » M. Ferry confondait  Jean Baubérot avec Jean Bottéro.
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2012/08/s33/RF_344FCC9C-1376-4328-A3D2-D499A9FBDA41_GENE.MP3" debut="06:17" fin="06:30"]
La présentation écrite contenait aussi une belle ânerie :  « A partir de la sublime épopée de Gilgamesh, le premier texte jamais écrit dans l’histoire de l’humanité au XVIIIème siècle avant JC (...). »

http://www.franceculture.fr/emission-la-revolution-de-l-amour-la-contradiction-entre-l%E2%80%99amour-et-la-mort-de-gilgamesh-a-nous-2012

168
Répondre en citant  
« Odi profanum vulgus et arceo » - le Lun 16 Juin 2014, 11:45

Ce matin, quelques minutes avant neuf heures, se produisit une petite « scène » tout à la fois navrante et instructive (à France (in)Culture on dirait plutôt : « tout à la fois dégueulasse et en même temps super importante »). Comme à l'ordinaire, M. Voinchet mit un point d'honneur à célébrer l'anniversaire d'une (ancienne) vedette de la chansonnette : « Savez-vous qui a quatre-vingt-six ans aujourd'hui ? » demanda-t-il tout d'abord. Personne ne répondit ; fut alors diffusée une chanson d'Annie Cordy, « Ça ira mieux demain » (M. Voinchet manquait un peu de hardiesse ce matin : il  paraît n'avoir pas osé faire entendre les impérissables standards  « Tatayoyo » ou « Chaud cacao »)  ; cette diffusion provoqua tout de suite les rires sarcastiques de M. Conquet (entre autres).
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s25/NET_FC_5feca58f-9670-4958-875e-7693c79daeb6.mp3" debut="02:10" fin="02:38"]
« Mais qu'est-ce que vous avez contreuh Annie Cordy, Matthieu Conquet ? Neuneu surjouez pas lele dj'eunse de l'émission, euh, euh, suffisant et qui regardedede... » s'indigna (ou feignit de s'indigner) M. Voinchet (Mlle Maricheux, en bonne élève de sixième, dirait plutôt : « s'indignit ou feigna de s'indignir »).   
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/06/s25/NET_FC_5feca58f-9670-4958-875e-7693c79daeb6.mp3" debut="02:50" fin="03:02"]
A quoi tenaient en effet les ricanements de M. Conquet ? M. Conquet n'estime-t-il point, tout de même que M. Voinchet et la direction de France (in)Culture, toute hiérarchie vaine et scandaleuse (« Hiérarchie » : Inégalitaire. Tonner contre) ? Ne juge-t-il pas tous les genres équivalents (si tant est qu'il ne considère pas la distinction générique comme surannée voire comme rétrograde) ? En vertu de quel(s) principe(s) réprouvait-il la diffusion d'une chanson d'Annie Cordy ?  Ses ricanements ne démentaient-ils point la théorie (« inclusive ») de la culture par lui professée et mise en pratique par lui tous les jours ?  Sa réaction bruyante enfin ne trahissait-elle pas une forme abjecte (tel M. de la Porte « j'vais l'dire un peu désagréablement ») de « mépris social » ?    

http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-avec-ce-qui-nous-arrive-avec-2014-06-16

169
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mer 02 Juil 2014, 23:09

C'est ça la vocation de France Culture : "Affaire Spanghero, trafic de viande de cheval de selle : où en sont les enquêtes ?" (02 07 2014 sur le site) ?. La chaîne a visiblement assez d'argent pour employer quelqu'un a écrire ce qu'on peut lire dans la presse généraliste. Idem pour les affaires politiques en cours.

170
Répondre en citant  
Langue arvorienne - le Jeu 17 Juil 2014, 13:32

Dans France Culture est à l'abri de l'entre-soi et assez solide :

« Quels changements apporterez-vous à la rentrée ?

Notre grille va être confortée. En complément, nous allons accueillir de nouvelles personnalités. Le physicien Etienne Klein tiendra une « Conversation scientifique » dans laquelle il interrogera le monde et du monde. Le politologue Vincent Martigny et le journaliste du Monde Thomas Wieder proposeront un « Atelier du politique » qui décryptera les pouvoirs. Denis Podalydès viendra faire des lectures à l'antenne. Au delà, notre rentrée sera marquée par une grande stabilité.
»

« il interrogera le monde et du monde » (devrait plaire au journal qui l'interroge).

Il faut tout de suite rebaptiser la chaîne « Monde culture » (cf.Hors de ce monde).

PS. Je viens d'être devancé par Antoine Arnoux qui a choisi le même extrait pour sa contribution intitulée Vanitas vanitatum dans le fil Le directeur du programme et son projet culturel...    À lire, son pertinent relevé des « éléments de langage ».

171
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Sam 11 Juil 2015, 07:49

Ce 10 juillet 2015, Marie-Pierre Vérot pose à Frédéric Schlesinger la question suivante : « Quelle est la vocation de France Culture ? » (à 1'06 dans le 4e son)

Marie-Pierre Vérot : « Quelle est la vocation de France Culture,  est-ce qu'elle va se recentrer sur ses missions premières, c'est-à-dire une chaîne plus culturelle et une petit peu moins généraliste ? »

F. Schlesinger : « Non (...) c'est une chaîne qui a trouvé le mix parfait, en d'autres termes *où bien positionner le curseur et je vous rappelle... ».

* Il semblait à la première 'écoute qu'une coupe ait été faite ici, car le propos n'est pas très logique, mais non, c'est bien la langue de Schlesinger à côté de laquelle celle d'OPDA est du niveau de l'Académie française...  

Qu'est-ce donc que ce "mix parfait" ? Ce qu'on entend depuis ces dernières années et que les auditeurs exigeants dénoncent depuis belle lurette ?

Toute personne un peu informée sait que ce n'est pas Gallet qui est aux manettes depuis son arrivée, mais Schlesinger.

Le 2e son mérite aussi l'attention (bon billet de Marie-Pierre Vérot), notamment pour le mot : « mutualisation »... Il y est par ailleurs question de  Philippe Meyer.

Quelle est la vocation de France Culture ?     Page 17 sur 19

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum