Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Quelle est la vocation de France Culture ?    Page 19 sur 19

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 05 Sep 2010, 15:12

Rappel du premier message :

La vocation de France Culture, là est la question de fond qu'on traite dans ce forum.
La culture en ce sens n'est pas facile à définir : ni ceux qui la défendent ni ceux qui la dénigrent, ne la définissent très précisément. On peut imaginer qu'il y a plusieurs façons de juger qu'un programme est culturel ou qu'il ne l'est pas.

Certains déplorent la part envahissante de l'actualité dans le programme de la chaine.
D'autres jugent que l'actu de la culture est un abaissement commercial.
D'autres encore demandent du documentaire culturel au lieu des reportages sociaux.
D'autres pensent que le France Culture regretté par ceux qui l'ont écouté dans les 90's, était (ou bien serait aujourd'hui ?) une radio vieillote et élitiste.

Tout ça vient d'être évoqué dans un autre fil. Avec des idées à rapatrier dans celui-ci.

Alors, qu'en pensez-vous ?

* * *

181
Répondre en citant  
Donner des rires en bruit de fond ? - le Mer 22 Juin 2016, 13:09

L'objectif actuel de France Culture, quand il n'est pas idéologique (volontairement ou non), semble être celui de la distraction et de produire du fond sonore à teneur pseudo-intellectuelle et à l'atmosphère de rigolade. Parfois, la productrice ne fait même pas semblant, elle présente une émission de variétés (voir le numéro de Marelle Richeux d'hier, ou les émissions de Mathilde Serrell, dite Nova Girl, à 19h) .

C'est pourquoi des rappels réguliers du genre de celui posté hier par Yann Sancatorze dans le fil BBC 4 me semblent bien utiles. Un (r)appel à la résistance contre l'abêtissement de l'antenne :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t13p150-bbc-radio-4#26101) a écrit: (...)
Ainsi, à mille lieues des vagues questions floues qui tiennent lieu de sujets d'émission ("la violence est-elle acceptable?" "Depuis quand l'homme a-t-il été mouillé par la pluie?", "quel est notre rapport au rapport de notre altérité de l'autre en rapport avec autrui?"), et qui semblent-être une contamination directe du monde de l'université (une émission de radio n'est pas un sujet d'examen), on pourra conseiller l'écoute des numéros de The Life Scientific. (...)
France Culture devrait savoir que la compétition radiophonique se joue sur le terrain des contenus, sur la qualité immédiate de leur transmission, et non pas sur celui des tranches d'âges d'audience, sur celui de la représentativité biologique (âge et sexe) des producteurs, ou même sur celui de l'affichage de son appartenance politique. France Culture, un radio culturelle sans stratégie, sans mission et bientôt, sans savoir-faire.

182
Répondre en citant  
Une image vaut mille mots - le Mar 30 Aoû 2016, 21:14

La vocation de France "Culture" à 19h :



Pour offrir du clic de notoriété à l'émission Ping Pong, c'est ici : Emission spéciale Divines* par Mathilde Serrell , Martin Quenehen.

Rappelle les radios privées Fun Radio, RFM et NRJ.

Heureusement, il y a Philippe Garbit et son équipe pour mettre en valeur les archives de ce que fut la station culturelle.

*Synopsis : Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien.

183
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Sam 17 Sep 2016, 08:12

ZZZZZZZZ(http://www.regardfc.com/t30p150-la-question-merite-d-etre-posee#26909) a écrit:Question pour les vieux auditeurs : jadis, quelle était la place de l'information et de l'actualité sur France Culture ? Trop jeune pour connaître le France Culture d'autrefois, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'éclairer.
L'historien de la chaîne vous répondra peut-être (cf. le fil de 98 pages de dix posts qu'il a longtemps nourri, Le programme de nuit, îlot de culture...).

Outre la mémoire des auditeurs de longue date, il faudrait consulter d'anciens numéros de Télérama et la revue éphémère La Semaine de Radio France.

Plusieurs choses sont certaines : il y avait moins de créneaux alloués au "Journal" et leur durée était plus courte (de moitié, quasiment). J'ai été surpris de découvrir il y a quelques jours un "rappel des titres" à 19h alors que le journal de 18h avait pris fin à 18h20. Comme s'il n'y avait pas France Info pour les amateurs de titres...

Concernant la forme, je n'ai pas l'impression qu'elle ait beaucoup changé en 25 ans et c'est là que le bât blesse : le monde et la technologie ont changé, mais France Culture ne s'adapte pas. Un comble quand le médiateur ne cesse de répéter aux auditeurs récalcitrants qu'il faut suivre l'air du temps !

Le journal ne fait que reprendre les dépêches AFP du jour. En fonction du sujet, on y trouvera des micro-trottoirs (de plus en plus fréquents), des commentaires de journalistes (souvent biaisés et baptisés "analyses") et des avis d'experts.

En quoi France Culture se différencie-t-elle de France Inter ou de France Info (il faudrait aussi vérifier avec les journaux des locales de France Bleu) ?

D'autres se chargeront de rappeler en quoi l'antenne a aussi un objectif à peine déguisé de formatage des esprits (cf. Le paradigme idéologique de France Culture).

Le monde a changé : toute personne écoutant France Culture sait où et quand trouver l'information qui l'intéresse. Internet et les réseaux sociaux ont radicalement changé la donne. Le journal radio un peu étoffé valait la peine quand aucune nouvelle n'était accessible en dehors de l'achat d'un journal papier ou de la télé.

Le rêve d'Olivier Poivre d'Arvor était de transformer l'antenne culturelle en chaîne continue d'information et de commentaire de la prétendue actualité socio-géo-politique. C'est en train de se passer avec l'accroissement du temps d'antenne donné à cet effet aux journalistes et aux producteurs (Bourmeau, Gardette, etc).

Au lieu de sortir du lot et d'avoir une spécificité, qui est la vraie modernité (l'avenir est aux produits et services spécialisés), France Culture produit de plus en plus de contenus généralistes prêt-à-jeter. J'y vois un rendez-vous manqué avec l'histoire du média radiophonique moderne dans un paysage saturé par "l'information".

184
Répondre en citant  
L'infantilisation ? - le Jeu 22 Sep 2016, 13:33

Il ne faut pas rater le passage de relais entre l'annonceuse de 13h58 et Marie Richeux ainsi que celui entre l'animatrice des Nouvelles vagues et Matthieu Garrigou-Lagrange à 15h. Il en a déjà été question.

Alors... me rappelant ces moments d'anthologie que l'on ne peut réécouter en ligne ou en podcast, je me suis dit hier au fil de l'écoute vers  15h, tiens, lançons l'enregistrement, la pêche sera certainement fructueuse.

Je vous laisse juge :



Pauvre Matthieu Garrigou-Lagrange, il n'a pas mérité cela (certains diront que si).

En attendant, l'infantilisation de la chaîne via les Richeux, Serrell et consorts (je vote pour un féminin du terme), cette infantilisation, oui, est en marche et c'est la misère.

Baby Sitter 

185
Répondre en citant  
gnan gnan - le Jeu 22 Sep 2016, 20:56

Philaunet écrivit : "Pauvre Matthieu Garrigou-Lagrange, il n'a pas mérité cela (certains diront que si). " , à la décharge de la nymphette on peut dire que c'est Matthieu qui a donné le la et que Maricheux s'est mise au diapason d'un ton presque moqueur. Cela dit, ces gens sont vraiment comme chez-eux et puis la culture crée des liens au boulot.

186
Répondre en citant  
Colette Fellous, Olivier Germain-Thomas... - le Mar 27 Sep 2016, 18:02

À un auditeur qui se plaint de l'omniprésence de l'actualité politique sur France Culture et qui conclut par ce cri du cœur (auquel je m'associe) :

Rendez-nous des producteurs comme Colette Fellous, Olivier Germain-Thomas et tant d'autres qui savaient nous sortir de l'ici et maintenant et nous rendre sensible, rêveur, curieux, intelligent et nous faire partager tout simplement de la Culture !

... le médiateur de Radio France transmet cette "réponse" de "Sandrine Treiner, Directrice de France Culture" :

Cher Monsieur,

Les émissions disparues ont été remplacées par bien d’autres, tenues par des producteurs et productrices talentueux, que je vous invite à découvrir. Leili Anvar traite des spiritualités, des émissions concernent le week-end la science, le cinéma, les arts, la littérature, les mauvais genres, etc etc …. L’Atelier du pouvoir travaille la question essentielle des mécanismes des pouvoirs, L’Esprit public existe depuis … très longtemps.

France Culture n’a rien à voir avec les antennes d’info, ou alors c’est que vous n’écoutez pas ce qu’elles produisent. Il n’y a pas davantage d’émissions qui traitent du monde contemporain : en cette rentrée, il y en a moins. Ce dernier samedi, difficile de considérer qu’Annette Messager dont un long entretien ouvrait l’antenne est un rapport avec BFM ….

Allez, j’espère qu’au-delà de ce moment d’humeur, vous resterez à notre écoute.

Bien à vous

Sandrine Treiner

Directrice de France Culture


http://mediateur.radiofrance.fr/message/france-culture-chaine-dinfo-continue/

Quoi que prétende Mme Treiner, j'ai beau chercher dans l'actuelle grille des programmes de France Culture, je n'y trouve pas : 1) de promenade littéraire et artistique semblable à celle que nous offrait chaque semaine Colette Fellous dans Carnets nomades ; 2) d'entretien de haute volée comme celui que nous offrait chaque semaine Olivier Germain-Thomas dans For intérieur ; 3) d'entretien littéraire intimiste et de longue durée comme celui dont nous gratifiait quotidiennement Alain Veinstein dans Du jour au lendemain.

Et l'on pourrait continuer longtemps la liste des émissions résolument culturelles supprimées ces dernières années, et qui laissent un grand vide : Les Lundis de l'histoire, L'Atelier littéraire (de Pascale Casanova), l'émission musicale de Jeanne-Martine Vacher, etc.

Heureusement que Philippe Garbit et ses nuits sont encore là ! Merci à lui. Serait-il possible de lui confier aussi le programme de la journée ?

187
Répondre en citant  
Encore les chiffres d'audience - le Jeu 20 Avr 2017, 12:38

On ne peut que féliciter Sandrine Treiner de résister à la tentation qui poussait son prédécesseur à emprunter du temps d'antenne pour se féliciter de son bilan, et nous ressasser la rengaine des merveilleux, des excellents, des étincelants, des formidables chiffres d'audience (uniques au monde). Elle est cependant passée aux Matins pour vanter ces habituels mirobolants chiffres pour la période de Janvier-Mars 2017, avec l'habituel refrain : nos auditeurs ont un appétit de d'idées, de culture et de création. Les auditeurs fidèles n'en sont plus à recracher leur café car c'est devenu un lieu commun de l'autopromotion directoriale. Quelques observations :

- la période Janvier-Mars 2017 est une période d'intense activité politique : commentaires, polémiques etc. Sandrine a fait le pari du commentaire politique intello (ce qu'elle appelle "les Idées") pour chasser sur les mêmes terres que ces chaînes d'info. C'est une stratégie de captation très habile, que l'on pourrait applaudir si elle dirigeait une radio privée, et s'il ne s'agissait pas de détruire la seule radio culturelle de service public en France. Merci donc.

- elle intervenait à la fin d'une matinale en grande partie ratée : quelqu'un a eu l'idée de génie d'inviter "un psychanalyste" (donc un avis précieux... sur l'actualité politique : c'est le génie du concept des "idées", inviter toutes sortes d'expertologues qui viennent donner leur opinions avec un vocabulaire intello qui projette l'illusion de la compétence), Jacques-Alain Miller (le frère de), qui nous a donné l'impression d'entendre un pilier de bistrot dans un état de décomposition déjà assez avancée (Erner a dû d'ailleurs jouer les chevaliers blancs : "mais vous vous exprimez à France Culture, tout de même", c'était d'un ridicule)

- Elle nous a rappelé que partout où France Culture transpose ses certitudes idéologiques (les déplacements officiels politiques à l'étranger), on lui rappelle à quel point la station est merveilleuse et unique. Car il n'y a pas de radio culturelle à l'étranger, ça n'existe pas, puisqu'elle vous le dit. A-t-elle seulement une connexion internet dans son bureau? On imagine mal un dirigeant de radio culturelle publique étrangère affirmer qu'il n'existe pas de radio culturelle dans le monde en dehors de France Culture.  C'est un argument promotionnel et publicitaire qui est faux, qui a souvent été répété de directeur en directeur. On imagine mal qu'elle y croit. Pourquoi le répète-t-elle? La promotion de soi, l'excellence comptable semble l'emporter sur la mission de service public, et le devoir sincérité qui va avec.

-  Elle nous a révélé le nouveau slogan de France Culture : l'esprit d'ouverture. Et pour l'accompagner (je vous jure que c'est vrai) : une clé pour ouvrir une boîte à sardines. Ce n'est pas un canular.



Quant à cet esprit d'ouverture, on ne pourra que se souvenir du voeu de Sandrine Treiner de "lutter contre tous les conservatismes" exprimé lors de sa conférence de presse de début d'année, et qui s'est traduit en acte : élimination de toute idée contraire à la ligne éditoriale de la  station, journaux d'informations qui excellent dans l'art de l'omission, réduction du nombre de producteurs pour ne laisser qu'une poignée de titulaires dérouler leur vision du monde (d'où l'impression d'écouter à toutes heures un robinet d'eau tiède qui célèbre ce qu'il faut célébrer et s'indigne contre ce dont il faut s'indigner). Lorsque Guillaume Erner lui demande de citer trois programmes du jour, elle ne pourra que donner trois exemples chargés politiquement : les Anti-Lumières chez AVR, nationalismes et populismes à LSD, la BD politique aux Nouvelles Vagues.

Si Sandrine Treiner était à la tête d'une radio privée, elle pourrait faire valoir ce bilan très obéissant : logique comptable, conformité idéologique, bilan quantitatif, effort "décalé" de promotion. Le problème, c'est qu'on lui a confié la direction de la seule station culturelle de service public en France. On ne peut qu'espérer un changement, le plus vite possible.

188
Répondre en citant  
zapping - le Jeu 20 Avr 2017, 22:41

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t209p180-quelle-est-la-vocation-de-france-culture#28237) a écrit:On ne peut que féliciter Sandrine Treiner de résister à la tentation qui poussait son prédécesseur à emprunter du temps d'antenne pour se féliciter de son bilan, et nous ressasser la rengaine des merveilleux, des excellents, des étincelants, des formidables chiffres d'audience (uniques au monde). Elle est cependant passée aux Matins pour vanter ces habituels mirobolants chiffres [...]


J'écoutais très distraitement à cet instant précis mais ça a suffit pour me faire changer de chaîne, lassé d'avance. Coïncidence, je tombe sur Inter où j'entends la même chose. J'ai immédiatement basculé sur France Info où les propos valaient bien ceux de l'invité des matins...

La façon de présenter ces fameux chiffres fut un peu douteuse à mon goût: je ne sais plus si il s'agissait de la version d'Inter ou de France Culture mais après la liste habituelle de titres anxiogènes qui constitue l'actualité du jour la journaliste annonce "... et puis une bonne nouvelle..." et moi comme un nigaud je m'attends à une information porteuse d'espoir et d'optimisme et puis non, la bonne nouvelle c'est regarde comme j'en ai une grosse. Bravo. Félicitations. Tous mes compliments au chef.

On vit une époque formidable: d'une touche sur mon téléphone je peux immédiatement passer à une radio culturelle italienne ou suisse.  Le contraste est saisissant.

189
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Ven 21 Avr 2017, 12:00

Pour avoir écouté la matinale d'Inter - sur laquelle j'ai fini par basculer le matin - où ces chiffres étaient annoncés, c'était fait avec une autosatisfaction quand même moins lourde que sur Culture, pas de directeur de l'antenne invité pour en parler, ce fut évoqué mais relativement brièvement.

190
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Ven 21 Avr 2017, 15:02

La présence de l'invité Miller a jeté une lumière crue sur la réalité des chiffres flatteurs de l'audimat et ses ingrédients: Vulgarité, jugement à l'emporte-pièce, impréparation (personne n'aurait pu anticiper les débordements du personnage ?), goût de la polémique, dérapages verbaux, étalage des opinions à chaud.

Quelle est la vocation de France Culture ?     Page 19 sur 19

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum