Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Quelle est la vocation de France Culture ?    Page 3 sur 19

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 05 Sep 2010, 15:12

Rappel du premier message :

La vocation de France Culture, là est la question de fond qu'on traite dans ce forum.
La culture en ce sens n'est pas facile à définir : ni ceux qui la défendent ni ceux qui la dénigrent, ne la définissent très précisément. On peut imaginer qu'il y a plusieurs façons de juger qu'un programme est culturel ou qu'il ne l'est pas.

Certains déplorent la part envahissante de l'actualité dans le programme de la chaine.
D'autres jugent que l'actu de la culture est un abaissement commercial.
D'autres encore demandent du documentaire culturel au lieu des reportages sociaux.
D'autres pensent que le France Culture regretté par ceux qui l'ont écouté dans les 90's, était (ou bien serait aujourd'hui ?) une radio vieillote et élitiste.

Tout ça vient d'être évoqué dans un autre fil. Avec des idées à rapatrier dans celui-ci.

Alors, qu'en pensez-vous ?

* * *

21
Répondre en citant  
Y a-t-il une réflexion sur les pratiques radio ? - le Dim 10 Oct 2010, 11:46

@fanch a écrit:belle utopie que de croire alors qu'existait au meilleur des années 60 & 70 une analyse des pratiques, il en serait de même aujourd'hui pour l'audio et le visuel !!! Le forum-parodie (27 mars 2009, in grand auditorium de RF, j'y étais) de Cluzel avant son départ montre bien que ce sont d'autres stratégies qui élaborent les orientations audio de la radio !! Il n'y a plus de penseurs pour la radio (les panseurs sont plutôt du côté de Kronlund et Sur les Docks) et s'ils existent ils pensent dans le désert car personne ne leur tend plus le micro. Les directeurs se suivent et inventent des émissions et empilent leur égo ou leur prétendu objectif de service public.

Ya pas de hasard ni Jaigu, ni Borzeix (ex-dir de FC de 1975 à 1996) n'étaient connu du grand public ils officiaient avec des convictions chevillées au corps (et j'oserai dire au cœur). La société du spectacle ayant fini par s'immiscer dans le service public (cf franceinter), après le passage terne (et destructeur) de Gélinet (qui ne restera même pas dans l'Histoire !!!!sic), la nomination de L.A. (Laure Adler pour les intimes) allait sonner la charge du vedettariat et du petit cercle des intellectuels "en prise". Et là plus aucune critique ne fut possible elle fit FC à sa main et à son pied tant elle fut prompte à mettre dehors les empêcheurs de tourner en rond dans sa tour d'ivoire.
Entièrement d'accord avec toi pour la description et la critique de la tendance.

Mais pas d'accord du tout sur l'idée qu'il n'y aurait pas de réflexion. Tout ce à quoi nous assistons dans la dégradation du programme de FC nous emmène vers l'idée contraire : pour en arriver à un tel choix, il ne peut qu'y avoir une analyse interne des pratiques. Mais comme tu l'as remarqué avec cette consultation bidon, de cette analyse l'auditeur est exclu. Exemple ou preuve : dans le si fameux "Pot-au-feu" sanglant de décembre 1999 au Bouillon Racine, où Laure Adler montrait son vrai visage, Lebrun lui avait posé la question de la voix des auditeurs dans la demande de programme. Ce à quoi elle avait répondu avec un mélange de candeur nunuche et d'autoritarisme benet "nan, les directeurs de programme sont là pour ça".

Alors l'auditeur qui exprime une demande, il a beau envoyer des courriers, dans le meilleur des cas ça tombe chez un producteur soucieux de qualité (évidemment il y en a et pas qu'un peu), mais dans bon nombre de cas on pisse dans un violon. Et il faut aussi admettre que si la direction ou un service esspécial veut se mettre à l'écoute des auditeurs, tous les auditeurs, et tenir compte de leur demande... c'est la bouteille à l'encre. Ca ne veut pas dire "mission impossible", mais ça veut dire un difficile travail d'analyse, une réflexion sur la mission et la vocation oubliées (le syndrôme de Biddle), une connaissance de ce qu'est la culture, et ça oui c'est une question difficile, on fait tous les gros malins ici mais on n'est pas si sûrs de nous.

Déjà, communiquer en direct ou en sujets élaborées, livrer chaque jour 24h de programme, eh bien c'est aussi un travail difficile. Pour faire celui-là, on liquide l'autre, celui qui consiste à se pencher sur la demande de culture et non celle d'info, sur la demande de qualité et non celle de direct-qui-donne-un-sentiment-de-vie. Bizarre d'ailleurs, car moi je me sens pas vivre davantage quand j'entends des gens vivre à ma place parce que je les écoute faire leur numéro en direct ; par contre je me sens vivre quand je m'instruis et en écoutant leur direct, c'est pas souvent le cas. Donc à FC on laisse tomber ce travail là pour celui de la quête quantitative : l'audience. Pourtant, au moins au plan de l'analyse, il n'y a aucune incompatibilité entre les deux. Et au plan des objectifs ? Aïe, c'est là que ça frotte : après Borzeix, la station a misé sur la quantité sans se dire que le but pouvait aussi être atteint en renforçant le qualité culturelle. Bref ce travail là, de connaitre la demande de culture, à FC on ne veut plus le faire, parce qu'on préfère l'autre : fabriquer du direct flashy. Soyons clairs, en écoutant FC à certaines heures, on ne peut qu'être convaincu que la seule question qui compte, c'est : "comment faire pour qu'on nous écoute encore plus ? Ah il faut racoler, bah alors ça sera facile : racolons, racolons, et le client va venir". Résultat : Lebrun fait le ventilateur d'estrade, Kronlund la marchande de mouchoirs, Alberganti vend de la trouille, Voinchet fourgue du bon mot imité de Pivot, Goumarre imite Ruquier et Laporte oui bon il a son fil à lui déjà, ne faisons pas dévier celui-ci.

On sait déjà que de façon générale, les entreprises ne sont pas des démocraties, sinon du type de celles où l'on vote avec les pieds (à condition d'en avoir les moyens). Ce qu'on voit avec FC, c'est que les Medias ne sont pas non plus des démocraties, sinon de celles où l'on vote en tournant le bouton. Alors restons démocrate, puisque j'ai pris ce chemin le temps d'un post : le problème, c'est que la culture est une dimension essentielle des démocraties, tout comme l'information d'ailleurs. France Culture feint de faire le choix de la seconde, au détriment de la première. Ce faisant, on, donne un pouvoir et une influence à la Rédaction qui livre de l'info biaisée, dans la pure tradition du media d'opinion. Et dans le même temps, progressivement on relègue la culture. Tout ça pour viser un auditeur statistique, défini non pas qualitativement, mais uniquement en réponse à une question simple : "a écouté France Culture une fois cette semaine / aujourd'hui / hier / demain compte écouter FC ".
Et, basta... !

22
Répondre en citant  
Comment flinguer la vocation culturelle d'une radio - Preuve par l'exemple - le Lun 11 Oct 2010, 22:58

J'aurais pu déposer le coup de gueule qui suit dans au moins 3 ou 4 autres fils de ce forum. Je le dépose ici parce que c'est vraiment la vocation de France Culture qui est une fois de plus piétinée.

De quoi s'agit-il ? Dans une des émissions jusqu'ici les mieux préservées de la dérive vers les sujets d'Actu-Politique, j'ai nommé les Lundis de l'histoire, on a eu 1h avec Marc Lazar sur l'état politique de l'Italie. Et ça dans une journée où le thème du fascisme en Italie (néo ou crypto ou ce qu'on voudra) a été traité 3 fois. Mais vous vous touchez, aux programmes, ou quoi ? C'est une obsession de nous parler de fascisme, parce que vous ne connaissez rien d'autre ?

Oui franchement pour l'auditeur c'est le moment de piquer une gueulante, parce que :
- la qualité de l'émission n'est aucunement en cause
- Marc Lazar, qu'on connait bien à FC, est toujours excellent et intéressant. Si tous les bavasseurs invités au micro avaient cette clarté d'expression et cette évidente compétence, on râlerait moins et moins souvent

Mais voila : peut-on me dire ce que vient foutre dans une émission d'histoire, ce sujet consacré à la dérive de l'Italie vers la droite populiste en 2010 ?? Et qu'est-ce que ça a de culturel ? En quoi ça enrichit l'esprit ?

Réponse : non c'est pas culturel ; non ça ne nous enrichit en rien le ciboulot, cette 456987123eme leçon d'analyse politique d'un truc qui va bientôt clamecer tandis qu'en Europe le populisme de droite avance partout sauf là-bas (pardon, pour moi le cours de Dietmar Loch qui est un cours de synthèse, donc un truc que tout lecteur avisé pourrait se faire en lisant les bons auteurs dans l'année, ce cours dis-je il date de 2003 et 7 ans après je n'entends rien à France Culture de plus neuf ni de mieux instructif, merci M. Loch). En tous cas, pour une station à "vocation culturelle" -et là on a de plus en plus de mal à l'écrire sans guillemets- non cette émission est nulle, autant qu'elle est valable pour une chaîne d'info. Et de nous balancer pour la Nième fois ce sujet qui a déjà été traité excellemment chez Philippe Meyer, ou un peu légèrement dans les Matins du gueulard-baddou, ou du voinche-pivotant, oui de nous le refourguer une fois de plus mais à une heure où d'habitude on était à-peu-près certains de trouver de la culture sur FC (où la tranche 14h-16h est comme un îlot préservé), eh bien ça gave...

23
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 11 Oct 2010, 23:29

Croyez-vous que la culture soit une composante des démocraties ? Et les démocraties ne finissent-elles pas toujours dans la démagogie ? Je sais, Nessie, que la French theory vous fait tiquer mais ... je ne résiste pas au plaisir. Démocratie ou société de contrôle ? Je reprends volontairement les idées de Deleuze et Guattari.
Et si on considérait que la culture telle que convoyée par cetains à FC ne servait à rien moins qu'à occuper les gens et à les contrôler ? Un contrôle doux, mou, tout le contraire de celui des sociétés de souveraineté.

24
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mar 12 Oct 2010, 09:07

Demandons-nous ce qu'on fait sur FC. Et prenons des cas précis. Somme toute, il n'y a rien de bien nouveau.
Je l'écris FC est une radio réactionnaire, non pas parce qu'elle ferait la promotion de l'Action française (dont tout le monde se fiche bien ) mais parce qu'elle oeuvre dans le sens de l'enfermement et du conformisme moral.

Kronlund et ses pauvres gens, que fait-elle sinon travailler des réflexes induits "d'empathie" comme dit Lebrun en intro au "A voix nue" consacré à Jacques Derrida. Comment peut-on parler d'empathie, comme ça ? L'empathie, en outre, à propos de Derrida qui questionnait ce type d'universaux, ce n'est pas comique, c'est un contre-sens.

Laporte, que fait-il en faisant semblant de confesser des "artistes" (je devrais dire des intermittents du spectacle) avec des questions de mémères ? Il propose une possibilité d'identification à l'auditeur potentiel, renvoyé au plus petit dénominateur commun, le nombril.

Goumarre, lui, il ne fait rien. Il dit où il faut sortir. Pur exercice de prescription sociale. Voir ce qu'Enthoven racontait du snobisme dans ses "Chemins" consacrés à l'art contemporain. Dans ce cas, on a la version "distinction" bourdieusienne de la culture. Elle ne sert surtout pas à réfléchir, elle sert à faire croire que l'on appartient à un groupe socialement valorisant.

Martel, l'idéologue du parti, obsédé par twitter, facebook et tout ça, lui, carrément, fait le beurre de cette société de contrôle où les individus sont pris dans des flux, où ils se trouvent réduits à devenir des échanges flottants.

Les incessants commentaires sur l'actualité n'ont (je crois) pas comme but unique d'assurer la propagande officielle du régime. Ils ont aussi pour but d'effacer les notions de passé et de mémoire comme dans les régimes totalitaires. Ici, simplement, c'est fait de façon soft. On ne casse rien, on efface. Le résultat demeure identique : perte de la possibilité de mettre en perspective critique et envahissement de soi comme aulne de jugement parce qu'on ne connaît rien d'autre.

Au demeurant, le jugement critique est remplacé par l'opinion. Tout le monde a son opinion. Nivellement critique. Cette prolifération de l' opinion n'est qu'une pathologie de la démocratie.

Non seulement, il y a peu de savoir sur FC mais surtout, il n'y a pas d'idées. Ou de questions. On a des interrogations auxquelles on répond. Faites le compte des émissions de FC où on pose des questions. Il y en a peu.
Il reste celle d'Enthoven. Curieusement, Angelier y parvient. Pourquoi y parvient-il ? Parce que, même s'il part d'une actualité quelconque, ses critiques et lui ont la capacité à mettre en perspective les contenus et à les interroger.

FC propose de tout en apparence. De fait, ce n'est pas le cas, c'est un instrument de conformisation sociale et morale. Si la culture peut servir à qqch (et je ne crois que ce soit sa vocation ou alors elle est tenue en laisse) ou exactement si s'intéresser à ce qui fait la culture (littérature, arts ) vaut, c'est dans la capacité offerte à creuser des écarts, des différences.

Il y a quelques individus (Adler) qui adorent parler de subversion. Y'a pas moins subversif que cette femme. Il suffit de l'écouter, chacune de ses paroles est à elle seule un repaire à lieux communs. Donc un nid à conformisme; à réflexes induits.

Cette femme pourrait faire partie de ceux que Sartre nommait les "salauds", à engluer dans un pathos facile. La dame de la subversion machouille du confort existentiel

Là où ils sont forts, c'est que comme la société a changé, ils ne le font pas sous une forme clairement autoritaire, hiérarchisée, il le font en balançant de la guimauve.

25
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mar 12 Oct 2010, 11:23

@Nessie a écrit:
Mais pas d'accord du tout sur l'idée qu'il n'y aurait pas de réflexion. Tout ce à quoi nous assistons dans la dégradation du programme de FC nous emmène vers l'idée contraire : pour en arriver à un tel choix, il ne peut qu'y avoir une analyse interne des pratiques.

Je crois qu'il y a un vernis d'analyse interne avec de la ronflette scribouillé par cesbron, "pour faire croire que…" et surtout pour vendre la sauce au grand manitou pdg !! Mais c'est tout! Quand je parlais d'analyse je voulais dire des chercheurs, des penseurs de médias qui se pencheraient sur FC pour dire ce qu'elle est et de fait ce qu'ele est devenue (par exemple Debray le médialogue !!). Les producteurs anciens qui peuvent/qui savent s'imposer font leur chemin et se "casent" bon an mal an dans les lubies des dir. Pour les autres (richeux, goumarre, et consorts,…) ils sont tellement dans l'air du temps qu'ils font avec sans avoir le début du commencement d'une perspective de ce que peut être la radio. ce qui n'est bien sûr pas le cas de Baumgartner qui a pensé et agit ses émissions, idem de veinstein bien sûr (N. Magnétiques, Surpris par, Du …). en son temps Voinchet a inventé Tout Arrive (12h/13h30 et à 13h30 un long "feuilleton" sur 4 semaines, excellent).
Rappelons aussi que pendant si longtemps Culture a tellement été moquée par l'autre chaîne du groupe F. Inter par des gens aussi pro que Villers, ou Bouteiller que le complexe de radio qui endort a fini par faire venir des "petits jeunes" guillerets qui n'avaient juste comme objectif que de "dépoussiérer" …… (sic) au risque que de ne faire que du vent (c'est bon pour la poussière mais… les paroles s'envolent aussi). Ce qui anime les dir de culture depuis Adler c'est "LE FAIT DU PRINCE ET DE LA PRINCESSE (odf course)" et comme ils petits déjeunent au même Médiamétrie que Morandini (europin) ils confortent leur pouvoir, leur cour, et leur suprématie. (à suivre)

26
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mar 12 Oct 2010, 11:50

@Lola a écrit:
Là où ils sont forts, c'est que comme la société a changé, ils ne le font pas sous une forme clairement autoritaire, hiérarchisée, il le font en balançant de la guimauve.

Démonstration plus que convaincante et étayée… merci Lola ! Mais ça pourrait nous tirer les larmes car pas demain la veille que la radio (FC et d'autres) (re)participe à "un mouvement émancipateur" (je mets des guillemets car ce n'est peut-être pas le bon adjectif).

Pour preuve à minima, combien de gens continuent à écouter Inter en déclarant que c'est génétique leur attachement à cette chaîne (voilà l'enchaînement totalitaire sournois) !!! Ils avalent les couleuvres, Val le serpent, la pub, la bourse, les flagorneries, et le sirop dégoulinant de Bern-Mickey, s'accrochant à la bouée de Mermet (mais n'est-il pas lui-même en train de …couler ???)

NRJ au début des années 80 mais 1 million de personnes dans les rues !!! Combien serait-on pour la Radio que l'on veut défendre ? À quoi sert la radio aujourd'hui à faire diversion dans les cohortes de bouchons routiers ? Comment rivalise t-elle avec la télé quand elle passe son temps à lui cirer les pompes et a lui consacrer tant et tant de temps d'antenne ?

Comment faire évoluer notre forum vers le changement ?

27
Répondre en citant  
La culture, dimension essentielle de la démocratie - le Mer 13 Oct 2010, 13:31

Je réponds dans le désordre. Désolé de cette lenteur, la vie de forum est ainsi. Le pavé de citation permettra de dés-embrouiller le dialogue.
Donc Lola a écrit:Croyez-vous que la culture soit une composante des démocraties ? Et les démocraties ne finissent-elles pas toujours dans la démagogie ? Je sais, Nessie, que la French theory vous fait tiquer mais ... je ne résiste pas au plaisir. Démocratie ou société de contrôle ? Je reprends volontairement les idées de Deleuze et Guattari.
Et si on considérait que la culture telle que convoyée par certains à FC ne servait à rien moins qu'à occuper les gens et à les contrôler ? Un contrôle doux, mou, tout le contraire de celui des sociétés de souveraineté.
Je ne peux répondre que dans l'abstrait et dans l'idéal. Si la décision politique éclairée, tout comme le vote citoyen éclairé, nécessite des esprits évolués, alors il faut qu'il soit, le citoyen, non pas sans passions ni jugements, mais apte au moins à les mettre à distance. Capable d'arbitrer entre la raison, les valeurs, ses désirs, l'intérêt particulier et l'intérêt général. Capable de ne pas céder aux illusions des stéréotypes, aux jugements hâtifs, aux égoïsmes partisans, ou au conformisme idéologique. Cet esprit éclairé, est le résultat d’une pensée autonome, éduquée. En un mot : cultivée ?

C'est précisément ce dont on a plus que jamais besoin en ces temps ou le tandem Médias+Politique exploite et excite autant que possible la peur, l'envie, la division sociale, la comprenette à courte vue, le sophisme. Est-ce donc naïf, faux, ou trivial, que d'y voir une des fonctions de la culture : enrichir l'esprit en savoirs et en raison, et lui permettre de penser par soi-même. Qu'on me pardonne ces évidences affreuses, mais voila : en écoutant certains à FC on se dit que tout cela est complètement oublié, même s'ils feignent de l'appliquer. Ce sont les simulateurs de culture et de démocratie, qui l'encombrent cette radio.

Et ceux de nos esprits éclairés qui appellent de leurs voeux la démocratie participative plutôt que représentative, et qui croient que les manifs de colère sont une expression de la démocratie, ils roulent dans la direction opposée. S'ils appellent vraiment de leurs voeux une démocratie participative, il devraient se pencher sur la question de la place qu'y tient la culture. A défaut, ce qu'on essaie de monter ces jours ci et que la rédaction de FC essaie maladroitement d'attiser, c'est tout sauf de la démocratie participative. Et comme ça cherche à en prendre le visage, on a bien affaire à l'illusion sémantique.

./...

28
Répondre en citant  
(désolé pour le style ''propos de bistrot'' - je vais migrer dans un autre sous-forum) - le Mer 13 Oct 2010, 13:32

./..

Ensuite : les démocraties qui mutent en démagogie ? Eh bien il me semble que pour la France on y est déjà en plein. Visez un peu le tableau : les élus qui sont maintenus dans un chantage par la sanction du vote ; le piège de l'opinion publique ; l'immobilisme qui en résulte entre 1995 et 2007 et maintenant les menaces de blocage qui pèsent sur les réformes que pourtant même la gauche dit nécessaires ; le conformisme idéologique de l'intelligentsia parisienne.
Et dans les médias comme France Culture ou Le Monde : l'exploitation des passions nourries au sensationnel et aux sentiments bas ; l'information anxiogène ; la moquerie qui prend le prétexte de la liberté d'expression ; l'information biaisée qui attise la division sociale ; la manipulation qui se déguise en revendication de justice sociale ; le chantage et la prise d'otages institués en système.

Bon il est costaud, le tableau de notre démago-cratie, mais est-ce de la "French-Theory" ou bien la "France-théorie" ?? Qui nous dit qu'il en va ainsi dans les autres démocraties ? Regardez comment fonctionnent la Suisse, la Suède, et peut-être même aussi la GB et les USA ? Je ne cherche pas à valoriser systématiquement les sociétés à fonds protestant, mais enfin par ce que j'en reçois sur France Culture, non je ne crois pas que ces démocraties-là elles aient à envier à la notre qui est bien plombée de démagogie. Et ça, malgré la façon dont sur FC on fait tout pour diaboliser la quatrième. Alors est-ce une pente inévitable ? Rien ne m'incite à le croire.

Evidemment, on peut développer le sujet : Démocratie / Démagogie, Culture / Contrôle social. Mais franchement c'est un débat aussi passionnant que hors sujet dans ce fil, on pourrait (on devrait ?) le poursuivre dans le sous-forum "la vie l'univers le reste".

En tous cas il me semble, oui, que dans une démocratie avancée la culture est aussi indispensable que l’information. Mais les deux ne se confondent pas. Sur France Culture, sous prétexte de culture on nous gave d'info, mais sous prétexte d'info on nous bourre le crâne avec les manipes de la rédaction et le conformisme idéologique des esprits "éclairés" très parisiens. Qui ne voit ce qu'on a perdu en route ? Et là je réponds à votre post Lola, c'est-à-dire que je parle de la maturité politique des Français, je n'en suis même pas à revendiquer la culture comme un militant de l'idéal des humanités, hein...

Mais où est passé le France Culture qui aidait l'auditeur à penser par lui Même ?
Aujourd'hui France Culture vous bourre le crâne et vous dit ce que vous devez penser.
Evidemment, je ne pense pas que ça marche, leurs manipes, donc je m'en fous un peu.
Sauf sur ce point précis : quand est-ce qu'on me le rend, mon programme culturel ??

29
Répondre en citant  
pourquoi tant de propos pleins de...rage ... - le Mer 13 Oct 2010, 16:58



Je ne sais si des interventions du style " ya qua .." et avec des " Y A qua ..." certain refond le monde.Il ne faut pas pousser .Il y a des émissions de grandes qualités ; les moyens sont ce qu'ils sont...Mais , il faut aussi se mettre à la place de celui qui fait cette émission et parfois la sauce tourne en rond...Elle tourne au vinaigre...L'invité est aussi responsable du tournant que parfois le dialogue prend parfois...Lorsque cela me prends la tête , ne voyant rien venir je change de station F.Musqiue ou autres radios .Mais,je trouve la critique facile .Il y a des gens de qualité dans cette maison.Filkenkrault, A.Veinstein, les critiques de l'histoire etc etc ...Il est vrai que beaucoup disent les intellos sur FC...Si penser est un delit maintenant ...Cette station est là , personne est obligée d'y aller .Moi aussi , je suis deçu par le cours que prend une emission.Alors , je me pose la question à rebours , qu' avais je comme desire d' entendre, c' est notre côté "MOI ","MOI" .qui prime que le statut d' écoutant ...Encore un art " écoutant ".Voilà , j' espère que les dsicussions ici prendrons une tournure constructive et pensons à Spinoza , " tenter d' aller vers un plus ..." ... cat cat

30
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mer 13 Oct 2010, 18:01

galand-t a écrit:

Je ne sais si des interventions du style " ya qua .." et avec des " Y A qua ..." certain refond le monde.Il ne faut pas pousser .Il y a des émissions de grandes qualités ; les moyens sont ce qu'ils sont...Mais , il faut aussi se mettre à la place de celui qui fait cette émission et parfois la sauce tourne en rond...Elle tourne au vinaigre...L'invité est aussi responsable du tournant que parfois le dialogue prend parfois...Lorsque cela me prends la tête , ne voyant rien venir je change de station F.Musqiue ou autres radios .Mais,je trouve la critique facile .Il y a des gens de qualité dans cette maison.Filkenkrault, A.Veinstein, les critiques de l'histoire etc etc ...Il est vrai que beaucoup disent les intellos sur FC...Si penser est un delit maintenant ...Cette station est là , personne est obligée d'y aller .Moi aussi , je suis deçu par le cours que prend une emission.Alors , je me pose la question à rebours , qu' avais je comme desire d' entendre, c' est notre côté "MOI ","MOI" .qui prime que le statut d' écoutant ...Encore un art " écoutant ".Voilà , j' espère que les dsicussions ici prendrons une tournure constructive et pensons à Spinoza , " tenter d' aller vers un plus ..." ... cat cat

Je n'y ai pas compris un traître mot!

31
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mer 13 Oct 2010, 18:11

Bonjour à vous M. Galand/t

J'ai préféré vous répondre dans un autre fil du forum.

Vous lirez ma réponse en clickant ici

Quelle est la vocation de France Culture ?     Page 3 sur 19

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum