Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Quelle est la vocation de France Culture ?    Page 23 sur 23

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 05 Sep 2010, 15:12

Rappel du premier message :

La vocation de France Culture, là est la question de fond qu'on traite dans ce forum.
La culture en ce sens n'est pas facile à définir : ni ceux qui la défendent ni ceux qui la dénigrent, ne la définissent très précisément. On peut imaginer qu'il y a plusieurs façons de juger qu'un programme est culturel ou qu'il ne l'est pas.

Certains déplorent la part envahissante de l'actualité dans le programme de la chaine.
D'autres jugent que l'actu de la culture est un abaissement commercial.
D'autres encore demandent du documentaire culturel au lieu des reportages sociaux.
D'autres pensent que le France Culture regretté par ceux qui l'ont écouté dans les 90's, était (ou bien serait aujourd'hui ?) une radio vieillote et élitiste.

Tout ça vient d'être évoqué dans un autre fil. Avec des idées à rapatrier dans celui-ci.

Alors, qu'en pensez-vous ?

* * *

221
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mar 30 Jan 2018, 14:36

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t337p310-la-grande-table-tirons-la-nappe#29976) a écrit: (...) Le monde va de mieux en mieux, mais ne le dites surtout pas.

La légende raconte que la direction de France Culture subit un bref et intense tinnitus chaque fois que de tels articles sont publiés...
Texte plein de vigueur et qui appelle un chat un chat, la chute est amusante. Me rappelle les propos tenus hier sur les dangers de l'utopie en politique, autour de 12h55, par l'invité politique du journal de 12h30,  Philippe Langenieux-Villard, conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, a quitté Les Républicains quand Laurent Wauquiez est devenu président du parti. Il lui consacre un essai intitulé "Le Dangereux" aux éditions Philippe Rey. Les oreilles des intervieweurs ont dû siffler là aussi...

Je ne serais pas étonné que, sentant le vent tourner, FC aille progressivement dans un autre sens ces prochains temps (voyez la création de l'émission J'ai déjà connu le bonheur qui est sur notre - très fournie - table de travail...). Non par équilibre et impartialité, mais pour correspondre à l'air du temps et tenter de gagner un extraordinaire 0,1% d'audience qui propulserait, qui sait, la station à un record inégalé au-delà du chiffre fétiche "2,5", l'opportunisme étant ce qui caractérise la Direction de la station.

222
Répondre en citant  
Le bonheur c'est toujours pour demain - le Mar 30 Jan 2018, 21:45

Enfin un post à visage découvert, ouf....

Pour moi la stratégie que vous évoquez n'existe pas.
Les invités sur Culture sont pris dans un vivier de diplômés,  d'écrivaillons ou parfois écrivains se servant de la station comme plateforme publicitaire, ayant un bouquin à vendre. Ce sont ces invités qui parlent du bonheur et du malheur du monde (tout en sachant qu'en parlant du malheur cela est plus vendeur) qui  font le baromètre de la station.
Ainsi va ce monde putassier, la déception du monde à venir dépassera toutes nos espérances et préparés ainsi  à cette éventualité nous en seront moins déçus.

J’ai déjà connu le bonheur, mais ce n’est pas ce qui m’a rendu le plus heureux." C’est le mot de Jules Renard qui guidera ces conversations avec un invité, célèbre ou anonyme, engagé dans la vie d’une manière remarquable, avec son parcours singulier et ses passions.

Par Jules Renard mes pensées vont à Nessie ex-contributeur.

223
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Mar 30 Jan 2018, 22:32

Fontaine(http://www.regardfc.com/t337p310-la-grande-table-tirons-la-nappe#29980) a écrit:Enfin un post à visage découvert, ouf....

Pour moi la stratégie que vous évoquez n'existe pas.
Les invités sur Culture sont pris dans un vivier de diplômés, d'écrivaillons ou parfois écrivains se servant de la station comme plateforme publicitaire, ayant un bouquin à vendre. Ce sont ces invités qui parlent du bonheur et du malheur du monde (tout en sachant qu'en parlant du malheur cela est plus vendeur) qui  font le baromètre de la station (...)
À l'instant entendu la promotion France Culture avant le journal de 22h : Parlons bonheur cette semaine avec Entendez-vous l'éco ? de Maylis Besserie avec demain  "le bien-être en entreprise". C'est donc bien France Culture qui décide des thématiques et parmi tous les sujets de sciences sociales (les seules qui vaillent apparemment à FC), c'est "le monde va mal" qui domine largement. Et récemment, suite à des critiques sans doute, et pour faire croire à un contrepoids, on a le droit aux niaiseries de Christophe André, Monsieur Méditation de France Culture et aux sujets sur le bonheur digne des magazines dits féminins (que font les féministes pour s'attaquer aux clichés là-dedans ? Ah... ces magazines sont achetés et lus par des femmes !), comme dans les "conférences" promues en ligne. Notez encore une fois que dans l'émission J'ai déjà connu le bonheur l'on est encore et toujours dans le témoignage sur soi. Va-t-on enfin sortir du nombrilisme et du narcissisme à France Culture ? Le cul et le vécu sont devenus les piliers sur lesquels la station prospère (n'ajoutez pas "Yop la Boum", Fontaine !).
Citation : J’ai déjà connu le bonheur, mais ce n’est pas ce qui m’a rendu le plus heureux." C’est le mot de Jules Renard qui guidera ces conversations avec un invité, célèbre ou anonyme, engagé dans la vie d’une manière remarquable, avec son parcours singulier et ses passions.
Un aphorisme de Jules Renard qui ne veut pas dire grand-chose, et cela arrange bien France Culture qui se meut en terrain mouvant et paradoxal en permanence.

Carotte sans Poil 

224
Répondre en citant  
Mister Renard er Mister Renaud - le Mer 31 Jan 2018, 06:51

"J’ai déjà connu le bonheur, mais ce n’est pas ce qui m’a rendu le plus heureux."

Un aphorisme de Jules Renard qui ne veut pas dire grand-chose, et cela arrange bien France Culture qui se meut en terrain mouvant et paradoxal en permanence nous dit Philaunet.

... et votre rapport au bonheur comme le demande la grande philosophe Marie Richeux ?

Mon bonheur ne me rend pas heureux
Le bonheur des autres me rend heureux et dans ce bonheur reste une teinte de malheur
celui de tous les malheureux, une tache indélibile que rien ne peut effacer pour des raisons trop intimes.
( quand je me relis cela fait "unpeupompeux") et peut-être aussi que cela ne veut pas dire grand chose  et ne mérite  d'être repris que  par Frédéric Lenoir.    

je vais m'écouter du Beethoven sur les conseils de bishop  (post  27 de ce musicologue mélomane dans le fil "Œuvres musicales : consonances et associations".

225
Répondre en citant  
''Ce qui agite la pensée''... - le Dim 25 Fév 2018, 18:16

Avis critique* par Raphaël Bourgois le samedi de 18h10 à 19h00 est présenté comme suit : "Livres et essais historiques, économiques, scientifiques, sociologiques ; textes d’intervention ou recherches de fond, rien de ce qui agite la pensée et le débat ne doit échapper à la critique. La confrontation des lectures, par les experts du genre, permet d’éclairer la production intellectuelle d’une façon inédite."

Dans la  page 1 des émissions diffusées (15 numéros), prière de trouver les numéros consacrés aux essais historiques, économiques et surtout scientifiques :

Par-delà le bien et le mal
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Éthique de la considération", paru au Seuil, de la philosophe Corine Pelluchon...

Raconter mai 68 autrement
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "De grands soirs en petits matins" de l’historienne Ludivine Bantigny publié au...

Sociologie et philosophie de la littérature
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique, celui de Jacques Dubois «Le Roman de Gilberte Swann» paru au Seuil et « Au Café...

A quoi sert encore la psychanalyse ?
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique pour une plongée au cœur de la psychanalyse : Bernard Lahire avec « L’interprétation...

Plaidoyers pour la religion et la nation ?
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : celui du philosophe Rémi Brague, "Sur la Religion" (Flammarion) et "La nation contre...

Didier Fassin, la valeur de la vie
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : « La Vie. Mode d’emploi critique » de Didier Fassin, au Seuil et « Dans la tête... "

2018, au défi de l’Islamisme

Ce soir comme chaque semaine deux livres sous les feux de la critique. Deux livres qui se penchent chacun à sa façon sur une question qu’on n’a évidemment...

Le démon des origines
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Adam et Eve : l’histoire sans fin de nos origines " de Stephen Greenblatt, Flammarion...

Magie de Noël et cadeaux genrés
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "La Tyrannie du genre" de Marie Duru-Bella aux Presses de Sciences Po et "Ils... "

L' individu dans la ville

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Essai sur (ce qui s’appelait autrefois) la ville", de Reem Khoolas chez Payot...

Penser le réchauffement climatique
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Géopolitique d’une planète déréglée : le choc de l'anthropocène" de Jean-Michel...

Sur le chemin de la transcendance
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : Jean-Michel Chaumont, "Survivre à tout prix", La Découverte et Michel Crépu, "L’admiration.... "

Emmanuel Macron, l'avènement éditorial
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique :"Macron : Miracle ou mirage ?", de Pierre-André Taguieff (éditions de l'Observatoire)...

Penser et repenser la démocratie

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "De la démocratie en France. République, nation, laïcité" de Dominique Schnapper...

Guerres et démocraties
Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Le destin de l’Europe" d’Ivan Krastev (Premier Parallèle) et "Comment perdre une...

****************

* https://www.franceculture.fr/emissions/avis-critique/saison-28-08-2017-08-07-2018

226
Répondre en citant  
''Parle-t-on pour les auditeurs à France Culture ?'' (une auditrice) - le Mer 07 Mar 2018, 08:39

Petitgrain(http://www.regardfc.com/t351p40-le-fil-de-bienvenue#30288) a écrit: (...) Pour ma part, je n'arrive tout simplement pas à écouter Mathilde Serrell ou Anthony Bellanger jusqu'au bout. Eh bien, j'éteins ou je zappe vers France Musique.(...)
D'autres écrivent au médiateur des antennes de Radio France pour demander un service de qualité.

Sur Aurélien Bellanger : Lire à vitesse Grand V ou se faire comprrendre?
Marie MILCENT 06/03/2018 13:03 France Culture
Bonjour,
J'écoute exclusivement France culture et tous les intervenants Infos et débats parlent à une vitesse de persécutés. Certains en perdent leur souffle. Pourquoi? Par ex Aurélien Bellanger débite son texte comme s'il faisait un marraton! Pour qui parle-ton pour les auditeurs ou pour atteindre une performance?
Cordialement.
MTM


Sur le non-professionnalisme des liseurs de papier :

journalistes et éditoriaux

france verjat 06/03/2018 10:34 France Culture
lundi 5 mars-,
Ce matin , j'ai voulu "comprendre" ce que disaient, surtout dans leurs EDITOS les journalistes des radios que j'écoute régulièrement - * Fce- Cult. France-Inter; France-info
Ces interventions, bien ECRITES en langue soutenue, avec beaucoup d' allusions à l'actualité complexe nous sont lues, livrées, DEBITEES à TOUTE ALLURE en qq; minutes; ces éditos sont comme "jetés" dans le micro, ils en deviennent inaudibles, incomprehensibles pour les Auditeurs, IMPOSSIBLE d'en saisir la subtilité et les sens très pertinents sans doute ...
Je dis aux Pro des radios ," Ecrivez vos éditos, non pour des Lecteurs, mais pour des Auditeurs..." si vous voulez être reçus entendus et compris "HATEZ vous lentement "
M; le Médiateur si vous pouvez, transmettez leur ce message merci
France V.
prof de français


Il est assez symptomatique que des auditeurs h/f demandent à la station culturelle publique de respecter le b-a-ba de la radio : parler à des auditeurs et pour des auditeurs !

227
Répondre en citant  
Une radio sulfureuse - le Jeu 15 Mar 2018, 10:00

Des enregistrements bien plus sulfureux que sur France Culture :



Producer Sarah Blunt recording sulphurous gases / BBC Copyright

Islands of Ice and Fire

In the first of new series of NATURE, we join wildlife sound recordist Chris Watson in Iceland. When it comes to dynamic landscapes, there's perhaps nowhere in the world more exciting than Iceland; with its vast groaning glaciers, spouting geysers, thundering glacial waterfalls, hissing thermal vents and erupting volcanoes - and it's the sounds of this landscape which Chris is keen to capture (...).

228
Répondre en citant  
France Culture par procuration - le Dim 08 Avr 2018, 11:50

La vocation de France Culture ? Oui, quelle est-elle ? À l'heure où le portail de la station définit l'identité de l'antenne (antenne ou bien média global voulu par l'ex-PDG de Radio France et les derniers directeurs mégalomanes de FC ?), il suffit de regarder la page du jour pour y trouver les éléments patents qui, sous prétexte de présentation d'émissions, illustrent l'objectif politique et les passions de la direction.

Cela va de : Rencontre Pour certains intellectuels, "non, les usagers ne sont pas contre les cheminots !" à : Y a-t-il un agenda vallsiste ? en passant par : 1972 Pierre Bourdieu : "Le musée est important pour ceux qui y vont dans la mesure où il leur permet de se distinguer de ceux qui n'y vont pas" et en repassant par : Quand la jeunesse s'engage Politique ! Dépolitisées, les jeunes générations ? et par : Le Queer pour tous ! La Suite dans les idées S'il n'existe pas de « théorie du genre », il existe bien une « théorie queer ».

On pourrait également citer : Grève à la SNCF, un traitement médiatique à deux vitesses ? et : Sélection Intelligence artificielle, Martin Luther King, Harlan Coben et Christiane Taubira ou encore : François Héran : "Dire que certaines régions sont submergées par les demandeurs d'asile ne correspond pas à la réalité" L'Invité idées de la Matinale.

Toute ressemblance avec les Unes du Nouvel Observateur, de Libération ou de Télérama (les rapports incestueux avec ce dernier magazine ne sont plus à démontrer) ne serait pas fortuite...

On note en passant cette pénible technique de titrage des émissions qui utilise le nom de l'invité et une déclaration choc ou polémique (à la Twitter). C'est mauvais pour deux raisons, la première étant que l'esprit de l'invité est réduit à une seul déclaration alors que son propos peut être nuancé dans l'émission ; la seconde étant que le rôle de médiateur de FC est aboli au profit de déclarations brutes, lesquelles dissimulent mal leur nature de point de vue éditorial par procuration.


229
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 08 Avr 2018, 15:18

@Philaunet a écrit:On note en passant cette pénible technique de titrage des émissions qui utilise le nom de l'invité et une déclaration choc ou polémique (à la Twitter). C'est mauvais pour deux raisons, la première étant que l'esprit de l'invité est réduit à une seul déclaration alors que son propos peut être nuancé dans l'émission ; la seconde étant que le rôle de médiateur de FC est aboli au profit de déclarations brutes, lesquelles dissimulent mal leur nature de point de vue éditorial par procuration.

C'est une technique à rapprocher de l'enrobage, dont parle Lebrun lors de son passage aux Chemins de la philosophie : "vous ne saurez rien du sujet évoqué autrement que par les deux ou trois tonitruances que nous avons sélectionnées, par goût pour la polémique et par éditorialisation dissimulée, avant de passer à autre chose", semble nous dire aujourd'hui la rédaction de FC.  C'est assez hypocrite de vanter l'excellence de ses propres pratiques, à mille lieues de la fange médiatique ambiante, tout en s'adonnant à ce genre de techniques un peu racoleuses. Le numéro des Chemins de la philosophie qui recevait Lebrun mériterait quasiment d'être commenté minute par minute tant il recèle de coups de pied de l'âne à peine dissimulés, même la part de quelqu'un qui a, malgré tout, activement contribué à installer ce climat de perpétuelle mise en scène de l'actualité, toujours urgente, toujours controversée, toujours apocalyptique.

230
Répondre en citant  
Pas le savoir, pas les arts, pas la création - le Mer 11 Avr 2018, 21:07

Il suffit de regarder le programme de ce jour (et de tous les jours) pour voir qu'il est presque entièrement dévolu à l'actualité sociopolitique et aux causes militantes. Quant aux rares émissions qui annoncent un programme culturel (historique, philosophique, scientifique ou littéraire), il faudrait être aveugle pour ne pas voir que leur but est de coller aux préoccupations à la mode. Ici la viande, là, la vie de couple et ailleurs cette citation qui est la rengaine quotidienne de cette station, contenant quatre mots clés (pas 30 millions) : détruire/humanité/rêve/ recréer ("re"+ infinitif, un réflexe pavlovien à FC) : « Nous avons le potentiel technologique pour détruire l’humanité, mais nous pouvons aussi faire le rêve de la recréer ».

Le disque de France Culture est rayé.

Contenu sponsorisé 

231
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? -

Quelle est la vocation de France Culture ?     Page 23 sur 23

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum