Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Quelle est la vocation de France Culture ?    Page 5 sur 19

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Quelle est la vocation de France Culture ? - le Dim 05 Sep 2010, 15:12

Rappel du premier message :

La vocation de France Culture, là est la question de fond qu'on traite dans ce forum.
La culture en ce sens n'est pas facile à définir : ni ceux qui la défendent ni ceux qui la dénigrent, ne la définissent très précisément. On peut imaginer qu'il y a plusieurs façons de juger qu'un programme est culturel ou qu'il ne l'est pas.

Certains déplorent la part envahissante de l'actualité dans le programme de la chaine.
D'autres jugent que l'actu de la culture est un abaissement commercial.
D'autres encore demandent du documentaire culturel au lieu des reportages sociaux.
D'autres pensent que le France Culture regretté par ceux qui l'ont écouté dans les 90's, était (ou bien serait aujourd'hui ?) une radio vieillote et élitiste.

Tout ça vient d'être évoqué dans un autre fil. Avec des idées à rapatrier dans celui-ci.

Alors, qu'en pensez-vous ?

* * *

41
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 10:15


Sur la qualité inégale des émissions, l'évolution générale et l'objet technique radiophonique... Je me demande si tout ce qui est reproché à France Culture sur ce forum, ce n’est pas justement une dérive rationaliste. C’est à dire, une dérive qui cherche à rationaliser la production, qui tend à la formule reproductible à l’infini sans trop de coût (très voisin de l’industrialisation).

42
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 10:30

Basil a écrit: Je me demande si tout ce qui est reproché à France Culture sur ce forum, ce n’est pas justement une dérive rationaliste. C’est à dire, une dérive qui cherche à rationaliser la production, qui tend à la formule reproductible à l’infini sans trop de coût (très voisin de l’industrialisation).
Vous devez taper dans le mille, Basil ! Rappelons-nous l'inquiétude (pas que protectionniste) des équipes de fabrication quand L.A. Woman a engagé Fc sur la piste (sic) de la numérisation et/ou de la radio numérique. Le plaisir de "jouer" et "bricoler" avec le montage magnétique (grâce à la bande du même nom) a complétement disparu et il manque forcément quelque chose.
Très juste aussi la reproductibilité, que Cavada à organisée en syndication pour France Bleu (sans horizon). Gaffe que l'info au titre cette fois de la rationalisation "industrielle" ne commence par faire la syndication des rédactions des 7 chaines: Bis repetita : au secours, fuyons

43
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 11:08

@fanch a écrit:
Basil a écrit: Je me demande si tout ce qui est reproché à France Culture sur ce forum, ce n’est pas justement une dérive rationaliste. C’est à dire, une dérive qui cherche à rationaliser la production, qui tend à la formule reproductible à l’infini sans trop de coût (très voisin de l’industrialisation).
Vous devez taper dans le mille, Basil ! Rappelons-nous l'inquiétude (pas que protectionniste) des équipes de fabrication quand L.A. Woman a engager Fc sur la piste (sic) de la numérisation et/ou de la radio numérique. Le plaisir de "jouer" et "bricoler" avec le montage magnétique (grâce à la bande du même nom) a complétement disparu et il manque forcément quelque chose.
Très juste aussi la reproductibilité, que Cavada à organisée en syndication pour France Bleu (sans horizon). Gaffe que l'info au titre cette fois de la rationalisation "industrielle" ne commence par faire la syndication des rédactions des 7 chaines: Bis repetita : au secours, fuyons

Salut à tous les deux.

Ah, ça n'est pas du tout mon cas : je suis un ardent militant de la rationalisation, de la bonne gestion et du beau geste, des idées claires autant que complexes, des problématiques bien exposées, des plans biens détaillés et des comptes bien tenus ...

Le FC de Borzeix & Trutat dans les 80's et des 90's, avec une politique de documentaires radio en plusieurs séries qui ressemblent à des collections dans une maison d'édition, je crois sincèrement que tout cela était une entreprise de production très rationnelle et très organisée dans le sens de la créativité et de la variété, qui ne sont aucunement des petites soeurs du relâchement, ni du joyeux bordel, ni de l'anarchie au sens noble du terme.

Mais je ne confondrai surement pas ce souci de rationalisation avec ce qui est apparu en septembre 1999 : un management interventionniste, et une progressive réduction de la diversité offerte. Je crois aussi qu'il y a des dépenses et des efforts qu'il faut assumer pour parvenir à un résultat.

Quant à la résistance des équipes aux temps de la numérisation, n'est-ce pas la chose la plus courante du monde, depuis les luddites jusqu'aux dockers. Les seconds ont tué les ports français, comme les ouvriers du livre assassinent à petit feu la presse quotidienne en France. Une réforme technique doit se mettre en place avec un dialogue social. Laure Adler n'était pas un as de ce dialogue là (ni du dialogue radiophonique, d'ailleurs).

44
Répondre en citant  
Le plaisir magnétique, disparu, vraiment ?? - le Lun 08 Nov 2010, 11:11

@fanch a écrit:Le plaisir de "jouer" et "bricoler" avec le montage magnétique (grâce à la bande du même nom) a complétement disparu et il manque forcément quelque chose
Sincèrement Fanch, j'en doute : les outils de montage numérique (à pilotage par écran) permettent au contraire beaucoup plus de tentatives, de retours en arrière, de jeu, d'essais ludiques, de tâtonnements de toutes sortes, et aussi d'un apprentissage beaucoup plus rapide. Si le résultat est moins bon (ce dont je ne suis pas certain), je ne mettrai pas tant la chose sur le compte du changement technique, que sur l'illusion qu'il crée : parce que c'est plus facile et plus ludique (suivez moi bien : donc moins rationnel) on peut s'attendre au contraire à ce que tout un chacun puisse faire sa petite sauce, sans avoir passé le temps nécessaire en tâtonnements pour être vraiment conscient de ce qu'il fait.

S'il y a baisse de qualité du résultat final, la cause en serait moins d'ordre technique, que résultat d'une conceptualisation plus faible, et d'un abaissement de la conscience de ce qu'on fait, dans les deux cas un résultat direct de la facilité. Et cela en conséquence directe de la démocratisation de l'outil. Bref, malgré les différences entre les univers sociaux de ces deux modes de création, on retrouverait dans la radio une dérive semblable à celle qu'a occasionnée le traitement de texte, qui a multiplié le nombre d'écrivains et des manuscrits tout en intensifiant la médiocrité moyenne des manuscrits envoyés aux éditeurs.

Je regrette de dériver ainsi hors du sujet du fil, mais j'assume mon jugement sur la dé-rationalisation et les effets pervers (s'il faut hélas qu'il y en ait) de la démocratisation des outils techniques

45
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 11:20

@Nessie a écrit:

Quant à la résistance des équipes aux temps de la numérisation, n'est-ce pas la chose la plus courante du monde, depuis les luddites jusqu'aux dockers… Une réforme technique doit se mettre en place avec un dialogue social. Laure Adler n'était pas un as de ce dialogue là (ni du dialogue radiophonique, d'ailleurs).

Bien sûr Nessie bien d'accord il fallait sans doute passer par la numérisation, mais pas à marche forcée, pas sans dialogue social,pas s'en garder des traces et des savoirs-faire, pas sans proposer aux nouveaux producteurs de se frotter à ces techniques-là, pas en reproduisant le désastre de l'Imprimerie nationale qui verra tout un pan de l'impression au plomb et autres techniques "anciennes" reléguées au musée sans jamais plus de transmission, pas sans donner à entendre les sons magnétiques et les sons numériques en comparaison, pas sans faire preuve de pédagogie pour montrer comment les conditions magnétiques de l'art radio obligeaient à un vrai travail amont quand une palanquée de producteurs se contentent de direct spontané et trop souvent seulement conversationnel.

46
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 11:29

@Nessie a écrit:
S'il y a baisse de qualité du résultat final, la cause en serait moins d'ordre technique, que résultat d'une conceptualisation plus faible, et d'un abaissement de la conscience de ce qu'on fait, dans les deux cas un résultat direct de la facilité. Et cela en conséquence directe de la démocratisation de l'outil. Bref, malgré les différences entre les univers sociaux de ces deux modes de création, on retrouverait dans la radio une dérive semblable à celle qu'a occasionnée le traitement de texte, qui a multiplié le nombre d'écrivains et des manuscrits tout en intensifiant la médiocrité moyenne des manuscrits envoyés aux éditeurs.

Merci Nessie pour ces précisions utiles j'avais été un peu vite en besogne, mais bien d'accord sur l'effet "conceptualisation plus faible". Quand le preneur de son est sur le bateau en pleine tempête il sait que les sons, les ambiances, les paroles ne seront plus jamais les mêmes si elles ne sont pas rigoureusement enregistrées à l'instant T. Bien sûr aujourd'hui on pourra toujours prendre des "collages de fond" pour illustrer la tempête. Ça n'aura rien à voir avec les collages "inventés" de Paranthoen ou de bien d'autres qui ne laissaient jamais deviner les ficelles de leurs montages.

Pourvu que Marie Richeux ne lise pas nos échanges, elle serait capable d'ajouter de la pluie quand elle dit "derrière la fenêtre il pleut". Ce ne serait même plus de la facilité mais un pléonasme grotesque.

47
Répondre en citant  
Un homard dans la tête - le Lun 08 Nov 2010, 11:37

@fanch a écrit:Pourvu que Marie Richeux ne lise pas nos échanges, elle serait capable d'ajouter de la pluie quand elle dit "derrière la fenêtre il pleut". Ce ne serait même plus de la facilité mais un pléonasme grotesque.


Et si Sophie Joubert veut illustrer Rodrigo Garcia découpant un homard,
tu l'imagines aller chercher en archives sonores un "cri du homard" ???

Wink

48
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 11:41

@Nessie a écrit:

S'il y a baisse de qualité du résultat final, la cause en serait moins d'ordre technique, que résultat d'une conceptualisation plus faible, et d'un abaissement de la conscience de ce qu'on fait, dans les deux cas un résultat direct de la facilité. Et cela en conséquence directe de la démocratisation de l'outil. Bref, malgré les différences entre les univers sociaux de ces deux modes de création, on retrouverait dans la radio une dérive semblable à celle qu'a occasionnée le traitement de texte, qui a multiplié le nombre d'écrivains et des manuscrits tout en intensifiant la médiocrité moyenne des manuscrits envoyés aux éditeurs.

C'est juste. Si on prend l'histoire de la photographie, on a une bonne illustration de ce que dit Nessie. Il y a des innovations technologiques. Les gens se jettent dessus. Ils font des photos. Ces photos ne présentent aucun intérêt. En revanche, si l'innovation technologique rencontre une sensibilité doublée d'une réflexion, on a un photographe et pas un amateur.

49
Répondre en citant  
Re: Quelle est la vocation de France Culture ? - le Lun 08 Nov 2010, 11:52

@Lola a écrit: En revanche, si l'innovation technologique rencontre une sensibilité doublée d'une réflexion, on a un photographe et pas un amateur.

La boucle est bouclée, Marie Richeux n'est très certainement pas photographe, ou alors juste utilisatrice de Pôlaahh, elle a la voix sensible sans l'image (ce qui serait plutôt bien pour la radio), mais ses images qu'elle assène à longueur de Pôlahhhhhhhh ne sont pas sensibles, ou justes anecdotiques comme la plupart des photos d'amateur faites au Pôlaaaahhhhhh. Peut-être que l'anecdote plus encore que le fait divers est en train de devenir un phénomène de société pour ne pas dire un phénomène de foire. Beaucoup d'émissions de Fc deviennent anecdotiques et ce n'est pas le Pôla (gratter, sic) qui les sauvera.

50
Répondre en citant  
déplacement - le Lun 08 Nov 2010, 12:18

Oui, Lola, la vérité sous forme de synthèse. D’une certaine manière la culture peut prendre la forme de synthèse. Mais la synthèse ne remplace pas la matière du sujet, elle permet de voir et d’apprécier comment cette matière prend une forme originale ou inédite.

Oui, Nessie, il ne faut pas confonde en effet, la rationalisation ou l’intelligibilité d’un sujet exposé dans une émission originale où tout un collectif motivé intervient pour le plus grand bénéfice culturel des participants et des auditeurs, et la rationalisation à l’excès dans gestion du collectif qui ne peut plus produire que des émissions au formatage bien usé et cadré d’avance.

La technique est toujours rationnelle (là n’est pas la question, nous sommes d'accord), et bien sur quand elle devient d’utilisation trop facile, elle alimente toujours le discours rationaliste de la gestion humaine. En gros le voici : « c’est facile tout le monde peut le faire, voici la recette : appuyer ici » ou encore « vous n’avez pas besoin d’être 100, maintenant que c’est facile, tu peux faire ca tout seul ». Bref, tout un discours qui tue le collectif qui produisait ce qu’il ne peut plus produire maintenant. La démocratisation technique, ne peut se faire sur le mode de la rivalité, sinon cela devient infernal et contre productif.

51
Répondre en citant  
dérive - le Jeu 11 Nov 2010, 22:33

Bonsoir,

D'esprit critique et grand auditeur de France Culture, je remarque depuis longtemps une dérive progressive de cette radio. Cette dérive me semble orchestrée dans la mesure où elle parait répondre à des objectifs programmatiques.
Tout d'abord toute une stratégie s'est développée depuis maintenant quelque temps pour s'attacher à la "locomotive" du journal. Il semble que contrairement à ce qui se passait il y a quinze ans, les émissions qui le suivent n'ont pas pour fonction de lui servir de complément. La fonction de divertissement qui s'est imposée au début perd heureusement peu à peu du terrain mais la banalisation, elle, s'installe.
Suivant un mouvement plus général il me semble que la chaîne s'est aussi beaucoup questionnée sur la question de savoir si elle devait chercher à atteindre le grand public. Pour celà, comme ailleurs, l'exigence, le temps long ont été marginalisés.
Autant de manifestations de la volonté de désamorcer la puissance critique du média. Quant aux "bidouillages magnétiques", suivant toujours le mouvement général, ce sont le plaisir de travailler et le temps de la recherche qui ont disparu , la technique numérique permettant au contraire de pénétrer plus profondément dans la matière sonore.
Merci à vous,

Quelle est la vocation de France Culture ?     Page 5 sur 19

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum