Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

À voix nue    Page 4 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
À voix nue - le Mer 15 Sep 2010, 23:23

Rappel du premier message :

Puisqu'il n'existe pas encore de fil consacré à cette émission à la production tournante, il faut le créer.

Cette semaine en est une belle occasion : Stéphane Deligeorges - qui produit Continent Sciences chaque lundi à 14h - reçoit ces cinq jours ouvrés Nicole Ledouarin.

Nicole Ledouarin est grande biologiste, secrétaire perpetuelle de l'Académie des sciences, et protagoniste de ce qu'on appelait naguère la "teratologie" : Son terrain de départ est l'embryologie, spécialité dans laquelle elle s'est consacrée entre autre à l'étude et à la fabrique de monstres génétiques !

Le propos est évidemment passionnant, on passe des rappels essentiels et précis aux coups de phare sur l'état de l'art de la recherche, ce n'est jamais lassant, plutôt rythmé, toujours compréhensible : un travail de vulgarisation des plus réussi.

La faute à l'invité, personnalité qu'on sent riche et passionnée, pleine d'un savoir qu'elle offre avec bonheur à l'auditeur.

L'autre coupable est Stéphane Deligeorge, qui nous a habitué de longue date aux entretiens scientifiques de qualité, art qu'on lui retrouve pleinement ici. Ses principales qualités tiennent à son expression, simple et claire, à son  enthousiasme permanent, à sa connaissance souvent solide des sujets traités, dissimulée sous une naïveté feinte mais bien utile à l'auditeur. Au travail de documentation sérieux qu'on peut imaginer derrière ces entretiens, et à la conduite de l'émission, qui navigue habilement entre un parcours panoramique du sujet et son illustration par l'anecdote.

Une bonne semaine pour cette émission donc, ce mercredi est consacré aux cellules souches, à la mort cellulaire, à la régénération de l'hydre...
* * *

31
Répondre en citant  
Avec Margarethe von Trotta - le Jeu 25 Avr 2013, 22:53

Une petite nouvelle, Perrine Kervran, interroge la cinéaste de sa petite voix, que certains trouveront mignonne, sur un ton légèrement péremptoire dû à un excès de confiance en soi et à un manque de lucidité sur la stature de l'invitée :

"Et pourquoi est-ce que vous pensez que c'est le cinéma qui vous a tellement plu ? Est-ce qu'à ce moment-là en découvrant le cinéma, vous vous êtes dit "Ah, c'est ça que je veux faire" ? Est-ce que c'est à ce moment là ? (émission n° 2 à 20'50)

http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-margarethe-von-trotta-25-2013-04-23

Ce n'est pas l'anglais qui menace la langue française (selon les termes du poncif habituel, car la langue française n'est nullement menacée, elle est "seulement" employée pauvrement et incorrectement), c'est la syntaxe relâchée et la paresse intellectuelle qui, par exemple, fait utiliser un style direct infantile au lieu d'un style indirect (qui aurait requis une concordance des temps à l'imparfait, exercice intellectuel périlleux !).

On imagine bien Perrine Kervran sur une station "djeune" de Radio France, elle y aurait toute sa place, pétulante, gentille, sans complexe, sans savoir.

Elle est malheureusement ( ?) sur France Culture, face à quelqu'un qui ne va certainement pas dire quoi que ce soit de nouveau ou d'original, vu qu'aucune question intelligente ne lui est posée. Margarethe von Trotta enchaîne donc les anecdotes... anecdotiques qu'elle a dû raconter 100 fois. C'est sans intérêt, mais ça plaît à notre jeune intervieweuse, contente d'elle-même.

C'est (très) dommage, car un "À voix nue" peut se concevoir comme une sorte de mémoire testamentaire de l'invité. Il ne faut pas rater l'occasion d'approfondir le propos en apportant de la réflexion, de la contradiction, du savoir issu du domaine de l'invité, l'occasion ne se représentant généralement plus.

À noter le texte de présentation de l'émission n° 1, sans aucun mot de cette sale engeance d'anglais (cf. fil "Médias" du jour), mais avec plusieurs fautes de français (what else !) :

"Elisabeth Von Trotta, sa mère, est d'une famille d'aristocrates russes qui ont fuit la Russie bolchévique."

Pardon ? Qui a fui la Russie bolchevique ?...

Ici, pour les curieux, précisions intéressantes sur l'emploi de l'adjectif : http://www.cnrtl.fr/definition/bolchevique

32
Répondre en citant  
Il était temps - le Jeu 02 Mai 2013, 23:34

Perrine Kervran (PK) dans 4/5 de l'À voix nue avec Margarethe von Trotta (MvT) :

[oeu comme dans oeuf]

"PK : Margarethoeu" von Trotta, bonsoir (...) pour commencer comme les jours précédents, je voudrais vous demander de nous décrire une scène emblématique tirée d'un de vos films qui résumerait un petit peu cet effort constant que vous avez de vous colleter à cette histoire allemande et de restituer un passé, un passé contemporain en tous cas à l'Allemagne.

Silence.

Une seconde. Puis une autre seconde. Puis une inspiration.

"MvT (lentement) : J'ai remarqué que ce soir vous avez dit Margarthoeu et les autres soirs vous avez toujours dit "Margarette" donc vous vous approchez un peu de la prononciation allemande [rire de MvT].
Ok. Alors, je vais commencer avec une première scène de mon film
Rosa Luxembourg"

Quelque chose agace les étrangers qui parlent notre langue difficile (souvent comme 3e langue, car ils ont l'anglais comme 2e langue s'ils ne sont pas anglophones), c'est l'absence de tout effort réciproque de l'interlocuteur français pour dire au moins UN mot de la langue de leur vis-à-vis, et en premier lieu leur nom, avec une prononciation correcte. Ici il a fallu attendre la 4e émission sur les 5. C'est déjà ça, remarquez.

http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-margarethe-von-trotta-45-2013-04-25
(où l'on note : "un fait de résistance collective de femmes aryennes pour sauver leur maris juifs")

33
Répondre en citant  
Hommage à François Jacob - le Lun 06 Mai 2013, 12:41

Toute la semaine, François Jacob - Rediffusion d'une série de 2003.

Je mise une pièce sur la qualité d'interview de Dominique Rousset qui sera certainement davantage sur son terrain pour interviewer un chercheur et un intellectuel, que pour animer une émission d'économie, même si elle tient impeccablement la ligne radiophonique chaque samedi à 11h quand elle pilote un quadrige d'économistes tous enragés à placer leur point de vue.

Pour ceux que ça intéresse François Jacob, je signale quoique mollement le numéro de 'La marche des sciences' jeudi dernier. Aurélie Luneau est toujours charmante mais manifestement pas préoccupée de faire s'élever son émission au-dessus du niveau des pâquerettes scientifiques. Résultat on a perdu la plus grande partie de l'émission en anecdotes biographiques et on a à peine parlé science. Au bout d'une demi-heure ça n'avait toujours pas décollé je redoutais que ça tourne au 'Une vie une oeuvre' à la mode nouvelle, je veux dire ceux que nous fait bébé-Matthieu depuis qu'il a repris le créneau derrière Michel Cazenave pour en faire "Une-vie-de-détails-croustillants-et-pour-connaitre-l'oeuvre-allez-donc-acheter-un-bouquin".

34
Répondre en citant  
Détournement de la série A voix nue - le Ven 24 Mai 2013, 10:08

Disparition de Georges Moustaki. Allons, un artiste nous quitte. "Que la terre lui soit légère, conclut ce matin le toutologue qui lui consacre une belle chronique. Bon.
Et immédiatement le réflexe obituaire qui se met en route : en juin France Culture rediffusera ses 'A voix nue' ? C'est devenu le tic maison, et c'est un tic des plus imbéciles. Pourquoi ?

D'abord parce que cette série n'a que 47 numéros par an, dont certains enregistrés depuis presque 10 ans et conservés au frais en attendant que le type passe l'arme à gauche. Par exemple Georges Condominas au micro de Catherine Clément, et sans lui en vouloir le moins du monde on croise les doigts pour qu'il clamse avant la grande Catherine sinon la diffusion va encore faire un pataquès : hommage à un mort au micro d'une disparue, à qui on n'a pas assez rendu hommage, je vois d'ici le triple procès que vont faire les féministes, les moralistes, et les casse-couillistes. Mais enfin, au moins cette série là elle ne passera pas en rediffusion et ça sera un bien. Car faire systématiquement de 'A voix nue' le carnet nécro de la chaîne, c'est augmenter le taux de rediffusion et c'est réduire la collection d'une des dernières séries du programme qui n'ait pas encore entièrement renoncé à être culturelle.

Autre défaut : quand 'A voix nue' consiste à nous ressortir d'un tiroir trop récent ce qui n'est finalement, que des interviews du 3eme âge. Mag Bodart par exemple, qu'on vient d'entendre dans les Nuits de FC, enregistrée en 2003 au micro d'Anne Wiazemski : je ne pense pas faire du jeunisme excessif en disant que l'intervieweuse arrive 10 ans trop tard, pour faire parler une productrice retirée des affaires, et qu'on dirait sortie de sa maison de retraite. Bien sûr, il y a de l'expérience à recueillir, mais ces esprits fatigués et ces voix cassés ne sont ni très agréables à entendre, ni surtout la meilleure image d'une vie d'activité.

D'ailleurs, la moindre des choses serait bien de vérifier au coup par coup si la série 'A voix nue' est vraiment le meilleur choix pour un hommage. Car ça dépend aussi, eh oui, de l'intervieweur. En l'occurrence Moustaki est face à Sapho, dont on connait la désagréable habitude de donner son avis et de causer d'elle plutôt que de faire parler son invité.

Mieux aurait valu construire une émission d'archives, mais voila, ça demande à la fois du travail, du talent, et des moyens qu'on préfère mettre dans la production de reportages sauciaux qu'on baptise à tort 'Documentaires'.

France Culture, ou la culture de la facilité.

35
Répondre en citant  
Re: À voix nue - le Ven 24 Mai 2013, 20:34

"Vous avez joué défoncé ?"

???

"Le théâtre de boulevard, vous avez donné ?"

Le reste des propos de l'intervieweur à l'avenant. Et sur un ton ! "Fais pas chier, quoi, t'as joué défoncé ou pas défoncé ?" Car André Wilms avait d'abord botté en touche.

Je ne veux pas relever le nom du questionneur.

J'adopte immédiatement un superlatif fétiche de Finkielkraut : EFFROYABLE. Au sens littéral du terme.

http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-andre-wilms-55-2013-05-24

Le nom de l'intervieweur, en regardant la page de l'émission. Enfer et damnation !


36
Répondre en citant  
Re: À voix nue - le Sam 25 Mai 2013, 10:17

Bonjour à tous

De mon côté j'écoute, grâce à la liste ANPR, les À voix nue de Raymond Klibansky, interrogé par Daniel Arasse (1998). Et j'ai une question pour les érudits mélomanes du site: quel était alors le générique de l'émission, que j'ai redécouvert avec une certaine nostalgie ?
On peut télécharger les émissions icimediafire.com download/5b9tb67m6h5zyg5/Raymond+Klibansky+par+Daniel+Arasse+%281998%29.zip

37
Répondre en citant  
A voix nue en 1998 - le Sam 25 Mai 2013, 12:13

@Gomez a écrit:[...]j'écoute, grâce à la liste ANPR, les À voix nue de Raymond Klibansky, interrogé par Daniel Arasse (1998). Et j'ai une question pour les érudits mélomanes du site: quel était alors le générique de l'émission, que j'ai redécouvert avec une certaine nostalgie ?
C'est un quatuor Clarinette/Basson/Violon/Contrebasse, intitulé "La lurette", signé Jean-Philippe Goude qui passa par Magma (bigre) puis chez Ramon Pipin's Odeurs (slurpe) où sur la pochette des disques, à côté de la batterie de l'un et de la guitare d'un autre, son arsenal électronique figurait sous l'appellation 'tout son merdier'. Mais aussi arrangeur chez Renaud (ouille) et avant de produire ses propres cd, auteur d'un paquet d'indicatifs musicaux (hé hé) et de musiques de pub (satanas !) très soignés, et de tous types. Parmi ses plus (!)visibles et les plus élégants à la fois : 2 génériques TV pour Bernard Rapp : Caractères & Un siècle d'écrivains. Je me souviens aussi de quelques régionales sur FR3-Ile de France, dont "Qu'est-ce qu'elle dit Zazie" et le "Décryptages"de Christian Dauriac , précurseur de 'Arrêts sur images' en plus informant. Le générique musical était vibrant.

Sur France Culture, on a entendu de la musique de Goude chez Renée Elkaïm-Bolinger : pendant des années, 'La ligne claire' -album 'Rock de chambre'- ouvrait la dernière séquence de "Bouche à oreille". Pour les nostalgiques de ces quelques années d'A voix nue, le morceau en question "La lurette" (2'43'') se trouve sur 'Ainsi de nous', premier des 4 CD de J-Ph Goude produits chez Hopi Mesa, qui fut une excellente maison avec très peu d'artistes : Goude, René Aubry, Torgue et Houppin.

Et à part ça, merci pour le lien vers les entretiens Klibansky ...



PS : voici un lien vers la page du label Hopi Mesa, page rétablie depuis je ne sais quand, mais qui était restée indisponible suffisamment longtemps pour que j'ai finalement pris le pli de parler de cette maison au passé... : http://www.hopimesa.com/index.html
Du coup j'ajoute quelques liens ci-dessus à mon post

38
Répondre en citant  
Re: À voix nue - le Lun 27 Mai 2013, 09:59

Merci beaucoup Nessie (je n'en attendais pas moins...). Au sujet des occasions manquées, dans À voix nue, j'ai vu passer sur ANPR la série consacrée à Eric Hobsbawm interviewé (ça s'impose) par Ali Baddou. Procès d'intention ou pas, je n'ai pas encore eu le cœur de l'ouvrir.

39
Répondre en citant  
André Brahic emporte tout sur son passage - le Dim 01 Sep 2013, 16:15

Le hasard fait bien les choses : explorant la précieuse fonction "Téléchargement" créée par masterkey, à la recherche, hélas vaine (Help !), de la série d'entretiens avec Olivier Cadot, je tombe sur celle d'André Brahic  dont le nom avait été plusieurs fois mentionné dans le Forum.

Téléchargement, donc, et écoute de cet À voix nue de 2011 : http://www.franceculture.fr/emission-a-voix-nue-andre-brahic-15-2011-05-23.html (descriptif plus bas*). Et adhésion immédiate à la parole passionnante du bonhomme dans le premier, puis dans le deuxième volet de la série (listening in progress).  Deligeorges est à l'aise, les entretiens sont un régal.

À noter en fin de deuxième entretien les propos sur l'affection de Brahic pour Voltaire et, en réponse à un Deligeorges très pertinent, ses commentaires sur la carrière des femmes spécialistes des sciences de l'univers (belles explications également sur les différences entre astronome/astrophysicien/cosmologue) avec lesquels se referme le volet.

J'ai forcément repensé à cette émission passionnante avec Jocelyn Bell Burnell sur BBC 3 dans le cadre de « Private Passions »  de l'exemplaire  Michael Berkeley (déjà hors ligne, mais fourni sur demande) : http://www.bbc.co.uk/programmes/b037tvrj

Il se trouve qu'au moment où je cherchais les références de cet À voix nue, je vois qu'est diffusée en direct l'émission dont il a aussi été question en Forum : « Dernières nouvelles de l'univers »  Le Futur de la Terre et de l'Univers 01.09.2013 - 14:00

En voilà de la matière à écouter (à opposer à "l'antimatière de charge nulle" que la chaîne propose le soir...) !


* Descriptif « À voix nue » : La première singularité d’André Brahic, astrophysicien, grand spécialiste des planètes géantes du Système Solaire c’est, radiophoniquement, sa voix. Plus exactement son débit, très rapide, ses scansions, son rythme de parole. André Brahic parle extrêmement vite et pourtant on le suit aisément. C’est, entre autres, un découvreur d’anneaux des planètes, ces bracelets astronomiques. Ceux de Neptune en particulier. Il est aussi l'un des grands experts mondiaux de la formation du système solaire. Pour cet amoureux radical des choses du ciel, la passion n’est pas seulement théorique. André Brahic est aussi un spécialiste de l'exploration du système solaire conduite par les sondes spatiales Voyager, Cassini, dont il est le membre français des équipes d’imageries depuis 1980. Depuis 30 ans, il fait également partie de ces commissions qui nomment les objets, les lieux, les formes des éléments astronomiques. Il a été ainsi l’un des six membres du Comité International chargé de la définition du mot « planète », définition adoptée en août 2006 par l’Union Astronomique Internationale. En 1990, l'astéroïde 3488, a été baptisé « Brahic » en son honneur…

40
Répondre en citant  
Re: À voix nue - le Jeu 19 Déc 2013, 12:56

Pas malins à la programmation : pourquoi avoir remplacé cette semaine A voix nue par un feuilleton baptisé "A voix nue", où la voix serait celle de la vénérable maison, entendez la maison de la radio, histoire de fêter ses 50 ans. En un sens oui ça se comprend : l'idée pouvait être bonne. Mais outre que ce truc avait sa place en feuilleton et non en interview, l'idée a été mal creusée ou mal développée. Le résultat est décevant : le texte est infantile et la voix de la comédienne n'est pas crédible. En face c'est Thomas Baumgartner qui s'y colle, en habitué des tentatives et aussi habitué à se planter une fois sur deux. Pas de rancoeur de mon côté : ceux qui ne se plantent jamais sont ceux qui ne tentent jamais rien.

C'est bien dommage, mais c'est le type même de l'idée casse-gueule : la personnification est un exercice des plus risqués. On aurait pu s'y prendre autrement, par exemple faire donner de la voix à quelques uns des milliers de techniciens et de producteurs qui oeuvrent dans ce truc depuis 50 ans. Et surtout, il fallait la programmer en feuilleton.

41
Répondre en citant  
Claudie Haigneré par Lydia Ben Ytzhak - le Mer 22 Jan 2014, 09:11

Lydia Ben Ytzhak, dont il a été question à propos d'un producteur (Stéphane Deligeorges ?) prononçant mal son nom (help Nessie, quand était-ce ?), Lydia Ben Ytzhak, donc, interroge avec sobriété et intelligence Claudie Haigneré dans un À Voix nue de fin décembre 2013.

Ce premier numéro laisse augurer un ensemble de bonne facture, car il est mené et réalisé avec professionnalisme par la journaliste dont la voix et le ton nous changent agréablement des productrices qui ne brillent pas dans l'art de l'entretien...

À voix nue     Page 4 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum