Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » À voix nue

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

À voix nue    Page 8 sur 9

Bas de page ↓   

71
Répondre en citant  
L'art de l'entretien radiophonique à son sommet - le Sam 29 Oct 2016, 17:04

Lâchez tout pour La musica de Fanny Ardant.

À voix nue du 24 au 28 octobre 2016.

Voir le profil de l'utilisateur

72
Répondre en citant  
La musica de Fanny Ardant - le Sam 12 Nov 2016, 10:20

Le numéro de La musica de Fanny Ardant 5/5 La place de la musique se conclut sur la lecture d'un texte d'Ossip Mandelstam, qui paraît une manière de dégonfler toute critique de complaisance vis-à-vis du sujet pris par l'actrice et réalisatrice dans son dernier film Le Divan de Staline : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-28.10.2016-ITEMA_21118125-0.mp3" debut="25:29" fin="31:30"]

Je comprends mieux l'actualité de cet À voix nue de très grande qualité en tombant sur une présentation du film dans le Figaro du 04/11/2016: VIDÉO - La bande-annonce du film "Le Divan de Staline", réalisé par Fanny Ardant met en scène l'acteur, ami de Poutine et citoyen russe, qui campe le dictateur soviétique dans l'adaptation du roman de Jean-Daniel Baltassat. Les premières images de Gérard Depardieu en camarade Staline.

Ce numéro intitulé "La place de la musique" est le plus animé des cinq,  il y est davantage question de politique (sur la musique, voir de 9' à 17'). Philippe Bresson prend fait et cause pour l'actrice (vu son extrême empathie, on ne s'attendait pas autre chose) sur sa phrase exprimant une admiration pour le fondateur des Brigades Rouges. Elle se défend d'ailleurs très bien toute seule.

Cette série d'entretiens sur le cinéma mais aussi sur la vie vue par l'actrice de 67 ans est un sommet de la prise de son qui revient à Martin Guénard (Réalisation : Rafik Zenine). On y entend beaucoup de silences (il n'est pas exclu qu'ils soient parfois joués) entre deux personnes qui s'apprécient. Un très bel exemple de l'art de l'entretien.

Voir le profil de l'utilisateur

73
Répondre en citant  
Re: À voix nue - le Jeu 24 Nov 2016, 10:01

À la suite de Philaunet (posts 71 et72 de ce fil), je souhaite revenir sur les entretiens de Fanny Ardant avec Philippe Bresson diffusés dans la semaine du 24 octobre 2016. Plus précisément sur le troisième numéro.

Philippe Bresson aurait-il passé trop de temps à la préparation de ces émissions ? Sa voix mielleuse semble calquée sur le ton emprunté de Fanny Ardant et donne souvent à la conversation un tour maniéré causé par trop d'empathie. Mais laissons pour l'instant de côté cette impression qui peut aussi s'expliquer par l'écoute enchaînée des cinq numéros et revenons sur le troisième diffusé le 26 octobre 2016 et intitulé : La femme d'à côté.

À pas feutrés, Philippe Bresson revient sur la relation amoureuse de Fanny Ardant avec François Truffaut, dont elle fut (d'après wikipedia) la dernière femme et avec qui elle a eu une fille. Il dit à 14'10'' :

La femme d'à côté, c'est une histoire d'amour très dramatique - tragique même, et au moment où vous tourniez ce film, vous viviez avec François Truffaut une histoire d'amour très heureuse n'est-ce pas ?

- (silence)

- Comment avez-vous vécu cette apparente contradiction - ce champ, hors-champ de la réalité de la fiction en quelque sorte ?

- (silence)

- Est-ce que cette histoire d'amour au présent a servi le film et votre jeu ?

- (silence), puis enfin une réponse.

Dans cette réponse, Fanny Ardant fait part d'un sentiment de non-retour : Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse que pendant cette période. Mais qu'en même temps, quand je la regarde avec le temps, est-ce que je l'ai vécue avec autant d'intensité ? Parce qu'il y avait quelque chose qui savait que les grands, grands, grands moments de bonheur vont vous être retirés. Très jeune, je me souviens que j'étais hantée par l'idée du never more. Oui, que je pouvais tout d'un coup me retourner sur un boulevard avec du soleil à travers les arbres, comme ça, quelque chose de magique, et je me disais : hé bien, ce moment-là, où tu regardes cet arbre avec le soleil à travers, tu ne le reverras plus jamais.

Never more qu'elle prononce never mort. « Jamais plus » s'entend comme « jamais mort ». D'abord perçues comme contraire, les deux significations ne font que se rejoindre.

Plus loin, Philippe Bresson tente, par un détour, d'en savoir un peu plus sur la relation Ardant-Truffaut. À 16'05'', il use du stratagème suivant : J'imagine, Fanny Ardant que ce film, La femme d'à côté, particulièrement romanesque, renvoie la lectrice passionnée que vous êtes, aux grands romans d'amour de la littérature, ceux que vous dévoriez adolescente, dont nous parlions dans la première partie de cette émission, et j'ai pensé notamment au Lys dans la vallée de Balzac. Je me dis que les mots que Madame de Mortsauf écrit à Félix de Vandenesse, à la fin du roman, dans une lettre posthume auraient pu être écrits ou prononcés par Mathilde, la femme d'à côté. J'aimerai que vous nous lisiez un extrait de cette lettre.

S'ensuit une lecture bouleversée de Fanny Ardant. Il se peut bien que l'actrice ait compté Le lys dans la vallée dans ses livres de chevet, nous n'en savons rien. Par contre, nous connaissons l'importance du livre et de Balzac dans les films de Truffaut. Visons pour cela la recension qu'en fait Anne-Marie Baron dans sa recherche intitulée Le lys dans la vallée à l'écran (2014) :

« " La grande révélation, ce fut pour moi Balzac et ce n’est pas un hasard si l’enfant des 400 coups lui dresse un autel... ", dit Truffaut à Georges Sadoul. On entend même un passage de La Recherche de l’absolu dans Les 400 coups : " Tout d’un coup, le moribond se dressa sur ses deux poings et jeta sur ses enfants un regard effrayé qui les atteignit tous comme un éclair. (…) " Le Lys dans la vallée, dont le jeune Antoine Doinel recopie innocemment un passage pour une dissertation, ce qui lui vaut une sévère punition, est sans doute le roman qui a le plus inspiré Truffaut. Il lui doit le titre de Baisers volés (1968), allusion à la première scène du roman, pour ce film où il pratique la mise en abyme : Antoine Doinel lit le roman dont la couverture apparaît en gros plan pendant quelques secondes dans sa prison militaire au début du film, et confond réalité et fiction puisqu’il identifie Fabienne Tabard à Madame de Mortsauf et se prend lui-même pour Félix de Vandenesse. Dans ce film, dit Truffaut " on a l’équivalent du roman d’apprentissage en littérature. (…) Doinel doit s’insérer dans la société, trouver une profession, on le voit hésiter entre deux types de femmes (…) ". Ainsi, ce film, par ses références au Lys dans la vallée et la thématique du roman d’apprentissage est imprégné de bout en bout par Balzac. (...) On aperçoit aussi la photo de Balzac dans La Chambre Verte. Balzac a décidément eu une importance décisive dans les choix de cinéaste de François Truffaut et revient constamment dans toute son œuvre comme garant et référence majeure. Mais Le Lys dans la vallée est certainement le roman qui a le plus influencé l’œuvre du cinéaste. »

Se remémorer le nombre de films imprégnés par l'oeuvre de Balzac peut aider l'auditeur à comprendre l'émotion de Fanny Ardant à la lecture des mots de Madame de Mortsauf : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-26.10.2016-ITEMA_21115664-0.mp3" debut="16:36" fin="18:06"]

Alors entendre Bresson dire tout innocemment : J'ai senti que ce texte vous touchait particulièrement Fanny Ardant, puis-je vous demander ce qui vous touche précisément dans ce texte ? - Non, je ne pourrais pas vous le dire. , peut passablement agacer.

Voir le profil de l'utilisateur

74
Répondre en citant  
Xavier de la Porte : « C'est quoi un patient dur à soigner ? » à Christophe André - le Lun 10 Avr 2017, 09:05

D'abord une chronique quotidienne l'été dernier intitulée Trois minutes à méditer (1) et maintenant une série À voix nue (03 avril 2017), décidément Christophe André est bien choyé sur France Culture. Je n'avais pour ma part pas mesuré l'ampleur de l'oeuvre du psychiatre (une vingtaine de livres !), mais seulement subi le matraquage publicitaire de son dernier opus jusque dans les wagons du métropolitain parisien (et d'ailleurs sans doute).

Avant d'en venir au coeur de ce post (c'est beaucoup dire) et pour rester au rayon réclame, l'internaute relèvera qu'à la rubrique « bibliographie » située en fin de page du descriptif, un seul livre est mentionné : 3 minutes à méditer aux éditions L'iconoclaste France Culture. Ca tombe bien parmi les 23 qu'il a publiés ! Et dans les liens, vous trouverez même Les éditions Radio France, qui renverront à l'achat du livre pour 19 E. Pour résumer : un auteur X est invité par Treiner à tenir une chronique, laquelle est ensuite éditée, puis promue sur la chaîne par une ultime invitation de son auteur : une jolie boucle. Enfin, une invitation... aux airs de consécration tout de même si l'on considère que la série À voix nue constitue la forme d'entretien cumulée la plus longue de la grille actuelle.

Tout au long des émissions, Christophe André manie avec habileté confessions et anecdotes de cabinet, glissant régulièrement être (ou avoir été) atteint des troubles qu'il soigne chez les autres (comme ne pas savoir être heureux, se plaindre régulièrement, la difficulté d'être père, ça n'arrête pas) : tout l'art raffiné du story telling... Le psychiatre excelle dans cette catégorie et n'a besoin de personne pour se lancer tant les entretiens ressemblent à un monologue. Faut dire qu'en face, c'est Xavier de la Porte qui pose les questions. Xavier de la Porte ? C'est peu de dire que cette série respire l'auto-promo : peu importe l'interviewer pourvu que le l'auditeur-client-patient achète le livre. Voyons le niveau des questions du spécialiste de la Porte :

4eme émission : 8'40'' : Est-ce que les patients sont si différents que ça les uns des autres ? Quand on a vu défiler dans son bureau des dizaines, des centaines de gens, est-ce qu'on se dit : Ah là là, c'que l'humanité est singulière ?

10'50'' : Je me posais la question de savoir est-ce que les traits socio-économiques jouent ? Pour le dire un peu vulgairement : est-ce que les pauvres se ressemblent dans la maladie ? (rires de la Porte) Les riches se ressemblent ? Je le dis un peu grossièrement, mais vous voyez ce que je veux dire.

Encore de la bonne soupe comme France Culture la produit si bien.

(1) De la porte annonce un million de téléchargements pour cette chronique.

Voir le profil de l'utilisateur

75
Répondre en citant  
« Ma vie de culture, par Françoise Nyssen » - le Mer 17 Mai 2017, 23:15

Le premier numéro daté du 14 novembre 2016 Françoise Nyssen : Actes sud ou l’histoire d’un engagement La construction d’une personnalité est résumé ainsi dans la page récapitulative publiée aujourd'hui :

Françoise Nyssen a été nommée ministre de la Culture ce mercredi 17 mai. En novembre 2016, la directrice des éditions Actes Sud racontait sur France Culture comment elle avait été très tôt façonnée par les valeurs familiales. Trois mots d'ordre : investissement, livres, éducation.

La directrice des éditions Actes Sud, Françoise Nyssen, a été nommée ministre de la Culture du gouvernement d'Edouard Philippe ce mercredi 17 mai. En novembre 2016, elle était venue se raconter au micro de Sylvie Tanette pour l'émission A Voix nue, dont nous proposons ici les cinq volets à votre réécoute. Elle avait commencé par revenir sur la manière dont son histoire familiale avait forgé sa personnalité : entre appétence pour la littérature (mondiale) et volonté de s'investir, d'un pays à l'autre (Belgique, France, Suède...), d'une langue à l'autre (français, flamand...), l'éducation semble être ce qui pour elle fait sens. Les valeurs qu'elle porte haut ? "Y aller à fond, s'investir, croire en la lecture, croire en les livres, croire en l'éducation..."

Avant d'accéder à la rue de Valois, Françoise Nyssen était déjà connue pour diriger les éditions Actes Sud, à Arles, une maison fondée par Hubert Nyssen, son père, et Christine Le Boeuf, l'épouse de ce dernier, à la fin des années 1970. Mais quid de sa vie avant l'édition ?

La construction d'une personnalité

Celle qui est titulaire d'une licence de chimie et d'un diplôme d'urbaniste avait pour premier rêve de devenir médecin : "J'avais un grand-père exceptionnel, à Anvers, qui était médecin dans les prisons, donc avec un charisme et une façon de pratiquer sa profession qui m'impressionnaient." Ce grand-père (maternel) l'encourage à lire Les Hommes en blanc, d'André Soubiran, texte qui sera un véritable coup de cœur littéraire : "[C'est] un livre dont, je pense, personne n'a dû entendre parler ici (...) qui décrit des histoires très romanesques dans le monde médical, et je ne rêvais que de ça, de la vie à l’hôpital, entre les médecins, les infirmières, c'était pour moi un monde extraordinaire de relations humaines, et j'avais envie de ça."

Une porte d'entrée pour parler de sa famille, avec une émotion palpable dans la voix... Dans cette émission, Françoise Nyssen, elle-même née à Bruxelles, revient sur la rencontre entre ses grands-parents maternels (évoquant notamment sa grand-mère polyglotte), mais aussi paternels, "plus ouvriéristes" (avec une grand-mère travaillant jeune à l'usine pour contribuer à nourrir ses onze frères et sœurs, et un grand-père "très socialisant", créateur de l'université populaire de Charleroi).

  " Mon père est né à Bruxelles dans cette famille-là, avec, à travers ses parents, une grande vénération pour l'éducation, pour la lecture, et tout ça a fait des personnages forts de part et d'autre. [...] J'ai eu beaucoup de chance d'avoir ces parents-là parce qu'ils ont donné du sens à ma vie. Je suis née dans une famille où on considérait que le sens, il fallait le donner à sa vie, et on le trouvait par un travail qu'on faisait d'abord parce qu'on l'aimait. L'objectif économique et financier n'était pas le premier objectif. C'était une autre époque aussi... c'était peut être plus facile, j'imagine, parce que je vois tellement de gens angoissés aujourd'hui..."


Aussi à l'honneur dans cet entretien, les hellénistes et les physiciens.

Voir le profil de l'utilisateur

76
Répondre en citant  
''On tient des discours de haine'' (M. Quenehen) - le Lun 23 Oct 2017, 17:14

Martin Quenehen, bien obéissant à la ligne éditoriale de la station : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-19.10.2017-ITEMA_21468332-0.mp3" debut="14:39" fin="15:24"]

Et quelle prosodie ! Comment la qualifier ?

Extrait de la présentation à propos de Simone Schwartz-Bart et d'André Schwartz-Bart : "Ensemble, aussi, ils « entrent dans le silence », face à l’incompréhension que suscite leur œuvre, qui ose s’atteler à l’ignominie de l’esclavage et à la beauté hirsute de la résistance."

Allumer le poste à France Culture, c'est à tout instant tomber sur des propos de ce genre, quelle que soit l'émission.  


Simone Schwartz-Bart ou le devoir d’amour (4/5)
Dans les oreilles (et sur la langue) de Solitude

Voir le profil de l'utilisateur

77
Répondre en citant  
« Il y a toute une éducation à reprendre chez vous » (Xavier Emmanuelli) - le Mer 03 Jan 2018, 18:12

Xavier Emmanuelli (1/5)*, un premier numéro qui met l'auditeur dans une autre dimension, celle de la parole essentielle. À chaque fois que Xavier Emmanuelli prend la parole et développe ses idées, qu'il conclut sur ses expériences, qu'il parle de sa vie, l'attention est captée. On est ou non d'accord avec ses positions, mais son expression posée, la profondeur de ses propos, appellent le respect.  Au moment où son interlocutrice, voix d'adolescente, ignorance patente, empathie zéro, prend la parole, il faut prendre son mal en patience. C'est dire tout le plaisir que l'on a à entendre le médecin dire son fait à l'intervieweuse vers la fin de l'entretien. Il est question de la parole avec les personnes atteintes d'un cancer  : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-18.12.2017-ITEMA_21527470-0.mp3" debut="25:30" fin="25:54"] "Il y a toute une éducation à reprendre chez vous". Elle en rit. Elle n'aura rien appris, car V. B-L n'en est pas à sa première interview ratée.

Xavier Emmanuelli a 79 ans. Quand on l'entend on pense à cette phrase d'Amadou Hampâté Bâ :  « En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle ». Une série de 2h30 avec ce médecin humaniste à cet âge-là possède une valeur patrimoniale. Confie-t-on un incunable à un enfant turbulent ?

* Le Samu social est attaché au nom de Xavier Emmanuelli, qui l’a créé en 1993, à Paris. Il travaillait alors comme médecin à la Maison de Nanterre où les vagabonds étaient examinés et reçus dans des conditions sanitaires épouvantables, après avoir été ramassés dans la rue avec brutalité.

Le Samu social allait, lentement, amorcer un changement de mentalités et mener son fondateur au secrétariat d’Etat entre 1995 et 1997, lorsqu’Alain Juppé était Premier Ministre.

En 1993, Xavier Emmanuelli avait une soixantaine d’années et une longue expérience de la médecine d’urgence. Dans ces entretiens pour A voix nue, il dit à quel point il aime cette médecine qu’il appelle « l’hôpital hors les murs » et qui est née au début des années 1970.

Il explique en quoi la médecine d’urgence est directement liée à la médecine de guerre. Il dit aussi pourquoi il aime soigner, et donne son avis sur les questions éthiques actuelles, qui ne se posaient pas quand il était soignant.

Voir le profil de l'utilisateur

Carbone Quatorze 


Invité

78
Répondre en citant  
balancetonposte - le Mer 03 Jan 2018, 22:41

Celle que vous appelez dans le post précédent "l'interlocutrice" ou "V. B-L" est tellement nulle qu'il faut mentionner son nom : Virginie Bloch-Lainé, sans avoir à aller le rechercher sur les pages nulles de France Culture.

2018, Culture pour les nuls , par des nuls et avec des nuls  .Y114 nous donne encore un bel exemple avec cette invitée au nom de Anne Lafont qui se sent obligée d'adopter une dimension intellectuelle pour comprendre l'objet dans un cabinet (de curiosité) dans la Grande Table.

Y114 (c'est Yann Sancatorze), merci à lui. et il ajoute :

 " La direction ne fait rien, la tutelle non plus, le CSA n’en parlons pas. Y a-t-il un député qui puisse prendre à bras le corps la cause d’une radio culturelle pour tous, et opérer une refondation complète de la station sur des bases rationnelles ?". Cette très bonne question mérite d'être posée tous les jours.

France Culture esprit de quoi ?

79
Répondre en citant  
Gilles Jacob avec Yorgos Archimandritis - le Jeu 10 Mai 2018, 14:01

Sobre et impeccable Yorgos Archimandritis qui donne la parole à Gilles Jacob (88 ans) pour une série d'entretiens qui s'écoute comme l'on boit (ou buvait) du petit lait,

A voix nue - Gilles Jacob (1/5) : Le fil invisible  07/05/2018.

On peut écouter ces entretiens sans être cinéphile, la narration claire et élégante de Gilles Jacob est un plaisir en soi. Yorgos Archimandritis respecte le flux des souvenirs de l'ancien président du Festival de Cannes et le relance toujours à bon escient. Une mémoire du siècle par excellence.

Délégué Général et Président du Festival de Cannes pendant quatre décennies, Gilles Jacob a été le témoin privilégié de tout ce qui fait "[la] grande aventure [du festival], ses coulisses, ses mythes inaccessibles".

Contexte historique et familial, enfance, premiers émois esthétiques, tout ce qui a posé les jalons d’une existence riche en expériences et en péripéties : pour la première fois, Gilles Jacob nous invite à le suivre et nous dévoile les événements qui ont marqué son parcours et façonné ce qu'on peut appeler un destin.



Voir le profil de l'utilisateur

80
Répondre en citant  
Yorgos Archimandritis, des questions nettes, sans fioritures - le Jeu 17 Mai 2018, 14:14

Philaunet(http://www.regardfc.com/t218p70-a-voix-nue#30568) a écrit:Sobre et impeccable Yorgos Archimandritis qui donne la parole à Gilles Jacob (88 ans) pour une série d'entretiens qui s'écoute comme l'on boit (ou buvait) du petit lait,

A voix nue - Gilles Jacob (1/5) : Le fil invisible  07/05/2018.

On peut écouter ces entretiens sans être cinéphile, la narration claire et élégante de Gilles Jacob est un plaisir en soi. Yorgos Archimandritis respecte le flux des souvenirs de l'ancien président du Festival de Cannes et le relance toujours à bon escient. Une mémoire du siècle par excellence.
(...)
Pour illustrer l'art de l'entretien que cultive Yorgos Archimandritis, trois pastilles tirées de Gilles Jacob (4/5) Lumières sur Cannes.

On est loin, mais alors très loin, des affirmation emberlificotées qui passent pour des questions dans la bouche de telle ou telle intervieweuse (il n’est pas nécessaire d'en citer les noms).

Yorgos Archimandritis (je ne l'avais jamais entendu avant) ne met certes pas son interlocuteur sur le gril et Gilles Jacob raconte-t-il donc sa vision du festival (c'est ce qui est attendu de lui), sans contradiction et avec un art de conteur consommé.

Introduction [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-10.05.2018-ITEMA_21674678-0.mp3" debut="00:17" fin="00:56"]

La délibération du jury [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-10.05.2018-ITEMA_21674678-0.mp3" debut="11:54" fin="12:11"]

Le 50e anniversaire du festival [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-10.05.2018-ITEMA_21674678-0.mp3" debut="25:05" fin="25:17"]

Voir le profil de l'utilisateur

81
Répondre en citant  
Stanley Cavell : L’importance du cinéma (vu en proposition d'écoute) - le Mar 22 Mai 2018, 13:02

Un numéro d'A voix nue dans les Nuits de France Culture (vive Garbit/Mourthé !) proposé par un passant du forum : Stanley Cavell* 4/5 : L’importance du cinéma (1ère diffusion : 24/01/2008) 01/05/2018

Écouté, car il faut suivre les propositions éclairées. Suis allé me renseigner un peu plus loin, car le descriptif reste vague. Je n'ai pas non plus saisi la nature du  travail de Stanley Cavell avec Qui est Stanley Cavell ? et dans une biographie chez Oxford, Stanley Cavell

Peut-être à cause de sa fréquentation des derniers cités ici (extrait du premier lien) ? "Stanley Cavell n’a jamais abandonné un dialogue avec la philosophie continentale depuis sa lecture des romantiques allemands (Schlegel,Goethe) et anglais (Coleridge, Wordsworth) jusqu’à celle des auteurs français les plus contemporains comme Lacan, Derrida, Maurice Blanchot."

Une couverture-écran (à 15'01) et un jet de bas dans "New York Miami" : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-01.05.2018-ITEMA_21665098-2.mp3" debut="15:01" fin="20:20"]. Une chute très franceculturienne.

* Descriptif (extrait) : Le cinéma est-il un objet digne de philosophie ?

Parmi tous ceux qui ont tâché de penser l'art cinématographique, le philosophe américain Stanley Cavell est sans doute l'un de ceux dont l'influence a été la plus grande, pour les philosophes, pour les cinéastes, ou simplement pour tous ceux qui s'intéressent au cinéma.

Né en 1926 à Atlanta aux Etats-Unis, il se forma à la philosophie à Harvard, commença son parcours d'enseignant à Berkeley avant de retourner à Harvard où il occupa, de 1963 à 1997, le poste de professeur d'esthétique et de théorie générale de la valeur. (...)

En 2008, Stanley Cavell racontait son parcours à Philippe Petit pour une série d'A voix nue. Dans le quatrième volet de cette rencontre (diffusé le 24 janvier de cette année là), il revenait sur l'importance du cinéma, l'art qui nous permet de croire au monde.

   A voix nue - Stanley Cavell 4/5 : L’importance du cinéma (1ère diffusion : 24/01/2008)
   Par Philippe Petit
   Avec Stanley Cavell
   Réalisation Laetitia Coïa

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


82
Répondre en citant  
Re: À voix nue -

À voix nue     Page 8 sur 9

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum