Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Télérama    Page 2 sur 2

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Télérama - le Jeu 23 Sep 2010, 09:08

Rappel du premier message :

Téléramouille enquête sur inter (à pleurer)
l'hebdo télé de référence (sic) profite de la bérézina d'inter pour enquêter (re-sic) sur le "navire-amiral" on aimerait qu'ils consacrent plus de pages à la radio et autre chose que la mise en avant d'une productrice ou producteur !! enfin juste s'intéresser à la radio !! voilà le texte que je viens de poster sur telerama.fr
"les journalistes adorent les marronniers (sujets récurrents) et les… marrons !!! quand arrêterez-vous de nous gaver avec la formule toute faite "navire-amiral" ? amiral de quoi ? amiral de rien du tout ! c'est parce que les auditeurs sont des moutons (de gaulle était moins tendre) que malgré tout ils restent à l'écoute !! même si c'est plus ça la force des habitudes tient lieu de fidélité ! fidélité mon cul aurait dit bedos !!! et c'est quoi cette tarte à la crème du RV de l'humour !! à pleurer !!! inter a imité europe et rtl en voulant à tout prix être tendance "franchouille" mode inter !! en son temps philippe meyer ou carlier nous régalaient sans forcément faire rire !!! inter n'a que ce qu'elle mérite. la seule arrivée de val (tragique à france-inter) devait inciter à "au secours fuyons!!" avec détermination !! hees aurait été inspiré de proposer à laurence bloch la direction d'inter dès sa nomination plutôt que de l'appeler en pompier "faire-valoir". val déshonorait charlie et cirait les pompes d'inter, val déshonore inter et cire les pompes d'hees !! quel charlie le mettra au pilori ?

quant à télérama inter lui donne du grain à moudre pour sa chroniquette radio, critique radio qui a totalement déserté le magazine !! aucune indépendance pour dire dès l'origine que val c'était un tchernobyl à venir !! aucune mémoire pour écrire qu'aux très belles heures d'inter GARETTO & CODOU ont inventé une radio magique bien au-delà de l'oreille en coin. vous internautes et vous auditeurs de radio lisez et relisez le très bon livre de Thomas Baumgartner (producteur à FCulture et arte-radio) "l'oreille en coin, une radio dans la radio -nouveau monde éditions) et vous verrez l'alchimie que ces deux hommes ont mis en place avec professionnalisme, dignité et discrétion suprême. Sans aucun effet d'annonce juste une rigueur pour l'excellence. heureusement roland dhordain (dir d'inter) avait du flair !!!

sur le navire inter il y a un petit caporal, chef de rien du tout !!! et même de moins que rien !

écoutez la différence sur le mouv' (si! si! ya autre chose que du d'jeuns démago) dana (12h) , bonnaud frédéric (celui de la bande à… ex-inter) de 16h à 18h et lange de 18 à 20h.

euh c'est quand que télérama fera un long papier sur le mouv' ? quand val y tiendra une chronique ??? à bon entendeur salut !!!"
* * *

11
Répondre en citant  
Télérama has been - le Dim 06 Mar 2011, 19:54

Jean Lebrun sur Inter, Blanc-Francart sur le Mouv’ ce n’est pas dans Télérama que vous le lirez (pas sur Télérama.fr en tout cas) pas plus sur Le Monde ce dimanche et dans son supplément Télé (dont 1 page radio)…
Has been totale la presse de référence qui se fout de la radio. Télérama ne mérite pas de figurer dans les liens proposés par RFC.

12
Répondre en citant  
Et bien si... - le Dim 06 Mar 2011, 20:13

Et pourtant Fanch, et pourtant, il y a un petit encart consacré à l’arrivée de Jean Lebrun (avec photo) sur Inter. Je vous le reprend


Depuis 1986, on ne compte plus les heures d’antenne que Jean Lebrun a animées, donnant sa couleur si particulière à France Culture : le savoir sans peine, l’érudition sans démonstration, l’éclectisme sans n’importe quoi. Le tout avec une présence chaleureuse et narquoise donc se souviennent les auditeurs de Culture Matin, de Pot-au-feu ou de travaux publics. (....)

Mais Jean Lebrun qui forma dans ses équipes du matin tant de producteurs, laisse ses marques durables sur France Culture. Ses \ʼʼLebrun’s boys\ʼʼ sont bien et heureusement là, les Laurentin, Voinchet, Angelier... et Vincent Lemerre qui le remplace auprès de la direction.
Martine Lecœur (un)An\ʼO\ʼNyme(un)Dm`

13
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Dim 06 Mar 2011, 20:49

Où ? Pas à la page radio de telerama.fr ? Merci de préciser !

14
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Dim 06 Mar 2011, 21:35

Dans le magazine imprimé page 12, dans les pages à suivre. Cela prend une demi-page.(un)An\ʼO\ʼNyme(un)Dm`

15
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 06:23

Merci, à l’occas’ je leur donnerai quelques conseils pour mettre l’info en ligne. C’était mon propos initial et qui vous a fait réagir (je parlai de telerama.fr). Donc rien non plus sur le nouveau dir. du Mouv’ (sur le site de l’hebdo).

La radio à Télérama c’est ZERO. Quand on a pas la télé on ne va qd même pas acheter un hebdo qui dégouline de télé, juste pour y trouver une "info" éculée, même pas un papier de fond. La dernière fois que Télérama s’est intéressé à la radio c’était pour une "enquête" bidon sur Inter où il y en avait bcp pour Porte&Guillon, un peu pour trois/quatre vedettes et RIEN SUR L’ANALYSE. Pourquoi Télérama serait-il pertinent sur la radio aucun de ses "journalistes" ne l’écoute ! (j’ai parlé d’écoute pas d’entendre du bruit de fond)…

16
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 09:57

Télérama occupe une place à part parmi ses congénères (en un mot), il reste le seul à fournir des d’infos intéressantes à côté des pages télés et parfois va chercher des programmes \ʼʼavec les dents\ʼʼ : mettre en avant un film d’Ed Wood diffusé sur Arte à 0h10, ce sont les seuls à le faire (connaissant Ed Wood, ça vaut peut-être mieux remarquez).

Après je ne suis pas actionnaire du groupe, il est évident que leur façon de traiter la radio quasi uniquement par portrait rencontre assez vite ses limites mais je crois aussi qu’ils sont les seuls à publier un programme.

--

En fait, je pense que Télérama serait un choix \ʼʼpar défaut\ʼʼ, un peu comme France Culture en fait, nous serions bien attristés si elle arrêtait d’émettre (n’y voyez aucune allusion Wink mais je n’ai pas l’impression que ses dirigeants fassent ce qu’ils veulent : souvenez cet article au vitriol sur l’enseignement de la musique : le magazine reçut un nombre tellement important de lettres d’enseignants qu’il en passa au courrier des lecteurs et envoya un membre de la rédaction signer un article de mea culpa.
Je ne connais pas Télérama depuis longtemps, cette année seulement, peut-être avaient-ils un autre angle précédemment ?

En tout cas, ils sont beaucoup plus prompts à produire des articles sur Inter qui est une référence pour eux que sur Culture, question d’audience du magazine sûrement. Si vous voulez voir des journalistes de Télérama \ʼʼen action\ʼʼ, je vous conseille la retransmission de la conférence avec J-L Hees, Philippe Val et les autres sur la chaîne RadioFrance sur Dailymotion.

Dernier point : pour avoir eu au téléphone le service abonnement, Télérama est bouclé très tôt, presque du vendredi (je crois) pour le mercredi. L’article n’est peut-être pas passé pour cette raison. Quant à la réplication du contenu sur le web, je vous laisse discuter avec eux ;-)(un)An\ʼO\ʼNyme(un)Dm`

17
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 10:17

Bonjour votre pseudo est respectable et votre propos intéressant mais je suis un peu mal à l’aise avec l’anonyme. Télérama a été créé il y a plus de 6O ans par une "filiale" de l’église (les publications de la Vie catholique). Il s’appelait Radio-Cinéma et parlait de radio avec conviction jusqu’au milieu des années 90. Les vieux "crabes" qui avaient été biberonnés à la radio sont morts et les jeunes ne l’écoutent plus ou plutôt n’écoutent plus les radios qui ont quelque chose à dire.

Le portrait c’est le niveau 0 du journalisme (surtout les portraits lisses de Téléramuche). Trouvez un article d’Alain Veinstein qui reproche à son interlocuteur journaliste de ne pas s’être intéressé et de pas avoir écouté les émissions sur lesquelles il allait être interviewé.

Si je veux savoir des choses sur la radio je n’ai plus aujourd’hui aucun support papier et je m’informe à la radio ou sur le net.

18
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 12:16

Salut ! Tu n’es pas très précis non plus avec ta remarque sur Alain Veinstein : tu parles d’une réaction qu’il aurait eue, mais on ne sait pas si c’est ton désir ou un souhait ou le souvenir d’un article réel ? Et si oui, on aimerait le lire, comment faire ? Merci de préciser je m’exclame.

Aneffet que Télérama n’est plus ce qu’il fut. Mais c’est pas le genre journalistique du portrait qui est en cause, c’est la volonté éditoriale, comme à France Culture quoi. Et ça s’inscrit dans un paradoxal recul de la visibilité des radio dans les émdias, alors que la radio comme média instantané n’est battue que par le Net avec le sérieux en moins. Il y a 10 ans, l’éditeur de la maison Stock (Jean-Marc Roberts) disait : la radio fait vendre des livres, la radio est un média d’avenir.

Et sur le portrait : degré zéro du journalisme ? Ben, pas trop d’accord là-dessus : le portrait c’est un genre journalistique usuel de tous temps, comme la chronique. Et ça peut être actu ou culturel ou air du temps et être très bon quand même. Tout le monde n’a pas le goût du journalisme de terreur en se la jouant Croisé du bien avec des méthodes rhétoriques de pourri comme le fait un Plenel. Mais pour le portrait comme pour la chronique, encore faut-il que ça soit bien fait : j’ai lu récemment dans Télérama un portrait-interview Kristin Scott-Thomas de facture honorable. Par contre celui de Jean-Marc Four était affligeant car placé dans un cadre qui montrait que la journaliste ne connaissait de France Culture que ce qu’avait jugé bon de lui dire ce transfuge d’Inter.

Cela dit, Télarama est le seul journal papier où on trouve encore un peu de critique radio, avec une incitation à l’écoute. Un article court pour chaque journée, dont une moitié environ pour FC, et le reste à répartir entre le Mouv, Radio Classique, France Musique, et même Arte Radio. Au bout du compte ça ne fait pas lourd, mais quand même une critique rédigée avec une présentation de l’émission, comme si c’était un film ou une dramatique télé. Pas lourd, et même moins qu’il y a 10 ans, quand on trouvait en plus chaque semaine un article de 3 pages sur un sujet radio, précis ou transverse. Pourtant on trouve les mêmes signatures, et donc le potentiel est toujours là : Laurence Le Saux, Emmanuelle Dasque, bref celles qui signaient il y a 10 ans les 3-pages. Mais le potentiel ça ne suffit pas, s’il n’y a pas la volotné éditoriale. Alors c’est comme à France Culture, donc ? Ben, peut-être bien, oui.

Quant au programme radio lui-même, eh bien c’est dans Télérama que je vais chercher ce qui manque dans le site de FC pour donner le samedi le programme des Nuits. Je pense que Télérama reste la référence du programme radio pour ceux qui ne sont pas sur le Net, et ça fait une population importante. A part ça, n’ayant pas la télé moi non plus je ne l’achète pas, mais je sais que certains téléphobes l’ont choisi comme hebdo culturel et le lisent pour ses pages cinéma et livres. Il y a des interviews et des portraits, dont la qualité n’a rien à envier aux grands hebdos généralistes que sont Express, Point, Nouvel Obs. On les apprécie, ou pas (moi plutôt oui : assez juste dans l’esprit globalement, enfin je pense). Et on les lit, ou pas (moi plutôt non : trop superficiel en général). Je le survole, en bibliothèque municipale, quand je vais y chercher les programmes de la Nuit qui sont manquants dans le super-hyper-méga-hypra-ultra-top-moderne site web de France Culture qui est tellement en progrès dans sa nouvelle version qu’il donne les programmes de nuit à 4 jours d’avance alors que la version précédente donnait entre une et deux semaines. Comme quoi il n’y a pas que Télérama qui recule, hein.

19
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 13:52

@Nessie a écrit:Salut ! Tu n’es pas très précis non plus avec ta remarque sur Alain Veinstein : tu parles d’une réaction qu’il aurait eue, mais on ne sait pas si c’est ton désir ou un souhait ou le souvenir d’un article réel ? Et si oui, on aimerait le lire, comment faire ? Merci de préciser je m’exclame.

Salut Nessie, tu connais mon désir d’être précis et de citer mes sources. Là je ne peux ! Je suis sûr que Veinstein l’a dit je crois que c’est dans le Monde mais ne peux l’affirmer. L’important c’est que Veinstein est le premier à avoir pointé du doigt le paradoxe de journalistes qui parlent de choses qu’ils ne connaissent pas ! À l’occas’ je chercherai mais ça n’atténue en rien le fait que plus aucun journaliste de Télérama ne s’intéresse à la radio avec une écoute spécialisée.

Quant au fait qu’ils publient les programmes c’est bien le moins. Je ne reconnais aucune circonstance atténuante à un organe de presse qui se sert du mot "radio" pour faire accroire qu’il balaye l’ensemble de l’offre audio et visuelle quand il se contente d’un service ultra minimum…

Rappelons que télérama/La vie font partie du groupe Le Monde qui avant l’arrivée de B.N.P. (les actionnaires) était en pleine déconfiture.

20
Répondre en citant  
Re: Télérama - le Lun 07 Mar 2011, 14:11

Bon, si c’est bien dans le Monde on devrait finir par le trouver. De toutes façons les insuffisances du journalisme et les limites du genre, c’est du réel. Mais non, Veinstein n’est ni le seul ni le premier à dire son fait à la gent journalistique, et de toutes façons c’est pas ça qui condamne Télérama plus que les autres. Il faut savoir aussi que le rapport de Veinstein lui-même avec ses invités est inégal : il y aurait un malentendu à croire qu’il a lu (et même qu’il devrait avoir parfaitement assimilé) les livres des auteurs qu’il reçoit. Ce sont encore les limites du genre, et ça n’empêche pas l’émission, même variable, d’être globalement intéressante.

Euh, publier les programmes c’est bien le moins ? Ca serait plutôt le plus, puisqu’il n’y a qu’eux qui le font... La notion de service minimum n’a de sens que dans le service public, et à ce titre c’est bien FC qui est au-dessous du service minimum, et non un journal privé. En supprimant son hebdomadaire papier il y a 10 ans, Radio France est passé au-dessous du minimum et Téléramuche n’y est pour rien. Ce qui est dommage c’est qu’ils aient préféré suivre à la baisse plutôt que de saisir le créneau et de se dire : il y a une demande, l’offre du service public diminue, donc reprenons la rubrique radio et on aura 5 000 lecteurs réguliers en plus.

Enfin est-ce que tu peux en dire plus sur la déconfiture du groupe Le Monde (est-elle due ou non au style Plenel, qui a été récemment décrit par bergé comme étant radicalement contraire à l’esprit de Beuve-Méry ?) et le rapport que ça aurait avec la baisse de Télérama ? J’étais dans l’illusion que cet hebdo-radio et son groupe propre à lui, au contraire était économiquement en bonne santé ?

21
Répondre en citant  
Télérama aime Radio Nova... - le Lun 30 Mai 2016, 20:16

Aude Dassonville s'entretient avec Andrew Orr dans Radio Nova : retour sur l'âge d'or de “la plus belle bande-son de Paris” du 24 mai 2016.

Extraits :

Aude Dassonville : "Il y a 35 ans naissait Radio Nova, baptisée ainsi en hommage à William Burroughs, auteur de “Nova Express”. Andrew Orr, l'un de ses cofondateurs, revient pour “Télérama” sur ses origines pour que nul n'oublie d'où elle vient.
Officiellement, Andrew Orr est retiré des voitures. A 69 ans, l'un des anciens piliers de L'atelier de création radiophonique (ACR), sur France Culture, observe le monde médiatique depuis les portes de la Bourgogne, où il réside la plupart du temps. Dans les faits, le cofondateur de Radio Nova continue de s'intéresser de près à cette station née il y a 35 ans, jour pour jour."


Qui se souvient des ACR d'Andrew Orr ? Pas moi. Ceux de Farabet, oui, Philippe Langlois et Frank Smith, oui, Kaye Mortley, oui.  "L'un des anciens piliers ?", je demande à l'historien de France Culture, alias Nessie, d'éclairer si possible notre lanterne.  

"Les derniers sortis de ce laboratoire [Radio Nova] sont Augustin Trapenard, aujourd'hui sur France Inter et Canal +, et Mathilde Serrell, qu'on entend sur France Culture".

Le premier était sur Culture, jamais écouté ; la seconde, qui ne se pavane plus en photo sur le site, est une grave erreur de casting. Mettre "Serrell" dans la fenêtre de recherche pour trouver les posts à son sujet.

"Quitter Radio France, le service public, pour Nova, une radio privée, ne vous a pas posé de problème ?
Je déteste qu’on schématise, qu’on suppose que tous les gens du service public seraient vertueux et tous les gens du privé, flibustiers, comme le clament souvent les discours corporatistes. Des entrepreneurs peuvent avoir une vraie démarche de service public ! Nova est née de la rencontre du service public de la radio avec la revue Interférences d'Antoine Lefébure et le magazine Actuel. Il est là, le socle moral, idéologique et politique[/i]."

De bonnes choses ci-dessous, mais les ACR d'Orr étaient-ils tous de nature politique ?  :

"Il y a un an, vous avez reçu de la Scam un prix pour l'ensemble de votre œuvre.Beaucoup de connaisseurs de la radio se souviennent de vos documentaires à l'Atelier de création, que vous avez rejoint à la fin des années 60…
On avait des moyens qui paraissent dispendieux aujourd’hui, et notamment du temps, mais les machines étaient plus lourdes, plus lentes. Pour sortir du matériel de Radio France, il fallait l'emprunter anonymement et le montage, on le faisait de nuit, avec la complicité des magasiniers qui nous donnaient les clés des studios.
Pour certains sujets, on utilisait des noms de code. La seule enquête sur l’affaire Lip [une grève dans une usine horlogère du Doubs, qui a duré plusieurs années, NDLR], nous l’avions baptisée La Maison de verre, car si la direction avait su qu’on préparait un sujet sur le conflit, on aurait été censurés ! On l’a oubliée, cette France de Pompidou et de Giscard. On ne pouvait pas dire ce qu’on voulait. Une autre fois, lors d'une émission dans laquelle le poète Mohammed Khaïr-Eddine dénonçait la torture sous Hassan II, le directeur d’alors avait demandé à l'écouter la veille de sa diffusion. Résultat, elle a complètement disparu, perdue dans le méandre des couloirs.
Vous plaidez pour une meilleure exploitation des œuvres radiophoniques. Pourquoi?
Parce qu’il y a un marché. Et que les œuvres que nous avons créées pendant des années à l'ACR  (par exemple) ont eu un coût et étaient voulues patrimoniales pour être amorties dans la durée ! Un exemple : lors du coup d’Etat de Pinochet, en 1974, nous avions fait six heures de documentaire ; trois sur l’expérience Allende, et trois autres sur la répression, la mort de Neruda, etc… Ces émissions dorment sur une étagère depuis quarante ans. A la chute de Pinochet, à l’arrivée d’un semblant de démocratie au Chili, aux dates anniversaires, on aurait pu les rediffuser ! Ce genre d’œuvres est libre de droit ; en les diffusant le jour, hors du ghetto nocturne, on ferait une économie sur la grille de programmes, qu’on pourrait rebasculer sur les salaires des producteurs, qui auraient plus de temps pour fabriquer leurs œuvres et la qualité des productions remonterait ![/i]"

Télérama     Page 2 sur 2

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum