Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 17 ... 28  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Arnaud Laporte : La Dispute    Page 6 sur 28

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Arnaud Laporte : La Dispute - le Mar 05 Oct 2010, 22:06

Rappel du premier message :

Cela fait un moment que je me demande lequel des producteurs à tout faire de France Culture réussirait à porter l'estocade à la radio. Goumarre, Baddou, Laporte ? Le tiercé gagnant de la soi-disant ouverture non-élististe de la station.

Samedi dernier, j'ai donc écouté le "Radio libre" d'Arnaud Laporte où il recevait en direct et en public Philippe Katerine. Les annonces de FC nous avaient d'ailleurs mis au parfum. On pouvait réserver sa place en écrivant au service communication de la radio.

Le néant verbeux, vous savez ce que c'est ? Si vous avez des doutes, allez donc écouter ce numéro de "Radio libre", vous en aurez une illustration criante.

D'un côté, Arnaud Laporte qui, de son ton plein de componction, accueille Philippe Katerine dont il dit qu'il l'a déjà reçu. C'est une manie de Laporte, il a reçu tout le monde. Je n'ai jamais compris son besoin d'y insister.

De l'autre côté, Katerine, déjà vu et entendu partout. Katerine n'a rien à dire ou n'est pas du genre à commenter en long, en large et en travers. Enfin, si, il aura dit deux fois qu'il aimait bien faire de la musique et qu'il aurait pu continuer à en faire dans sa chambre.

J'ai enfin compris que c'était lui, l'inventeur de la "musique de chambre".
A moins qu'il ne soit le plus ingénieux inventeur de la musique de "pot de chambre" puisque Katerine, un temps, collectionnait ses merdes. Au sens propre - si j'ose dire.

Enfin, un troisième larron, Thierry Jousse, ami du chanteur, dans le rôle de l'intellectuel commentatif.

Rien des propos échangés lors de cette heure et demi n'a d'importance. Ce ne sont que des impressions, du vent. Ce qui en dit long, c'est la façon dont ce vent a été mis en scène. clown

Allez savoir pourquoi, Laporte a dit qu'il y avait beaucoup d'enfants parmi les spectateurs du studio. Je dis bien "spectateurs" car je crois que les gens étaient venus pour le spectacle Katerine. C'était bien ennuyeux, dès lors, de continuer sur les histoires de caca de Katerine. Pourtant, le caca, ça a toujours du succès.

Ce que je retiens de l'émission, quelques vannes de Katerine, aussitôt relayées par des rires dans le public. Des interprétations pseudo-intellectuelles de Jousse. Celles, idiotes de Laporte, qui a dévidé les pires banalités qui soient : " votre art a à voir avec l'enfance", "alors vos égéries, elles sont nombreuses, vous chantez pour attirer les filles", "et en fait, vous chantez bien alors que comme ça, on dirait pas", "et dire que vous êtes né à Chantonnay, pour un chanteur, c'est quelque-chose","alors, la notoriété, ça fait quoi à vivre ?" ,"la provocation, c'est la défense des timides", "petit, vous montriez vos fesses à votre mère qui n'était pas contente du tout"...

Laporte avait aussi eu l'idée trop géniale de sortir la carte de l'invité surprise, annoncé par le jingle d'une émission de téloche grand-public.

Eh bien, entre les rires du public et ce petit dispositif d'auto-dérision et d'auto-célébration, je me suis dit :"Bingo ! Cette fois, ils l'ont eu la peau de France Cul ! "

Ils étaient contents d'annoncer la venue de Katerine sur les ondes. Et ils ont eu raison de le faire chez Laporte, le beauf bcbg.

FC a rempli sa nouvelle mission : on y est pareil et on y fait pareil qu'ailleurs.

Mais le fin du fin, l'entourloupe très pute, c'est qu'on fait croire que c'est de la culture ! Avec la caution solidaire de Jousse et l'enrobage propre sur soi de Laporte.

J'ai écouté les chansonnettes de Katerine comme tout le monde. J'ai vu ses clips comme tout le monde. Or, ce qui fait l'intérêt (relatif mais certain) de Katerine, c'est que ce n'est pas la nostalgie de l'enfance qui passe dans ses paroles (c'était la version de Laporte, bien convenue et bien niaiseuse), c'est la débilité. Allez écouter Katerine, il y a une jubilation dans la débilité, dans la connerie, dans le n'importe quoi. Dans la merde ! On y revient.
Katerine fait de la merde. Et Laporte a beau dire, il chante, de fait, comme une casserole.

Et puis entre cette merde musicale et la communication faite autour il y a un décalage car si les chansons de Katerine sont merdiques, en revanche, leur "packaging" est super-pro.

Le chanteur Katerine est présenté comme un héros, un "artiste"(dixit Laporte pour avoir le label mauve FC), les sites web sont réfléchis et reprennent les gimmicks branchés : jeux vidéo interactifs, photos branchées-décalées avec les parents, couleurs criardes héritées du pop et recyclées par la pub.

Il y a ce balancement dans l'esthétique Katerine. C'est sans doute là-dedans qu'il faudrait chercher l'origine de sa vogue. Sans oublier le côté dit "provocateur" puisque Katerine joue vaguement sur l'exhibitionnisme, mentionne son attrait pour la crasse et la merde comme dit précédemment. D'ailleurs, j'aurais bien aimé que Katerine en dise plus sur ses obsessions présentes ou passées. Manque de bol, chaque fois qu'il allait raconter, Jousse ou Laporte y allaient de leur discours de fonctionnaires cultureux.

Malhonnêteté culturelle et intellectuelle donc à inviter Katerine sur FC. Exactement : à inviter Katerine et à tenir sur lui le discours Laporto-Joussien.

Katerine présente un certain intérêt comme petit phénomène. On peut en parler. Mais on ne le fait pas. Ce qu'on fait, en revanche, c'est qu'on égalise tout, qu'on nivelle tout.

Laporte veut faire croire que Katerine, c'est de la culture. Or que non ! certes on peut discuter avec intelligence de Katerine mais cela on ne le fait pas. Laporte a plaqué des explications et autres questions interchangeables sur Katerine. Même quand ça risquait de devenir scabreux (toujours les histoires de merde, de crasse), on avait le sentiment qu'il y avait à la fois le côté voyeur mais vite remis dans le droit chemin de "la culture" par une remarque bien lénifiante comme si Laporte se croyait obligé de sortir son vaporisateur air-wick.

J'avoue que je ne comprends pas et que je préfère ne pas comprendre. Quel est le but de FC en faisant ce genre d'émissions ? Essaie-t-on vraiment de faire croire aux gens qu'on leur propose de la culture en boîte en invitant Katerine pour dévider des banalités de bon ton ?

Quelles sont les motivations du public amené à la Maison de la radio à grand renfort d'annonces sur les ondes ? Le goût de la gratuité, le côté badeau, "je m'ennuie le samedi et sais pas quoi faire de mes gosses" ?

Pourquoi faut-il que FC se lamine de la sorte ?

Je prédis un grand succès à ce genre d'émissions. Mais la démagogie est-elle l'avenir de France Culture ? Ou la culture est-elle l'avenir de la démagogie ?  Surprised
* * *

51
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Lun 18 Oct 2010, 21:09

Oui, oui, Pancho Villa, j'apprécie les vannes de Nessie... pas seulement les vannes, d'ailleurs.

52
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Lun 18 Oct 2010, 21:38

Nessie, vous êtes très digne !

53
Répondre en citant  
Arnaud, la grisette. - le Ven 22 Oct 2010, 17:22

Je vous trouve bien vachards avec ce malheureux Laporte. Il réussit quand même cet exploit de passer d'un style dit "en cul de poule" comme on dit parler la bouche en cul de poule à un style beauf en goguette d'après ce que j'ai lu.
J'ai vite zappé son "Radio libre" mais pour ce que j'en ai entendu, ce n'est pas compliqué.
C'est "Point de vue, images du monde " ou "Gala" avec un vernis culturel, rien de plus. Il invite des gens célèbres pas passionnants et Laporte insiste sur le fait que c'est merveilleux et qu'il a bien de la chance.
J'en conclus donc que Laporte est une midinette qui propose aux gens de rêvasser sur les stars pour oublier, s'oublier eux-mêmes. C'est du rêve de pacotille mais avec un prétexte culturel. C'est pour ça que les questions sont mauvaises. Ce n'est pas ce qui compte. Ce qui compte, c'est faire rêver Mme Micgu, à moins qu'Arnaud Laporte lui-même se sente tout valorisé d'approcher les gens célèbres de si près !
Ceci dit, j'ai zappé parce que c'est parfaitement creux.

54
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Ven 22 Oct 2010, 17:30

Après cette sentence frappée au coin du bon sens, peut-être pourrait-on fermer Laporte ?

55
Répondre en citant  
Par la fenêtre - le Dim 24 Oct 2010, 16:56

Rose a écrit:Je vous trouve bien vachards avec ce malheureux Laporte.
Merci Rose de votre point de vue qui m'a tout de suite donné envie de jeter aux orties les excès de mes propos sur M. Laporte, un des employés de M. le Directeur. Si fait, ayant un travail méticuleux à réaliser ce samedi, je mets FC bien audible !!! (je m'exclame juste car avant il a fallu ingurgiter "Tentatives premières" j'y reviendrai ailleurs !!!)
M. Laporte, employé de M. le Directeur-qui-donne-la-direction,invitait Robin Rennuci. Je reconnais la voix de Laporte (ça fait des années que je ne l'écoutais plus car à l'heure de midi j'aime bien m'élever au-dessus des plats, pas sombrer dans le lamento). Et au bout de 10mn alors que Renucci est subtil et délicat je découvre enfin le syndrome dont M. Laporte est affecté. C'est depuis 1968 (rien à voir avec la Révolution) le syndrome dit de "Radioscopie". (créé par J.C. lui même, lire Jacques Chancel, chantre de l'émission éponyme sur Inter 1968/1991javascript:emoticonp('bounce').
Le principe en est le suivant les questions sont la plupart du temps oiseuses, plates, clichées MAIS LES RÉPONSES ABSOLUMENT À ENTENDRE !! (au hasard écouter sur ina.fr la radioscopie de Ferré qui en est un exemple… parlant).
Donc M. Laporte fait du Chancel sans le savoir !!! Il ne s'intéresse pour Renucci qu'aux détails, ne fait que se mettre en avant pour dire qu'il était là à Avignon pour le Soulier de Satin (dans lequel Renucci jouait), pour asséner sans tact que la culture en corse est "sous-développée" (sic), et tutti quanti.
Donc très bon moment avec Renucci sincère et humain. Tristesse à entendre M. Laporte employé de M. le Directeur-qui-donne-la-direction. M. le directeur en question connait sûrement celle de la porte et il serait inspiré d'en faire usage tant son employé n'est vraiment pas à la hauteur de la qualité de ses invités.
Laporte travaillait déjà à F.C. du temps du "Bon Plaisir" mais sans doute harassé par une semaine de "pays d'Ici" devait-il se reposer sur ses lauriers (qui déjà lui avait fait enfler la tête) quand il aurait pu prendre quelques leçons du côté du Bon Plaisir. Mais pour cela il lui aurait fallu une bonne dose d'humilité. Cette qualité fait défaut à Laporte pour notre plus grand déplaisir, je m'exclame !!! bounce

56
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Dim 24 Oct 2010, 19:18

Vous soulevez, Fanch, un vrai "problème" journalistique. En effet, si un journaliste (ici, Arnaud Laporte) invite une personne passionnante, quelles que soient ses questions, celle-ci aura le talent de dépasser la qualité conventionnelle, la facilité voire la sottise des dites questions. En revanche, si l'invité(e) n'a rien à dire ou est mal-à l'aise avec l'exercice de l'interview ou s'en fout comme de l'an quarante (je ne vais pas énumérer tous les cas de figures), l'auditeur se retrouve avec une interview ratée, tout simplement ratée où le journaliste est passé à côté de son invité, de son sujet et même de tous les sujets possibles sur cet invité et son travail.

57
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Dim 24 Oct 2010, 19:51

Vrai. Mais à l'occas' écoutez Le Bon Plaisir et vous verrez le travail fouillé, archivé, interviewé. Aucune question "facile". Aucun effet d'annonce, d'anecdote, de tape sur l'épaule ou de private-joke ! Juste un vrai travail d'approfondissement. Et si Laporte est journaliste tout s'explique il n'y en a que pour l'actu, le people, l'anecdote du dernier quart d'heure, les stéréotypes, les cases, les contraires basiques, etc, etc. Laporte peut tout interviewer l'Abbé Pierre et Philippe Katerine, Lady Gaga et L.A. Woman ! Il est le Radioscopeur du XXI ème siècle avec la culture en moins, l'art contemporain en bandoulière ou par dessus l'épaule. Un mauvais soufflé. Rien, du vide, du creux et une suffisance bouffie. Le samedi après-midi c'est fini j'irai ailleurs. Je ferme Laporte et n'en parlerai plus. ¡ Ya basta !

58
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Dim 24 Oct 2010, 20:04

Et on retombe sur une autre question : qu'est-ce que ce métier de journaliste et un journaliste culturel est-il un critique ? On assiste aussi avec cette émission (peut-être de façon plus caricaturale que dans d'autres mais l'émission de Laporte n'est pas la seule à être désespérante de médiocrité et de vacuité) à cette dérive de FC vers le journalisme dans ce qu'il a de plus indigent et de plus dangereux : une absence de contenu masquée par des effets de forme, plus ou moins réussis. Ne pas oublier non plus que la vacuité passe mieux à la radio que dans la presse écrite. En effet, la parole, le soi-disant dialogue, la virgule musicale font un bruit de fond, créent un décor en carton pâte qui détournent l'esprit de l'évidence de la nullité. Tour de passe-passe plus difficile à réaliser à l'écrit.

59
Répondre en citant  
Tirons sur l'ambulance - le Dim 24 Oct 2010, 20:26

@Lola a écrit:[...]cette dérive de FC vers le journalisme dans ce qu'il a de plus indigent et de plus dangereux : une absence de contenu masquée par des effets de forme, plus ou moins réussis. Ne pas oublier non plus que la vacuité passe mieux à la radio que dans la presse écrite. En effet, la parole, le soi-disant dialogue, la virgule musicale font un bruit de fond, créent un décor en carton pâte qui détournent l'esprit de l'évidence de la nullité. Tour de passe-passe plus difficile à réaliser à l'écrit.
C'est franchement la question de la vocation radiophonique cette fois, plus encore que celle de France Culture. Je sens que je vais m'ouvrir non, pas les veines car il n'en coulerait que de la frite, mais un fil esspécial sur le média radio et la malédiction radiophonique qui affecte France Culture.
- Radio qui fut culturelle faite par des gens de culture, maintenant dévolue à l'esprit journalistique alors qu'il y a là un outil de construction d'un patrimoine.
- Radio dévolue au dirèque alors que les meilleures heures se font dans l'élaboration pour peut-être les 3/4 sinon la totalité une fois admis que le direct est fait pour l'actu culturelle (non je n'ai pas oublié le Panorama, excellent direct) ou bien réservé à des as du dialogue (voyez ce que fait Chaslin en direct, et ce que parvenait à faire Jeanneney quand Concordance était encore plein de punch)
- Radio dévolue à la parlote pendant les boulevards de l'heure de grande écoute, mais dès que vous en sortez vous retrouvez l'art radiophonique et le goût de la culture, qui n'ont rien à voir avec les Lebrunades, les Goumarreries, la Voinchitude et la Laportation.

Le seul fait qu'à FC on se foute des pages d'archives comme d'une guigne, montre que la radio qui les intéresse, c'est celle du présent, et que le présent ne contient pas le passé. C'est une lourde erreur en matière de conception d'un programme, et quand la chaîne aura de nouveau un directeur de programmes vraiment soucieux de culture, il faudra bien qu'une bonne floppée de ces faiseurs valsent et aillent ailleurs planter leurs choux, à France Info ou à LCI, dans la presse, à la téloche d'ailleurs pour certains ils en rêvent tout éveillés et ça s'entend...


Fanch l'exclamatif a écrit: écoutez Le Bon Plaisir et vous verrez le travail fouillé, archivé, interviewé. Aucune question "facile". Aucun effet d'annonce, d'anecdote, de tape sur l'épaule ou de private-joke !
Je plussoie !! Certes Fanch', et/mais le Bon plaisir n'était pas tant de l'interview que du portrait radio. Pourtant, il y a fort peu de choses qui séparent le Bon plaisir d'avec Radio libre, en fait une seule oh mais c'est vraiment une toute petite chose : la qualité qui résulte de l'élaboration. C'est quand même hallucinant de voir que 3h30 de radio cousues-main n'ennuyaient pas mais passionnaient, alors que les 90 minutes actuelles sont du piètre remplissage où tout le monde s'emmerde entre deux grosses vannes téléphonées, celles de l'humour gras sur commande, exercice obligé de la radio branchouille qui s'est installé sur la fréquence de France Culture.

Dans un forum précédent, Arnaud Laporte était venu himself, apparemment pour en découdre avec l'un d'entre nous qu'il avait directement traité de "pauvre type" en réponse à une critique peu amène que l'autre avait déposée contre le producteur. Puis ça s'était calmé et on avait pu discuter, et précisément, du Bon Plaisir : à terme disait Laporte, on n'arrivait plus à trouver des personnes pour en faire, et ça devenait de plus en plus problématique.

Mais il n'a pas donné de raison précise, me semble-t-il. Et on peut même se demander quelle était la réelle pénurie censée justifier l'arrêt du Bon plaisir : la réduction du format, castré à 2heures ? Ou bien la réduction des moyens (le même prétexte qui nous a privés de l'excellent "Bouche à oreille"), ou bien les "gens qu'on ne trouvait plus" c'était les gens  de radio qui ne voulaient plus bosser en ambiance dégradée, ou bien étaient-ce les invités qui refusaient de participer ? Comment savoir ?

Dans le dernier cas, ça serait franchement grave, mais c'est peu plausible. Et même l'excuse est d'autant plus ridicule et loufoque, que pas si longtemps après la liquidation du Bon plaisir, le principe de l'émission-pommade du samedi après-midi fut remis à l'honneur avec Frédéric Mitterrand qui a donc créé avec son "Ca me dit l'après-midi" une sorte de sous-Grand échiquier. D'ailleurs le Grand Echiquier (initialement "Grand Amphi") était comme une préfiguration télé du Bon plaisir : mélange des genres, invités très variés et de tous horizons en appui de l'invité central, parties reportage intercalés. Enfin la formule a été re-parachutée dans la grille du samedi en septembre 2009 sous le titre "Radio-Libre". Noter qu'une fois de plus à France Culture on reprenait un titre passé pour rhabiller un concept d'émission qui n'avait rien à voir, ce qui en dit long sur le sérieux de l'entreprise. Ils auraient tout aussi bien pu reprendre le titre de "La joie de vivre de ... ", émission de divertissement diffusée le vendredi soir à la radio et à la télé des 50's. Clairement centrée sur une vedette, La Joie de vivre (on en entend parfois un numéro dans les Nuits de FC) semble aujourd'hui moins neuneu que son successeur lointain "Radio Libre".

Le bilan : on évitera de remonter à 1955. Disons que de 1985 à 2010 avec quelques interruptions, on trouve donc dans le samedi après-midi de FC une case consacrée à un invité franchement mis en valeur. Simplement, on est passé du portrait intime et subjectif réalisé avec soin et goût par des producteurs variés, à un exercice de pommadage en direct et de service à soupe, qui donne envie de modifier la célèbre phrase de Laure Adler << La radio c'est le direct >>. Mieux vaudrait dire "Vous voulez faire de la radio de merde ? faites la donc en direct ça excuse tout".

60
Répondre en citant  
Re: Arnaud Laporte : La Dispute - le Dim 24 Oct 2010, 20:32

Et pour terminer sur cette question, je dois dire que c'est face à ce type d'émissions que les incursions de notre trollette préférée nous rappelant que la vocation de fc est de "décrypter les mythologies de notre époque" parce que c'est ce qu'a dit M. Le Directeur qui montre La Direction qui-ne-part-pas-dans-tous-les-sens-interdits-et-prohibés-sans-fléchage me font rigoler.
De fait, ce "Radio libre" que fait-il sinon relayer les lieux-communs de notre époque ? Que fait-il sinon encenser le rôle social de l'artiste sans distance ou questionnement critique sur le dit rôle ou plutôt la dite fonction de l'artiste ou la fonction de celui (le journaliste) qui s'en fait le relai non critique ? Que fait-il sinon proposer du formatage des goûts, du plaisir esthétique ? Que fait-il (allez, Nessie, j'y vais) sinon relayer la société spectaculaire et abrutir celles et ceux qui, par manque de formation intellectuelle ou de culture, sont prêts à accepter les prescriptions culturelles comme les patients de Diaforus, sa purge ?
Et c'est bien ennuyeux que FC se mette à écrire les nouveaux chapitres (pas si nouveaux que ça, d'ailleurs puisque la structure n'en a guère bougé dans les grandes lignes) du "Dictionnaire des idées reçues" quand sa vocation serait d'inviter à s'en affranchir.

61
Répondre en citant  
Le bon plaisir… des radio-amateurs amateurs de radio - le Dim 24 Oct 2010, 20:39

@Nessie a écrit: Mieux vaudrait dire "Vous voulez faire de la radio de merde ? faites la donc en direct ça excuse tout".
Pour ça et pour ce qui précède j'applaudis des quatre mains !!!

Arnaud Laporte : La Dispute     Page 6 sur 28

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 17 ... 28  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum