Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La Fabrique de l'Histoire    Page 13 sur 16

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Fabrique de l'Histoire - le Lun 31 Aoû 2009, 10:45

Rappel du premier message :

C'est la rentrée 2009, chacun connait les marottes d'Emmanuel Laurentin. Il y aurait à espérer qu'il choisisse d'ouvrir un peu les thématiques de ses émissions, et de tourner la page de ses infinis ressassements (conflits et mouvements sociaux du 20è, redits, redits et redits). Mais détrompez-vous, le premier numéro de cette année est un anniversaire auto-célébrant (10è année de diffusion). Alors quoi de mieux pour fêter cela qu'un bon vieux ressassement? Voici le sujet du jour :

La Fabrique de l'histoire a dix ans 1/4 : la guerre, ses témoins et victimes
Après les vacances, la Fabrique vous retrouve avec bonheur et revient pour cette rentrée sur sa propre histoire commencée il y a tout juste dix ans.

Dix ans d'émission donc, dix ans d'archives en quatre temps avec un retour sur les grandes thématiques historiques qui ont parcouru nos documentaires, débats, et discussions.

Bref, retour aujourd'hui sur la question des archives de la guerre et ses témoins, la question du statut des victimes, commentées par nos deux invités Annette Wieviorka et Stéphane Audouin-Rouzeau.

Qui parle des grandes guerres du XXe siècle ? Y-a-t-il conflit entre historiens et témoins quand il s'agit de les analyser ? Témoignages et littérature tendent-ils à prédominer dans le cas de tragédies comme le goulag ou la déportation ?

Entre histoire globale et récits personnels, nos deux invités expliquent comment l'histoire tend à devenir locale, individuelle, à s'uniformiser parfois, et comment l'accent tend souvent à se porter sur la part la plus "émouvante" de ces mémoires.

On va souffrir pour cette année 2009. Après les centaines de messages envoyés à la Farbrique réclamant un peu d'originalité dans le choix des sujets, cette ouverture d'année est un véritable bras d'honneur pour les auditeurs.
* * *

121
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 04 Mar 2015, 09:51

@Nessie a écrit:
- Lundi : les parasites du corps. Premier coup de maître de votre radio parasitée.
- Mardi : Ménie Grégoire ou l'intime à la radio, le déballage de l'intime sur les ondes
- Mercredi annoncé : le marché de la rencontre, les petites annonces.

C'est tout à la fois un sabotage du sujet de la semaine, et la preuve que d'autres sujets restent, à qui ferait l'effort de les chercher intelligemment. Au lieu de quoi nous avons là dans les 3 premières journées un sabotage de 3 thématiques qui auraient mérité chacune leur semaine dans le programme :

- L'hygiénisme à domicile. La propreté, les parasites, l'équipement domestique, la prise de conscience individuelle et l'effort municipal à la ville et à la campagne
- Histoire de l'intimité exposée à la radio : il n'y avait pas que Ménie Grégoire, il y avait Macha Dérangée, Gonzigue Saint-Brac, et en cherchant dans l'histoire de la radio on pouvait certainement trouver des tentatives bien plus anciennes.
- Le marché de la rencontre méritait en soi une semaine complète, depuis les duègnes entremetteuses jusqu'aux entreprises qui foisonnent dans le monde numérique depuis 25 ans.

De façon générale, un autre élargissement du regard nous donne une idée fumante : histoire de l'incompétence dans le service public de l'audiovisuel. Il faut dire qu'avec le seul vivier de la maison il y a de quoi faire une semaine tous les mois jusqu'à la fin du mandat de Petit-poivre.

122
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 04 Mar 2015, 12:43

On semble sentir une "pied-sur-terrisation" de la Fabrique, de plus en plus revendiquée (surtout pour le numéro d'aujourd'hui...). Dans mes petits scénarios imaginaires, je devine le Laurentin de plus en plus étouffé par ses collaboratrices, qui finissent par ne vouloir décliner une thématique que par orientations genrées, aux conclusions conformes aux habituelles lignes directrices (en gros la trilogie magique du patriarcat, du racisme et du capitalisme, les trois piliers de l'indignation maison), avec ce ton de sociologie politisée à deux sous. C'est pauvre et consternant. Je l'imagine ainsi, sans argument étayé, simplement sur la base des "styles" d'entretien quand un historien est interrogé en binôme par Laurentin et une collaboratrice, c'est assez édifiant...
Sur les Docks se la joue souvent Pieds sur Terre, les fictions de Blandine Masson piétinent les mêmes plates bandes, et maintenant, la Fabrique de l'Histoire. La kronlundisation des esprits nous guette...

123
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 04 Mar 2015, 13:31

@Yann Sancatorze a écrit:On semble sentir une "pied-sur-terrisation" de la Fabrique, de plus en plus revendiquée (surtout pour le numéro d'aujourd'hui...).
[...]
Sur les Docks se la joue souvent Pieds sur Terre, les fictions de Blandine Masson piétinent les mêmes plates bandes, et maintenant, la Fabrique de l'Histoire. La kronlundisation des esprits nous guette...

Eh oui ce matin notamment, avec à la 11e minute la musique de générique des Pieds pour servir de fond sonore à une lecture du courrier où le Roméo raconte à son adultérine dulcinée ses émois consécutifs à leur nuit d'hôtel. Lecture d'une grande cruauté d'ailleurs, on entend le ricanement de Laurentin-le-tombeur qui n'en loupe jamais une quand il s'agit de piétiner les gens humbles.

Maintenant la voix semble tracée si l'on veut achever ce qui bouge encore d'un peu culturel dans le programme : il suffira de remplacer Poivrinet par Mère Sonia des sept douleurs, et là plus rien ne bougera sur France Culture sauf l'esprit Mermet ressuscité.

124
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mar 05 Mai 2015, 14:09

Très bonne surprise avec le sujet de ce matin, parce qu'il est fort inattendu or c'est précisément ce qu'on demande à une radio culturelle. Il s'agissait d'un épisode survenu à la fin de la guerre en France : le rapatriement des ressortissants de l'URSS qui se sont trouvés en France pendant la guerre, plutôt du fait de l'occupant que de leur plein gré. Certains ont fait leur office, d'autres ont limité les dégats, d'autres encore sont passés dans la résistance. Tous doivent rentrer chez eux. Ils sont regroupés dans des camps. Certains vont réussir à rester en France, et échapperont à ce rapatriement forcé. Cette histoire est racontée dans un documentaire fidèle au style maison. Il donne une assez bonne idée de ce que sait faire La Fabrique de l'histoire quand on s'y saisit d'un bon sujet. Il est produit par Catherine de Coppet et réalisé par Anne Fleury, grande signature de la maison.

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-sortir-de-la-seconde-guerre-mondiale-24-2015-05-05

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

125
Répondre en citant  
En manière d'addendum - le Mar 05 Mai 2015, 17:33

@Nessie a écrit:Très bonne surprise avec le sujet de ce matin, parce qu'il est fort inattendu or c'est précisément ce qu'on demande à une radio culturelle. Il s'agissait d'un épisode survenu à la fin de la guerre en France : le rapatriement des ressortissants de l'URSS qui se sont trouvés en France pendant la guerre, plutôt du fait de l'occupant que de leur plein gré. Certains sont fait leur office, d'autres ont limité les dégats, d'autres encore sont passé dans la résistance. Tous doivent rentrés chez eux. Ils sont regroupés dans des camps. Certains vont réussir à rester en France, et échapperont à ce rapatriement forcé. Cette histoire est racontée dans un documentaire fidèle au style maison. Il donne une assez bonne idée de ce que sait faire La Fabrique de l'histoire quand on s'y saisit d'un bon sujet. Il est produit par Catherine de Coppet et réalisé par Anne Fleury, grande signature de la maison.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-sortir-de-la-seconde-guerre-mondiale-24-2015-05-05
Oui, l'émission diffusée aujourd'hui vaut tout à fait d'être écoutée avec attention (elle allie heureusement la sobriété, la précision et la riche documentation). Dans son autobiographie, 1945, Michel Chaillou signale la présence exotique à Quiberon, pendant l'Occupation, de « Mongols » (en réalité des « Géorgiens de la division Vlassov, faits prisonniers sur le front russe et enrôlés de force dans l'armée allemande » (p. 188)).

126
Répondre en citant  
Histoire récente et Histoire tout court - le Mer 13 Mai 2015, 09:24

Une petite remarque tout à fait  « impressionniste » sur la Fabrique de l'Histoire (implicitement comparée ici à son prédécesseur d'autrefois dans la même tranche horaire : « Les Lundis de l'Histoire ») : il me semble que l'Histoire, pour cette émission, se réduit à peu près à ce qui s'est passé pendant les cinquante (ou soixante-dix) dernières années, avec une préférence marquée pour l'histoire des deux ou trois dernières décennies.
Le Moyen-Age, la Renaissance, l'Antiquité etc. ne sont plus que des curiosités qu'on nous sert comme une friandise rare tous les trente-six du mois.
Autrefois, on professait qu'il faut trente ans pour écrire l'histoire, c'était peut-être un petit peu excessif, mais là on semble tomber dans une sorte d'excès inverse.  
Me trompé-je ?  Quelqu'un a-t-il fait des statistiques par périodes traitées dans l'émission ?

127
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 13 Mai 2015, 09:58

@surpris a écrit:Une petite remarque tout à fait  « impressionniste » sur la Fabrique de l'Histoire (implicitement comparée ici à son prédécesseur d'autrefois dans la même tranche horaire : « Les Lundis de l'Histoire ») : il me semble que l'Histoire, pour cette émission, se réduit à peu près à ce qui s'est passé pendant les cinquante (ou soixante-dix) dernières années, avec une préférence marquée pour l'histoire des deux ou trois dernières décennies.
Le Moyen-Age, la Renaissance, l'Antiquité etc. ne sont plus que des curiosités qu'on nous sert comme une friandise rare tous les trente-six du mois.
Autrefois, on professait qu'il faut trente ans pour écrire l'histoire, c'était peut-être un petit peu excessif, mais là on semble tomber dans une sorte d'excès inverse.  
Me trompé-je ?  Quelqu'un a-t-il fait des statistiques par périodes traitées dans l'émission ?

C'est le type même des mini-études qu'on peut faire dans ce forum et qu'on devrait peut-être faire, par un pointage exhaustif même qui ne serait pas si coûteux en tempsplutôt que par un sondage statistique (le seul calcul de validation prendrait plus de temps que n'en économiserait le pointage partiel). Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site de France Culture. Quant à prolonger l'étude dans le passé (ce qui ne serait pas un luxe), il faudra interroger le catalogue en ligne du dépôt INA-BNF, en accès libre mais remarquablement peu commode.

./....

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

128
Répondre en citant  
La table ronde pour les fictions du 13 mai (jour symbolique ?) - le Mer 13 Mai 2015, 09:59

./...



A part ça, à prendre en cours d'émission la table ronde critique qui s'achève à l'instant, on pouvait changer 3 fois de projet : commencer par un bilan du crétinisme critique et conclure par l'abjection idéologique en passant par l'ignorance historique et la nullité radiophonique : la petite équipe de nanas réunies par Laurentin et avec le secours de Laurentin lui-même vient de nous pondre une des heures de radio les plus infectes que j'ai entendues depuis longtemps.

La Fabrique est parfois excellente dans ses documentaires, et couramment imbuvable dans ses débats critiques. Le numéro de ce mercredi 13 mérite qu'on y revienne.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

129
Répondre en citant  
Sur le travail de l'historien - le Mer 13 Mai 2015, 10:07

@surpris a écrit:Une petite remarque tout à fait  « impressionniste » sur la Fabrique de l'Histoire (implicitement comparée ici à son prédécesseur d'autrefois dans la même tranche horaire : « Les Lundis de l'Histoire ») : il me semble que l'Histoire, pour cette émission, se réduit à peu près à ce qui s'est passé pendant les cinquante (ou soixante-dix) dernières années, avec une préférence marquée pour l'histoire des deux ou trois dernières décennies.
Le Moyen-Age, la Renaissance, l'Antiquité etc. ne sont plus que des curiosités qu'on nous sert comme une friandise rare tous les trente-six du mois.
Autrefois, on professait qu'il faut trente ans pour écrire l'histoire, c'était peut-être un petit peu excessif, mais là on semble tomber dans une sorte d'excès inverse.  
Me trompé-je ?  Quelqu'un a-t-il fait des statistiques par périodes traitées dans l'émission ?

La fameuse histoire du temps présent, à France Culture le nez dans le guidon...

Vous devriez aimer cette conférence de Jean-Albert Sorel, "L'Histoire dit-elle la vérité ?" diffusée  dans le cadre des Conférences du soir le 04.08.2014 - 21:00  (Première diffusion le 08/09/1969) et présentée ainsi par Philippe Garbit, qui veille à la culture sur cette chaîne : « Qu’est-ce que l’événement ? Qu’est-ce que le récit de l’événement ? Pourquoi veut-on raconter l’histoire vraie, reconstituer le passé, comment et pourquoi un événement arrive-t-il ? Peut-on spéculer sur l’Histoire ? »

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/08/s32/RF_6F4F110A-1E72-4C15-A703-2E9CCB2C515D_GENE.MP3" debut="23:31" fin="24:29"]

L'émission est écoutable sur le site, et cette conférence qui en précède une autre  dure jusqu'à 29'20". Il y avait en août dernier cinq émissions sur le thème de l'histoire et trois autres séries :

"Les Conférences du soir" par Philippe Garbit  

du lundi 28 juillet au vendredi 29 août de 21h à 22h Durée moyenne : 59 minutes
Une sélection de conférences diffusées pendant trois décennies sur Radio Sorbonne, la Chaîne Nationale, la Chaîne Parisienne ou encore France 3 Nationale. Avec quelques brillants intervenants comme Raymond Aron, Jean Renoir, Romain Gary, Claude Levi-Strauss, André Siegfried et René Floriot.

Voici le programme de ces cinq semaines :

Du 28 juillet au 1e août : Raymond Aron
Du 4 au 8 aout : Histoire
Du 11 au 15 août : Justice
Du 18 au 29 août : Géographie et Géopolitique


Voir aussi cette rubrique du Forum 8 semaines de programme d'été en 2014

130
Répondre en citant  
Qui nous délivrera de Perrine Kervran ? - le Ven 22 Mai 2015, 12:20

Ce matin, dans « La fabrique de l'histoire », Mme Perrine Kervran* disait sa chronique mensuelle « C'était à la mode » (qui portait sur le jeu du cottabe**). L'auditeur y a appris que les Athéniens du Grand Siècle grec portaient des « toges » (« (…) et des toges sont déjà un peu tachées (...) »)
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="48:05" fin="48:11"]
et des « culottes » (« (…) pour éviter que Platon ne se retrouve avec sa culotte sur la tête (...) ») ;
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="49:15" fin="49:25"]
que ces mêmes Athéniens, sous l'effet de l'ivresse, interprétaient une émouvante chanson d'une illustre compatriote de Georges Simenon : « (…) mais en gros c'est des grandes claques dans l'dos et en fin de soirée on chante ''Tata Yoyo'' (...). »
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="49:35" fin="49:46"]
Cette chronique tout à fait niaise manifeste aussi le mépris dans lequel on tient à France Inculture la prononciation des mots d'origine étrangère (@Philaunet). Ainsi, le nom masculin « cottabe » (francisation correcte du substantif grec ὁ κότταϐος)  est par M. Laurentin et par Mme Kervran prononcé « cottabé » (rien ne justifie cet e fermé dans la dernière syllabe) :
« (…) et ça s'appelle le cottabé (...). »
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="47:40" fin="47:50"]
« (…) ils jouent au cottabé (...). »
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="48:24" fin="48:28"]
Cette chronique navrante préfigure-t-elle les E.P.I. de Mme Najat Vallaud-Belkacem ?

*Mme Perrine Kervran pratique aussi notre langue de façon sui generis : « (…) est-ce que les médiévistes que je sache [sic] ne proposent pas des ateliers olifant, vitrail (…) ? » (elle voulait dire au contraire : « est-ce que les médiévistes proposent (à leurs étudiants) des ateliers portant sur l'olifant ou sur le vitrail (…) ?). »
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s21/NET_FC_e96237a8-c405-48bf-8536-0907f668e471.mp3" debut="51:10" fin="51:17"]
** Sur ce jeu, lire François Lissarrague, Un flot d'images, une esthétique du banquet, pp. 75 et sqq.

http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/actualite-de-lhistoire-dominique-arel-et-exposition-quatre-vies

131
Répondre en citant  
« Laurentin Girl » - le Ven 29 Mai 2015, 11:32

Mme Séverine Liatard alias Mme Ouaieuh,

[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s22/NET_FC_5b020ae8-cfd8-4127-88a6-09530f060f44.mp3" debut="14:48" fin="14:51"]
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s22/NET_FC_5b020ae8-cfd8-4127-88a6-09530f060f44.mp3" debut="21:51" fin="21:56"]
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s22/NET_FC_5b020ae8-cfd8-4127-88a6-09530f060f44.mp3" debut="32:16" fin="32:20"]

Mme Liatard, l'une des « Laurentin Girls », ponctue les paroles qu'elle prononce avec une élégance souveraine : « (…) bah la question des des des j'imagine la... par rapport à l'actualité aussi aujourd'hui c'est-à-dire la les répercussions de la guerre d'Algériiie, les questions de de mémoiaare pourquoi on parle de guerre aujourd'hui d'Algérie alors qu'longtemps on n'a pas du tout parlé de de guerrhein... euh ».
[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2015/05/s22/NET_FC_5b020ae8-cfd8-4127-88a6-09530f060f44.mp3" debut="16:20" fin="16:35"]
Cf. Une contribution antérieure.

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-bac-session-de-juin-55-2015-05-29

La Fabrique de l'Histoire     Page 13 sur 16

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum