Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La Fabrique de l'Histoire    Page 4 sur 16

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Fabrique de l'Histoire - le Lun 31 Aoû 2009, 10:45

Rappel du premier message :

C'est la rentrée 2009, chacun connait les marottes d'Emmanuel Laurentin. Il y aurait à espérer qu'il choisisse d'ouvrir un peu les thématiques de ses émissions, et de tourner la page de ses infinis ressassements (conflits et mouvements sociaux du 20è, redits, redits et redits). Mais détrompez-vous, le premier numéro de cette année est un anniversaire auto-célébrant (10è année de diffusion). Alors quoi de mieux pour fêter cela qu'un bon vieux ressassement? Voici le sujet du jour :

La Fabrique de l'histoire a dix ans 1/4 : la guerre, ses témoins et victimes
Après les vacances, la Fabrique vous retrouve avec bonheur et revient pour cette rentrée sur sa propre histoire commencée il y a tout juste dix ans.

Dix ans d'émission donc, dix ans d'archives en quatre temps avec un retour sur les grandes thématiques historiques qui ont parcouru nos documentaires, débats, et discussions.

Bref, retour aujourd'hui sur la question des archives de la guerre et ses témoins, la question du statut des victimes, commentées par nos deux invités Annette Wieviorka et Stéphane Audouin-Rouzeau.

Qui parle des grandes guerres du XXe siècle ? Y-a-t-il conflit entre historiens et témoins quand il s'agit de les analyser ? Témoignages et littérature tendent-ils à prédominer dans le cas de tragédies comme le goulag ou la déportation ?

Entre histoire globale et récits personnels, nos deux invités expliquent comment l'histoire tend à devenir locale, individuelle, à s'uniformiser parfois, et comment l'accent tend souvent à se porter sur la part la plus "émouvante" de ces mémoires.

On va souffrir pour cette année 2009. Après les centaines de messages envoyés à la Farbrique réclamant un peu d'originalité dans le choix des sujets, cette ouverture d'année est un véritable bras d'honneur pour les auditeurs.
* * *

31
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Ven 06 Jan 2012, 11:15

Une belle semaine de la fabrique de l'histoire à signaler, justement parce que Laurentin y élargit ces horizons historiques dont vous parliez, Thom, comme il le fait plus régulièrement depuis deux ans, et ainsi qu'il l'avait alors annoncé.

Le sujet en est la naissance des partis politiques : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-naissance-des-partis-politiques-14-2012-01-02. Sur un tel sujet, il aurait été facile de se cantonner aux 19 et 20ème siècles, mais Laurentin a décidé, et c'est une très bonne idée, d'aller y voir beaucoup plus loin : à Byzance lundi, en 1972 pour la création du Front National mardi, effectivement au 19ème mercredi, et sous la Rome républicaine jeudi.

Je n'ai pas encore entendu beaucoup de cette série d'émissions mais les amorces annonçaient de bons moments, et ce programme vaut d'être signalé. Elles partent d'ailleurs au podcast illico, je proposerai sûrement la meilleure à la mise à l'écoute sur le forum.

Je n'en suis pas un auditeur quotidien, mais elle fait de plus en plus d'excursions hors des deux derniers siècles, la fabrique, non?

32
Répondre en citant  
Semaine Cinéphilie - 1 - le Jeu 19 Jan 2012, 16:48

Frédéric a écrit: [...] elle fait de plus en plus d'excursions hors des deux derniers siècles, la fabrique, non?
Oui et peut-être aussi en dehors de ses mythes préférés et ses péchés mignons : lutte des classes, colonies, génocidres zet misérabilismes en tout genre.

Plus étonnant : la semaine en cours ou plutôt celle qui s'achève ce matin, a même pris pour thème un sujet culturel. On n'y croyait plus. Donc une semaine sur la cinéphilie, et les 4 sujets me semblent plutôt bien choisis. Notamment on évite un numéro incontournable-obligé-à faire : l'actuelle Cinémathèque française, à Paris-Bercy. Je craignais bien qu'on y ait droit, à la promenade dans ce lieu qui échappe de justesse à la palme du branchysme, coiffé au poteau par le Forum des images. L'équipe a su éviter ce double cliché : d'abord monumental si c'est pour aller se paumer dans l'architecture et oublier les films ; ensuite sociologique et là on est bien content d'y échapper, parce que la Cinémathèque ne peut décemment être traitée que dans un cadre comme celui de feu 'La matinée des autres'. Donc, pas de Bercy et merci à Emmanuel Laurentin qui nous offre quoi ? Eh bien 4 émissions dont on trouvera ci-dessous les liens pour vous inciter à les écouter, atassion car pour jeudi la présentation sur le site est affreusement indigente. Les 4 émissions sont là :

- Lundi : un entretien avec Philippe Cassart. Malgré ses propos passionnants, j'ai trouvé ce type vraiment pénible de vanité et d'autosatisfaction. Certes, curieux créatif et cultivé, original donc je suppose que nombre d'auditeurs moins sévères se laisseront séduire. Les autres gagneront à se montrer patients car sous le masque il y a une pensée. Recommandé à tous ceux qui s'intéressent aux rapports entre cinéma et musique.

- Mardi un documentaire d'Anaïs Kien : la salle Jules Ferry, rue d'ULM, lieu historique de la cinéphilie parisienne. Allons bon, on n'échappera pas au syndrôme normalien de France Culture. Mais entre nous le sujet le vaut bien et c'est certainement ce qui nous évite le passage par Bercy.

./...

33
Répondre en citant  
Semaine cinéphilie - 2 - le Jeu 19 Jan 2012, 16:57

./..

- Mercredi : le festival du film maudit qui a duré deux années, mais le gros coup ce fut en 1949. Grâce à Jean Cocteau qui en profite pour se faire valoir, cette année là à Biarritz un certain cinéma minoritaire reçoit un écho supplémentaire. Dans le studio de France Culture en 2012 on ne fera pas plus que mentionner de loin les avant -gardes, en passant on comprend qu'Emmanuel Laurentin n'avait jamais entendu parler de cinéma expérimental. Donc malgré les mentions des genres-bis et de quelques recoins de cinémarges, on y entend que ce festival est plutôt un coup de buzz sur le cinéma indépendant. Le mouvement critique est mort-né mais il anticipe sur la politique des auteurs. Ce petit tournant historique précédait l'esprit de la nouvelle vague. L'émission redonde un peu avec celle de mardi, ou la complète.

- Jeudi : les ciné-clubs pendant l'entre-deux guerres. J'aurais mieux compris que celle-là passe en premier. Il y a de quoi être un peu agacé tout de même, d'entendre tous ces gens y compris le spécialiste invité, qui connaissent depuis toujours le nom de Louis Delluc voila qu'ils semblent découvrir seulement maintenant son action de Ciné-Clubiste dans les années 20. Pire encore : ces anticléricaux viscéraux qui ignorent les décennies de 'Cinéma du curé' alors que leur Télérama en est le descendant direct quoique lointain. Encore pire : à les entendre ils croient vraiment redresser une idée fausse car ils s'imaginent que tout le public de leur radio est aussi ignorant qu'eux et tombe de la lune. Passons là-dessus, passons aussi sur le rire bizarre de Laurentin qui se marre en entendant dire qu'il y avait des ciné-clubs avant la guerre coup de pot encore qu'il ne demande pas laquelle oui c'est follement drôle de découvrir que l'histoire culturelle n'est pas telle qu'on la croyait, hein, Emmanuel ? Foin de ces vacheries, il n'y a pas de quoi râler car le débat est potable mais j'aurais préféré un documentaire, dégraissé de ces niaiseries.

Que conclure ? Avant tout, qu'elle tombe bien cette semaine, en plein désert culturel pour cause de clientélisme médiatico-politique. On n'a pas échappé à quelques allusions finaudes et complètement superflues. Ainsi ce matin quand on fait rentrer la lutte des classes par la fenêtre ; et hier pourquoi signaler que Biarritz est sur le territoire de Bayrou ? Fausses notes certainement inévitables dans ce club d'obsédés. Et ça pourrait durer encore 3 petits mois, la tranche de 9h-11h sinon la seule respiration culturelle dans la matinée, du moins du moins la plus longue pour échapper au cirque de l'anti-culture sur France Culture.

34
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mar 27 Mar 2012, 16:40

Quelqu'un écoute-t-il cette semaine consacrée à l'histoire du calendrier ? (où dans les commentaires, Emmanuel Laurentin relaye le message suivant des services techniques - du prestataire pour la gestion des podcasts, vraisemblablement - : "Nous vous informons que les problèmes qui ont affecté les installations techniques de TV Radio sont désormais terminés. La disponibilité de nos podcasts doit revenir progressivement à la normale, dès que la surcharge de téléchargements due aux dysfonctionnements de la semaine dernière aura pu être absorbée.")

J'avais espéré que la fabrique verrait large et nous ferait visiter de l'ancien et du lointain, de l'astronomie mésopotamienne au calendrier persan, de la reforme julienne au décompte du temps en Chine, des conflits entre les calculs solaires et lunaires... Visiblement, ça reste et ça va rester très centré sur l'occident, pour une histoire du calendrier.

Lundi : l'essor de la célébration de l'anniversaire au moyen-âge
Mardi : les traditions des gilles du carnaval en Belgique
Mercredi : "Débat sur l'histoire du calendrier politique : du calendrier républicain aux fêtes de la IVe république en passant par les célébrations de Vichy"
Jeudi : "Christianiser le temps, du calendrier antique aux saints du calendrier."

On verra ce que donneront ces deux derniers numéros, surtout celui de jeudi, et je n'ai que peu écouté écouté les deux premiers, mais le programme paraît moins alléchant que ce qu'on pouvait espérer lundi matin, à l'écoute du titre de la semaine.

Pas nul, loin de là, mais un petit manque d'ambition.

35
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mar 27 Mar 2012, 22:31

@masterkey a écrit:Quelqu'un écoute-t-il cette semaine consacrée à l'histoire du calendrier ?

J'avais espéré que la fabrique verrait large et nous ferait visiter de l'ancien et du lointain, de l'astronomie mésopotamienne au calendrier persan, de la reforme julienne au décompte du temps en Chine, des conflits entre les calculs solaires et lunaires... Visiblement, ça reste et ça va rester très centré sur l'occident, pour une histoire du calendrier.

(...) le programme paraît moins alléchant que ce qu'on pouvait espérer lundi matin, à l'écoute du titre de la semaine.

Pas nul, loin de là, mais un petit manque d'ambition.
"un petit manque d'ambition" : une litote ?

Ou un manque de vision ? De décentrement ? De détachement du politique (cf. débat de mercredi) ? De savants ?

Au fait, pourquoi les "Gilles du carnaval en Belgique" sont-ils à la mode ces dernières années ? N'est-ce pas un tout petit peu "anecdotique " pour aborder "L'histoire du calendrier" ? Peut-être pourrez-vous nous dire, Masterkey, le rapport entre les deux et ce qu'il y a d'édifiant dans cette émission, une fois celle-ci écoutée ?

36
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 28 Mar 2012, 01:47

Bonjour Philaunet.

Je n'ai pas écouté les Gilles de ce matin, ayant encore en mémoire les mêmes sous forme de documentaire il y a une petite dizaine d'années, mais était-ce par Simone Douek ou par Ruth Scheps, je ne sais plus. Je ne crois pas me souvenir qu'on y avait parlé de calendrier, car le rapport est certain mais il est quand même secondaire. Enfin sauf pour les fans de Mettra et Gaignebet.

Il s'agit du ressort mythologique de l'année populaire. Si tant est qu'il y ait bien eu mythologie pré-chrétienne, ce dont certains ne doutent plus. Pour autant la chose elle-même est loin d'être claire : il faudrait faire d'abord un crochet chez Van Gennep qui avait proposé une explication du calendrier populaire annuel, composé de cycles enchaînés. Depuis, certains ont cru démontrer que l'année, partiellement élucidée par Van Gennep qui y avait laissé ce que ma dentiste appelle "des cavités intéressantes" (entendez : de fameux trous) que cette année, dis-je, était en fait entièrement structurée par le Carnaval. Le carnaval, cycle initial ou pivot je ne sais plus, qui donne une matrice et organise tout le cycle annuel. Je dois dire que cette démonstration ne m'a jamais convaincu. Les auteurs de cette merveille ? Claude Gaignebet et Claude Mettra. De là l'exploitation finaude de l'équipe qui pour sa Fabrique choisit UN des carnavals ayant subsisté, certes pittoresque mais somme toute assez tardif, et urbain en plus !! Certes intéressant en soi et bigrement, mais pas tant pour ses vertus en matière de calendrier ; au moins oui pour son pittoresque ethno-historique mais pas plus et même plutôt moins qu'une Fastnacht d'un bon vieux canton, qui aurait certainement des résonances mieux archaïques. Mais est-ce que ça serait davantage historique eh bien ça se discute. Et puis fauchés pour fauchés, ils pouvaient tout aussi bien décortiquer le tableau de Brueghel.

Il aurait été beaucoup plus intéressant de faire une semaine entière sur Carnaval. Elle aurait été probablement assez ramassée et centrée sur le thème, sans la dispersion qui caractérise les semaines de la Fabrique. A-t-on manqué de punch, ou de moelle, ou de sollicitation ? Gaignebet nous a quittés tout récemment, suivant de peu Anne Lombard-Jourdan. Même une fois perdues ces deux lumières ça ne doit pas manquer de spécialistes, et puis il y toujours les increvables habitués de la chaîne qui peuvent servir le thème : Philippe Walter qui a d'ailleurs repris le schéma de Gaignebet pour faire sa "Mythologie chrétienne", et puis Claude Lecouteux, et Jean-Claude Schmitt d'ailleurs lui il était là lundi, la preuve ! (ʒəmesklam).

Cette fois encore Laurentin a choisi ses 4 sous-thèmes non pas au pif, mais parmi tout un tas de sujets possibles. Et pour cette fois de nouveau je ne trouve pas ce choix très heureux, même si chacune des émissions peut être bien faite. Le cycle hebdomadaire Laurentinesque n'a pas la constance ni la cohérence du cycle Carnavalesque annuel revu et corrigé par Gaignebet. Au contraire de la récente semaine sur la banque, dont je regrette de n'avoir pas eu le coeur de dire pourquoi ou comment elle m'avait semblé plutôt réussie alors que j'en redoutais le pire. Mais là sur le calendrier, disons qu'il fait un peu mieux que l'an dernier avec la chasse, mais pas tellement mieux kamème.

37
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 28 Mar 2012, 17:58

Merci Nessie pour ces précisions qui méritent d'être lues plutôt deux fois qu'une. Ce que j'ai fait. Et à la seconde lecture, je me demande si une ligne ou un mot n'a pas sauté dans votre message : quelle est "cette merveille" que vous attribuez à Claude Gaignebet et Claude Mettra. Je ne trouve pas le lien logique. Ont-ils fait tous les deux une émission intitulée "Le carnaval" ? Si oui, quand ? Ou "cette merveille" est-elle la thèse (livresque ?) selon laquelle " Le carnaval, cycle initial ou pivot (...) donne une matrice et organise toute l'année" ?

Ce qui me convainc, c'est que vous disiez que cette démonstration ne vous a jamais convaincu. Car je me suis de nouveau rendu compte récemment que les mythologues et les "penseurs des spiritualités" des années 1970 comme Claude Mettra, le conteur, ou Michel Cazenave le jungien explorateur des structures archaïques, que l'on a pu entendre longtemps sur France Culture (les deux ensemble dans cette émission récemment rediffusée le 23 février 2012 : "Le nouvel an et l'éternel retour de Mircea Eliade" - 10 janvier 78 - par Michel Cazenave et Claude Mettra), ceux-là, donc, ont tendance à prendre leurs constructions intellectuelles et leurs phrases poétiques (?) pour des réalités. Je précise que j'aime beaucoup entendre Claude Mettra conter des histoires.

Pour ce qui est de la semaine en question (L'histoire du calendrier), je passe mon tour.

38
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 28 Mar 2012, 18:20

@ Masterkey

Vous voulez voir large et en une heure entendre parler un homme, calmement et avec science, sans être interrompu, de la longue durée (entre 40 000 ans et 400 millions d'années), entendre des propos sur l'ethnologie, l'anthropologie, la spiritualité, la mythologie, la littérature, la géologie, la zoologie, la musique, la langue, bref ce que vous attendez peut-être de France Culture ? Facile ! Rendez-vous ici : http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/traverses-temps/emission.php?e_id=100000060

France Musique invitait en effet, hier, mardi 27 mars 2012, Jean Malaurie anthropogéographe, explorateur, dans l'émission "Les Traverses du temps" (long). Toutes les émissions de cette série quotidienne n'ont pas ce calibre, mais là, par l'attention du producteur, le choix sensé de la musique et des sons de la nature, par l'envergure de l'invité, on a ce qu'on pourrait appeler "une perle patrimoniale".

39
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Mer 28 Mar 2012, 19:23

@Philaunet a écrit: Ce qui me convainc, c'est que vous disiez que cette démonstration ne vous a jamais convaincu. Car je me suis de nouveau rendu compte récemment que les mythologues et les "penseurs des spiritualités" des années 1970 comme Claude Mettra, le conteur, ou Michel Cazenave le jungien explorateur des structures archaïques, que l'on a pu entendre longtemps sur France Culture (les deux ensemble dans cette émission récemment rediffusée le 23 février 2012 : "Le nouvel an et l'éternel retour de Mircea Eliade" - 10 janvier 78 - par Michel Cazenave et Claude Mettra), ceux-là, donc, ont tendance à prendre leurs constructions intellectuelles et leurs phrases poétiques (?) pour des réalités. Je précise que j'aime beaucoup entendre Claude Mettra conter des histoires.
Bonjour à vous - Merci de pardonner ma manie de l'ellipse et mon refus des guillemets d'ironie, que je vais rétablir céans.

La "merveille" était en quelque sorte la trouvaille théorique sur le Carnaval qui structurerait l'année populaire. Le sujet Carnaval a été l'une des 3 ou 4 plus constantes obsessions de Claude Gaignebet. Elle culmina dans une série d'émissions sous la bienveillance d'Agathe Mella et Claude Mettra. Le résultat en fut un volume sobrement intitulé "Le carnaval" et modestement sub-titré "essais de mythologie populaire". Paru chez Payot en 1974 dans la collection "Le regard de l'histoire", le livre est co-signé par Marie-Claude Florentin à qui était due la mise en forme écrite de ce que Mettra qualifie dans sa préface de "pérégrination orale". Quand on a croisé une seule fois Gaignebet ou qu'on l'a seulement vu déconner dans un numéro d'Apostrophes face à Flandrin, on imagine très bien le joyeux bordel qu'il a dû falloir mettre en ordre déjà pour la radio, en suite pour le livre.

Livre foisonnant, aussi inspiré qu'inspirant et qui n'est gère facile à trouver. Sporadiquement apparait un exemplaire dans un rayon de bouquiniste. Il faut le saisir si l'on veut ne pas se trouver condamné à se replier sur la bibli municipale entre deux lardons et 3 mères de famille qui n'auront rien de carnavalesque. Outre le volume 1 du Folklore de Van Gennep, je conseille ces 2 autres lectures :
- Mythologie chrétienne (Philippe Walter) réapparu en 2003 chez Imago, considérablement remanié après la première parution chez Entente.
- Aux origines de Carnaval (Anne Lombard-Jourdan) chez Odile Jacob en 2005, moins acrobatique que Gaignebet elle fait quand même remonter la chose jusqu'à Cernunnos ce qui est tout aussi discutable et tout aussi érudifiant quand on considère le matériau étalé.

A part ça je partage votre scepticisme à la lecture ou à l'écoute de Gaignebet autant que de Cazenave et Mettra sur nombre de sujets. Leur version de l'imaginaire n'est pas celle de LeGoff, et heureusement elle n'est pas non plus celle d'un Maffesoli. De là leurs brillantes constructions (et le Carnaval de Gaignebet en est une) échappent à la fois au délire du second et au sérieux scientifique du premier. Elles peuvent demeurer fortement empreintes de spéculation, et par eux-même présentées comme si c'étaient des conclusions validées. Or ces gens sont tout sauf des Popperiens et ce genre de souci ne les effleure pas ou plus. Le hic, c'est que quiconque est un peu frotté de rigueur méthodologique pourra en concevoir une réelle gène et le leur reprocher. Mais voila : ils en savent énormément, et ils en proposent encore plus, alors c'est au lecteur ou à l'auditeur de disposer. La densité d'érudition ainsi que la grande qualité poétique et intellectuelle du résultat risque de court-circuiter le normal scepticisme qui devrait parfois se faire jour chez le lecteur. En l'occurrence, ici comme ailleurs Gaignebet ordonne et assène un nombre considérables de faits qui ne font pas preuve même si elle tient debout sa construction -vous me direz que c'est bien là le minimum- et en cas de démontage il en resterait toujours une belle tentative. Reste que ce puzzle interprétatif contient à l'appui une telle quantité de faits, qu'il est difficile de le liquider comme une simple délire. J'en dirai de même de Philippe Walter, et de tout le courant de la "mythologie française". La-dessus je regrette de n'avoir rien trouvé de clairement exprimé de la part de Nicole Belmont sinon son franc scepticisme mais c'était à une époque où tout ce qui citait Dontenville était encore bien marginalisé. Je suppose que des Jean-Claude Schmitt ou même Claude Lecouteux ont un avis nuancé sur la question. Bref il y a de quoi faire un débat dans La Fabrique, dans la 4eme partie d'une semaine consacrée au carnaval.

Malgré mon scepticisme j'aime beaucoup entendre -et voir- Mettra non seulement comme lecteur ou conteur, mais comme auteur de documents radio et télé. C'est de la bien plaisante littérature et toute emplie de savoirs, mais aussi belle et sympathique soit-elle on y cherche en vain les signes d'une méthode qui permettrait de classer le résultat dans la connaissance scientifique. Là où un Flandrin ou bien un Michel Pastoureau ont réussi leur coup parce qu'ils s'appuient sur du concret et limitent leur sujet, nos lascars sont plutôt des explorateurs et des poètes, tous ces gens sont finalement des sortes de symbolistes qui approchent la vérité d'une autre façon sur nombre de sujets qu'on reste en droit de trouver douteux sinon assez vaseux par endroits.

40
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Jeu 29 Mar 2012, 16:42

Merci à vous deux pour ces références et cette évocation critiques de production, on aimerait effectivement entendre des errements du même tonneau, dans les émissions produites aujourd'hui - mais RFC n'aurait pas vraiment eu de motif valable pour émerger de la flore commensale des auditeurs de la chaîne -.

De mon côté, j'essaierai de revenir sur les émissions de cette semaine très mitigée.

41
Répondre en citant  
Re: La Fabrique de l'Histoire - le Jeu 10 Mai 2012, 20:41

A saluer cette semaine, une thématique Léonard de Vinci à la Fabrique de l'Histoire, en accompagnement de l'expo Sainte Anne au Louvre. En contrepoids à la lourde couverture politique de ces derniers temps, une respiration bienvenue... Pas de sujet utilisé comme interprétation du réel quotidien d'aujourd'hui, mais simplement le plaisir de l'exploration. La semaine s'articule en quatre numéros, riches en lectures et extraits :

- Léonard et la redécouverte au XIXe siècle
- Exploration de la Sainte Anne
- Léonard homme de guerre
- Léonard courtisan

http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire

Boudiou on en redemande... On pensait que ce genre de radio avait disparu.




La Fabrique de l'Histoire     Page 4 sur 16

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum