Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Rendez-vous du médiateur    Page 21 sur 22

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Rendez-vous du médiateur - le Jeu 14 Oct 2010, 13:23

Rappel du premier message :

Une bonne nouvelle : France Culture proposera tous les 15 jours "un rendez-vous du médiateur", le jeudi à 12h45. Le médiateur recense un certain nombre de questions (plutôt de récriminations) des auditeurs et la chaîne y répond.(Je suis tombé sur la fin et le lecteur m'a permis de réécouter l'émission en différé immédiatement, il y a quand même des choses bien sur ce site!)
Mais pour cette première émission les réponses du directeur de FC m'ont semblé soit sans substance soit inquiétantes.
* * *

201
Répondre en citant  
« Péronnelles » - le Mer 08 Juin 2016, 22:21

Curieusement le message ci-dessous s'adresse à France Inter. La rédactrice ne s'est-elle pas trompé d'antenne ?... Une phrase en particulier me semble valoir pour une autre radio du groupe.
"L’instant média
ELIANE HAIM 08/06/2016 à 13:52:55 France Inter

Je n'ai pas l'habitude de donner mon avis sur quelque site que ce soit ni sur les réseaux sociaux, mais j'ai été scandalisée par l'émission de Mme Devillers ce jour, et je tiens à exprimer ma désapprobation sur ces journalistes qui se sentent tout puissants au point d'asséner aux auditeurs les turpitudes de leur ego, aux dépens des interviewés. Cela vaut également pour Mme Salamé, qui convoque régulièrement dans le bureau du censeur, au fil de l'actualité, tous ceux à qui elle souhaite asséner ses bons ou mauvais points.
Ces péronnelles se sentent investies d'un rôle surdimensionné, et se distinguent par la pauvreté de leur culture.
Il faudrait veiller à ne pas lasser l'auditeur.
Merci de votre attention. Bien sincèrement.

202
Répondre en citant  
Les injonctions journalistiques - le Jeu 09 Juin 2016, 12:57

Les auditeurs relèvent le niveau. Un plaisir que de lire cette analyse d'écoute concernant France Inter, mais qui aurait tout aussi bien pu concerner France Culture (sur le travail de journaliste, pas sur les positions politiques) hier soir au journal de 22h avec l'interview d'un écologiste insomniaque (* Nous sommes le 100 mars sur le calendrier de Nuit Debout. Le mouvement citoyen est un peu sorti des radars médiatiques. Nous en parlerons avec notre invité, l'essayiste Benjamin Sourice).

Retour à France Inter avec "L’interview d’un délégué syndical au 13h et les injonctions journalistiques
Loïc Minier 09/06/2016 à 10:19:28 France Inter

Bonjour,

Tout d'abord merci pour votre travail de médiateur, je suis tombé régulièrement sur vos interventions sur France Culture et j'ai à chaque fois apprécié cet effort de transparence et cette recherche de réponses auprès des rédactions.

Qui vous écrit aujourd'hui ? Eh bien j'ai 34 ans, je suis salarié (cadre dans l'informatique), et élu local ; je ne suis pas syndiqué, pas encarté.

Je vous écrit après avoir réécouté dans le journal de 13h du 7 juin 2016 sur France Inter l'interview d'un délégué Sud Rail, Gabriel Rosenman, opposé à la fin de la grève, qui suivait de quelques minutes l'enregistrement d'un délégué UNSA défendant l'accord proposé et la fin de la grève.

J'ai été particulièrement outré du comportement de la journaliste, Claire Servajean – pourtant expérimentée – qui a multiplié les injonctions et les questions pièges plutôt que de choisir soit d'aider son invité à faire comprendre son point de vue, soit de débattre sur le fond (mais serait elle légitime pour débattre ?).

C'est un véritable catalogue de mauvaises pratiques. Ainsi, en interrompant un échange sur le fond, elle appelle à commenter la petite phrase du premier ministre : « Manuel Valls vous invite à signer un "bon accord" ». Elle utilise des tournures plus qu'orientées prenant parti dans l'échange : « c'est pas votre problème l'Euro de football ? ». Elle va jusqu'à mettre des mots dans la bouche de l'interviewé : « Vous dites "il faut maintenir la pression" » – il n'a jamais dit cela, « Guillaume Pépy dit [...] – vous le rejoignez quelque part », « vous reconnaissez que vous dépassez largement le cadre du combat syndical ». Et l'interview finit par la lamentable opposition usagers-grévistes, la journaliste invoquant la prétendue « impopularité » du mouvement.

C'est malheureusement tout à fait représentatif des dérives journalistiques des grands médias, et j'entends déjà la défense qui arguera de la complexité du débat pour les auditeurs – pour exiger le nivellement par le bas du débat – ou qui invoquera les questions que les auditeurs auraient voulu entendre – dans l'imagination du journaliste.

Je n'en aurais pas attendu moins d'Europe 1, de RTL, BFM ou RMC, mais France Inter ?

Bien cordialement,
- Loïc Minier"

203
Répondre en citant  
M. Denaes n'aime pas ci ou n'aime pas ça... - le Ven 10 Juin 2016, 19:39

Le médiateur de Radio France est-il bien dans son rôle de lien entre auditeurs et employés de la radio publique quand il écrit : " ce qui m'a particulièrement déplu dans le message auquel vous faites référence, c'est cette affirmation selon laquelle nous avions utilisé le terme "fusillade" pour minimiser cet attentat, parce qu'il s'agissait d'un attentat anti-israélien. Et c'est vrai que cette suspicion permanente des journalistes lorsque l'on parle du conflit israélo-palestinien devient insupportable..." FUSILLADE = ECHANGE de coups de feu. Didier QUENTIN 10/06/2016 ?

Non évidemment, et depuis longtemps. Chacun a compris qui est M Denaes et comment il détourne la fonction de médiateur pour en faire sa tribune personnelle ou pour systématiquement prendre le parti de son employeur, surtout quand il est question de France Info, d'où il sort et où il semble être encore (r)attaché.

"Ce qui m'a déplu" :  Un médiateur n'a pas à exprimer ce qui lui déplaît personnellement. Il est uniquement l'arbitre des bonnes pratiques radiophoniques. Il ne répond pas sur le même mode aux commentaires partiaux ou agressifs. M. Denaes ne le sait pas, et ce à l'âge de 60 ans.

"nous avions utilisé le terme ''fusillade'' pour minimiser cet attentat" : le médiateur s'identifie entièrement aux rédactions au point de dire "nous" alors qu'il est censé, répétons-le, être une forme de juge rappelant ou expliquant les règles de fonctionnement du groupe Radio France.

"cette suspicion permanente des journalistes lorsque l'on parle du conflit israélo-palestinien devient insupportable...". Un jugement personnel qui n'a rien à faire sur le site de Radio France. C'est pourtant le type de communication institutionnelle qui y est pratiqué.

Le manque de professionnalisme de ce service est patent.

204
Répondre en citant  
Re: Rendez-vous du médiateur - le Jeu 30 Juin 2016, 20:41

Consternant d'entre-soi rigolard, d'auto-satisfaction, de mensonge par omission (et par émission ?), de communication non-professionnelle de la directrice, de complaisance du médiateur, eh oui, c'était le Rendez-vous du médiateur d'aujourd'hui, à propos des changements de la rentrée à France Culture ("salauds d'auditeurs réactifs, ah, ah, mais on s'en fout, on fait ce qu'on veut entre copains recasés dans d'autres créneaux, et puis l'info et le décryptage*, on va vous en mettre jusqu'à la garde ! ").

Une présentation inimaginable ailleurs.

* Des auditeurs trouvent que les Matins font parfois trop dans l’actualité chaude, en négligeant la réflexion ou le recul. Sur France Culture, c’est une information qui prend le temps d’être décryptée pour aider les auditeurs à comprendre le monde.

205
Répondre en citant  
« Oui, j'essaye d'écouter mon époque » Sandrine Treiner au micro du médiateur - le Jeu 30 Juin 2016, 23:02

Philaunet(http://www.regardfc.com/t241p200-rendez-vous-du-mediateur#26186) a écrit:
Consternant d'entre-soi rigolard, d'auto-satisfaction, de mensonge par omission (et par émission ?), de communication non-professionnelle de la directrice, de complaisance du médiateur, eh oui, c'était le Rendez-vous du médiateur d'aujourd'hui, à propos des changements de la rentrée à France Culture ("salauds d'auditeurs réactifs, ah, ah, mais on s'en fout, on fait ce qu'on veut entre copains recasés dans d'autres créneaux, et puis l'info et le décryptage*, on va vous en mettre jusqu'à la garde ! ").

Une présentation inimaginable ailleurs.

* Des auditeurs trouvent que les Matins font parfois trop dans l’actualité chaude, en négligeant la réflexion ou le recul. Sur France Culture, c’est une information qui prend le temps d’être décryptée pour aider les auditeurs à comprendre le monde.

Merci Philaunet de ce renvoi. Dans une autre section du Forum Le conversatoire, un fil intitulé Incroyable ! a été créé par Nessie pour synthétiser toutes les occurrences du mot sur l'antenne de France Culture. Impossible de tenir le pari, l'offre est trop grande. A sa suite, je suggère d'ouvrir un fil qui regrouperait les paroles emphatiques des producteurs, arrosant sans discontinuer les oreilles de qualificatifs plus hyperboliques les uns que les autres.

Le discours de Sandrine Treiner (la voix et le ton de Frédéric Bonnaud en féminin) est de cette teneur. Sur les 7'52'' de la séquence du médiateur, nous entendons chronologiquement :

- c'est la perturbation totale
- Brice a souhaité être du côté des idées de manière à la fois très appuyée
- Je crois que c'est extrêmement différent
- les gens viennent massivement écouter l'information sur France Culture
- Encore faut-il être effectivement dans une vraie qualité de décryptage
- un monde qui, pour de très bonnes raisons, nous échappe régulièrement
- C'est vraiment par le regard et par la puissance du regard que France Culture fait la différence
- on va essayer d'élargir le champ du politique
- [il] le convaincra de la place toujours aussi importante voire renouvelée de la science sur France Culture
- Elle a un grand projet, projet assez magnifique du reste

206
Répondre en citant  
Pas le bac ? Pas le brevet ? Redouble sa 6e ? - le Lun 04 Juil 2016, 17:03

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t241p200-rendez-vous-du-mediateur#26188) a écrit: (...) je suggère d'ouvrir un fil qui regrouperait les paroles emphatiques des producteurs, arrosant sans discontinuer les oreilles de qualificatifs plus hyperboliques les uns que les autres.

Le discours de Sandrine Treiner (la voix et le ton de Frédéric Bonnaud en féminin) est de cette teneur. Sur les 7'52'' de la séquence du médiateur, nous entendons chronologiquement :

- c'est la perturbation totale
- Brice a souhaité être du côté des idées de manière à la fois très appuyée
- Je crois que c'est extrêmement différent
- les gens viennent massivement écouter l'information sur France Culture
- Encore faut-il être effectivement dans une vraie qualité de décryptage
- un monde qui, pour de très bonnes raisons, nous échappe régulièrement
- C'est vraiment par le regard et par la puissance du regard que France Culture fait la différence
- on va essayer d'élargir le champ du politique
- [il] le convaincra de la place toujours aussi importante voire renouvelée de la science sur France Culture
- Elle a un grand projet, projet assez magnifique du reste
En effet, c'est assez incroyable ! Smile

Sinon, le médiateur ? En plus d'être régulièrement méprisant et agressif avec les auditeurs, voici la belle langue employée en réponse à une auditrice :

"POPULISME
Daniel LAUTON 04/07/2016 à 09:39:25 France Info
Vos intervenants devraient réviser leur définition du populisme, terme souvent employé de façon péjorative.

[Médiateur : ]
Vous vous êtes arrêté au sens premier du terme et n'avait pas lu - volontairement ? - le sens actuel."

"Vous n'avait pas lu" : niveau cahier de vacances de français, classe de 6e.

207
Répondre en citant  
Bertrand Tavernier, auditeur mécontent ? - le Lun 18 Juil 2016, 18:51

Un bien curieux échange sur le site du médiateur. Un auditeur qui signe "Bertrand Tavernier" se désole de l'éviction de Michel Ciment, et le médiateur lui répond en laissant croire qu'il s'agit bien du réalisateur et non d'une usurpation de nom. Comment en être sûr ?

Voici l'échange :

"Bertrand TAVERNIER
18/07/2016 11:46
France Culture
Je trouve absolument scandaleuse l'éviction de Michel Ciment et de Projection Privée, la seule émission qui parlait longuement, sérieusement du patrimoine, de la création. Venant après la disparition de la PROCHAINE FOIS JE VOUS LE CHANTERAI sur INTER, voila qui va contribuer à ce que je m'orient vers RFI, que j'oublie RADIO FRANCE sauf pour L'ESPRIT PUBLIC et EMMANUEL LAURENTIN ainsi que les deux emissions du samedi matin. Comme je l'ai lu : "MichelCiment va sans doute être remplacé par un de ces jacasseurs qui recyclent tout ce qui est à la mode, tout ce qui est dans l'are du temps, qui trouve qu'Eastwood, c'est relou et Duvivier vieux, bref un chèque en blanc pour l'ignorance". C'était dans un journal suisse
B Tavernier"


"Cher Bertrand Tavernier. Je suis vraiment étonné qu'une personne comme vous puisse juger - et reprendre des propos lus dans la presse suisse - sans même avoir écouté la nouvelle émission consacrée au cinéma qui sera diffusée à la rentrée sur France Culture. Et je suis également étonné que vous puissiez avoir une telle opinion d'Antoine Guillot qui ne me semble pas être du genre à "recycler tout ce qui est à la mode". Comment peut-on juger sans savoir? Par ailleurs, une radio n'aurait donc pas le droit de faire évoluer ses programmes et devrait rester figée. Que diriez-vous si l'on jugeait vos films avant de les avoir vus ou que l'on vous reprochait d'avoir changé d'acteurs?"

Le médiateur reste fidèle à sa ligne : louer le changement sans même évoquer la question de la qualité de ce changement. Et nous connaissons déjà Antoine Guillot et pouvons nous faire une idée de ce qu'il va nous proposer. En tout cas, quelle réponse pète-sec!!

208
Répondre en citant  
Re: Rendez-vous du médiateur - le Dim 31 Juil 2016, 12:25

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t241p200-rendez-vous-du-mediateur#26344) a écrit:Un bien curieux échange sur le site du médiateur. Un auditeur qui signe "Bertrand Tavernier" se désole de l'éviction de Michel Ciment, et le médiateur lui répond en laissant croire qu'il s'agit bien du réalisateur et non d'une usurpation de nom. Comment en être sûr ?

Voici l'échange :

"Bertrand TAVERNIER
18/07/2016 11:46
France Culture
Je trouve absolument scandaleuse l'éviction de Michel Ciment et de Projection Privée, la seule émission qui parlait longuement, sérieusement du patrimoine, de la création. (...)
B Tavernier"


"Cher Bertrand Tavernier. Je suis vraiment étonné qu'une personne comme vous puisse juger - et reprendre des propos lus dans la presse suisse - sans même avoir écouté la nouvelle émission consacrée au cinéma qui sera diffusée à la rentrée sur France Culture. (...) Que diriez-vous si l'on jugeait vos films avant de les avoir vus ou que l'on vous reprochait d'avoir changé d'acteurs?"

Le médiateur reste fidèle à sa ligne : louer le changement sans même évoquer la question de la qualité de ce changement. Et nous connaissons déjà Antoine Guillot et pouvons nous faire une idée de ce qu'il va nous proposer. En tout cas, quelle réponse pète-sec!!
Le cinéaste Bertrand Tavernier aurait écrit au médiateur de Radio France sous cette forme et avec ce ton ?  Qui peut le croire ? Il n'y a pas qu'un âne qui s'appelle Martin et combien d'internautes ne prennent-ils pas des noms de vedettes comme pseudonymes !

Qui peut donc croire à cette identité ? M. Denaes, bien sûr, qui du haut de ses 60 ans fait la leçon à la personne qu'il prend pour le cinéaste (si par hasard c'était lui, ce serait grave -pour les deux, d'ailleurs) âgé de 75 ans.

M. Denaes se croit devenu la personne la plus importante de Radio France et promène son arrogance à travers le site du médiateur*. C'est très fâcheux et caractéristique de l'autoritarisme qui affleure sous les grandes déclamations de respect, de vivre ensemble, de tolérance, d'égalité. Des mots creux, comme on le voit dans le fonctionnement de France Culture et dans la relation que la chaîne entretient avec les auditeurs.

* Ci-dessous un exemple récent parmi d'autres d'une interpellation faite à un auditeur. N'est-ce pas admirable de professionnalisme et d'intelligence relationnelle ? ...  M. Denaes : " une grille de programme ne se construit pas sur 10 ou 20 auditeurs mécontents (pourquoi auraient-ils droit de vie ou de mort sur un producteur? apprécieriez-vous que l’on fasse de même dans votre travail ?)"

La réponse complète est également intéressante, car elle prête à l'auditeur un souhait qu'il n'émet pas, typique de la mauvaise foi du médiateur. L'auditeur avait pourtant posé les bonnes questions :
"Bonjour,
Je remarque que les messages consacrés à la vision directoriale de France Culture et de ses contenus ne sont presque jamais validés. Recevez-vous des consignes de cette direction pour supprimer les messages critiques à son encontre ? Et dans ce cas, êtes-vous vraiment indépendant, ou au service des auditeurs ? Ou bien jugez-vous que les avis des auditeurs de France Culture inquiets pour son avenir ne valent rien du tout, que les auditeurs eux-mêmes ne valent pas grand chose, et que leurs remarques ne valent qu'un clic de suppression ? Toutes ces inquiétudes se rapportent à la vision qu'à la service public de ses usagers. Une vision visiblement méprisante, si vous choisissez systématiquement de supprimer ces messages.
Merci pour votre réponse
."

209
Répondre en citant  
Excommunier, un travail à plein temps chez le médiateur - le Mar 06 Sep 2016, 08:03

Qui a écrit :

"Si je vous comprends bien, il faudrait qu’une radio de service public, donc, comme vous le dites très justement, au service du public, se cantonne à une petite élite et que, surtout, elle ne s’ouvre pas à de nouveaux publics. "

"il serait inquiétant qu’une radio financée par une contribution publique se referme sur elle-même pour un petit groupe « élitiste »."

Oui, c'est lui, le journaliste de France Info devenu médiateur ("médiateur", quel terme inapproprié !) de Radio France.  Bravo pour le ton ! Et pour la violence sous-jacente au discours (ici en extraits).  L'ostracisation d'auditeurs attachés à la mission culturelle et non commerciale de l'antenne va bon train.  

Qu'écrivait donc le pelé, le galeux, le tondu d'où vient tout le mal de France Culture, pour se faire accueillir de cette manière si discourtoise (comme d'habitude) par  Bruno Denaens ?

Ceci : "STOP PUB!
Mathieu Gallet 02/09/2016 11:39 France Culture  [Bizarre, Denaens n'a pas cru que c'était le PDG qui lui écrivait cette remarque (cf. pseudo), pourtant il a pris pour argent comptant le pseudo "Bertrand Tavernier" à une autre occasion...]

Vincent Lemaire : « l’un des seuls moyens que nous ayons de faire découvrir nos productions au-delà du cercle de nos auditeurs fidèles, les budgets de publicité « classique » étant hors de portée. »
Ah bon ? La mission de France Culture est donc de faire de la pub pour faire découvrir sa station "au-delà du cercle de nos auditeurs fidèles" ? Je ne savais pas.
Il s'agit certainement d'une erreur, la mission d'un service public est d'être au service de celui-ci, en l'occurence la mission de France Culture est donc de cultiver l'auditeur, pas de le racoler, et encore moins de lui asséner de la publicité masquée en partenariats public/ privé, pauvre stratégie managériale à la Mathieu Gallet.
"

Voilà qui valait bien une gifle en réponse, non ?

Le qualificatif "élitiste" est devenu une insulte à Radio France, un peu comme autrefois "petit-bourgeois", "impérialiste" ou encore "fasciste" et "réactionnaire".

J'oubliais. La première phrase du message de M. Denaens : "Votre message m’a quelque peu fait bondir".

Mais pour qui se prend ce personnage ? Assez honteux pour l'image de la France.

210
Répondre en citant  
S'instruire ? Non : dé-cryp-ter ! - le Ven 16 Sep 2016, 17:37

Sur le site du médiateur, ce message curieusement classé dans la rubrique "France Bleu" :

decrypter
PHILIPPE BOUCHEY 15/09/2016 13:19 France Bleu

Je suis un auditeur de France Culture depuis de nombreuses années. Je constate la disparition progressive d'émissions thématiques, dont les propos étaient "inactuels", dictés seulement par l'intérêt pour tel ou tel aspect, pour le travail de tel ou tel chercheur.
L'actualité (ou ce qu'on peut appeler comme ça) est omniprésente : sujets politiques (qui traitent plus de communication politique qu'autre chose), retours ad nauseam sur l'Islamisme, le moyen-orient et le terrorisme.
Toute remarque sur ce point est balayée avec le mot de "décryptage", qu'emploient toutes les chaînes d'information, radio ou télé, pour laisser penser que le commentaire un peu bavard et sentencieux est de l'ordre de la révélation utile.
Allons ! Soyez honnêtes : écoutez les émissions du matin, regardez C dans l'air : comparez.
Nul doute que l'audience n'augmente. En revanche : quel rabâchage, quel manque de curiosité ou de courage pour, l'espace d'un moment, ouvrir les intelligences en parlant d'autre chose.
Condoléances.


http://mediateur.radiofrance.fr/message/decrypter/

211
Répondre en citant  
Les leçons de mépris du médiateur - le Mar 20 Sep 2016, 20:56

Difficile de ne pas sourire : le médiateur se met en scène comme le grand mentor des médiateurs en devenir, dans un dossier spécial, Le médiateur de Radio France reçoit ses homologues tunisiens.

"Jeune démocratie, la Tunisie souhaite développer une véritable liberté de la presse aux mains de médias respectueux de la déontologie et de l’éthique journalistique.

      Pour rétablir la confiance dans les médias après des années de dictature, de nombreux médias audiovisuels ont notamment décidé de se doter de médiateurs.
Quatre d’entre eux ont été accueillis à Radio France par Bruno Denaes et son équipe, afin d’échanger sur les méthodes de travail, les relations auditeurs-internautes et journalistes-animateurs-producteurs, les sujets complexes, etc."


On rêve de voir la présentation powerpoint préparée par notre médiateur, avec ses recommandations de dialogue avec les auditeurs :

- ne pas répondre et indiquer un lien vers un texte qui n'a rien à voir

- mettre en doute l'intelligence de l'auditeur et lui parler comme à un enfant de CP

- mépriser son inculture supposée

- à l'occasion, demander à un directeur de station ou à un producteur de rédiger un petit texte pète-sec et méprisant pour recadrer ce petit imbécile

- jeter la majorité des messages reçus à la poubelle.

- être fier d'appartenir à une groupe audiovisuel de service public



Les chers confrères repartiront en se disant que finalement, ça rappelle beaucoup les années Ben Ali.

Rendez-vous du médiateur     Page 21 sur 22

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum