Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Critique de la critique    Page 13 sur 13

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Critique de la critique - le Lun 31 Aoû 2009, 12:26

Rappel du premier message :

J'ouvre ce fil par souci de netteté, pour répondre à Vincent qui, du blog de Jean Lebrun où l'ambiance devient irrespirable, vient ici avec le souci du dialogue loyal. Sa critique de notre attitude critique mérite un vrai fil et un vrai titre. Je vais donc reporter ci-dessous le début de dialogue qui traîne ailleurs, et ensuite lui répondre.

Nessie
* * *

121
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Ven 26 Déc 2014, 17:47

Churchill décrivait De Gaulle ainsi : "He looks like a female llama who has just been surprised in her bath."
http://www.express.co.uk/expressyourself/248217/The-wicked-wit-of-Winston-Churchill

Une description devenue subitement très actuelle pour décrire notre mélodieux philosophe...

122
Répondre en citant  
Docteur ès sciences tintinologiques de surcroît ? - le Ven 26 Déc 2014, 20:49

@Antoine Arnoux a écrit: (...) Quand producteur de F. C. fâché, Señor, lui toujours faire ainsi. (Ne manque plus que l'illustration idoine.)

J'ai failli manquer ceci : Image ad hoc. La réponse subtile et riche de Yann S. m'a éclairé et me renvoie à mes albums. Quand on lit votre échange, on se dit qu'effectivement le France Culture de maintenant est chaussé de très, très gros sabots. Merci pour ce trait d'humour.

123
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Ven 26 Déc 2014, 22:14

@Yann Sancatorze a écrit:Cette histoire est une véritable caricature qui semble montée de toute pièce.

Aneffet ça nous a un fameux air de scénario à la Howard Hoax. Avec dans le rôle des conspirateurs : le jeune couple Paola/Durendal

En 11 séquences : comment 2 boutonneux vont piéger un caïd
a) Timothée c'est un ex-petit copain de Paola. Il a lancé il y a 2 ans son Vlog YouTube, so now il voudrait bien lui faire buzzer la mort de l'enfer (qui tue)
b) Paola servira de piège à miel. Les deux comploteurs ourdissent leur coup
c) un dimanche dans l'émission Le gai savouar, Paola attire sur le jeunot quelque foudre de l'ancien par une manipe que n'eut pas désavouée Edwy Plenel : un extrait isolé de son contexte lui-même déjà particulièrement idiot.
d) après l'émission, le duo masqué Paola/Timothée réagit en feignant d'assaisonner la groupie du caïd sur la page de l'émission au moyen  de 36 signatures bidon évidemment, puisque Paola joue dans les deux camps.
e) un membre comparse du gang (le grand frère ou à défaut le paternel de l'un des deux malfaiteurs) expédie à Raphy une assez bonne lettre au titre du Droit de réponse
f) quand la lettre arrive au bunker car c'est ainsi qu'on surnomme le repaire du caïd, ce dernier piqué au vif sort son artillerie lourde ou plutôt il tourne la clé de contact de son rouleau-compresseur conceptuel pour écrabouiller ce moustique.
g) hélas pour lui, c'était sans prendre le temps de contrôler la vraisemblance du courrier  : une buse comme ce boutonneux peut-elle avoir rédigé avec aussi peu de fautes et autant de justesse (tout au plus quelques maladresses) la longue lettre du Droit de réponse ?
h) il est trop tard, la machine est lancée. Au volant de son char d'assaut, Raphy se précipite malencontreusement dans les sables mouvants de la dialectique foireuse et surdimensionnée : il n'a pas tout à fait traité le jeunot de populo-fasciste mais c'est tout comme.
i) tout le monde rigole
j) Carla Bruni a honte pour leur enfant  - par compassion Nicolas Sarkozy envoie à Raphaël un billet d'avion pour Clipperton.
k) Paola gagne son pari et reconquiert les faveurs du jeune homme (c'était l'enjeu du montage) pour qui elle espère la destinée d'un futur producteur de cinéma, et pour elle les couvertures de Navet-Magazine.
(épilogue, violons, regard amer du vieux schnock de 40 berges -car à 40 berges pour ces djeunz on est déjà plus vieux qu'un mort- bloqué dans la cabine de son caterpillar- et crépuscule sur le jeune couple vainqueur)

Budget de la production  : deux ronds. (ce que vaut toute cette affaire)

Misère c'est donc ça, la télé de Raphaël Enthoven ?

C'est donc là le niveau de l'élite de la crème du meilleur de nos bêtes à concours ? Celui qui prétend instruire le pays. Celui qui ambitionne de remplacer Finkielkraut à Polytechnique ? Ils vont se bidonner, les binoclards de l'X et il faut prévoir un repli vers les cours concurrents.

On comprend mieux dès lors ce qui l'oppose au djeun Durendal : la peur de la concurrence. Raphaël n'avait pas remarqué l'indigence sémiologique du jeune challenger, et pour cause : le morveux même pas normalien et pis, même pas prof d'université. Cela dit, la gaffe est peut-être venue de Paola puisque c'est bien elle qui a déniché l'extrait sur Godard et l'a recyclé pour incendier le web-vidéaste.

Mais c'est tellement gros qu'on cherche une explication cachée. Non c'est pas possible une telle


Quant à la vulgarité, si celle de Durendal vous laisse les bras ballants, que dire d'une émission de France Culture qui, chaque semaine après le chapeau d'intro, s'ouvre immanquablement par un tonitruant "Who's that bitch ?" immédiatement suivi du coup d'envoi par Paola ?

= = = = =
Effectivement. Avant de visionner le moutard j'en étais là et j'y suis encore. D'ailleurs, à s'écharper ainsi avec un fanzineux immature, la réponse d'Enthoven n'en est que plus indigne.
Raphy qui n'a jamais rien produit de personnel en philosophie si ce n'est les évanouissements de ses groupies énamourées, gagnerait à s'interroger sur la situation, sur ce que vaut sa position, sur ce qu'elle révèle de lui à plusieurs titres.
Un bien piètre philosophe que celui qui ne tolère pas la critique.
Bien piètre encore pour globaliser à partir d'un cas.
Bien peu digne de ses prédécesseurs, quand il juge
.

124
Répondre en citant  
Churchill: witty and sarcastic - le Ven 26 Déc 2014, 22:35

@Yann Sancatorze a écrit:Churchill décrivait De Gaulle ainsi : "He looks like a female llama who has just been surprised in her bath."
http://www.express.co.uk/expressyourself/248217/The-wicked-wit-of-Winston-Churchill

Une description devenue subitement très actuelle pour décrire notre mélodieux philosophe...

Merci pour le lien, oui, les traits d'esprit de Churchill sont hilarants, and sooo British (what else?). Ceci est bien connu et l'on devrait souvent s'inspirer (à France Culture et ailleurs)  de sa conclusion naturelle : I’m going to make a long speech because I’ve not had time to prepare a short one.

PS  Le scénario présenté par Nessie dans le précédent billet (n° 123), le jeune couple Paola/Durendal, mérite le détour...

125
Répondre en citant  
La vitrine brisée de France Culture - le Dim 28 Déc 2014, 10:29

@Nessie a écrit:Depuis lundi cette affaire n'en finit pas de rebondir, mais elle est encore plus affligeante que ce qu'on avait cru en comprendre. Raphaël Enthoven publie maintenant sur le site de France Culture un frappe-similé de son article dans le Huffington Post. Mais peut-on appeler un article cette philippique contre l'adversaire ? Qu'on en juge : http://www.franceculture.fr/2014-12-24-de-quoi-durendal-est-il-le-nom
(...)
Et le bouquet (du moins pour le moment) : pour faire bicher Raphaël, ce que les fan's de Durendal lui administrent c'est non pas une nouvelle volée de bois vert comme sur la page de l'émission signalée 2 messages plus haut par Philaunet, mais plutôt une volée de fautes d'orthographe qui ne pourra que conforter notre Dieu de l'Olympe dans la certitude de sa supériorité sur ce bas peuple inéduqué. Match nul, vraiment nul et très très nul.

À lire les 184 commentaires ** suivant le texte de Raphaël Enthoven, je ne trouve pas ce match nul. Au contraire. Les points de vue exprimés sont instructifs à plusieurs égards, et il me semble qu'Enthoven, par son absence de tact, son arrogance et sa malhonnêteté intellectuelle (qui ne sont pas nouvelles)  incarne et met en lumière ce que vous, moi et nombre de participants à Regards sur France Culture reprochons à France Culture et plus généralement à un certain monde intellectuel médiatique.

J'ai suivi  Rapahël Enthoven depuis ses débuts sur la chaîne dans Commentaires et Les Vendredis de la philosophie, j'ai téléchargé ses Nouveaux  Chemins,  j'ai assisté à plusieurs de ses interventions publiques, j'ai certains de ses livres (qu'on m'a offerts, tous plus ennuyeux et pédants les uns que les autres), j'ai regardé ses Philosophie sur Arte (aussi offerts et coupés après 10 minutes ou alors regardés sans le son pour étudier la gestuelle - caricaturale - et le déplacement, ou écoutés sans l'image pour analyser le discours - très creux), bref, je le connais un peu. Il a été la figure de proue de France Culture pendant près de dix ans, son émission a été la plus téléchargée et celle de son successeur l'est également.  Il garde une émission sur France Culture, Le gai savoir et son portrait est quotidiennement à voir en médaillon dans l'encart promouvant le blog de FC intitulé « La philosophie avec Raphaël Enthoven »  sur la page d'accueil de France Culture.  C'est d'ailleurs le seul producteur de la  chaîne a bénéficier de cette visibilité et de la promotion des archives  de ses émissions (pourquoi ne pas faire de même avec Jeanneney ou Finkielkraut, avec Charpentier ou Fraïssé, avec Laurentin ou Kronlund ?).

Non, ce n'est pas une affaire mineure, c'est une affaire qui engage toute l'identité et la représentation de France Culture, la chaîne culturelle nationale, fleuron, paraît-il, du groupe Radio France.

D'un mot, sur l'orthographe, la grammaire et le style : rien à dire sur ce qu'ils sont venant de personnes privées (on peut s'en amuser ou s'en offusquer à part soi),  tout à dire dans les textes d'employés d'une chaîne culturelle rémunérés dans le cadre du Service Public.

** Je suggère la lecture, parmi d'autres, du texte (3 pages A 4) d'un contributeur dénommé William Casasola du 25 12 2014, avant-dernier de la première page

126
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Dim 28 Déc 2014, 12:43

"La vraie nature des cuistres", on songe un peu à Desproges et l'entartage de BHL...
https://www.youtube.com/watch?v=21hmxkq0dKc

127
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Lun 29 Déc 2014, 17:42

@Yann Sancatorze a écrit:"La vraie nature des cuistres", on songe un peu à Desproges et l'entartage de BHL...
https://www.youtube.com/watch?v=21hmxkq0dKc

Joli parallèle, très pertinent. On a presque envie de dire "clap de fin", et puis non.

Parce que France Culture ou/et  sa machine à sélectionner les commentaires pour les présenter partiellement en page d'accueil donne à lire celui-ci (on aimerait bien en connaître l'origine) :  « Ça ne sert à rien de lire les commentaires… ».

Oh que si ! Ça sert à bien des choses. Passons sur le fait que France Culture, sans doute pour se targuer de liberté d'expression, publie les commentaires (tous ? comment le savoir ?) à 90% hostiles à Raphaël Enthoven et rédigés dans des termes peu élogieux parfaitement mérités.  L'effet de ce calcul est bénéfique au débat et c'est tant mieux. Autre calcul probable, le nombre de clics sur FC.com et sur la page du Gai savoir est bon pour les statistiques et peu importe qu'Enthoven en prenne pour son grade, OPA se frotte les mains et  la direction de FC pense sans doute que cela ne va pas nuire au professeur de philosophie qui va répondre à ses détracteurs dans une prochaine émission (avec le ton méprisant qu'on lui connaît).

À propos d'impertinence mal venue et d'immaturité, ce n'est pas un certain Raphaël Enthoven qui, avant de commencer les Nouveaux Chemins de la Connaissance, critiquait régulièrement à l'antenne la qualité du studio dans lequel il travaillait : "En direct du studio abominable..." ? Je n'ai, pour ma part, jamais entendu cela ailleurs, sur aucune radio. Comment peut-on se permettre de prendre tous les auditeurs à témoin de ses prétendues mauvaises conditions de travail ? L'auditeur n'en pouvait mais. Et ce n'est pas la seule violation de la déontologie qu'il ait commise (la publicité démesurée pour son éditeur, par exemple, sous couvert de recommandations éditoriales). Ce Raphaël Enthoven avait entre 30 et 35 ans à l'époque et voilà qu'à 40 ans il vient qualifier d'adolescent, avec une condescendance sans pareille,  un homme de 26 ans...

Les calculs que fait France Culture (davantage de publicité, plus de notoriété pour Enthoven -There is only one thing in life worse than being talked about, and that is not being talked about. Oscar Wilde -) sont mauvais. Cette affaire va laisser des traces aussi bien chez les auditeurs réguliers que chez ceux qui découvrent France Culture sous un mauvais jour via cette dispute. Rapahël Enthoven a discrédité France Culture. Comme si la chaîne avait besoin de ça !

128
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Mar 30 Déc 2014, 12:59

C'est un type brillant, et on n'en finira jamais de se demander comment la vanité peut à ce point entraîner un esprit comme le sien dans ce genre de querelles débiles (et perdue d'avance, il ne faut vraiment pas connaître le climat que FC a contribué a créer parmi ses néo-auditeurs pour penser qu'on puisse en sortir par le haut).
Dans l'émission, Enthoven cite Tocqueville parlant des phraseurs, des verbeux qui n'ont rien à dire mais rivalisent de formulations pour donner l'illusion d'une pensée originale. Il lui faudrait parcourir plus souvent le site de FC... Ce petit bout de texte, issu d'un Sur Les Docks sur le Mali, est un véritable cas d'école :

"Le mot Afrique convoque un monde à part. Ce loin de chez « nous », cet ailleurs mystifié, nous choisissons de le rendre à sa banalité. Nous ne partons pas à la marge du Monde, nous n’excentrons pas notre point de vue. Nous vous invitons à l’entendre. « L’Afrique qui vient » met en relation et en communication des domaines que nous séparons habituellement : art et technique, artisanat et pensée, ruralité et technologie, savoirs et pratiques."

http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-au-mali-nous-voulons-le-reseau-et-de-bonnes-pluies-2014-12-30

On a perdu l'art d'écrire pour un public, écrire d'homme à homme, en quelque sorte... Il faut disserter ainsi sans habileté, enfumer, substituer des mots, poser, "chichiter". Le mot "Afrique" pourrait être remplacé par n'importe quoi, on confond "scolaire" avec "culturel".

129
Répondre en citant  
Gai le savoir - le Dim 15 Fév 2015, 17:26

Un peu perdu sur une petite route de campagne, j'écoute par hasard Raphaël Enthoven bavardant sur Le voyageur et son ombre. Depuis longtemps, je n'avais entendu le philosophe de salon minauder, citer, s'étonner de son propre brio, faire questions et réponses. Aujourd'hui c'était un festival autour du mot ombre, après une feu d'artfice sur les différences entre voyage et errance. Tout est creux, superficiel, et ne fait impression que parce que le philosopheur ne nous laisse pas une seconde de respireration mentale (un peu à la Onfray). Il vous bombarde de considérations oiseuses, de paradoxes dégonflés, d'image fatiguées, de citations à vérifier, et vous n'avez pas le temps d'y réfléchir un quart de seconde qu'il est déjà ailleurs. C'est ce que l'on appelait naguère un bateleur, un marchand à la sauvette, un baratineur de champ de foire. En face, une pauvre utilité qui n'a même pas à lui renvoyer la balle, puisque le prof de philo est partout, lui coupe la parole, fuit devant l'interrogation légitime en se propulsant en voyage, plus vite que son ombre. Et au bout d'une heure de papotages, il nous annonce en conclusion que l'on a eu "peine le temps d'effleurer ce livre"… Au moins il est conscient de ses faiblesses. J'oubliais : très chic les citations de Nietzsche sur fond de rengaine de Tom Waits. Qu'est-ce qu'on est moderne!

130
Répondre en citant  
Le geste critique, pour prolonger le geste artistique ... - le Mar 16 Juin 2015, 16:51

A France Culture où l'on ne sait pas recevoir la critique mais où l'on sait généreusement la distribuer sous sa plus mauvaise forme celle de l'inepte bavardage qu'il ne faut pas confondre avec le bavardage inepte théorisé par Manchette, eh bien reprenons : à France Culture la critique la critique figurez-vous cela il arrive qu'on laisse l'invité en dire quelques mots.

Ainsi dans le Changement de décor du dimanche 31 mai dont l'invité était Nicolas Bouchaud. ce soir là l'émission est savoureuse autant qu'à l'habitude c'est à dire pas du tout. Au service d'un théâtre vaniteux, verbeux, faussement intellectuel, faussement novateur, et pour une fois pas trop idéologique je veux dire le théâtre, car le pour le ton et le style intellectuel de l'émission, depuis longtemps avec Joëlle Gaillot on sait combien est mince l'espoir d'échapper au serinage idéologique.

Pour autant, ces gens de théâtre livrent parfois des professions de foi qui méritent qu'on s'y arrête, et qui donnent à penser que tout n'est pas perdu. Ce soir là notamment, quelques banalités en défense de la critique, qui méritent de demeurer disponibles dans ce forum. Sans trop rêver que son contenu soit admissible de ceux qu'il concerne pourtant comme tout le monde je veux dire ceux qui font cette station ou plutôt la défont. A supposer que ces remarques parviennent à leurs oreilles, encore faudrait-il les comprendre (deuxième incertitude) et qui sait en tirer profit (troisième impossible).

Ecouteront-ils ? [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/05/s22/RF_3DA33570-6F22-4D25-A991-85333ACA45E6_GENE.MP3" debut="04:57" fin="05:43"]

Au sommaire :
- Il ne s'agit pas simplement d'aimer ou ne pas aimer.
- Le geste critique prolonge le geste artistique.
- Se faire l'avocat d'un art.

Ca vaut ou ça devrait valoir pour France Culture.
Ca vaut ou ça pourrait valoir pour notre forum (au moins ici personne n'a de devoir comme ceux du service public, pas même le devoir de qualité).

Et puis si l'on veut, une version de ce même moment, quelque peu élargie, à l'intention de ceux qui ne prennent pas la fuite dès qu'ils entendent des  truismes : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/05/s22/RF_3DA33570-6F22-4D25-A991-85333ACA45E6_GENE.MP3" debut="04:35" fin="06:25"]

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Critique de la critique     Page 13 sur 13

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum