Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Critique de la critique    Page 4 sur 13

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Critique de la critique - le Lun 31 Aoû 2009, 12:26

Rappel du premier message :

J'ouvre ce fil par souci de netteté, pour répondre à Vincent qui, du blog de Jean Lebrun où l'ambiance devient irrespirable, vient ici avec le souci du dialogue loyal. Sa critique de notre attitude critique mérite un vrai fil et un vrai titre. Je vais donc reporter ci-dessous le début de dialogue qui traîne ailleurs, et ensuite lui répondre.

Nessie
* * *

31
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Lun 19 Juil 2010, 17:18

Eh bien merci pour ce chaleureux accueil. Et quant à Columbo (aneffet!), si ce n'est Nessie c'est donc François... je dis ça pour Gustave, qu'il voie ce qu'il aime le mieux, la caricature par le verbe ou par l'image. Mais, je ne m'occuperai plus de lui, il est assez grand pour faire ce qu'il veut.

Je vous promets de lire ce que vous avez écrit sur le site de FC, de le tester pour mon compte, et de vous répondre en quelques phrases au moins sur le sujet.

A la prochaine.

32
Répondre en citant  
Que la critique soit facile est secondaire - Elle se doit d'être juste - le Mer 13 Oct 2010, 19:14

C'était dans le fil "Vocation de France Culture", un post intitulé " pourquoi tant de propos pleins de...rage ..." Galand-t a écrit:Je ne sais si des interventions du style " ya qua .." et avec des " Y A qua ..." certain refond le monde.Il ne faut pas pousser .Il y a des émissions de grandes qualités ; les moyens sont ce qu'ils sont...Mais , il faut aussi se mettre à la place de celui qui fait cette émission et parfois la sauce tourne en rond...Elle tourne au vinaigre...L'invité est aussi responsable du tournant que parfois le dialogue prend parfois...Lorsque cela me prends la tête , ne voyant rien venir je change de station F.Musqiue ou autres radios .Mais,je trouve la critique facile .Il y a des gens de qualité dans cette maison.Filkenkrault, A.Veinstein, les critiques de l'histoire etc etc ...Il est vrai que beaucoup disent les intellos sur FC...Si penser est un delit maintenant ...Cette station est là , personne est obligée d'y aller .Moi aussi , je suis deçu par le cours que prend une emission.Alors , je me pose la question à rebours , qu' avais je comme desire d' entendre, c' est notre côté "MOI ","MOI" .qui prime que le statut d' écoutant ...Encore un art " écoutant ".Voilà , j' espère que les dsicussions ici prendrons une tournure constructive et pensons à Spinoza , " tenter d' aller vers un plus ..." ... cat cat
Bonjour à vous M. Galand/t

Je crois largement imaginaire la rage que vous croyez lire dans le fil où vous avez répondu, et dans les autres aussi d'ailleurs. Certes on trouve ici ou là des traces de colère ou de revanchisme. Elles appartiennent à ceux qui les déposent. Ce serait vous les approprier négativement, ou pire vous identifier à elles, que de les méjuger ou les prendre comme si elles vous concernaient (or elles peuvent vous concerner sans pour autant vous viser : il vous suffit de vous sentir impliqué au point d'y répondre). Et s'il y a de la réflexion à côté des manifestations négatives, alors c'est bien à cela qu'il convient de répondre.

Nous sommes là pour parler de cette radio. Si vous jugez ce but sans intérêt, alors pourquoi écrire ici ? Si nous pensons qu'il y a dans le programme un recul de la culture au bénéfice de l'info de type "presse d'opinion", eh bien de réclamer plus de la première, en quoi cela ne serait pas une remarque constructive ? Et puis, si nous réclamons davantage de culture et moins d'info, est-ce que ça ne répond pas à la question de notre désir : oui nous savons très bien ce que nous voulons, et nous le disons. Nous demandons, encore, de la culture. En quoi cela ne serait pas constructif ? Ou, pas conscient ? Je ne comprends pas. Expliquez-moi.

De même vous écrivez "si penser est un délit maintenant" mais on peut retourner cette remarque : non seulement ici nous essayons de penser à ce que nous écoutons, mais aucun d'entre nous n'a reproché à quiconque de "penser", bien plutôt nous regrettons que ça ne pense pas mieux dans cette radio, et un peu plus, au lieu de simuler. Non je ne sais pas qui jugerait que penser serait un délit. Certainement personne ici. Mais admettons qu'une telle police existe ? Eh bien en ce cas, à France Culture ça peut dormir tranquille : les gendarmes ne vont pas y débarquer demain pour sanctionner l'excès de penser. Par contre, l'excès de psittacisme, gare ... !

En ce qui concerne le côté "MOI, MOI" que vous croyez pouvoir souligner, je vous répondrai qu'en dehors des monastères, des ashrams et des dojos, de telles préconisations d'humilité ne sont pas toujours pertinentes, et qu'il convient d'en user avec précaution. Quand vous arrivez dans un forum qui ne se donne pas pour règle l'autophanie et pas non plus le récit de vacances, mais au contraire se veut un lieu où les personnes qui écrivent s'effacent derrière leur propos, c'est dans ce registre qu'il convient de leur répondre. A défaut, on ne voit pas très bien en quoi vos remarques sur le "moi, moi" échapperaient alors à la même remontrance...

Allons, revenons au sujet de ce forum :
France Culture et ses émissions.
Il y a des émissions de grande qualité, dites vous.
Certes, et nous en parlons abondamment dans ce forum.
S'il y a des émissions chroniquement de mauvaise qualité,
franchement, au nom de quoi devrions nous ne pas le dire ?

Le problème de la critique n'est pas qu'elle soit facile : avant tout et en tout, elle doit être juste. Là est l'essentiel.
Montrez moi que les principes ci-dessus ne le sont pas, et c'est avec plaisir que je vous reconnaitrai raison

33
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Mer 13 Oct 2010, 21:35

M. Galand/t
j'ai découvert ce forum seulement depuis quelques mois. Je n'ai pas le talent de quelques-uns pour décortiquer aussi finement une émission et montrer en quoi elle est conforme ou non à ses objectifs, à une certaine idée de la culture.
Je pense depuis longtemps j'aurais beaucoup de mal à vivre sans FC.
Effectivement, certaines critiques sont très dures et quand on a fini par s'identifier au cours du temps à certains producteurs, à certaines émissions, on en prend plein la figure. Mais quoi? ça fait du bien! non, je ne suis pas maso mais on ne laisse pas tomber l'émission , non, on est simplement plus attentif et on la goûte davantage le jour où elle est impeccable, où elle vous rend heureux, où elle vous nourrit.
J'écoute bien trois fois plus d"émissions depuis que je suis inscrite sur ce forum parce que j'ai suivi les critiques.
Autre chose: j'apprends petit à petit à comprendre ce qu'est une émission de radio: cela ne se fait nulle part. Les journaux se moquent d'assurer cette tâche.
Vous êtes peut-être inconscient de tous ces gens anonymes, dans les recoins de la France ou à l'étranger que FC aide à vivre et qui ont besoin d'une grande qualité.
Autre chose: une émission, elle dure au moins une année; Ce n'est pas la même chose que de "descendre" un livre ou une pièce de théatre ou un film.Ici, on peut rectifier, vous pouvez rectifier.

34
Répondre en citant  
De nos studios à deux plateaux dans le fil sur Laurent Goumarre... - le Ven 05 Nov 2010, 06:59

Quoi qu'on en aie, il faut remercier Vincent qui joue à nous égratigner dans un autre fil où il a écrit:[...] C'est quand même curieux que des gens qui dénoncent le conformisme, le formatage, le mainstream... soient aussi réticents à juger simplement sur pièces, à prendre les choses comme elles viennent sans leur demander de remplir les x critères préalables: que ce soit culturel, critique, éducatif...
[...]
On a parfois l'impression d'une simple méfiance paysanne: c'est truqué, je vous dis, on veut nous faire gober n'importe quoi...
[...]
Officiellement, c'est la défense du patrimoine, mais dans la pratique ça ressemble plus à une Tea party.
- Génial, non trop génial : alors nous sommes l'équivalent en France de la clique du Tea Party. C'est votre "point godwin" à vous, ça, non ? J'ai bon ???

- Ah bon nous sommes attachés à des critères de qualité, et ça c'est un tort, comme par exemple d'avoir des préjugés ou des idées préconçues (vous êtes conscient de l'amalgame implicite j'espère).

- Ah bon nous en critiquant on ne juge pas sur pièces ? On critique ce qu'on entend et on ne juge pas sur pièces ? Il faudrait m'expliquer ça...

- Ah bon c'est de la méfiance paysanne, que de vouloir en finir avec l'info sciemment biaisée ? Nous serions des paysans qui disent "c'est truqué je vous dis" ??? Je vous met au défi de trouver une seule de mes lignes où je m'exprime ainsi quand je critique l'info déformée qu'on nous sert avec parti-pris et forçage d'opinion. Ici votre petite manipe qui serait misérable si elle n'était un brin hénaurme, c'est de repeindre aux couleurs de la méfiance paysanne ce qui est le souhait d'une info honnête. Elle est super votre conception des médias et de la démocratie. Je pense dans le genre béni-oui-oui de FC là ça enfonce encore votre conception de la culleture. Oui vous avez trouvé : ça c'est mon point Godwin à moi.

Et dites, vous croyez vraiment servir le débat, avec ce genre de trucs ?
Si oui, vous avez encore plus besoin d'apprendre à lire que d'apprendre à écouter la radio...

Mais il y a autre chose ...

./...

35
Répondre en citant  
Et Bertrand Russell, c'est de la culleture ? - le Ven 05 Nov 2010, 07:07

./...

Mais il y a autre chose, de moins échauffant et d'un peu technique :
Dans le même post Vincent a écrit:Moi, j'ai eu plus souvent l'impression de voir des lycéens du fond de la classe, brillants ou se tenant pour tels, occupés à compter les tics du prof, à chercher toutes les occasions de se montrer supérieurs... Je suis étonné par une espèce de phénomène d'imitation dans la détestation: on répète inlassablement que c'est répétitif, on est idéologiquement convaincu que l'idéologie est détestable, on reproche de façon très prétentieuse aux autres d'être prétentieux... Vous n'avez pas remarqué? Je suis sans doute victime moi-même du phénomène.
Bien passons sur le début de cette citation qui ne vous fait guère honneur. A voir comment vous diabolisez ceux qui flétrissent vos idoles, il semble que vous n'avez de leçon de caricature à recevoir de personne, au contraire vous pourriez nous en donner pendant un bon moment. Pour cette raison aussi je suis bien content de vous voir des nôtres dans ce forum, car je ressens un fort besoin d'affiner mon style satirique...

Passons à l'essentiel : le second paragraphe sus-cité, où vous êtes victime de bien autre chose que ce que vous redoutez, mais vous allez voir où ça nous emmène et vous avec. Car visiblement vous ignorez la hiérarchie des types logiques. personne ne songerait à vous le reprocher, mais voila, son application a quelque rapport avec la discussion et aussi avec le titre de ce fil. Pour ladite théorie, on pourrait renvoyer à Bertrand Russell mais l'étayage par la formalisation mathématique m'a causé bien trop de migraines pour que je tente de seulement le reproduire ici. Donc je renvoie plutôt à un auteur qui parvient à en parler presque clairement et à l'appliquer aux sciences de la communication : Gregory Bateson (dans "Vers une écologie de l'esprit" ou bien dans "La nature et la pensée", à la section "6eme critère du processus mental" je suis navré d'agiter des critères Vincent car j'ai bien compris que vous n'aimez pas ça mais je ne sais pas comment faire autrement). En substance, de la théorie des types logiques on tire qu'il n'est pas logiquement fondé d'appliquer une notion à la qualification de la même notion. Par exemple, apprendre -type a- n'est pas la même chose qu'apprendre à apprendre -type b- car on y met en oeuvre d'autres mécanismes, une autre sémantique. Autre exemples : la liberté (type a) ne peut être mise au même niveau logique que la liberté d'être libre (type b). Le jugement (type a) ne se situe pas au même niveau que le jugement sur le jugement (type b). En substance : on risque de commettre une erreur logique quand on met dans le même sac sans précaution des énoncés ou des faits situés à un certain niveau, et les énoncés ou les faits situés au niveau méta.

Or il me semble que vous commettez là ce type d'erreur : si nous suivons Bateson & Russell, alors :
- critiquer de façon répétée (type b) les perroquets de la station (répéteurs de type a) n'est pas infondé au plan de la cohérence logique
- critiquer au plan moral(type b) l'activité des marchands de morale (type a) n'est pas self-contradictoire
- il n'est pas infondé de militer (type b) contre les militants (type a)
- les propos sur l'idéologie (type a) ne sont idéologiques qu'en tant que type b et ne sont pas justiciables des mêmes critiques.
Autrement dit, les critiques formulées comme des énoncés de type b ne peuvent être renvoyées sans risque à leur propre contenu. Attention je ne dis pas qu'ils n'ont rien en commun : je dis qu'ils doivent être mutuellement distingués. Hélas vous faites le contraire dans les 4 cas sus-cités : 4 cas d'amalgame non pas sémantique comme ceux que vous pratiquez habituellement, mais amalgame par confusion de niveaux. J'étayerai n'importe laquelle de ces 4 réfutations à la demande, et même si vous choisissez de discuter l'étayage fourni, vous ne pourrez éviter le placement sur des niveaux distincts, des faits de type a et des faits de type b. C'est là où je voulais en venir pour contester votre raccourci un peu hâtif que je cite dans le pavé de citation. Une fois désamorcé le sophisme, la discussion peut suivre son cours et je vous garantis qu'on a des choses à dire. Quand la théorie à peine abstruse de Russell vous sera devenu une évidence rétrospective, je gage que vous ne recourrez plus à ce genre d'argument qu'il nous faut hélas classer parmi les sophismes. Je sais que c'est un peu raide à avaler mais enfin je conseille de lire, tout simplement (pardon si ce conseil vous semble obscène). Oui, lire quand même peut-être Bateson plutôt que Russell. D'accord c'est moins vibrant que les sauvetages de haute-montagne mais j'en connais à qui ça plait quand même et j'en connais même quelques uns qui s'en trouvent enrichis en discernement.

Coda : notons que le titre de ce fil a été choisi en application directe du principe. Et que donc "la critique (type a) n'est pas la critique de la critique (type b)". Que la seconde ne saurait sans risque s'aligner sur la première, ni être justiciable strictement des mêmes critères ; par contre elle peut et doit recevoir les siens qui lui seront propres. Pire : on peut même imaginer un troisième niveau si vous voulez, où l'on ferait la critique de la critique de la critique. Non mais vous voyez on se marre quand même dans les forums hein. Oui tout ça était prévu dans le titre Vincent. Non je ne vous attendais pas au tournant, qu'allez vous chercher allons...

En tous cas j'en conclus que vous vous trompez quand vous croyez pouvoir nous renvoyer dans nos buts aussi facilement. Et notez bien que je ne vous reproche pas d'avoir inscrit votre réponse dans le registre infantilisant de la vie scolaire, sinon je dékryppeterais votre propos en l'évaluant comme une pratique stérile du "celui qui le dit est celui qui y est". Et là je me tromperais, sûr de sûr Vincent, car quand même vous volez nettement plus haut que ça n'est-ce pas ... ? Pour cette raison vous êtes plus que jamais le bienvenu ici.

36
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Ven 05 Nov 2010, 10:48

"Pour cette raison vous êtes plus que jamais le bienvenu ici."

"Pour cette raison aussi je suis bien content de vous voir des nôtres dans ce forum, car je ressens un fort besoin d'affiner mon style satirique..."

Ouais, je crois que c'est moi qui aurais besoin de méfiance paysanne.

J'ai lu votre message en deux parties, et bravo: je pense que c'est bien argumenté et plein de belles choses. J'en prends pour mon grade, mais sans doute à juste titre, au moins en partie.

Excusez-moi de faire bref, mais je reviens sur un ou deux points seulement. Vous vous amusez à dire que je n'aime pas lire, que je préfère le sensationnel, que je chéris une radio banale, que j'ai des idoles honteuses, que je fais des amalgames illogiques, que je vous reproche d'avoir des critères d'exigence, que je caricature vos critiques, que j'emploie une rhétorique malsaine... (je dois oublier une ou deux choses).

Je préciserai seulement:

Je sais, et je dis, que vous tenez, souvent, des propos intéressants et pertinents.
Je pense que la critique est une saine activité et que l'existence de ce forum est une bonne chose.
Je pense qu'il y a plein de choses qu'on peut reprocher à FC.
Je pense que c'est une opinion parfaitement défendable, et que vous défendez bien, celle qui juge qu'il y a un problème global d'orientation de la chaîne.

Mais,

Je pense que vous rejetez en bloc, au nom de quelques principes de base appliqués uniformément, des choses qu'il faudrait distinguer. (Mais c'est quoi ça: dire qu'apprécier un documentaire riche à beaucoup de points de vue est un signe de goût pour le sensationnel, de dégénérescence intellectuelle tant que vous y êtes...?)
Je pense que de nombreuses caractéristiques de FC viennent de sa nature composite et qu'un jugement composite à leur sujet ne serait pas mal venu (sans forcément faire de confusion entre types a et b...!)
Et puis aussi qu'il y a une tendance dans ce forum vers des critiques bêtes et méchantes (ne me demandez pas de citer des exemples). J'ai bien noté que vous savez les remettre à leur place (je ne parle pas des miennes, mais par exemple d'un à qui récemment vous avez demandé de préciser ses idées en matière de promotion canapé et d'odeurs d'urine à Beaubourg).
A mon avis, il vous arrive aussi d'aller vers la méchanceté, d'où mon impression de goguenardise prétentieuse, qui n'est pas une impression dominante, simplement persistante.
Enfin, je crois que mon seul but ici c'est d'aider à équilibrer les choses, et de me laisser aller à réagir contre des critiques qui me paraissent injustes, sans agresser, sauf exception (!).
En tout cas, merci pour vos commentaires développés à mon message précédent, encore une fois pas inutiles pour moi.

37
Répondre en citant  
ô merveille ! - le Ven 05 Nov 2010, 12:23

C'est merveilleux comme notre ami Vincent s'étonne que Nessie puisse écrire qu'il aime le sensationnel. En effet, que fait Vincent ? Il parle de son documentaire sur le sauvetage en montagne et le dit fantastique, répète que ce reportage est riche. Et ce sans jamais dire comment ou en quoi ... Dans une pure répétition tautologique, c'est bien parce que c'est bien et que c'est bien.

Comment, ensuite, s'étonner que Nessie puisse y voir autre chose que le goût pour le sensationnel.

38
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Ven 05 Nov 2010, 13:43

Catulle a écrit:@ vincent : relisez attentivement et vous verrez que vous n’avez pas eu de réponse, sauf deux manœuvres sophistiques : une généralisation doctus cum libro de votre phrase et une hiérarchisation arbitraire des niveaux logiques (le niveau b serait incritiquable, ce qui est absurde). Donc, pour reprendre votre message, oui ça pose bien un problème de crédibilité si ce forum est répétitif, idéologique, prétentieux lorsque son discours est de dénoncer que FC est répétitive, idéologique, prétentieuse.
Vous vous en tirez plutôt bien si votre projet est ici d'asséner, mais on peut vous renvoyer le conseil qui ouvre votre post : relisez attentivement. Il n'est nulle part écrit que le niveau b n'est pas critiquable. C'est même le contraire qui est lisible en toutes lettres. Donc commencez par mieux lire et ensuite vous verrez ça sera beaucoup plus efficace votre pédantisme en latin et vos jugements assénés. Concernant le forum vous vous limitez à l'insulte ce qui est un rien short pour quelqu'un qui débarque en donnant la leçon, mais ça confirme qu'on touche un nerf. Plus je ramasserai d'insulte et de mépris, et plus je penserai que je suis proche de la vérité et tant pis si elle fait mal. Mais ne renversons pas les rôles : ce forum ne se pose pas en repaire de créateurs préservés de toute critique par le sceau d'on ne sait quel sacrement. En ce qui me concerne je préfère écrire une bonne remarque pour 5 erreurs que je suis ensuite capable de reconnaitre comme telles pour peu qu'on me le montre. Navré de vous dire ça mais dans un monde de faiseurs, celui qui sait recevoir la critique a la partie belle.

Pour le moment parlons-en de cette critique dont certains à FC ne comprennent même pas qu'elle puisse exister. Dans cette courte conversation, que je sache nous n'avons pas parlé en précision de l'émission qui a plu à Vincent et que nous n'avons pas écoutée. Ce documentaire n'était pas au centre du débat, mais nous avons réagi au ressenti de l'auditeur, membre de ce forum, qui l'a apprécié et qui a donné pour cela des raisons. Si ces raisons ne nous ont guère émus ça ne vous dispense pas de comprendre que c'est de cela que nous parlons en premier ressort : de ce qui se passe chez l'auditeur. Dans un deuxième temps si ce documentaire est meilleur que ce qu'on en devine à travers le vécu de Vincent, eh bien merci à vous de nous le dire, surtout avec un ton presque aussi méprisant que celui que vous pourriez déplorer de trouver dans notre forum. Là encore, votre ton prouve qu'on touche un nerf et croyez moi on va appuyer dessus. Enfin, vous gagnerez à comprendre que vous ne défendrez pas ici la politique de documentaires de FC avec un unique contre-exemple, de même que nous ne l'expédions pas à la poubelle avec un seul exemple mais avec un bilan de 10 années d'écoute.

Par ailleurs pouvez vous dire en quoi une mise en abime objectivement constatable serait "arbitraire" ? Si vous ne percevez par les emboîtages récursifs dans l'énumération de Vincent qui les a pourtant lui-même posés ainsi, alors je vous répète (soyons pédagogue) : relisez attentivement.

39
Répondre en citant  
Re: Critique de la critique - le Ven 05 Nov 2010, 19:18

Nessie, vous citez un extrait de message de Catulle mais de quoi retourne-t-il ? Je ne trouve pas trace du message dans son entier.

40
Répondre en citant  
Chronique d'une disparition non voulue - le Sam 06 Nov 2010, 03:59

@Lola a écrit:Nessie, vous citez un extrait de message de Catulle mais de quoi retourne-t-il ? Je ne trouve pas trace du message dans son entier.
En effet, le post a disparu et il n'en reste plus que la citation. Fait inexplicable pour le moment, et regrettable car il y a encore des choses à répondre. J'espère qu'on pourra le rétablir. A défaut notre contradicteur pourrait revenir et fournir de nouveau l'information disparue. Il y est invité, puisque la disparition de son post ne vient pas de notre volonté. En tous cas, voici ce dont je me souviens :

- longueur totale : entre 3 et 4 fois celle de la citation de 13h43

- contenu : hormis la mise en cause du forum RFC, le message portait sur l'émission dont parle Vincent. Après un encensement ému du documentaire de F. Teste & I. Omélianenko, on nous informait de quoi il retourne précisément dans l'affaire de ce sauvetage historique, l'événement datant des années 50 si j'ai bien compris.

Je ne me souviens pas d'autre chose.

Je pense qu'on pourra reprendre ici sur le sujet : si RFC peut apparaitre comme répétitif, idéologique, et prétentieux, chacune de ces 3 qualifications mérite une réponse différente, qui va trouver très bien sa place dans ce fil. Et en ce qui concerne la façon dont Sur les docks enterre la tradition documentaire sur FC, le mieux est d'ouvrir un fil spécial dans le forum consacré aux émissions, ce que je fais de ce pas.

41
Répondre en citant  
Pour Catulle, et puisque dans ce fil on parle de la critique... - le Sam 06 Nov 2010, 06:38

Vous pouvez bien taxer la critique de répétitive, prétentieuse, idéologique. Que ces étiquettes soient ou non justifiées, cela ne devrait même pas poser un problème, en premier lieu parce qu'elle ne se situe pas au même niveau logique que ce dont elle parle : la critique est un "propos sur un propos" (type b) et non un propos (type a). Pour autant, dans certains cas le reproche est pertinent et dans d'autres cas il ne l'est pas. Dans certains cas il est fondé et dans d'autres cas il ne l'est pas. Ce post a pour objet de préciser quelques unes des différences de fond qui ne peuvent etre ignorées sans courir au sophisme ou au biais de l'analyse.

Le critique en tant que personne, n'a aucune importance, et la seule qualité morale qu'on est en droit d'exiger de lui, c'est la sincérité. Il s'efface devant son propos, et cela toujours davantage que celui qui prétend faire oeuvre, surtout quand on sent le second motivé par la vanité ou la facilité (chose que la critique peut s'attacher à démontrer, d'où l'agressivité en retour qu'elle ne manquera pas de s'attirer). En regard de la prétention qu'on trouve chez le créateur, prétention compréhensible et naturelle certes mais inductrice de nombre d'effets néfastes dont l'oeuvre pourrait bien souffrir et se réduire en qualité, au contraire la qualité de la critique n'est que très secondairement de forme. La qualité essentielle de la production critique réside dans la vérité de son propos. Aussi :

- peu importe que le critique apparaisse comme prétentieux dans son attitude ou sa conduite ; on peut bien le lui reprocher, et cela avec sincérité ou mauvaise foi, avec justesse ou par erreur de jugement. La seule question qui compte est de savoir si son propos critique, lui, est fondé en vérité et en sincérité. Mieux vaut une critique fondée et désagréable, fondée et prétentieuse, fondée et déplaisante, qu'une critique qui serait non prétentieuse, sympathique, non déplaisante, mais non fondée ou insincère.

- que la critique soit répétitive n'est pas un défaut, bien au contraire : s'il s'agit de relever une erreur répétée ou un défaut constant, alors il est du devoir critique de se montrer répétitif et même ressassant jusqu'à l'obsession, tant que ce dont on traite ne sera pas amélioré. Reprocher à la critique d'être répétitive, c'est reprocher à son objet d'être mauvais de façon répétée, ou constante.

- est-ce un vice que la critique soit idéologique ? Bien sûr que non : en tant qu'elle lutte pour des valeurs (le bon, le beau, le vrai), elle l'est par nature. On ne peut pas en dire autant du discours culturel, qui ne peut procéder au forçage idéologique (j'entends ici : politique et moral, partisan et donneur de leçons) sans se dénaturer.
(Je réserve pour d'autres posts la critique morale de la moraline et la critique militante du militantisme, mais nul doute que le lecteur sceptique lira encore quelques distinctions entre type a et type b)

Ces quelques points rapidement proposés entendent montrer que la création et la critique ne peuvent recevoir le même traitement critique. Que d'une part la critique, et d'autre part la critique de la critique, sont genres et exercices différents. J'attends qu'un esprit supérieur me démontre :
a) que la distinction ci-dessus énoncée et plus haut illustrée, est fausse infondée mal venue, ou même injuste (?)
b) que la critique de la critique de la critique ne peut se contenter de l'insulte et de la réduction simpliste ; et que de venir insulter le critique est un mode de débat souhaitable et efficace pour défendre les oeuvres dont il a fait son sujet critique

Toujours pour le signataire "Catulle" dont le post a hélas disparu, et pour redescendre d'un cran dans cette hiérarchie des types que lui seul a jugé arbitraire, je conclus que certes il reste la discussion sur le sujet lui-même : l'émission critiquée. Si vous voulez vraiment défendre une émission qu'ici on n'apprécie pas, qu'on égratigne un peu ou bien qu'on défend en flamme, alors parlez donc de l'émission au lieu de dégoiser sur ceux qui ne l'apprécient pas. Je n'oublie pas que c'est ce que vous aviez fait dans le post qui a disparu. Je vous propose, à vous ainsi qu'à Vincent et à toutes les personnes intéressées, de nous retrouver dans le fil ouvert pour traiter du documentaire et de "Sur les docks".
Ceci en espérant qu'une discussion apaisée pourra en résulter, ce qui ne dépend que de vous.

Critique de la critique     Page 4 sur 13

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum