Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia    Page 3 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mar 26 Oct 2010, 20:28

Rappel du premier message :

Un auditeur prend la parole...

Quand une partie de la grille des programmes de France Culture court après France Inter et quelques radios dites « périphériques »… c’est la Culture que l’on sacrifie sur l’hôtel d’une hypothétique augmentation de l’audience toujours à venir, et qui ne viendra pas.

_____________

Quelques exemples de déconfiture...


Dominique Rousset...

L’économie en question chaque samedi de 8h à 9h (horaire pour des insomniaques qui, à 8h du matin, et un samedi, n’auraient toujours pas trouvé le sommeil) - précédemment diffusée tous les lundis à 19h (Les auditeurs de France Culture n’ont rien perdu en perdant cette émission le lundi) : émission univoque - tous les invités sont des libéraux : mondialisation et capitalisme impénitents -, au débat non contradictoire, Madame Rousset étant bien en peine, faute d'aptitudes, d'apporter la moindre contradiction à qui que ce soit ; dans le doute, elle ne peut donc qu'acquiescer...



Ainsi que "Le rendez-vous des politiques" en partenariat avec l’hebdomadaire l’Express, programmé le samedi de 11h à 12h ; et là, mêmes symptômes.




Avec Dominique Rousset, c'est le dernier invité à son émission qui a raison ; le temps d'en inviter un autre.


Diable de femme ! Comment s’est-elle débrouillée pour occuper l’antenne à deux reprises, et qui plus est, le même jour ? Et alors qu'elle n'a dans les faits, face au micro et à ses invités, manifestement aucune aptitude pour conduire deux émissions qui ont pour sujets l’économie et la politique... si par aptitude on entend ce qui suit : être capable de faire autre chose que de tendre et de tenir un micro chaque samedi matin.

Aussi...

Force est de nous poser la question suivante : de qui donc est-elle l’épouse, la fille ou bien, la petite amie ?

Même si l'on peut sans risque préciser que la réponse est contenue dans la question. Reste alors plus qu'à faire son choix.


***

Deux gentils ventriloques, gentils et inoffensifs – un homme et une femme : Brice Couturier et Julie Clarini -, occupent la tranche 18h20 -19h du lundi au jeudi (La direction de la chaîne leur a sucré le vendredi, et c’est tant mieux !)

Leur émission qui a pour titre Du grain à moudre ne doit surtout pas nous faire oublier que leur moulin tourne le plus souvent à vide ; en effet, leur meule ne pèse pas lourd, et avec eux, vous pouvez être assurés de manquer de farine six jours sur sept.

N’empêche, ça parle, ça parle, ça n’en finit pas ! Et rien n’arrive, jamais !


Programme au contenu d'un niveau à peine supérieur à l'émission « Au téléphone sonne » sur France Inter ou bien " C dans l’air", ou bien encore, France 2 avec ses débats sans objet dirigés par une Arlette Chabot sans conséquence.


***

Réunie tous les dimanches matin autour de Philippe Meyeret de son soi-disant flegme britannique (flegme à la manière d'un Français qui n'aurait jamais mis les pieds en Grande Bretagne), une poignée de bien-pensants dits « intellectuels » pour une émission qui a pour titre : Esprit public.


Un Philippe Meyer toujours content de lui, le ton badin, un rien caustique mais… sans but ; un esprit pour rien ou pour si peu, un humour que c’est pas la peine…


France Culture présente son émission du dimanche (Meyer a tout d’un curé finalement !) en ces termes : « Des intellectuels, des spectateurs engagés dans les débats et les combats de l'époque, suffisamment liés par une estime et une sympathie réciproques pour ne pas se faire de politesse ni de concessions de façade…»

Demandez donc à Yves Michaud, lui qui a longtemps participé à cette émission, ce qu’il pense de l’estime et de la sympathie de son animateur !


Viré de France Culture suite à l'affaire Polanski, et sans que Meyer ne pipe mot notre Yves Michaud qui a eu le tort de s'opposer à un Finkielkraut producteur à France Culture ; un Finkielkraut toujours complaisant avec lui-même, son clan et sa caste mais… intraitable avec ses dis-semblables.


On reconnaît le courage dans l’adversité ; Meyer a donc la fâcheuse habitude de laisser ce courage à son domicile lorsqu’il se rend à son travail. On est donc prévenu : de lui, rien à attendre que l’on n’ait pas déjà reçu de tous les autres, c'est-à-dire : si peu ou pas grand-chose.


Dont acte.



***


Pour rester avec la déconfiture, le pompon revient sans aucun doute à l’émission Le Rendez-vous ou… comment l'excellence est reléguée au rang du lobbying des agences de presse, de communication et de relations publiques.... parce qu’un film est produit, parce qu’un livre est à vendre...


Emission dirigée par un certain Laurent Goumarre pas gourmet pour un sou quand il s’agit de musique, de cinéma, théâtre, littérature, arts plastiques…

Avec son inénarrable rubrique Journal de la Culture ! Mille événements débités en 7 minutes, marathon et bouillie de chat dont on ne retiendra qu’une chose : le fait que l’on puisse n’en rien saisir ni retenir.


20 ans semble être l’âge moyen de l’équipe de Goumarre, sinon moins ; et là, on frôle l’embauche frauduleuse et certainement aussi, le détournement de mineurs, filles et garçons confondus.


On pourra néanmoins s'estimer heureux : à France Culture, on aurait très bien pu confier la Culture à des lycéens. On revient donc de loin, de très loin tant le risque était... et demeure grand.


Les invités de Goumarre du lundi au vendredi de 19h à 20h, demanderez-vous ?

Jugez plutôt : Olivier Marchal, Josée Dayan, Judith Godrèche réalisatrice de cinéma (Oui, oui ! Sans blague) Pierre Bellemare…

Quant à la programmation musicale - choix d'« artistes » invités à se produire en direct pour un instantané des scènes pop-rock&folk -, il sera le plus souvent question de « guitareux » de langue anglaise, dans le style… « Longtemps j'ai joué et fait la manche dans le métro » ou bien du côté de Beaubourg, là où ça sent immanquablement l’urine... un ou deux SDF couchés pas loin ; et guère plus, sinon moins.


***


Mais alors...

Que diable est-il arrivé à France Culture, radio chaque jour plus bruyante (jingles et bandes annonces sans fin sur des programmes à venir... ici, là et ailleurs) comme pour étouffer un malaise et des choix éditoriaux indigents ?


De la nomination d'une Laure Adler* à la direction de la station à la fin des années 90, productrice et animatrice dont on soupçonnait déjà l'inculture et une intelligence plus que moyenne, étant tout juste capable, sur cette même radio, de tendre un micro à une ou deux personnes tard dans la soirée… de cette nomination-là, aujourd’hui encore, il se pourrait bien que la station ne se soit jamais remise...

Et nous non plus, après le départ d'ANTOINE SPIRE, licencié dès l'arrivée de la Dame de compagnie ; un Antoine Spire qui nous manque cruellement aujourd’hui pour enrichir la tranche qui était la sienne ; un 18-20 dédié à une information dans toutes les acceptions de ce mot...

Le croirez-vous ?! Une information avec un gigantesque I majuscule.


[b]
* Génération-Mitterrand[/b, non pas à cause de leur âge à tous mais bien plutôt... pour tous les cadeaux qui leur ont été faits par une force tranquille du mépris, du copinage et des nominations plus politiques les unes que les autres… mais bien moins qu’une politique digne de ce nom quand il s’est agi pour un Président élu, de proposer à des millions français de vraies solutions d’existence hors du chômage, de la précarité, des discriminations et du commerce du cannabis.



***



Il y a comme ça des décisions irréversibles ; et plus elles sont inconsidérées, arbitraires, ou bien confuses, voire obscures et inavouables, plus les dégâts et le gâchis à déplorer sont profonds et durables ; c’est l’air du temps qui passe et qui ne laissera plus jamais passer un autre air, et pour peu qu’il ait été déjà joué et entendu… de surcroît haïssable cet air, aux oreilles de celles et ceux qui ne souhaitent pas nous le faire entendre à nouveau, et ce sous aucun prétexte.


Car, aujourd'hui, chaque génération ne doit en aucun cas pouvoir trouver et suivre une trace : la trace d'une vie antérieure ; la trace d'une vie avant la sienne ; toute possibilité de retour sur une expérience qui aurait appartenu au passé doit donc être exclue.


Aussi, pour la direction de faire de la radio, c'est effacer toutes les traces, semble-t-il.
* * *

21
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Dim 31 Oct 2010, 09:20

@Nessie a écrit:je trouve que l'ambition d'un "journal total" est un très beau projet.
France Info a commencé à sa création par faire dans la rondelle (et juste pour me faire plaisir on sait bien que la rondelle ne fait pas le printemps). Des tranches d'info découpées dans le gâteau 24 heures. Absolument triste et sans âme. Ils ont poursuivi avec les chronicounettes qui au lieu d'être les cerises sur le gâteau se sont révélées être juste de la crème tartinée bien épaisse au risque d'étouffer le dit gâteau. Au final indigeste, je m'exclame.
Quand bien même un génie (sorti de la boîte de Pandore dite aussi Maison de la Radio) proposerait un journal qui irait de la Une à la der', y'aurait juste un p'tit problème je ne pourrai à ma guise feuilleter les pages, revenir en arrière, ou relire 7 fois de suite le merveilleux comic-strip (bande dessinée de presse en 3 cases) de François, qui de fait n'a pas du tout le même sens s'il est lu à sa façon qu'entendu 7 fois de suite (insupportable). (Et qu'on vienne pas me parler du player FC gnagnagna)
Donc on le voit avec ma démo simpliste le support journal et son acception ne peuvent se décliner en audio (linéaire par essence), sauf à ressembler à un ersatz qui ne peut tenir que sur un temps "court" (le 7/9 qui ne ressemble absolument pas à un journal puisque les mêmes infos sont redites plusieurs fois et qu'il manque bcp de rubriques).

Le cadencement "scientifique" des infos de la page 1 à la dernière n'est pas reproductible en radio. Qu'on m'amène donc sur le champ les "inventeurs" de cette fadaise… totale.

22
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Dim 31 Oct 2010, 10:51

Journal Total, semble pourtant une parfaite définition de ce qu'est la culture.

23
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Dim 31 Oct 2010, 11:13

Comment définissez vous ce "journal total"? Il est important de savoir quelle définition vous en donnez, car pour l'instant ça ne veut pas dire grand chose d'autre qu'une station gérée de A à Z par sa rédaction d'information.

24
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Dim 31 Oct 2010, 11:39

Reminder a écrit:Journal Total, semble pourtant une parfaite définition de ce qu'est la culture.
Yann a écrit:Comment définissez vous ce "journal total"? Il est important de savoir quelle définition vous en donnez, car pour l'instant ça ne veut pas dire grand chose d'autre qu'une station gérée de A à Z par sa rédaction d'information.
Je dirais même plus : on trouve là un point de vue intéressant mais je ne vois pas en quoi une expression aussi courte et quand même vague, sibylline, ça pourrait fournir une définition. Sauf à ... la définir à son tour.

Ma question : l'information sur les faits d'actualité, selon vous est-ce qu'elle ferait partie de ce journal total ? Dans l'affirmative je ne comprends pas du tout comment ça pourrait être culturel. Au contraire, il me semble plutôt que la culture se définirait comme un journal volontairement réduit : allégé du provisoire, allégé de l'anecdotique, allégé de ce qui ne reste pas. Pourquoi ? Parce que la culture c'est non ce qui reste quand on a tout oublié, mais ce qui reste, tout court. Or rien n'est plus périssable que l'information, condamnée à être effacée le lendemain soit par la même chose en mieux complet et plus élaboré, soit carrément en autre chose qu'on juge alors plus important. Donc à ne pas rester. Par définition, ce qu'on trouve dans un journal, ça ne reste pas sauf dans les archives. Pour cette dernière raison, il me semble que rien n'est plus antinomique que ces deux mots "journal" et "culture".

Mais alors peut-être que le journal total ne contiendrait pas d'info/actu ?? Et dans ce cas, le France Culture saturé de magazine éco-socio-popolitique et donc saturé d'info périssable, est aux antipodes du journal total. Non, j'ai beau faire, je tourne en rond dans votre mystérieuse expression de "journal total" dont, hormis la caution de Serge July, je ne trouve aucun appui pour en faire une étiquette culturelle...

"Reminder", aurez-vous l'amabilité de nous éclairer svp ??

25
Répondre en citant  
Pour nettoyer la situation et clarifier les positions - le Mar 02 Nov 2010, 13:32

un invité qui a signé "Reminder" a écrit:Journal Total, semble pourtant une parfaite définition de ce qu'est la culture.
Je reviens à peine sur ce post dont on n'a aucune raison de penser qu'il émane du premier "REMINDER". Surtout quand on connait la technique de nos trolls : piquer une signature pour déposer des posts qui ne disent pas grand chose mais ont vocation à enliser le débat. Le défi sera donc de relever ce post-là sans être dupe de l'usurpation.

Défi : qu'un forumeur en désaccord avec nous accepte de s'abonner et de dialoguer. Application : ce qui serait bien, c'est que le signataire du premier message "REMINDER" veuille bien s'inscrire ici, puisque c'est hélas une condition pour permettre un dialogue suivi.

Défi : ensuite qu'il accepte de continuer à tenir sa place dans cette partie du débat qu'il a initiée avec le premier post, que je replace ci-dessous :
le 30 octobre REMINDER a écrit:Bien étonnant que des observateurs aussi avisés que ceux de ce site ne soient pas au courant que l'ambition de FC est en effet d'être un "journal total".
C'est cette utopie (positive) qui est le moteur de toutes les évolutions récentes.
Donc je pose de nouveau ma question à notre premier participant ayant signé "REMINDER" : les guillemets semblent indiquer une citation, mais comme ni mes souvenirs ni les moteurs de recherche ne parviennent à m'éclairer, pourriez vous confirmer svp qu'il y a bien une source officielle à ce projet de "journal total" et quelle est elle ?

26
Répondre en citant  
Remboursez ! - le Mer 13 Avr 2011, 12:01

Ah ! France Culture et ses chroniqueurs !

Jugez plutôt : Slama, Adler, Meyer, Kravetz… (après Finkielkraut, et une certaine Dominique Rousset dont les émissions économiques font la part belle à tous les consensus de ces trente dernières années).

Et ça commence tôt le matin… (Normal ! Faut nous choper avant qu’on parte bosser !)

Tous de la même génération ces chroniqueurs (à quelques années près) ! Tous à « penser » grosso modo (grosso merdo ?!) la même chose : « Tout ne va pas si mal que ça finalement. Et puis, si c’était autrement, ce serait pire ! ».

Analyses interchangeables sur les sujets de société et sur l’actualité internationale (quand il est bien question d’analyses, et pas seulement d’opinions de ventriloques).



***
Assez ! C’est assez !

Quand est-ce que France Culture va se décider à épouser la culture de la contradiction, contribuant ainsi à faire vivre le peu de démocratie dont on dispose encore ?


***



Service public ? Vous avez dit Service public ?! Nous sommes des millions à le financer ; une poignée seulement décide de ce qu’on y dira.

Aussi…

Doit-on mener une campagne pour exiger le remboursement des sommes investies et des salaires versés dans cette radio qui ne contribue que trop rarement, telle une maladie chronique, à la culture de la libre circulation des idées - minoritaires de surcroît -, au droit à l’opinion, à la critique, et à la défense de cette liberté ?

27
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 13:37

Il y a des moyens plus subtils (et plus efficaces) d’action et d’influence que des brûlots populistes comme ceci. Pardonnez-moi d’être franc, mais ceci ne sert à rien.

28
Répondre en citant  
Réponse à Serge Uleski - le Mer 13 Avr 2011, 16:22

Je comprends qu’on soit allergique à certains profils idéologiques, mais sur France Culture, les opinions de Slama et d’Alexandre Adler sont plutôt en minorité : voyez un peu l’esprit de fond qui imprègne la matinale, c’est plutôt la gauche bon teint, à bons sentiments apparents et à courte vue. Ca ne va pas beaucoup plus loin dans plupart de ses magazines de société, dans ses émissions de sciences humaines (Bourmeau et Munier, Laurentin itou) + nombre de chroniqueurs et chroniqueuses qui relayent un coup la pensée alter, un coup l’humanisme de pacotille toujours éconophobe évidemment, avec une rhétorique du bon sentiment couramment agitée par les starlettes de la Matinale (Kervasdoué, Vasseur, Autain, Clarini) qui jouent sans complexe qui la carte du ricanement, qui celle du bourrage de crâne, qui du chantage moral. Je préfère ne rien dire de Sonia Kronlund, car ce qu’elle fait m’apparait intellectuellement malhonnête mais au moins c’est de la radio.

D’ailleurs Kravetz est globalement sur cette dernière ligne, avec le ricanement en moins et en plus l’engagement déclaré.
Quant à Meyer, sa chronique du matin est le plus souvent culturelle et apolitique, si son émission hebdomadaire, elle, fait exactement l’inverse.

Cela dit, si le pluralisme existe quelque part, c’est bien dans l’Esprit Public et dans l’Economie en question, qui sont bâtis sur un canevas identique. Mais si la pensée que vous nous laissez deviner comme étant "minoritaire" c’est celle que j’évoque dans la dernière partie du paragraphe plus haut, alors elle me semble au contraire largement majoritaire dans France Culture : dans ses journaux, ses magazines, ses chroniques ; et tout aussi majoritaire dans le monde dont FC est l’expression, cette middle intelligentsia qui y trouve son écho, c’est-à -dire le petit monde qui se pique de penser en France : le monde artistique, le monde des lettres, celui des sciences humaines, la profession journalistique, tout cela diffuse assez lourdement un baratin de morale à courte vue et d’irréaliste bien-pensance qui est, quoi que vous en ayez, l’actuelle pensée dominante du pays. Alors, que ceux qui tiennent les commandes du même pays (donc la gent politique & les décideurs économiques) disposent visiblement d’une pensée différente, voila en soi une petite énigme dont l’explication réside peut-être dans le fait que le sens des réalités des seconds est largement au-dessus de celui des précédents.

Car ces derniers se distinguent plutôt par un alarmisme social, un bonheur d’attiser les mécontentements fussent-ils hautement irrationnels, et en fin de compte un esprit de militance tout à fait irréaliste. Cette somme d’idées reçues empreintes de facilité serait comique si dans le même temps on ne les voyait pas faire des ravages dans le secteur qui pense "sciences sociales" : la sociologie française est sinistrée par la militance, pourtant contraire à l’esprit de recherche mais ouvertement revendiquée et pratiquée jusque dans le monde portant l’étiquette de la science (l’étiquette mais surement pas l’ethos !).

Maintenant si vous préconisez l’ouverture de l’antenne aux idées minoritaires, pensez vous qu’il faille y joindre celles du front National ? Et dans la négative, au nom de quoi faudrait-il les censurer ? Je n’ai guère de sympathie pour ces idées-qui-n’en-sont-pas, activées par des politiques-qui-n’en-sont-pas-non-plus, mais hormis leur base idéologique, j’y vois tellement de points communs avec l’extrême inverse (même recours au ricanement, même surcharge rhétorique, même sens atrophié des réalités), que je n’ai pas envie de la voir entrer elle aussi à FC cette minorité-là. En passant, je précise qu’elle me fait rigoler plutôt qu’elle ne m’effraie ; là non plus je ne rejoins pas les marchands de soupe émotionnelle de FC, qu’ils aient nom Colombani ou Voinchet. Quand à la minorité Alter, elle est déjà bien présente sur FC, et si certains la croient censurée ou absente, soit ils ont besoin d’ouvrir leurs oreilles, soit ils reprennent précisément le même trick rhétorique que le FN ou Bourdieu : hurler à la censure alors qu’on s’incruste autant qu’on le peut dans le paysage.

Anyway, majoritaires ou minoritaires, les militances me pompent l’air et je les trouve affreusement contraires à l’esprit de culture. Si l’argent du contribuable est ici mal employé, c’est précisément quand la vie des idées est présentée à la fois sans esprit de culture, sous la pression des événements, et avec de l’esprit partisan à la tonne.

J’espère ne pas vous choquer avec cette réponse.
Je me doute que le petit stalinien qui calomnie notre forum en divers endroits du web y verra "une violence inouie" et une "explosion de haïne" , et encore un "tabassage en règle" (souvent les gens dont la vie est synonyme d’échec, confondent la polémique avec la bagarre).
Donc merci d’y voir une invitation à la discussion dans un esprit cordial et apaisé. Il y a un plaisir de la contradiction. Ce forum est peut-être un forum de râleurs, mais pas un lieu de colère (ça explique que certains ne parviennent pas à s’y incruster et que malgré les désaccords, les débats restent cordiaux).

29
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 18:01

@Serge ULESKI a écrit:Ah ! France Culture et ses chroniqueurs !

Jugez plutôt : Slama, Adler, Meyer, Kravetz… (après Finkielkraut, et une certaine Dominique Rousset dont les émissions économiques font la part belle à tous les consensus de ces trente dernières années).

Et ça commence tôt le matin… (Normal ! Faut nous choper avant qu’on parte bosser !)

Tous de la même génération ces chroniqueurs (à quelques années près) ! Tous à « penser » grosso modo (grosso merdo ?!) la même chose : « Tout ne va pas si mal que ça finalement. Et puis, si c’était autrement, ce serait pire ! ».

Analyses interchangeables sur les sujets de société et sur l’actualité internationale (quand il est bien question d’analyses, et pas seulement d’opinions de ventriloques).



***
Assez ! C’est assez !

Quand est-ce que France Culture va se décider à épouser la culture de la contradiction, contribuant ainsi à faire vivre le peu de démocratie dont on dispose encore ?


***



Service public ? Vous avez dit Service public ?! Nous sommes des millions à le financer ; une poignée seulement décide de ce qu’on y dira.

Aussi…

Doit-on mener une campagne pour exiger le remboursement des sommes investies et des salaires versés dans cette radio qui ne contribue que trop rarement, telle une maladie chronique, à la culture de la libre circulation des idées - minoritaires de surcroît -, au droit à l’opinion, à la critique, et à la défense de cette liberté ?


Si vous voulez entendre un autre son de cloche écoutez la bas si j’y suis !

Dans cette émission même si je ne partage pas tous les points de vue, là au moins on analyse et non papoter comme le matin ou le soir !

Il y a un vrai travail de documentaire, il faut dire que Daniel Mermet a un vrai talent du documentaire !

30
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 18:14

@desgraupes a écrit:
Il y a un vrai travail de documentaire, il faut dire que Daniel Mermet a un vrai talent du documentaire !
Oui, un grand talent, Mermet.
Dommage que ça soit aussi partisan et aussi peu scrupuleux en manipulant l’auditeur.

Dommage aussi que lui-même ne respecte pas la morale qu’il défend, et agisse exactement comme les chefs d’entreprise qu’il dénonce du haut de sa chaire de vertu morale. Mais lui-même est bien le propagandiste de sa gloire et le chef de sa petite entreprise, n’est-il pas ? Wink

31
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 19:08

Oui, je suis entièrement d’accord avec Nessie, à propos des idéologies majoritaires sur FC, et dans les médias en général.
D’ailleurs, ça n’est pas que ça me dérange plus que ça (après tout, ça me correspondrait même plutôt), non, ce qui m’agace, c’est justement que ça ne soit pas présenté comme une idéologie, mais comme la seule posture possible, évidente, morale, respectable, et la forme mièvre que cela prend souvent - quand ce n’est pas le petit côté "donneur de leçons" !
Du coup, Slama et Adler, ça donnerait presque une bouffée d’air, en fait.


Pour en revenir au post incriminé, j’ajouterai juste que je ne vois pas du tout en quoi la "culture de la contradiction" pourrait contribuer en quoi que ce soit à faire vivre la démocratie. Bien au contraire.

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia     Page 3 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum