Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia    Page 4 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mar 26 Oct 2010, 20:28

Rappel du premier message :

Un auditeur prend la parole...

Quand une partie de la grille des programmes de France Culture court après France Inter et quelques radios dites « périphériques »… c’est la Culture que l’on sacrifie sur l’hôtel d’une hypothétique augmentation de l’audience toujours à venir, et qui ne viendra pas.

_____________

Quelques exemples de déconfiture...


Dominique Rousset...

L’économie en question chaque samedi de 8h à 9h (horaire pour des insomniaques qui, à 8h du matin, et un samedi, n’auraient toujours pas trouvé le sommeil) - précédemment diffusée tous les lundis à 19h (Les auditeurs de France Culture n’ont rien perdu en perdant cette émission le lundi) : émission univoque - tous les invités sont des libéraux : mondialisation et capitalisme impénitents -, au débat non contradictoire, Madame Rousset étant bien en peine, faute d'aptitudes, d'apporter la moindre contradiction à qui que ce soit ; dans le doute, elle ne peut donc qu'acquiescer...



Ainsi que "Le rendez-vous des politiques" en partenariat avec l’hebdomadaire l’Express, programmé le samedi de 11h à 12h ; et là, mêmes symptômes.




Avec Dominique Rousset, c'est le dernier invité à son émission qui a raison ; le temps d'en inviter un autre.


Diable de femme ! Comment s’est-elle débrouillée pour occuper l’antenne à deux reprises, et qui plus est, le même jour ? Et alors qu'elle n'a dans les faits, face au micro et à ses invités, manifestement aucune aptitude pour conduire deux émissions qui ont pour sujets l’économie et la politique... si par aptitude on entend ce qui suit : être capable de faire autre chose que de tendre et de tenir un micro chaque samedi matin.

Aussi...

Force est de nous poser la question suivante : de qui donc est-elle l’épouse, la fille ou bien, la petite amie ?

Même si l'on peut sans risque préciser que la réponse est contenue dans la question. Reste alors plus qu'à faire son choix.


***

Deux gentils ventriloques, gentils et inoffensifs – un homme et une femme : Brice Couturier et Julie Clarini -, occupent la tranche 18h20 -19h du lundi au jeudi (La direction de la chaîne leur a sucré le vendredi, et c’est tant mieux !)

Leur émission qui a pour titre Du grain à moudre ne doit surtout pas nous faire oublier que leur moulin tourne le plus souvent à vide ; en effet, leur meule ne pèse pas lourd, et avec eux, vous pouvez être assurés de manquer de farine six jours sur sept.

N’empêche, ça parle, ça parle, ça n’en finit pas ! Et rien n’arrive, jamais !


Programme au contenu d'un niveau à peine supérieur à l'émission « Au téléphone sonne » sur France Inter ou bien " C dans l’air", ou bien encore, France 2 avec ses débats sans objet dirigés par une Arlette Chabot sans conséquence.


***

Réunie tous les dimanches matin autour de Philippe Meyeret de son soi-disant flegme britannique (flegme à la manière d'un Français qui n'aurait jamais mis les pieds en Grande Bretagne), une poignée de bien-pensants dits « intellectuels » pour une émission qui a pour titre : Esprit public.


Un Philippe Meyer toujours content de lui, le ton badin, un rien caustique mais… sans but ; un esprit pour rien ou pour si peu, un humour que c’est pas la peine…


France Culture présente son émission du dimanche (Meyer a tout d’un curé finalement !) en ces termes : « Des intellectuels, des spectateurs engagés dans les débats et les combats de l'époque, suffisamment liés par une estime et une sympathie réciproques pour ne pas se faire de politesse ni de concessions de façade…»

Demandez donc à Yves Michaud, lui qui a longtemps participé à cette émission, ce qu’il pense de l’estime et de la sympathie de son animateur !


Viré de France Culture suite à l'affaire Polanski, et sans que Meyer ne pipe mot notre Yves Michaud qui a eu le tort de s'opposer à un Finkielkraut producteur à France Culture ; un Finkielkraut toujours complaisant avec lui-même, son clan et sa caste mais… intraitable avec ses dis-semblables.


On reconnaît le courage dans l’adversité ; Meyer a donc la fâcheuse habitude de laisser ce courage à son domicile lorsqu’il se rend à son travail. On est donc prévenu : de lui, rien à attendre que l’on n’ait pas déjà reçu de tous les autres, c'est-à-dire : si peu ou pas grand-chose.


Dont acte.



***


Pour rester avec la déconfiture, le pompon revient sans aucun doute à l’émission Le Rendez-vous ou… comment l'excellence est reléguée au rang du lobbying des agences de presse, de communication et de relations publiques.... parce qu’un film est produit, parce qu’un livre est à vendre...


Emission dirigée par un certain Laurent Goumarre pas gourmet pour un sou quand il s’agit de musique, de cinéma, théâtre, littérature, arts plastiques…

Avec son inénarrable rubrique Journal de la Culture ! Mille événements débités en 7 minutes, marathon et bouillie de chat dont on ne retiendra qu’une chose : le fait que l’on puisse n’en rien saisir ni retenir.


20 ans semble être l’âge moyen de l’équipe de Goumarre, sinon moins ; et là, on frôle l’embauche frauduleuse et certainement aussi, le détournement de mineurs, filles et garçons confondus.


On pourra néanmoins s'estimer heureux : à France Culture, on aurait très bien pu confier la Culture à des lycéens. On revient donc de loin, de très loin tant le risque était... et demeure grand.


Les invités de Goumarre du lundi au vendredi de 19h à 20h, demanderez-vous ?

Jugez plutôt : Olivier Marchal, Josée Dayan, Judith Godrèche réalisatrice de cinéma (Oui, oui ! Sans blague) Pierre Bellemare…

Quant à la programmation musicale - choix d'« artistes » invités à se produire en direct pour un instantané des scènes pop-rock&folk -, il sera le plus souvent question de « guitareux » de langue anglaise, dans le style… « Longtemps j'ai joué et fait la manche dans le métro » ou bien du côté de Beaubourg, là où ça sent immanquablement l’urine... un ou deux SDF couchés pas loin ; et guère plus, sinon moins.


***


Mais alors...

Que diable est-il arrivé à France Culture, radio chaque jour plus bruyante (jingles et bandes annonces sans fin sur des programmes à venir... ici, là et ailleurs) comme pour étouffer un malaise et des choix éditoriaux indigents ?


De la nomination d'une Laure Adler* à la direction de la station à la fin des années 90, productrice et animatrice dont on soupçonnait déjà l'inculture et une intelligence plus que moyenne, étant tout juste capable, sur cette même radio, de tendre un micro à une ou deux personnes tard dans la soirée… de cette nomination-là, aujourd’hui encore, il se pourrait bien que la station ne se soit jamais remise...

Et nous non plus, après le départ d'ANTOINE SPIRE, licencié dès l'arrivée de la Dame de compagnie ; un Antoine Spire qui nous manque cruellement aujourd’hui pour enrichir la tranche qui était la sienne ; un 18-20 dédié à une information dans toutes les acceptions de ce mot...

Le croirez-vous ?! Une information avec un gigantesque I majuscule.


[b]
* Génération-Mitterrand[/b, non pas à cause de leur âge à tous mais bien plutôt... pour tous les cadeaux qui leur ont été faits par une force tranquille du mépris, du copinage et des nominations plus politiques les unes que les autres… mais bien moins qu’une politique digne de ce nom quand il s’est agi pour un Président élu, de proposer à des millions français de vraies solutions d’existence hors du chômage, de la précarité, des discriminations et du commerce du cannabis.



***



Il y a comme ça des décisions irréversibles ; et plus elles sont inconsidérées, arbitraires, ou bien confuses, voire obscures et inavouables, plus les dégâts et le gâchis à déplorer sont profonds et durables ; c’est l’air du temps qui passe et qui ne laissera plus jamais passer un autre air, et pour peu qu’il ait été déjà joué et entendu… de surcroît haïssable cet air, aux oreilles de celles et ceux qui ne souhaitent pas nous le faire entendre à nouveau, et ce sous aucun prétexte.


Car, aujourd'hui, chaque génération ne doit en aucun cas pouvoir trouver et suivre une trace : la trace d'une vie antérieure ; la trace d'une vie avant la sienne ; toute possibilité de retour sur une expérience qui aurait appartenu au passé doit donc être exclue.


Aussi, pour la direction de faire de la radio, c'est effacer toutes les traces, semble-t-il.
* * *

31
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 19:08

Oui, je suis entièrement d’accord avec Nessie, à propos des idéologies majoritaires sur FC, et dans les médias en général.
D’ailleurs, ça n’est pas que ça me dérange plus que ça (après tout, ça me correspondrait même plutôt), non, ce qui m’agace, c’est justement que ça ne soit pas présenté comme une idéologie, mais comme la seule posture possible, évidente, morale, respectable, et la forme mièvre que cela prend souvent - quand ce n’est pas le petit côté "donneur de leçons" !
Du coup, Slama et Adler, ça donnerait presque une bouffée d’air, en fait.


Pour en revenir au post incriminé, j’ajouterai juste que je ne vois pas du tout en quoi la "culture de la contradiction" pourrait contribuer en quoi que ce soit à faire vivre la démocratie. Bien au contraire.

32
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 21:13

@ Yann S. : un \\ʼʼbrûlots\\ʼʼ, vous plaisantez ? A peine un pétard mouillé.
Donc,
@ Serge U. : dans votre tract post, remplacez les noms par ceux cités par Nessie, et collez lui le logo FN, vous verrez, ça marche tout aussi bien. Vous ne trompez pas grand monde avec ce genre de bricolages, vous savez ?
Donc,
@ Nessie : votre réponse est juste, mais je ne comprend pas votre dissociation systématique du culturel et du miltant. De quoi parlez-vous, des médiateurs (ici les gens de radio) ou des \\ʼʼacteurs\\ʼʼ culturels ? 608Snp

33
Répondre en citant  
Sans... contre, il n'y a pas de démocratie - le Mer 13 Avr 2011, 22:28

Vous écrivez : "Je ne vois pas du tout en quoi la "culture de la contradiction" pourrait contribuer en quoi que ce soit à faire vivre la démocratie. Bien au contraire."

Sans... "contre" - contre-culture, contre-pouvoir, contradiction, controverse -, il n’y a pas de démocratie.

Votre remarque est affligeante. Nul doute, elle en dit long sur ce qu’est devenu France Culture pour ses auditeurs : un bunker hors du monde.

Vos propos confirment mes craintes.

34
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 22:50

Serge, quand vous aurez fini de flipper (ah tous ces propos qui confirment vos craintes), vous pourriez rebondir sur tout le reste (tous ces propos qui ont le culot de simplement répondre à vos tracts posts précédents) ?Snp

35
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 23:02

@Serge ULESKI a écrit:Vous écrivez : "Je ne vois pas du tout en quoi la "culture de la contradiction" pourrait contribuer en quoi que ce soit à faire vivre la démocratie. Bien au contraire."

Sans... "contre" - contre-culture, contre-pouvoir, contradiction, controverse -, il n’y a pas de démocratie.

Votre remarque est affligeante. Nul doute, elle en dit long sur ce qu’est devenu France Culture pour ses auditeurs : un bunker hors du monde.

Vos propos confirment mes craintes.
Bon, alors, j’explique.

Sans « contre », il n’y a pas de démocratie. D’accord.

Mais quand le « contre » est érigé en « culture », précisément, c’est là que ça devient grave.
L’important n’est plus de dire, mais d’être contre. Au point que l’on oublie l’objet du débat.
L’homme politique moderne n’existe que s’il s’oppose dans le débat. L’important est de finir par avoir raison, et non de trouver le vrai. A l’enjeu du débat (trouver une solution, une vérité, un accord) se substitue un enjeu personnel (avoir raison, imposer sa vérité). Y a-t-il encore des hommes sachant dire « j’ai eu tort » ou « je ne sais pas » ? Culture de l’honnêteté intellectuelle, plutôt que de la sotte contradiction.
Nulle surprise, alors, si les programmes politiques, sans même parler des idées politiques, sont maintenus dans un flou artistique total : avancer une idée, c’est aussitôt prêter le flanc non au débat constructif, mais à la contestation.
Qui s’étonnera ensuite de l’impossibilité de réformer quelque chose en France ? La « voix du peuple » ne s’exprime plus (d’ailleurs, a-t-elle véritablement quelque chose à dire ?), elle est contre.


Et ouais, je sais, je suis affligeante. M’en fout un peu, d’être affligeante, à vrai dire. Ca doit être le propre des imbéciles de vivre sans craintes.

36
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 23:07

Polémix a écrit:@ Nessie : votre réponse est juste, mais je ne comprend pas votre dissociation systématique du culturel et du miltant. De quoi parlez-vous, des médiateurs (ici les gens de radio) ou des \\ʼʼacteurs\\ʼʼ culturels ? 608Snp
Ben je parle d’un peu tout le monde dans ces catégories. Oh ça ne mérite pas de faire fusiller des professions au complet car ce ne sont que les grandes gueules qui s’expriment, donc même pas 10%. Les autres suivent, intimidés par le terrorisme idéologique. Mais enfin ce militantisme, qui est malgré tout une sorte d’hygiène sociale, il a tendance à se montrer envahissant chez nos champions de la morale quand il sert qu’à faire la courte échelle à des idées reçues et à un ethnocentrisme un peu niais qui juge tout à l’aune des valeurs de notre présent : Droit du travail, Inégalités, Non-discrimination de genre ; ouais tout cela c’est des principes bel et bons mais quand on entend Laure Adler ou Catherine Clément ou Marc Voinchet glisser leur indignation facile dans leurs commentaires sur l’Atelier de Rembrandt ou sur l’organisation sauciale de l’Inde ou sur la situation en Afrique, ben on se dit qu’il y a un B-A-BA de l’analyse historique&sociale qui devrait être parfois rappelé à nos gentils radioteurs hein.

Le problème (et là c’est grave) est que mon reproche ne s’adresse pas tant à FC qu’au petit monde qui se croit autorisé à intervenir dans le Débat, au nom des belles zidées et des noblezidéaux.
- J’ai nommé : tout une catégorie de Sciences-Zumaineurs qui décrochent leur doctorat en "travaillant sur un truc qui m’a trop énervé" (je cite - entendu ça dans un séminaire du CNRS, pitié, pitié !!).
- J’ai nommé : une bonne part de la profession des théâtreux et de lard-contemporain qui a micro ouvert sur FC pour dire comment ils luttent pour l’égalité sauciale tout en passant à la caisse et en se faisant des c... en or avec 2 bouts de fer plantés dans le sable ou avec 3 plumes collées sur un mur. La encore je n’invente rien. Quand Buren vend ses rayures pour des millions tout en se la jouant défenseur des prolos, pardon mais j’ai comme un vertige.

Donc je visais certes en premier lieu ces artisses-donneurs-de-leçon-qui-nous-infestent-le-théâtre-contemporain, mais aussi les cinéastes-documentaristes-qui-parce-que-l’objectivité-est-un-leurre-bidonnent-et-manipulent-à-tour-de-bras-car-contre-Sarko-tous-les-moyens-sont-bons, et puis les scientifiques-de-la-matière-qui-se-croient-autorisés à balancer du dogme saucial (par exemple le regretté Denis Guedj, mathématicien et au nom de quoi il balance son credo social celui-là ?). Tous ces gens j’ai tendance non seulement à ne pas les distinguer, mais encore à les fourrer dans le même sac que la profession journalistique + la plupart des producteurs de France Culture (les "médiateurs") qui ne franchit même plus la ligne car depuis longtemps ils ont basculé de l’autre côté, dans le journalisme d’opinion. C’était le cas jadis dans l’Huma mais avec une certaine morale ; c’est le cas aujourd’hui à FC mais avec soit une incroyable inconscience, soit un cynisme colossal.

Malgré tout, je ne veux pas trop citer 3 noms et 2 professions. Je voulais parler de l’ambiance générale dans le pays : il y a un ton de morale qui, malgré tout ce que j’en dis, me semble très bon signe, et d’une société évoluée. Je le dis en déconnant un peu, mais je le dis quand même notamment dans cet autre post.

Le problème : aussi bien l’intelligentsia que les médiateurs, tous ces gens restent un peu au premier degré de leur révélation, comme dans un accès de lucidité pas encore dépassé, et surtout avec un gros gros bénéfice moral : " aaaah voyez moi je suis lusssyde hin je SAIS que nous sommes des pabô-cradô-salops alors atassion hein vous avez interêt à être d’accord sinon je vous dérouille sur le ring de la polémique en spectake, gare !!". Ben oui, FC avec Clarini ou même avec Noudelmann l’an dernier, souvent ça ne pisse pas beaucoup plus loin. Par charité je ne cite pas Laure Adler qui bouffe de la morale à tous les rateliers (et avec le sien en plus).

En gros le trick c’est celui-la.
Un jeu transactionnel, quasi.
Navré, mais ce forçage moral moi ça me fait gerber.
J’y retrouve franchement trop les curés de mon enfance, avec la calotte et les bondieuseries en moins.

Pourquoi ça me rend -kamème- optimiste ? Ben, comme dit plus haut, j’y vois bien l’effet Tocquevillien : plus les choses s’améliorent, plus croît l’insatisfaction. Qu’en France il y ait tant de moraline ça me semble, paradoxalement, très bon signe ! Ca veut dire que les inégalités ont foutrement reculé, pour que la part qui en reste devienne à ce point intolérable. Si les inégalités étaient écrasantes effarantes affreusemante discriminantes on ne les verrait pas, on ne les verrait plus, on ne les verrait pas encore.

Plus un mal social va en se réduisant, plus la part résiduelle devient intolérable. La montée des insatisfactions est le signe du progrès social.
(Ce paradoxe a été exposé par Tocqueville et exploité par Jean-Claude Chesnais dans son "Histoire de la violence" ; et aussi tiens par le jeune Daniel Cohen aux temps où il chroniquait sur France-Turlute, il y a encore 4 ou 5 ans).

Allons bon j’ai écrit exactement le contraire de ce qu’il faut pour calmer ce débat. Si Serge Uleski lit ça, sûr qu’il m’offre illico un billet pour la planète Titan !

Polémix. 

37
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mer 13 Avr 2011, 23:12

Rien d’affligeant dans vos propos, Chanda, on n’en dira pas autant de ceux d’un héraut de la contradiction fuyant la contradiction.(un)Polémix.(un)Snp

38
Répondre en citant  
Mêmes interdits - le Jeu 14 Avr 2011, 11:01

@Nessie

Il n’est pas question de remplacer les uns par les autres, ou bien de choisir entre Laure Adler, Voinchet contre les
Slama, Adler (Alexandre), Meyer, Kravetz...

Ce n’est pas une question de gauche et de droite non plus...


Il est question de cesser de nous dire qu’il n’y a pas de conflits ni d’enjeu, et de cesser cette recherche systématique du risque zéro...

Il est question d’introduire du souffle et une vision.

Il n’est pas normal que l’on retrouve les mêmes interdits sur France Culture que sur les médias de masse : sujets et personnalités compris.


39
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 12:59

@Serge ULESKI a écrit:@Nessie



Il est question de cesser de nous dire qu’il n’y a pas de conflits ni d’enjeu, et de cesser cette recherche systématique du risque zéro...

Il est question d’introduire du souffle et une vision.

Il n’est pas normal que l’on retrouve les mêmes interdits sur France Culture que sur les médias de masse : sujets et personnalités compris.


Du souffle et une vision, oui, mais c’est bien vague
Interdits:sans doute voyez-vous des noms et des sujets? lesquels?

40
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 14:47

Bon écoutez je suis optimiste et je suis sûr que France Culture reviendra à ses fondamentaux car elle ne gagne rien à faire du sous Inter, du sous LCI, ITélé, BFM etc...

En plus France culture va devoir investir massivement sur le net et nous proposer les futurs Yann paranthoën du net !

Elle le sait très bien sinon elle disparaitra !

Pour le moment Jean Luc Hess n’y comprends rien au net mais cela va changer !

41
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 14:52

Il faut se dire aussi que France Culture doit évoluer c’est évident!

On peut pas non plus rester avec les mêmes pendant 50 ans quelque soient leur talents !

Les vieux briscard de culture doivent aussi passer la main comme d’autres l’ont fait avant !

Que comprends quelqu’un que j’aime beaucoup Alain Veinstein du net, voulez vous me le dire ?

Que comprends Jean Douchet ou Michel Ciment du net,ils ne comprennent déjà pas que l’âge d’or du ciné c’est fini et que la création se sont les séries télés et demain les séries sur le web

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia     Page 4 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum