Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia    Page 5 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Mar 26 Oct 2010, 20:28

Rappel du premier message :

Un auditeur prend la parole...

Quand une partie de la grille des programmes de France Culture court après France Inter et quelques radios dites « périphériques »… c’est la Culture que l’on sacrifie sur l’hôtel d’une hypothétique augmentation de l’audience toujours à venir, et qui ne viendra pas.

_____________

Quelques exemples de déconfiture...


Dominique Rousset...

L’économie en question chaque samedi de 8h à 9h (horaire pour des insomniaques qui, à 8h du matin, et un samedi, n’auraient toujours pas trouvé le sommeil) - précédemment diffusée tous les lundis à 19h (Les auditeurs de France Culture n’ont rien perdu en perdant cette émission le lundi) : émission univoque - tous les invités sont des libéraux : mondialisation et capitalisme impénitents -, au débat non contradictoire, Madame Rousset étant bien en peine, faute d'aptitudes, d'apporter la moindre contradiction à qui que ce soit ; dans le doute, elle ne peut donc qu'acquiescer...



Ainsi que "Le rendez-vous des politiques" en partenariat avec l’hebdomadaire l’Express, programmé le samedi de 11h à 12h ; et là, mêmes symptômes.




Avec Dominique Rousset, c'est le dernier invité à son émission qui a raison ; le temps d'en inviter un autre.


Diable de femme ! Comment s’est-elle débrouillée pour occuper l’antenne à deux reprises, et qui plus est, le même jour ? Et alors qu'elle n'a dans les faits, face au micro et à ses invités, manifestement aucune aptitude pour conduire deux émissions qui ont pour sujets l’économie et la politique... si par aptitude on entend ce qui suit : être capable de faire autre chose que de tendre et de tenir un micro chaque samedi matin.

Aussi...

Force est de nous poser la question suivante : de qui donc est-elle l’épouse, la fille ou bien, la petite amie ?

Même si l'on peut sans risque préciser que la réponse est contenue dans la question. Reste alors plus qu'à faire son choix.


***

Deux gentils ventriloques, gentils et inoffensifs – un homme et une femme : Brice Couturier et Julie Clarini -, occupent la tranche 18h20 -19h du lundi au jeudi (La direction de la chaîne leur a sucré le vendredi, et c’est tant mieux !)

Leur émission qui a pour titre Du grain à moudre ne doit surtout pas nous faire oublier que leur moulin tourne le plus souvent à vide ; en effet, leur meule ne pèse pas lourd, et avec eux, vous pouvez être assurés de manquer de farine six jours sur sept.

N’empêche, ça parle, ça parle, ça n’en finit pas ! Et rien n’arrive, jamais !


Programme au contenu d'un niveau à peine supérieur à l'émission « Au téléphone sonne » sur France Inter ou bien " C dans l’air", ou bien encore, France 2 avec ses débats sans objet dirigés par une Arlette Chabot sans conséquence.


***

Réunie tous les dimanches matin autour de Philippe Meyeret de son soi-disant flegme britannique (flegme à la manière d'un Français qui n'aurait jamais mis les pieds en Grande Bretagne), une poignée de bien-pensants dits « intellectuels » pour une émission qui a pour titre : Esprit public.


Un Philippe Meyer toujours content de lui, le ton badin, un rien caustique mais… sans but ; un esprit pour rien ou pour si peu, un humour que c’est pas la peine…


France Culture présente son émission du dimanche (Meyer a tout d’un curé finalement !) en ces termes : « Des intellectuels, des spectateurs engagés dans les débats et les combats de l'époque, suffisamment liés par une estime et une sympathie réciproques pour ne pas se faire de politesse ni de concessions de façade…»

Demandez donc à Yves Michaud, lui qui a longtemps participé à cette émission, ce qu’il pense de l’estime et de la sympathie de son animateur !


Viré de France Culture suite à l'affaire Polanski, et sans que Meyer ne pipe mot notre Yves Michaud qui a eu le tort de s'opposer à un Finkielkraut producteur à France Culture ; un Finkielkraut toujours complaisant avec lui-même, son clan et sa caste mais… intraitable avec ses dis-semblables.


On reconnaît le courage dans l’adversité ; Meyer a donc la fâcheuse habitude de laisser ce courage à son domicile lorsqu’il se rend à son travail. On est donc prévenu : de lui, rien à attendre que l’on n’ait pas déjà reçu de tous les autres, c'est-à-dire : si peu ou pas grand-chose.


Dont acte.



***


Pour rester avec la déconfiture, le pompon revient sans aucun doute à l’émission Le Rendez-vous ou… comment l'excellence est reléguée au rang du lobbying des agences de presse, de communication et de relations publiques.... parce qu’un film est produit, parce qu’un livre est à vendre...


Emission dirigée par un certain Laurent Goumarre pas gourmet pour un sou quand il s’agit de musique, de cinéma, théâtre, littérature, arts plastiques…

Avec son inénarrable rubrique Journal de la Culture ! Mille événements débités en 7 minutes, marathon et bouillie de chat dont on ne retiendra qu’une chose : le fait que l’on puisse n’en rien saisir ni retenir.


20 ans semble être l’âge moyen de l’équipe de Goumarre, sinon moins ; et là, on frôle l’embauche frauduleuse et certainement aussi, le détournement de mineurs, filles et garçons confondus.


On pourra néanmoins s'estimer heureux : à France Culture, on aurait très bien pu confier la Culture à des lycéens. On revient donc de loin, de très loin tant le risque était... et demeure grand.


Les invités de Goumarre du lundi au vendredi de 19h à 20h, demanderez-vous ?

Jugez plutôt : Olivier Marchal, Josée Dayan, Judith Godrèche réalisatrice de cinéma (Oui, oui ! Sans blague) Pierre Bellemare…

Quant à la programmation musicale - choix d'« artistes » invités à se produire en direct pour un instantané des scènes pop-rock&folk -, il sera le plus souvent question de « guitareux » de langue anglaise, dans le style… « Longtemps j'ai joué et fait la manche dans le métro » ou bien du côté de Beaubourg, là où ça sent immanquablement l’urine... un ou deux SDF couchés pas loin ; et guère plus, sinon moins.


***


Mais alors...

Que diable est-il arrivé à France Culture, radio chaque jour plus bruyante (jingles et bandes annonces sans fin sur des programmes à venir... ici, là et ailleurs) comme pour étouffer un malaise et des choix éditoriaux indigents ?


De la nomination d'une Laure Adler* à la direction de la station à la fin des années 90, productrice et animatrice dont on soupçonnait déjà l'inculture et une intelligence plus que moyenne, étant tout juste capable, sur cette même radio, de tendre un micro à une ou deux personnes tard dans la soirée… de cette nomination-là, aujourd’hui encore, il se pourrait bien que la station ne se soit jamais remise...

Et nous non plus, après le départ d'ANTOINE SPIRE, licencié dès l'arrivée de la Dame de compagnie ; un Antoine Spire qui nous manque cruellement aujourd’hui pour enrichir la tranche qui était la sienne ; un 18-20 dédié à une information dans toutes les acceptions de ce mot...

Le croirez-vous ?! Une information avec un gigantesque I majuscule.


[b]
* Génération-Mitterrand[/b, non pas à cause de leur âge à tous mais bien plutôt... pour tous les cadeaux qui leur ont été faits par une force tranquille du mépris, du copinage et des nominations plus politiques les unes que les autres… mais bien moins qu’une politique digne de ce nom quand il s’est agi pour un Président élu, de proposer à des millions français de vraies solutions d’existence hors du chômage, de la précarité, des discriminations et du commerce du cannabis.



***



Il y a comme ça des décisions irréversibles ; et plus elles sont inconsidérées, arbitraires, ou bien confuses, voire obscures et inavouables, plus les dégâts et le gâchis à déplorer sont profonds et durables ; c’est l’air du temps qui passe et qui ne laissera plus jamais passer un autre air, et pour peu qu’il ait été déjà joué et entendu… de surcroît haïssable cet air, aux oreilles de celles et ceux qui ne souhaitent pas nous le faire entendre à nouveau, et ce sous aucun prétexte.


Car, aujourd'hui, chaque génération ne doit en aucun cas pouvoir trouver et suivre une trace : la trace d'une vie antérieure ; la trace d'une vie avant la sienne ; toute possibilité de retour sur une expérience qui aurait appartenu au passé doit donc être exclue.


Aussi, pour la direction de faire de la radio, c'est effacer toutes les traces, semble-t-il.
* * *

41
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 14:52

Il faut se dire aussi que France Culture doit évoluer c’est évident!

On peut pas non plus rester avec les mêmes pendant 50 ans quelque soient leur talents !

Les vieux briscard de culture doivent aussi passer la main comme d’autres l’ont fait avant !

Que comprends quelqu’un que j’aime beaucoup Alain Veinstein du net, voulez vous me le dire ?

Que comprends Jean Douchet ou Michel Ciment du net,ils ne comprennent déjà pas que l’âge d’or du ciné c’est fini et que la création se sont les séries télés et demain les séries sur le web

42
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 14:53

@Serge ULESKI a écrit:@Nessie
Il n’est pas question de remplacer les uns par les autres, ou bien de choisir entre Laure Adler, Voinchet contre les Slama, Adler (Alexandre), Meyer, Kravetz...

Ce n’est pas une question de gauche et de droite non plus...

Il est question de cesser de nous dire qu’il n’y a pas de conflits ni d’enjeu, et de cesser cette recherche systématique du risque zéro...

Il est question d’introduire du souffle et une vision.

Il n’est pas normal que l’on retrouve les mêmes interdits sur France Culture que sur les médias de masse : sujets et personnalités compris.
Bonjour.

Je ne demande qu’à vous suivre et à vous répondre, mais pour ça il faudrait encore que j’arrive à vous comprendre : de quels conflits et de quels enjeux parlez-vous, et en quoi nous sont-ils masqués ces conflits et ces enjeux ??

Le risque zéro : de quel risque zéro parlez vous ? Si vous écrivez cela pour vous plaindre de l’alarmisme permanent et de la culture de la trouille-bien-pensante qui imprègne le ton général de FC, alors je suis en accord avec vous mais j’aimerais en être certain. Ce forum a été ouvert pour que de telles choses (et d’autres) puissent être dites, et on ne s’en fait pas faute. Pour autant, cette idéologie sécuritaire pourrait aussi être le signe du recul des dangers, selon le mécanisme expliqué plus haut : dans un environnement de plus en plus sécure le risque a beau s’amoindrir, il n’en devient que plus intolérable. Cette attitude est liée dans les deux sens (résultat et cause) à l’esprit soupçonneux qui sert de posture dans l’intelligentsia. C’est une des formes de la vertu des Tartuffe qui tiennent actuellement la corde de la doxa : on dénonce à qui mieux mieux et si on n’a rien ni personne à dénoncer alors on insinue et on joue du conditionnel. Le résultat c’est que le Principe de précaution est entré dans la Constitution et aussi dans les esprits de ceux qui n’ont rien d’original à dire, car comme toute idée reçue, elle est toujours disponible à point nommé pour permettre au radioteur de combler un vide. Marc Voinchet le montre chaque matin.

Là où je ne vous suis absolument pas, c’est quand vous parlez d’interdit : soit vous faites allusion au tabou qui rend obligatoire la diabolisation du Front National, et dans ce cas laissez moi vous dire que les débats chers au FN sont bien présents dans le programme : immigration, démographie, dérive islamique. Sur ces problèmes réels ou fantasmés, la chaine France Culture s’exprime et donne le micro, à tout le, monde, et finalement nous en gave. Ca doit être plus facile que de parler de culture...

Et sinon, sur quels autres problèmes jugez vous qu’il y ait une omerta ? Et parlez-vous d’interdit au sens propre ou au sens figuré ? Y a-t-il des consignes pour interdire des sujets ? Ou bien le complot du silence est-il le résultat d’un consensus inconscient ? En ce cas, merci de dire ici clairement quels sont ces interdits svp, car la censure est tellement bien faite que si vous vous contentez d’allusions imprécises, les ignorants conformistes et manipulés que nous sommes ne devineront pas de quoi vous parlez...

43
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:01

@desgraupes a écrit:- il faut se dire aussi que France Culture doit évoluer c’est évident!
- On peut pas non plus rester avec les mêmes pendant 50 ans quelque soient leur talents !
- Les vieux briscard de culture doivent aussi passer la main comme d’autres l’ont fait avant !
- Que comprends quelqu’un que j’aime beaucoup Alain Veinstein du net, voulez vous me le dire ?
- Que comprends Jean Douchet ou Michel Ciment du net,ils ne comprennent déjà pas que l’âge d’or du ciné c’est fini et que la création se sont les séries télés et demain les séries sur le web
En réponse, quelques remarques :
- Depuis 1999 France Culture a énormément changé, c’est évident
- Ce qui nous pourrit l’antenne c’est pas tant les producteurs anciens, qui d’ailleurs se trouvent progressivement rangés au placard. Mais plutôt ce sont les nouveaux qui n’ont pas pris le soin d’apprendre ni le métier radio, ni le métier culture, et pour certains d’entre eux, semblent avoir trouvé leur diplôme de journalisme dans une école de complaisance ou dans une secte, syndicale
- Alain Veinstein ne comprend rien au Net ? Ca tombe bien car il parle de livres dans une émission de radio, ouf !!
- Michel Ciment ne comprendrait rien au Net ? ça tombe bien car il parle du cinéma dans une émission radio consacrée au cinéma. Ce qu’il faudrait savoir, c’est ce qu’il comprend au cinéma en numérique, vous croyez pas ??
- Vous avez oublié un point d’exclamation à la dernière phrase. Pour compenser j’en ai placé deux (à la suite) et volontairement j’ai omis des points en fin de phrase

En complément, quelques questions :
- L’évolution de FC depuis 1999 est-elle bonne ?
- En quoi la qualité du programme est-elle affectée par cette évolution ?
- L’offre actuelle de FC est-elle en accord avec la vocation de la chaine ?
- Les auditeurs de FC sont-ils respectés, et avec eux leur demande d’un programme spécifique distincts de celui des nombreuses chaines d’actu déjà existantes ?
- Quelle est la place de la modernisation dans le changement ?

44
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:03

@desgraupes a écrit:En plus France culture va devoir investir massivement sur le net et nous proposer les futurs Yann paranthoën du net !
Yann Paranthoën était déjà très réservé sur le son compressé ! Sans aller jusqu’à l’excellence de YP,Hees a connu à son embauche à l’Oreille en coin, des exigences de son, que Culture petit à petit envoie aux gémonies ! Iréne Omélianenko aura fort à faire pour faire "revenir" ce son-là !

45
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:13

@Fanch
Allons bon c’est le club des points d’exclamation encore.

Ben moi je n’ai jamais mordu à cette histoire de son compressé qu’il fallait vouer aux gémonies. Coquetterie d’oreilles exigeantes peut-être, ou peut-être bien une grande loufoquerie quand on sait comment les émissions sont écoutées à domicile, avec quel matériel, et quelles conditions de qualité de transmission.

Peut-être que la compression aurait pu être mieux faite, je ne sais pas. Ce qui était inadmissible c’était la qualité du son offert sur Real Player entre 2000 et 2005. Entre 2005 et 2010 c’était encore médiocre, le son était métallique, mais ça c’était pour la réécoute : pour la transmission en hertzien je défie un pannel d’auditeurs (comprenant des auditeurs moyens et des chochottes du son) d’identifier correctement dans une expérience d’écoute en aveugle (c’est à dire en ignorant les dates) si une émission a été transmise et enregistrée avant la compression ou après que le procédé de compression a été stabilisé.

Ce qui a été flingué c’est pas le son de FC , par la compression, mais le ton de FC, par une changement de mentalité dans la station !! (je m’exclame)

46
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:21

@Nessie
remarque pour les points, aujourd’hui Le Seuil fait paraître la nouvelle collec .2 (PointDeux)

T’as forcément raison quand tu parles des récepteurs mais si le son initial "gribouillé" passe par les HP des ordi "au secours". Avant le ton, c’est l’attention au son qui manque. Quant au ton c’est de plus en plus affligeant.

47
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:42

Pas d’accord du tout sur ce son gribouillé qui a déclenché une ire en 1999 mais a été corrigé au fil des années. De toutes façons j’avais déjà entendu les mêmes reproches quand on est passé du son analogique au son numérique, quand on est passé des disques vinyl aux CD : les sonophiles s’arrachaient les tifs de désespoirs. Moi j’ai toujours entendu un meilleur son après le progrès : un son avec davantage de netteté, de relief. Les fameuses dynamiques qui avaient parait-il disparu, personne n’a jamais réussi à me prouver leur existence pour une oreille. De toutes façons, j’ai toujours observé une fracture entre les mélomanes et les sonophiles. A mon sens la dégringolade de FC n’est pas d’ordre technique mais artistique.

Quant à Paranthoën, je me demande franchement ce que Baumgartner dirait de cet amour des ciseaux et du scotch. Et qu’en diraient tous ceux qui peuvent produire 3 fois plus vite pour 10 fois moins cher grace aux logiciels, avec une bien meilleure fluidité pour le repentir, donc le tâtonnement, donc le façonnage. Précisément, cette facilité qui a démocratisé les outils, peut amener des effets négatifs : on va trop vite, pendant qu’on fait on réfléchit moins, et il y a des tas de clampins sur le marché. Mais ce sont des questions bien différentes que celle de la qualité du son.

48
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 15:59

Le son brouillon des Matins (on dirait que Voinche tourne la tête dans tous les sens), le son odieux des téléphones portables, le son perdu sur les plateaux de Goumarre, l’attachement au son a disparu, moins d’exigence de comportement devant le micro, à la diction, aux sons hors studio. En même temps que la compression est arrivé la qualité du son ou de l’environnement sonore n’a semble t-il plus été considéré comme un postulat une exigence formelle, ou un critère de qualité. Ce n’est pas forcément la compression qui est "fautive" mais un relâchement généralisé !

49
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 16:10

Ben tout ça, pour moi c’est pas du son, c’est du ton.

Quand le signal perd en qualité c’est du son, oui. Mais justement là je suis sceptique, en tous cas j’attends toujours qu’on me le démontre. Et si pour ça faut me faire entrer dans un auditorium haut-de-gamme je marche pas.

Mais quand les bruits comme ceux que tu décris ils viennent nous envahir l’espace, c’est pas du son c’est comme tu dis, de l’environnement sonore. C’est certain, que le signal en est brouillé, mais pas pour des raisons techniques. A FC depuis 10 ans, c’est l’esprit qui cloche, il me semble.

50
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 16:18

Jamais un technicien ya dix ans n’aurait laissé passer le son de poubelle du portable d’Adler. Deum’ et Baddou l’ont sacqué quelquefois. En vain. Oui c’est du ton, mais le son qui en sort n’a plus de tenue. J’ai entendu Marie Richeux sur le Mouv’ rien à voir avec Fc. Pas la même exigence sur le Mouv’. Il ya bien un moment ou le son s’est délité et ça YP ne peut plus le dire, Th. Baum’ lui pourrait et aussi Gilles Davidas. Dès que j’ai creusé l’affaire j’en reparle ici.

51
Répondre en citant  
Re: France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia - le Jeu 14 Avr 2011, 16:28

Ah, la chronique par téléphone, là, touché !

Je me demande tout de même si c’est pas, tout simplement, en phase avec la modernité du quotidien : avec les portables et avec skype, le son des conversations privées a pris, lui, une sacrée claque.

Et puis je me demande si c’est pas secondairement d’ordre technique, et avant tout une question d’esprit. D’abord c’est juste le temps d’une chronique. Le plus drôle c’est que Laure Adler disait que le direct, c’est le respect de l’auditeur. On se demande de quel respect il s’agit, avec les chroniques livrées par téléphone. Tout ça se passe autour de la valeur centrale du sacro-saint direct. Depuis Laure Adler qui a appliqué bêtement aux émissions magazine les principes que Veinstein avait énoncé pour la création, on préfère abaisser la qualité pour coller à une certain ton du présent, un coup l’urgence, un coup le vif. Comme si la même chronique mise en bobino une heure avant l’émission ou même alors qu’elle est déjà commencée, puis nettoyée et passée à son heure, tout ça c’était un manque de respect de l’auditeur ? Quand je pense que cette fille a dirigé la boite pendant 5 ans, misère !

France Culture à vau-l'eau, à hue et à dia     Page 5 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum